Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

21 décembre 2017 4 21 /12 /décembre /2017 16:29
Un nouveau logo pour Wattrelos !

Un personnage qui saute de joie, ouvre son cœur et se projette vers l’avenir : tout un symbole ! Le symbole de l’envie de vivre, d’avancer et de ne pas subir, de la générosité et du dynamisme wattrelosiens qu’incarne désormais le nouveau logo de la Ville, élément-phare d’une charte graphique complètement élaborée en interne (par le responsable de notre service imprimerie, Olivier Carton, que je félicite vivement pour la qualité du travail effectué) et qui entre donc désormais en application.

 

On range dans le tiroir de l’histoire de la ville le triangle bleu-blanc-jaune qui symbolisait depuis plus de deux décennies le concept de l’Eurozone (Wattrelos étant au cœur d’un triangle géographique Lille-Tournai-Courtrai) au profit d’un logo plus expressif, avec un personnage qui forme astucieusement en levant les bras le W de Wattrelos, et qui porte en lui plusieurs messages : par son attitude, il peut à loisir incarner le sport, la santé, la fête, la gaieté, la jeunesse, le volonté et l’impatience de se projeter dans l’avenir... L’interprétation est libre, chacun pourra y voir ce qu’il désire ; moi, c’est l’image d’une ville en mouvement, d’une ville de cœur que je veux mettre en avant !

 

Le cœur, véritable fil rouge de tous nos précédents logos (au début des années 80, un cœur entourait la ville ; au début des années 90, le cœur venait recouvrir le triangle de l’Eurozone), est désormais présent à deux endroits du logo : accroché à la poitrine du personnage, et repris dans le slogan qui résume à la fois le dessin et l’âme wattrelosienne : « Une ville au cœur qui bat ». Cela me va bien !

 

Pour « asseoir » ce logo, un sentier vert qui indique notre attachement à la partie campagnarde de notre commune, et dont l’effet de perspective, là encore, emmène le personnage vers le futur.

 

On me dira peut-être : pourquoi ne pas avoir choisi la poupée Berlouffe pour logo de la cité… des Berlouffes ? Tout simplement parce que le personnage ne s’y prête pas vraiment : même s'il nous est éminemment sympathique, à nous autres Wattrelosiens, aux yeux de quelqu’un qui ne connaît pas Wattrelos (cela existe-t-il ?), c’est d’abord un personnage figé et vêtu de… berlouffes, au costume sombre, et trop enfantin qui ne saurait symboliser à lui seul l’institution-ville (on reviendrait en quelque sorte au petit lion des années 80, sympathique lui aussi, mais trop typé bande dessinée).

 

Autre élément important de la nouvelle charte graphique, la papeterie : notre papier à en-tête aux armoiries de la Ville, que l’on retrouve sur les actes administratifs, les courriers, les enveloppes va progressivement disparaître au profit de nouveaux documents plus colorés et reprenant bien sûr le logo en en-tête.

 

Bref, Wattrelos change de style graphique en 2018, se modernise dans ce secteur-là également, et c’est tant mieux ; la modernisation des outils de communication se poursuivra d’ailleurs avec la refonte de la maquette du journal municipal.

 

Et tout cela, je le répète, sans aucun budget d’investissement puisque tout le travail a été réalisé au sein de nos services, parmi lesquels figurent de vrais talents, il faut savoir le dire ! Quand on se renseigne un peu sur les prix pratiqués pour ce type de prestation par des sociétés spécialisés (souvent plusieurs centaines de milliers d’euros) cela représente une belle économie pour la commune !

 

Bravo à mon équipe !

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2017 3 20 /12 /décembre /2017 17:30
Orientations Budgétaires pour Wattrelos en 2018 : moins d'impôts locaux, moins de dette

Le Budget d’une commune doit être voté avant le 31 mars, et dans les deux mois qui précèdent ce vote, le Conseil Municipal doit avoir un débat d’Orientations Budgétaires, lequel se tient sur la base d’un Rapport d’Orientations Budgétaires présenté par la majorité.

Ce mercredi 20 décembre, le Conseil Municipal a donc débattu des Orientations Budgétaires pour 2018, et, au nom de la majorité, j’ai présenté, après avoir examiné le contexte économique international et national (qui détermine la croissance économique, et donc influence les besoins sociaux et les recettes fiscales), et surtout le contexte légal (la Loi de Finances pour 2018, c’est-à-dire le Budget de l’Etat, qui vient d’être voté, et qui détermine une part importante des ressources de la ville par les dotations que l’Etat nous verse), j’ai précisé les grandes lignes de préparation du Budget 2018, synthétisées dans un pentagramme en début du document projeté.

Le Budget 2018 reposera sur 3 caractéristiques majeures : baisse de 30 % de la Taxe d’Habitation (mesure gouvernementale) ; pas de hausse des taux des impôts locaux (pour la 9ème année consécutive, alors que, sur la même période, les recettes de la ville ont diminué de près de 2 millions € !) ; et poursuite de la diminution de l’endettement de la ville.

