Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 15:14

blog-village2.jpgCe soir, en présence de mes deux adjoints à la vie associative (Robert Bédart pour l’accompagnement des associations et Jean-Luc Doyen pour la gestion des équipements) mais aussi de nombreux responsables et membres d’associations wattrelosiennes, nous inaugurons un nouveau village d’associations dans le secteur Crétinier-Vieille Place : le Village de la Fraternité.

 

C’est donc une naissance… mais aussi un  anniversaire que nous célébrons car à l’autre bout de la ville, le Village du Beau-Lieu fête ses dix ans !

 

Je me souviens que j’avais procédé à son inauguration lorsque j’étais jeune maire – je n’avais que quelques semaines d’exercice – et que j’avais proposé de faire émerger l’idée d’une fête de quartier ; cette fête, l’été du Beau-Lieu, est désormais solidement ancrée dans le calendrier des festivités wattrelosiennes. C’est donc un symbole fort que de procéder à l’inauguration d’une deuxième village associatif dix ans plus tard.

  blog-village1.jpg

Dans mon propos, je propose de répondre à trois questions : pourquoi soutenir la vie associative, pourquoi avoir conçu ce Village de la Fraternité… et pourquoi l’avoir baptisé « de la Fraternité » ?

 

Soutenir la vie associative, d’abord, est une tradition sociale, humaine, politique dans cette ville où l’art de vivre ensemble est historiquement spontané. A Wattrelos siègent quelque 450 associations, pas toutes aussi actives les unes que les autres, mais il est un fait indiscutable : quasiment toutes les semaines, lorsque je feuillette la rubrique dédiée du Journal Officiel, je constate qu’une nouvelle association s’est créée à Wattrelos ! L’idée d’accompagner toutes nos associations me paraît donc naturelle, et cet accompagnement n’a pas faibli depuis que je suis maire car lorsqu’on a l’idée de se réunir pour faire vivre un intérêt collectif, cela mérite d’être soutenu : c’est notre credo !

 

Ce soutien s’exprime de différentes manières : fournir des locaux adaptés aux associations qui en font la demande en est une ; c’est le deuxième point de mon propos. En effet, le bâtiment dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui – une ancienne école donnant à la fois sur la rue Henri-Briffaut et la rue Saint-Vincent de Paul – a connu différentes formes d’occupation : stockage de documents administratifs, accueil de services municipaux (la police notamment)… pas très aux normes, puis progressivement, des associations ont commencé à l’investir, on a refait progressivement les travaux qui s’imposaient… et nous avons réfléchi avec le souci de bâtir une cohérence. Il fallait que les associations occupant le bâtiment puissent coexister intelligemment, et même s’enrichir des expériences des unes et des autres. Celles qui s’y trouvaient déjà partageaient le goût et l’intérêt de l’humain, et de l’ouverture au monde et aux autres (Fleurs de Printemps, Pour la Vie, Kossuth) ; nous avons trouvé l’idée féconde de poursuivre dans cette voie.

Et j’en viens à ma troisième et dernière réponse aux questions initiales : ce Village de la Fraternité a pris ce nom car il regroupe des associations partageant des valeurs pouvant être résumées par ce mot, des associations qui tendent la main… mais aussi parce qu’on y accède à partir de la place… de l’Humanité. Et la fraternité n’est-elle pas le plus beau projet qu’on puisse donner à l’humanité ?

 

En concluant mon propos, j’en profite pour remercier Jean-Luc de son engagement sur ce dossier parfois délicat de la gestion et de l’occupation des locaux. Ces dernières années, l’équipe municipale a très bien avancé sur ce dossier, que ce soit au Sapin Vert, au Plouys, au Touquet ou à Beaulieu (et ce n’est pas fini !). Merci aussi à notre service de l’aide à la vie associative, comme à nos services techniques qui ont réalisé tous les travaux d’aménagement en faisant économiser beaucoup d’argent à la Ville (ainsi que ce fut le cas également à Beaulieu pour l’espace Maurice-Titran, et que ce sera le cas pour la reconstruction de la maternelle Michelet – deux bâtiments conçus par une architecte de la Ville). Je tiens à le souligner car à Wattrelos, le personnel municipal rend de nombreux services publics.

