Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 15:40

Photo1900.jpgHier soir à la Maison de l’Amérique latine, Bruno Le Roux, président du groupe socialiste républicain et citoyen à l’Assemblée nationale, a fait remettre aux députés présents un livret intitulé : "2012-2013 : 1 an d’action au service des Français" donnant "101 raisons de faire confiance à la Gauche".

 

En 15 pages, ce document – fort bien fait – rappelle ce que furent les actions (lois votées, décisions prises, chantiers engagés) depuis l’été 2012.

 

L’emploi, la réorientation de l’Europe, le pari de la croissance, la justice fiscale, la solidarité, redonner de la force à la puissance publique, agir pour le pouvoir d’achat, construire une société de la connaissance, une France plus sûre, international : une voix respectée, agir pour le logement, conversion environnementale, une république plus transparente, ce qu’il a fallu défaire, internet, changer le quotidien : telles sont les têtes de chapitre de ce livret !

 

Avec en page finale, le mur des photos des 292 députés « mobilisés pour le changement ».

 

Et pour ceux qui, un an après, n’auraient toujours pas compris, qu’ils vérifient : une photo s’y trouve, au milieu de mes collègues députés socialistes !

 

Pour lire le livret « 2012-2013 : 1 an d’action au service des Français », cliquez ici.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 11:06

signature2-copie-1.jpgL’eau, c’est la vie ! Il est en effet inconcevable qu’à notre époque, tout le monde n’y ait pas accès dans des conditions suffisantes pour vivre dignement.

 

Ce matin, avec Jean-Christophe Didio, Directeur général des Eaux du Nord, je signe une convention baptisée Solidarité Eau qui, comme son nom l’indique, vise à éviter que des familles wattrelosiennes faisant face à des difficultés financières temporaires ou persistantes ne subissent des coupures d’eau. LMCU, l’autorité régulatrice, est bien sûr le troisième signataire de cette convention, même si Alain Cacheux, vice-président concerné, retenu par une réunion, ne peut être physiquement à nos côtés.

 

A Wattrelos, 12 500 Wattrelosiens sont raccordés au réseau d’eau potable. Mais 550 d’entre eux ont connu des difficultés de paiement l’an dernier, et 99 familles ont été aidées par notre CCAS (dont l’équipe, sous la responsabilité de Sophie Liagre, est évidemment présente ce matin) pour trouver des réponses financières (FSL, aides sociales) à leurs problèmes.

 

C’est la raison d’être de cette convention : créer un cadre de coopération entre la société des Eaux du Nord et la Ville, via son CCAS. Mais je veux aussi insister, dans ma prise de parole, sur la nécessité d’affiner ce cadre et même de le compléter.

 

Premier point, donc : les élus wattrelosiens souhaitent que leurs concitoyens aient accès à l’eau dans des conditions suffisantes pour vivre, qu’il s’agisse de consommation ou d’hygiène : l’eau est un besoin primaire, parmi les plus importants. Cette convention se veut donc protectrice pour éviter l’insupportable couperet de la coupure. Un client en difficulté doit pouvoir bénéficier d’une aide du prestataire et du CCAS.  Si la requête du client est juste, elle mérite d’être écoutée.

 

Deuxième point : le cadre créé par cette convention nécessite d’être affiné, car être prévenus 48 h avant une coupure, c’est bien trop court ! Si les services municipaux sont avertis le samedi matin pour une coupure prévue le lundi, cela laisse bien peu de marge d’intervention ! Je souhaite donc que les services du CCAS soient prévenus le plus en amont possible. Et même qu’ils soient informés de tout dérapage dès lors qu’il devient significatif, car nombre de familles n’osent pas venir solliciter l’appui du CCAS. Or, derrière l’impayé d’une facture d’eau se cachent souvent d’autres factures impayées, présentes et à venir, et c’est parfois tout un plan d’économie familiale qu’il faut en fait reconstruire.

 

Enfin, ce cadre doit être complété. Des factures aux montants énormes sont anormales... mais existent ! Des contentieux, parfois depuis plusieurs années, laissent trop souvent aux familles l’impression d’être démunies face à un puissant prestataire, d’être des pots de terre contre un pot de fer. Il me semble donc judicieux que nous sachions organiser une rencontre régulière (que je suis prêt à présider s’il le faut !) pour que techniciens des eaux, municipaux et la famille concernée puissent expliciter les causes réelles de ces facturations gonflées, engager ensuite les solutions techniques et ou financières, et on évitera ainsi que des familles wattrelosiennes ne soient engagées dans des procédures de justice souvent douloureuses à vivre et toujours coûteuses. La convention de ce matin n’est donc, à mes yeux, qu’une étape.

