Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 06:24

J’ai dit ce que je pensais de l’étude publiée par Challenges et reprise dans la presse locale – dans des manchettes dont la grosseur est inversement proportionnelle à la qualité technique de l’étude en question – et je dois avouer qu’il m’aura été heureux ce matin de lire, dans Nord Eclair (page 13… chiffre de chance !) un article sur « L’autre palmarès des communes… ».

 

Dommage que, cette fois, ce ne soit pas en première page des journaux !

 

Car que dit-on dans cet article ? L’observatoire Odis 59, conduit par le tenace François Deboosère, qui analyse dans la durée, les comptes des collectivités locales, contredit à la fois les méthodes et les résultats de l’étude qui a servi de base à celle publiée par Challenges. Honnêtement, je n’ai, pour ma part, rien dit d’autre…

 

Qu’écrit Odis 59 ? Au-delà de la pique à nos amis journalistes sur « la lucidité professionnelle » pour ceux qui ont porté au pinacle l’étude publiée par Challenges, il souligne :

 

  « calculer sur 5 ratios, c’est dangereux », et préconise une analyse sur quatre ans ;

 

  sur Wattrelos, « on a mis au pilori cette commune, alors qu’avec notre moyenne pondérée sur quatre ans, elle s’en sort beaucoup mieux » ;

 

  en conclusion que « Wattrelos, Croix et Wasquehal, saquées dans l'étude publiée par Challenges, sont au-dessus de la moyenne régionale, alors que Roubaix, qui s’en sortait honorablement dans le magazine économique, est en mauvaise posture ».

 

Et j’ajoute pour compléter ce panorama que la Communauté Urbaine vient de publier cette semaine l’évolution des potentiels fiscaux par habitant des communes de LMCU, et Wattrelos aura – enfin – connu une évolution très positive. Alors que pour bon nombre de villes cet indicateur recule, pour Wattrelos, le PFH aura gagné près de 100 € de 2008 à 2010 : on était à un peu plus de 726 € en 2008, pour être à 791 € en 2010 ! C’est une belle progression (+ 65 €, soit + 9 % en deux ans, qui se compare favorablement avec les évolutions sur la même période de Lille (2 %), Marcq (2,4 %), Croix (4,8 %), Wasquehal (5 %) ou Lambersart (6,4 %) ! C’est la conséquence des investissements qui ont été menés ces dernières années, notamment en matière économique. La Ville conserve, c’est vrai, un PFH faible, elle demeure une commune financièrement pauvre, mais la pente de son évolution n’est plus orientée à la baisse ! Tant mieux, pour tous. Pour les finances communales de demain, bien sûr, et pour nos services rendus à la population.

 

 

Pour lire l'article de Nord Eclair, baton2cliquez ici.

 

 

Partager cet article
Repost0
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 16:20

Ce soir se tient le conseil municipal consacré au débat sur les orientations budgétaires pour 2011. L’exercice consiste, pour la majorité comme pour l’opposition, à expliquer ce que sont ses propositions pour construire le budget 2011 qui est à élaborer, et notamment de préciser les propositions des uns et des autres en matière de dépenses et de recettes.

 

C’est à Kamel Khiter, mon adjoint aux finances, que revient de présenter aussi synthétiquement que possible le contexte général de cette préparation budgétaire, et notamment donc de synthétiser le document qui sert de base à ce travail.

 

2011 se prépare ainsi, avec pour toile de fond :

 

 des incertitudes internationales dues aux envolées de prix de l’énergie, des matières premières et des produits alimentaires (ce qui peut influencer des dépenses déjà consistantes du budget) et à l’inflation (qui peut provoquer des hausses de taux d’intérêt) ;

 

 une austérité décrétée de l’Etat vis-à-vis de ses dotations aux collectivités locales (gelées pour 3 ans, ce qui va de fait en faire diminuer nombre d’entre elles) ;

 

 des besoins sociaux en hausse.

 

Partout, les communes sont conduites à se serrer la ceinture et à faire des sacrifices, plus ou moins importants selon leur gestion. Beaucoup sont contraintes d’augmenter leur fiscalité locale. A Wattrelos, les gros efforts, c’est en 2010 que nous les avons faits. Après un accident en 2009 dû à une chute brutale de certaines recettes, il a fallu rétablir le cap. D’où les mesures prises en 2010, avec de grosses économies et un réajustement fiscal et de tarifs aussi justes (fondés sur le quotient familial) et raisonnables que possible. Ce travail a payé : les comptes de la ville ont été rétablis et 2010 se termine même sur un léger excédent (qui permet d’apurer complètement 2009 !). La Municipalité aura su être réactive et prendre les mesures de gestion nécessaires. Qui peut oser dire qu’elle n’est pas bonne gestionnaire ?

