Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 10:22

Cette réception des enseignants wattrelosiens (article ci-dessous) a donc permis de distinguer deux grandes dames de Wattrelos : Myriam De Smedt, directrice de l’école Jean-Macé, et Chantal Houfflain, ancienne directrice de la maternelle Camus et adjointe au maire honoraire. La première devient ce matin chevalier dans l’ordre des palmes académiques ; la seconde est promue officier.

 

Pour le maire que je suis, c’est une double joie...

  enseignantspalmes2010.jpg

D’abord parce que Myriam, c’est une camarade d’enfance. Nous nous croisions sur le chemin de l’école et avons grandi dans le même quartier (la rue Gabriel-Péri) ; si, ensuite la vie nous a éloignés quelques années, je l’ai retrouvée enseignante et surtout directrice d’école lorsque je suis devenu maire. Je me souviens notamment d’une épique année durant laquelle son école – l’école Lavoisier, au Laboureur – fut reconstruite : le chantier avait pris du retard et il avait fallu mettre les bouchées doubles (non, triples !) pour être prêts à la rentrée scolaire. Le respect des enfants, l’intérêt de la cause en avaient fait une redoutable interlocutrice, exigeante comme elle sait l’être… mais jamais pour son profit personnel, toujours pour celui des autres. Fille issue d’un milieu modeste, elle s’est faite par son labeur, en bossant dur, je le sais, et sa famille peut être fière d’elle ! Myriam est sans nul doute une femme de caractère, organisée, qui sait ce qu’elle veut ; cela se concrétise également dans sa fonction d’élue. J’ai la chance de pouvoir compter sur elle dans l’équipe municipale présente au service de l’enfance et de la famille. Sa rigueur, sa droiture sont sa marque, ainsi que sa passion pour son métier et pour les enfants : enseignante, elle l’est jusqu’au bout des ongles ! Incontestablement,  ce proverbe chinois a été écrit pour elle : « L’argent est une richesse qui dort ; les enfants une richesse vivante ».

 enseignantspalmes2010_2.jpg

Au demeurant, ce proverbe va également très bien à Chantal. Son engagement au service de l’éducation, en sa qualité d’enseignante et d’adjointe au maire, a guidé sa vie : elle est la digne fille de Jules Ferry, vraie hussarde de la République, et de Jean Jaurès, militante socialiste convaincue ! Le jeune élu que j’ai un jour été a beaucoup appris à son contact, s’est beaucoup servi de ses conseils. Chantal ne conçoit la vie que dans l’engagement : retraitée de la vie publique et de l’enseignement, elle continue aujourd’hui à s’investir dans une association (Nos Petits au Grand air) qui œuvre, dans le cadre périscolaire, à garantir l’égalité réelle des chances. Fidèle à elle-même, elle est un exemple, une morale, une conscience – je le dis en toute sincérité – et sa voix que l’on sait puissante (d’ailleurs, tout au long de la cérémonie de ce matin, elle ne peut s’empêcher de nous en donner la démonstration…) s’est toujours élevée pour défendre la justice, le bon sens. C’est une femme droite qui a le cœur à gauche !

 

Félicitations à toutes les deux, Myriam et Chantal, deux grandes dames que je suis heureux de connaître et que j’apprécie tout particulièrement pour votre engagement au service de Wattrelos !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 07:22

enseignantsactu2010.jpgEh oui, l’école n’est pas encore finie mais elle va bientôt se terminer. Dans quelques jours, avec la fin de l’année scolaire, ce sera l’heure de ranger cartables et crayons pour petits et grands, enseignants compris. Voilà pourquoi, ce matin, se tient à l’Hôtel de ville la traditionnelle réception des enseignants, en présence de Jean-Pierre Mollière, inspecteur de l’Education nationale. C’est l’occasion de saluer et de mettre à l’honneur les départs en retraite, les mutations ainsi que, cette année, de remettre des palmes académiques.

