Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 13:14

Mosco-PLF-2014.jpgCe matin, le projet de loi de finances pour 2014 est présenté en conseil des ministres, à l’issue duquel Pierre Moscovici, ministre de l’économie, et Bernard Cazeneuve, ministre du budget, sont venus le détailler à midi en commission des finances de l’Assemblée nationale. C’est le temps fort de la semaine parlementaire d’automne, mais aussi un acte fort de politique économique et sociale. Axé complètement sur la croissance et l’emploi, ce projet de budget 2014 est celui de « l’inversion de la courbe du chômage », pour reprendre la priorité absolue énoncée par le Président de la République.

 

Les comptes publics se redressent, les efforts portent leurs fruits. Les déficits se réduisent : 5,3 % en 2011, 4,8 % en 2012, 4,1 % en 2013 et 3,6 % en 2014 ! C’est la clé pour préserver les générations futures d’une dette qui, jusqu’à présent, s’entretenait et ne cessait de croître.

 

Dans ce budget, 80 % de l’effort repose sur des économies (15 Mds € au total). Les 9 Mds € sur l’Etat d’économies porteront pour : 3 Mds € sur les dépenses de fonctionnement et la charge de la dette ; 3 Mds € sur l’annulation de projets d’investissements annoncés par le précédent gouvernement (et jamais financés). Trois grandes priorités apparaissent dans ce budget de gauche :

  • Soutenir l’emploi, pour réussir l’inversion de la courbe du chômage. Création de 150 000 nouveaux emplois d’avenir, 100 000 contrats de génération (1,7 Md €), 340 000 contrats aidés non marchands d’une durée allongée (1,8 Md €), moyens pour Pôle Emploi (4 000 postes supplémentaires depuis mai 2012). 275 000 places accueils de jeunes enfants. Réforme de l’imposition des entreprises pour favoriser les industries productives et les PME. Soutien aux entreprises innovantes (PEA-PME). Plan d’investissements d’avenir (doté de 12 Mds). Réforme des plus-values immobilières et baisse de TVA sur le logement social pour soutenir le bâtiment.
  • Soutenir le pouvoir d’achat des plus fragiles. La réindexation du barème de l’Impôt sur le revenu sur l’inflation, et la majoration de 5 % de la décote, bénéficieront à 6,9 millions de contribuables (200 000 deviendront non imposés), ce qui coûte 1Md € au budget. 1 Md € aussi pour le plan pauvreté (protection de 750 000 personnes supplémentaires en complémentaire santé ; revalorisation du RSA socle qui le rapproche du niveau des 50 % du SMIC ; étape de la hausse de 50 % sur 5 ans du complément familial et de 25 % de l’allocation de soutien parental ; 5000 places d’hébergement d’urgence. Elargissement des tarifs sociaux électricité et gaz (450 M €, pour deux millions de foyers supplémentaires). Ouverture de droits à retraites pour conjoints et aides familiaux d’exploitants, soit 550 000 retraités (dont 400 000 femmes) concernés.
  • Soutenir l’avenir des jeunes : + 10 000 postes dans l’éducation nationale en 2014 (soit + 26 773 postes supplémentaires depuis mai 2012 !) ; 100 000 bourses supplémentaires.

Les chiffres-clé du budget 2014 ? Prévision de croissance du PIB : + 0,9 % en 2014 (contre + 0,1 % en 2013).

Dépenses : 368,9 Mds € en 2014 (contre 373,3 en 2013, soit - 5,4 Mds €)

Recettes : 298,5 Mds € en 2014 (contre 301,8 en 2013, soit - 3,3 Mds €)

Déficit : - 70,2 Mds € en 2014 (contre - 71,9 Mds en 2013).

 

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 09:24

Ayrault---Bartolone---Le-Roux.jpegEn conclusion des Journées parlementaires socialistes, le Premier ministre le dit d’entrée : « Nous savions que ce serait difficile de conduire la France. L’échec de nos prédécesseurs était complet. Et depuis un an, rien ne nous a été épargné ! Mais malgré toutes les difficultés, nous avons avancé ».