 

Le résultat, c’est que nous n’avons pas de boulet aux pieds pour commencer la préparation de ce budget. Oh, attention : impossible pour autant d’ouvrir les vannes ! La situation est et reste fragile car nos dépenses (67 % de dépenses de personnel) sont rigides, et certaines de nos recettes (droits de mutation) ont prouvé qu’elles pouvaient être volatiles. Donc prudence pour 2011, avec pour règles :

 

 finir de rétablir l’épargne nette (notre autofinancement) ;

 

 faire face à nos dépenses obligatoires ;

 

 poursuivre l’encadrement des dépenses de personnel (clés de l’équilibre budgétaire) et des dépenses de gestion, sans appauvrir les services rendus à la population ;

 

 limiter à 3 millions € environ, le volume des emprunts levés en 2011 pour stabiliser notre dette, ce qui suppose de recentrer nos investissements sur ce qui est ultra-prioritaire : les écoles (surtout à Beaulieu) ; l’enfance ; l’accessibilité des personnes à mobilité réduite ; le nettoiement…

 

 pas de hausse des impôts locaux en 2011.

 

Pour prendre connaissance des éléments de cadrage du document d'orientations budgétaires, DOB 2011 version blogcliquez ici.

 

Pour lire l'intervention de Kamel Khiter, adjoint aux finances, DOB POUR 2011 Intervention Kamel cm du 16 fev 2011 version cliquez ici.

 

Partager cet article
Repost0
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 18:31

En dépit de ma bonne éducation, je n’ai pas l’habitude, après une claque sur la joue droite, de tendre la joue gauche. Surtout quand il en va de l’honneur de l’équipe que je conduis et de l’honneur de ce qui m’est le plus cher au monde : ma ville, la ville de mon enfance, la ville de ma vie !

D’autant plus que les propos qui ont été tenus, même s’ils forcent le trait dans une optique de classement, sont inutilement blessants : on parle de « cancre » et de «lanterne rouge »… Tout cela n’est pourtant que caricature et erreurs.

 

1. L’étude présentée est en effet imparfaite, incomplète et caricaturale.

 

> Elle est imparfaite. Comment la comparaison est-elle faite entre les villes ? A partir de quelques ratios (pourquoi ceux-là ? Pourquoi pas d’autres ?), sur une année donnée (2009). Ce qui est, évidemment imparfait pour apprécier une gestion : ce n’est qu’une photo de certains éléments à un moment déterminé, c’est tout !

 

Déjà en 2008, lors de la publication de l’étude précédente, l’Afigese (Association finances gestion évaluation des collectivités territoriales) était montée au créneau pour dénoncer la méthodologie de cette étude, décrite par ces spécialistes comme « techniquement contestable ».

 

Ainsi par exemple, l’Afigese écrivait « L’étude n’est pas pluriannuelle, et ne reflète donc pas la gestion d’un maire, mais se résume à l’appréhension financière instantanée d’une commune ; ces ratios ne peuvent mesurer la gestion d’un mandat ».

 

Tout est dit ! Et rien que cela justifierait que ce type d’étude ne fasse pas la première page des journaux.

 

> Elle est incomplète. Elle ne prend absolument pas en compte les services rendus par la collectivité ! Quelles sont les autres villes aussi mal notées que Wattrelos ? Tours, Saint-Etienne, Laval, Nice, Marseille, Grenoble et… Nantes, pourtant la ville dont on dit couramment qu’elle est la ville de France où l’on vit le mieux ! Dès lors, que vaut ce classement de Challenges ? Le voisinage de ces villes n’est vraiment pas une tare pour Wattrelos, bien au contraire. Le bien vivre n’a d’évidence rien à voir avec cette prétendue étude…

 

> Elle est caricaturale, ne serait-ce que pour deux raisons :

 

  • d’une part, parce qu’elle fait ses calculs sur une seule année : 2009 ! Or, ce n’est pas un secret, Wattrelos a connu un exercice exceptionnellement mauvais en 2009 puisqu’avec une chute imprévue de ses recettes (droits de mutation immobilière surtout) et une poussée de ses dépenses (énergie, personnel), elle a connu un déficit important d'1,1 million d'euros ;

  • d’autre part, parce qu’elle met surtout l’accent sur un seul critère : le poids des dépenses de personnel dans le total des dépenses de fonctionnement. Or, à Wattrelos, historiquement – c’est un choix politique – ce chiffre est lourd : 67 % du total des dépenses en 2009 (alors que la limite des puristes financiers est, classiquement, de 53 % !). Et si, dans ce classement, nous sommes mal classés, ce n’est qu’à cause de ce seul critère !