 

C’est aussi l’opportunité, en écho aux propos de Jean-Pierre Mollière de mettre en exergue « la coéducation » mise en œuvre à Wattrelos, grâce au partenariat étroit entre ses services et les écoles d’une part et la Municipalité d’autre part.

  enseignants2010.jpg

Une Municipalité qui, je le rappelle, dans mon propos, fait de l’éducation sa toute première priorité. Témoin ses investissements lourds (école Michelet ; rénovation des écoles de Beaulieu à venir dans le cadre du projet de rénovation urbaine ; travaux d’entretien annuels), mais aussi les actions que nous conduisons au quotidien en matière culturelle, sportive ou artistique, ou encore toutes nos activités périscolaires… jusqu’aux relations internationales (jumelage avec Guarda – cf. article du 8 juin dernier).

   enseignant2010_2.jpg

Bien sûr, nous, élus wattrelosiens, ne manquons pas de partager bien des inquiétudes du monde enseignant, largement secoué par la litanie des suppressions de postes ces dernières années, la dégradation des conditions de travail, la réforme de la formation des maîtres ou la question en cours de débat de l’évolution des rythmes scolaires. De même, nous ne sommes pas rassurés sur les conditions de poursuite (éventuelle) du Dispositif de Réussite Educative.

 

Mais les enseignants, les parents et les enfants, doivent savoir qu’à Wattrelos, l’école, l’éducation, c’est important. Et que malgré les difficultés, nous gardons le cap. Tant nous sommes convaincus, comme je le dis ce matin, que « l’avenir de Wattrelos se joue dans ses écoles ».

 

Pour lire mon discours,Enseignants 2010cliquez ici.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 15:43

crema4.jpgIl est très impressionnant, très émouvant surtout, de s’exprimer au pupitre d’une salle de recueillement d’un crématorium.

 

Ce matin, il ne s’agit que d’un discours inaugural : le nouveau crématorium communautaire de Wattrelos est en effet inauguré par une belle journée baignée de soleil, une journée lumineuse comme l’est ce symbole, cette cathédrale de l’amour et de la dignité.

 

De l’amour, c’est évident, comme celui que l’on porte à celui ou celle que l’on accompagne pour son dernier voyage. Les rites funéraires ont évolué tout au long des différentes étapes de l’évolution de l’Humanité. Une société se juge par le respect qu’elle porte à ses défunts. « L’idée de la mort est au fond de la vie » écrivait Chateaubriand. Nous le savons tous mais rien n’est trop beau pour traduire l’affection que l’on porte à celui qui part. « Les morts, ce sont les cœurs qui t’aimaient autrefois » écrivait pour sa part Victor Hugo. C’est la raison d’être de ce nouvel équipement.

 

La dignité est l’autre motivation de ce nouvel équipement. Bien davantage que l’ancien, situé presque en face et qui, construit en 1981, ne répondait plus aux normes actuelles ni aux capacités d’accueil que l’on est en droit d’attendre en 2010. La crémation, cette façon de dire adieu, s’est répandu ces 30 dernières années : elle représente plus de 30 % des funérailles dans notre métropole. Malgré le dévouement et la qualité du travail du personnel et des entreprises de pompes funèbres, les prestations offertes par l’ancien crématorium étaient devenues bien insuffisantes : les cérémonies accueillant des grandes familles ou celles du départ d’une personnalité ou d’une personne très connue laissaient trop de monde au dehors, par manque de place. C’était sans aucun doute ajouter de la déception à la tristesse. Je souhaite à présent qu’il trouve une nouvelle affectation en servant de lieu de recueillement pour les familles pour les cérémonies civiles.

  crema3.jpg

Aujourd’hui, j’ai une pensée pour notre collègue Jacques Deruyter qui a porté cet équipement sur les fonts baptismaux, et je remercie à la fois Martine Aubry, présidente d’une Communauté urbaine qui peut être fière de cette réalisation, vaste de 1500 m2, et chaleureusement Francis Grimonprez, vice-président en charge du patrimoine communautaire et des crématoriums, qui nous guidera tout à l’heure pour la visite du site.

 

L’humanisme y a beaucoup gagné : désormais, on ne verra plus disparaître le cercueil comme c’était le cas avant, étape de la cérémonie difficilement supportable pour tous (insupportable pour certains) ; on fermera une porte et la lumière s’éteindra doucement pour rendre le moment à la fois symbolique et pudique.

 

Les améliorations sont nombreuses : hall d’accueil, doublement des salles d’accueil et de cérémonie (une petite et une grande) avec possibilité de personnaliser la cérémonie par vidéo ou par sono, salles de condoléances et de remise de l’urne, places de stationnement intégrées (capacité d’accueil d’une centaine de véhicules), espaces verts et des plans d’eau aménagés…

 

En résumé, un équipement au service de l’Homme au moment où il prend un nouveau chemin. Et oui, les différences s’effacent : c’est ce à quoi je tiens aussi, qu’au moment de l’adieu chacun ait droit à un départ digne ! Car comme l’écrivait Madame de Sévigné : « La mort nous égale tous ». Pour que chacun s’en aille dans l’amour et la dignité...