 

Longue vie au Village de la Fraternité !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 07:45

dico1.jpg

L’appel du 18 juin aujourd’hui à Wattrelos, c’est un appel à la connaissance et à la culture générale.

 

Cet après-midi à l’école Anatole-France, dans le quartier du Touquet Saint-Gérard, je remets  aux enfants de CM2 (à l’appel de leur prénom !) quelques exemplaires des 572 dictionnaires que je remettrai en mains propres dans les semaines à venir aux élèves admis en 6e dans les 12 écoles élémentaires publiques et les 4 écoles privées de la ville. Comme tous les ans…

 

Cette première séance est, comme chacune, savoureuse, car elle me permet d’échanger avec ces jeunes, de les interpeller, de partager quelques traits d’humour… J’adore. Alors, depuis 2005, je ne me prive pas d’aller à leur rencontre, et de leur expliquer qu’il s’agit bien sûr d’un cadeau de fin d’année scolaire – parce qu’ils ont bien travaillé ! – dont il faudra prendre soin. Un outil de connaissance, de vérification de l’orthographe des mots de notre langue française, de découverte de personnages célèbres ou de pays aussi. Personnellement, j’ai adoré, à l’âge de ces enfants, voyager dans le monde au gré des drapeaux des pays imprimés dans le vieux dictionnaire de ma mère !dico2.jpg

 

Ce dictionnaire est également utile, car il saura, à n’en douter, les aider dans leur scolarité au collège : ces noms, citations, informations, qui permettent d’illustrer devoirs et dissertations, ils en trouveront au fil des pages ! Précieux, le « dico » l’est d’autant plus que, comme je le leur dis, ce n’est pas moi qui fais ce cadeaux à tous les élèves wattrelosiens de CM2 admis en 6e, mais… leurs parents ! Par l’impôt qu’ils acquittent qui permet à la Ville d’acheter, comme elle le fait depuis 37 ans, ces Petit Larousse Illustré pour une somme totale de 8 500 euros, et donc je ne peux que les inciter à en prendre soin !

 

Cette année, ils sont de couleur mauve (une couleur qui plaît beaucoup aux enfants, à ce que je constate !), contiennent 5 000 images (dont 300 cartes), une chronologie universelle illustrée de 1 250 événements, de nouvelles planches (certaines consacrées à la coupe du monde de foot, évidemment !), ainsi que des dessins d’artistes de renom jouant avec les mots.

 

Alors bonne fin d’année scolaire à nos élèves… et bon travail en 6e grâce à leurs dictionnaires personnels !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 07:30

les-clowns1.jpgOn savait que Wattrelos compte des femmes et des hommes de cœur. Ce soir, je l’affirme : ils ont généré des enfants de cœur !

 

Nos conseillers municipaux juniors, plus précisément les élus de la commission « solidarité », remettent en effet à l’association Les Clowns de l’Espoir un chèque de 545 euros, somme gagnée lors de leur vente de muguet devant le CSE le 1er Mai, ainsi qu’ils ont pris la bonne habitude de le faire chaque année au profit d’une association caritative. Et comme ce sont des enfants de cœur, ils y ont mis évidemment tout … le leur, sollicitant avec énergie et conviction tous les élus, les médaillés du travail et leurs familles se rendant ce jour-là à la réception. Pour ma part, je n’ai pas eu d’alternative : je leur ai acheté quatre brins ! Avec grand plaisir bien sûr.

