Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 08:45

creche1.jpgCe matin, avec Myriam De Smedt, mon adjointe à l’enfance, et en compagnie de Christine Decroix, directrice de la crèche de Beaulieu, et Nathalie Lemaire, responsable du réseau d’assistantes maternelles, j’ouvre la porte du multi-accueil Les Lionceaux, ainsi que du relais d’assistantes maternelles de Beaulieu.

 

Ces structures s’intègrent dans le pôle de services famille-petite enfance baptisé Espace Maurice-Titran, qui comprendra également une bibliothèque et le centre social du quartier, dont la construction n’est pas encore totalement achevée.creche2.jpg

 

Une première phase des travaux est néanmoins terminée (d’où l’ouverture de la crèche, du RAM et de l’antenne de la Maison des parents) et c’est ce qui nous occupe aujourd’hui. C’est un moment très important car cet espace Maurice-Titran n’est ni plus ni moins que le plus gros investissement du mandat (5,2 millions d’euros !), pour lequel la Ville a réussi à obtenir 70 % de subventions.

 

Ma satisfaction est d’autant plus grande que la conception de ce pôle de quatre bâtiments a été réalisée au sein de mes services techniques municipaux, par mon bureau d’études, comme cela avait déjà été le cas avec la Cité des Sports au Crétinier. Pour la Ville, c’est une belle économie car elle n’a dû faire appel à aucun cabinet d’architecture pour réaliser ce projet d’ampleur. C’est par ailleurs un projet de qualité environnementale ambitieuse (il s’approche très souvent des normes exigées par la certification HQE), d’autant plus difficile à concevoir qu’il s’appuie sur de vieux bâtiments : l’ex-centre culturel Léon-Blum et le centre social de l’Avenir.

 

Je le souligne d’emblée : 2010 est l’année de l’enfance à Wattrelos !

 

La crèche du Centre a bénéficié de travaux de transformation et d’amélioration appréciables ; la crèche du Sapin Vert, ravagée par un incendie criminel il y a trois ans, est en pleine reconstruction… et aujourd’hui s’ouvre à Beaulieu cette nouvelle crèche qui symbolise la volonté municipale de placer la problématique de l’enfance au cœur du renouvellement urbain du quartier.

 

Il est vrai que ce quartier de Beaulieu se caractérise par une progression du nombre d’enfants de moins de 5 ans, l’arrivée de jeunes ménages dans des logements neufs accentuant encore cette tendance (une famille sur cinq est monoparentale).

 

Certes, le quartier n’était pas dépourvu d’équipement de base : halte-garderie, PMI, jardin Pirouette, centre de loisirs maternels… Mais ils n’étaient pas toujours aussi fonctionnels qu’on pouvait le souhaiter, et il manquait une crèche et un espace pour apprendre aux petits à marcher, à grimper …. Autant de nouveaux services qui sont désormais à la disposition des familles.

 

La surface passe de 1 550 m² à 2 200 m². On y trouve un multi accueil de15 places (crèche), et très prochainement la halte-garderie (20 places) gérée par le centre social de l’Avenir reprendra place sur le site dans des locaux flambants neufs.

 

La prochaine étape sera l’ouverture de la bibliothèque de quartier, le retour de la Protection maternelle et infantile, des activités et des permanences du centre social. Par ailleurs, un office de restauration capable de fournir 100 repas par jour sera progressivement mis en service.

 

Ce matin, j’ai ainsi une pensée appuyée pour mon ami Maurice-Titran, pédiatre de renommée mondiale, natif de Wattrelos et décédé l’an dernier. A l’unanimité, le Conseil municipal de Wattrelos a décidé de donner son nom prestigieux à cet espace petite enfance de Beaulieu ; j’y vois une forme de renaissance pour cet humaniste qui s’est tellement distingué, au cours de son parcours professionnel, par son combat contre les exclusions frappant l’enfance et la famille. Je suis persuadé qu’il aurait été fier que cet espace porte son nom, et que s’ouvrent de nouvelles portes pour nos enfants…

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 17:54

Notre région est belle ; elle l’est encore davantage quand le soleil brille comme ce dimanche.

