Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 23:07

trophee3.jpg

En réalité, il n’y en a pas qu’une seule, mais des Mariannes du bénévolat. Ce soir, j’ai le plaisir de les remettre à plusieurs de nos bénévoles associatifs wattrelosiens. Le Réseau des acteurs de la vie associative, le RAVA, en liaison avec Robert Bédart, mon adjoint à la vie associative, mobilise nos associations pour qu’elles proposent des candidatures… et je suis bien heureux de ne pas être dans le jury !

 

L’idée de fond de cette démarche tient en trois mots sur lesquels j’axe mon intervention, en clôture de la manifestation.

 

D’abord, le mot bénévolat. C’est fondamentalement lui que l’on veut honorer. Pour rappeler son importance, l’importance d’avoir dans une ville des bénévoles qui font vivre ce lien humain, social que sont les associations. Dans un monde d’économie capitaliste, où tout s’achète et tout se vend, il est bon et fondamentalement utile qu’à côté de ces relations économiques mercantiles, il y ait cet autre secteur, celui du dévouement, du don de soi aux autres, au service des autres. C’est lui, souvent, qui produit ce qui est essentiel pour nos concitoyens, le concept de la vraie richesse de la vie quotidienne de chacun : leur « bonheur intérieur brut »…

 

 

Si certains disent parfois, à l’instar des contrôleurs des comptes de nos collectivités locales, que les associations, que les subventions aux associations coûtent cher, qu’ils réfléchissent à ce que coûterait à la société une cité où il n’y aurait pas d’associations ! Voilà pourquoi c’est important de nous féliciter d’avoir des bénévoles.

 

Trophee-benevoles-F-Bergue.jpg

Et ceux mis à l’honneur ce soir sont exemplaires ; c’est le second mot sur lequel j’insiste : l’exemplarité. Exemplaire ne veut pas dire être en haut de l’affiche, exercer la responsabilité de président, trésorier ou secrétaire. Exemplaire, cela veut dire être un rouage indispensable, fondamental de l’association, un homme ou une femme de l’ombre qui, justement, ne cherche pas nécessairement à être connu ou à exercer des responsabilités affichées, mais sans qui la vie de l’association ne serait pas la même.

 

Trophee-benevoles-N-Maroukki.jpgEnfin, le troisième mot est bien sûr trophée, car c’est celui qui nous réunit ce soir. Une petite Marianne, républicaine mais universelle, réalisée par l’Atelier des Arts (clin d’œil à son président, Claude Sauvage) pour symboliser notre reconnaissance, celle du jury bien sûr, mais aussi celle des représentants associatifs venus nombreux pour congratuler certains des leurs. Avec cette année une particularité puisque deux collectifs auront été primés et ce fut fort sympathique : 6 jeunes filles de Jean-Zay gymnastique (un coucou à Barbara dont c’est l’anniversaire aujourd’hui !) et 8 drôles de dames de Jeux & partage. 

 

Félicitations à tous nos nominés 2013 !

 

Partager cet article
Repost0
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 19:47

visite-Delaunay-Berlouffes.jpgA Wattrelos, on est comme ça ! Une Berlouffe, c'est pour nous une carte d'identité, un signe de reconnaissance, le lien discret de l'appartenance à une confrérie initiatique attachée à notre histoire et à notre territoire, une manière aussi d'exorciser toutes les difficultés de la vie et d'afficher une foi déterminée en l'avenir. Une Berlouffe, c'est à Wattrelos, une manière de dire : « Je t'aime » !

 

Mais à Wattrelos, c'est aussi une façon de dire merci. Aussi, on ne sera pas surpris qu'à la fin de sa visite officielle à la maison de retraite, j'ai offert à Michèle Delaunay, ministre des personnes âgées, une de nos poupées magiques !

 

Bien sûr, il m'a fallu lui expliquer ce qu'est une Berlouffe, ce que sont nos Berlouffes, et l'épisode historique auquel le jet de poupées du haut de Saint-Maclou fait référence.

 

Mais après ce déblocage du dossier de la reconstruction de Saphir (et après 6 ans de tergiversations avec ses prédécesseurs ministériels : avec elle, enfin, cela n'a pas traîné !), et son soutien financier, c'est bien le moins ! Comme je le dis avec humour : « C'est sans doute la poupée la plus chère que j'aurai donnée » car la subvention donnée par la ministre est belle.

 

Rendez-vous maintenant pour l'inauguration du nouveau pavillon Saphir… entre janvier et mars 2015 !