 

Caricature ! Car loin d’être notre faiblesse, ce poids des dépenses de personnel est notre fierté ! Ce n’est rien d’autre en effet que la contrepartie de services publics rendus aux Wattrelosiens.

 

2. Loin d’être un « cancre », Wattrelos est championne pour ses services publics !

 

> Wattrelos offre à sa population des services publics nombreux et de qualité. C’est vrai pour les écoles (où les ratios d’encadrement des enfants sont supérieurs à bien des villes où les activités périscolaires sont nombreuses et variées), la restauration (cuisine centrale), la culture (trois bibliothèques, bibliobus, Boîte à musiques, conservatoire, école de danse, atelier de coupe et couture), le sport (salles et équipements, piscine, remboursement des licences), les loisirs (fêtes, vie associative), la jeunesse (bourses d’enseignement supérieur), la police, les aînés (résidences et clubs), l’enfance (trois crèches), le parc urbain, le plan d’eau, l’Omep, la ferme pédagogique, le point d’accès au droit, deux mairies annexes… et tant d’autres services collectifs !

 

> Or, le fonctionnement de ces services publics, ce sont des hommes et des femmes, les agents municipaux qui l’assurent ! Il n’y a pas de services publics nombreux sans agents en conséquence. D’autant qu’à Wattrelos, pour être plus proche des citoyens, plus adapté à leurs besoins, le service public se fait surtout en régie. C’est une caractéristique municipale : déjà en 2000, les dépenses de personnel représentaient 56 % des dépenses de fonctionnement.

 

> C’est vrai aussi que ces dernières années, Wattrelos a continué de mettre en place de nouveaux services : crèche et bibliothèque supplémentaires à Beaulieu ; agents de médiation à Beaulieu ; point d’accès au droit ; renforcement des personnels des crèches ; politiques contractuelles...

D’autant plus que, face à une situation locale de l’emploi qui se dégradait, quand elle l’a pu, la Municipalité n’a pas manqué de mettre en œuvre une politique de contrats aidés pour amortir les grands plans sociaux que notre agglomération a connus (Saint-Maclou, Terken, Saint-Lièvin…).

 

Loin d’être out, en matière de services publics rendus, Wattrelos est in. Et la Municipalité en est fière ! C’est en effet la vocation d’une gestion municipale : ici, on rend des services nombreux, avec des agents municipaux ; c’est notre choix et tant pis pour les ratios !

Aux antipodes des conclusions de Challenges, je l’affirme : Wattrelos est bien gérée !

 

> Le rétablissement des comptes en 2010 l'atteste : confrontée au déficit de 2009, la Municipalité a su réagir vite et prendre les bonnes décisions ! Sans supprimer de services aux Wattrelosiens, avec quelques réajustements fiscaux et de tarifs raisonnables et justes mais en réalisant de gros efforts d’organisation et d’économie dans les services municipaux, les comptes de la ville en 2010 sont de retour à l’équilibre. Grâce même au léger excédent dégagé, tout le déficit 2009 est gommé ! L’excédent de fonctionnement global est revenu à + 175 000 euros, et il n’y aura pas d’augmentation des impôts en 2011 ! Qui peut nier que, face à la crise, la Municipalité aura su bien gérer la ville ?

 

> C’est d’ailleurs parce que la ville est bien gérée que le ratio dépenses de personnel / dépenses de fonctionnement de l’étude publiée par Challenges se dégrade et contribue à notre mauvaise note. En effet, ces dernières années dans la maison-ville, les charges autres que le personnel ont été très encadrées et ont diminué. Conséquences ? Puisque les autres charges diminuent, mécaniquement le poids des dépenses de personnel (même si elles n’augmentent pas en valeur absolue !) s’alourdit ! C’est donc un paradoxe : mieux on gère, plus la note va se dégrader.