 

Cela favorise la tenue de la première manifestation officielle de ce matin, la commémoration de la jouWosdeportation.jpgrnée de la déportation. Hommage indispensable,  nécessaire, essentiel à toutes les victimes de la barbarie nazie, ces millions de personnes exterminées dans les camps de la mort durant la Seconde Guerre mondiale, laquelle s’est achevée il y a 65 ans. Nous ne devons pas, nous ne pouvons pas oublier ce qui s’est passé, même si le temps a passé. Se souvenir, c’est déjà faire une partie du chemin pour que l’Histoire ne se répète pas, pour qu’on ne vive plus jamais ça. J’ai donc déposé, avec beaucoup d’émotion et de respect, deux couronnes de fleurs successivement au pied des monuments aux morts des cimetières du Crétinier et du Centre, en présence de nombreux élus, et des présidents et des représentants des associations patriotiques.

 

Autre rendez-vous, en sortant de ces moments d’émotion, celui du vide-grenier de la Vieille Place organisé par le comité des fêtes que préside André Raepsaet. Il n’est rien de plus agréable et convivial qu’un vide-grenier sous le soleil ! Nul ne l’ignore : j’adore ce genre d’événement et j’ai beau me dire que je n’ai besoin de rien, je repars rarement les mains vides. Et voilà que j’ai trouvé chez un collectionneur émérite de petites voitures… une jolie petite camionnette jaune des PTT (c’est mon père qui va être content…). La plupart des visages rencontrés me sont connus et je me sens bien dans ces rues très fréquentées : elle a du succès cette sympathique manifestation ! C’est mérité.bourse-plantes2.jpg

 

En milieu d’après-midi, j’enchaîne avec la première bourse aux plants organisée par les Amis du Jardin au parc du Lion. Il fait chaud et le parc est plein de familles, de promeneurs : cela fait plaisir à voir ! Je salue bien évidemment la présidente Suzanne (Quignon) et Cathy Spriet, organisatrice de l’événement : elles sont ravies de constater que les stands, tenus par des particuliers ou des artisans, sont littéralement pris d’assaut ! Comme tant d’autres, je ne résiste pas à l’envie d’acheter un bocal deferme-confiture.jpg confiture avantageusement baptisée La Wattrelosienne (je ne pouvais pas passer à côté sans la goûter !) et moi aussi, je fais le tour de la ferme pédagogique où se sont installées, l’espace d’une journée, d’autres animaux : des tortues terrestres (association CARAPAssion) et… de captivantes fourmis (association Le grand petit monde des fourmis) ! Mais aussi des compositions faites à la main (association Les Mains Agiles), et j’écoute en passant les conseils orientés développement durable de mes agents municipaux, plus sensibilisés que jamais à cette priorité municipale.

 

Et déjà la fin de la journée se profile. Pas encore le temps de rentrer car je vais aller remettre les coupes et médailles au tournoi de jeunes de la section tir de l’amicale du Centre. Là aussi, il y a du monde, et ça a été une belle compétition entre de jeunes tireurs de tout le département… Ils sont contents ; je le suis autant de leur succès et du plaisir qu’ils se sont donné.

 

Après ces présences de terrain, il est près de 20 heures : en route pour le bureau, pour préparer les dossiers et les rendez-vous de demain matin. Je ne suis pas encore rentré mais peu me chaut : marier l’écoute, le terrain, la rencontre et le travail dans son bureau, c’est aussi et surtout cela la responsabilité de l’élu. En tout cas, telle en est ma conception…

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 10:56

Après une journée particulièrement dense en activités – et en mariages – ce soir, j'aurai connu deux manifestations culturelles, que j'ai toutes deux littéralement adorées car, outre qu'elles sèment de la bonne humeur l'une et l'autre, ce sont deux pans d'initiatives locales, différentes certes, mais qui mobilisent des participants et égaient leur soirée, et qui sont surtout la conséquence d'activités bénévoles dignes de respect et de considération. Dans les deux cas, des femmes et des hommes se donnent à fond pour leur activité associative, et ça vaut le coup que je les encourage.