 

Partager cet article
Repost0
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 09:27

Ce soir, c’est la réception traditionnelle des sociétés de bourles à l’Hôtel de ville de Wattrelos pour mettre à l’honneur les vainqueurs du championnat de la fédération des sociétés de bourles de Wattrelos, les gagnants du trophée de la ville de Wattrelos mais aussi les meilleurs joueurs de l’année, à savoir les masters.

 

Comme à l’accoutumée, cette réception, si elle est officielle, se veut conviviale, à l’image de ce monde très particulier qu’est celui des bourleux à côté de leur bourloire.

 

Bien sûr, ne mettons-pas la tête dans le sable : la bourle ne va pas très bien. Si elle subsiste dans notre ville, si je ne peux que dire ma profonde satisfaction qu’en 2012 une bourloire ait pu être sauvée, et réouverte après travaux à L’étaque, en plein centre-ville, il est toujours très difficile d’attirer des jeunes dans nos équipes locales. D’où l’importance de mettre à l’honneur, comme je l’ai fait, les deux plus jeunes des deux équipes vainqueurs, à savoir Jonathan Ladoe dans l’équipe du Bon Fraisier, et Clément Vianne des Amis de la Bourle.

 

bourle2013-1-copie-1Pour autant, n’oublions pas l’humour et le plaisir d’être ensemble. Voilà pourquoi je ne manque pas de taquiner (il ne s’en prive pas à mon sujet dans ses spectacles des Copés in deux, mais ce soir, c’est moi qui parle) Christian Ladoe qui, avec sa belle veste blanche (pour qu’on le voie bien !) trône au 1er rang ! Et pour cause : d’ordinaire (en fait depuis 2003 !), il était plutôt dans le fond de la salle. Mais cette année, c’est son équipe du Bon Fraisier qui gagne le championnat et à qui Daniel Germonprez remet le trophée de la fédération !

 

bourle2013-2Et à ce même Daniel, dont l’équipe des Amis de la Bourle, avec Fabrice Scotte, l'emporte, je remets symboliquement (car en fait il reste à l’Hôtel de ville) le trophée de la ville 2012 (cf. photo).

 

Je ne manque pas par ailleurs de féliciter très chaleureusement notre jeune talent wattrelosien, la jeune Emeline Scotte qui gagne superbement le master dames de cette année (bon sang ne saurait mentir !). L’arbre de ce jeune talent ne peut cependant cacher la forêt : nos sociétés de bourles ont un urgent besoin de nouvelles recrues.

 

Partager cet article
Repost0
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 09:19

naturalises-2013.jpgPlus que jamais, l’Hôtel de ville est bien la maison de tous les citoyens puisque, symboliquement, l’Administration municipale accueille ce matin solennellement dans la salle des mariages (beau symbole !) les Wattrelosiennes et les Wattrelosiens naturalisés français en 2012.

 

Déjà, jusqu’alors, Wattrelos était leur ville ; la France devient leur nation !

 

Si cette cérémonie est devenue une obligation légale, à Wattrelos elle existait avant la loi. Et c’est normal et naturel : Wattrelos aura été, durant le siècle écoulé, un creuset de populations qui font maintenant les habitants de notre commune.

 

Demander sa naturalisation n’est pas n’importe quel acte administratif. C’est fort. C’est aussi un acte personnel majeur. Car enfin, quand on est venu s’installer dans un pays, dans une ville d’adoption qui n’est pas la terre de ses ancêtres, prendre la nationalité du pays que l’on a rejoint, c’est un acte d’intégration, une manière de dire qu’on se sent bien là où l’on vit, sans pour autant renoncer à être soi-même, ni oublier d’où l’on vient. C’est donc bien normal que la République salue celles et ceux qui ont fait cet acte, d’autant plus, il faut bien le reconnaître, qu’avec les mesures prises depuis dix ans, et le durcissement imposé des procédures, être naturalisé français suppose souvent un véritable parcours du combattant.

 

En cette fin de matinée, devant les élus qui m’entourent, ils sont plus d’une dizaine à l’avoir fait. Ils sont du Maroc, du Sénégal, du Bénin, de Côte d’Ivoire, d’Algérie ou de Pologne, mais ils sont venus à Wattrelos, pour y travailler mais surtout par amour : et tous me disent se sentir bien ici, dans leur foyer. Sourires et bonne humeur, émotion aussi auront été de toute la cérémonie, égayée par quelques petits bambins qui témoignent, bien mieux que tout long discours, l’intégration familiale réussie de ces naturalisé(e) wattrelosien(ne)s.