Et si, pour la première fois depuis longtemps, les recettes de la ville pourraient ne pas baisser en 2018, nous devrons cependant fortement réduire les dépenses (cible escomptée : - 700 000 euros), pour pouvoir faire progresser notre autofinancement ; c’est indispensable pour consolider durablement la situation financière de la ville, et surtout pour nous donner les moyens de trouver les fonds nécessaires pour investir dans l’entretien du patrimoine comme dans de nouveaux projets (salle de sports, écoles, vidéo-protection, accessibilité, église St-Maclou,…).

La majorité prépare ce Budget avec sérieux et responsabilité : le contenu du ROB 2018, et le contenu du power-point présenté lors de la séance et repris ci-après le confirment.

Ce n’est pas en revanche avec les propositions des oppositions que la majorité sera aidée à construire le Budget, que ce soit à l’extrême-gauche comme à l’extrême-droite, qui ont surtout fait des interventions « nationales » (voire internationales) : ce n’est pas comme ça qu’on va faire le Budget de Wattrelos ! Côté France Insoumise, on veut dépenser des sous qu’on n’a pas, et côté FN, on aurait trop de dettes (mais comment la baisser fortement sans augmenter massivement les impôts ?), on aurait trop de personnel (mais ils ne disent pas qui on licencie ?), et même d'après leur ancien leader R. Ackerman, ce ne serait pas bien de baisser la taxe d’habitation : au contraire, il a dit souhaiter que « tous les foyers fiscaux paient la TH, et même 2 fois ! ».

C’est dommage qu’il n’y ait pas plus de Wattrelosiens qui viennent écouter les débats du Conseil municipal pour se rendre compte de certaines absurdités, et que les extrêmes ne sont que de dangereuses illusions.

ØPour lire le ROB 2018, cliquer ci-dessous

 

ØPour lire le document de présentation, cliquer ci-dessous

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2017 5 08 /12 /décembre /2017 09:15
Enfin, la fibre arrive à Wattrelos !

Ce matin, je suis en compagnie de Damien Castelain, Président de la Métropole Européenne de Lille, de Laurent Vitoux, Directeur régional Orange, et d’Henri Gadaut, Conseiller départemental, pour « inaugurer » symboliquement, rue Léon-Blum à Beaulieu, l’une des 48 armoires techniques qui sont et seront installées à Wattrelos pour le déploiement de la fibre optique. Enfin ! serais-je tenté de dire, comme bon nombre de mes concitoyens, notamment ceux de Beaulieu pour qui le débit est bien trop insuffisant – j’y reviendrai.

Enfin, la fibre arrive à Wattrelos !

Notre ville est confrontée à un double défi : elle possède un territoire étendu, et il inconcevable que le déploiement ne soit pas le même pout tous. C’est un défi pour nos entreprises qui, ces dernières années, se sont installées dans nos parcs d’activités (et qui s’installeront demain sur les sites de nos anciennes grandes usines) et pour lesquelles la question du raccordement est crucial. Aujourd’hui, par exemple, la logistique se gère en temps réel ! Mais c’est un défi également pour les particuliers, dont certains sont des télétravailleurs, les familles qui doivent partager la même connexion pour plusieurs appareils, et bien sûr les trop nombreux laissés pour compte du numérique qui sont en carence ADSL.

 

Enfin, la fibre arrive à Wattrelos !

Cela m’amène tout naturellement à parler de Beaulieu où nous nous trouvons ce matin, puisque le quartier a été « oublié » par l’opérateur chargé du déploiement du câble dans les années 90, lequel opérateur n’a pas souhaité non plus accompagner la rénovation urbaine du quartier pour remédier à cela. Comble de malchance, l’opérateur choisi par la MEL en 2013 pour fibrer Wattrelos n’a pas été à la hauteur de ses engagements, a été désavoué (la MEL a constaté la carence, confirmée par l’Etat, et a cassé le contrat) et remplacé enfin par Orange, mais tout cela a fait perdre du temps… Sur la MEL, comme à Wattrelos donc, comme le dit Laurent Vitoux, « le déploiement n’a pas été un fleuve tranquille ».

 

Aussi, ce matin, je sais gré à Akim Oural, en charge de ces sujets à la MEL, de son opiniâtreté, et au Président Castelain de son écoute, de sa compréhension, de sa capacité de décider… Tout cela nous est précieux ! Et je remercie Orange, représenté par Laurent Vitoux, d’avoir repris et accéléré le dossier de la fibre à Wattrelos, car si usuellement, la couverture d’une ville comme la nôtre est découpée en trois ou quatre lots, Orange n’a prévu que deux lots de déploiement seulement pour Wattrelos.