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 07:26

Le Gouvernement présente la loi de règlement pour 2009 et le texte sera examiné dans l'hémicycle dans la nuit de lundi à mardi prochain (j'y serai). Mais s'agissant de cette loi qui règle les comptes de l'année 2009, le Gouvernement doit présenter un rapport annuel de performance (RAP) qui, à partir d'une batterie d'indicateurs définis antérieurement, permet d'apprécier si les engagements ont été respectés, et si donc la gestion des missions publiques (au titre de la LoLF, loi organique des lois de finances) a été efficace.

 

Voilà pourquoi, en tant que rapporteur spécial de la commission des finances de l'Assemblée, j'ai ainsi à présenter mes observations sur la mission Engagements financiers de l'Etat, c'est-à-dire sur l'évolution de la dette. C'est le week-end dernier que j'ai rédigé ce qui, ainsi, va être inséré dans le rapport du rapporteur général du budget sur la loi de règlement pour 2009.

 

 

Pour lire mes observations,21-commentaire RAP2009-EFE 1 cliquez ici.

 

Faut dire que l'exercice 2009 aura vraiment été fécond pour les observations ! Ce n'est plus une loi de règlement que présente le Gouvernement mais une loi de dérèglements ! Souvenons-nous ainsi que le besoin de financement de l'Etat est passé de 179 Mds € inscrits en loi de finances initiale (votée fin 2008)… à 246 Mds € réalisés, tels qu'affichés dans cette loi de règlement. Avec de surcroît une augmentation de 55 Mds € de dette à court terme de l'Etat… Heureusement que les taux d'intérêt auront été très bas, ce qui a contenu la charge de la dette. Mais la conséquence de ces chiffres, ce sont surtout une fragilité croissante de la France (aux taux d'intérêt et aux financements des prêteurs extérieurs) et une augmentation spectaculaire de la dette de l'Etat ! Atteignant 1133 Mds €, elle aura augmenté de 133 Mds € en une seule année…

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 15:14

blog-village2.jpgCe soir, en présence de mes deux adjoints à la vie associative (Robert Bédart pour l’accompagnement des associations et Jean-Luc Doyen pour la gestion des équipements) mais aussi de nombreux responsables et membres d’associations wattrelosiennes, nous inaugurons un nouveau village d’associations dans le secteur Crétinier-Vieille Place : le Village de la Fraternité.

 

C’est donc une naissance… mais aussi un  anniversaire que nous célébrons car à l’autre bout de la ville, le Village du Beau-Lieu fête ses dix ans !

 

Je me souviens que j’avais procédé à son inauguration lorsque j’étais jeune maire – je n’avais que quelques semaines d’exercice – et que j’avais proposé de faire émerger l’idée d’une fête de quartier ; cette fête, l’été du Beau-Lieu, est désormais solidement ancrée dans le calendrier des festivités wattrelosiennes. C’est donc un symbole fort que de procéder à l’inauguration d’une deuxième village associatif dix ans plus tard.

  blog-village1.jpg

Dans mon propos, je propose de répondre à trois questions : pourquoi soutenir la vie associative, pourquoi avoir conçu ce Village de la Fraternité… et pourquoi l’avoir baptisé « de la Fraternité » ?

 

Soutenir la vie associative, d’abord, est une tradition sociale, humaine, politique dans cette ville où l’art de vivre ensemble est historiquement spontané. A Wattrelos siègent quelque 450 associations, pas toutes aussi actives les unes que les autres, mais il est un fait indiscutable : quasiment toutes les semaines, lorsque je feuillette la rubrique dédiée du Journal Officiel, je constate qu’une nouvelle association s’est créée à Wattrelos ! L’idée d’accompagner toutes nos associations me paraît donc naturelle, et cet accompagnement n’a pas faibli depuis que je suis maire car lorsqu’on a l’idée de se réunir pour faire vivre un intérêt collectif, cela mérite d’être soutenu : c’est notre credo !

