Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 11:17

Labellisation-Union-C-Duflot_2.jpgOn se souvient (peut-être) que le Gouvernement avait annoncé en décembre 2012 la création d’un label national EcoQuartier. L’objectif, pour le Gouvernement, est d’identifier et de promouvoir des territoires qui portent des opérations d’aménagement « porteurs d’une économie sobre, verte, innovante et inclusive, fondés sur une gestion responsable des ressources locales, sur la sobriété et l’efficacité énergétique », pour reprendre les propos de la ministre.

 

Cet après-midi, en effet, la ministre de l’égalité des territoires et du logement, Cécile Duflot, a présenté au ministère les résultats de la première campagne de labellisation nationale. Parmi les 45 opérations distinguées, 13 sont achevées, ou sur le point de l’être, et se voient ainsi officiellement labellisées. 32 autres projets, encore en phase de chantier, se voient décerner la mention : Engagé dans la labellisation.

 

Labellisation-Union-C-Duflot.jpg

C’est le cas de l’Union, sise sur nos trois villes de Roubaix, Tourcoing et de Wattrelos. Et voilà comment je me suis retrouvé sur le podium, avec René Vandierendonck, auprès de Cécile Duflot (entre nous deux, tout un symbole…) qui nous remet le diplôme de cette promesse de labellisation.

 

Un encouragement mais aussi une reconnaissance pour les équipes de la communauté urbaine et surtout de la SEM Ville Renouvelée (présentes cet après-midi) qui ont rédigé et présenté ce dossier.

 

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 10:23

berlouffes2013-foule.jpgWattrelos protégée des dieux ? Je ne sais pas et sincèrement, ce n’est pas dans ma culture. Mais protégée du ciel et des caprices de la météo, oui, certainement, et ce dimanche l’aura prouvé une fois de plus ! Un microclimat, je vous dis. Un miracle à la wattrelosienne…

 

Depuis le début de la semaine, comme tant d’autres, je scrutais les prévisions météo : d’abord il devait pleuvoir vendredi, puis samedi, puis… allez un petit effort, il faut glisser la pluie sur le lundi… Génial, c’est ce qui s’est passé, ou presque.

 

Autant dire donc que la bonne humeur et l’ambiance étaient au rendez-vous des 17 km de notre vide-grenier à nous ! Rien de comparable à ce qui se fait ailleurs, notamment à L… ; ici, c’est mieux ! Avec un ciel sans nuage, une fraîcheur matinale qui se dissipait au fur et à mesure où le bleu du ciel s’affirmait, j’ai enfourché mon vélo avec confiance pour rejoindre le centre-ville, avant de partir à la charrue, au Laboureur, accueillir mon invité, curieux de connaître nos Berlouffes : Lionel Jospin.

 

berlouffes2013-stands.jpgToutes les places ont été réservées cette année : pas une de libre ! Il est vrai que le millésime 2012 avait été particulièrement chaud et réussi. J’aime ces moments de partage et de convivialité aisément perceptibles chez tous ceux qui tiennent des étals. Combien vendront-ils ? Ce n’est pas le plus souvent – loin s’en faut – l’objectif du jour. Le but, c’est de passer une bonne journée, en famille ou entre amis.

 

Les assos wattrelosiennes sont de la partie et plusieurs tiennent buvette. Chez certaines (n’est-ce pas la Confrérie ?), on peut y boire de la Louf, bière de Wattrelos !

 

Berlouffes-2013-Diddl.jpgPour moi, avec les élus qui m’accompagnent, déambuler dans les travées, c’est chiner bien sûr, trouver l’objet que je vais acheter (et qui me manquait sans que je m’en rende compte !), acquérir des cadeaux (j’ai ainsi acheté deux ouvrages en polonais que j’offrirai… à mon suppléant, Richard). Mais c’est surtout rencontrer, saluer, discuter, bref toujours mieux connaître les femmes et les hommes de cette ville que j’aime par dessus tout ! Et ça, ça me plaît. J’aime. Un sourire, une poignée de mains, une bise, une tape amicale, la vraie vie d’élu, c’est ça.

