Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 12:57

bertrand-2J’ai beau combattre la politique du gouvernement auquel il appartient, j’ai beau avoir largement critiqué bon nombre des politiques antisociales qu’il a lui-même conduit ou soutenu (réforme des retraites, réduction des contrats aidés, dégradation des revenus et du pouvoir d’achat, détérioration dramatique des hôpitaux publics et des conditions de l’accès aux soins…), si le ministre du travail, de l’emploi et de la santé, Xavier Bertrand, est de passage à Wattrelos, je me dois républicainement de l’accueillir. Surtout lorsqu’il vient dans la première entreprise – par ordre d’importance (et de loin !) - de la ville (La Redoute), et a fortiori pour quelque chose de chouette (la validation des acquis) et d’utile aux salariés !

De quoi s’agit-il ?

De la remise des diplômes aux 92 employés ayant réussi leur VAE (validation d'acquis d'expérience) ; le ministre est le parrain de cette première promotion.

Que l'Etat reconnaisse, à haut niveau, le mérite et le succès des travailleurs wattrelosiens est un beau symbole ! La validation des acquis d'expérience est un vrai examen, qui demande beaucoup de boulot – en plus de celui qu'on effectue huit heures par jour – et un investissement personnel quasi-quotidien, un travail d'équipe mené par le candidat, le parrain, le manager et l'entreprise. Quand on est entré tôt dans la vie active et qu'on n'a pas eu le temps, l’envie ou la possibilité à l’époque, de passer tous les diplômes requis, c'est une vraie chance que de pouvoir faire reconnaître officiellement ses compétences ! Avoir un diplôme, un titre professionnel qui reconnaît ce qu’à 40, 50 ans on sait faire, c’est quand même un plus pour toutes ces personnes ; de fait, elles le mesurent, et comme leur joie, leur émotion ce soir n’est pas feinte. bertrand-1

Voilà une bonne raison de saluer Xavier Bertrand (je l’accueille aux côtés de Nathalie Balla, PDG de La Redoute, Dominique Bur, préfet de région, Mehdi Massrour, conseiller général, représentant Patrick Kanner, président du conseil général). D’autant que cela me permet de souligner fortement auprès de lui l’importance en termes d’emplois de la vente à distance (La Redoute, 3 Suisses…) dans notre agglomération, la nécessité que ce secteur industriel soit soutenu par le Gouvernement (alors qu’au sein de la majorité, des voix considèrent ce secteur comme condamné !), et d’évoquer, en direct avec lui quelques dossiers sociaux et de santé cruciaux pour ma ville et ma circonscription.

De fait, sur le sujet qui nous réunit, le ministre aura su tenir un discours consensuel (sans les aspérités politiciennes dont il lui arrive d’être coutumier) qu’élus locaux, salariés et responsables de l’entreprise ne peuvent que partager.

Nathalie Balla rappelle que la démarche a été initiée en 2009. A l'époque, seuls 8 employés étaient engagés dans une VAE ; le pari, novateur, consista à pousser ce chiffre à 100, notamment en raison du changement de stratégie de l'entreprise, à présent clairement orientée vers la vente en ligne. Double objectif : 1) valoriser l'expérience et la compétence des salariés, et 2) engager une démarche responsable pour tout le bassin d'emploi, puisque quelqu’un qui aura travaillé vingt, trente ans dans une entreprise et dans un métier aura obtenu un titre diplômant ! Finalement, on dénombra... 160 candidats !

Il leur a fallu du courage, de la constance ; 57 % de réussite pour cette première promotion, c'est un chiffre encourageant et la démarche fera sûrement école dans tout le groupe Redcats dont dépend La Redoute.

Quand Wattrelos montre l'exemple...

 

 

Partager cet article
Repost0
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 13:48

Photo0128.jpgCet après-midi, les centres sociaux du Nord - Pas-de-Calais ont appelé à une mobilisation citoyenne pour défendre leur existence et la pérennité de leurs actions dans nos villes et nos quartiers.

La lettre de mobilisation fait ainsi référence au récent rapport du médiateur de la République, Jean-Paul Delevoye, qui pointe, à juste titre, que « les Français sont en train d’imploser sous une pression trop forte, un trop mal vivre ensemble dans la vie de tous les jours et au travail. Ils souhaitent que l’administration s’occupe d’eux comme des personnes et non comme des dossiers ! ». Photo0129.jpg

Pour faire vivre ce lien social, pour être un lieu social, les 170 centres sociaux implantés dans notre région sont évidemment un vecteur important et les difficultés financières qui progressivement s’accentuent, et qui s’annoncent avec le désengagement social de l’Etat, inquiètent responsables et bénévoles. Les collectivités aussi qui sont leurs partenaires et qui savent, ô combien, que quoique partenaires fidèles et proches, elles ne sont pas toutes, du fait de leurs propres difficultés, en situation de pouvoir prendre financièrement le relais des retraits redoutés de l’Etat et des CAF.