 

> Enfin, pour ceux qui auraient quelque nostalgie, n’hésitons pas à regarder l’histoire financière de notre ville et constater :

  • que le résultat de clôture de 2009 (même avec un déficit de fonctionnement d'1,1 M€), était quand même de + 855,1 k€ : il n’était que de + 114,4 k€ en 1999 ;

  • que si l’épargne nette est négative en 2009, et encore un peu en 2010, elle l’était déjà, par exemple, en 1995, 1997, et 1999 ;

  • que l’annuité de la dette (ce que nous payons chaque année pour rembourser notre dette) ne se compare qu’à 8,1 % de nos recettes de fonctionnement : elle était de 15,2 % en 1999 ! Par rapport à nos recettes, l’annuité actuelle de notre dette est la moitié de ce qu’elle était il y a dix ans !

  • que malgré la crise, Wattrelos continue d’investir : nous aurons, de 2005 à 2010, réalisé 37,6 M€ de dépenses d’équipements, soit le double de ce qui aura été investi sur la période 1995-1999 (18,8 M€ exactement).

 

La Municipalité a une ligne de conduite : l’argent public doit être un argent utile pour les habitants de Wattrelos. Il n’est pas placé (contrairement à d’autres villes) ; il est utilisé, pour faire fonctionner des services publics utiles à tous les Wattrelosiens et pour investir dans des équipements qui amélioreront l’avenir de tous. N’est-ce pas cela la définition même de la bonne gestion publique ? Moi, je suis sûr que oui.

 

C’est cela la vraie vie, celle du quotidien, celle des habitants, celle d’une équipe municipale qui ne veut que le plus et le mieux possible pour les Wattrelosiens.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 15:22

petitsdej2011-1.jpgComment bien commencer la journée ? En prenant un bon petit-déjeuner !

 

C'est ce que les enfants de l'école Voltaire, dans le quartier de la Martinoire, apprennent en ce moment. Ce matin, ils mettent même leurs connaissances en pratique autour d'un généreux buffet où se côtoient les grands groupes d'aliments : féculents (il y a même des crêpes !), fruits (ou jus de fruits), produits laitiers, et aussi (mais c'est facultatif) quelques produits sucrés comme le chocolat, la confiture, les céréales industrielles...

 

En me rendant à la mairie, je fais bien volontiers un arrêt à l'école où je rejoins la directrice Juliette Keraudy etpetitdej2011-2.jpg la diététicienne de la Ville Sylvie Bertrand, pour accompagner cette action pédagogique, prendre un petit café et, je l'avoue, déguster la crêpe au chocolat que l'on m'offre. L'ambiance est très sympa et les enfants manifestement ravis de partager ce moment de convivialité.

 

Un moment utile au demeurant car le petit-déjeuner est un repas à part entière – enfin, il devrait l'être ; c'est vrai qu'en France, on a parfois tendance à l'expédier – et qu'il permet de poser, dès la première heure de la journée, les bases d'une alimentation équilibrée. En ce moment, ce sont les CE2, CM1 et CM2 de Voltaire qui s'imprègnent de toutes ces notions ; avant les vacances de Pâques, ce sera au tour des maternelles, des CP et des CE1 d'aborder le sujet sous un angle plus adapté à leur âge : la découverte des saveurs et le plaisir de manger en dégustant.

 

Tout cela complète les actions entreprises par la Ville en matière de prévention et de santé car l'hygiène alimentaire est une forme d'hygiène à part entière, et se sentir bien dans son corps, c'est se sentir bien dans sa tête !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 14:04

maurice-leroy1.jpgC’est le principe des visites ministérielles : elles sont souvent éclair. Si, globalement, le ministre de la Ville, Maurice Leroy, a passé du temps dans notre agglomération, après une fin de matinée à Hem et un début d’après-midi aux Trois-Ponts à Roubaix pour faire le tour des sites ANRU, c’est par Beaulieu qu’il a terminé son parcours. Un peu moins d’une demi-heure montre en main pour aller à l’essentiel.

 

L’essentiel, sur ce projet de rénovation urbaine, comme je le dis au ministre dès son entrée à l’Espace projet (où on maurice-leroy2.jpglui fait visualiser, via un film que chacun peut d’ailleurs consulter sur place, les démolitions et constructions nouvelles, et donc tout le réaménagement du quartier), cela tient en un chiffre : 4 millions d’euros. 4 millions d’euros que j’espère de cette visite.