 

Ce soir, dans le foyer du CSE où nous sommes réunis, avec les enfants, leurs familles et quelques élus, je suis évidemment très fier d’eux, d’autant que l’association qu’ils ont choisi d’aider cette année œuvre pour une noble cause, la plus noble de toutes : l’enfance en souffrance. Un film de présentation montre le travail de ces clowns (et des marchands de sable rassurant les petits au moment de s’endormir) qui interviennent dans seize services pédiatriques de sept hôpitaux de la région (Jeanne de Flandre, Salengro, Lambret…), redonnant le sourire à des enfants gravement malades. Un sourire, cela peut paraître peu. Mais c’est énorme ! Ce film est très émouvant et l’attention du public présent en atteste. La maladie, injuste par nature, l’est encore plus lorsqu’elle touche de petits êtres qui ont la vie devant eux.les-clowns2.jpg

 

J’ai donc la triple chance d’être un maire qui préside le conseil municipal de notre bonne ville de Wattrelos, un conseil municipal d’enfants (dont la perspicacité est souvent redoutable !) et d’être le maire d’une ville de cœur.

 

Pour preuve supplémentaire, la réception de ce soir permet également à l’association «Un Bouchon pour un Elan », présidée par Claude Lecluse, de remettre des lots aux enfants lauréats du concours de dessins organisé par l’association lors de la Fête de la Santé, en février dernier. C’est un autre moment intense dans une ville qui, pour la première fois de son histoire, compte une élue déléguée à l’accompagnement du handicap (Danièle Cuchère) afin de sensibiliser et de prendre en considération les difficultés que rencontrent les personnes porteuses de handicap dans notre ville. 513 dessins avaient été proposés lors de la Fête ; ce soir, des livres récompensent des enfants et des écoles dont les productions ont été jugées les plus jolies, originales, touchantes…

 

Wattrelos, ville de solidarité, ville de cœur !

 

 


Partager cet article
Repost0
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 08:18

kothen2010-1.jpgLa ville jumelée de Wattrelos, en Allemagne orientale, fête les 20 ans de jumelage avec Wattrelos, mais aussi avec ses deux autres villes sœurs allemandes, Langenfeld et Lüneburg, ce week-end à l’occasion de la Kuhfest (traduction : fête de la vache, animal symbole de la ville de Köthen, manifestation organisée par le légendaire Ku Ka Kö, à la troupe de danseuses bien connue ici à Wattrelos pour notre carnaval !).

 

Un peu partout dans la ville, il y a donc des animations où des participants en provenance des villes jumelles (celles déjà citées, mais aussi de Polonais de Siemianowice-Slaskie, également jumelée avec Wattrelos) s’activent dans une ambiance de franche camaraderie et une belle convivialité : tout le monde ne parle pas la même langue mais chacun apprécie d’être avec l’autre pour partager sa passion, qu’il s’agisse de l’art, du sport ou de la fête. C’est ainsi que des Wattrelosiens participent à ces rencontres : des artistes de l’Atelier des arts, des jeunes d’Acti’jeunes ou notre célèbre Band’As.

  kothen2010-2.jpg

Pour ma part, avec mon adjointe aux relations internationales Juliette Keraudy, après une arrivée tardive vendredi en provenance de Berlin, la matinée est consacrée au point des chantiers du centre-ville : c’est vrai que le cœur de cette commune de près de 30 000 habitants a bien changé. Cela fait quatre ans que je n’y suis pas allé et façades, voiries ont pris un coup de neuf. Capitale de la musique (J.-S. Bach y a longtemps résidé) et de l’homéopathie (l’hôpital remis à neuf lui est dédié), Köthen a consacré ses investissements récents à la valorisation de ce patrimoine.

 

Mais l’attention de son bourgmestre, mon ami Kurt Zander, ce sont les relations humaines et personnelles, et lui comme moi, nous partageons cette préoccupation. kothen2010-3.jpgVoilà pourquoi, comme lui, je suis heureux de voir nos Wattrelosiens, jeunes et moins jeunes, vivre ces quelques heures ou jours si proches de leurs amis Allemands.