Voilà pourquoi cette mobilisation est importante et les 2 000 à 3 000 personnes qui manifestent par ce beau soleil d’après-midi jusqu’à la préfecture ont raison de le faire et de porter un message d’alerte. Car mieux vaut prévenir que guérir et chercher à éviter le pire. Photo0127.jpg

Auprès de Philippe Boursier, président de la fédération des centres sociaux du Nord, avec Bernard Derosier, nous sommes les deux députés présents aux côtés des manifestants ; avec aussi Patrick Kanner, président du Conseil général, Michèle Demessine, sénatrice, plusieurs élus régionaux et départementaux, mais aussi plusieurs élus wattrelosiens venus épauler, comme je le fais moi-même, nos centres sociaux de Wattrelos emmené par leur président, Messaoud Chayani, et le délégué général Thierry Coulomb.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 14:04

Photo0913.jpgRencontre avec deux amis engagés dans une noble cause. Ces deux amis, ce sont les deux protagonistes, de cette cérémonie de remise des insignes de l’ordre du mérite à Frédéric Lambin par Edith Cresson, à Roubaix, à l’école de la 2e chance.

Edith, ma première ministre, celle auprès de qui j’ai eu l’honneur de servir à Matignon en 1991, est en effet plus qu’une amie (je n’ai jamais oublié qu’elle était venue à Wattrelos me soutenir en 1997 pour ma première campagne législative) ; infatigable militante de la lutte pour l’emploi et contre le chômage, elle est aussi la présidente fondatrice de la fondation des écoles de la 2e chance.

C’est à ce titre qu’elle est venue distinguer Frédéric, un autre de mes amis, engagé en politique aussi (issu d’une famille communiste, il a été, comme le rappelle Edith, forgé - formé ? - aux jeunesses communistes, dont il a gardé le sens de l’organisation, avant de rejoindre plus tard l’Udf et d’être actuellement élu Modem au conseil municipal de Lille), mais surtout dans le domaine de l’entreprise. Je l’ai connu, il y a pas mal d’années, à la CGPME, et à la Chambre de commerce. Photo0916.jpg

Mais c’est surtout son engagement pour les écoles de la 2e chance (il préside l’école Grand Lille, qu’il fonda avec Bruno Bonduelle) qui est aujourd’hui, en même temps que sa personne, mis à l’honneur. Ces écoles, rappelons-le, ont pour objet, comme leur nom l’indique, de redonner une seconde chance à des jeunes qui ont raté ou se sont éloignés de leurs parcours scolaire et qui, par la formation qu’ils vont suivre, vont être réorientés vers l’employabilité.

Voilà pourquoi, comme le souligne Edith Cresson, même si le Président de la République a, il y a peu, sonné la mobilisation en faveur de ces écoles, ce qui doit compter, « c’est leur qualité, par leur nombre ».

Frédéric, lui, souligne que, à l’issue de leur passage à l’école, 65 % des stagiaires ont trouvé un emploi ou repris une formation qualifiante et que l’objectif à Roubaix est d’atteindre 70 %. Comme il dit, ce n’est pas «  une école d’assistanat mais une école d’autonomisation », pour créer « les conditions d’une employabilité durable ».

Et chacun, dans la nombreuse assistance, aura apprécié qu’entouré de sa fille et de sa compagne, à la fin de la cérémonie, Frédéric ait dédié sa médaille aux stagiaires « eux qui ont eu le mérite de tout reprendre à zéro » et qui sont, dit-il, « l’honneur de la France ». D’ailleurs, c’est à eux, jeunes filles et jeunes garçons, qu’il laissera le mot de la fin pour que, émus mais volontaires, ils racontent leur expérience et ce qu’ils font désormais.

Ils ont su trouver leur place…

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 07:08

lavoisier2.jpgLa fameuse question : « Qu'est ce qui est le plus lourd : un kilo de sable ou un kilo de sucre ?  », ça fonctionne toujours. Plusieurs gamins de l'école Lavoisier autour de moi ce matin et c'est une jeune fille malicieuse qui aura su me donner cette réponse de bon sens (sur laquelle séchaient ses petits camarades, avec le sourire) : un kilo, c'est un kilo, Monsieur !