 

Comme je leur dis : « La République vous a dit oui, parce que vous, vous lui avez dit oui ! ». Bienvenue dans votre nouvelle patrie, mes chers concitoyens…

 

Partager cet article
Repost0
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 19:31

C’est comme cela que je baptise ce soir nos médaillés municipaux : ils sont les missionnaires de l’intérêt wattrelosien !

 

Médaillés Ville 2013Ils sont évidemment, pour moi, autant de visages connus, bien connus, amis, complices d’années de travail en commun au service des Wattrelosiens, avec qui je partage quantité d’anecdotes, de souvenirs, de ce qui fait la richesse d’une relation humaine.

 

Je les reçois, en compagnie du Conseil municipal, au CSE pour les féliciter… et les remercier bien sûr pour le travail accompli. Ils sont 67 récipiendaires cette année à recevoir cette médaille du travail récompensant 20, 30 ou 35 années de service qui viennent de s’écouler, soit 1 830 années au total… qui valent très largement une médaille, l’une des plus belles qui se puisse obtenir – la plus belle peut-être : la médaille du travail.

 

Medailles-Ville-2013_2.jpgQu’elle soit d’argent, de vermeil ou d’or, elle est de toute façon superbe. Superbe car elle symbolise un parcours, un curriculum vitae, une bonne partie de vie ! Alors je leur dis : « Cette médaille, arborez-là ! Vous avez le devoir d'en être fiers comme je suis moi-même si souvent fier du travail accompli au service des Wattrelosiens. J’appelle cela « le service public à la wattrelosienne », tant notre sens du service public est développé, tradition héritée de notre histoire et de ceux qui nous ont précédés. Ici, on fait sans doute souvent plus qu'ailleurs. Et on essaie de faire souvent mieux. »

 

Medailles-Ville-2013_3.jpgCar si l’action politique est impulsée par les élus, concrètement, ce sont les services municipaux qui préparent, structurent, défendent les dossiers. Cette médaille, ce sont les efforts de nos agents au quotidien à faire changer la ville, à faire changer la vie en y mettant du cœur, du cœur à l’ouvrach’, comme on dit chez nous !

 

Regardons simplement 5 ans en arrière. Il y a 5 ans, Beaulieu ne ressemblait pas du tout à ce qu’il est aujourd’hui, avec ses logements modernes, son supermarché, ses commerces, son esplanade, il n’y avait pas de boulevard Cambray ni de tronçon habitat-travail entre la Martinoire et le Ballon, ni de tunnel sous le rond-point des Couteaux, ni ces kilomètres de rues refaites dans tous les quartiers. Les deux crèches actuelles de Beaulieu et du Sapin Vert n’existaient pas, non plus que la bibliothèque ou la résidence pour personnes âgées de Beaulieu, l’espace Titran, la nouvelle maternelle Michelet, l’école Brossolette rénovée, la Cité des sports au Crétinier, les nouveaux jeux du parc, les nombreux aménagements pour les personnes handicapées dans nos bâtiments publics. Il y a 5 ans, nos parcs d’entreprises de l’Avelin, du Beck, de la Martinoire ou du Winhoute n’étaient pas  si remplis.

 

 

Travailler en étant utile aux autres, c’est-à-dire aux Wattrelosiennes et aux Wattrelosiens, c’est plus qu’un boulot, une fonction, c’est une mission ! Alors, du fond du cœur, sincères et très chaleureuses félicitations à nos chers missionnaires !

 

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 12:16

galette4.jpg

C’est devenue une tradition wattrelosienne. Et cela permet de joindre l’utile à l’agréable comme on dit chez nous.

 

Ce soir, dans la salle des fêtes de l’Hôtel de ville de Wattrelos, il y a grand monde… Je reçois en effet, Claude Sohet, (ancien) président des boulangers-pâtissiers du Nord, qui se fait le porte-parole de la profession, pour m’amener une galette géante (avec un nombre de fèves tout aussi géant !). C’est l’occasion pour moi de mettre l’accent sur cette profession de véritables artistes (surtout pour les gourmands, dont je suis) qui se lèvent très tôt pour ravir nos narines et nos papilles de leur croûte de pain qui croustille ou de leurs pains au chocolat. Ils sont une présence irremplaçable aussi dans nos quartiers. Ça vaut bien un coup de projecteur une fois par an !