 

Ce soutien s’exprime de différentes manières : fournir des locaux adaptés aux associations qui en font la demande en est une ; c’est le deuxième point de mon propos. En effet, le bâtiment dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui – une ancienne école donnant à la fois sur la rue Henri-Briffaut et la rue Saint-Vincent de Paul – a connu différentes formes d’occupation : stockage de documents administratifs, accueil de services municipaux (la police notamment)… pas très aux normes, puis progressivement, des associations ont commencé à l’investir, on a refait progressivement les travaux qui s’imposaient… et nous avons réfléchi avec le souci de bâtir une cohérence. Il fallait que les associations occupant le bâtiment puissent coexister intelligemment, et même s’enrichir des expériences des unes et des autres. Celles qui s’y trouvaient déjà partageaient le goût et l’intérêt de l’humain, et de l’ouverture au monde et aux autres (Fleurs de Printemps, Pour la Vie, Kossuth) ; nous avons trouvé l’idée féconde de poursuivre dans cette voie.

Et j’en viens à ma troisième et dernière réponse aux questions initiales : ce Village de la Fraternité a pris ce nom car il regroupe des associations partageant des valeurs pouvant être résumées par ce mot, des associations qui tendent la main… mais aussi parce qu’on y accède à partir de la place… de l’Humanité. Et la fraternité n’est-elle pas le plus beau projet qu’on puisse donner à l’humanité ?

 

En concluant mon propos, j’en profite pour remercier Jean-Luc de son engagement sur ce dossier parfois délicat de la gestion et de l’occupation des locaux. Ces dernières années, l’équipe municipale a très bien avancé sur ce dossier, que ce soit au Sapin Vert, au Plouys, au Touquet ou à Beaulieu (et ce n’est pas fini !). Merci aussi à notre service de l’aide à la vie associative, comme à nos services techniques qui ont réalisé tous les travaux d’aménagement en faisant économiser beaucoup d’argent à la Ville (ainsi que ce fut le cas également à Beaulieu pour l’espace Maurice-Titran, et que ce sera le cas pour la reconstruction de la maternelle Michelet – deux bâtiments conçus par une architecte de la Ville). Je tiens à le souligner car à Wattrelos, le personnel municipal rend de nombreux services publics.

 

Longue vie au Village de la Fraternité !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 15:16

0067Z28.jpegC’est une superbe bâtisse nichée en bordure du parc de Barbieux qui, jadis, accueillait les veuves de guerre. Elle vient d’être transformée afin d’accueillir des femmes souffrant d’une maladie de la mémoire : le syndrome de Korsakoff.

 

En qualité de député de Roubaix, je suis donc présent ce matin aux côtés notamment du maire de Roubaix René Vandierendonck, du directeur général du PACT métropole Nord Christian Montaigne et du docteur Laurent Urso, chef du service addictologie au CH Roubaix, pour inaugurer cette résidence Vauban, propriété du PACT depuis 2005, réhabilitée pour plus de 800 000 euros (dont 63 % de subventions : notamment 22 % pour LMCU, autant pour l’Etat et 14 % pour le Conseil régional).

 

Nous sommes à l’articulation d’un « projet sanitaire, psychiatrique et social », comme l’explique Christian Montaigne, avec cette résidence Vauban qui accueille des femmes souffrant d’amnésie de faits récents et de perte de repères spatio-temporels, souvent associés à une conduite alcoolique, les privant de leur autonomie avec malheureusement peu d’espoir de guérison, même si des progrès peuvent être observés. Les appartements de cette résidence, qui sont tous très clairs, sont prévus pour qu’aucune étourderie ne compromette la sécurité de ses occupantes ou du bâtiment (minuteries sur plaques électriques, détecteurs de mouvements, etc.).

 

C’est donc un beau projet humain qui se concrétise ce matin par la signature d’une convention entre la Ville de Roubaix, le CH Roubaix, le PACT et l’Etablissement public de santé mentale de l’agglomération lilloise (photo). Parce que l’action publique se doit de protéger toutes celles et ceux qui sont en situation de faiblesse – notamment les femmes, notamment ces femmes qui sont ce matin au premier rang du public lors de cette inauguration – et parce que la solidarité est une force, je ressens de la fierté ce matin au nom de notre collectivité tout entière. Et je pense à ces propos du président de la commission médicale d’établissement du centre hospitalier de Roubaix, le docteur Bricoteau, en conclusion de son intervention ce midi : « Une société se juge à la manière dont elle traite les plus démunis ».

