Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 13:05
Des valeurs, des objectifs et le devoir de réformer : Valls a raison !

Alors que cette semaine Universités d’été des Verts, du Medef ou du PS vont se succéder, la tribune publiée par Manuel Valls, Premier Ministre, dans le journal Les Echos est la bienvenue sur la forme (calendrier) comme sur le fond (mise en perspective de l’action gouvernementale).

 

D’entrée, face à tous ceux qui ne cessent de réclamer des changements de politique économique, le Premier Ministre a raison de rappeler le redémarrage de la croissance et de plusieurs indicateurs de création d’emplois, et que dans ce contexte « changer de ligne de conduite, c’est la certitude de tout perdre ». Au contraire, il faut « poursuivre nos réformes ». Dans quelle direction ? Au service de quatre valeurs : travail, émancipation, égalité, protection.

 

Le travail, « qui permet à chacun de trouver sa place », car « promouvoir le travail, c’est encourager l’effort, l’initiative, la prise de risques ». L’émancipation des individus, pour combattre « ce déterminisme social qui brise tant d’espoirs ». L’égalité, pour « permettre à chacun d’avoir les mêmes chances ». La protection, pour ne pas « laisser les salariés seuls » mais « protéger sans décourager l’effort, ni nuire à la compétitivité ».

 

Ces valeurs, le Gouvernement les traduit en trois « objectifs de politique économique ».

 

Le premier objectif, c’est « le retour de la croissance ». Le second, c’est « tout faire pour l’emploi », en ayant à l’esprit « quels droits nous pouvons garantir » (c’est cela être de gauche !) aux travailleurs, tandis que « le salariat reculera devant des formes nouvelles d’activité, voire de multi-activité ». Le troisième objectif, c’est de « baisser la fiscalité ».

 

Croissance, emploi, baisse de la fiscalité, c’est le triptyque des réformes que conduit le Gouvernement.

 

Celles qui ont été engagées jusqu’à présent. La maîtrise de la dépense publique, indispensable pour « baisser la pression fiscale » : ce furent les « 50 Mds € d’économies programmées de 2015 à 2017 sans renoncer à nos priorités ». Cela a permis la baisse du coût du travail (« 40 Mds €, grâce au CICE et au pacte de responsabilité et de solidarité »), mais aussi la baisse de « l’impôt sur le revenu des Français en septembre 2014 », et surtout en 2015 (« 9 millions de foyers le constatent » !).

 

Et de rappeler aussi la nécessité de « simplifier, lever les blocages » car notre économie est « entravée par des réglementations excessives ou trop complexes » (d’où la loi croissance / Macron). Ou encore de « miser sur l’innovation, sur la recherche » (BPI, le programme Investissements d’avenir, crédit impôt-recherche). Ou enfin ce qui s’est fait pour réformer le marché du travail.

 

C’est également sous le même triptyque « croissance, emploi, impôts » que se place cette rentrée 2015, qui, selon M. Valls, sera « marquée par de grands chantiers de réformes ».

 

Il y aura le projet de loi de finances pour 2016, où « l’ampleur du soutien aux entreprises ne sera pas remis en cause » car « les entreprises ont besoin de cette visibilité pour investir et embaucher en confiance » (moi aussi je crois à la nécessaire stabilité fiscale, car l’instabilité est mère d’incertitude et les décideurs n’aiment pas l’incertitude lorsqu’ils doivent investir. Et sans investissements, pas d’emplois !), ce qui n’empêche pas le Premier Ministre de mettre en garde le patronat qui « doit tenir ses engagements ».

 

Il y aura aussi un projet de loi sur le numérique, et une « seconde loi croissance » ; comme il faudra « continuer de bâtir notre modèle de flexisécurité à la française » en misant sur le « dialogue social à tous les niveaux » pour que salariés et entreprises sachent « prendre les décisions les mieux adaptées pour eux ».