 

berlouffes2013-ge-ants.jpgEt en plus, il y a la fête. Ces géants, emblématiques de Wattrelos (pas simple pour moi de raconter à Lionel Jospin la vie amoureuse tumultueuse de Jeanne, et de ses mari et amant), le groupe des Berlouffes, les Gilles et Marins, et les ménestrels et saltimbanques du Moyen-Age, artistes de rue talentueux. Il y aura aussi la Rétro Fanfare qui rythmera la fin d’après-midi.


 berlouffes2013-mannequin berlouffes2013-musiciens

 

Et il y aura aussi, à 18 heures, le jet de poupées du haut du clocher de Saint-Maclou (photos et vidéo ci-dessous). Escalier métallique en colimaçon, plus de 100 marches, puis en haut une clameur, celle de ceux qui, en bas, sont prêts à attraper le Graal de leur journée, notre Berlouffe (relookée cette année mais sympa !). M’accompagnent, comme d’habitude, le prince du Carnaval, la miss et ses dauphines, et cette année, Laurence (qui poursuit ainsi son Raid’louffes), Madame Claeys, présidente de la CAF, mon adjoint aux finances Kamel, et surtout ma fidèle Annie, secrétaire émérite qui va faire valoir dans quelques jours ses droits à la retraite et qui, après tant d’années à la mairie, la voit pour la première fois du haut du clocher… de l’église !


Berlouffes 2013 jet poupées balcon Berlouffes 2013 jet poupées foule

 

Berlouffes-2013-bouton-bru-lage.jpgBerlouffes 2013 brûlageAprès, une fois revenu sur terre (au propre comme au figuré), il me reste à pousser le bouton (celui du fil bleu)… pour embraser le mannequin Berlouffe et lancer le feu d’artifice qui, de part et d’autre du clocher, dit à tous que la fête se termine avec éclat. 

 

Berlouffe 2013 est mort, vive Berlouffe 2014 !

 

Tiens, c’est fini, et voilà une belle et grosse averse ! Ça va compliquer le (remarquable !) travail de mes équipes de nettoyage (bravo à elles et à tous les services municipaux !), mais c’est trop tard pour gâcher la fête ! C’était moins une ! Un microclimat, je vous dis…


Partager cet article
Repost0
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 10:07

Mon invité d'honneur pour cette fête des Berlouffes 2013 était donc Lionel Jospin ; quelques images de sa visite :


Partager cet article
Repost0
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 04:43

Un invité d’honneur, c’est l’occasion de lui faire découvrir ma ville, ses habitants, leur convivialité, avec les couleurs de la fête bien sûr, mais aussi et surtout de la vie car du monde, il y en a ! Je peux parler à Lille, à Paris, de Wattrelos – et je ne m’en prive pas – mais quelle meilleure manière de la montrer qu’en ce jour des Berlouffes ? Selon les actualités politiques locales ou nationales, plusieurs personnalités m’ont ainsi fait l’amitié de nous rendre visite ces dernières années (M. Aubry, J. Lang, E. Guigou…) ; l’an dernier, ce fut mon collègue et voisin Pierre Dubois.

 

Berlouffes-2013_arrive-e-L.-Jospin.jpgCela fait plusieurs années qu’avec Lionel Jospin, avec qui j’ai toujours gardé un contact personnel et amical, nous avions évoqué l’idée d’une telle découverte des Berlouffes ; mais la date coïncidant en ce début septembre à un évènement familial, il n’avait pu se joindre à nous. Et cette année, alors que nous en parlions tous deux en juillet dernier, grâce au léger glissement de calendrier de la fête, ça a été possible. La consigne était : convivialité, détente et… moules-frites ! Tout a été respecté et Lionel a même, dans le feu de la fête, retardé son départ pour le TGV suivant, prolongeant son amicale présence.