 

L’aboutissement de ce projet est rassurant : il atteste qu’on est encore capable, dans notre monde, de se mobiliser pour la solidarité.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 09:07

Ce soir, je suis aux côtés d’une jeune artiste peintre roubaisienne qui expose pour la première fois ses toiles, Yveline Lenoir-Jaskula.

 

Cette jeune femme, touchée par un cancer, s’est trouvée contrainte à l’immobilité et, dans sa lutte, a choisi d’exprimer par la peinture son ressenti, son combat, sa foi dans la vie aussi et surtout. Sans la connaître préalablement, en circulant avec elle au milieu de ses tableaux, je le lui dis : cela saute aux yeux, dans le continuum de ses peintures qu’elle a disposées chronologiquement. Aux couleurs un peu fortes, parfois sombres des premières, succèdent rapidement des couleurs plus enjouées, lumineuses, et s’affirment de plus en plus deux présences, la femme et la vie !

 

Je confirme ce que dit l’invitation qui m’avait été envoyée. Cette jeune femme « déborde d’optimisme et éclabousse son entourage de rires et de gaieté, sentiment que l’on retrouve dans ses toiles. Ses peintures parfois timides parfois époustouflantes de couleurs et de formes évoluant en tourbillons sans fin représentent des pensées, un état d’esprit, la féminité et la vie elle-même avec ses peines et ses joies ».

 

Cela a été pour moi un plaisir d’être ici ce soir quelques instants, avec ses invités.

 

N’hésitez pas à lui rendre visite, à elle et à son exposition. Vous aimerez. Rendez-vous au 74, avenue d’Alsace à Roubaix.

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 07:45

dico1.jpg

L’appel du 18 juin aujourd’hui à Wattrelos, c’est un appel à la connaissance et à la culture générale.

 

Cet après-midi à l’école Anatole-France, dans le quartier du Touquet Saint-Gérard, je remets  aux enfants de CM2 (à l’appel de leur prénom !) quelques exemplaires des 572 dictionnaires que je remettrai en mains propres dans les semaines à venir aux élèves admis en 6e dans les 12 écoles élémentaires publiques et les 4 écoles privées de la ville. Comme tous les ans…

 

Cette première séance est, comme chacune, savoureuse, car elle me permet d’échanger avec ces jeunes, de les interpeller, de partager quelques traits d’humour… J’adore. Alors, depuis 2005, je ne me prive pas d’aller à leur rencontre, et de leur expliquer qu’il s’agit bien sûr d’un cadeau de fin d’année scolaire – parce qu’ils ont bien travaillé ! – dont il faudra prendre soin. Un outil de connaissance, de vérification de l’orthographe des mots de notre langue française, de découverte de personnages célèbres ou de pays aussi. Personnellement, j’ai adoré, à l’âge de ces enfants, voyager dans le monde au gré des drapeaux des pays imprimés dans le vieux dictionnaire de ma mère !dico2.jpg

 

Ce dictionnaire est également utile, car il saura, à n’en douter, les aider dans leur scolarité au collège : ces noms, citations, informations, qui permettent d’illustrer devoirs et dissertations, ils en trouveront au fil des pages ! Précieux, le « dico » l’est d’autant plus que, comme je le leur dis, ce n’est pas moi qui fais ce cadeaux à tous les élèves wattrelosiens de CM2 admis en 6e, mais… leurs parents ! Par l’impôt qu’ils acquittent qui permet à la Ville d’acheter, comme elle le fait depuis 37 ans, ces Petit Larousse Illustré pour une somme totale de 8 500 euros, et donc je ne peux que les inciter à en prendre soin !

 

Cette année, ils sont de couleur mauve (une couleur qui plaît beaucoup aux enfants, à ce que je constate !), contiennent 5 000 images (dont 300 cartes), une chronologie universelle illustrée de 1 250 événements, de nouvelles planches (certaines consacrées à la coupe du monde de foot, évidemment !), ainsi que des dessins d’artistes de renom jouant avec les mots.

 

Alors bonne fin d’année scolaire à nos élèves… et bon travail en 6e grâce à leurs dictionnaires personnels !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 07:30

les-clowns1.jpgOn savait que Wattrelos compte des femmes et des hommes de cœur. Ce soir, je l’affirme : ils ont généré des enfants de cœur !