 

L’an dernier, en cette fin août, Manuel Valls lançait un « J’aime les entreprises ! » que j’avais approuvé car (tant pis pour les nostalgiques du monde idéal de Fourier ou des systèmes d’hier qui ne fonctionnent pas) pour créer durablement des emplois, il faut bien qu’il y ait des entreprises et qu’elles soient compétitives. Car une grande économie comme la France ne peut pas vivre sans ouvrir ses frontières, et dès lors elle ne peut qu’être compétitive pour survivre. En termes de stratégie, Manuel confirme par cette tribune aux Echos le sérieux et la cohérence des réformes gouvernementales, avec un credo : « Persévérer, c’est l’assurance de réussir ».

 

Je le crois aussi.

 

Partager cet article
Repost0
20 août 2015 4 20 /08 /août /2015 16:21

Après la prime de solidarité de 300€ par mois instauré par le gouvernement en juin 2015 au profit des chômeurs âgés de 60 ans et plus dans l’attente de pouvoir faire valoir leurs droits à la retraite, Marisol Touraine tient parole : hier a été publié au Journal Officiel un décret garantissant désormais aux futurs retraités le versement sans retard de leur pension.

 

Ce décret, qui entre en vigueur dès le 1er septembre  2015 pour les retraités du régime général, garantit aux futurs retraités le versement de leur pension dès lors qu’ils auront déposé un dossier complet 4 mois avant la date prévue de leur départ en retraite.

 

Annoncé en mai 2015 par Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes suite aux dysfonctionnements qui avaient affectés de très nombreux retraités dépendant de la Caisse d’assurance retraite et de la santé au travail (CARSAT) notamment dans le Nord-Pas de Calais-Picardie, ce droit opposable devrait mettre un terme à une situation inacceptable pour nombre de retraités, durement éprouvés dans leurs conditions de vie, car ne disposant plus d’aucune ressource compte tenu de retards intervenus depuis de trop longs mois dans le versement de leurs pensions.

 

Cette réponse du gouvernement, et en particulier de la ministre des Affaires sociales qui était en visite hier à Lille, est une avancée sociale. Elle est la réponse promise, et dont j’attendais la concrétisation, comme également nombre d’habitants retraités de notre Région. Maintenant, c’est fait !

 

Partager cet article
Repost0
11 août 2015 2 11 /08 /août /2015 15:35
Une question parue au J.O

Ce matin, le Journal Officiel publie la question que j'ai posée au Ministre de l'Intérieur sur la très souhaitable modification de la disposition réglementaire relative au stationnement de leur véhicule par les occupants d'une habitation devant le garage de celle-ci. 

Pour lire l'intégralité de ma question, cliquez ici.

Partager cet article
Repost0
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 14:28
20 000 euros promis pour nos policiers : c’est fait !

Chose promise, chose due. Et c’est d’autant plus agréable lorsqu’on sait que la période budgétaire difficile n’est pas sans risques pour les subventions ! Aussi, j’apprécie tout particulièrement de découvrir dans mon courrier ce matin la lettre du Directeur général de la police nationale, Jean-Marc Falcone, m’annonçant qu’une subvention de 20 000 euros sera versée dans les prochains jours au commissariat de Roubaix. Il s’agit de la réserve parlementaire que j’ai obtenue auprès de la Commission des finances de l’Assemblée nationale (dont je suis vice-président) !

 

Dès 1997, cela a été pour moi une ligne de conduite constante : aider nos policiers roubaisiens en les faisant bénéficier d’une partie de cette manne que constitue la réserve parlementaire, dont chaque député peut faire profiter des associations et des institutions de sa circonscription. Même si je ne manque pas de soutenir par ailleurs nos écoles, notre hôpital et nombre d’associations sportives, sociales, culturelles de la même manière, ma fidélité à renforcer les moyens d’équipement des policiers de la difficile circonscription de police de Roubaix a été sans faille.

