Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 10:28
Travaux 2016 (1) : foisonnement de chantiers !

En cet été 2016, cela fait deux ans qu'a commencé le mandat municipal 2014/2020. Ce mandat, l'équipe que je conduis le vit dans un contexte pas facile : la réduction des dotations aux collectivités locales affecte bien sûr les ressources de la ville ; ville par ailleurs frappée par le traumatisme économique (et demain financier) de la restructuration de La Redoute.

 

Malgré cela, la majorité municipale tient ses engagements électoraux. Sur le programme électoral de 2014, sur les 144 actions programmées, 29 sont déjà réalisées et 52 sont en cours ; 56 % des engagements pris sont déjà tenus ou entamés, à peine après 2 ans de mandat ! Et encore, sur les parties du programme sur le logement, les grands projets, les écoles ou les sports, les pourcentages de ce qui est fait ou en cours sont compris entre 80 et 100 % !

 

Tout cela, nous l'avons fait en respectant deux engagements fondamentaux pris lors des élections de mars 2014 : pas de hausse des impôts ; stabilisation, voire réduction de l'endettement. Et je précise : pas de hausse des impôts, mais pas non plus de forte hausse des cantines, ni de TAP payants !

 

Pourtant, en rencontrant la presse (comme chaque année, … sauf l'an dernier) ce matin, avec Henri Gadaut, mon 1er Adjoint, et Catherine Osson, mon Adjointe à l'Urbanisme et aux Travaux, je peux faire le constat en cet été 2016 que le programme municipal avance à marche forcée.

 

C'est vrai, Wattrelos connaît un foisonnement de chantiers, des chantiers qui concernent des thèmes et des quartiers différents. Un tel nombre de chantiers en même temps, depuis que je suis maire j'ai rarement connu !

 

Dans cette rencontre avec la presse, il y a nombre de gros dossiers que je n'ai pas évoqué, même s'ils m'occupent aussi au quotidien : la résidence Saphir de la Maison de retraite à l'Hôpital et la Maison de Santé du Sapin-Vert que nous inaugurerons vers la fin octobre ; le Foyer Médicalisé pour Autistes dont les travaux s'engageront cet automne ; le Projet Médical Partagé de l'Hôpital à boucler pour le 1er janvier ; l'avenir de la piscine, encore à préciser ; ou la reconversion du site actuel de la Redoute pour lequel la bonne nouvelle est que j'ai reçu il y a quelques semaines un investisseur qui, après démolition, envisage une très grosse plate-forme logistique de 100.000 m², ce qui suppose, au demeurant, que les autorités belges terminent leur raccordement routier de l'autre côté de la frontière.

 

Pour autant, déjà, dans les dossiers de cet été il y a de "beaux projets", que ce soit en matière économique (Centre Commercial des Couteaux), sportive (salle de sports du Touquet), d'espaces publics (parkings du Centre Ville) ou d'accompagnement de nos aînés (accord trouvé pour une Résidence service séniors en face du parc urbain).

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 16:39

Ce matin, comme tous les ans, je procède à la visite de nos centres aérés wattrelosiens, et des mini-stages proposés en parallèle, en compagnie de mes élus et des cadres administratifs qui assurent l’organisation et la coordination de ces animations pour la jeunesse.

 

Nos centres d’accueil de loisirs se déroulent cette année durant 5 semaines, du lundi 11 juillet au vendredi 12 août, et s’adressent aux enfants et préados âgés de 2 ans 1/2 scolarisés à moins de 14 ans à la date des centres : depuis dix jours maintenant, ils sont plus de 1 000 enfants à être accueillis chaque jour dans nos 14 centres.

 

Chaque centre y va de son thème pour fédérer animateurs et enfants : Les héros à Camus maternelle, à Voltaire et à Lavoisier, Le livre de la jungle à Buisson, Les mystères d’Anatole Express à l’élémentaire Anatole-France, etc.

 

Nous commençons la visite par un mini-stage consacré à la création vidéo – une nouveauté cette année – à la bibliothèque. Nous surprenons un groupe d’enfants un plein tournage, au rayon des ouvrages politiques (un hasard qui ne s’invente pas !), d’un clip qui consistera à faire plonger nos jeunes acteurs dans un livre magique (je me fais expliquer le scenario), tandis qu’à l’extérieur, dans le jardin, un autre groupe se la joue journal télévisé en réalisant des interviews.