 

Nos conseillers municipaux juniors, plus précisément les élus de la commission « solidarité », remettent en effet à l’association Les Clowns de l’Espoir un chèque de 545 euros, somme gagnée lors de leur vente de muguet devant le CSE le 1er Mai, ainsi qu’ils ont pris la bonne habitude de le faire chaque année au profit d’une association caritative. Et comme ce sont des enfants de cœur, ils y ont mis évidemment tout … le leur, sollicitant avec énergie et conviction tous les élus, les médaillés du travail et leurs familles se rendant ce jour-là à la réception. Pour ma part, je n’ai pas eu d’alternative : je leur ai acheté quatre brins ! Avec grand plaisir bien sûr.

 

Ce soir, dans le foyer du CSE où nous sommes réunis, avec les enfants, leurs familles et quelques élus, je suis évidemment très fier d’eux, d’autant que l’association qu’ils ont choisi d’aider cette année œuvre pour une noble cause, la plus noble de toutes : l’enfance en souffrance. Un film de présentation montre le travail de ces clowns (et des marchands de sable rassurant les petits au moment de s’endormir) qui interviennent dans seize services pédiatriques de sept hôpitaux de la région (Jeanne de Flandre, Salengro, Lambret…), redonnant le sourire à des enfants gravement malades. Un sourire, cela peut paraître peu. Mais c’est énorme ! Ce film est très émouvant et l’attention du public présent en atteste. La maladie, injuste par nature, l’est encore plus lorsqu’elle touche de petits êtres qui ont la vie devant eux.les-clowns2.jpg

 

J’ai donc la triple chance d’être un maire qui préside le conseil municipal de notre bonne ville de Wattrelos, un conseil municipal d’enfants (dont la perspicacité est souvent redoutable !) et d’être le maire d’une ville de cœur.

 

Pour preuve supplémentaire, la réception de ce soir permet également à l’association «Un Bouchon pour un Elan », présidée par Claude Lecluse, de remettre des lots aux enfants lauréats du concours de dessins organisé par l’association lors de la Fête de la Santé, en février dernier. C’est un autre moment intense dans une ville qui, pour la première fois de son histoire, compte une élue déléguée à l’accompagnement du handicap (Danièle Cuchère) afin de sensibiliser et de prendre en considération les difficultés que rencontrent les personnes porteuses de handicap dans notre ville. 513 dessins avaient été proposés lors de la Fête ; ce soir, des livres récompensent des enfants et des écoles dont les productions ont été jugées les plus jolies, originales, touchantes…

 

Wattrelos, ville de solidarité, ville de cœur !

 

 


Partager cet article
Repost0
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 15:49

Aujourd’hui, je suis interviewé par le journal d’EdF. Voici le contenu de cet entretien à paraître prochainement :

 

Question : Quels sont les priorités de la Ville de Wattrelos en matière de développement durable et de maîtrise de la demande d'énergie sur son patrimoine et vers le public ? Quelles sont vos attentes vis-à-vis d'EdF ?

 

Dominique Baert : « Lors de la mise en place de l’équipe municipale, le 1er Adjoint a eu pour délégation le développement économique et le développement durable : c’est en soi tout un symbole du projet d’avenir que veut porter la Municipalité et de l’intégration du développement durable dans l’action municipale. Elle vise ainsi à l’optimisation des nouvelles constructions afin de limiter les dépenses énergétiques (programme de renouvellement urbain à Beaulieu, école Michelet, Cité des Sports ; à l’avenir : renouvellement du centre-ville et du quartier des Villas sur le principe des écoquartiers dans le cadre de la charte LMCU). Nous menons aussi des actions de sensibilisation du public (intervention dans les écoles, bennes vertes, actions ponctuelles de sensibilisation : biodiversité, fauchage tardif = gestion différenciée ; acquisition d’une désherbeuse à vapeur ; véhicules électriques, utilisation de biocarburants = huile végétale usagée recyclée (en cours de test) ; formation des personnels à l’écoconduite ; participation à la fête de la Science sur les techniques au service du développement durable). Nous allons aussi travailler à la mise en place d’un agenda 21, et à l’adoption d’une charte de la construction à Wattrelos (pour habitat et entreprises). Vis à vis d’EdF, notre opérateur, nous attendons surtout une aide logistique et / ou financière pour accompagner certains de ces projets, mais pourquoi pas aussi pour développer des solutions alternatives telles que l’implantation d’une centrale de production photovoltaïque sur un ancien site industriel pollué (PCUK) avec la ville et / ou LMCU. »

 

Q. : Wattrelos et plus largement LMCU ont un habitat ancien important souvent dégradé. Quelle est votre politique en matière de rénovation urbaine de l'habitat ?