 

Je l’ai ainsi accueilli au Laboureur avec quelques élus, et dès les premiers mètres, j’ai compris que ce serait compliqué d’avancer. Car populaire, Lionel l’est, et disponible il fut. Poignées de main, sourires, photos à répétition rythmèrent notre promenade devant les étals.

 

Dès le début, premier salut à Madame Moudart, au Laboureur, à Jacques (du salon du même nom), au ménage Depauw (bien connu), un café chez nos amis de Pizza Pazza, ou encore au Jardin Japonais et à Ocre et rosée, un salut à Eric Blaize (éminent boulanger créatif de son état, et président des commerçants de Wattrelos), un bonjour au Do’dan café


Berlouffes-2013-L.-Jospin-poigne-e-mains.jpg Berlouffes-2013-L.-Jospin-boulang-Blai.jpg 

 

Inévitable bien sûr, l’épreuve de la découverte de l’eau du Danube (palinka) au stand franco-hongrois de Kossuth : on a beau avoir été Premier ministre, l’initiation est rude ! Rencontre ensuite au Rotary avec ses responsables qui soutiennent cette année Horonia, l’épicerie solidaire de Madame Ndiaye et de… Paul Destailleur (qui apprécie toujours d’avoir un Premier Ministre devant lui !).


Berlouffes-2013-L.-Jospin-Kossuth.jpg Berlouffes-2013-L.-Jospin-Kossuth_2.jpg 

 

Lionel et moi partageons la même passion pour la moto ; aussi, après le stand de la STMW d’Eric Michem, notre pause est marquée à Amitiés motards de la pétaradante équipe de Patrick Marrouki. Je prends plaisir à présenter à mon invité les militants, personnalités, associatives ou de nos commerces que nous rencontrons sur notre parcours. Impossible de les citer tous et toutes, mais un clin d’œil particulier à Isabelle (à la friterie place du Moulin), à Michèle (et toute sa joyeuse troupe des 5 quartiers) en face de la Caisse d’Epargne, et à Jean-Michel (au Pierrot).


 Berlouffes-2013-L.-Jospin-motards.jpg Berlouffes-2013-L.-Jospin-Isa.jpg

 

Autre mention aussi pour notre coulonneux en chef wattrelosien Marcel Demulder. Alors que j’explique notre tradition des coulons à Lionel Jospin, celui-ci, à l’initiative de Marcel, s’engouffre dans sa maison et son jardin, visitant pigeonniers, salle de pontes, se faisant montrer et expliquer les constateurs et bagueurs… Un grand moment de simplicité et de grande proximité humaine !


Berlouffes-2013-L.-Jospin-M.-Bollu.jpg Berlouffes-2013-L.-Jospin-miss.jpg

Berlouffes-2013-L.-Jospin-Gilles-Berlouffes.jpg Berlouffes-2013-L.-Jospin-et-Richard.jpg 

 

Berlouffes-2013-L.-Jospin-moules-frites.jpgEnfin, comme j’en ai l’habitude depuis que je suis maire, chose promise : les moules-frites du Wattrelos football club de l’ami Clément ! Un régal, et une tablée de camaraderie… où j’ai même reçu la visite inopinée de ma maman ! Il faut toujours qu’elle vienne voir ce que je fais…

 

L’heure du départ approche. Un rapide mais attentif passage à l’exposition de l’Aqua club de Jean-Pierre Fassin, quelques mots sur le livre d’or de l’association, quelques bises et une Berlouffe en main, l’ami Lionel Jospin part rejoindre son train, emportant , je crois, avec lui, le bon souvenir de la convivialité wattrelosienne.