 

Ambiance maths élémentaires à l'école du Laboureur où Christelle Vandermeirssche, directrice, et son équipe enseignante organisent un rallye, par équipes de 6 enfants, chargés de parcourir durant toute la journée 39 ateliers disposés un peu partout dans l'école et faisant appel à leur sens de la logique, de la symétrie, de la géométrie, du calcul...

 lavoisier1.jpg

Un challenge mettant aux prises les 194 élèves de toutes les classes, du CP au CM2, sans classement final, juste pour le plaisir d'aborder les notions mathématiques de façon différente, ludique, au gré des trouvailles des enseignants (en collaboration avec ceux d'autres écoles qui organisent elles aussi ce type de rallye) et le renfort de parents (venus en nombre), dans le droit fil du rallye sciences qui s'était organisé par le passé dans ce même établissement.

 

Les maths en s'amusant, une bien bonne idée !

 

 

Partager cet article
Repost0
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 13:58

IMG00006-20110519-1904.jpgCela fait plus de vingt ans maintenant que des paroissiens de Wattrelos rencontrent des paroissiens de notre ville jumelle d’Eschweiler en Allemagne. Une fois chez les uns, une fois chez les autres. Et par-delà les moments de communion d’esprit, si j’ose écrire, cette journée est à table ce midi ou comme ce soir, un moment de convivialité tout simple, surtout humain.

C’est ainsi que se déroule la réception officielle, toute de bonne humeur et d’amitié franco-allemande, de nos hôtes allemands qui passent quelques instants au foyer du CSE, juste avant de remonter dans leur bus vers Eschweiler.

C’est monté sur quelques marches de l’escalier (pour être moi aussi en chaire ?) que je les salue toutes et tous… en leur disant au revoir. IMG00005-20110519-1903.jpgParadoxe en effet du calendrier de la journée que de leur souhaiter la bienvenue… juste avant leur départ. Plusieurs élus m’accompagnent et avec notre curé de Saint-Maclou (Daniel-Marie) et mon Doyen (Jean-Luc), je souligne combien la Municipalité attache de prix à ces relations personnelles nouées par-delà les frontières. L’opiniâtreté, la constance, la relation passionnée qu’entretient l’abbé Weynants, qui conduit la délégation allemande, y sont pour beaucoup : il arbore d’ailleurs avec fierté autour de son cou une cravate officielle de Wattrelos, avec nos armoiries, qu’on lui a offerte il y a 20 ans !

Promis, à son prochain passage, je lui en remettrai une autre … il le mérite bien !

 

 

Partager cet article
Repost0
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 09:31

Comment se loger quand la part des ressources consacrée au logement atteint des niveaux inacceptables ?

C'est une interrogation malheureusement bien trop familière de bien trop d'habitants de ma circonscription, et au-delà : près d'un Français sur 6 est aujourd'hui concerné par la crise du logement.

Et le nombre des demandeurs de logements sociaux n'a pas cessé de croître ces dernières années (1,4 million de personnes aujourd'hui, déficit de logement estimé à 900 000). Or l'effort de l'Etat en faveur du logement n'a jamais été aussi bas depuis 30 ans... quand celui des collectivités locales a triplé !

Et le Gouvernement n'a pas pas contribué à enrayer cette tendance, que ce soit par la libéralisation du Livret A, ou encore le recul du financement du logement social.

C'est pourquoi les députés du groupe socialiste ont déposé une proposition de loi visant à refonder une politique publique du logement se basant sur la solidarité, et la reponsabilité de l'Etat. Elle est à l'ordre du jour de la journée d'initiative parlementaire qui nous était dédiée jeudi dernier.

Cette proposition de loi s'articule autour de 4 mesures :

  • encadrement des loyers à la relocation du parc privé ;
  • production massie de logements socialement accessibles (objectif de 150 000 logements par an) ;
  • mobilisation du parc privé (garantie universelle des risques locatifs et instauration d'un permis de louer) ;
  • favoriser l'accession à la propriété (réévaluation du prêt à taux zéro afin qu'il profite aux ménages aux revenus modestes et moyens).

Malheureusement, comme c'est presque toujours le cas, cette proposition de loi a été rejetée lors du scrutin public d'hier...

Pour accéder au texte de la proposition de loi, cliquez ici.

Pour regarder le débat dans l'hémicycle (2e séance du jeudi 12 mai), cliquez ici.

 

Partager cet article
Repost0
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 10:44

Photo0905-copie-1.jpgCe matin est encore sous pression.