Il tient le cap : « Il faut tenir bon, ne pas se laisser intimider. Les Français comptent sur notre détermination à les défendre, à les sortir de l’ornière. Les résultats sont à notre portée ». Il rappelle que si « les décisions de redressement prises l’an dernier n’étaient pas faciles, elles l’ont été au nom de la souveraineté nationale. Les efforts demandés aux Français l’ont été pour éviter des sacrifices bien plus forts encore. Nous n’avons pas voulu pour les Français ce qui se passe ailleurs en Europe ! Vivre sous la dépendance des marchés financiers qui détiennent notre dette aurait pu virer au cauchemar ! ».

 

L’impôt, c’est l’effort, mais notre action de redressement, c’est aussi  « engager les réformes durables », car Jean-Marc Ayrault ne veut pas être « chef d’un gouvernement pour mettre les problèmes sous le tapis, mais pour les régler ! » Et de mettre en avant une réforme des retraites, de gauche, « juste, responsable et progressiste » ou l’action vers les familles. « A chaque décision que nous prenons, ce qui nous anime, c’est renforcer la justice et l’égalité ». « Notre bataille majeure, c’est l’emploi ! ».

 

JM-Ayrault.jpgLe discours est mobilisateur : « Nous avons une politique, il faut la revendiquer. Notre responsabilité est historique et le rassemblement de nos forces est indispensable. Il n’y a rien à attendre des positionnements personnels et des jeux d’ego ! ».

 

Il pointe la menace de l’extrême-droite : « La progression de l’extrême-droite, de ses idées, mine la société française. Une nouvelle génération, fille et petite-fille, a émergé, plus avenante, plus dangereuse donc ! La menace existe d’une révolution conservatrice en France, prenons garde ! ».

 

« Ne comptez pas sur moi pour alimenter le pessimisme car le pessimisme, c’est se laisser aller au défaitisme. Difficile ne signifie pas impossible ! Notre histoire est celle d’une force en mouvement, d’une force du mouvement. Nous devons donner à la France tous les moyens de son avenir ! Nous sommes là pour porter le changement ! Ça ne marchera qu’avec cohérence, courage et cohésion ! ».

 

Pour lire le discours de Jean-Marc Ayrault, cliquez ici.

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 09:20

C-Bartolone.jpgTel est le thème de nos journées parlementaires pour cette matinée, qui commence par les interventions du ministre des relations avec le Parlement (programme de travail), du président du Sénat, et de celui de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone.

 

Celui-ci aura estimé que « notre rentrée politique a été moins bonne que si elle avait été meilleure.

La rentrée scolaire a été très bonne. Le braquet de croissance de + 0,5 % au 2e trimestre est prometteur. L’inflexion de la courbe du chômage des jeunes est engagée. Nous reconstruisons l’appareil productif, le système des retraites, nous faisons bouger les lignes de la société ! Mais il faut en finir avec ce sacré débat sur la fiscalité. On ne solde pas un débat en l’éludant ! Impôt, ce n’est pas un gros mot : c’est lui qui permet de payer les profs, les infirmiers, les policiers, lui qui finance la solidarité, lui qui permet d’arrêter le désastre que nous a laissé le précédent gouvernement ! ». Il conclut : « La Gauche a la responsabilité d’entretenir la flamme du 6 mai ! ».

  • M-Touraine.jpgUne table ronde a été consacrée aux retraites, une réforme de gauche, avec notamment Marisol Touraine, pour qui « être de gauche, c’est dire que les efforts doivent être proportionnés aux capacités. Notre réforme est robuste, solide et durable. Elle introduit des changements que personne ne remettra en cause (pénibilité, entrée facilitée des jeunes dans la vie active, situations des femmes et conjoints de commerçants et d’artisans…). Nous engageons cette réforme sur des bases résolument de gauche ».
  • P-Moscovici.jpgAutre temps de la matinée sur l’emploi et les questions économiques, avec notamment Pierre Moscovici, qui a souligné que le budget 2014 est « de gauche, pour la croissance, l’investissement et la justice sociale ». L’endettement public doit être réduit car 1 € pour le numérique, la santé, l’emploi, c’est beaucoup plus important qu’1 € pour la dette ! Pause fiscale ? En trois ans, les prélèvements obligatoires ont augmenté de + 3,5 % de PIB ; l’an prochain ce ne sera que + 0,05 % ! Réforme fiscale ? Elle a commencé avec la tranche à 45 % de l’IR, l’impôt sur les successions, le rétablissement du barème de l’ISF, l’alignement de la fiscalité du travail sur celle du capital ; et supprimer la TVA à 21,2 % prévue en 2012, c’est aussi une réforme fiscale ! La fraude fiscale ? Il faut aller vers l’échange automatique d’informations en Europe.