 

Elle n’est pas anodine du tout, loin de là : elle nous fixe une obligation de réussite et nous engage dans une coopération qui doit s’accentuer… au bénéfice de tous les Wattrelosiens.

Partager cet article
Repost0
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 15:40

Conf. presse FH mai 2013 4Ce n’était pas une surprise car l’information avait fuitée depuis un bon moment, mais c’était une attente ; elle l’était sur le fond, elle le fut aussi sur la forme… Après la conférence de presse, députés et sénateurs, pour l’essentiel socialistes, mais il y avait aussi des élus des groupes radical et vert, nous vîmes arriver à la Maison de l’Amérique latine, le Président Hollande, accompagné du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, entouré des présidents des groupes PS à l’Assemblée et au Sénat, Bruno Le Roux et François Rebsamen, du président de l’Assemblée, Claude Bartolone, et du 1er secrétaire du PS, Harlem Désir.

 

Lors du séminaire de travail qu’il y a peu le groupe socialiste avait organisé, c’était une demande insistante de bon nombre de nos collègues de le rencontrer, avec des fondements personnels (beaucoup, nouveaux en politique, ne l’avait jamais rencontré) et surtout politiques (car nous avons tous été élus dans le mouvement de l’élection présidentielle pour mettre en œuvre le programme de François Hollande). Et François Hollande l’a bien compris en montrant, par sa présence, son intérêt pour sa majorité qui le soutient, en ayant, souriant et attentionné, un mot, un geste amical pour chacun, et surtout un discours de mobilisation pour tous.

 

Conf. presse FH mai 2013 5 okBien sûr, il aura repris les mots de confiance et d’offensive de sa conférence de presse. Mais il aura insisté sur la difficulté de la tâche qu’a la Gauche de responsabilité que nous sommes, pour gérer la crise que nous connaissons. Même si c’est justement sans doute à cause de cette crise que nous avons gagné les élections : parce que la Droite avait échoué à l’affronter et à la gérer ! Nos mesures sont bonnes, elles porteront leurs fruits, mais il faut qu’elles montent en puissance.

 

C’est difficile d’agir, bien sûr, quand en même temps il faut boucher les déficits. Mais malheureusement, c’est impossible de faire autrement. Nous avons besoin de la confiance des investisseurs qui investissent pour réussir la croissance, mais aussi de la création d’emplois pour soutenir les revenus et donc aussi la croissance. C’est ce projet-là que nous portons. Aller plus vite sans tenir compte des contraintes financières serait condamner la Gauche à échouer.

 

Et cet échec ne serait pas qu’individuel - celui du Président, celui du Premier ministre - il serait collectif !  Souvenons-nous de 1993, et de ce moment politique terrible où il n’y avait plus que 57 députés socialistes à l’Assemblée !

 

Voilà pourquoi l’unité est indispensable. Chez les socialistes d’abord, car il n’y a qu’une politique : celle décidée par le Président, défendue devant les Français lors de la campagne, et tous les députés (quelle que soit leur préférence de motion de congrès) ont été élus sur cette ligne-là, sur aucune autre ! Il n’y a donc pas de raison d’expressions, ni de votes contraires (message très applaudi par la quasi-totalité des parlementaires présents !).

 

Unité aussi dans la majorité, faite d’écoute et de respect mutuels. Sous la Ve République, c’est la majorité qui soutient le Président. Ce soir, c’est le Président qui est avec sa majorité ! C’est plus qu’un symbole, c’est un acte politique majeur et apprécié. Un moment amical aussi…

Partager cet article
Repost0
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 11:20

Conf.-presse-FH-16-mai-2013_2.jpgComme la plupart de mes collègues députés socialistes, j’ai rejoint cet après-midi la Maison de l’Amérique latine à Paris pour assister à la conférence de presse que donnait François Hollande en même temps à l’Elysée. Confiance et offensive sont les deux mots qui, me semble-t-il, résument le mieux son intervention.

 

Confiance dans les résultats, qui viendront, de ce qui a été entrepris depuis un an. D’abord, point d’orgue de la parole présidentielle, par ce qui a été fait au service de la réorientation européenne, car « les lignes ont bougé depuis un an », comme l’attestent la stabilité retrouvée de la zone euro et les taux d’intérêt bas. Pour autant, la récession qui menace en Europe justifie la réorientation européenne voulue par la France.