  

Ce matin, quel plaisir d’abord de rencontrer nos trois artistes wattrelosiennes en train de s’activer à construire des objets en carton qui seront présentés à côté des peintures lors du vernissage de l’exposition de cet après-midi. Il n’y a pas à dire : la bonne humeur règne, n’est-ce pas Brigitte, Micheline et Chantal ?

  kothen2010-4.jpg

Juste après le déjeuner, nous voyons arriver les compétiteurs d’une course depuis Landeberg, et avouons que nos sportifs (qui ont quand même parcouru 269 km) sont eux aussi très souriants, malgré l’effort.

  

A la réception officielle cet après-midi, en prenant la parole, je rappelle la citation de Jean Cocteau, pour qui « l’amitié est une création de l’homme, la plus haute de toutes ». C’est cette amitié que nous faisons vivre avec ce jumelage et dont nous célébrons l’anniversaire.

  kothen2010-22.jpg

Le serment en a été signé en 1990, et « nous, les héritiers sommes fiers et heureux des liens qui nous unissent. Nos traditions ne sont pas les mêmes, notre histoire et notre héritage culturel sont différents. Mais nous avons en commun de quoi surmonter tout cela : nous avons du cœur ! ».

  

Je rappelle combien est riche notre jumelage avec Köthen, à l’image, au-delà des associations présentes aujourd’hui, des philatélistes, des kothen2010-6.jpglanceurs de javelot ou des échanges scolaires qui ont lieu entre notre cité scolaire Emile-Zola et le Ludwiggymnasium. Si notre jumelage a 20 ans, il est « vivant, actif, généreux ». Et en cette fin d’après-midi, je lui souhaite « un très bel avenir et une longue vie ».

 

L’humour et le sérieux sont, dit-on, deux traits qui me caractérisent. Alors je les utilise au terme de mon propos.kothen2010-7.jpg L’humour, en offrant sous les rires de l’assistance à Kurt Zander une superbe vache en peluche (qu’il va garder précieusement dans son bureau, au milieu de quelques autres !), symbole de Köthen bien sûr, mais aussi de la convivialité de notre jumelage.kothen2010-8.jpg Le sérieux aussi, en lui remettant, parce que l’amitié est d’or, la grande plaquette d’or de l’Assemblée nationale !

 

Après la cérémonie en mairie, nous voilà partis vers le château (restauré) de Köthen (un superbe bâtiment du 14e siècle) où nous inaugurons l’exposition des artistes,kothen2010-9.jpg où nos Wattrelosiennes font bonne figure (et avec le sourire !) et où un couple d’allemands me confie un instant leur chien dénommé… Otto ! kothen2010-10.jpgSurtout ne le dites pas à Albert…

 

La fête bat son plein et les danses se succèdent aux intermèdes musicaux ; notre Band’As notamment donne le rythme… pardon, des rythmes ! Tape des mains, bouge-toi… Voilà ce que partout ils sèment par leurs prestations. kothen2010-11.jpgQuelle joyeuse bande de musiciens ! Et de voir leur banderole où Wattrelos est écrit en grand me fait bien plaisir.

 

Ne reste plus qu’à patienter jusqu’à la fête du Ku Ka Kö ce soir où la troupe de Ronald reçoit en vedette un groupe très réputé Outre-Rhin, le groupe Karat . Leur rock est en effet endiablé…

 

Auf Wiedersehen Köthen. Et vive le jumelage Wattrelos-Köthen !

 

kothen2010-12.jpg

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 10:56

watou1-2010.jpgLa réception pour la remise des lots du printemps du commerce, ce soir dans les Salons de l’Aveline, n’est pas une simple réception. Elle est également un moment important dans la vie de notre fédération des unions commerciales de la ville, W’Atout commerce, puisque sa présidente depuis tant d’années, Marielle Wyts (Atelier Marielle), passe officiellement la main à son successeur, Christophe Ricci (Ricci Automobiles)… dont le garage se situe juste en face du lieu où nous nous retrouvons ce soir !