 

Berlouffes 2013 L. Jospin poupée Berlouffes 2013 L. Jospin signature pétition urgences

 

Lui qui fut un grand homme politique, un homme sincère et droit, n’aura bien sûr pas oublié de signer la pétition pour m’accompagner dans le combat que je mène pour le maintien des urgences à l’hôpital de Wattrelos. En ami fidèle qu’il est pour moi et pour Wattrelos…

 

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 17:08

_IMG4925.jpgRetour un peu avant la fin des discours de clôture de l’université d’été de Lomme pour rejoindre la clôture du Raid’louffes ! Sur la place, des anciens musiciens d’Emile et Images reprennent nombre de tubes ; mais quand d’un côté je les entends chanter Plus près des étoiles et que face au podium, je vois tous les concurrents du raid les traits tirés, les yeux parfois fatigués, je me dis que les étoiles – pardon les stars – ce sont eux !

 

Ils l’ont fait ! Ils ont tout fait ! Dans la douleur parfois, dans la vivacité du travail en équipe (certains, peut-être plus sportifs que d’autres, ont pu penser – sans le dire nécessairement – avoir des boulets en guise de coéquipiers) évidemment, mais dans le plaisir et la bonne humeur toujours !

 

Ils ne s’en cachent pas : ils ont aimé et ils le referont ! Bon d’accord, pas tout de suite… Mais l’an prochain, pourquoi pas ?

 

Et pour eux, comme pour les organisateurs, les prix et le classement, on s’en fout un peu. Mais il faut bien le faire, sinon il n’y a plus de compétition. En montant sur le podium, aux côtés de Laurence, de Michèle et des bénévoles organisateurs, je me dis que, comme à L’école des fans, tous les participants ont gagné.

 

_IMG4941.jpgLes uns, les autres se racontent ou me racontent les anecdotes de cette inoubliable journée (de ouf !), les sensations, les émotions, les superbes réussites, les échecs cuisants mais dans le rire, la faim qui tenaille après tous ces efforts et… ceux qui se sont tellement égarés qu’il a fallu aller les rechercher en Belgique (il est vrai qu’elle est proche !) en rient encore.  La remise des prix, elle aussi, sera haute en couleurs car bien des équipes (de joyeux drilles) sont encore en forme ! Chacune est applaudie et chaleureusement félicitée. Mais bien sûr, une ovation particulière pour l’équipe des Fretinois qui emporte la palme Découverte, et surtout pour l’équipe vainqueur de l’open, les fous sympas d’Amitiés Motards (ceux qui avaient la perruque violette à la place du casque aujourd’hui - ph. ci-dessus), tellement heureux que mes joues se souviennent de leur rouge à lèvres (les initiés comprendront) ! Pour chacun, bien sûr, une poupée Berlouffe !

 

C’est évident, pour les organisateurs(-trices), c’est full ! Le défi était fou, le résultat est full : un super-succès qui, dès ce soir, en appelle à un prochain rendez-vous. « Vivement le Raid’louffes 2014 ! » est sur toutes les lèvres. Alors Laurence, Michèle, Liliane, Jean-Yves et tous les autres, on y retourne ?

 

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 12:36

Univ-Lomme-sept-2013.jpgRituel bien connu que l’université de rentrée de la fédération du Nord du PS à Lomme. Sur le thème Tout pour l’emploi, la journée a une particularité pour moi cette année, il m’a été demandé d’intervenir dans un atelier : Fiscalité nationale et locale : trouver l’équilibre.

 

Aux côtés de Martine Filleul, animatrice, vice-présidente du Conseil général, de Didier Manier, 1er vice-président du Conseil général, et de Rudy Elegeest, vice-président du Conseil régional, j’ai souligné combien la politique financière de la gauche est sous double contrainte : celle de l’héritage et celle de l’équilibre des efforts à conduire. Et je veux porter trois messages.

 

Univ-Lomme-sept-2013_2.jpgD’abord dire que la baisse des déficits est un préalable incontournable : il est indispensable de rétablir ou de maintenir la soutenabilité de notre dette publique, la souveraineté financière de la France et la crédibilité de notre politique financière.