 

D'abord, le concert du printemps de l'Union musicale wattrelosienne au C.S.E.concertumw.jpg Sous la direction de Gwenaël, l'Union musicale aura vraiment proposé une prestation de très grande qualité en première partie de spectacle. L'intervention des enfants de la classe de percussion de Christophe Bahria, de surcroît, a complètement scotché la salle, déjà conquise par l'exécution au préalable de West Side Story... juste avant l'hommage au roi de la pop, Mickaël Jackson, avec un Thriller d'une production tellement bien enlevée par nos artistes qu'ils en ont été bissés. Un plébiscite, je vous dis... Bravo les artistes ! Juste avant qu'en seconde partie ne se produise l'Orchestre d'Harmonie de Roubaix – que je connais bien – sous la direction d'un excellent chef, Jean-Noël Oldman.

 

D'autres artistes – mais dans un autre genre de beauté, comme on dit couramment – au comité des fêtes du Touquet Saint-Gérard qui réalisait son repas annuel ! Déjà la bonne humeur régnait dans l'équipe d'animation et chez les convives, tous heureux du contenu de leur assiette, 01097.jpegd'autant que Rémi – un jeune accordéoniste du conservatoire de Wattrelos – avait réjoui l'assemblée sur des musiques populaires. Mais le clou du rire, ce furent les shows transformistes de Mam'zelle Sophie et de Marie Chantal... Soyons francs, j'avais un a priori réservé sur ce que pouvait être ce spectacle ; je ne l'ai plus. J'ai découvert deux vrais artistes, sachant manier l'émotion, l'humour, l'autodérision avec un incontestable et 1mai-2010-banquetremarquable talent ! Franchement je les reverrai avec plaisir (et les élus – tous ! - qui m'accompagnaient aussi, j'en suis certain), car impossible de laisser les zygomatiques au repos ! Les parodies de chanteurs, et de chanteuses (après cela, impossible de regarder Brigitte Bardot, Samantha Fox ou Michel Polnareff avec le même œil !) s'enchaînent les unes après les autres et on rit de bon cœur ! On admire aussi car, comme on dit, faut le faire ! Nul doute que les habitants du quartier ont apprécié. Moi aussi...

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 19:37

denise-lemahieu.jpgElle aura été présidente de l’amicale du Crétinier durant plus de 25 ans et membre de cette association qu’elle aimait tant… plus de 45 ans ! Denise Lemahieu, véritable figure du quartier du Crétinier – elle s’était également investie dans le fonctionnement du club Moutarde (Crétinier-Ballon) – nous a quittés.

 

Avec la disparition de Denise, la Ville de Wattrelos perd l’une de ses grandes animatrices, toujours prête à donner de son temps et de soi pour les autres. Difficile de résumer en quelques lignes tant d’années d’engagement associatif, tant de grands moments auxquels le souvenir de Denise est associé : la médaille Jeunesse et Sport qu’elle avait obtenu en 1999 mais aussi, dans le cadre des animations de la Ville, son élection la même année au titre de Super Nana ou son intronisation dans la confrérie du carnaval en 2004… Elle avait été fière de ces moments.