 

L’élection du nouveau bureau de W’Atout est très récente : Renée Collet (vice-présidente), Nicolas Motte (trésorier) et Marie-Pierre Deslemmes (secrétaire) épauleront le nouveau président dans sa nouvelle tâche dont je sais qu’elle sera consommatrice de temps et d’énergie. C’est d’ailleurs ce que j’avais dit à Marielle quand elle était un jour venue me trouver dans mon bureau pour m’annoncer qu’elle venait d’être élue présidente, succédant en cela à Bernard Halleumieux : animer le tissu très dense (plus de 350 enseignes) de commerçants et d’artisans wattrelosiens est une charge réelle, d’autant moins facile à assumer que le métier est déjà prenant en soi.

 

Marielle a néanmoins su relever le gant et je lui rends un hommage appuyé : elle fut une partenaire attentive et fidèle des manifestations commerciales… dont elle a d’ailleurs enrichi le calendrier en imaginant et en faisant vivre d’autres événements, tout en assurant la tâche de son entreprise de tapissier-garnisseur connue bien au-delà des frontières communales.

 

Il est important que nos commerçants et artisans wattrelosiens continuent de disposer d’une représentation qui sache défendre leurs intérêts et promouvoir la ville, faire l’interface avec les autorités consulaires et d’Etat aussi, d’autant que des décisions lourdes nous attendent, et que des chantiers importants restent à conduire.

 watou2-2010

J’adresse donc tous mes encouragements à Christophe Ricci et à son équipe… ainsi que des félicitations à nos gagnants du jour – il ne faudrait pas oublier que nous sommes également réunis pour la remise des lots du printemps du commerce ! – qui repartiront l’un avec un vélo homme, et la dame avec un vélo dame (ouf, le monde est bien fait !) après avoir simplement rempli un bulletin en faisant leurs courses chez nos commerçants en ce printemps 2010… et avoir été tiré au sort bien sûr (un scooter et un vélo ont déjà été remis lundi soir à la CCI à deux autres gagnants).

 

Félicitations aux lauréats, merci Marielle et bonne route Christophe !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 10:28

poutugais2-2010.jpgRéception riche d’amitié et de convivialité que celle de ce matin à l’Hôtel de ville où je reçois 16 écoliers de Guarda, notre ville jumelle du Portugal, venus rendre visite toute la semaine à leurs copains wattrelosiens de l’école Jean-Zay (après les avoir reçus du 17 au 24 mai).

 

Au menu : fête de l’école, visites touristiques… à Wattrelos et ailleurs, jeux, excursions à Lille, Paris, Bruges, Bruxelles…

 

J’embrasse la salle du regard et franchement, je ne saurais dire qui sont les Français et qui sont les Portugais. Ce sont des enfants d’Europe, tout simplement, qui se ressemblent comme tels. S’il n’y avait qu’une seule raison d’avoir concrétisé le jumelage, ce serait établir ce constat-là. « Tous les enfants sont comme les vôtres » comme chantait Jacques Brel…

 

Du reste, il y a quelques siècles, ici dans le Nord, nous étions nous-mêmes espagnols… Cela nous rapproche déjà de nos amis Portugais ! Alors, avec le recul de l’Histoire, nous accueillons nos hôtes de Guarda comme des frères… eux qui viennent d’une ville sœur !

 

Je remercie bien évidemment, pour la force et la constance de son engagement dans nos échanges, le représentant de la délégation lusitanienne, Virgilio Bento, adjoint à l’éducation et… vice-président de sa ville car, au Portugal, le maire est un président (celui de la câmara – la chambre – municipale) ; c’est donc en utilisant le mot président que nos amis portugais qualifient le maire que je suis – petit plaisir toujours amusant ! Cela dit avec humour bien sûr…

