Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 15:27

Qui aurait prédit, en octobre 2001, il y a exactement 10 ans, qu'un nouveau musée roubaisien attirerait deux millions de visiteurs venus de tous les continents ?

C'était un pari osé mais qui aura su susciter enthousiasme et espoir ! Quelle superbe nouvelle ère de La Piscine, elle qui avait vu passer tant de baigneurs par le passé, a su accueillir un tout autre public (quoique : on peut être nageur et amateur d'art !) dans ce cadre majestueux, ce bâtiment art-déco témoin de la grande gloire industrielle roubaisienne.

Ce soir, il y a foule autour du conservateur emblématique de ce musée, Bruno Gaudichon, et son équipe, mais aussi de l'association Les Amis du Musée présidée par Maurice Decroix, pour célébrer dix ans de succès, dûs autant à la qualité du fonds artistique qu'à la qualité et au renouvellement des expositions qu'il aura su abriter. La-Piscine-a-10-ans.jpg

Mon collègue, René Vandierendonck, sénateur-maire de Roubaix, n'a pas manqué bien sûr de rappeler l'histoire du musée mais a aussi évoqué, déjà, ce qui peut être son avenir : son agrandissement (je m'en suis d'ailleurs entretenu moi-même à ce sujet avec Frédéric Mitterrand, ministre de la culture) et son évolution juridique pour élargir les partenariats financiers.

Mais au-delà des discours, l'heure est à la joie, la (re)découverte de ce lieu extra-ordinaire (au sens propre !) : une superbe scénographie de Frédérique Danneels retrace ainsi les différents acquisitions et donations de la décennie écoulée, et en ce moment (jusqu'au 8 janvier), on peut admirer des expositions de sculptures, de dessin utile ou de collections design dont dispose La Piscine.

Ce soir, un orchestre joue, et on est venu parfois de loin fêter un anniversaire marquant pour ce musée internationalement connu, qui participe désormais à la renommée de Roubaix et de la région. J'apprécie particulièrement le moment : moi qui, pour être tout à fait franc, enfant, n'avait (vraiment) pas gardé de bons souvenirs de mes cours de natation à la piscine de Roubaix, je la préfère largement comme cela, depuis qu'elle est devenue musée !

Très bon anniversaire et bonne continuation à notre Piscine !

 

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 08:45

DB-DOB-LMCU-2012_2.jpgCe matin, lors de la réunion du bureau, et surtout cet après-midi en séance plénière, il me revient de conduire le débat d’orientations budgétaires pour notre communauté urbaine de Lille en 2012. Quelles seront nos recettes l’an prochain ? Quelles peuvent être nos dépenses ? Comment les financer ? Telles sont autant de questions auxquelles il me faut essayer de formuler des réponses.

L’année 2012 est marquée par un mot : la crise. Le budget 2012 est un budget de crise, marqué par la crise. Pourquoi ?

Il sera d’abord un budget de lutte contre la crise car LMCU poursuivra un programme d’investissement important (526 M€ de dépenses d’investissement inscrites, ce qui représentera aux alentours de 439 M€ d’équipements effectivement réalisés) qui, ainsi, stimule l’activité en offrant des marchés aux entreprises et évite (ce qui serait le cas si LMCU, gros investisseur public, réduisait sa voilure) de déprimer une conjoncture qui n’est déjà pas très soutenue !

La Communauté urbaine peut réaliser ce volume d’investissements car depuis 10 ans, elle s’est considérablement désendettée (1 515 M€ de stock de dette fin 2011 au lieu de 1 831 M€ en 2002, y compris la reprise du SMT), et encore récemment (en relevant sa dette prévisionnelle à 1 622 M€ fin 2012, on reste en-deçà des 1 665 M€ de 2007 !).

LMCU reste pour autant une machine à investir. Elle aura réalisé, en moyenne 367 M€/an d’investissement sur 2008-2012, au lieu de 288 M€/an en 2002-2007. A elle seule, la station d’épuration de Marquette pèsera 63 M€ en 2012.

On ne connaît pas bien encore les recettes de 2012. Sait-on ainsi que certaines recettes de remplacement de la suppression de la TP (cotisation sur valeur ajoutée et taxe sur les surfaces commerciales) ne nous ont pas même encore été notifiées pour 2011 ? Alors pour 2012… n’en parlons pas ! De même, un fonds de péréquation intercommunal est créé par la loi de finances : nous coûtera-t-il, nous rapportera-t-il ? Aucune simulation du Gouvernement ne nous permet de le savoir.