 
Dans nos centres aérés et nos mini-stages : quelle ambiance !
Dans nos centres aérés et nos mini-stages : quelle ambiance !

Salle Brossolette, à Beaulieu, de plus jeunes enfants s’essayent au ludosport (initiation aux sports pour les petits) ; j’en profite pour chiper un ballon et marquer un pénalty à mon directeur général des services ! Yes, ça fait du bien !

Dans nos centres aérés et nos mini-stages : quelle ambiance !
Dans nos centres aérés et nos mini-stages : quelle ambiance !
Dans nos centres aérés et nos mini-stages : quelle ambiance !
Dans nos centres aérés et nos mini-stages : quelle ambiance !

Direction ensuite Lavoisier où le doyen des directeurs, Franck, nous fait découvrir jeux extérieurs en élémentaire (je suis également performant au tir à l’arc et au speed-ball !), puis l’univers des super-héros en maternelle où les enfants ont endossé des super-costumes qui leur font passer des super-vacances ! Avec mes adjoints, nous n’avons pas hésité à mimer les super-héros avec les enfants : ce n’est pas de l’orgueil, mais de la bonne humeur.

Dans nos centres aérés et nos mini-stages : quelle ambiance !
Dans nos centres aérés et nos mini-stages : quelle ambiance !
Dans nos centres aérés et nos mini-stages : quelle ambiance !
Dans nos centres aérés et nos mini-stages : quelle ambiance !

Un peu de fraîcheur, en cette chaude semaine, pour poursuivre : sur les berges de l’étang de pêche André-Verbrugghe, le mini-stage de… pêche justement nous emmène à la rencontre d’enfants bien sages et concentrés sur leur bouchon. Alors, ça mord, jeunes gens ? Chut… Eh oui, pendant notre présence, l’un de nos jeunes a pris un poisson ! Quelle joie !

Dans nos centres aérés et nos mini-stages : quelle ambiance !
Dans nos centres aérés et nos mini-stages : quelle ambiance !

A l’école Lakanal, rencontre avec des joueurs et joueuses de balle au prisonnier (un classique indémodable !). A Ferdinand-Buisson, en face, les petits sont déjà installés à table : c’est l’heure de la pause de midi !

Dans nos centres aérés et nos mini-stages : quelle ambiance !

Fin de notre petit périple par le CSE où d’apprentis-magiciens nous ont réservé des tours de cartes, des illusions d’optique, un numéro de mentalisme… qui me laissent perplexes. Bravo à ces jeunes pour leurs démonstrations, et notamment à Abdelahim et à Lyes pour leur tour ! Je n’ai rien compris ! Ouh que ça m’agace !

Dans nos centres aérés et nos mini-stages : quelle ambiance !
Dans nos centres aérés et nos mini-stages : quelle ambiance !

Bref, l’ambiance est excellente dans nos centres et nos stages à la moitié de cette session de juillet !

 

Je ne doute pas qu’il en soit ainsi également pour les enfants de 8 à 12 ans partis – ou qui partiront – camper durant une semaine dans les Flandres, sur la Côte d’Opale ou dans la Meuse…

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 08:19
Fête du 14 Juillet (2) : Aimons-nous vivants... maintenant !

François Valéry était l'artiste "phare" de cette édition du 14 juillet, et, je ne le cache pas, je connais toutes ses chansons. D'évidence, vu les 1500 à 2000 personnes devant le podium, je ne suis pas seul ! En venant l'écouter, on sait que l'on va parler cœur, amour, mais aussi soleil, rythme, musiques. La promesse fut tenue, et avec succés !

 

 

Fête du 14 Juillet (2) : Aimons-nous vivants... maintenant !

D'entrée, le ton est donné, avec "My Way" ("comme d'habitude") où le crooner éveille la sensibilité : qui n'a pas aimé sur cette chanson, ou connu les tiraillements entre l'amour et l'habitude ? Le public s'enflamme ensuite avec "Elle danse Marie", et s'emballe avec "J'aime l'amour avec toi"… Juste avant un titre que je fais volontiers mien " "Putain d'envie de vivre" ("de me battre et de survivre, de tenir") qu'on a "dans le cœur et tout au fond de moi".