 

D.B. : « Au-delà du PRU qui concerne l’ancienne Zup de Beaulieu, nous soutenons les travaux dans notre habitat ancien, et sommes ainsi dans le périmètre porté par LMCU pour le PNRQAD. C’est là à mon avis que se situe la plus intelligente des actions de développement durable. La rénovation de l’habitat ancien dans lequel se trouvent les familles les plus en difficulté permet non seulement d’améliorer le confort de vie de ces familles (habitat mieux chauffé, moins humide, moins de maladies chroniques) ainsi que leur condition financière puisque les charges liées au chauffage sont fortement réduites. Ainsi, il faudrait favoriser la pose d’isolants dans les combles et la réfection des toitures anciennes (limitation des infiltration d’eau), la pose de doubles-fenêtres (meilleur confort sonore en outre). Malheureusement, le PNRQAD ne porte que sur un seul quartier (Crétinier). Au vu des besoins des autres quartiers, la Ville mène une réflexion sur la réorientation de ses aides (pour l’heure, l’intervention municipale se fait surtout sur les façades) dans cette direction. Tout appui externe serait évidemment le bienvenu… »

 

Q. : Le Grenelle 2 est en discussion. Quels moyens financiers en attendez-vous pour une application locale ?

 

D.B. : « Honnêtement, au vu du texte voté et des contraintes budgétaires de l’Etat, je crains de devoir répondre : pas grand chose… Pourtant, l’économie d’énergie est non seulement un enjeu pour la planète, il l’est aussi pour le pouvoir d’achat, et donc la consommation des ménages. La croissance verte est un projet d’avenir. Et elle se construira d’autant plus qu’on aidera ceux qui ont le moins (ménages, collectivités) à faire des économies, pour aujourd’hui et pour demain. Voilà pourquoi il me paraît urgent que les pouvoirs publics priorisent des moyens vers les communes les moins favorisées pour les aider à développer les approches de développement durable en venant à leur aide. Trop souvent, seules les communes riches peuvent s’engager dans de telles démarches parce qu’elles possèdent les ressources pour le faire. Wattrelos a de grands besoins en matière de renouvellement énergétique de son parc immobilier : écoles, salles de sport, équipements associatifs et culturels, services publics, éclairage public, etc. (isolation, réduction de ses consommations électriques, de gaz et d’eau par une optimisation de ses équipements,…). Mais avec des dotations d’Etat et des ressources qui baissent chaque année depuis 2007, difficile d’être ambitieux, même si on est volontaire ! »

 

Q. : Le développement durable et la lutte contre les gaz à effet de serre sont une priorité. Quel levier financier pourrait s'insérer dans cette politique ?

 

D.B. : « En tout cas, pas la fameuse taxe carbone du Gouvernement morte-née ! La politique fiscale peut certainement contribuer à lutter contre la production des gaz à effet de serre mais elle doit être équitable. Il faut continuer à lutter contre le gaspillage qui existe chez les particuliers et dans les administrations ou entreprises. Pourquoi ne pas définir une norme (basée sur une moyenne) de ce que peut être la consommation électrique, de gaz ou d’eau pour les familles, les administrations, les entreprises (selon la taille de la famille, le type d’habitat, le type et la taille de l’administration ou de l’entreprise) ? Jusqu’à ce niveau moyen de consommation à l’année, le tarif de l’énergie ou de l’eau serait plus intéressant. Au delà, le prix serait régulièrement augmenté selon des paliers qu’il faudrait définir (de plus en plus élevé à chaque palier). Bien sûr,  seule la tranche dépassant le palier serait soumise au tarif supérieur ! Je pense que cela constituerait un bon moyen de faire prendre conscience qu’il est nécessaire d’économiser l’énergie, sans que les plus modestes ou ceux qui en consomment le moins en soient privés (ou rationnés) de ce bien fondamental. Lutter contre l’effet de serre, c’est d’abord combattre les gaspillages, ce n’est pas rationner l’accès à l’énergie du plus grand nombre. »

 

 

 

Partager cet article
Repost0