 

Soumis à la discrétion du président et du rapporteur général de la commission des finances, ces crédits d’Etat sont répartis via les groupes politiques.

 

Si, à ma connaissance, j’ai été originellement le seul député de France à aider ses policiers, quelques uns m’ont depuis imité. Tant mieux pour nos policiers. Cela leur permet de s’équiper en matériel informatique, d’intervention, d’investigation, de protection, d’œuvrer pour davantage de sécurité sur nos routes également. Je ne doute pas qu’ils feront à nouveau bon usage de cette subvention.

 

Je sais que la sécurité est une priorité forte pour nos concitoyens ; j’ai toujours mis un point d’honneur à contribuer à l’améliorer de cette façon !

 

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 09:20
Une réponse parue au J.O.

Ce matin, le Journal Officiel apporte la réponse à la question écrite que j’avais posée à la ministre des affaires sociales et de la santé sur le rapport 2009 publié par la Commission départementale sur les hospitalisations psychiatriques du Nord (CDHP).

 

Pour relire l’intégralité de ma question et prendre connaissance de la réponse, cliquez ici.

 

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2015 2 21 /07 /juillet /2015 08:29
Une réponse parue au J.O.

Ce matin, le Journal Officiel apporte la réponse à la question écrite que j’avais posée à la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur la situation financière très difficile de nombre de demandeurs d'emploi âgés qui, depuis la suppression de l'AER, et malgré la mise en place de l'ATS, ne disposent que de quelques centaines d'euros (RSA ou ASS) pour vivre dans l'attente de leur retraite.

 

Pour relire l’intégralité de ma question et prendre connaissance de la réponse, cliquez ici.

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 08:38
Une réponse parue au J.O.

Ce matin, le Journal Officiel apporte la réponse à la question écrite que j’avais posée au ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique sur la possibilité d'autoriser les associations habilitées pour distribuer du microcrédit à financer des entreprises de plus de cinq ans d'existence.

 

Pour prendre connaissance de l'intégralité de ma question, cliquez ici.

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 19:50
Deux questions et une réponse parues au J.O.

Ce matin, le Journal Officiel publie les questions écrites que j'ai posées :

  • au ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement sur la position de la France en ce qui concerne les concessions tarifaires extérieures de l'Union européenne sur le sucre et l'éthanol. Pour lire l’intégralité de ma question, cliquez ici.

 

  • au même ministre de l'agriculture sur le maintien par la Commission européenne des instruments qui assurent la transparence des marchés du sucre, de l'isoglucose et de l'éthanol. Pour lire l’intégralité de ma question, cliquez ici.

 

J'ai aussi obtenu une réponse à la question que j'avais posée à la ministre de la décentralisation et de la fonction publique sur la nature du cadre d'emploi qui doit prévaloir pour le recrutement d'agents territoriaux titulaires d'un CAP petite enfance (ou autre qualification) en structure d'accueil. Pour relire l'intégralité de ma question et prendre connaissance de la réponse, cliquez ici.

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 14:49
Denise Castelain nous a quittésDenise Castelain nous a quittés

Elle fut institutrice en école maternelle à Wattrelos et Roubaix, directrice d’école à Beaulieu pendant près de vingt ans ; elle fut aussi conseillère municipale (succédant à son mari, Jules) durant deux mandats (1983-1989 et 1989-1995, déléguée à l’école municipale de coupe et couture durant ce deuxième mandat) et j’ai siégé à ses côtés en tant que jeune conseiller : Denise Castelain nous a quittés.

 

Toujours prévenante, courtoise, à l’écoute, c’était une femme très humaine, au grand cœur.

 

Sa disparition m’attriste, et comme maire, au nom du Conseil municipal de Wattrelos, mais aussi comme militant socialiste et comme ami, je salue sa mémoire.