 

Evidemment, l'envie du public de chanter en cœur avec François Valéry s'affirme avec "Qu'est-ce qu'on a dansé sur cette chanson" ("Quand tous les souvenirs deviennent mélancolie/Quand le vent du soir parle encore du chagrin/ Et on se souvient" ; "Pourtant on était seuls au monde"…)

 

Pour ma part, flash sur les années 70/80 avec le medley dont tous les titres me sont familiers : "Une chanson d'été" ("sur laquelle je t'ai demandé est-ce que tu m'aimes ? Cette chanson d'été nous pouvons la recommencer cette nuit même") ; puis "La loi d'amour" (qui "frappe en plein cœur", "je t'aime encore mais tu t'en vas") ; ensuite le superbe "Je t'aime, tu as gagné je t'aime" ("j'ai pas compris comment j'avais perdu").

 

Pour "Dream in Blue", des jeunes filles du public au 1er rang assuraient le duo avec l'artiste, en lieu et place de Sophie Marceau. Retour à l'émotion avec "Chanson d'adieu" ("4 heures du matin, je n'arrive pas à m'endormir, je n'arrive pas à oublier", "je pense à toi", "je m'assieds au piano, je caresse les touches, j'ai envie de t'écrire en musique"…). Ensuite, on part "Chez Lola", avant un titre du tout nouvel album : "le Centre du monde c'est elle" ("Ca se voit dans tes yeux/ Que ta vie ne tourne plus à l'endroit").

 

 

Fête du 14 Juillet (2) : Aimons-nous vivants... maintenant !

Nouvel embrasement du public, avec la musique rythmée d'"Emmanuelle" ("Comme un soleil, toujours plus belle/devant mes yeux, la vraie merveille/sensuelle et blonde/aux grands yeux verts, aux jambes longues"). François Valéry descend ensuite de scène pour aller saluer et embrasser son public.

 

Avant d'évoquer, dans ses dernières prestations, les "DJ qui font danser le monde", la reprise de "C'est la même chanson", et cette chanson qu'il m'a dit me dédier, et qui aujourd'hui a pour moi un goût tout particulier : "Aimons-nous vivants… maintenant !" ("Quand on est au bout de soi-même/quand il n'y a plus aucune raison de le cacher/comme une envie de rêver tout haut", "n'attendons pas que la mort nous trouve du talent/Aimons-nous vivants !").

 

Près de deux heures de spectacle d'un artiste disponible pour ses fans, répondant toujours avec le sourire aux photos, autographes et embrassades. Un bien bon souvenir que le passage à Wattrelos de François Valéry !

Fête du 14 Juillet (2) : Aimons-nous vivants... maintenant !
Partager cet article
Repost0
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 01:42
Fête du 14 Juillet (1) : Assos et musique au parc !

C'est notre "marque de fabrique" maintenant à Wattrelos : la Fête nationale se fête au parc urbain, avec d'abord toute la journée dans ce cadre champêtre, des stands tenus par des associations, où jeux, boissons fraîches et pâtisseries, voisinent des structures gonflables où les enfants se donnent à cœur joie, tout cela à l'immédiate proximité de la ferme pédagogique. Bravo à toutes les associations mobilisées et à leurs bénévoles.

 

Mais bien sûr, le 14 juillet à Wattrelos c'est sur le podium où se succèdent des vedettes de variétés. Cette année, un peu avant seize heures, le spectacle débuta avec Fred, le sosie de Renaud qui, tant par la voix et la ressemblance, aura captivé l'attention du public qui a apprécié les multiples tubes repris ("Morgane de toi", "Mistral gagnant", "En cloques", "J'ai embrassé un flic"), avec pour moi une résonnance particulière avec "Toujours debout" ("J'suis retapé, remis sur pieds/Droit sur mes guibolles, ressuscité/Toujours vivant, rassurez-vous").

Fête du 14 Juillet (1) : Assos et musique au parc !
Fête du 14 Juillet (1) : Assos et musique au parc !

En plus du beau soleil sur Wattrelos cet après-midi, la température s'est élevée, ensuite, avec Christiane de Zouk Machine qui, dans une chanson bien connue à écouter quand on veut "nettoyer, balayer, astiquer", nous a tous prouvé que "la musique est dans la peau", et aura su faire "zouker" l'ambiance.

Fête du 14 Juillet (1) : Assos et musique au parc !
Fête du 14 Juillet (1) : Assos et musique au parc !