 

Sous Nicolas Sarkozy, la dette publique a explosé : plus de 20 points de PIB durant la période (+4,7 % PIB / an) ! 19 110 € par habitant en 2007, mais 27 800 € en 2012 ! Soit 64,2 % du PIB en 2007, mais 89,9 % fin 2012 (soit une augmentation de + 600 Mds €). Et avec elle, les charges d’intérêt payées qui n’avaient jamais dépassé 40 Mds € par an de 2002 à 2010, ont atteint 46,5 Mds en 2011 et 48,5 Mds en 2012 ! Il y a, dans la France laissée par Nicolas Sarkozy un problème de soutenabilité de la dette publique et de sa charge, avec un risque de surendettement public.

 

La souveraineté de la France est aussi en cause car outre que le besoin de financement de l’Etat est devenu colossal, ce sont près de 70 % de la dette de l’Etat qui sont financés par les non-résidents (48 % en 2003).

 

Compte tenu de ces boulets aux pieds, nous n’avons pas d’autre choix que la crédibilité de la politique financière menée car si les marchés (c'est-à-dire nos financeurs !) doutent (notamment de notre volonté de réduire nos déficits du budget, des comptes sociaux, des retraites…), nous paierons nos emprunts plus chers (prime de risque majorée, donc taux d’intérêt plus élevés) ! Or si les taux d’intérêt augmentent de + 1 %, cela coûtera + 2 Mds € la première année, + 4 Mds la deuxième année… et + 14 Mds en 10 ans. Et avec + 2,3 ou 4 % de plus sur nos charges d’intérêt, c’en serait fini de nos rêves de gauche de dépenser pour nos écoles, la sécurité, l’emploi ou l’industrie ! Ne pas réduire prioritairement les déficits que la droite nous a légués, c’est avoir la certitude que très vite nous donnerions plus d’argent à nos banquiers (étrangers !)… mais que nous en aurions d’autant moins pour financer les besoins sociaux de notre pays.

 

Mon second message est, dans cette stratégie financière, qu’il nous faut trouver un juste équilibre entre la réduction des dépenses et la hausse des recettes, c'est-à-dire la hausse des impôts.

 

Et le troisième message est que, de la même manière, il nous faut trouver un juste équilibre entre les dépenses de l’Etat et les dépenses des collectivités locales, c'est-à-dire entre la fiscalité nationale et la fiscalité locale. Les dotations que verse l’Etat aux collectivités locales sont évidemment une dépense pour le premier mais ce sont des ressources pour les secondes. Alors que pour 2014-2015, le Gouvernement, soucieux de pause fiscale, fera porter l’effort essentiel de réduction des déficits sur les économies de dépenses, il est clair qu’il ne peut ne pas se soucier de ce poste important des dotations aux collectivités locales (100 Mds € pour un total de budget total de l’Etat de 300 Mds). D’où l’intérêt de notre atelier cet après-midi.

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 11:14

De-part-Raid-louffes-2013_3.jpgIls sont nombreux en effet – 66 exactement – à avoir répondu à l’invitation des organisateurs du raid organisé à l’occasion de la fête des Berlouffes, dorénavant connu comme le Raid’louffes !

 

A l’origine, une présidente dynamique d’un comité des fêtes de quartier (Touquet Saint-Gérard), Laurence, qui meurt d’envie d’organiser une série d’épreuves sportives, et en parle à une autre présidente, tout aussi dynamique, d’un autre comité de quartier (Plouys). Nos deux drôles de dames, rejointes par Liliane et Jean-Yves, devenus quatre, structurent leur programme, leur organisation (avec bien des bénévoles sympathiques qui les rejoignent), le contenu sportif des épreuves (merci les éducateurs sportifs de la ville !)… et finissent par se dire qu’un tel raid trouverait bien sa place la veille des Berlouffes, parce qu’on est tout juste rentré de vacances, et donc tous en pleine forme. Au moins les participants !