 

Mais quand même, je ne me vois pas déguster cette galette tout seul. Alors pour m’aider, j’ai  invité des amis précieux : les clients de nos commerçants wattrelosiens !

 

On les aime, nos commerçants de proximité dans nos quartiers. Ils sont pour beaucoup des confidents, des amis, ils écoutent, ils conseillent. Alors même si en 2012 à Wattrelos il y a eu plus de nouvelles activités commerciales ou artisanales (+ 78) que de fermetures (- 53), on sait bien que l’évolution du pouvoir d’achat a pesé sur les chiffres d’affaires. Alors si on veut garder nos commerces près de chez nous, il faut les aider. Comment ? Ben… en allant chez eux !

 

C’est le sens de l’opération menée en décembre 2012 par W’atout Commerce, l’association des commerçants de la ville présidée par Christophe Ricci : I love Wattrelos. Près de 70 commerçants participants, près de 7 000 bulletins déposés. Et au tirage au sort, les gagnants, c’est ce soir !

 

galette3Ils sont plusieurs dizaines ainsi à venir chercher leur lot à l’appel de leur nom et quand il est présent, le commerçant chez qui ils ont rempli le ticket le leur remet. Parmi les prix, des cafetières, appareils photo, téléviseurs, tablettes tactiles… 1er prix : une participation de 700 euros pour un voyage au choix du gagnant qui, cette année, est une gagnante : Jeanine, qui a validé le bon ticket chez Laurence, sa pharmacienne préférée, au Touquet ! Bon vol, Jeanine, pour le pays de vos prochaines vacances.      

Et en plus de leur cadeau, tous ces gagnants ont… une part de galette qu’avec mes hôtes boulangers et Christophe Ricci j’ai méticuleusement découpée (cf. photo). Ouf, il y en a eu pour tout le monde !

 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 15:19

voeux-entreprise3.jpgC’est vrai que, parmi les projets économiques majeurs pour 2013, l’investissement le plus visible, le plus structurant, est sans conteste celui qui concerne le Sartel, en entrée de ville, par la société Kalix Promotion. C’est un beau projet, qui justifie que mes invités d’honneur ce matin soient les co-gérants de l’entreprise : Albéric Bienvenu et Jean-Louis Fardel.

Un beau projet, oui mais pourquoi ? Parce qu’installer une – et a fortiori plusieurs, comme dans le cas présent – entreprise(s), c’est répondre à trois objectifs : créer de la richesse économique, créer des emplois et contribuer à la qualité de l’urbanisme, de la physionomie du quartier. C’est le quartier qui va être redessiné, complétement changé.

De ce point de vue, le projet Kalix est pleinement satisfaisant. Là où il y a aujourd’hui des jardins en friches, il y aura bientôt un éco-parc qui proposera 8 000 m2 de surfaces divisibles (de 100 à 1 000 m2).  On y trouvera de la restauration, un drive et principalement des locaux pour du commerce de gros à destination des professionnels (matériel de carrelage, d’électricité, de peinture…), ainsi que des cellules pour les artisans. A la clé, 150 à 200 emplois y seront localisés, dont la moitié en création nette, selon les co-gérants, dans un cadre verdoyant, à l’aménagement paysager soigné, et dans des bâtiments de nouvelle génération, homogènes, économes en énergie et dont les hauteurs seront contrôlées. 

voeux-entreprises1.jpgPlus de deux ans auront été nécessaires à la concrétisation de ce dossier qui répond à un vrai besoin. Kalix, spécialisé dans ce type d’aménagement, est d’ores et déjà sollicité par plusieurs enseignes qui souhaitent des locaux pour s’installer et se développer. Le permis de construire sera déposé prochainement. Deux phases de construction sont prévues : la première dès cet été 2013, et la deuxième mi-2014.

Le projet Kalix est le projet que nous attendions, que nous espérions en entrée de ville, et dont le Sartel avait besoin. C’est le premier site économique que l’on découvrira en venant de Roubaix par le Sartel ;  nul doute qu’il sera réussi !

voeux-entreprises2.jpg

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 15:15

voeux-entreprises1-copie-1En fin de matinée, à l’Hôtel de ville, c’est la dernière du marathon des cérémonies de vœux : celle consacrée aux forces économiques de Wattrelos. Je reçois les dirigeants de nos entreprises, nos partenaires, investisseurs et promoteurs, ou ceux en charge de l’emploi et du développement économique.