H-De-sir.jpgQuant au 1er Secrétaire, Harlem Désir, c’est un discours de mobilisation qu’il a tenu. « La Droite veut fracturer la société ; à nous de refaire la France avec les Français. Nous devons être le parti de l’espérance. Nous devons expliquer aux Français ce que nous faisons ! ». Mais il a mis en garde : « Etre élu de la majorité, c’est représenter les Français devant l’exécutif ! », mais surtout, « arrêtons de critiquer nos propres réformes dès qu’elles sortent, défendons-les ! ». Et de regarder vers les élections municipales (« Une ville de droite, une ville de gauche, ce n’est pas pareil ») et européennes (« Il nous faut assumer notre ambition européenne, ne pas y aller à reculons »), en concluant : « Le temps de l’offensive est venu ».

 

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 04:51

assemble222Ce matin paraît au Journal Officiel la réponse à la question que j'avais posée au ministre des affaires étrangères sur la prochaine conférence des bailleurs de fonds pour le financement du fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

 

Pour relire ma question et prendre connaissance de la réponse, cliquez ici.

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 11:31

Eckert---Cazeneuve.jpgDeuxième table ronde de l’après-midi pour les commissaires aux finances, intitulée : Le financement de l’économie : compétitivité des entreprises et reprise de l’emploi, introduite par Christian Eckert, rapporteur général du budget, en présence de Bernard Cazeneuve, ministre du budget.

 

Si le premier a mis en avant cet acquis de notre gestion qu’est « la marche vers la réduction des déficits », Bernard Cazeneuve aura insisté sur trois sujets d’actualité autour de la problématique fiscale.

  • On parle de pause fiscale, trêve fiscale, qu’en est-il ? En 2011, le Gouvernement Fillon a prélevé 20 Mds € sur les Français (ménages et entreprises), et encore 13 Mds en 2012. Le gouvernement Ayrault a dû en ajouter 8 Mds dans la seconde partie de l’année (pour compenser les mauvaises prévisions de recettes et le ralentissement de l’activité) ; pour 2013, cela représentait 20 Mds € également. En trois ans, de 2011 à 2013, les prélèvements fiscaux auront été de + 60 Mds €. Pour 2014, le projet que va présenter le Gouvernement ce mercredi, ce n’est qu’ + 1 Md  € d’impôts en plus ! C’est donc bien une pause... En 2015, 2016 et jusqu’à la fin du quinquennat, ce sera 0 ! Quand la pression fiscale n’augmente pas, on est bien dans une pause fiscale.
  • On ne peut pas dire qu’on ne soutient pas le pouvoir d’achat ! Dans le PLF 2014, + 1,8 Mds € de financements pour les contrats aidés, les contrats de génération et les emplois d’avenir, ce sont bien des mesures qui donnent de l’emploi, donc du pouvoir d’achat, à ceux qui n’en ont pas. Le tarif social électricité, ce sont + 400 M€ de pouvoir d’achat. + 2 % sur le RSA au-dessus de l’inflation, ce sont + 600 M€ de pouvoir d’achat. 100 000 bourses supplémentaires pour les étudiants, les revalorisations du plan de lutte contre la pauvreté, le taux réduit de TVA pour favoriser le logement social, ce sont des mesures de pouvoir d’achat… Ainsi que les mesures qui se préparent sur la réindexation du barème de l’impôt sur le revenu ou le relèvement du revenu fiscal de référence.
  • Dans le débat parlementaire sur le PLF 2014, y-a-t-il des marges de manœuvre ? Les amendements seront compliqués. Car à partir du moment où nous réalisons 5 Mds € d’impôts de moins que ce qui était prévu (+ 1 au lieu de 6 Mds !), on réduit d’autant les marges de manœuvre pour gager des mesures supplémentaires. D’autant qu’avec 15 Mds d’économies sur les dépenses, ce sera également difficile de gager par des économies supplémentaires !