 

De quoi s’agit-il ? Essentiellement de trois choses :

 

  • d’abord que la Ville puisse, avec ses partenaires (Etat, Région, Département, Communauté urbaine, Caisse des dépôts, bailleur), bénéficier d’un avenant à la convention initiale (signée en novembre 2006) qui, non seulement prolongera jusqu’en 2013 la durée du programme mais surtout permettra d’en aménager son contenu. Le temps a passé depuis qu’en 2004 on a lancé les premiers cadrages, et de nouvelles adaptations, tant en priorités qu’en volumes financiers, sont à valider ;

     

  • ensuite, et surtout, que l’Etat soutienne la Ville pour valider le lancement d’un programme de rénovation / agrandissement des trois groupes scolaires du quartier, indispensable compte tenu des évolutions dorénavant prévisibles des enfants qui vont être scolarisés dans les années qui viennent. Pour cela, nous avons besoin que l’Etat réaffecte sur cette priorité 3,2 M€ des crédits préalablement inscrits dans la subvention ANRU ;

     

  • enfin, pour débloquer (enfin !) le feuilleton administrativo-économique qui nous permettra (enfin !) d’accueillir une grande enseigne pour le supermarché du cœur du quartier avant l’été ; il n’est pas impossible que l’Etat doive accepter de redéployer 0,8 M€, là aussi de ses crédits antérieurs.

 

Voilà ce que j’attendais de cette visite car si, sur chacun de ces points, Ville, Communauté urbaine, Région, bailleur, les représentants locaux de l’Etat (Equipement d’une part, Education nationale d’autre part) nous sommes d’accord, rien ne vaut la décision d’un ministre pour que cela s’accélère… Et là, je dois dire que ces vingt-cinq minutes auront pu être utiles : le préfet, le directeur régional de l’équipement, le Cabinet de l’Inspection académique, présents, auront entendu comme moi la claire prise de position du ministre Maurice Leroy en faveur de nos demandes.

 

Pour appuyer un peu la démonstration, aux côtés de notre inspecteur de l’Education nationale, Jean-Pierre Mollière (photo), nous nous sommes rendus au groupe scolaire Brossolette, où le jeune et motivé directeur, Sébastien Mittenaere, a justifié auprès du ministre les efforts et les aménagements que la Ville s’apprête à engager pour améliorer les conditions d’accueil des enfants (il y en aura bientôt plusieurs dizaines en plus) dans son école.

   maurice-leroy3.jpgmaurice-leroy44.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Reste maintenant à ce que cela suive… On va tout faire pour cela !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 16:07

tropheeph1.jpgIls sont la vraie richesse de Wattrelos : les bénévoles sont à l'honneur, ce matin lors d'une grande première : les trophées du bénévolat wattrelosien. Pour cette première édition, la mezzanine de la salle Salengro est bondée, à l'heure de l'apéro, pour applaudir les 7 lauréats choisis par le jury, sur base de la trentaine de candidatures transmises par les responsables d'associations eux-mêmes.

 

Lorsque mon adjoint à la vie associative, Robert Bédart, m'a soumis l'idée, il y a deux ans, je me suis dit : s'il faut récompenser les bénévoles de Wattrelos, la salle Salengro ne sera pas assez grande, et ça va être L'école des fans : tout le monde va gagner car nos bénévoles sont tous méritants ! En réalité, l'idée était de construire une cérémonie conçue par les associations (le réseau de la vie associative) pour les associations, plus précisément pour les bénévoles de l'ombre, ceux qui n'exercent pas de responsabilité, qui ne sont pas sur le devant de la scène mais se donnent à fond pour les autres tout au long de l'année en étant disponibles, en rendant service, en faisant preuve d'un admirable état d'esprit sans rien attendre en retour, parce que c'est dans leur nature. Ils sont les rouages qui font que ça tourne ; ils sont les bénévoles du petit matin,tropheeph2.jpg ceux qui se lèvent tôt pour véhiculer ou préparer une manifestation, ceux sur qui on peut compter même tard dans la nuit ! 

 

Parce qu'ils sont l'incarnation d'une valeur républicaine forte, la fraternité, j'ai voulu que leur soit décerné une Marianne du bénévolat, œuvre du président-sculpteur de l'Atelier des arts, Claude Sauvage. Ils le méritent bien, ces bénévoles qui sont, avec leurs associations, notre Californie wattrelosienne, nos pépites d'or, notre plus belle richesse communale ! ce sont nos associations, nos bénévoles – ah, le joli mot !

 

La gratuité, le don de soi, ça n'a pas de prix. Ce qui fait que dans nos rues, dans nos quartiers, on puisse trouver des mains tendues, des amis, des passionnés au moment où on traverse une passe difficile, lorsque le ciel s'obscurcit, lorsque l'on doute, c'est inestimable et cela donne du sens à la vie : faire partie d'une association, donner de son temps et de son énergie, être utile, se faire plaisir en faisant plaisir...

   tropheeph3.jpg

Heureusement, dans la mise en lumière de ces bénévoles, je n'ai pas eu à choisir ! Du reste, je n'ai eu connaissance des résultats que récemment : je n'aurais pas aimé être membre du jury ! Cela étant, cette réception n'est pas une compétition : il n'y a pas de podium, juste une mise en lumière du dévouement silencieux, d'une collaboration discrète mais si efficace, si essentielle.