 

Ils sont les bienvenus car mes vœux sont, comme chaque année, intéressés : je leur souhaite d’aller bien, que leurs entreprises aillent bien et se développent car alors Wattrelos aussi ira bien et se développera : « Portez-vous bien, et Wattrelos ne s’en portera que mieux », fût-ce sur fond de crise.

 

Pour 2012, le tissu économique et social wattrelosien n'aura pas, heureusement, connu de heurts majeurs. C’est vrai sur le front de l’emploi où avec une hausse de 6,6 % du nombre de chômeurs (3 002, soit + 186 depuis septembre 2011) l’évolution est comparable à Lille et à Tourcoing mais plus favorable qu’à Hem (+ 13,8 %), Roubaix (+ 8,8 %) ou Villeneuve d’Ascq (+ 9,6 %). C’est mieux surtout que la moyenne LMCU (+ 7 ,7 %) ou régionale (+ 9,0 %).

 

Le climat économique aura bien sûr été affecté par le pouvoir d’achat amoindri des ménages et l’avancée de l’investissement des entreprises. Mais en 2012, de gros dossiers ont avancé, côté infrastructures (boulevard André-Cambray, première partie de la liaison habitat-travail), mais aussi administrativement pour des projets économiques.

 

Pour 2013, loin de tout renoncement, la Ville poursuit activement sa mutation sans perdre de temps ni de distance. Prête à rebondir quand les vents meilleurs s’engouffreront enfin dans les voiles !

 

Côté vie municipale, en 2013, on consolide, que ce soit l’assise financière (sans hausse de fiscalité !) ou en poursuivant les investissements (éducation, logement, aménagement avec les dossiers de La Lainière et de la réhabilitation du centre-ville).

 

Côté infrastructures, ça roule… pour les deux gros chantiers, Conseil général et LMCU, de Tourcoing-Beaulieu.

 

Et côté vie économique, 2013 s’ouvre sur quelques lumières « emblématiques et prometteuses ». D’abord, avec la construction au Beck de la nouvelle agence Pôle Emploi (ouverture septembre 2013). Mais aussi avec quelques « beaux dossiers » :

 

Ø une Maison de santé, un véritable pôle santé au Sapin-Vert. L’initiative est purement privée mais je la soutiens de toutes mes forces. Portée par des médecins, elles les regroupent sur un même site avec d’autres professionnels de santé, avec plusieurs disciplines, et avec soit une crèche, soit un béguinage. C’est un très beau projet qui devrait conforter l’intérêt de professionnels de santé d’exercer à Wattrelos. Avec quelques emplois induits bien sûr mais surtout un meilleur service rendu à la population.

 

Ø un centre d’accueil médicalisé pour adultes handicapés par l’association d’action sanitaire et sociale. Celle-ci reprend le projet d’Handas, annulé, ce que j’avais regretté, à côté de l’hôpital de Wattrelos. En jeu, plusieurs dizaines d’emplois supplémentaires non délocalisables, et surtout un équipement sanitaire et social qui conforte le centre hospitalier lui-même. C’est une très bonne nouvelle !

 

Ø Enfin, l’investissement le plus visible, le plus structurant en 2013, sera celui du Sartel, en entrée de ville, par la société Kalix Promotion. Le projet Kalix est le projet que nous attendions, que nous espérions en entrée de ville. C’est le premier site qu’on découvrira en arrivant de Roubaix par le Sartel. Nul doute que ce sera réussi. Cela fait plusieurs mois qu’on travaillait ce dossier. Je suis heureux de pouvoir l’annoncer.

 

Pour Wattrelos, 2013 doit être l’année de la reconquête des anciens sites industriels et, je l’espère, de la reprise de la croissance et des investissements. Bougeons pour que Wattrelos bouge !voeux-entreprise2

 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 15:14

signature-avenir2.jpgCe matin, en mairie de Wattrelos, « l’Etat est là ». Physiquement, par la présence de Marc-Etienne Pinauldt, secrétaire général de la préfecture, sous-préfet de l’arrondissement de Lille, avec qui je vais signer une charte d’engagement (cf. photo) symbolisant la volonté de la Ville de réaliser 20 emplois d’avenir. Mais l’Etat est surtout là politiquement, puisqu’il s’agit de mettre en œuvre un des dispositifs du triptyque de la politique gouvernementale de l’emploi, à savoir, à côté du contrat de génération (loi votée hier) et de l’accord collectif sur la sécurisation de l’emploi, les emplois d’avenir, destinés aux jeunes de moins de 25 ans, peu ou pas qualifiés.