 

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 15:48

Je l’aurais volontiers votée mais comme le Premier ministre, pour la troisième fois, a engagé la responsabilité du Gouvernement sur le projet de loi, arrivé en 3e lecture (donc définitive), je n’ai pas eu à le faire. L’absence de dépôt d’une motion de censure (aucun groupe d’opposition n’en a déposée une !) rend ainsi définitif l’adoption de cette loi qui vise à faire avancer notre pays, à le réformer, à lever divers blocages qui entravent la marche nécessaire et ainsi susceptible de stimuler la croissance et les créations d’emplois.

 

Comme en février dernier, je soutiens la cohérence et l’autorité affichée par Manuel Valls sur ce dossier. J’approuve la méthode et le texte. Après près d’une année de travail parlementaire, 500 heures de débat, 2 000 amendements adoptés, les droits du Parlement ont d’évidence été largement respectés ; ce texte est le fruit d’un travail conjoint du Gouvernement et des parlementaires qui l’ont enrichi et renforcé.

 

Le temps est venu maintenant de passer à la mise en œuvre effective sur le terrain : les premiers décrets sont prévus dès cet été. Ce texte complète le mouvement de réformes lancé avec le pacte de responsabilité et de solidarité, le crédit d’impôt en faveur de la compétitivité et de l’emploi (CICE), les mesures en faveur des TPE-PME et de l’investissement.

 

Aller vite, c’est dès la rentrée, par exemple, proposer davantage de mobilité aux Français à travers l’ouverture de nouvelles lignes d’autocar pour les distances de plus de 100 km à l’image de ce qui existe en Allemagne ; c’est aussi la réforme du permis de conduire à travers la diminution des délais de présentation aux examens.

 

Soutenir l’emploi, c’est proposer davantage de travail avec la création de zones touristiques internationales et une nouvelle réglementation de l’ouverture des magasins le dimanche dans la limite de 9 par an en 2015 et 12 par an à partir de 2016. Davantage de travail synonyme de pouvoir d’achat supplémentaire avec la généralisation des compensations salariales pour le travail dominical. C’est également soutenir les accords de maintien dans l’emploi pour les entreprises qui rencontrent des difficultés économiques temporaires.

 

L’équité sociale, c’est également l’objectif de cette loi dite Macron, avec des mesures importantes concernant la transparence des tarifs de certaines professions réglementées, l’encadrement des retraites chapeaux des dirigeants des grandes entreprises et le renforcement de la législation contre la fraude sur les travailleurs détachés.

 

Cette loi complète le socle de cette politique cohérente et déterminée en faveur du soutien à l’emploi et à la croissance, mais également du redressement des finances publiques de la France que conduit notre majorité.

 

A cet égard, les leçons de morale de la Droite en la matière sont pathétiques, si l’on rappelle les résultats calamiteux des deux quinquennats entre 2002 et 2012 en matière d’explosion de la dette – 600 milliards d’augmentation de la dette sous le seul quinquennat Sarkozy – et d’envolée des déficits budgétaires !

 

Alors que la dépense publique augmentait en moyenne de 3,6 % par an sous les gouvernements de Droite, elle n’a augmenté que de 0,9 % en 2014 ! Le déficit structurel de la France, qui était de 4,4 % en 2012, s’établit aujourd’hui à 2,1 %, son plus bas niveau depuis la fin des années 1990, sans qu’à aucun moment les priorités de la Gauche – l’éducation, la jeunesse, la sécurité, l’emploi, la solidarité – n’aient été remises en cause.

 

En un demi-quinquennat, la Gauche au pouvoir a effacé la gestion calamiteuse des finances publiques des deux quinquennats précédents, favorisé la reprise économique qui « est maintenant acquise » comme l’a dit le Président de la République dans son intervention du 14 juillet. C’est de la vigueur et de la continuité de celle-ci que dépend le combat majeur : la création d’emplois et la baisse du chômage…

 

Partager cet article
Repost0