 

Le premier lot, de 24 armoires comme celle inaugurée ce matin (une armoire dessert 400 foyers environ), couvrira 9 000 des 17 000 foyers wattrelosiens : il est en cours de déploiement, et 200 premiers foyers seront ainsi raccordés à la fibre avant la fin de l’année ! Le lot 2 sera déployé courant 2018 / 2019 pour une couverture complète du territoire wattrelosien en 2020.

 

Les armoires ne sont pas tout : derrière chaque armoire, il faut une cinquantaine de points de branchement, chaque point de branchement desservant une dizaine de foyers. Ces points de branchement sont installés actuellement en souterrain, sur les poteaux ou les façades des maisons, ce qui suppose du dialogue, de l’échange, de la contractualisation parfois, bref : un délai. Raison pour laquelle il faut entre trois et dix-huit mois pour desservir les habitants après l’installation des armoires…

 

Le Président Castelain réaffirme le volontarisme de la MEL pour le déploiement de la fibre optique, « indispensable à tous les usagers », et veut « casser la fracture numérique ». Il nous dit aussi sa satisfaction d’être à Wattrelos ce matin, une ville « trop souvent oubliée par le passé », et ajoute même qu’il souhaite « mettre la puissance de la MEL à son service ». Je prends, car des demandes et des dossiers prêts, j’en ai ! Et je le remercie, bien évidemment…

Enfin, la fibre arrive à Wattrelos !
Partager cet article
Repost0
16 novembre 2017 4 16 /11 /novembre /2017 08:56
Le nouveau Conseil municipal des enfants installé !

Les élections se sont déroulées (pour la 11e fois !) dans toutes les écoles publiques et privées de Wattrelos du 9 au 13 octobre, et voici que le Conseil municipal des Enfants, renouvelé pour moitié selon la procédure habituelle, siège ce soir à l’Hôtel de ville.

Le nouveau Conseil municipal des enfants installé !
Le nouveau Conseil municipal des enfants installé !

Comme d’habitude, entouré des élus du Conseil municipal des adultes, je suis impressionné, et véritablement très fier de ces jeunes Wattrelosiens qui ont décidé de s’investir pour leur ville, de s’éveiller à la citoyenneté et de faire part de leurs propositions, souvent très pertinentes, pas toutes réalisables, mais qui, avec le temps, ont déjà permis de fixer de beaux rendez-vous dans le calendrier (participation aux commémorations patriotiques, au Carnaval, chasse aux œufs de Pâques, vente de muguet au 1er mai au profit d’une association caritative, collecte de denrées alimentaires au profit des Restos du Cœur, participation à la journée  Uniday consacrée aux droits de l’enfant proposée par l’UNICEF, concert des jouets de Noël dont la prochaine édition est prévue le samedi 2 décembre…).

 

Pour cela, nos jeunes élus se réunissent tous les mois, dans un lieu différent avec un invité, ou sur un thème précis, et les réunions s’accélèrent quand la date des projets approche. Ils en rendent ensuite compte à leurs camarades dans leur école bien sûr.

 

Après l’appel par le Directeur Général des Services (le « sous-chef » comme disent les enfants), j’épingle sur la poitrine de chaque nouvel élu une cocarde distinctive, en leur demandant comment ça s’est passé, car c’est cela la démocratie, être candidat, faire des propositions, les présenter, et chercher à convaincre (la spontanéité des enfants est un régal !).

 

Au total, plus de filles que de garçons (18 filles contre 14 garçons) dans ce Conseil : année après année, leur nombre s’accroît (l’occasion d’une discussion avec ces enfants sur la parité).

Le nouveau Conseil municipal des enfants installé !
Le nouveau Conseil municipal des enfants installé !
Le nouveau Conseil municipal des enfants installé !
Le nouveau Conseil municipal des enfants installé !
Le nouveau Conseil municipal des enfants installé !
Le nouveau Conseil municipal des enfants installé !
Le nouveau Conseil municipal des enfants installé !
Le nouveau Conseil municipal des enfants installé !
Le nouveau Conseil municipal des enfants installé !
Le nouveau Conseil municipal des enfants installé !

Puis vient la traditionnelle séquence de questions-réponses et les communications qui me sont adressées directement.

Le nouveau Conseil municipal des enfants installé !

J’écoute Amjad qui souhaite mieux connaître la Maison des Associations Bernard Vanmarcke à Beaulieu (ça tombe bien, une visite du CME est prévue en janvier), puis Justine, attachée quant à elle à découvrir l’association Ludopital (ce sera le cas en janvier aussi) : mon Adjointe à la Santé les épaulera.

 

Ismaël m’annonce que le CME participera pour la première fois en février à la Semaine de la Santé où il présentera un espace Salle de bain : mission zéro déchets (et nus avons une discussion sympathique sur ce que pourrait être zéro déchet dans une salle de bains) et un atelier pour fabriquer du dentifrice maison ! Sur un autre sujet, Hugo ajoute qu’une rencontre est prévue peu après avec le conseiller technique municipal prévention pour apprendre les gestes qui sauvent et à alerter les pompiers ou le SAMU : excellente idée bien sûr (et moi qui fut sauvé, lors de mon accident, par une personne qui avait suivi ces cours, je ne peux dire autre chose !). Autre rencontre prévue : celle que les jeunes élus ont programmée en mars avec nos deux Conseillers départementaux, pour découvrir l’institution, comme le précise Nawel.