 

Mais confiance aussi dans les conséquences des réformes pour assainir les comptes publics et relancer la compétitivité de la France  (sérieux budgétaire, réformes fiscales, pacte de compétitivité, BPI et « maîtrise de la finance », sécurisation de l’emploi).

 

En revanche, « l’offensive, c’est de préparer la France de demain, de lui faire prendre de l’avance ». Le Président en dessine les grandes lignes.

 

Conf. presse FH 16 mai 2013 okD’abord par six propositions pour relancer l’initiative en Europe, avec l’instauration et la réunion mensuelle d’un gouvernement économique de la zone euro, le lancement d’un plan pour l’insertion des jeunes, ou d’un plan d’investissement européen. « C’est une affaire d’urgence européenne », mais surtout la première offensive à mener, décisive pour la reprise de la croissance économique, en Europe et donc en France !

 

« L’offensive, en France, c’est de mobiliser toutes les forces pour l’emploi ». Avec les emplois d’avenir (10 000 !), élargir aussi au secteur privé (tourisme et services à la personne) ; les contrats de génération (75 000), élargis à la création d’entreprise. « La courbe du chômage peut s’inverser d’ici la fin de l’année ».

 


Offensif, il faut l’être aussi en relançant les investissements productifs via d’abord un plan d’investissement autour de « quatre grandes filières : le numérique, la transition énergétique, la santé et les grandes infrastructures du transport ». Mais aussi en mobilisant l’épargne vers l’investissement productif (assurance-vie, PEA pour les PME, imposition des plus-values mobilières).

 

Enfin « être à l’offensive, c’est mieux former les jeunes » : hausse du nombre d’enseignants, formation des maîtres rétablie, objectif de 50 % d’une classe d’âge au niveau d’un diplôme du supérieur… et avec des examens en français !

 

L’offensive, « pour remettre en mouvement notre pays », pour « progresser, créer, aller de l’avant, aller plus vite, être plus libre ». Notamment avec trois chantiers : un choc de simplification, une réforme de la formation professionnelle et une réforme des retraites.

 

Et de conclure : « Oui, la France a les moyens de se hisser au meilleur niveau pour garder son modèle social, a toutes les raisons de faire confiance à sa jeunesse et peut continuer à porter la promesse de l’égalité » ! Tel sera « l’an II de ce quinquennat » !

 

Fidèle d’évidence aux engagements pris, et combatif ! Je le soutiens de tout cœur…



Partager cet article
Repost0
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 08:29

LMCU-jumelage-tribune.jpgPour commémorer la déclaration Schuman du 9 mai 1950, considérée comme l’acte de naissance de l’Union européenne, la Communauté urbaine de Lille a accueilli dans ses locaux une journée franco-allemande, invitant des villes de la métropole qui entretiennent un jumelage actif avec une ville d’Allemagne à présenter leur expérience de jumelage. Les villes-sœurs allemandes sont bien sûr invitées.

 

Cet après-midi, ainsi, sous la présidence de Vincent Ledoux, vice-président en charge des relations européennes, trois villes planchent : Ronchin, Faches-Thumesnil et Wattrelos. C’est ainsi qu’avec mon adjointe, Juliette Keraudy, je siège à la tribune aux côtés de mon homologue-bourgmestre d’Eschweiler, Rudi Bertram.

 

Avec-Rudi-Bertram.jpgQuelques minutes pour présenter l’esprit et la pratique de notre jumelage avec Eschweiler : un vrai jumelage, au sens noble du terme !  Ce qu’un film sur le carnaval, projeté pendant les débats souligne mieux que tout long discours…

 

Pour ma part, j’insiste sur le fait que « l’Europe qui fonctionne, c’est l’Europe des peuples ; et l’Europe des peuples, elle se construit dans et avec les populations ». Oui, notre jumelage est culturel, culturel au sens littéral du verbe, à savoir populaire !

 

Nos échanges avec Eschweiler sont conviviaux, organisés et réguliers. Conviviaux : les images projetées suffisent à en témoigner (et encore, on n’y a pas tout mis !). Organisés, oui, car les échanges sont structurés. Réguliers : ce sont des rendez-vous attendus, préparés, quasi familiaux !