 

Se succèdent donc les lauréats 2011, selon les catégories définies par le jury : un groupe de jeunes de l'école d'arts martiaux wattrelosiens (Manon Leury, Loïc Vanmasart, Dylan Delplanque, Alicia Del Prato, Terence Francisco et Sarah Pierens-Dib) et leur présidente Patricia Dewannain (catégorie jeunes) ; Clément Duyck, un jeune tireur et arbitre du club d'escrime (qui fête ses 16 ans aujourd'hui !) ; Daniel Delcroix (catégorie culture et tradition locale) et l'abbé Tieghem (prix spécial du jury), deux Wattrelosiens passionnés qui connaissent le passé de Wattrelos mieux que personne ; Christiane Dubuis et Angélique Deffes, de l'association Touscan qui vient en aide aux enfants du Nicaragua (catégorie action internationale) ; Bernard Vandaele, motard au grand cœur rejoint par surprise par ses 11 petits-enfants (venus de toute la France !) ; et Georges Maertens, de l'association des centres sociaux (sous son déguisement d'indien!), qui fait les courses dans le quartier de Beaulieu pour celles et ceux qui ne peuvent se déplacer.

 

A leurs côtés, je tiens aussi à mettre à l'honneur deux autres bénévoles qui sont chères au cœur de notre Nouvel Age : Victoria Rosselle et Aline Lesieu, des clubs du Nouvel Age du Touquet et du Crétinier-Ballon, fidèles et serviables entre toutes. Je leur remets la médaille d'honneur de l'Assemblée nationale !

 

A Wattrelos, on recense près de 400 associations. C'est énorme ! Certaines ne comptent qu'une poignée de membres, d'autres plusieurs centaines – le record étant détenu par l'association pour la gestion du plan d'eau (les pêcheurs) qui compte près de 1 000 adhérents ! Cela crée des exigences pour la gestion publique mais c'est aussi une force, raison pour laquelle les associations occuperont toujours une place importante aux yeux de la Municipalité, que ce soit par les subsides qu'elle accorde ou les locaux et le matériel qu'elle met à leur disposition, à la hauteur de ses propres ressources.

 

Alors, je peux le dire sans plus attendre : les moyens des associations wattrelosiennes seront maintenus en 2011 sans effort fiscal supplémentaire !

 

Ce matin, il y avait à Salengro de l'émotion (jusqu'aux larmes), de l'amitié et de la bonne humeur. Longue vie à nos associations et bravo à nos bénévoles !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 18:02

bourleux2011.jpgCet après-midi, est reçue en mairie, comme chaque année, la Fédération des sociétés de bourle de Wattrelos, que préside Daniel Germonprez, pour la remise des prix de leurs tournois. C’est à Fabrice Scotte, le sémillant vice-président, que revient (avant qu’il ne conclue son propos en chantant, sur l’air de « Mexico », de forts allants couplets, composés par son complice Christian Ladoé, sur une ville qui nous réunit tous, à savoir… Wattrelooooös ! Notre salle des fêtes s’en souvient, car il ne chante pas mal du tout le bougre, n’hésitant pas à câliner les aiguës !) la lecture du déroulement des compétitions, et du palmarès.

 

Alors, bien sûr, en écoutant celui-là, je ne peux manquer de titiller mes amis bourleux wattrelosiens. car qui vois-je au premier rang sur ma gauche ? L’équipe Saint-Luc de Lys-lez-Lannoy, vainqueur de la Coupe de la Ville de Wattrelos (photo). Et qui vois-je au premier rang sur ma droite ? L’équipe des Boxeurs de Beaulieu de Tourcoing, vainqueur du Championnat de la Fédération. Les wattrelosiens ne sont pas sur les premières marches du podium, snif…

 

Heureusement, la jeune Emeline Scotte sauve l’honneur de Wattrelos. Elle triomphe au Masters Féminin. Ouf…

 

Tout cela se dit avec beaucoup d’humour, et dans la bonne humeur. Car c’est cela le monde de la bourle. De la compétition, oui bien sûr, mais aussi de la convivialité et beaucoup de plaisir autour des pistes. Alors, c’est dans les éclats de rire que je tiens cependant à rappeler l’attachement de la municipalité à la bourle, aux bourleux et aux bourloires :