Notre "local" de l'étape, le beau Michael Fortunati, aura su, lui aussi, pousser les feux, d'abord avec son tube "Give me up", ou son autre titre "Into the night", ou "Danse avec moi" ("l'amour n'est plus imparfait"), avant de faire bouger le public avec plusieurs belles reprises ("You are the children", "Boys, boys, boys", "Coup de folie" de Thierry Pastor, "les Démons de minuit", "Macumba" et autres titres) des années 80.

Fête du 14 Juillet (1) : Assos et musique au parc !
Partager cet article
Repost0
11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 12:00
Maire honoraire de Wattrelos, Alain Faugaret n’est plus !

Bien plus qu’une figure de la vie politique wattrelosienne, c’est un monument politique qui s’en est allé. La mort d’un maire, ou d’un ancien maire, est toujours un événement majeur dans une commune. A Wattrelos, pour les Wattrelosiens, et pour le maire de Wattrelos que je suis, l’annonce de la disparition d’Alain Faugaret est un choc à la hauteur de la stature du personnage, de la longévité de son mandat municipal, comme de l’étroitesse des liens qui, si longtemps, nous unirent.

 

Je le savais malade, bien sûr, mais son décès est une douleur. Malgré notre éloignement, malheureusement, ces dernières années, il n’est pas faux de dire que je me sens orphelin.

 

Alain aura été le maire dont le mandat a été le plus long de toute l’histoire de Wattrelos : de 1971, lorsqu’il succéda à Jean Delvainquière, à l’an 2000, quand il me passa le témoin, pendant près de 30 ans, il fut le premier magistrat de notre bonne ville de Wattrelos. En son nom, il exerça bien d’autres mandats et fonctions, au Conseil Général du Nord (jusqu’en 2015), à la Présidence de la Commission Départementale (dans les années 70), à la Communauté urbaine, comme député (1978-1988).

 

L’éducation, c’était son métier d’instituteur. Mais il en fit une priorité absolue de ses mandats successifs. Il voulait que, comme ce fut le cas pour lui (et plus tard pour moi), l’école puisse donner aux enfants de Wattrelos les meilleures chances de réussite. Camus, Brossolette, Voltaire, Curie, Kergomard, Anatole-France, Brel, Buisson, Jaurès, Condorcet, Jean-Macé, et encore, en 1995, l’élémentaire Anatole-France auront rythmé les investissements des budgets municipaux sous son autorité.

 

Son autre grande vision, ce fut incontestablement le cadre de vie, avec ce poumon vert de Wattrelos qu’est le Parc du Lion.

 

Homme d’une très grande culture, passionné d’histoire, militant socialiste de sa prime jeunesse, promoteur de l’éducation populaire avec Pierre Mauroy dont il fut toujours un ami fidèle, Alain Faugaret était un homme érudit, qui sut toujours rappeler les faits, les hommes, les références au passé pour mieux comprendre le présent et prendre les décisions nécessaires pour l’avenir.

 

Wattrelos lui doit beaucoup ; moi, je lui dois tout ! C’est lui qui, en 1983 – j’avais 23 ans – me fit venir à ses côtés pour être conseiller municipal. Avec lui, j’ai appris la ville, ses quartiers, ses humanités, ses solidarités, ses richesses d’histoire et de cœur dont il voulait me dire combien il est essentiel que nous en préservions l’héritage. Car Wattrelos, ce n’était, dans sa tête, pas pareil qu’ailleurs ! Sur ce plan, il avait raison.

 

Son attachement à Wattrelos était profond, viscéral. Wattrelos était toute sa vie d’élu, en fait toute sa vie personnelle. Sa cigarette, sa corpulence, sa chope, son goût des kermesses, des assemblées générales, des nombreux banquets de l’époque étaient connus de tous. Jalousement conservateur de l’identité wattrelosienne, il nous la laisse en héritage. Avec lui, Wattrelos est restée maillée d’un réseau associatif dense et fort, porteur d’animations et de solidarités, et a su tendre la main à des communes d’Allemagne, de Hongrie, de Pologne, du Portugal ou de Roumanie, pour rassembler ce qui est épars en Europe dans un même message de fraternité.