Le ministre a souligné que, dans le contexte de maîtrise très puissante des finances publiques qui est le sien (- 2 % sur les dépenses de fonctionnement de l’Etat, - 4 % sur les opérateurs, - 1,5 Md sur les collectivités locales), ce n’est pas sur la sphère sociale qu’ont été recherchées les économies.

 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 10:41

F-Rebsamen.jpgAprès Dijon l’an dernier, chez mon copain François Rebsamen (ci-contre), c’est à Bordeaux que les groupes socialistes de l’Assemblée nationale, du Sénat et du Parlement européen tiennent leurs traditionnelles journées parlementaires de rentrée, journées que François nous souhaite « studieuses, fructueuses et chaleureuses ».

 

Cet après-midi, après les mots d’accueil de Bruno Le Roux et de François Rebsamen, présidents des groupes à l’Assemblée et au Sénat, l’organisation a privilégié un travail en commission. Ainsi, les députés et sénateurs socialistes commissaires aux finances ont participé successivement à deux réunions de questions / réponses avec Marylise Lebranchu et Bernard Cazeneuve.

 

M Lebranchu Jne-es-parlementaires-vue-salle.jpg

 

Avec Marylise, ministre de la réforme administrative, la thématique était Développement de territoires et financement des collectivités locales. En présence de François Marc, rapporteur général du budget au Sénat, et de ma collègue Christine Pires Beaune, rapporteur à l’Assemblée du budget des collectivités (cf. photo), la ministre aura surtout mis en avant : 

  • La nécessaire révision des valeurs locatives, après celle des locaux commerciaux et industriels. Le véritable enjeu pour les ressources des collectivités locales est là. Une expérimentation sera conduite en 2014-2015 dans trois départements ; définition de la méthode de travail, collecte des informations en 2016-2017, et mise en application des nouvelles bases – pourquoi pas – en 2018 ?
  • La répartition de l’effort de réduction (-1,5 Md €, soit 0,69 % des dépenses de fonctionnement des collectivités locales) des dotations aux collectivités locales : 840 M€ pour le bloc communal (56 %), 476 M€ pour les Départements (32 %), et 184 M€ pour les Régions (12 %). De plus, pour M. Lebranchu, « l’augmentation des DMTO doit être source de péréquation ».
  • Le maintien dans le PLF du rythme de progression du FPIC (+ 210 M€).
  • La revalorisation de la péréquation verticale (+ 4 % pour la DSR et la DSU). Mais la ministre plaide pour une révision des critères, chantier « d’équité des territoires ».
  • Une très souhaitable remise à plat de la DGF (dotation globale de fonctionnement), même si, lourde et très complexe, cette réforme ne peut aboutir rapidement.

Le discours de Marylise Lebranchu, sur tous ces sujets ardus et très difficiles, aura été volontariste : « On a tout à gagner à l’offensive, même si c’est difficile ».

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 13:34

Une vie socialiste P MauroyLa Fondation Jean-Jaurès vient de publier, quelques semaines après la disparition de Pierre Mauroy, un livre d’entretiens que la journaliste Michèle Cotta eut avec celui-ci en septembre 2009 dans l’émission A voix nue de France Culture. Ces propos émanant de cette grande figure du socialisme de notre Nord que fut Pierre Mauroy, sont – comme je l’ai fait aujourd’hui – à relire avec plaisir et, comme c’est mon cas, avec un souvenir respectueux et affectueux.