 

C’est à Wattrelos notre conception de l’Europe ! Pas celle des règlements technocratiques, pas celle des normes complexes, mais celle des citoyens et des habitants : peu parlent la langue de l’autre, mais tous se comprennent, dans la fête et dans la bonne humeur !

 

Et ça fonctionne ! Quand on voit ces moments de liesse, de convivialité, ces chopes et rires échangés, qui se souvient encore de nos conflits d’hier ?  C’est autre chose qui se construit, la vraie Europe ! C’est notre credo, à Wattrelos… et à Eschweiler.

Partager cet article
Repost0
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 19:33

Photo1869.jpgL'information m'a été communiquée hier soir : sur proposition du groupe socialiste, j'ai été désigné pour participer à la Commission d'enquête, acceptée par le Gouvernement et mise en place par l'Assemblée Nationale à la demande du groupe UDI, sur la gestion gouvernementale de ce qu'il est communément appelé "l'affaire Cahuzac".

 

Cette commission d'enquête (composée de 30 membres), présidée et rapportée respectivement par un député de l'opposition et un député de la majorité (comme c'est l'usage), est "relative aux éventuels dysfonctionnements dans l'action du Gouvernement et des services de l'Etat, entre le 4 décembre 2012 et le 2 avril 2013, dans la gestion d'une affaire qui a conduit à la démission d'un membre du Gouvernement".

 

Dans le respect du principe de la séparation des pouvoirs, notre Commission d'enquête, que présidera Charles de Courson (UDI) et dont le Rapporteur sera Alain Claeys (mon collègue député-maire de Poitiers, PS), ne peut traiter de questions faisant l'objet de procédures judiciaires.

 

En revanche, notre Commission veillera essentiellement à répondre à 3 questions comme l'explique A.Claeys : "1) Les services de l'Etat disposaient-ils, avant le 4 décembre 2012, d'éléments matériels permettant de caractériser une fraude fiscale de la part de Jérôme Cahuzac ? 2) Après la révélation de l'affaire, les services du ministère de l'économie et des finances ont-ils procédé aux vérifications nécessaires avec toute la diligence requise ? 3) En dehors de l'intéressé, d'autres membres de l'exécutif, ou leurs collaborateurs, ont-ils été informés de la véracité des faits allégués par Mediapart, avant les aveux du 2 avril ?"

 

Par un travail d'auditions de 6 mois, notre tâche sera de faire "œuvre de transparence", en interrogeant hauts fonctionnaires, professionnels du renseignement, dirigeants de cabinets et ministres. En route pour six mois de travail…

Partager cet article
Repost0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 14:45

Ce lundi soir, l’Assemblée nationale a adopté en séance publique la proposition de loi sur le déblocage de la participation et de l’intéressement (que j’avais signée), déposée au nom du groupe socialiste par son président Bruno Le Roux, Catherine Lemorton, présidente de la commission des affaires sociales et Christian Eckert, rapporteur général du budget. Inscrit en procédure accélérée, ce texte ne fera qu’une seule lecture en chambre.

 

Son objectif est, en autorisant aux salariés de débloquer des fonds jusqu’alors gelés, de leur permettre de dépenser plus assez prochainement, et ainsi, comme le dit le rapporteur du texte, mon collègue Richard Ferrand, de mettre « du carburant dans le moteur de la consommation », et donc de la croissance économique, et donc de contribuer à l’emploi !

 

Avec ce texte, les salariés qui disposent d’une réserve de participation et / ou d’intéressement, pourront demander entre le 1er juillet et le 31 décembre 2013 les sommes bloquées. Ce déblocage ne s’effectuera qu’en une seule fois, et ne peut dépasser un plafond de 20 000 euros par salarié.

 

Il n’y aura sans doute pas d’effet massif à cette mesure mais ce sera quoi qu’il en soit un plus pour la reprise de la croissance ! Car n’oublions pas que 8,8 millions de salariés disposent quand même de telles réserves de participation, pour un encours global de l’épargne salariale de 90 milliards d’euros. Déplacer fut-ce une partie de cette masse est un bel enjeu pour l’économie et pour l’emploi.

 

Partager cet article
Repost0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 12:37

ZSP2-Valls2.jpgEn clôture de réunion ce soir à Lyon, le ministre de l’intérieur a remercié tous les participants, soulignant que les enjeux de sécurité doivent tous nous rassembler et nous mobiliser. La sécurité est d’abord une valeur de la République et les ZSP une mesure de service public qui doit contribuer à améliorer le quotidien des Français.

