Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 14:15

rapport.jpgCet après-midi, je présente le rapport que j’établis chaque année (et que j’ai finalisé ce week-end, et jusqu’à ces dernières heures) dans le cadre de mes fonctions de rapporteur spécial de la commission des finances sur les engagements financiers de l’Etat.

D’ordinaire, il est d’abord présenté en commission, puis dans l’hémicycle. Cette année, les deux procédures sont réunies en une seule, le passage en commission élargie (c'est-à-dire ouverte à la presse et en présence du ministre)

La presse a déjà présenté ce matin une synthèse de mon rapport (pour lire la présentation du Bulletin Quotidien, cliquez ici). Le Gouvernement est représenté par Hervé Novelli, secrétaire d’Etat au commerce, à l’artisanat et aux entreprises.

Avec l’explosion du déficit budgétaire de l’Etat, donc de son besoin de financement, et ainsi de la dette de l’Etat, je suis en train de devenir le rapporteur en charge de la plus grosse masse de crédits budgétaires !

Trois séries de chiffres charpentent mon rapport :

  • ceux relatifs à la dérive du besoin de financement de l’Etat.

Poussé à la hausse par l’augmentation du déficit budgétaire de l’Etat, ce besoin de financement atteint 239,1 milliards € : c’est ce qu’il faut lever sur les marchés internationaux pour financer l’Etat et celui-ci le fait à près de 20 % à court terme (un comble pour financer un déficit structurel), et surtout pour près de 70 % auprès d’investisseurs non-résidants (ce qui nous fragilise considérablement) ;


  • ceux, du coup, concernant la charge de la dette.

Les intérêts payés en 2010 s’élèvent à 41 Mds € en 2010, mais seront à 45,2 Mds€ en 2011 et 55,2 Mds en 2013 ! + 30 % d’augmentation entre 2010 et 2013. Alors même que les taux d’intérêt sur les marchés sont encore très bas ! Que se passera-t-il si, comme on peut le penser, ces taux progressent dans les années à venir ?


  • ceux – les pires – de la dette de l’Etat. 

Elle représente 82,9 % du PIB en 2010 et atteindra 86,2 % en 2011 ! Dans un scénario que je présente dans mon rapport (avec une croissance économique légèrement moins favorable que celle prévue par le Gouvernement), la dette publique deviendrait vite insoutenable : elle atteindrait 93,4 % du PIB en 2012 et dépasserait 100 % du PIB en 2014 ! La dette présente de l’Etat est de 1 738 milliards (soit près de 26 300 euros par habitant !)

 

Comme je le dis au ministre, « la dette publique d’aujourd’hui va corseter non seulement les dépenses budgétaires de demain, mais aussi notre croissance économique d’après-demain ! » C’est une contrainte terrible pour nos politiques budgétaires et économiques, d’ici 2012, mais aussi pour longtemps…

 

Pour lire mon intervention de cet après-midi, cliquez ici

pour lire le rapport cliquez   ici                            

 

 

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 16:38

Etape décisive de la réforme des retraites, après le vote de l’Assemblée puis celui du Sénat, ce lundi 25 a été réunie une commission mixte paritaire composée de 7 députés et de 7 sénateurs pour examiner les dispositions encore en désaccord entre les deux assemblées et parvenir à un texte commun.

Fût-ce à huis clos, la réunion a évidemment été encore le lieu d’un affrontement entre la Gauche et la Droite, même si, évidemment, compte tenu de la composition du Parlement, la première est minoritaire dans cette CMP. Elle l’a été d’autant plus que les deux élus communistes, dénonçant un « simulacre de discussion parlementaire », ont rapidement claqué la porte. D’entrée, les socialistes ont, eux, défendu un amendement réclamant du gouvernement « d’engager immédiatement des négociations avec les partenaires sociaux pour une réforme à la fois juste et durable » : cet amendement a été rejeté par les parlementaires de droite.

Alors, à quoi a servi la CMP ?