 portugais1-2010.jpg

C’est vrai, les enfants ne parlent pas la même langue, mais ils parlent entre eux la plus belle des langues qui soit : celle du cœur et de l’amitié. La preuve : ces yeux humides d’émotion et de tristesse au moment de se quitter entre jeunes Français et jeunes Portugais, scènes déjà vécues et qui, immanquablement, vont se reproduire au moment du départ dans quelques jours. Des moments humainement forts pour ces enfants ! Alors, même si la crise rend les choses plus difficiles, au Portugal comme en France, à Guarda comme à Wattrelos, je le dis très clairement : il ne peut être question que s’affaiblissent ces échanges exemplaires car les rencontres entre ces enfants sont des rencontres entre de futurs citoyens d’Europe ; l’Europe de demain, c’est eux ! Voilà pourquoi, d’ailleurs, il serait  temps que l’Institution européenne se mobilise enfin pour soutenir de tels échanges car ce serait contribuer à faire vivre la vraie Europe, celle des peuples et des citoyens !

 

Vive le jumelage avec Guarda ; vive ce jumelage de la fidélité !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 14:42

On s’en souvient : avec d’autres élus, et bien des associations, je m’étais élevé contre la fermeture du consulat d’Italie à Lille (cf. article du 26 janvier 2010). La partie a été gagnée car après toutes ces interventions, les autorités italiennes, si elles ont réduit quelque peu la voilure de l’entité consulaire lilloise, ont cependant décidé de maintenir son existence.

 

Cela vient d’être confirmé cette semaine par le consul lui-même et relayé par les associations locales, à commencer par l’UIM, l’Union des Italiens dans le Monde, dont son entreprenant président, Urgo Sebastiano, vient de m’écrire pour me communiquer les informations qui lui sont parvenues et m’adresser ses remerciements (pour lire la lettre, cliquez ici).

 

Au terme de ces échanges, les services consulaires actuels seraient maintenus jusqu’en 2012 ; et au-delà de cette date, un vice-consulat serait envisagé. L’UIM souligne que c’est précisément ce qu’elle revendiquait « comme alternative à une fermeture annoncée et définitive».

 

C’est en effet un moindre mal. Car, à mes yeux, ce qui était important, c’est que nos milliers de concitoyens d’origine italienne puissent conserver ici un interlocuteur local pour leurs documents administratifs et… le pays ! A Wattrelos, à Roubaix, nos amis italiens sont nombreux. Voilà pourquoi, l’Italie à Lille, c’était non seulement nécessaire mais indispensable ! Cela aura été rendu possible… tant mieux !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 11:01

georgette-medaille.jpgCe midi se produit un événement rare à Wattrelos : je remets une médaille d’or de la Ville. C’est que je rencontre une personnalité éminente. Je suis venu dire bon anniversaire à Georgette Nys, vaillante bénévole du club de l’Amitié, qui fête son… 100e anniversaire, entourée de ses amis, à la salle Georges-Diongre où se tient un repas en son honneur.

 

Georgette est donc centenaire. Mais elle aura surtout été bénévole au club (où elle a servi de nombreuses années) car passionnée par les autres. Elle vient au club de l’Amitié depuis 1972 ! Elle connut une vie pas toujours facile en étant contrainte, très jeune, de devoir gagner sa vie en devenant bonne à tout faire, puis ouvrière à La Lainière. Autant de titres de noblesse qui valent bien à cette grande Wattrelosienne la médaille d’or de notre ville !

 

De surcroît, c’est une femme de cœur. Dans la résidence qu’elle occupe, elle ne manque pas d’aider celles et ceux qui en ont besoin, de santé plus fragile qu’elle. Et au club, comme son mari avant elle de très longues années durant, elle a  toujours été très active ; d’ailleurs, je suis sûr qu’il s’en faut de peu qu’elle ne se lève pour servir les autres, elle dont c’est aujourd’hui la fête, et qui a bien gagné le droit de rester assise !