 

Les ZSP ne relèvent pas d’une réforme monolithique. Les territoires concernés ne sont pas homogènes, et appellent des réponses sur mesure où les acteurs locaux sont impliqués. Les ZSP reposent avant tout sur un principe de proximité : il a été dans le passé disqualifié à tort. Or, la proximité, c’est le pragmatisme, la capacité à s’adapter au terrain.

 

Dénonçant au passage les petits caïdats, comme à Marseille où les jeunes trafiquants de drogue (« ces nouveaux barbares sans foi ni loi ») doivent être combattus, M. Valls veut que les ZSP soient une nouvelle façon d’agir pour la sécurité.

 

Le premier changement, c’est le renforcement de la coordination des forces de sécurité  intérieure : mieux coordonner toutes ces compétences, favoriser les échanges d’information, constituer des équipes communes… Ainsi, les délinquances des jeunes multirécidivistes nous obligent à intervenir de façon très concertée dès le stade de l’enquête, jusqu’à l’exécution de la peine, qui doit être exemplaire !

 

Les habitants ont parfois un sentiment de désarroi et la crise économique accentue les césures. Il faut savoir rendre compte de l’action : la police et la gendarmerie doivent aussi mieux faire savoir, communiquer davantage avec la population ! Les habitants ont besoin de connaître les actions entreprises et les résultats obtenus.

 

Les ZSP sont un changement dans les méthodes, les approches partenariales, les relations avec les concitoyens : il s’agit maintenant d’obtenir des résultats !

 

Pour cela, les ZSP devront bénéficier de « moyens dédiés », rassurants pour les habitants, dissuasifs pour les délinquants. Pour 2013, 288 policiers et 192 gendarmes sont ainsi en cours de formation. Mais d’ici deux mois, 100 policiers en sus seront affectés en ZSP. Sur le plan financier, le FIPD (hors vidéo) a été abondé d’une enveloppe de 3 M€ pour les ZSP. La ministre de la justice publie ce jour une circulaire spéciale ZSP…

 

« Nous avons le devoir de combattre cette violence qui gangrène certains quartiers. Sans cela, le travail social, les politiques d’insertion et d’intégration ne pourront se déployer pleinement ! » dira Manuel Valls.

 

C’est tout l’enjeu des ZSP. D’où l’intérêt d’une journée de rencontres comme aujourd’hui, pour « mettre en commun les succès, mettre au service d’une stratégie nationale l’intelligence et l’innovation locales ! »

Partager cet article
Repost0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 10:25

ZSP1-a--Lyon.jpgCe midi, avec le préfet de région, Dominique Bur, et le directeur départemental de la sécurité publique, Didier Perroudon, nous participons à l’ENS de Lyon à la réunion de travail consacrée aux zones de sécurité prioritaires en présence de Manuel Valls, ministre de l’intérieur, et de Christiane Taubira, ministre de la justice.

 

Créées en août 2012, conformément à l’engagement de F. Hollande, les 64 ZSP (dont celle de Roubaix-Tourcoing-Wattrelos !) visent à mettre en synergie les acteurs locaux pour lutter contre la délinquance. 500 personnes participent à la réunion de ce jour, première évaluation par quatre groupes de travail.

 

Le premier est consacré aux pratiques des forces de sécurité intérieure ayant pour rapporteur le procureur du TGI d’Evry. Il a rappelé les objectifs des ZSP : lutter contre toutes les formes d’incivilité, de violences urbaines et contre l’économie souterraine, et pour certaines ZSP contre l’habitat insalubre et indigne. Puis les pratiques : renforcer la recherche du renseignement opérationnel (avec remontée vers le SDIG et les services d’enquête ; pratique du PV de contexte pour donner un éclairage à ceux qui vont juger) ; renforcer la sécurisation du territoire (par réorganisation des services, surtout sur la voie publique, ou apport de forces mobiles) ; renforcer les actions judiciaires (réorganisation des services de police judiciaire, création de référent ZSP, coopération des services, création de GLTD personnalisés…).

 

Le second groupe a travaillé sur la pratique des cellules de coordination opérationnelle et du partenariat car les structures varient d’un territoire à un autre. D’ailleurs faut-il des règles communes de gouvernance alors qu’il y a disparité des territoires ? Le troisième groupe, dédié au lien de confiance avec la population (faut-il  confier les écoles de ces quartiers aux tous jeunes enseignants, y nommer les tous jeunes policiers ? Tutoiement ou vouvoiement ? Quelle transparence sur les actions ?) car l’accueil est souvent difficile dans ces quartiers. Le 4e groupe, pour partager les bonnes pratiques et évaluer les résultats s’est centré sur l’expérience d’Amiens.