 

Comme le dit Michèle Cotta, tout au long de l’ouvrage, on sent chez Pierre Mauroy « un attachement pour François Mitterrand. Jamais sans doute sous la Ve République le couple exécutif ne sera apparu plus solide » dit-elle !

 

Dans le récit, c’est d’abord bien sûr la jeunesse, l’entrée dans le socialisme à partir d’Haussy « à la fois le village de la douleur et le village de la joie », l’adhésion aux Jeunesses socialistes, secrétaire national, qu’il quitte à 30 ans en 1958, puis le bureau de la SFIO, délégué de la candidature de François Mitterrand en 1965, et l’alliance du congrès d’Epinay en 1971. Ce fut « la mobilisation formidable » de 1974, le dépassement de l’antagonisme avec les communistes, la préparation de la présidentielle de 1981, avec en octobre 1980, l’annonce par le candidat à Pierre Mauroy : si François Mitterrand gagne la présidentielle, il sera Premier Ministre !

 

Le livre d’entretiens évoque ensuite les années de gestion, le départ du gouvernement et la nouvelle donne politique, parmi les responsabilités politiques, municipales et internationales de Pierre Mauroy. Un homme, un  « enfant du peuple » qui aura «  fait l’histoire » de son pays, comme l’a dit François Hollande, Président de la République, lors de l’hommage national aux Invalides.

 

Le Président rappelle aussi l’ultime ligne du dernier livre de Pierre Mauroy « les hommes passent avec le reste. Mais les justes causes, elles, ne meurent  jamais ».

 

Cela vaut la peine de lire ce petit livre. Et ça fait du bien !

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 15:00

wos-blogC'est l'information majeure, à mes yeux, de ces derniers jours. Maintenant je peux le dire, même si des discussions continuent : tout est prêt pour qu'à partir du 1er octobre, à l'hôpital de Wattrelos, on puisse accueillir encore le soir et la nuit, à toute heure, les Wattrelosiens et tous ceux qui ont besoin d'être soignés !

 

C'est ce qu'avec le directeur de l'hôpital, Laurent Barret, la présidente de la commission médicale d'établissement, Dominique Caparros, avec le soutien actif et omniprésent à mes côtés dans cette recherche de solutions des docteurs Bruno Sivery et Anne Duquesnois (qui est par ailleurs mon adjointe), et tant d'autres, je peux confirmer à la presse.

 

Non, l'hôpital de Wattrelos ne fermera pas la nuit à partir du 1er octobre !

 

Je ne reviens pas sur la démarche assez inélégante du centre hospitalier de Roubaix à notre égard qui a motivé notre manifestation commune de juillet, notre cri d'alerte et les pétitions signées à foison depuis lors.

 

Oui, l'ARS a raison de dire que la solution du problème passe d'abord par une coordination entre nos trois centres hospitaliers. La preuve : on est arrivé à mobiliser des médecins, y compris urgentistes d'autres hôpitaux, pour prendre le relais.

 

Puisque les urgences de Roubaix pourraient ne plus assurer les permanences de Wattrelos la nuit et les week-ends à partir du 1er octobre, 20 médecins se sont mobilisés (15 urgentistes d'autres centres hospitaliers, notamment de Tourcoing, et 5 généralistes) pour prendre les gardes, assurer le relais et ainsi maintenir la permanence de l'accueil de soins d'urgence au centre hospitalier de Wattrelos. Les plannings de garde sont d'ores et déjà prêts jusqu'au 31 janvier 2014 !

 

Certes, il nous reste quelques modalités financières à régler entre Wattrelos, Roubaix et l'ARS mais je ne suis pas inquiet, nous trouverons aisément une solution. Mon objectif est de parvenir à ce que Wattrelos n'y perde pas significativement de ressources !

 

L'accueil de nuit sera, d'ici à ce que Roubaix règle ses problèmes avec ses urgences (ou clarifie sa volonté de faire vivre son site d'urgences de Wattrelos… qui lui rapporte quand même 14 000 passages par an), un accueil de soins non programmés dès lors qu'ils ont besoin d'être traités dans l'urgence. Au sens strict, c'est l'urgence sans les urgences ; mais à mes yeux, comme à ceux des médecins de Wattrelos et des malades, l'essentiel n'est-il pas qu'à toute heure on puisse être pris en charge et soigné à l'hôpital de Wattrelos ?