 

Ilan, lui, me dit que le dernier mercredi de mai, le CME participera de nouveau à l’UNIDAY de l’UNICEF avec les enfants des centres de loisirs, et Edouart (de l’école Pierre-Curie) ajoute que ses camarades et lui iront à la rencontre de la Députée pour mieux connaître sa fonction et l’Assemblée nationale.

 

Emma, sensible à la sécurité routière, et consciente des dangers de la route, notamment aux abords des écoles, projette un travail en collaboration avec la policière municipale spécialiste de la question, Virginie Dussart, pour sensibiliser les parents, tandis qu’Adame a déjà à l’esprit la visite de la station d’épuration des eaux usées du Grimonpont, juste avant les grandes vacances, en association avec le CME de Leers : Henri Gadaut et Daniel Lefèvre verront cela avec eux. Et Lena souhaite assister à une séance publique du Conseil municipal (des adultes), ou à un mariage.

Le nouveau Conseil municipal des enfants installé !

On le voit : nos jeunes ami(e)s ont du pain sur la planche et ne manquent pas d’imagination ! C’est parfait ! Nous, les élus adultes, sommes à leur écoute, ainsi que les services municipaux, pour les aider à mener à bien tous leurs projets et faire de cette année scolaire une année utile, comme d’habitude ! En ce qui me concerne, j’ai déjà noté le concert des jouets de Noël au CSE, dont le prix d’entrée est un (ou plusieurs) jouets neufs qui seront remis aux familles les plus démunies de Wattrelos. Je forme le vœu que le public vienne nombreux pour que Noël soit une vraie fête pour tout le monde.

 

Bravo les enfants, et bon travail !

Le nouveau Conseil municipal des enfants installé !
Partager cet article
Repost0
14 novembre 2017 2 14 /11 /novembre /2017 08:49
E. Macron veut changer le visage des quartiers sur le quinquennat

Dans l’agglomération roubaisienne, à l’Imaginarium sur la Plaine Images de l’Union, le Président de la République a exhorté dans un discours solide à la mobilisation pour la politique de la ville sur le quinquennat.

 

Pointant les territoires qui « concentrent toutes les difficultés », le Président observe qu’elles « ont créé une société de statut, où le déterminisme social est plus fort : si nous ne faisons rien, nous resterons dans cette société où la réussite sera pour une élite économique ». Et « pour répondre à un défi », Emmanuel Macron veut « partager quelques convictions profondes » :

> « l’Etat ne sait pas tout, il y a besoin de coconstruire les solutions ». Tous « sont des enfants de la République » : il faudra une ambition de toutes les politiques publiques dans ces quartiers » ;

> « non, il n’y a pas une politique ambitieuse pour les gens qui réussissent » : « quand il n’y a pas une économie qui tire tout le pays en avant, les quartiers en difficulté ne se portent pas bien. Une politique d’ambition pour les entreprises doit tirer ces quartiers, mais aussi financièrement les politiques sociales ». « C’est une politique d’ensemble, une ambition pour le pays, que je suis venu exprimer ».

 

« Il n’y a pas de citoyen de seconde zone à qui il ne faudrait parler qu’en termes de dépenses publiques ! Œuvrer pour une économie plus forte, c’est œuvrer avant tout pour ceux qui sont les plus en difficulté ».

 

S’agissant de la « mobilisation nationale pour les villes et les quartiers », le Président la dessine dans « deux grandes directions » : « ramener le droit commun dans les quartiers ». Le socle premier, c’est « l’effectivité des droits dans les quartiers » ;  « l’émancipation des habitants ».

 

l Le Président a alors annoncé des décisions importantes : « les acteurs associatifs verront les crédits de la politique de la ville sanctuarisés pour tout le quinquennat » ; les contrats aidés seront « prioritairement affectés aux territoires les plus fragiles, aux acteurs associatifs et à l’ensemble des acteurs de ces politiques » ; les dotations spécifiques aux collectivités ayant de nombreux quartiers populaires seront maintenues » ; « personne ne perdra, dans les communes concernées par la politique de la ville, le moindre crédit sur 2018 ! »

 

Pour la Sécurité, sur les 10 000 créations de policiers et de gendarmes (les 2/3 sur les 2 prochaines années), « nous concentrerons les efforts dans les quartiers les plus en difficulté » ; la sécurité du quotidien sera expérimentée dans les zones prioritaires et la politique pénale adaptée pour permettre aux forces de l’ordre de donner des amendes immédiates et de procéder à des mesures d’éloignement.