 

A la veille du XXIe siècle, malheureusement, la chute des entreprises textiles, celles de l’histoire de ses parents comme de sa jeunesse, a profondément bousculé ses repères, et s’il comprit qu’une mutation économique importante s’engageait, avec de nouveaux défis, de nouvelles équipes et un nouveau maire, à mes côtés, redevenu Premier Secrétaire de la Section Socialiste de Wattrelos, il voulait que Wattrelos reste fière d’elle-même, de ses valeurs de ville socialiste, ouvrière et solidaire.

 

Tant d’années durant, jeune militant, puis conseiller municipal, puis jeune maire, j’ai tant appris de lui, et nous avons tant partagé, humainement et politiquement.

 

Malheureusement, un jour, il a refusé de me serrer la main, s’est éloigné de moi et nous ne nous sommes plus parlé. Quelle blessure, humainement, ce fut, et c’est encore, pour moi. Pourquoi ? Je ne l’ai jamais su. Sans doute, dans cette querelle, y a-t-il des torts partagés. Pourtant, je suis fier d’être son successeur.

 

Notre proximité humaine, notre respect et considération mutuels furent si forts, pendant plusieurs décennies, qu’une vaine querelle ne peut me faire oublier l’homme qu’il fut et que j’ai admiré si longtemps, et dont j’étais l’ami.

 

Il y a quelques jours à peine, apprenant l’issue fatale proche, je suis allé le voir. Déjà absent, dans sa souffrance, je lui ai dit, en lui prenant la main, qu’il a serrée : « Bonjour Alain, je t’apporte le bonjour de Wattrelos ». Et il m’a souri : Wattrelos, sa belle, ce nom magique qui nous unit tous deux, lui et moi à jamais !

 

Comme maire, comme militant, et dans mon cœur d’homme, Alain Faugaret, je te le dis : tu es et resteras un grand homme !Par-delà les incompréhensions de la vie politique, l’amitié et le respect ne meurent jamais !

 

Un livre de condoléances sera installé dans l’Hôtel de ville, ainsi que son portrait pour permettre le recueillement. Les drapeaux seront mis en berne.

 

Wattrelos perd l’un de ses grands serviteurs.

 

Alain, repose en paix !

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 15:41
Conseil Municipal (1) : Débat sur le PADD

Le 13 février 2015, la Métropole Européenne de Lille (MEL) a lancé la révision générale de son Plan Local d’Urbanisme (PLU), laquelle s’inscrit dans des orientations générales figurant dans le PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durable) : c’est ce dernier document, sur lesquelles les communes doivent se prononcer avant début octobre, qui était – c’était la plus « grosse » délibération – en débat lors du Conseil Municipal de ce soir.

 

Le PADD exprime les enjeux du territoire, définit les stratégies et les choix d’aménagement, et il le fait à travers un axe transversal et six axes thématiques que notre assemblée communale a examiné successivement après leur présentation par Catherine Osson, Adjointe à l’Urbanisme. La majorité municipale a formulé des propositions précises, pour porter les intérêts et spécificités de Wattrelos auprès de la MEL, et les oppositions étaient invitées à formuler les leurs. L’élu Front de gauche n’a « pas pris part au vote » (il n’a pas eu le temps de préparer les amendements » !), les élus Bleu Marine n’ont rien dit, ni débat ni amendements ( !) mais ont voté le texte de la majorité. Seul le groupe « Républicains » aura formulé 3 amendements, la majorité a accepté d’en retenir 2 qui ont été intégrés dans sa rédaction, le 3ème ayant été retiré en séance par leurs auteurs.

 

Ainsi, sur les différents axes, la Majorité municipale a plaidé :

> sur le modèle de développement (axe 1), pour que soit privilégiée la réutilisation des friches industrielles plutôt que la consommation de nouveaux espaces agricoles ;

> sur le développement économique (axe 2), pour que soit priorisée la création d’entreprises et d’emplois adaptés aux demandeurs d’emploi de notre bassin d’emploi ;

> sur l’attractivité (axe 3), pour affirmer les parcs d’activités de la Lainière et de l’Union ;

> sur l’accessibilité (axe 4), pour l’amélioration de la circulation de Wattrelos avec Lille, la Belgique (amendement LR) et à l’intérieur de la ville, et de la sécurité des transports en commun ;

> sur les logements (axe 5), pour confirmer la nécessité de construire du neuf, mais aussi de réhabiliter l’ancien ;

> sur le cadre de vie (axe 6), pour réaffirmer l’importance du dossier du Centre-ville ;

> sur la transition écologique (axe 7), pour redire l’intérêt majeur de poursuivre les investissements de lutte contre les inondations, et de prévention des risques.