  Georgette.JPG

Ce midi, je lui exprime donc toute l’affection et le respect du premier magistrat de la ville, mais également mon amitié. Elle est dans une forme épatante – chez elle, elle fait son ménage et sa cuisine – et, avec sincérité, c’est elle qui, la première, a levé son verre à… ma santé ! J’ai vite proposé qu’on le lève à nouveau pour une santé qui nous est chère… celle de Georgette ! Son secret ? Elle ne le cache pas et le dit en souriant : un petit verre de porto tous les jours, c’est son plaisir ! Je ne sais pas si c’est validé par la Faculté de médecine mais vous pensez bien que je me suis empressé… de le répéter à nos amis Portugais de passage cette semaine à Wattrelos !

 

Bon anniversaire Georgette !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 14:57

Après les enfants au Parlement, l’après-midi est pour moi celui de la jeunesse, ou plutôt des jeunesses en action !

 

Kermesse à Notre-Dame de la Mousserie où, à la descente du train, cela fait du bien de se restaurer… comme chaque année car c’est pour moi une habitude d’y déguster merguez et frites de Catherine (la directrice), aux côtés de Dany (une de mes élues… par ailleurs institutrice à l’école) ! Cette année, pêché de gourmandise, ce sera en plus glace (au chocolat, bien sûr !). Les gamins font plaisir à voir, ce sont eux les vedettes sous les crépitements des appareils photos des parents agglutinés au pied du podium qui immortalisent l’instant, tout en ne perdant pas de vue les évolutions du petit ou de la petite. Enfin quand je dis les parents, ils ne sont pas tous au pied du podium car beaucoup sont installés à leur table, autour des stands de jeux ou… s’affairent justement à tenir les stands, très nombreux comme chaque année (fléchettes, carabines, pêche miraculeuse, maquillage, circuit électrique, tirlibibi… il y en a pour tous les goûts !) : l’association des parents d’élèves est spécifiquement dynamique, il est vrai !

 jean-zay2010.jpg

Autre fête d’école, avec des parents très mobilisés aussi, et la fête est belle également au groupe scolaire Jean-Zay, à quelques centaines de mètres. Cette année, élémentaire et maternelle font la fête ensemble ! C’est réussi ! Je suis accueilli par des tas de petits Mickaël Jackson (c’est l’année !) vampirisants, plus thriller que nature ! Beaucoup de joies, de bonne humeur, tout cela sous le regard de nos jeunes écoliers portugais de Guarda de passage pour une semaine à Wattrelos : belle découverte pour eux que d’arriver pour la fête de l’école de leurs correspondants. Fête sympa, vraiment ! Bravo Marie-Suzanne (élémentaire), bravo Brigitte (maternelle) !

 savate.jpg

La jeunesse, en action, je continue de la rencontrer ensuite. A la Cité des Sports d’abord, où le club de boxe française La Savate wattrelosienne organise un inter-club pour les petits licenciés. Ils ont belle allure, nos jeunes Wattrelosiens sur leur ring avec leurs gants de boxe. La boxe française, ce n’est pas que de la boxe. C’est plus subtil : les pieds aussi jouent un rôle, et le sportif doit composer sa stratégie et ses mouvements, souvent vifs, rapides et précis dans la touche, avec ses poings comme avec ses pieds. C’est souvent impressionnant de rapidité et surtout de technique. La compétition, avec notamment le club de Tourcoing, est de bon niveau et surtout, quoique sérieux, les jeunes prennent plaisir à leur sport.

 gauloise2010.jpg

Les gymnastes de La Gauloise, lors de leur fête de fin d’année, sont tout autant sérieux dans leur exhibition et la présidente Francine Maguerre peut être satisfaite : les tribunes sont pleines, malgré la chaleur… La buvette marche bien et les démonstrations se passent dans l’enthousiasme. Petites, petits, grandes et grands, chacun s’élance ou réalise sa prestation de tout son cœur ; un petit mot particulier pour les plus petites, très touchantes dans leurs gestes appris depuis à peine quelques mois : d’ailleurs, c’est sûr, à l’applaudimètre, elles sont championnes !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 14:11

cetis2.jpgCe matin, aux côtés de la présidente de la Communauté urbaine de Lille, du préfet de région et de mes collègues maires de Roubaix et Tourcoing, 1ère visite de chantier du CETI, le centre européen des textiles innovants qui se construit actuellement dans la zone de l’Union.