 

Et ça, je l’atteste. Je les ai toutes et tous vus se regrouper ce matin sur la grand’place. Qu’il s’agisse des équipes open ou découverte, selon qu’il y ait ou non des enfants, quel enthousiasme et quel sérieux au moment des pointages d’avant départ ! Juste avant de partir pour Lomme, je suis venu assister à ces préparatifs et aux consignes données. Et pour être franc, avec un peu (beaucoup ?) de curiosité, je voulais un peu voir qui allait oser, qui allait être assez déjanté ou inconscient pour se lancer dans une telle aventure ?

 

Je l’atteste : elles et ils étaient tous consentants ! Et même souriants, prêts à tout. Mais savaient-ils vraiment ?

 

Sincèrement, ont-ils bien mesuré qu’ils s’en allaient pour la journée à la découverte, certes de Wattrelos comme ils ne l’avaient sans doute jamais vue, mais qu’ils feraient de l’accrobranche, du tir à la carabine, du run and bike (et réciproquement), du canoë (dont rien ne pourrait garantir qu’il ne laisserait pas ça et là un concurrent à l’eau), de l’équitation… et tout cela successivement, sans oublier de répondre aux questions (parfois sioux) du quizz, et dans un parcours d’orientation qui pouvait receler des surprises ! Une vraie promenade de santé…

 

Départ Raid'louffes 2013 1C’est ce qu’ont dû croire les trois agents de l’office de tourisme en s’inscrivant, débordantes d’énergie, à l’heure du départ (« Oui chef ! » - ph. ci-dessous, à gauche), ou ces déjantés (normal pour des fans de moto) d’Amitiés motards (qui ont troqué le casque pour une fort seyante perruque violette - ph. ci-dessous, au centre), ou trois journalistes motivés de notre presse locale (ph. ci-contre) prêts à l’expérience in vivo : attention, le vécu à la wattrelosienne, ça réserve des surprises ! Car c’est autrement qu’ailleurs, mais surtout, surtout, toujours dans la bonne humeur…


De-part-Raid-louffes-2013_2.jpg De-part-Raid-louffes-2013.jpg De-part-Raid-louffes-2013_4.jpg 

Ceci dit, cela commence bien : première pierre du miracle wattrelosien qui se produit une fois encore, il fait beau, et il devrait faire beau toute la journée ! Une fois encore, les prévisions météo sont déjouées… Wattrelos, micro-climat festif !

 

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 16:08

130722.jpgLa ministre chargée de la famille, Dominique Bertinotti, était de passage à Roubaix ce matin. Elle a successivement visité le multi-accueil Noémie (Rigolo comme la Vie) rue Pascal, la classe passerelle de l’école maternelle Voltaire-Diderot, et pris connaissance des actions de soutien à la parentalité du centre social de l’Alma.

 

Si, retenu par d’autres engagements, je n’ai pu participer à la visite de terrain, j’ai en revanche rejoint, accompagné de mon adjointe à l’enfance et à la famille, Myriam de Smedt, la délégation ministérielle en mairie de Roubaix un peu après midi, pour participer à un temps d’échange avec l’association Laisse ton empreinte (de Luc Scheibling), puis à un déjeuner de travail, autour de Pierre Dubois, en présence notamment du préfet Pascal Joly, de deux conseillers généraux, et de la présidente de la CAF.

 

La ministre a rappelé qu’elle venait de signer avec la CNAF la nouvelle COG (convention d’objectif et de gestion) pour 5 ans. La simplification (des normes et des procédures) fait partie des objectifs de la COG, concerne la CAF comme l’Etat, et peut être bénéficiaire à tous.

 

La gouvernance de la COG va aussi être modifiée car il y a beaucoup d’inégalités entre départements et à l’intérieur même de certains départements. Les écarts de capacités d’accueil sont de 1 à 10 ! Le FNAS de la CNAF va passer de 4,6 à 6,6 Mds €, ce qui est un effort substantiel, et est créé le fonds de rééquilibrage territorial  (doté de 100 M€). Les crédits de soutien à la parentalité ont été multipliés par deux. Un effort financier conséquent est donc fait !