 

L’emploi des jeunes est essentiel. Pourquoi ? Parce qu’une société qui ne donne pas d’espoir à ses jeunes va désespérer son avenir. Or, les jeunes sont les premières victimes de la crise. Dans certains pays européens, plus de 50 % sont sans emploi ; en France plus de 40 % dans certains quartiers.

 

A Wattrelos-Leers plus de 600 jeunes sont inscrits à Pôle Emploi pour un poste à temps complet (catégorie A), 908 au total pour toutes catégories. 1 chômeur sur 5 a moins de 25 ans ! Faire baisser ce chiffre inacceptable, c’est l’enjeu ! Il est politique, social et humain.

 

Voilà pourquoi, à Wattrelos, ville et associations (clubs sportifs, centres sociaux et associations de jeunesse) s’engagent ! Avec la Mission locale en maître d’œuvre, pièce maîtresse du dispositif, et Pôle Emploi à l’action (son directeur régional, Karim Khetib me fait d’ailleurs l’honneur d’être ce matin à nos côtés !).

 

La Ville s’engage sur trois pistes : préparer des prochains départs en retraite dans les services municipaux ; créer de nouveaux métiers (aide à la personne, développement durable…) ; être en partenariat, sur des compétences partagées, avec la Région. Je veux, pour ces jeunes, un effort attentif à la formation. Pour les associations, en sus de ce dispositif, elles pourront tirer parti de la baisse de leurs charges de taxe sur les salaires que nous avons votée en décembre, ce qui pourra les aider à financer leur reste à payer des emplois d’avenir. Ce ne peut qu’être bon pour l’emploi.

 

signature-avenir3Enfin, comme je le dis en conclusion, je souhaite que tous les partenaires de la Ville se mobilisent pour porter des candidatures d’emplois d’avenir professeurs pour les plus diplômés.

 

C’est avec émotion, on les comprend, que Dimitri Malfait (Ville, agent de liaison et de propreté), Samir Mokhtari et Mourad Chelbi (Acti’jeunes) ont signé leur contrat de travail (cf . photo). En avant pour notre jeunesse !

 

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 20:20

hendrix2-copie-1

Ce titre iconoclaste mérite à tout le moins une explication précise.

 

C’est qu’au musée des arts et traditions populaires de Wattrelos se tient une exposition née d’une double rencontre improbable autour de James Marshall Hendrix, dit Jimi Hendrix.

 

D’abord, la rencontre entre deux hommes : Jean-Noël Coghe, ancien grand chronique sur RTL et de Rock & Folk, et Wattrelosien émérite, et Jean Giraud, alias Moebius, dessinateur de bandes dessinées parmi les plus grands, père du célèbre lieutenant Blueberry et du futuriste Incal. Jean-Noël a bien fréquenté Jimi Hendrix dès 1967, et se souvient avec enthousiasme du moment où celui-ci se produisait au Twenty à Mouscron ! C’est d’ailleurs là qu’aura été tirée sa photo d’Hendrix en train de manger, que Jean-Noël retrouvera quelques années plus tard sous le dessin de Moebius sur une pochette de disque (à l’insu donc de son plein gré !), ce qui lui valut un procès (qu’il perdit !), mais qui lui fit gagner un ami et un complice, le dessinateur lui-même, avec qui il écrivit un ouvrage (illustré par Moebius) consacré à Jimi Hendrix.

hendrix1

 

Un bel exemple, comme je le dis ce soir, du « comment d’un conflit on peut faire une amitié ! » (l’inverse, malheureusement, de ce que l’on peut connaître en politique…).  

 

A tout le moins, ce sont les planches issues de cette collaboration entre le journaliste et le dessinateur que cette exposition présente.

 

La seconde rencontre que met à nu celle-ci, c’est celle entre la photo et la bande dessinée ! Et c’est extraordinaire : comment des photographies réalisées dans des moments de repas et de conversations, figeant des expressions, peuvent devenir support de dessins de bandes dessinées, sur fond souvent futuriste, et même pochettes de 33 tours ! C’est l’autre aspect de cette exposition, la rencontre entre deux arts.

 

Hendrix3A voir, pour le plaisir et pour la nostalgie, que l’on aime ou pas cet artiste mémorable qui jouait de la guitare avec ses dents (moi, je n’ai jamais su…), et qui nous a légué un Hey Joe que chacun connaît !  

Partager cet article
Repost0