 

Face à la radicalisation, qui « s’est installée parce que la République a démissionné », des « plans de lutte » seront présentés « avec des moyens supplémentaires, des fermetures de structures et une action résolue sur le terrain ».

 

Mais « donner accès à la République, c’est aussi garantir la dignité de chacun », avec d’abord « la lutte contre la pauvreté », souvent « bien concentrée dans nos quartiers les plus en difficulté «  (cf au Budget 2018, la majoration de 30 % du complément de mode de garde pour les familles monoparentales, soit + 138 € par mois). « Le retour de l’Etat », c’est aussi « nécessaire pour les politiques de santé », et la réduction des « discriminations qui frappent les quartiers sous plusieurs formes » : celle-ci figurera dans « les priorités claires » de l’Inspection du Travail, tandis qu’ « un grand plan de formation des dirigeants publics et privés sera lancé pour faire évoluer les mentalités et les pratiques », ainsi que des appels à projets, « pour être intraitable à l’égard de ceux qui continuent à avoir des pratiques inacceptables ».

 

Ce retour à l’Etat doit « s’inscrire dans un cadre de vie repensé », et il faut retrouver « la force, la mobilisation de la première génération des plans de rénovation urbaine ». L’Etat redonnera « une ambition à l’ANRU » (10 Mds €).

 

l La deuxième priorité, c’est « la fin de l’assignation à résidence », c’est-à-dire favoriser une « politique de mobilité », pour « nos jeunes, comme nos moins jeunes », une « politique d’émancipation ».

 

« Elle passe d’abord et avant tout par l’école » : le dédoublement des Rep +, « une vraie politique éducative pour les plus défavorisés » ; la réouverture « des classes bilangues dans l’école publique » ; « la politique devoirs faits » , l’aide à l’obtention du stage en 3ème ; le renforcement de la politique d’orientation, de formation ; la réouverture des « internats d’excellence ».

 

C’est aussi l’émancipation « par la culture » : l’ouverture des bibliothèques en soirée et le week-end sera aidée par l’Etat ; et le Pass Culture pour les jeunes expérimenté dès la fin 2018 dans les quartiers en difficulté.

 

Le Président évoque ensuite le sport, l’emploi et la formation, les contrats aidés, et surtout les « emplois francs », puis l’accès à l’entreprenariat, les engagements en termes d’infrastructures de transport.

 

Dans cette bataille, le Président de la République veut assumer lui-même le suivi, en réunissant tous les 3 mois à l’Elysée les acteurs de celle-ci, et sera créé un Conseil Présidentiel de la Ville.

 

« Je veux que le visage de nos quartiers ait changé à la fin de ce quinquennat », « car le cœur de la bataille que nous conduisons pour notre République se joue là, dans les quartiers, dans les villes ».

 

Voici quelques extraits de ce discours filmé par Victor Mahieu :

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2017 6 11 /11 /novembre /2017 16:38
11 novembre (2) : Banquet républicain

C’est une tradition wattrelosienne bien ancrée : après les cérémonies commémoratives du matin dans nos Cimetières, les membres des sociétés patriotiques se retrouvent pour un banquet républicain, qui s’est tenu cette année au Centre socio-éducatif, dont la salle aura été entourée des couleurs nationales.

 

Comme à l’accoutumée, de brèves prises de parole rappellent l’enjeu républicain de la journée. C’est ainsi Edith Gascon, Présidente des ACPG qui fut l’oratrice des sociétés patriotiques. Pour ma part, j’ai évidemment souligné l’enjeu de ces années de conflits 1914-1918, première guerre mondiale, pour la France mais aussi pour le monde. Mais par-delà le souvenir et le regard que l’on peut avoir de et sur ces années de guerre, avec le recul du temps il est essentiel de chercher à canaliser et comprendre les forces qui en furent la genèse, car si nous voulons tous éviter que la guerre ne se reproduise, encore faut-il avoir la lucidité de regarder aussi, aussi précisément que possible, ce que sont aujourd’hui les sous-bassements idéologiques et géopolitiques du moment, afin de combattre ceux qui pourraient, si on les laissait prospérer, conduire demain aux mêmes catastrophes qu’hier.

11 novembre (2) : Banquet républicain

Pour lire mon intervention, cliquez ci-dessous.

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2017 6 11 /11 /novembre /2017 16:11
11 novembre (1) : 1917, se souvenir et comprendre !

Le 11 novembre, c’est d’abord au Cimetière du Crétinier que commencent les cérémonies commémoratives, puis autour du Monument aux Morts au Cimetière du Centre, avec la participation du Conseil municipal des enfants et de l’Union musicale. Ainsi, après le dépôt de gerbes, y compris par des enfants du Cme, ces derniers interprétèrent la Marseillaise avant que je ne monte à la tribune pour le traditionnel discours du maire.

11 novembre (1) : 1917, se souvenir et comprendre !
11 novembre (1) : 1917, se souvenir et comprendre !
11 novembre (1) : 1917, se souvenir et comprendre !
11 novembre (1) : 1917, se souvenir et comprendre !