 

Pour lire la délibération votée pour Wattrelos, cliquer ici.

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 14:44
Mon ami Willy Baert n'est plus !

Parce que, comme moi, il disait volontiers « J’aime Wattrelos ! », je lui avais demandé de faire partie de la liste que j’ai conduite lors des dernières élections municipales, il y a un peu plus de deux ans. Il avait volontiers accepté : mon ami Willy Baert, qui était président du Comité d’usagers du Centre social du Laboureur, nous a malheureusement quittés.

 

Cette annonce me peine énormément, tant je l’appréciais pour sa convivialité, son sens de l’engagement, sa fidélité.

 

Nous n’avions aucun lien de parenté, bien que portant le même patronyme ; Willy était en revanche le gendre du regretté Michel Lestarquit, qui fut conseiller municipal à Wattrelos durant deux mandats (1983-1995) et président du club de l'Amitié.

 

Wattrelosien depuis 1976, Willy fut, durant sa carrière professionnelle, courtier à l’étude de Maître Duchange (Roubaix), avant d’entrer au Crédit Lyonnais : guichetier, il gravit les échelons et devint en l’espace de 16 ans responsable d’agence.

 

En 1984, il se réorienta pour devenir responsable commercial chez AGF, puis termina son parcours professionnel en qualité de VRP (couverture de cinq départements) pour Pagesjaunes.fr.

 

Le loisir principal de Willy était la randonnée pédestre : il avait d’ailleurs fondé, il y a une vingtaine d’années, le club des marcheurs de Wattrelos Eurozone. Il fut membre de plusieurs associations wattrelosiennes (notamment trésorier de l’Etoile cycliste durant un an) et bénévole au sein des Restos du Coeur de Wattrelos. Il y a quelques années déjà il avait dû affronter le cancer, et s’était bien battu : il pensait que cette épreuve était derrière lui, et qu’il pouvait recommencer à aimer ce qu’il aimait le plus : la vie ! Mais le mal est revenu alors qu’il le croyait disparu, et courageusement, il m’avait dit qu’il y ferait face, et espérait emporter cette nouvelle bataille. Il n’aura pas pu ! Ami Willy, ton combat aura été digne et fort. Oh, que je suis triste !

 

A sa famille, à ses proches, je veux adresser mes plus sincères condoléances compatissantes.

 

Adieu Willy !

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 10:48

La presse n’était pas là, mais les enseignants eux oui, et pas qu’eux puisque le Conseil Municipal des Enfants était également présent. C’est que la réception a commencé par la remise des résultats de la vente de muguet le 1er Mai par les jeunes conseillers, avec un chèque (de 518,40 euros) à M. Guillaume Rotsaert, Président des Amis de la Ferme Pédagogique.

Des palmes académiques, pour la réception des enseignants !

Ensuite la chorale du Groupement des Instituteurs de Wattrelos et Environs (GIWE) a interprété deux chansons. D’abord « le bal perdu » bien connu (« Ce dont je me souviens c’est de ces amoureux qui ne regardaient rien autour d’eux ! Ils étaient heureux les yeux au fond des yeux »), « et c’était bien ! » ; puis une invitation à « Danser ».

Des palmes académiques, pour la réception des enseignants !

L’inspecteur de la circonscription Jean-Pierre Mollière a ensuite retracé la carrière des deux retraités du jour : Dominique Carlier Directeur de l’école maternelle Ferdinand Buisson, (à qui, au micro, j’ai réussi à faire chanter la chanson-phare de sa fête d’école, de Carmen Campagne : « As-tu vu maman la moustache à papa ? ») ; et Ghislain Vouters, Conseiller pédagogique, véritable pilier de l’Inspection académique, dont je dirais dans mon discours, avant de le saluer plus intensément ensuite, que « la bonhomie dissimule à peine sa rare efficacité, sa disponibilité et son dévouement à la cause éducative ».

Des palmes académiques, pour la réception des enseignants !
Des palmes académiques, pour la réception des enseignants !