A pas grand chose, et l’accord final est sans aucune surprise.

  • A été rétabli l’article 4 sur les modalités de l’allongement de la durée de cotisation jusqu’en 2020 (que le Sénat avait, par suite d’une erreur de vote, fait disparaître).
  • A aussi été rétablie la disposition sur la retraite des infirmières qui avait été abrogée au Sénat par l’adoption d’un amendement socialiste. L’UMP réaffirme ainsi que les infirmières seront confrontées au choix entre une meilleure rémunération assortie d’une retraite plus tardive (60 ans) ou le maintien de la retraite à 55 ans, mais sans amélioration de leur rémunération. Pour les nouveaux diplômés, ce sera automatiquement la première option.
  • Le texte de la CMP reprend aussi l’amendement, adopté au Sénat, demandant au gouvernement de lancer dès 2013 « une étude pour une réforme plus globale du système, avec notamment une réflexion sur la mise en place d’un régime par points... ». C’est, comme l’a annoncé Laurent Fabius, un véritable « amendement aveu »… qui confirme, si besoin est, que cette réforme du Gouvernement est non seulement injuste socialement et financièrement, mais aussi qu’elle ne règle pas l’avenir !

Rien non plus dans cette CMP, aucune avancée sur la pénibilité, sur l’âge de la retraite sans décôte, la retraite des femmes… Là, la Droite n’a pas d’excuse car en CMP, elle aurait pu s’émanciper du texte et des positions du Gouvernement. Ce ne sont pas les choix que les parlementaires de droite ont fait : ils assument donc leur réforme !

Moi, en tout cas, comme mes collègues socialistes, j’assume mon vote cet après-midi pour le scrutin final : c’est non ! Je vote non à cette réforme de régression sociale et de gâchis du dialogue social.

Et avec mes collègues socialistes, j’ai signé un recours devant le conseil constitutionnel contre cette réforme, car, comme le dit notre président de groupe Jean-Marc Ayrault : « Nous avons dit que nous mènerions la bataille jusqu’au bout, et cela fait partie de la bataille ».

 

Pour retrouver l'analyse du scrutin (qui a voté quoi) sur le site de l'Assemblée nationale, cliquez ici.

 

 

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 10:49

Les salariés de l’entreprise Johnson Screen, à Wattrelos, sont en grève depuis plusieurs semaines, pour protester contre la décision de leur maison-mère de supprimer le site wattrelosien fin 2011 et de transférer l’activité (et les salariés) sur l’autre établissement de l’entreprise, à Availles, dans la Vienne (86).  

16 des 17 salariés refusent ce transfert et se battent pour obtenir des conditions dignes de fin d’activité. Ils ont raison. Et si, en les recevant samedi dernier, mon premier adjoint leur a apporté tout l’appui de la Municipalité, et le mien en particulier, je le confirme aujourd’hui. Ainsi, au-delà du soutien logistique, je viens d’écrire à Pascal Yvernault, directeur général du groupe, et j’ai saisi parallèlement Christian Estrosi, ministre de l’industrie, le préfet de région et le directeur départemental du travail.

Pour lire mon courrier, LETTREcliquez ici.

 

 

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 09:01

L'application de nouvelles dispositions législatives est parfois (plus ) longue (que prévu).

 

En témoigne le cas de l'amendement que j'avais présenté il y a deux ans... et appliqué à partir de 2011.

L'édition du jour de Nord Eclair revient sur cette disposition permettant aux habitants des lofts en zone sensible urbaine de bénéficier d'un abattement fiscal de leur valeur locative de 30%.

 

Cliquez ici pour accéder à l'article de Nord Eclair.