Après être passé en mairie déposer les dossiers et courriers que j’ai traités hier soir, je dois me rendre au siège de l’association des maires de France pour participer, au nom de LMCU, à la réunion du comité stratégique de réflexion et de proposition sur la péréquation, puisqu’il devient urgent que les associations d’élus préparent la physionomie, le volume et les modalités de fonctionnement de ce fonds de péréquation que va mettre en place le projet de loi de finances pour 2012.

En fin de matinée, juste avant de participer vers 13 heures à une réunion débat du forum des villes avec le ministre des collectivités locales sur la réforme territoriale, j’accompagne Jacques Pelissard, président de l’association des maires de France, pour représenter mes amis Michel Destot et Gérard Collomb (respectivement présidents des maires de grandes villes et des communautés urbaines) pour aller à l’Elysée rencontrer Xavier Musca, secrétaire général de la présidence de la République.

Il s’agit d’évoquer officiellement avec lui et ses collaborateurs le projet de création d’une agence de financement des collectivités locales (cf. mon article du 4 mai dernier). Plus de 50 collectivités ainsi que de grandes associations d’élus portent en effet ce projet visant à créer une institution financière qui, pour les collectivités locales :

 

  • sécurisera l’accès à la liquidité ;

  • diversifiera les sources de financement ;

  • simplifiera, voire accélèrera le recours à la ressource financière ;

  • optimisera le coût de financement ;

  • sera aussi une réponse adaptée à la dérive des produits structurés car elle permettra de réguler l’activité bancaire privée.

 

La logique est simple : en se fédérant, les collectivités locales pourront afficher face

aux marchés une capacité de lever des fonds, dans un risque sub sovereign, c’est-à-dire avec un rating de qualité qui facilitera non seulement l’accès à l’emprunt, mais surtout au meilleur taux d’intérêt possible.

Mais pour que le projet s’engage, il faut une mobilisation des principaux acteurs de l’Etat, qu’ils nous apportent leur expertise, et que nous nous dotions de la capacité technique et juridique de concrétiser ce projet (notamment si une initiative législative était nécessaire). C’est pour cela qu’il nous faut informer le secrétaire général de l’Elysée, comme nous l’avons fait avec les ministères concernés.

Pour en savoir davantage, bq1-23maicliquer ici.

 

 

Partager cet article
Repost0
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 10:06

logo anAujourd'hui paraît au Journal Officiel ma question à Mme la ministre des solidarités et de la cohésion sociale sur les conséquences négatives sur les comptes, et donc sur les activités, des associations d'aide à domicile de la suppression, par la loi de finances pour 2011, de l'exonération de charges sociales de ces associations de « services à la personne ».

Pour lire cette question écrite, cliquez ici

Partager cet article
Repost0
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 17:03

Photo0895.jpgC’est fait ! Depuis 56 ans, ce n’était pas arrivé. Le LOSC a gagné la coupe de France en battant, à Paris, le Paris Saint-Germain. Dans tout le Nord, cette nuit, ce matin, il n’y a pas un Ch’ti qui ne se sente pas lillois ! Et de sauter en l’air, comme le proclame l’hymne des supporters lillois.

Cet après-midi, à Lille, tout est en rouge et blanc (même ce matin, à Wattrelos, à Saint-Jo, à la kermesse !). Martine Aubry reçoit cet après-midi à l’Hôtel de ville, dirigeants et joueurs du LOSC… avec la coupe !

Photo0897.jpgQuel moment, quelle liesse ! Quelle ferveur, quelle fièvre se dégagent de cette marée humaine, devant le podium de l’Hôtel de ville que dans quelques instants, élus et équipe du LOSC rejoindront pour présenter ce superbe trophée, orgueil de tout notre Nord ! Des fenêtres du salon de la mairie, je suis plus qu’impressionné. Les journalistes, venus de partout, le sont également.

Entre vice-présidents de la Communauté urbaine, élus lillois et départementaux, le match se refait, avec ses émotions, ses frissons, jusqu’au coup de sifflet final. Martine elle-même le confie : elle est rentrée à 3 heures du matin !

Photo0899.jpgUn SMS : « Ils arrivent », une barrière de caméras s’installe, une bousculade (même si on est infiniment moins nombreux que là-bas, devant le parvis) parfois musclée, ils sont là. Au micro, ils entourent Martine Aubry, Pierre Mauroy, leur président Michel Seydoux, leur coach Rudy Garcia… et ils sont là, avec la Coupe.