 

  • en évoquant les efforts faits pour favoriser l’apprentissage dans nos écoles de la pratique du jeu de bourle, y compris avec le collège Nadaud, comme en attestent les 1.483 enfants qui ont eu cette initiation en 2010, et le tournoi inter-écoles (8 y ont participé) organisé par le Conseil municipal des enfants ;

  • en soulignant notre engagement pour défendre l’existence et la survivance de nos bourloires.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 16:46

L'Amérique, c'était le thème conducteur de nos associations pour leur forum ! Alors elles veulent l'avoir... et elles l'ont ! Ce week-end, cow-boys, indiens, péruviens, jamaïcains ou autres sportifs à la tenue typique se côtoient salle Salengro dans la plus parfaite harmonie dans leur village ! Pour y faire la fête, bien sûr !

      asso1.jpgasso02 asso03.jpg

 

 

 

 

 

Une biennale intitulée A l'asso des Amériques, très suivie (comme toujours !) puisque 69 d'entre elles (soit environ le quart du tissu associatif global) ont pu se libérer pour présenter leurs activités et peut-être donner des idées d'adhésion aux visiteurs de leurs stands installés en rangs serrés salle Salengro. Toutes sont particulièrement gaies, heureuses d'être là et de partager une belle tranche de vie wattrelosienne. Toutes ont mis un soin particulier à décorer leur stand ou à se déguiser couleur America. Dès l'arrivée au forum, le ton est donné, à l'image des sombreros (et des moustaches !) sur les ponchos de nos jardiniers, des danseuses de country de nos amis motards, du look d'Amérique du Sud de l'équipe des joyeux bambins ou des bénévoles des Restos du Cœur, ou avec le jet de bonne humeur des pom-pom girls de mes copines d'Amigym...

 asso04.jpgasso05.jpgasso06.jpg

 

 

 

 

 

 

Le forum, c'est l'occasion pour nos assos d'annoncer leurs activités à venir, à l'image de la si sympathique (et historique !) troupe des Trois Cinq de Beaulieu dont les représentations de la nouvelle pièce vont commencer. C'est l'incroyable aussi, comme... ce beffroi de la mairie de Lille croisé sur un stand. C'est le patrimoine enfin, comme ce jeu de javelot qu'on peut y pratiquer : avec mon invité du jour, nous n'y résistons pas ! Leur enthousiasme est communicatif et me gagne sans délai ! 

  asso07.jpgasso08.jpg asso09.jpg

 

 

 

 

 

 

Cet invité d'honneur est particulier cette année, parce que cela correspond à la fois à un moment d'actualité et à une amitié : Jean-Louis Callens, secrétaire général de la fédération du Nord du Secours Populaire est en effet à mes côtés pour l'inauguration en ce début d'après-midi. L'incendie de l'entrepôt roubaisien, à quelques heures de Noël, avait ému la France entière. Les bénévoles, les équipes du Secours Populaire ont su se serrer les coudes face à cette terrible adversité, face à cette catastrophe d'une injustice cruelle puisqu'elle touche 15 000 familles très démunies.

 

Ce week-end, comme à chaque fois que cela est nécessaire, Wattrelos est au rendez-vous de la solidarité. Je fais partie des élus qui, après l'incendie, ont écrit aux communes de toutes les villes du Nord afin de solliciter leur aide. Vendredi 11 février, un concert de soutien sera organisé ; ce week-end, l'intégralité des bénéfices réalisés sur les ventes de boissons sera reversée, lors de cette fête des associations, au Secours Populaire ! Une urne a de surcroît été installée pour ceux qui souhaitent faire un don et la Ville accordera par ailleurs une aide exceptionnelle au Secours Populaire.

  asso10.jpg

Certes, ce ne sont que quelques gouttes au regard de tout ce qui a été détruit et qui se chiffre en millions d'euros. Mais ici, la solidarité, l'affection portée à ceux qui ont moins et les qualités de cœur et d'humanité sont notre raison d'être, notre histoire. Pour nous tous, il ne pouvait être d'hôte plus symbolique de cette alliance entre ce que nous sommes, ici à Wattrelos, et l'actualité que Jean-Louis Callens aujourd'hui !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 11:34

chinois-blog2011.jpgConfucius a écrit : « Si tu viens en ami, tu seras reçu en ami ». Alors je le paraphrase volontiers : « Si tu viens à Wattrelos, tu seras aussi reçu en ami ! »

 

C'est par cette boutade que je reçois la délégation chinoise de 12 élèves et leurs professeurs, Wang Shan et Xin Rong (plus facile à écrire qu'à prononcer !), venue en France, et plus précisément à Wattrelos donc, pour rencontrer leurs correspondants de la cité scolaire Emile-Zola.