 

 

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 12:15

Ce matin, je pose la première pierre d'un bâtiment moderne, aux normes actuelles, dont pourront profiter dans_IMG5162.JPG quelques mois les élèves et l'équipe pédagogique, tous attachés à cette école attenante et complémentaire de l'élémentaire Jean-Jaurès… je parle évidemment de l’école maternelle Michelet ! Actuellement, les travaux de démolition sont terminés et la préparation du terrain pour la mise en œuvre des fondations est en cours. Je suis donc ravi de pouvoir annoncer qu’à ce jour, aucun obstacle ne s’oppose à une livraison à la rentrée des vacances scolaires de février, comme prévu.

Construite en 1955, l’école Michelet, la maternelle du centre-ville, était marquée par le poids des ans. Il était donc nécessaire de procéder à sa reconstruction : c’est ce qu’a voté le Conseil municipal en mars 2010 et c'est ce qui a commencé à être fait cet été : c'est l'un des engagements (et investissements) majeurs du mandat de notre équipe municipale.

Heureusement, cette période de transition a été bien préparée afin que les conditions d'enseignement et de vie_IMG5184.JPG scolaire soient les moins perturbées possibles : une école provisoire a été aménagée à l'arrière de la salle Salengro, là où se trouve le stand de tir de l'amicale laïque du Centre. Des portakabins ont été installés à cet endroit, lesquels sont face à l'arrière du centre d'hébergement où une classe de l'école a également été installée. Entre les deux, un espace spécialement aménagé pour l'occasion : on y a coulé du bitume afin de quasiment recréer une vraie cour d'école, avec un vieux tilleul en plein milieu !

La nouvelle école Michelet, reconstruite au même emplacement, se redéploiera ainsi sur une surface de 1 600 m2, sur deux niveaux, avec :

  • sept classes (trois au rez-de-chaussée pour les petits et quatre à l’étage pour les plus grands), soit 1 de plus que dans l’ancienne école (capacité maximum : 217 élèves) ;
  • un accueil indépendant ;
  • une salle de psychomotricité et d’évolution ;
  • plusieurs dortoirs ;
  • un préau / salle de jeux couvert et fermé, ouvrable sur la cour de récréation en lien avec l’accueil et la desserte des classes.

Cet établissement respectera la nouvelle réglementation sur l’accessibilité des handicapés (ascenseurs, etc.) et la réglementation thermique RT2012 (meilleure isolation et moins de consommation) grâce à l’emploi d’une technique performante de construction à ossature bois.

Mais comment un tel chantier peut-il se dérouler si rapidement ?… Grâce au type de construction, en bois,_IMG5169.JPG à base de modules pré-assemblés : à peine un peu plus de six mois de travaux prévisionnels pour un coût estimé de 2,9 millions d’euros.

_IMG5189.JPG

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 13:22

roseliere1.jpgA Wattrelos, il n'y a pas de personnes vieillissantes. Il n'y a que des personnes qui avancent en âge. Ce sont les représentants du nouvel âge, comme je les appelle.

 

Ce nouvel âge de la vie qui consiste, après la vie professionnelle, à profiter de l'existence sans être passif, en multipliant les activités, en découvrant de nouveaux visages, de nouveaux lieux de vie. Et lorsqu'il n'est plus possible de rester à la maison, notre ville propose un accueil dans l'une des quatre résidences construites au coeur des quartiers du Touquet Saint-Gérard, du Centre-ville, de la Houzarde... et de Beaulieu où je me trouve ce matin pour l'inauguration du domaine de la Roselière, c'est-à-dire le nouveau foyer-logement de Beaulieu.

 

C'est une inauguration riche de symbole en pleine Semaine Bleue, semaine nationale des personnes âgées ! Car à Wattrelos, on ne s'occupe pas des personnes âgées durant seulement une semaine par an ; on les choie tous les jours de l'année, jours fériés compris !

 

Cette Roselière, c'est l'aboutissement d'un dossier d'ampleur. Car pour une ville, avoir des foyers-logements, cela ne va pas de soi : ce n'est pas obligatoire, cela a un coût mais en ce qui nous concerne, c'est un choix politique clair.