J’ai voulu essayer de répondre à cette question fondamentale : « pourquoi nous retrouvons nous ici chaque 11 novembre » ?

11 novembre (1) : 1917, se souvenir et comprendre !
11 novembre (1) : 1917, se souvenir et comprendre !

> Pour « nous rappeler l’histoire », et 1917 est un tournant décisif dans la 1ère guerre mondiale, avec les révolutions russes et la sortie de la Russie du conflit, l’entrée en guerre des Etats-Unis, et des offensives terrestres (Vimy, Arras, Soissons, Ypres, Chemin des Dames) qui feront des centaines de milliers de morts ;

> pour nous souvenir du sacrifice et des souffrances des soldats ;

> pour ne pas oublier non plus la dure vie des populations civiles, à l’image des rigueurs des pénuries et de l’occupation allemande à Wattrelos à cette époque ;

> pour comprendre ce qu’est la guerre, ce qu’en sont les dégâts et combien la paix est si précieuse. « Car enfin, est-il écrit dans le destin des hommes de se faire la guerre ? ». Peut-être notre vigilance s’est-elle endormie, et trop de nos concitoyens considèrent la paix comme un acquis définitif… alors qu’elle est encore fragile. Car « des menaces existent », le terrorisme bien sûr, mais aussi « nationalisme, identitarisme, protectionnisme, souverainisme du repli », ces idées, comme le disait le Président de la République à la Sorbonne en septembre, « les revoici sous des habits neufs ».

 

            Aussi, il ne faut pas céder à la résignation : « ces idées sont une menace ? Combattons-les, avec détermination et sans faiblesse ».

 

            Après que l’Union Musicale Wattrelosienne ait interprété la Marseillaise, puis l’Hymne Européen, le Conseil Municipal et les représentants des sociétés patriotiques ont passé en revue les tombes des soldats tués lors de la 1ère guerre, avant de fleurir le Monument aux morts de la guerre de 1870-71.

 

11 novembre (1) : 1917, se souvenir et comprendre !
11 novembre (1) : 1917, se souvenir et comprendre !

Pour lire mon discours, cliquez ci-dessous.

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2017 5 10 /11 /novembre /2017 17:42
La résidence Van der Meersch modernisée… et inaugurée !

Ce matin, à Beaulieu, nous inaugurons la résidence Van der Meersch, propriété de Vilogia mais gérée par le CCAS, qui compte 29 logements (tous occupés actuellement) et 33 locataires.

 

Le Directeur général de Vilogia, Philippe Remignon, est lui aussi présent car l’événement est important, ainsi que mon Adjointe à l’Action sociale, Annie Chantrie, la Vice-présidente du CCAS Marie José Dens, et bien sûr la Directrice

Générale du CCAS, Sophie Liagre.

 

Nous procédons à la coupure de ruban symbolique à hauteur du portail.

La résidence Van der Meersch modernisée… et inaugurée !

Puis nous visitons l’appartement de la sympathique Marcelle, au deuxième étage, où nous apprécions la nature des travaux effectués : blocs éviers changés, revêtement de sol des pièces humides remplacé, et surtout, pose d’un double-vitrage (et fermeture vitrée du balcon qui donne sur la cour de l’école Brossolette) qui garantit une bien meilleure isolation phonique et thermique.

La résidence Van der Meersch modernisée… et inaugurée !
La résidence Van der Meersch modernisée… et inaugurée !

Au rez-de-chaussée, ont été aménagés également les bureaux du Services de Soins à Domicile du CCAS où les professionnelles trouvent des locaux mieux appropriés pour exercer leur mission.

La résidence Van der Meersch modernisée… et inaugurée !

A l’extérieur aussi, des choses ont changé : une bonne épaisseur de laine de roche a été posée sous le bardage du bâtiment, les pignons ont été démontés, isolés et reconstruits.

 

Bref, une rénovation utile et efficace, achevée il y a quelques mois déjà, mais qu’il convenait d’inaugurer car tout cela n’est pas anodin, ainsi que je le précise durant ma prise de parole dans le hall.

La résidence Van der Meersch modernisée… et inaugurée !

Cette résidence, dans le grand plan initial de remodelage du quartier de Beaulieu, était en effet vouée à disparaître, ou à accueillir un casernement de CRS. A défaut, car nous pensions que cette résidence avait son utilité sociale, nous avons choisi de conserver Van der Meersch et de rénover… sauf que cette rénovation ne pouvait plus être financée dans le cadre de l’ANRU. Il fallait donc que le bailleur, Vilogia, se mobilise en portant seul le projet. Ici, l’investissement aura été de 40 000 euros par logement ! Vilogia l’a fait et je lui en sais gré car le résultat est plus que satisfaisant.

 

En revanche, la complexité des procédures pour un autre quartier, les Villas, m’exaspère !