 

Ce n'est pas une première : il y a deux ans déjà, j'avais également reçu une délégation de ce lycée spécialisé dans les langues étrangères, dans la lointaine province du Sichuan (où vivent les pandas !). Durant une semaine, elle visitera notre région, s'initiera à la bourle bien sûr, suivra des cours à Zola (dont des cours de cinéma), avant d'accueillir à son tour 12 lycéens de Zola en Chine du 10 au 21 avril prochain.

 

Tout le monde est réuni dans le salon d'honneur de l'Hôtel de ville, devant lequel flotte le drapeau chinois à côté du drapeau français, pour écouter le proviseur de Zola, Michel Schuermans, souhaiter la bienvenue à ses hôtes – grâce à la traduction efficace du professeur de chinois de la cité scolaire Chloé Cattelain – et expliquer que l'enseignement de la langue chinoise en lycée est encore rare en France. L'option est suivie par 46 élèves de Zola, de la seconde à la terminale. Je suis impressionné, moi qui, en 1976, étudiais le russe dans ce même lycée Zola en compagnie de... trois autres camarades seulement (pour toutes les terminales) !

 

Prenant la parole, je rappelle qu'en 1 000 ans d'existence, Wattrelos a toujours porté un intérêt à nouer des contacts avec d'autres peuples pour des raisons économiques, de vie sociale, mais aussi pour des raisons humanitaires. Ces 30 dernières années, Wattrelos a même su se jumeler avec plusieurs villes d'Europe, et si d'évidence les conditions d'un jumelage ne sont pas réunies avec la ville de Chengdu d'où sont originaires nos invités, celles d'une relation suivie entre établissements scolaires le sont... avec le soutien de la Municipalité.

 

Car la Ville est en effet attachée à cet apprentissage du chinois à Zola ! A ne pas douter, l'avenir économique de notre monde se jouera en Chine après-demain et en maîtriser la langue sera un atout pour nos jeunes. Du reste, je connais plusieurs Wattrelosiens qui sont partis travailler en Chine.

 

Pour ma part, je n'ai qu'un vœu à former : que nos amis chinois reçoivent ce que l'on pourra leur donner de mieux à Wattrelos, c'est-à-dire cette chaleur humaine et ces qualités de cœur qui sont notre savoir-vivre, notre savoir-être et notre savoir-faire !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 14:37

naturalises2011-copie-1.jpgCe matin, comme nous le faisons tous les ans – j'ai d'ailleurs été l'un des premiers maires de France à instituer cette cérémonie il y a quelques années, bien avant qu'elle ne devienne obligatoire par la loi – la Municipalité reçoit les Wattrelosiennes et les Wattrelosiens ayant choisi de devenir français au cours de l'année précédente.

 

Je devrais plutôt écrire qu'ils ont obtenu leur naturalisation au cours de l'année écoulée, car leur choix a souvent été effectué bien en amont et la procédure est longue pour ces citoyens qui, bien souvent, vivent dans notre ville depuis plusieurs années (parfois même 40 ans pour l'un d'entre eux !) et qui font de fait déjà partie de notre famille... wattrelosienne.

 

Ces nouveaux citoyens français viennent du Brésil, du Portugal, du Togo, d'Egypte, de Tunisie... ; ils sont 16 Wattrelosiens au total à être devenus français et cette réception, pour officielle et solennelle qu'elle soit puisqu'elle marque leur entrée dans notre République, se veut également conviviale, comme on sait faire à Wattrelos : outre un livret sur l'histoire de notre ville, j'offre bien évidemment à mes hôtes une poupée Berlouffe qui n'est peut-être pas l'élément le plus identitaire de notre pays mais qui l'est assurément pour notre ville !

 

Cette poupée, c'est l'image de la convivialité à la wattrelosienne, une convivialité qui, comme je le dis dans mon discours, puise sa source dans la « diversité, la pluralité, cette capacité à vivre ensemble même si on n'a pas le même accent, la même teinte d'épiderme ou la même ascendance. Wattrelos a une longue tradition d’accueil et c'est sa fierté. Frontalière, elle a de tous temps connu des mouvements de population, des passages, des brassages... Elle est un vrai condensé de notre République ! »

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0