 

Mère de quatre enfants, plusieurs fois grand-mère et arrière-grand-mère, Denise avait su construire une grande et belle famille ; elle était aussi très appréciée de ses nombreux amis… et je me flattais d’en être. Elle était certes dotée d’un solide caractère mais elle avait le cœur sur la main, faisait toujours preuve d’un état d’esprit positif (le meilleur remède contre les soucis de l’avancée en âge !) et sa simplicité, sa disponibilité, son altruisme, son dynamisme, son entrain en épataient plus d’un. Nous avions développé, elle et moi, une complicité hors du commun. C’était, je le reconnais, plus que de la sympathie : une vraie affection, pour une mamie hors normes. Comme je lui ai souvent dit, elle était ma Miss Wattrelos perpétuelle… en hommage à l’engagement qu’elle a eu pour que se poursuive dans notre ville l’élection d’une miss.


Son décès me bouleverse autant que ses proches à qui je transmets mes plus sincères condoléances en ces pénibles instants. Adieu Denise, présidente, miss… et surtout amie ! Ta voix, ton sourire, ton autorité douce mais si ferme nous manqueront à jamais.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 15:53

coluche_restos.jpg« Moi, je file un rencard à ceux qui n’ont plus rien » disait Coluche en lançant les Restos du Cœur au milieu des années 80. Où qu’il se trouve aujourd’hui, s’il a vu ce qui s’est passé à Wattrelos, il doit être effondré.

 

Ce week-end, la plate-forme régionale des Restos, située sur le site de l’ancien Peignage Amédée, a en effet été cambriolée... Oh, pas pour y prendre de la nourriture, non. Cela aurait pu non pas s’excuser mais se comprendre. Non, ce qui s’est passé est autrement plus consternant : c’est essentiellement du matériel informatique et de l'argent liquide qui ont disparu… pour la troisième fois en un mois ! Vous avez dit inqualifiable ?

 

Sur l'ensemble des trois cambriolages, ce sont plus de 8 000 euros qui ont été volés. Ce qui signifie que des milliers de repas ne pourront être distribués à des bénéficiaires dont on sait qu’ils sont malheureusement de plus en plus nombreux, notamment les jeunes qui ne trouvent pas d’emploi et des personnes âgées dont la petite retraite ne suffit plus pour vivre.

 

L’information a fait le tour des médias régionaux et nationaux, et cette émotion me paraît bien entendu justifiée. Une enquête de police est en cours ; j’espère de tout cœur qu’elle aboutira rapidement car, pour le coup, le terme enfoiré choisi par Coluche pour qualifier affectueusement les artistes et les admirables bénévoles qui oeuvrent tous les ans pour lutter concrètement contre la faim dans notre pays, prend un tout autre sens…

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 15:40

Drapeau-polonais-en-berne.jpgC’est une tragédie, un drame qui secouent la Pologne et que vivent les Polonais, et tous ceux qui aiment la Pologne et son peuple, déjà si souvent touchés par les temps durs et parfois les horreurs de l’histoire.

 

L’accident qui a coûté la vie au président polonais, Lech KACSZYNSKI, à son épouse, à nombre de ses collaborateurs, à l’élite militaire et administrative, au président de la banque centrale et à bien des membres de la classe politique polonaise, voit ses conséquences terriblement dramatiques d’autant plus accentuées qu’il a eu lieu pour un déplacement commémorant une des plaies les plus vives que l’histoire ait laissées au peuple polonais, à savoir le massacre de Katyn, et qu’il s’est produit précisément en terre russe, chez le grand voisin, avec lequel les relations sont toujours difficiles et méfiantes.

 

Tout cela se retrouve dans le creuset de l’ampleur du recueillement de toute la population polonaise depuis dimanche. Nous, Français qui avons dans l’Histoire si souvent été si proches d’elle, qui avons au fond du cœur toujours une ferveur particulière quand on nous parle de la Pologne, nous ne pouvons que vivre sa douleur avec émotion, affection et tristesse.

 

Je ne partageais pas nombre des options politiques du président disparu. Mais il était, jusqu’au terme de ses fonctions, la Pologne, la voix de la Pologne, celle de nos sœurs et de nos frères polonais. Face à la mort, à l’injustice qui frappent à nouveau ce pays aimé, la politique s’efface devant le partage de la peine.