 

La Ville a assuré le volet de la reconversion économique (Centre commercial des Couteaux), Vilogia a assuré la démolition des immeubles murés en entrée de quartier l’an dernier, mais il devient vraiment temps de concrétiser notre volonté de changer la vie des habitants ! Avec ou sans l’ANRU, mais il faut avancer !


Et plus vite surtout : j’ai avec moi une très longue liste (photo ci-dessous) de questions auxquelles la procédure ANRU commande que les partenaires du projet répondent : c’est du délire !

La résidence Van der Meersch modernisée… et inaugurée !

4 pages de questions, qui appelleront pour chaque ligne plusieurs pages de réponse, des tableaux matriciels sont exigés… J’en ai assez ! Il est plus que temps de « sortir » cette rénovation, concrètement, rapidement : on ne peut pas dire aux habitants que ce sera encore dans quelques années, ce n’est pas possible !

 

Aujourd’hui, ceci dit, ce ruban coupé, nous le goutons avec plaisir, car rénover Van der Meersch, ce fut un parcours compliqué, et les résidents sont aujourd’hui bien chez eux, au chaud (car la défaillance énergétique était la principale faille de l’ancien bâtiment). Cela confirme que, quand la cause est juste, il ne faut pas lâcher !

 

Nous avons eu raison d’insister…

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2017 2 03 /10 /octobre /2017 13:06
Très bel hommage républicain à mon amie Nicole !

Le décès accidentel de Nicole Bricq, Sénatrice, ancienne Députée, et ancienne Ministre, au coeur de l’été, avait jeté la consternation chez ses proches et amis, dont je m’honore d’être. Sa personnalité était si forte, si présente dans la vie de la République, qu’au-delà de ses funérailles, il était juste que cette dernière réunisse toutes celles et ceux qui ont connu et estimé Nicole. C’est cette cérémonie qui s’est tenue au Conseil Economique et Social, en présence du Président de la République, de son prédécesseur, de nombre de ministres (dont Gérard Collomb), du Commissaire Européen Pierre Moscovici, de Dominique Strauss-Kahn, de Jean-Christophe Cambadelis, et tant d’autres, autour de Jean-Paul Anchov, compagnon de Nicole, et de Renaud Bricq, son fils.

 

Après que Laurent Azoulai ait présenté le déroulement de la cérémonie, celle-ci s’est ouverte par le discours d’accueil de Patrick Bernasconi, Président du CESE qui a salué « l’exemplarité républicaine » de Nicole, « une femme d’honneur, spécialiste des finances publiques et technicienne de l’écologie politique ».

 

Mon copain et ancien collègue Emeric Brehier, lut un (remarquable) message de Jean-Pierre Chevènement (dont Nicole fut très longtemps compagnon de route), qui rappela l’engagement de Nicole au CERES, « un parti dans le Parti », en 1971, son parcours politique, une « bosseuse », pour qui « l’honneur du politique est de s’affronter un jour aux réalités, une républicaine soucieuse de servir le bien public », qui fit, lors des dernières présidentielles, « un choix argumenté en faveur d’Emmanuel Macron ».

 

L’ancien Président, François Hollande, qui a connu Nicole en 1988 quand elle travaillait avec Jean-Pierre Chevènement, « une femme qui avant d’être politique était une amie », en donne en quelques phrases une brillante synthèse : « Ce qu’elle avait sur le cœur, elle l’exprimait » ; « une femme de grandes compétences qui travaillait beaucoup ; une femme engagée ». Après être revenu sur son parcours politique, qui la conduisit vers le pôle Réformiste du PS, avec des mots justes, il insista sur « le visage et le caractère de Nicole » que nous conservons en mémoire : « Une femme passionnée et concrète, élégante et directe, qui veillait à chaque fois à susciter le respect, sévère et souriante, et c’est ce sourire que nous voulons retenir ».

 

Très bel hommage républicain à mon amie Nicole !

Pierre Moscovici, Commissaire Européen, décrivit une « amie chère, si vivante, si présente. C’était une femme politique au parcours extrêmement riche, d’une grande simplicité, indépendante, une femme de gauche et une européenne, qui voulait combattre les inégalités à la racine ». Si elle était « libre et pas sectaire », elle était « idéaliste, réaliste et croyait avec passion à l’Europe, une femme politique exigeante qui ne supportait pas la paresse, qui laisse de beaux souvenirs ».

 

Pour Catherine Tasca, qui souligna le combat de Nicole pour la place des femmes en politique, rappela que, du CERES à Emmanuel Macron, c’est « sa fidélité au socialisme qui caractérise son parcours politique ».

 

Ce que reprit Dominique Strauss-Kahn, qui décrit « une combattante », qu’il connut au CERES également, soulignant « du CERES à En Marche, le chemin d’une génération politique ». Il pointa « une femme de mouvement, toujours prête à combattre, pour l’Europe, la production et l’entreprise, l’engagement écologique, la rénovation politique ». Il martela « quand on est sûr de ce qu’on pense, on peut fait des compromis ; elle savait que les valeurs de gauche et les valeurs de droite ne sont pas les mêmes : les faire avancer ensemble, c'est savoir garder leur équilibre ».