 

Certains départements réunissent des instances de concertation, d’autres pas. Les comités départementaux seront supprimés et remplacés par un groupe présidé par le préfet pour définir sur 5 ans les objectifs (places en crèche, soutien à la parentalité…), qui seront priorisés avec le soutien logistique de la CAF. Les CAF vont ainsi voir leur travail facilité par des objectifs très clairs.

 

Les partenariats public-privé ne sont pas à négliger mais il faut être attentif au cahier des charges, car ce qui est en cause, ce sont des missions de service public. L’objectif est que d’ici 5 ans, on puisse proposer un mode de garde à chaque famille.

 

La ministre insiste beaucoup sur l’importance du schéma territorial, document fondamental sur la base duquel les CAF seront financièrement abondées. Voilà pourquoi les priorités sont déterminantes. Toute cette construction s’engagera début 2014 pour être terminée avant l’été 2014. D. Bertinotti réaffirme qu’en période budgétaire, il est plus que jamais fondamental que les fonds mis sur la petite enfance soient utiles.

 

Pour ma part, j’ai interrogé la ministre sur quatre sujets : 

  • la compatibilité et l’articulation, sur le contenu comme sur le calendrier, des dispositifs Contrat enfance jeunesse et du nouveau schéma ?
  • les jardins d’éveil que voulait développer l’ancien gouvernement ? Pour Dominique Bertinotti, c’est clair, « ils ont vocation à disparaître » ; elle va supprimer le décret Morano ;
  • les assistantes maternelles, car ce mode de garde est dédaigné par les familles ? La ministre annonce un plan métiers sur la petite enfance et veut mobiliser les régions sur leur formation continue. Elle veut aussi rendre obligatoire le lien des assistantes maternelles à un RAM ;
  • ce que seront les critères de répartition du fonds de rééquilibrage territorial ?

Myriam et moi avons aussi déploré l’injustice que représente pour les familles l’avance financière sur la PAJE que doivent faire les familles pour placer leur enfant auprès d’assistantes maternelles (alors que ce n’est pas le cas pour la PSU en crèches collectives). Le Conseil constitutionnel avait retoqué la loi qui modifiait cela : le Gouvernement continue de chercher une solution.

 

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 17:03

Jean-Marc-Ayrault-a--la-tribune_sept-2013.jpgCet après-midi, le Parlement est convoqué en session extraordinaire. Le Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault, y fait une déclaration au nom du Gouvernement sur la situation en Syrie.

 

Il dénonce d’entrée l’usage, le 21 août, « le plus massif et le plus terrifiant de l’arme chimique ».

Et de poursuivre : «  Ces faits, chacun d’entre nous a pu les découvrir sur des dizaines de vidéos pour informer le monde sur l’horreur de ce qui s’est passé. Sur ces cadavres, pas une goutte de sang mais la mort silencieuse des gazs utilisés. Le bilan pourrait atteindre 1 500 victimes !

 

Le gaz sarin a été utilisé. Nous sommes certains que le régime syrien a déjà utilisé l’arme chimique ces derniers mois. Le régime syrien porte l’entière responsabilité de l’attaque chimique du 21 août !

 

Face à ces faits, incontestables, que choisir ? L’action ou la résignation ?

 

Le Président de la République a apporté une réponse claire. Sans relâche nous avons multiplié les contacts pour chercher une solution. Ne pas réagir, ce serait tolérer que demeure impuni un recours massif à l’arme chimique ! Si nous ne mettons pas un coup d’arrêt à de tels agissements du régime, il n’y aura pas de solution politique. Pour toutes ces raisons, le Président de la République a fait le choix d’une action légitime et réfléchie. Légitime car en utilisant l’arme chimique, Al-Assad a bafoué sa signature de 1968 du protocole de 1925, a commis un crime contre l’humanité.

 

Bien sûr, une autorisation explicite du Conseil de sécurité serait souhaitable ! Mais regardons la réalité en face : la Chine et la Russie ont bloqué les avancées. L’action que nous envisageons devra être ferme et proportionnée, ponctuelle sur des objectifs ciblés mais il n’y aura pas de troupes au sol.