Martine rappelle une phrase préférée de Pierre Mauroy : « J’aime le Losc quand il marque des buts » ; fait déclencher une ovation pour Ludovic Obraniak, l’auteur du but gagnant ; salue et remercié chaleureusement, le gardien de but lillois qui fêtait hier son anniversaire et aura su tant préserver la lucarne du LOSC, à savoir le sympathique Michael Landreau. Elle remet aux responsables et aux joueurs la médaille d’or de la ville, rappelant qu’avec cette victoire, « le football a apporté la fierté aux gens du Nord », dit aux joueurs et à leur coach : « Et maintenant on attend la suite… ». Sera-ce le doublé ? Réponse peut-être mercredi. Au plus tard le 29 mai prochain. Photo0902.jpg

Ce serait magnifique, assurément ! Mais pour aujourd’hui, goûtons la joie de cette belle coupe, qui n’est qu’enthousiasme et fierté. Comme le dit Rudy Garcia : « On est fiers pour le peuple lillois », de ce « moment historique d’hier soir » comme le qualifie le capitaine Rio Mavuba.

A bientôt pour le championnat ? Allez les Dogues. Toute la métropole, tout le Nord est couleur rouge et blanche…

 

 

Partager cet article
Repost0
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 15:47

Ce samedi midi, Jacky Maréchal, directeur départemental de la prévention routière, vient remettre à la Ville le diplôme de l'écharpe d'or de la prévention routière (cf. mon article du 6 janvier dernier).

 

Si la sécurité fait partie des priorités municipales, la sécurité routière y a toute sa part : pour avoir perdu deuxrecept-secu1.jpg proches dans des accidents de moto lorsque j'étais jeune, j'y suis personnellement particulièrement sensible. Il faut sensibiliser aux dangers qui guettent lorsque l'on enfourche son vélo, son scooter, sa moto que l'on monte dans sa voiture, ou même que l'on marche en ville.

 

La sécurité ne se proclame pas ; elle se construit. Méthodiquement, dans des partenariats. Bien sûr, dans nombre d' accidents, il y a la fatalité mais il y a aussi trop souvent la transgression des règles du code de la route. Alors, à Wattrelos, nous avons notamment pris le parti d'éduquer nos enfants dès le plus jeune âge : quatre, bientôt cinq, de nos policiers municipaux sont agréés pour intervenir régulièrement auprès d'eux dans les écoles, en partenariat avec l'Education nationale.

 

Mon adjoint à la sécurité Henri Gadaut le souligne : 550 élèves de CE2 ont passé le permis piéton cette année ; 220 élèves de CM1-CM2 le permis vélo ; 520 élèves de CM2 ont bénéficié de notre piste de junicode pour apprendre à se déplacer à vélo, avec l'appui de cours théoriques mais aussi d'un code d'utilisation des transports en commun. Des contrôles sur les vélos et les scooters sont également effectués par ces mêmes policiers dans les collèges.

 

L'action municipale serait toutefois incomplète si elle ne s'adressait pas aussi aux adultes : un stand dédié à la sécurité routière est installé tous les ans au sein de notre salon du commerce ; des cellules de travail mixtes comprenant techniciens et habitants se réunissent pour travailler sur les lieux les plus accidentogènes de notre ville ; notre police municipale est équipée d'un radar mobile et d'un test d'alcoolémie ; et des interventions de sensibilisation sont également programmées à destination des représentants de notre Nouvel Age.

 

Ce matin, je salue donc cette salutaire et nécessaire mobilisation de tous en faveur de la prévention routière, tout particulièrement mes policiers municipaux ; cette écharpe d'or est bien évidemment la leur dans une large mesure ! Il y a dix ans, ils étaient moins de dix ; aujourd'hui, ils sont 24, dont certains spécialisés dans les actions de prévention routière : c'est un choix politique majeur de la part de l'équipe municipale. Du reste, Jacky Maréchal le souligne : c'est l'efficacité des actions, leur caractère innovant, leur inscription dans la durée et le soutien de la Municipalité qui a valu à Wattrelos cette récompense, créée en 1990 pour récompenser tous les ans des communes comme la nôtre (1 800 dossiers ont été déposés depuis sa création !).

 

Pour, Wattrelos, il ne s'agit pas de faire la chasse aux concours. Mais quand elle peut déposer sa candidature pour faire valoir ce qui s'y fait de bien, et même mieux qu'ailleurs, pourquoi se priver de déposer un dossier ? Et quand, ainsi, la qualité de notre travail est reconnue, cela fait évidemment très plaisir !

 

 

Partager cet article
Repost0