 

Le chantier est impressionnant par son ampleur : deux bâtiments immenses sont sortis de terre et se dressent fièrement, le long du canal, entre la tour Mercure et la tour Terken. Les travaux vont bon train et ne souffrent d’aucun retard, nous affirme Jean Badaroux, directeur de la SEM Ville Renouvelée qui construit ce CETI et qui nous guide dans ses espaces en construction, Martine Aubry, René Vandierendonck, Michel-François Delannoy et moi-même, accompagnés par de nombreux élus (dont Pierre de Saintignon et Patrick Kanner, vice-présidents du Conseil général), ainsi que de mon premier adjoint Christophe D’Hulst.

 

Le CETI est un pont entre notre passé et le futur. Parce que si l’industrie textile traditionnelle, si profondément ancrée dans notre agglomération, durant tant de temps et de générations, a fini de s’effondrer au début de la décennie, il reste une volonté et un savoir-faire qui, eux, n’ont pas disparu. Ces deux qualités vont pouvoir s’exprimer grâce aux textiles innovants, c’est-à-dire les textiles de demain qui nécessitent recherche et développement.

 

La façon de travailler au CETI, ensemble de bureaux et de laboratoires de différentes tailles, sera à la fois axée sur le travail du textile, avec des machines modernes ayant vocation à pouvoir être placées de différentes manières en fonction de la demande, et la conception innovante, c’est-à-dire le prototypage, la production de petites séries, ce qui sera unique au monde.

 

L’idée est de raccourcir les processus d’innovation qui, aujourd’hui, sont disséminés et répartis aux quatre coins de la planète. D’ailleurs, le montage financier éclaire bien cette priorité : la moitié du financement est dédiée à la construction des bâtiments ; l’autre moitié aux équipements pour travailler les filages tricomposants – rares à l’heure actuelle – et des textiles non tissés inhabituels.

 

C’est à un cabinet d’architecture roubaisien qu’a été confiée la conception du CETI, dont l’aventure a débuté en… 2002 ! Si le projet a mis du temps à trouver sa concrétisation, c’est qu’il fallait établir les partenariats et prévoir les subventions nécessaires pour cet investissement dont le montant est estimé entre 40 et 50 millions d’euros : 5 millions d’euros pour l’Etat, 2,6 pour LMCU (auxquels il convient d’ajouter 1,4 million pour LMCU en tant qu’actionnaire de la SEM), 1,5 million pour le Département ; la Région participera quant à elle au financement des machines.

 cetis1.jpg

Luc Saison, l’architecte désigné (à gauche sur la photo), nous explique que le CETI est le porte-étendard de cette zone de l’Union qui unit les trois villes de Wattrelos, Roubaix et Tourcoing. Le premier bâtiment comportera un grand parvis pour pouvoir accueillir des manifestations et, à l’étage, des bureaux et des laboratoires. Le second bâtiment sera le moteur du CETI : c’est là que se trouveront les grands labos adaptés aux recherches. L’alimentation en énergie de ces deux bâtiments se fera par le dessus et par le dessous (sous-sol avec galeries techniques).

 

Quant à l’allégorie architecturale choisie – pour reprendre le langage poétique de Luc Saison – c’est le métier à tisser qui a été choisi, avec un effet de faille horizontale dans les bâtiments de laquelle émergeront une forêt de poteaux rappelant les fils du métier à tisser (en même temps, cette architecture offrira une vue transversale sur les jardins intérieurs).

 

Voilà donc le CETI qui prend forme ; la fin de chantier est prévue l’année prochaine. C’est en tout cas un beau symbole et un beau signal de reconquête urbaine et industrielle dans une agglomération qui a terriblement souffert, et qui veut se tourner résolument avec espoir vers son avenir.

 

 

 

Partager cet article
Repost0