 

Quand je suis devenu maire, il y a dix ans, ce quartier de Beaulieu, ancienne ZUP, était en bien triste état : les murs s'effondraient, les intérieurs d'immeubles laissaient à désirer, la vie collective et commerciale se délitait. On s'interrogeait même sur le maintien de certaines écoles ! Avec mon équipe municipale, j'ai refusé la déliquescence inexorable. J'ai voulu une nouvelle jeunesse pour Beaulieu ! De nouveaux espaces publics, des immeubles nouveaux (534 logements, dont 81 en accession à la propriété), réhabilités (plus de 1 000 réhabilitations), résidentialisés (plus de 1 000 logements également) pour plus de 150 millions d'euros d'investissement ; et d'ici 2013, toutes ses écoles seront également modernisées grâce à des queues de crédits ANRU.

 

Mais il y avait une question lourde : fallait-il réhabiliter ou reconstruire le foyer-logement, construit en 1973 sur un mode courées à étages, c'est-à-dire pas très pratique pour les contacts ? La reconstruction s'est vite imposée comme la solution la plus intelligente, la moins onéreuse dans la durée. Sauf que... l'Etat ne voulait pas s'engager. Pas de sa compétence ! Alors j'ai saisi le ministre de la cohésion sociale de l'époque, Jean-Louis Borloo, l'ai amené dans le quartier. Quand il en est reparti, il avait rencontré des hommes et des femmes qui avaient su le convaincre avec leur sourire, leur coeur et leur passion pour leur quartier.. L'Etat a donc financé en partie cette résidence, fût-ce, trop faiblement à mon goût ; mes dossiers déposés à Fadela Amara (pour avoir plus), que j'ai aussi fait venir dans le quartier, sont restés lettre morte. C'est donc un merci en demi-teinte que j'adresse à l'Etat ce matin... mais je ne désespère pas d'obtenir gain de cause !

  roseliere3.jpg

Je remercie aussi Vilogia, promoteur de cette Roselière, représenté par son président Marc-Antoine Verhaeghe. Un bâtiment de 77 appartements clair, moderne, ouvert sur le quartier... et susceptible d'évoluer vers un EPHAD. Je remercie aussi bien sûr mon service de l'action gérontologique, le CCAS, les animatrices... et les résidant(e)s qui se sont investis dans le dossier, choisissant les noms de rues, de placettes qui permettent de se retrouver dans l'immeuble, et même le nom de la Roselière qui donne à penser (à tort du point de vue sémantique) à une rose au coeur du quartier.

 

J'en profite pour donner une information importante pour les habitants de Beaulieu : deux investisseurs sont officiellement candidats pour installer un supermarché, l'un de 520 m2, l'autre de 900 m2 qui intéresse un très grand groupe de distribution... La préférence de la Ville va clairement à la deuxième proposition car l'équilibre économique sera d'autant plus facile à trouver, et les coûts fixes d'autant plus aisés à amortir que la surface sera grande ; et pour les clients, le choix dans les rayons sera plus important !

  roseliere-chorale.jpg roseliere-chorale-ainees.jpg

Ce matin, en inaugurant la Roselière, je suis touché par les visages rayonnants des résidants, mais aussi par la présence des enfants de CM1 de l'école Curie voisine, emmenés par leur si souriante directrice : les deux générations ont poussé la chansonnette avant que ne soit dévoilée la plaque commémorative, et si les enfants nous ont chanté que Tout ça ne vaut pas un clair de lune à Maubeuge, les aînés ont entamé le refrain des Tomates, juste après nous avoir fait déguster Eun'goutte ed'jus.

 

J'espère, moi, que celles et ceux qui ont choisi de venir vivre ici n'hésiteront pas à dire bientôt avec force : « Tout ça ne vaut pas un séjour à la Roselière ! »

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 16:16

Profitant que, dans un contexte social difficile, les contribuables ont à acquitter leurs impôts locaux, mon opposante UMP au conseil municipal, Madame Deblock, n’a pas su résister à la tentation d’un certain populisme en mettant en cause le niveau de la taxe foncière sur les propriétés bâties et me vilipendant : je sais bien que je suis responsable de tout, mais quand même !