 

Je pense à nos amis de Siemianowice, notre ville jumelle, à son Conseil municipal à qui je viens d’adresser un message d’amitié. Je pense aussi à tous mes concitoyennes et concitoyens de Wattrelos ou de l’agglomération roubaisienne, enfants et filles ou fils de cette terre de Pologne, venus travailler ici dans nos villes, qui sont nos frères, nos sœurs et qui sont aujourd’hui blessés, touchés par ce drame. Au nom de tout le conseil municipal de Wattrelos, et en mon nom personnel, je veux leur dire ma sympathie, mon affection et ma compassion.

 

Dès ce matin, j’ai fait mettre le drapeau polonais en berne au balcon de l’Hôtel de Ville (ph. en haut). Jumelée avec Siemianowice, amie de la Pologne, Wattrelos est aux côtés de la population polonaise dans son deuil.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 11:18

 jubi12-2010.jpg

jubi7-2010.jpg

 

Ce matin, c’est le Jour J… comme Jubilaires. C’est la plus belle des cérémonies wattrelosiennes : jubi6-2010.jpgla réception à l’Hôtel de ville des ménages qui ont 50 ans de mariage (35 couples aujourd’hui), 60 ans (8 couples) et 65 ans de mariage (2 couples). Ces amoureux des noces d’or, de diamant et de saphir totalisent tous ensemble 2 360 années de mariage, plus de deux millénaires d’amour ! Comme je leur ai dit, si on remonte toutes ces années, ni Jules César, ni Vercingétorix n’étaient nés. 

 

Alors, je les accueille sur le perron de l’Hôtel de ville jubi5-2010.jpgavec mon adjointe au Nouvel Age et tous les élus écharpés, et je leur remets un bouquet de fleurs avant qu’ils ne s’installent dans les salons de l’Hôtel de ville. Là, Sylvie les accueille en leur chantant du Piaf : La vie en rose, puis l’extraordinaire Hymne à l’amour.

  

Je n’ai qu’admiration et respect pour tous ces ménages : j’en connais la plupart, et bien des souvenirs personnels, d’enfance même, me reviennent devant ces femmes et ces hommes qui sont de la génération de mes parents. jubi4-2010.jpgComme je leur dis dans mon discours, leur existence même « est une des richesses de notre ville ». Leur union a duré, leur amour fut grand, malgré les vicissitudes de la vie, comme en parle François Mauriac.

 

Oh, bien sûr, leur vie n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. Mais leur vie, comme je l’écris, ce sont « de ces petites tensions qui cachent de grandes, si grandes attentions ». 

 

Pour eux, nous traversons l’Histoire pour évoquer les évènements majeurs de 1945, 1950 et 1960 et rappeler ce que furent les refrains des grandes chansons de cette époque.  Séquence émotions, humour aussi… applaudissements pour chaque série de jubilés.

 

Et pour conclure, je les félicite et les enjoins à rester ce qu’ils sont : une femme, un homme qui connaissent le bonheur à deux.

   jubi2-2010.jpg

Le bonheur à deux, c’est l’inattendu dans la banalité. C’est l’éclat de rire, qu’une fois rentré de votre journée de travail, votre conjoint s’ingénie à provoquer en vous. C’est la tendresse d’un regard, d’une main qui se tend, quand on n’a pas le cœur léger.

 

Le bonheur à deux, c’est le confort d’une épaule qui s’offre le soir, quand la lumière s’éteint après une journée difficile. Ce sont tous ces moments de folie ou d’insouciance que vous fait vivre votre complice de conjoint. C’est la tendresse au quotidien, c’est la complicité, c’est tout simplement être deux.

  

Alors longue vie, chers jubilaires, à votre bonheur à deux !

 

Pour lire mon discours, cliquez ici.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 11:28

Jubidomi2010_1.jpgFêter les couples qui ont 50, 60 et 65 ans de mariage, à Wattrelos cela se fait en deux temps : à domicile, le samedi du week-end de Pâques, pour les ménages qui ne peuvent se rendre le lundi à l'Hôtel de ville ; le lundi matin de Pâques, pour le  plus grand nombre.