Pour ma part, dans ma prise de parole, j’ai rappelé la gravité de la période que nous traversons, l’importance de l’éducation dans ce moment où « la mission de l’école n’a jamais été aussi décisive ». Un métier d’enseignant qui est « non seulement un métier » mais « une mission » ; une école qui a « un devoir dans la République », « rétablir l’égalité des possibles ».

Des palmes académiques, pour la réception des enseignants !

J’ai rappelé que « pour accomplir sa mission, l’école n’a jamais eu autant de moyens ». C’est « vrai au niveau national », où j’ai souligné les considérables efforts du Gouvernement depuis 4 ans, et cela se traduit ici aussi ! Mais l’éducation est aussi le « premier budget d’investissement, premier budget de fonctionnement » municipal. Et en dépit de ressources en baisse, la ville maintient sa priorité à l’école. Pour autant « la mairie n’est pas un guichet ouvert », et là comme ailleurs, pour les enseignants il faut savoir raison garder car « aucune dépense ne peut augmenter ».

 

Enfin, j’ai souligné trois préoccupations municipales. La première est de « faire taire les rumeurs » : à Wattrelos, « l’école c’est le samedi », et cela le restera. En revanche, les parents qui ne mettent pas leurs enfants à l’école le samedi, ou qui anticipent leur départ en vacances doivent savoir qu’ils sont en défaut d’assiduité scolaire pour leurs enfants, et que c’est l’avenir de ceux-ci qui est en jeu. La seconde est de rappeler « qu’il soit primaire ou secondaire, qu’il soit public ou sous contrat, l’enseignement doit être celui de la République », et je suis favorable à l’autorisation d’ouverture que prône le Gouvernement. Comme je suis radicalement « opposé à l’école en dehors de l’école », et là aussi j’approuve le Gouvernement qui veut en durcir les conditions.

 

J’ai ensuite salué Amélie Paque, Proviseur Adjoint du Lycée Savary, qui mute, avant qu’avec J.P Mollière nous n’épinglions Joëlle Chih, dans les larmes et l’émotion, de l’insigne de Chevalier des Palmes Académiques. Comme je l’ai dit, «c’est un honneur, c’est un bonheur » pour la ville de voir une de ses « dames de service » décorée de cet ordre prestigieux qui salue le dévouement à la cause éducative. Dévouée, disponible, Joëlle l’est, et ô combien, et c’est une belle reconnaissance pour elle et pour tout le personnel municipal des écoles. Bravo, chère Joëlle !

Des palmes académiques, pour la réception des enseignants !

Et voilà « l’école est finie ». Enfin, pas tout à fait…

 

Pour lire mon discours aux enseignants, cliquer ici.

Des palmes académiques, pour la réception des enseignants !
Partager cet article
Repost0
17 juin 2016 5 17 /06 /juin /2016 09:46
Wattrelos durement touchée par les inondations

Terrible vendredi pour nombre de mes concitoyens. La pluie n’a cessé de tomber, forte et durable, et après les précipitations du 7 juin dernier qui avaient provoqué des inondations sur les réseaux proches de Tourcoing (quartiers du Mont-à-Leux, des Trois Pierres, rue Six), cette fois, ce sont des rues proches de Roubaix qui ont été très durement touchées (rue du Rivage, Charles Quint, Espierre,…), en bordure du canal de Roubaix. Il est vrai que le canal de Roubaix a débordé, recouvrant ses abords, et qu’il est tombé sur ce secteur près d’1 mètre d’eau. Du jamais vu ! On a beau me dire que ces pluies sont « exceptionnelles », le sentiment de bon nombre de mes concitoyens qui ont les pieds dans l’eau, c’est que « l’exceptionnel »… n’est pas si exceptionnel que cela, puisqu’il revient ! Il est vrai que c’est un problème structurel de Wattrelos, point bas hydrologique de toute la Métropole et que sur Wattrelos, se croisant précisément dans le quartier du Laboureur, les deux collectes d’eaux du versant roubaisien et du versant tourquennois, convergent vers Wattrelos ; et cette accumulation d’eaux, si elle ne sait pas s’écouler, déborde ! Et c’est rageant ! Bien sûr, je pourrai me dire qu’il y a des décennies, ces phénomènes se produisaient déjà : mais est-ce pour autant acceptable ? Non, ni pour les riverains concernés, ni par leurs représentants élus !