 

Très bel hommage républicain à mon amie Nicole !

Solennel, grave, et ému, Emmanuel Macron Président de la République, conclut la cérémonie pour Nicole Bricq, en soulignant combien « son accident, l’annonce de son décès ont été un coup du sort cruel. J’ai eu la chance de l’avoir à mes côtés, se battant, avec des convictions claires ». Elle était « à la fois vestale et amazone du combat pour En Marche ». Pour elle, c’était « ne jamais rester à l’abri, dire et faire ». Ses combats, ce furent l’environnement (« où elle tressait l’engagement avec l’expertise »), le progressisme (« la production et les forces productives réconciliées »), l’Europe.

 

« Compagnon de route, parlementaire, ministre, elle était toujours militante ! », et chacun connaissait son franc-parler ; « si la social-démocratie lui a enseigné l’art du compromis, elle n’a jamais pensé que le compromis, c’était la compromission. Elle a toujours été contemporaine, et sa mort ne nous dispense pas d’être fidèles à ce qu’elle fut : les vrais idéalistes sont de grands pragmatiques ».

 

Et puisque « vivre, c’est s’obstiner à achever des souvenirs, nous nous obstinerons à mener ses batailles, car à la fin, Nicole, nos victoires ce seront les tiennes ».

 

Très bel hommage républicain à mon amie Nicole !

C’est, enfin, sur L’ode à la joie de Beethoven, hymne européen, que se termina cet hommage à cette grande européenne que fut Nicole Bricq. Nicole, je t’embrasse, très amicalement…

Très bel hommage républicain à mon amie Nicole !
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2017 7 01 /10 /octobre /2017 09:53

Il en use et il en abuse de sa qualité de « fonctionnaire », l’ami Christian Ladoé : il est vrai que dès qu’il l’évoque, c’est rires garantis dans la salle. Alors ce dimanche 1er octobre après-midi au CSE, il ne s’en est pas privé. Comme il ne s’est pas privé, avec ses 4 autres compères (ses fils Valentin et Jonathan – futurs papas tous deux – Francis et Jacques), de faire rire le public nombreux de leurs gags et sketches, tout cela dans notre beau patois !

 

Ainsi, Christian, plus « bouli » que nature, vante (grâce à la participation bénévole et involontaire d’Henri Gadaut, qui a toujours été convaincu que c’était un « médicament » !) les bienfaits du whisky (qui ne fait pas grossir, améliore la santé cardiaque…) !

C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !

Francis, lui, préfère danser sur le Charleston, tandis que Valentin s’est inscrit à un cours de danse (où certaines de mes élues participeront sur l’invitation de beaux danseurs) où Gwendoline et Belinda ne lui survivront pas !

C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !
C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !
C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !
C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !
C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !

Et si, au pupitre le « biau » Jacques fait des « ouh là ouh », Francis raconte sa visite chez l’esthéticienne, avant que Christian et Jonathan ne reviennent d’Hawaï (plus vrais que nature !).

C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !
C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !

Mélancolique, Jacques chante qu’ « in n’peux nin être et avoir été », mais Valentin arrive sur scène avec une grosse boîte d’où sort son personnage de ventriloque, Pepito (qui ressemble beaucoup à un Ladoé bien connu), volontiers espiègle tant il se trompe dans les rimes de ses chansons.

C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !

Impossible d’avoir ces lascars sur scène sans qu’ils n’évoquent leur passion commune, la bourle, avec « les bourleux ».

C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !

Voilà que Johnny/Jacques revient avec une guitare parfaitement désaccordée, ce qui donnera l’occasion à Jonathan, en policier, de donner à l’assistance un cours de prévention contre l’alcool au volant, à qui il enseigne que, comme disait Jésus-Christ, « il faut rester dans les clous ! ».

C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !

Mais voilà que 4 compères sont partis à Paris car ils veulent faire un bon repas au Georges V, qui en guise de chicons au gratin ou de carbonnade, veut leur filer du couscous… dont personne ne veut, surtout avant la tarte au sucre (vous avez suivi ? Non ? Allez écouter le sketch !), mais il est vrai que le serveur ressemble curieusement (furieusement ?) à Valentin !

C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !

Puis vinrent les Stars Sisters...

C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !
C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !
C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !
C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !

Et comme il n’est pas de beau spectacle qui ne se termine, après les remerciements de Christian, et ceux, plus émouvants encore, de Francis à Christian (et quelques mots du maire), c’est en entonnant « Viva la fiesta », debout et les mains en rythme, que la salle a dit au revoir à ceux qui ont tant donné pour leur public ! Que vivent nos Copés in Deux !

C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !
Partager cet article
Repost0