 

Alors aujourd'hui, je commence les visites. Avec mon premier adjoint, Christophe, et mon adjointe au Nouvel Age, Marie Jo, nous visitons cinq couples ce matin eJubidomi2010_3.jpgt – après une courte interruption à la baraque à frites de quarante minutes – trois couples cet après-midi (juste avant, clin d'œil sympathique, que je procède au mariage à 15 h 20 d'un... tout jeune couple).

  

J'aime ces visites à domicile où me rejoignent mes élus du quartier car on peut échanger avec les jubilaires eux-mêmes. Parler du jour des noces, de leur rencontre, du mariage, des enfants, de ce que fut leur vie depuis. On évoque les difficultés qu'ils ont connues, les bonheurs aussi bien sûr. Jubidomi2010_4.jpgEt tous me disent la-même chose : si c'était à refaire, ils le referaient. Ce serait oui, comme ce jour-là ! 

 

Plusieurs, bien sûr, sont convalescents et c'est pour cela que je me rends à leur domicile. Mais tous ont le plaisir d'être ensemble et ils s'en confient aisément. Qu'ils aient 65 ans, 60 ou 50 ans, c'est le même plaisir qu'ils décrivent ! Et ce qui est extraordinaire – c'est ça Wattrelos ! – c'est  que souvent, les deux futurs conjoints se sont rencontrés à Jubidomi2010_5.jpgquelques rues l'un de l'autre et... résident encore aujourd'hui très près de là où ils vivaient enfants (un couple vit même dans la maison des parents de Madame). Le quartier d'hier est encore le quartier d'aujourd'hui. Et un formidable attachement à leur ville. Ah, ça fait plaisir.

  

Après leur avoir relu leur acte de mariage (qu'ils n'ont sans doute pas écouté ce jour-là !), remis médaille et cadeau, je leur remémore l'actualité de l'année Jubidomi2010_6.jpgde leur mariage.

  

Et cela devient souvent très émouvant, et même très drôle, quand, autour d'un verre, l'un des deux conjoints évoque les premières manœuvres d'approche... l'herbe pour les lapins qu'on allait chercher (ils avaient bon dos, les lapins !), ou le bal à patates de chez Duhamel où l'un de nos jubilaires arrive avec une amie et... repart avec sa sœur, qu'il épouse (hein, Freddy ?) Jubidomi2010_7.jpg!

  

Mais chut, tout cela est couvert par le secret, non pas défense mais amour. Et celui-là, pas question de le lever et que je raconte tout ce qu'on m'a dit.

 

Emotion donc ce matin, pour des tranches de vie de ménages que je suis heureux d'être allé visiter.

 

Bonne continuation...

  

 

 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 16:35

Noel-Turpin.jpgWattrelos est orpheline d’un de ses grands élus et de ses grands militants.

 

Noël Turpin, qui fut durant trois mandats élu au conseil municipal de Wattrelos, vient de nous quitter dans sa 90e année : adjoint au maire chargé des bâtiments communaux, des commissions de sécurité, des espaces verts, des jardins ouvriers, de la voirie rurale et de l’agriculture de 1977 à 1989, puis aux travaux de 1983 à 1989, et enfin conseiller délégué aux adjudications et réceptions de travaux (1989-1995).

 

Il était un homme de convictions, au caractère bien trempé qui l’avait naturellement conduit à prendre de nombreux engagements. Il ne concevait pas sa vie sans militer : socialiste, il l’aura été ardemment, fidèlement, présent dans tous les combats, actif contre toutes les injustices. Syndicaliste, à la CFDT, il était aux côtés des ouvriers, dont il symbolisait si bien les dures luttes sociales. Il assuma aussi des fonctions au sein du comité d’entreprise des établissements Vanoutryve de 1968 à 1981.