 

Bien entendu, nous souhaitons le départ de Bachar Al-Assad.

 

Notre message est clair : l’emploi des armes chimiques est inacceptable. Nous voulons dissuader et sanctionner. Et montrer à Bachar Al-Assad qu’il n’a pas d’autre solution que la négociation.

 

La France a une responsabilité particulière. La France n’agira pas seule, elle joindra ses efforts à d’autres. 100 ans après le début de la 1ère guerre mondiale, nous ne pouvons pas accepter un épouvantable retour en arrière  ! La décision ultime ne pourra être prise par le Président de la République qu’après la constitution d’une coalition.

 

Face à la barbarie, la passivité ne peut être une option ».

 

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 15:09

esteve044.jpgOn n’a pas tous les jours 20 ans ! Et encore moins tous les jours 100 ans ! C’est ce qui arrive aujourd’hui à Estève Verwaerde, sympathique et fidèle résidante du Touquet Saint-Gérard. C’est une dame que j’adore ! C’est donc avec un immense plaisir que je passe lui rendre visite ce matin, bouquet de fleurs, boîte de chocolats (qu’elle adore au moins autant que moi !) et magnum de champagne en mains pour lui faire une grosse baisse, comme on dit dans le Nord, et évidemment lui souhaiter un excellent 100e anniversaire !

 

Dans son petit appartement de la résidence, elle est très entourée : sa famille bien sûr (cinq générations réunies, dont son petit-fils René, agent de notre service de l’aide à la vie associative – département logistique – et son arrière-arrière-arrière-petite-fille, Rose) mais aussi des élus et des représentants de la Ville (à commencer par mon directeur général des services, Philippe Coll, et ma directrice générale du CCAS, Sophie Liagre). Car Estève, après avoir tenu la quincaillerie de la rue des longues haies à Roubaix durant une vingtaine d’années, fut longtemps l’un des agents de notre CCAS wattrelosien où elle termina sa carrière professionnelle.

 

Moi, je la connais bien. D’abord parce qu’elle la militante la plus âgée de notre section socialiste wattrelosienne (évidemment !), fidèle entre les fidèles ; ensuite parce qu’elle est une dynamique représentante de notre Nouvel âge, que ce soit dans les clubs ou dans les animations de la résidence auxquelles je participe volontiers. Le temps semble n’avoir pas de prise sur Estève qui fait encore son café toute seule, voyage allègrement dans la résidence, et aurait sa place dans l’émission télé Questions pour un champion qu’elle ne louperait pour rien au monde, d’autant qu’elle connaît pas mal de réponses !

 

Après lui avoir relu son acte de naissance, je lui explique que l’année de sa naissance, Raymond Poincaré fut élu président de la République (la IIIe), que la durée du service militaire passa à trois ans (la guerre étant malheureusement proche), que certains ouvrages célèbres furent édités (Le grand Meaulnes, Du côté de chez Swann, Le mystère de la chambre jaune…), et que naquirent quantité de personnages célèbres : les futurs présidents américains Nixon et Ford, le futur chancelier allemand Willy Brandt, les acteurs Burt Lancaster et Jean Marais, le chanteur Charles Trenet, mais aussi deux femmes inoubliables : l’astrologue Germaine Soleil (alias Madame Soleil) et… Estève Verwaerde bien sûr !

 

Un clin d’œil pour dire combien nous l’admirons toutes et tous. D’ailleurs, avant que nous trinquions à son inépuisable santé, je lui décerne la médaille d’or de la Ville, la plus haute distinction que l’on puisse recevoir à Wattrelos.

 

Elle aura eu une fille, un petit-fils, deux arrière-petites-filles (Olivia et Victoria) et donc une arrière-arrière-petite-fille qui porte le joli prénom de Rose ! Cela valait bien un énorme bouquet que je lui ai offert…

 

Très, très bon anniversaire, chère Estève !

Partager cet article
Repost0