 

Madame Deblock oublie trois choses :

 

> si le taux est bien en 2010 de 49,91 %, il était déjà de 44,6 % en 2000 (quand je suis devenu maire). De sorte que depuis cette date, en dix ans, la hausse du taux n’a été à Wattrelos que de + 13,2 %, c’est-à-dire le même chiffre qu’à Lambersart, et moins qu’à Wasquehal (+ 14,1 %) et à Croix (+ 16,6 %), mais ça Madame Deblock ne le dit pas, comme elle ne cite ni Lys-lez-Lannoy (+ 37 %), ni Neuville (+ 96 %).

 

> la base de calcul de l’impôt, ce n’est pas que le taux, c’est aussi la valeur locative du logement. Or Wattrelos a les valeurs locatives moyennes les plus basses de toute la communauté urbaine ! Elle est ainsi de 1 282 € ici, elle est le plus élevée à Gruson (3 107 €) ; mais aussi de 2 863 € à Marcq, 2 577 € à Mouvaux, 2 894 € à Croix ou 2 148 € à Wasquehal. A côté du taux, il faut tenir compte de la valeur locative !

 

> ainsi, si le produit foncier moyen est de 639 € à Wattrelos, il est de 697 € à Wasquehal, 710 € à Neuville-en-Ferrain, ou 719 € à Lambersart… villes toutes à droite !

 

Madame Deblock devrait s’intéresser d’ailleurs à la politique que mènent ses amis UMP au niveau national : ainsi le Gouvernement lui-même annonce qu’en France, le taux de prélèvements obligatoires (c’est-à-dire les impôts payés par tous les Français !) est passé de 41,6 % en 2009 à 41,9 % en 2010 ; il va passer à 42,9 % en 2011 et à 43,2 % en 2012 ! Le Gouvernement les alourdit ! Mais ça, Madame Deblock ne le dit pas.

 

La vérité des chiffres rétablit la réalité des faits : les impôts wattrelosiens sont en moyenne inférieurs, en niveau comme en évolution, à ce qu’ils sont dans bien des collectivités équivalentes !

 

Quoi qu’en pense mon opposition UMP…

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 08:32

logo anAujourd'hui paraît au Journal Officiel la réponse ministérielle à ma question écrite (posée en juillet...2009) à la Ministre de la Santé et des Sports sur la difficulté pour les jeunes de moins de 25 ans de bénéficier d'une assurance complémentaire santé.

Pour accéder au texte de ma question et à la réponse de la Ministre, cliquez ici

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 19:00

dbassemb2.jpgCette semaine, c'est la semaine marathon de l'examen à l'Assemblée de la première partie de la loi de finances pour 2011. Séances du matin, de l'après-midi et de la nuit… jusqu'à samedi. Plusieurs centaines d'amendements à examiner.

 

Pour l'heure, aujourd'hui, après les usuelles motions de procédure, se poursuit la discussion générale. Je fais partie des orateurs du groupe socialiste. Aussi, avant d'intervenir sur la défense de nos amendements dans les jours à venir, je choisis d'interpeller le ministre du budget sur le caractère dépressif de ce projet de budget.

 

Dépressif parce qu'en supprimant 60 milliards d'euros de dépenses et en augmentant de 10 milliards les prélèvements, il va déprimer le rythme de la croissance économique. Il risque même de la casser ! Et cela va aggraver le chômage et les déficits.

 

Dépressif aussi pour nos territoires, nos villes et nos quartiers parce qu'avec encore 32 000 postes d'agents publics en moins, ce seront encore moins de policiers ou d'enseignants !

 

Dépressif enfin pour nos collectivités locales car l'Etat va chercher à réduire ses déficits sur le dos de nos communes ! Ce seront moins de moyens pour nos budgets locaux, nos agents et nos services publics, les associations que nous soutenons.