 

J’ai eu la chance d’être jeune conseiller municipal à ses côtés en 1983. Il sut, avec amitié et son extrême gentillesse m’apporter sa culture politique, technique, ses conseils, son solide bon sens. Noël, on le respectait, on l’aimait naturellement. Toujours disponible, déterminé et d’une convivialité sans pareille, il est et reste pour moi un ami, un homme profondément humain, une référence. C’était un vrai Wattrelosien !

 

Le 4 juin 1990, la République l’avait nommé chevalier dans l’Ordre national du Mérite : c’était justice, tant il avait donné de son temps et de lui-même aux autres durant de nombreuses années. Il aura été un grand serviteur de notre commune. Nombreux sont les Wattrelosiens qui perdent un ami et qui s’inclinent avec respect devant cet homme de cœur.

 

A Raymonde, son épouse, à sa famille et à ses nombreux amis, au nom du Conseil municipal et de tous les Wattrelosiens qu’il a si gentiment servis, je présente mes plus sincères condoléances.

 

 

Partager cet article
Repost0
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 10:07

lianeblog3.jpgCet après-midi, j’inaugure, en compagnie de deux autres vice-présidents de LMCU, René Vandierendonck (rénovation urbaine / aménagement du territoire) et Eric Quiquet (transports), la Liane 3, cette ligne de bus rapide qui relie désormais (à partir d’aujourd’hui !) Roubaix Eurotéléport à Beaulieu (église). Ces bus au gaz, articulés, sont au nombre 9 et passeront toutes les 8 mn en heures de pointe, et toutes les 10 mn le reste de la journée, de 5 h 15 à 22 h 30 le soir. Ils présenteront l’avantage de circulerlianeblog1.jpg en site propre – pour l’heure – sur 1,6 km (sur les 7 km du trajet total) à Roubaix, et feront donc gagner du temps aux voyageurs, mais aussi du confort car les prestations d’accueil se veulent plus qualitatives (musique, annonces sonores, etc.).

 

C’est une satisfaction : la Liane est là ! Plusieurs étapes restent cependant à venir dans le cadre de la réflexion sur la mutation des transports en commun autour de et dans Wattrelos : l’itinéraire de cette Liane 3 sera modifié dans son rythme et ses fréquences aux carrefours ;lianeblog2.jpg l’ampleur des chantiers à venir à Wattrelos, notamment la liaison avec la rue de la Baillerie dont les travaux sont en cours, et la mutation du quartier de Beaulieu, vont permettre une refonte des itinéraires, et d’ici 2012, nous réexaminerons l’ensemble de la problématique des transports collectifs (avec l’apparition de la liaison Habitat-Travail et de la voie du Centre dont les travaux doivent débuter à la fin de l’année). Nous remodéliserons l’ensemble des liaisons intra-muros.

 

La problématique des transports est complexe à Wattrelos pour trois raisons :

 