 

J’ai la conviction qu’il faut que la MEL réexamine en profondeur les dogmes de son réseau d’assainissement. Bien sûr, il y a des travaux de prévus. Mais ma conviction est que c’est la trame même de tout le réseau qu’il faut repenser, en tenant compte aussi des « tuyaux » belges, car les eaux de nos voisins aussi viennent chez nous !

 

Toute l’après-midi, avec Henri Gadaut, superbe 1er Adjoint à la Sécurité, le Directeur Général des Services et les services techniques municipaux, ce ne fut que cellule de crise et interventions sur le terrain. Aidés des services de la MEL, et des entreprises mobilisées, mes gars ont fait un gros boulot ! Bravo à eux. Ce fut un réconfort important pour les personnes inondées, comme je m’en suis rendu compte moi-même sur place rue du Rivage.

 

Merci aussi aux messages de soutien du Président de la Région, et à la disponibilité personnelle de Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur, que j’ai sollicité immédiatement pour l’état de catastrophe naturelle.

 

Pour autant, des questions demeurent, et si, à chaque fois on se dit « plus jamais ça », vue la fréquence des dérèglements climatiques, nos villes de surface doivent savoir se mettre en accord avec leurs sous-sols, dimensionnés pour les pluies d’une époque, et qui, d’évidence, ne le sont plus pour notre époque.

 

Pour l’heure bien sûr, ce sont les plaies qu’il faut soigner. Mais, ensuite, il faudra que « ceux qui savent » révisent leurs paradigmes et leur doctrine, bref leur réseau, pour que nos concitoyens du Laboureur/Sartel, de Wattrelos comme de Roubaix, puissent vivre dans la quiétude que la collectivité publique leur doit.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 07:36
Un minibus pour nos aînés, sur fonds municipal !

Les locataires de la résidence du Touquet étaient à la fête, ce jeudi en début d’après-midi.

 

D’abord en découvrant le Renault Trafic 9 places tout confort qui les véhiculera lors de leurs futures sorties et animations ; mais aussi en célébrant, avec quelques jours d’avance, la fête de la musique en compagnie de collégiens de la SEGPA de Nadaud.

 

La résidence du Touquet bénéficie de ce nouveau « minibus » : sa Direction a su se montrer convaincante en répondant à un appel à projets (baptisé « lieux de vie collectifs, axe 1 ») lancé par la CARSAT Nord Picardie et la fondation Bruneau (via l’UNCCAS, qui fédère les centres communaux et intercommunaux d’action sociale, et plus particulièrement Madame Descamps et M. Gaermayn), financeurs principaux (le CCAS de la Ville a complété ce financement).

 

J’étais bien entendu présent, en compagnie de Laurence Sueur, l’Adjointe du quartier, devant la résidence pour la réception et la présentation du véhicule aux résidants, rejoints le temps d’une photo-souvenir par les collégiens de Nadaud présents.

 

En effet, à l’intérieur de la résidence, dans la salle de convivialité baptisée « Le café des pêcheurs » (la décoration intérieure évoque l’univers de la mer), tout le monde, jeunes et moins jeunes, avait rendez-vous pour écouter le récit de « Yakouba » (… et le lion, une œuvre de Thierry Dedieu), conté et mis en musique par quelques pensionnaires percussionnistes pour l’occasion ! Ils ont raconté, puis fait vibrer avec talent leurs percussions, en compagnie d’un intervenant de l’association Kaï Dina, mettant une chaude ambiance – digne de la savane ! – dans la résidence. Et dire qu’ils ne pratiquent que depuis deux ans seulement… Leur maîtrise est impressionnante. Et comme ils ont pris la bonne habitude de partager leur plaisir avec les élèves de l’école Jean-Macé et du collège Nadaud, Farid, le directeur de la résidence, annonce qu’un CD serait enregistré l’an prochain !

Un minibus pour nos aînés, sur fonds municipal !
Un minibus pour nos aînés, sur fonds municipal !

Une action culturelle extra-ordinaire au sens propre, rendue possible par un (autre) appel à projets, déposé cette fois auprès du service Culture et développement du Conseil Départemental.

 

Les collégiens de Nadaud, d’abord auditeurs attentifs, ont ensuite complété cet entraînant mouvement musical, histoire de faire vivre une fête de la musique très en avance, mais intelligemment intergénérationnelle.

Un minibus pour nos aînés, sur fonds municipal !
Partager cet article
Repost0