 

Pour lire mon intervention, Intervention Projet de Loi de Finances pour 2011[1]cliquez ici.

 

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 16:04

Wattrelos ville de rassemblement, ville du vivre ensemble... Si cela n'est pas de l'oecuménisme, cela y ressemble ! Ainsi va le quotidien d'un maire qui est au service de tous ses concitoyens avec le même enthousiasme.

 

Ce matin, après un passage au bureau, la journée s'engage par l'assemblée générale de l'amicale laïque du Sapin Vert. Autour de son président Guy Vangheluwe (qui malheureusement confirme sa démission au cours du rapport moral qu'il présente), les responsables des sections philatélie (Didier), badminton (Younès), gymnastique (Christine) et pétanque (Annie) rendent compte tour à tour de leurs activités. Ne manquent à l'appel que les copains d'Amitiés Motards... qui ont une excuse valable puisqu'ils organisaient la nuit précédente les élections de Super Mec et Super Nana. Cela dit, les résultats de l'année auront été bons pour tous, et d'autant plus méritants qu'à ma demande, l'amicale a su organiser dans le quartier la traditionnelle brocante de rentrée et les allumoirs. Bravo à eux ! C'est ce que je leur dis... juste avant de rejoindre le centre-ville où, au collège Saint-Jo, officiellement, on célèbre les 125 ans de l'amicale Saint-Joseph (en même temps que les 140 ans du collège).

 

Après le discours de la présidente de l'amicale Colette Duquesne, on me donne la parole. Et je choisis de ne pas lire le discours qu'on m'avait préparé pour privilégier des images plus personnelles.

 

D'abord, pour moi, Saint-Jo, son amicale, ce sont des personnalités rencontrées qui ont non seulement comptéblog-stjo-reception.jpg dans la vie du collège mais aussi de la commune. Ce furent le frère Honoré, figure charismatique, Maurice Schuman, Jacques Hennebel, Gaston Liagre (qui m'a mis au monde !), disparus ; ce sont aussi le toujours pétillant Claude Renard, Paul Decornet, ancien directeur et trésorier de l'amicale, ou Jean-Louis Derycke, le directeur actuel, passionné par sa fonction et sa mission.

 

Ce sont aussi des bâtiments : qui ne se souvient, comme moi, de ces trois lettres dominant le centre-ville : PAX ? Le cinéma devenu salle de sport du collège. Trois lettres à la tonalité magique, au sens si noble, qui font partie de notre patrimoine, notre mémoire collective. Aujourd'hui encore, on m'en parle.

 

Et puis, bien sûr, d'autres souvenirs de gosse me reviennent : la foire aux plaisirs que j'ai connue en culottes courtes, l'envol des ballons... Je n'ai jamais été élève de Saint-Jo mais je suis allé en classe à la maternelle Sainte-Jeanne : je suis d'ailleurs rentré dans ma salle de classe pas plus tard que lors de la dernière fête des Berlouffes ! A l'époque, je me souviens, j'étais assis au premier rang, face à Françoise, mon institutrice, une pédagogue hors pair. Qui ne conserve au fond de lui l'émotion de ses écoles ? Alors je comprends l'attachement, ce matin, des anciens élèves à leur établissement.

 

Moi, ce qui m'importe, c'est que la Ville ait avec l'institution qui m'accueille aujourd'hui un partenariat clair, efficace et progressiste au service des jeunes Wattrelosiens. Deux classes au moment de la création de Saint-Jo en 1885 ; presque 50 aujourd'hui, près de 1 300 élèves... C'est plusieurs fois la population de Wattrelos qui est passée par le collège. Chaque pierre apportée à la mission éducative justifie l'intérêt que je lui porte.

 

Alors, je le dis dans un dernier clin d'oeil, faisant allusion au titre du journal du collège : que le collège et son amicale, poursuivent leur .. Elan !

 

 

 

Partager cet article
Repost0