 

ZSP1-a--Lyon3.jpgPiqué au vif par un représentant de syndicat policier (Alliance) qui critiquait le manque d’effectifs, Manuel Valls lui a rétorqué que « si ça manque aujourd’hui, c’est que cela n’existait pas avant ! », rappelant les 10 000 postes supprimés de 2007 à 2012, et que 3 500 devraient encore l’être en 2013, suppressions qu’il a annulées, en créant même à l’inverse 500 postes en sus ! Et le ministre, ferme, de conclure : « Il n’y a qu’une politique de sécurité et qu’une politique pénale, et chacun doit y contribuer, y compris les organisations syndicales »…

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 13:08

Samedi après-midi, après les mariages que j’ai eu le plaisir de célébrer, première visite au gala de l’Académie multi-boxes wattrelosienne de Lilo Contrino à la salle Salengro. L’ambiance, ce sera surtout ce soir, avec les combats pro de full-contact, mais déjà avec les exhibitions de boxe française, on sent qu’il va y avoir du sport ! Les participants ne se font pas de cadeaux… Belle ambiance, avec des bénévoles hyper mobilisés. Bravo à eux.

 

Jean-Mi-et-Charlyrt.jpgLe soir, au Touquet, ce ne fut… que du bonheur ! D’abord parce qu’il y a les frites de Gégé (le roi de la frite !), il y a bien sûr l’incontournable assiette anglaise (et son soupçon de filet américain), toute la formidable équipe des bénévoles du comité paroissial présidée par Michel Lessenne, l’incomparable tombola magique où tout le monde gagne, et il y avait surtout celui que je considère comme l’un des meilleurs artistes wattrelosiens, Jean-Mi (cf. photo). Jean-Mi en chanteur (en un mot comme en deux), colporteur de rêves, celui qui sait donner vie à une chaussette (rose), fait parler une mamie fière de ses jupons, chante le proctologue avant le titi parisien, et ne s’efface que lorsque le ventriloque de talent qu’il est donne vie à l’inénarrable politiquement incorrect qu’est Charly ! Charly que petits et grands adorent, moi aussi ! Mais ce soir, il est encore moins seul car il est accompagné de Yam Baker - un joli talent aussi ! - avec qui il conclura son passage en duo, en nous souhaitant  à chacun « pleins de richesses pour fleurir son jardin ». Sincèrement, moi j’adore.

 

Et ce dimanche, rebelote. D’abord, visite de la brocante rue Henri-Briffaut, organisée par les Gilles et marins : nombreux sont ceux restés, malgré la fraîcheur et la pluie froide du matin. Mais en cette fin de matinée, l’ambiance est bonne et les affaires vont bon train.

 

Retour au Touquet ensuite, où la salle est bondée, et les frites et les crêpes toujours aussi bonnes. L’occasion pour moi, dans un bref propos, de rappeler mon étroite solidarité avec l’association, face à l’atonie de l’évêché, pour la préservation du bâtiment de l’église Saint-Gérard. Juste avant que ne montent sur scène, autre bonheur, les Copés in deux toujours aussi politiquement incorrects (surtout avec le maire !), mais immanquablement drôles ! La salle apprécie et ce n’est rien de le dire !

 

Cirque-mai-2013_2.jpgPassage ensuite aucCirque Amar qui a planté son chapiteau aux Basanos : les numéros sont superbes, à commencer par le premier, celui de Fabrice et ses tigres (photo). Ce fut ensuite un festival, avec : un gymnaste cubain exceptionnel qui monte une barre à la seule force des poignets ; trois motards fous, brésiliens, lancés dans leur boule à 90 km (frayeur garantie) ; un dressage de chevaux qui mêlent quatre alezans blancs magnifiques, et quatre petits poneys sombres, très attachants (qui passent sous les premiers – cf. photo) ; et Esmeralda, voiture magique, en kit, qui aura bien fait rire la salle. Un cirque de pro, assurément !

Cirque mai 2013rtCirque mai 2013 3Cirque mai 2013 4

Allez, retour au bureau car il m’y reste du boulot…

 

Partager cet article
Repost0