 

Tel est mon objectif et celui des responsables de l'hôpital. Même si des discussions vont se poursuivre, j'en suis convaincu, on va y arriver !


Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 20:48

Dany-Mullier.jpgEt c’est bien normal quand on est artiste-peintre ! Je suis ainsi ce soir quelques instants aux côtés de Dany Mullier, qui inaugure son atelier d’artiste, 41 rue Jeanne d’Arc. On est voisins : le siège du PS est juste à côté !

Passionnée par la peinture, Dany a souhaité pouvoir exprimer sa créativité dans un atelier moderne où elle a de la place, et où elle pourra puiser son inspiration. Les travaux d’installation ont été consistants mais incontestablement, c’est très réussi. Le cadre est accueillant, la décoration est très chébran, sur des sols en béton vernis gris.

Les œuvres de Dany en imposent, tant par leur taille que par leur technicité. Venise aura d’évidence inspiré notre peintre (on la comprend !) qui y a consacré plusieurs toiles très réussies. Place de la Bourse à Lille, nu, peinture morte, ciel diaphane, portraits féminins, il y en a pour tous les goûts, et l’artiste est accueillante. Alors, n’hésitez pas, poussez la porte du 41 rue Jeanne d’Arc, vous ne serez pas déçus !

Vous y passerez, comme moi ce soir, un bon moment…


Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 13:07

Premie-re-pierre-LMH-Union.jpgEn fin de matinée, les trois maires de Roubaix, Tourcoing et Wattrelos, entourent Alain Cacheux, président de Lille Métropole Habitat (LMH), et Gérard Caudron, 1er vice-président LMCU chargé du logement (qui remplace à la dernière minute Martine Aubry), pour sceller la première pierre du nouveau siège social de LMH sur le site de l’Union, juste à côté de la tour Mercure.

Cette première pierre est en réalité purement symbolique puisque si la date de celle-ci a glissé  sous des contraintes d’agenda, comme le note avec humour Alain Cacheux, pendant ce temps, « le chantier a déjà une certaine hauteur ».

Pierre Dubois a rappelé le chemin parcouru depuis 2006 et la fusion des trois offices publics pour fonder LMH. Si Wattrelos n’a que peu de logements de l’office, les villes de Roubaix et Tourcoing ont « une proximité forte » avec ce bailleur (même si LMH est « une présence dans plus de 40 communes » !). Il n’était donc pas illogique que ce nouveau siège s’implante ici.

Pourquoi ? Alain Cacheux répond qu’il devenait « impératif de rassembler des équipes dispersées. L’éclatement avait un coût élevé et ce nouveau siège mettra un terme à des transferts permanents. La décision de venir à l’Union est une décision profondément politique car le projet de l’Union est emblématique de la transformation urbaine de Roubaix, Tourcoing et Wattrelos ».

Après le CETI, le nouveau tribunal de commerce, bientôt Kipsta et Vinci, LMH est une pièce majeure du projet de l’Union.  Dans ce bâtiment de 10 900 m² de surface, pour 8 260 m² de bureaux sur six niveaux, 280 salariés sont attendus. Ouverture prévue d’ici  un an.

Premie-re-pierre-LMH-Union_2.jpgPour ma part, après les prises de parole,  je m’esquive car l’ESAT de Wattrelos fête son 30e anniversaire, en présence de M. Leduc, directeur général des Papillons Blancs, et je rejoins toute l’équipe chaleureuse des jeunes et moins jeunes employés et encadrants du centre Stalingrad pour leur dire l’attachement et l’engagement à leurs côtés de la Municipalité à cet ESAT, à l’emploi qu’il crée et à la dignité qu’il donne à nos jeunes handicapés ! Sans oublier nos Berlouffes  qu’il fabrique, dont la seule évocation du nom suffit à provoquer des exclamations de joie dans la salle…


Partager cet article
Repost0