Ø      sur le plan de la géographie d’abord. Nous sommes adossés à la frontière belge et situés entre Roubaix et Tourcoing. Depuis plus de 30 ans, il n’y a plus de train à Wattrelos : sans tram, sans métro, sans bus direct pour Lille. Pour Wattrelos, c’est un problème-clé car la ville est jeune (37 % de ses habitants ont moins de 25 ans) et le raccordement à Lille ou Villeneuve d’Ascq, pour les études ou les loisirs, est capital. Notre défi : nous sommes une ville du bout qui ne veut plus l’être ! Pour le relever, la première des réponses possibles, c’est de réaliser une extension du métro depuis l’Eurotéléport de Roubaix : elle est prévue techniquement, matérialisée dans la station roubaisienne, et cela ne peut être oublié !  Pourquoi ? Parce que desservir par le métro une ville de 43 000 habitants est on ne peut plus légitime. Parce qu’il s’agit aussi d’une promesse ancienne : dans le bilan de mandat 1977-1983 de la Municipalité wattrelosienne de l’époque, l’un des articles est titré : « Le métro à Wattrelos : début des travaux en 1986 » ( !). Le texte dit la chose suivante : « Le Conseil de communauté a décidé, lors de sa séance du 16 septembre 1982, la création de la ligne 2 du métro. Celle-ci reliera, en principe, dès 1989 Wattrelos à Roubaix, Tourcoing et Hem. Dans un avenir plus lointain, il sera également possible de joindre  Lille via Roubaix par ce même type de transport ». Il est également précisé que le métro favorisera les déplacements plus rapides des Wattrelosiens travaillant à l’extérieur, mais aussi l’investissement industriel, en appui à la réalisation de l’axe Beaurepaire-Beaulieu (le boulevard Mendès-France en fait) et la voie express Roubaix-Dottignies (notre boulevard de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité). Il faut donc savoir se remémorer ces annonces, mais aussi que le trajet du métro (transfrontalier, passant par Wattrelos) est même dessiné dans le dernier SDAU (à ma demande)…

 

Cela dit, comment faire pour éviter, à court terme, d’être une ville du bout ? D’autres réponses que le métro doivent être mises en oeuvre, dans deux directions : une liaison plus rapide avec Roubaix (d’où la Liane 3) et avec Tourcoing ;  le raccordement avec le réseau belge, au-delà de l’acquis de la ligne TWM : d’ailleurs, c’est en cela qu’une ligne transfrontalière de métro serait un très beau sujet pour l’Eurométropole (ce que confirme René Vandierendonck dans son intervention cet après-midi !).

 

Ø      sur le plan de la typologie, Wattrelos a pour caractéristiques : un habitat dense et serré, dans lequel il est difficile de faire passer des trams, des bus… et même des vélos ; un territoire très étendu, de la Marlière au Plouys, avec des quartiers excentrés qui méritent eux aussi une desserte par des transports en commun adaptés : ils sont plus petits et donc plus coûteux à l’unité de personne transportée, mais la Ville tient à ce que l’offre de transports de demain en tienne compte. De surcroît, avec des pôles commerciaux forts, notamment en entrée de ville, la question du passage rapide des bus n’est pas simple à traiter. Ainsi, au Laboureur, un débat s’est instauré pour déterminer si habitants et commerçants étaient prêts à sacrifier une voie de circulation et un couloir de stationnement pour créer une ligne de bus spécifique en entrée de ville, et la réponse a été très clairement négative ! Dont acte. Exit le couloir spécifique. Cela n’interdit pas de faire progresser la circulation de la Liane ; ainsi un accord est intervenu entre les services techniques de la Ville et LMCU pour mettre en œuvre des franchissements accélérés des carrefours pour réduire encore le temps de trajet.

 

Ø      sur le plan de son développement. Wattrelos a besoin de transports en commun pour desservir ses zones d’activités, ses parcs, ses anciens grands sites industriels en cours de requalification, mais également les grands équipements communautaires comme le nouveau crématorium : le plan de déplacement urbain doit tenir compte de ces mutations. Comme de celle de l’habitat, où la rénovation urbaine de Beaulieu et le redéveloppement de ce quartier doivent avoir une conséquence : l’amélioration de la rapidité de la liaison entre le quartier et Roubaix-Eurotéléport (via Mendès-France ? J’y suis favorable).

 

 

En conclusion, la Liane 3 à Wattrelos est une étape :

-         pour améliorer les conditions de desserte entre Roubaix et Wattrelos ;

-         pour pouvoir repenser nos transports en commun du futur en intégrant la liaison Habitat-Travail et la voie du Centre ;

-         pour réexaminer les dessertes des zones d’activités et d’habitat ;

-         pour rappeler que, dans les prochains documents d’urbanisme, Wattrelos mérite d’être raccordée mieux encore à Lille.

 

Bonne route à la Liane !

 

 

 

Partager cet article
Repost0