Mais ce que nous savons, c’est que des recettes et des dépenses de fonctionnement, elles, sont affectées directement par la crise et cela nous coûte. Il en est ainsi de la baisse des dotations de l’Etat (- 4,8 M€), du ralentissement du versement transport (- 8,4 M€), et des conséquences du maelstrom des marchés des charges et financières sur nos charges d’intérêt (+ 27 M€). DB-DOB-LMCU-2012.jpg

Au total, pour 2012, les recettes de fonctionnement ne vont augmenter que de + 8 M€ ! Sur un budget de près de 1 500 M€, c’est très, très peu… surtout que, parmi les dépenses de fonctionnement, il y a en 2012 des hausses incontournables (+ 19 M€, dont + 15,5 M€ rien que pour la délégation de service public transports).

Et comme nous ne voulons pas de hausses fiscales (ni sur les ménages, ni sur les entreprises), cela impose que LMCU réalise des économies sur les autres dépenses de fonctionnement. Objectif 2012 : dépenses de fonctionnement = 937,2 M€ (comme en 2011).

Tout cela pour se solder par une épargne brute de 211 M€ (au lieu de 253 M€ en 2011, et 234 M€ en 2008), qui permet de couvrir très correctement l’annuité de remboursement en capital de la dette (143 M€).

Voilà ce qu’il faut faire… Reste à construire ce budget dans les toutes prochaines semaines.

Pour lire le document préparatoire au DOB, DOB 2012cliquez ici.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 13:19

On s’en souvient sans doute (cf. article du 13 novembre 2009), la Droite avait instauré dans la loi de finances pour 2010 la fiscalisation des indemnités journalières des accidents du travail à partir de 2011 !

A l’époque, avec les autres élus de gauche, les députés socialistes avaient combattu cette mesure. Elle est en effet totalement inacceptable et choquante. D’autant que pour la justifier la majorité utilise le mot « équité » ! C’est une provocation, sachant qu’il existe dans notre pays, des niches fiscales représentant près de 73 milliards d’euros en 2011.

Ce ne sont pas les 125 millions d’euros que produira cette mesure qui va colmater la brèche des finances publiques.

En revanche, c’est un signal extrêmement dur qui est envoyé à toutes celles et tous ceux qui sont qualifiés par la terminologie légale de victimes d’accident du travail. Maintenir ce dispositif en l’état, c’est en réalité considérer que ce qui arrive aux victimes d’accidents du travail est normal. Alors que l’indemnité des accidentés du travail est d’abord et avant tout une réparation !

Nos comptes sociaux sont en déficit de près de 30 milliards d’euros en 2011, ceux de l’Etat aux alentours de 100 milliards d’euros et la dizaine de milliards d’euros de pertes de recettes fiscales de la loi TEPA est toujours effective, alors qu’elle concerne des gens qui vivent de leurs rentes et qui ne travaillent pas.

En 2007, 622 salariés ont péri dans un accident du travail, on a dénombré 720 150 accidents du travail avec arrêt, plus de 35 millions de journées d’indemnisation et un peu plus de 46 000 accidents ont entraîné une incapacité permanente. Il s’agit donc bien de victimes.

Par ailleurs, le Conseil économique, social et environnemental, consulté l’année dernière par le président de l’Assemblée nationale, s’est montré défavorable à cette mesure. Cette mesure est dramatique car ce sont des personnes qui perdent des revenus.

Pour toutes ces raisons, et au nom de la justice fiscale et sociale, par un amendement que nous avons défendu ce matin, nous avons tenté d’abroger cette mesure inique. Malheureusement, la Droite a refusé. Choquant…

 

 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 13:26
AN-19-oct-2011.jpgAprès les votes solennels de la proposition de loi sur la simplification hier, a commencé l’examen de la loi de finances pour 2012 avec, comme à l’accoutumée, celui de la première partie consacrée à la fiscalité.

Après les motions de procédure, et avant qu’on examine les amendements sur les différents articles, la discussion générale a commencé la nuit dernière, et s’est poursuivie cet après-midi et cette nuit.

Ce budget 2012 est le dernier de la législature de la présidence Sarkozy et en porte tous les échecs. C’est ce que je rappelle dans mon propos. Mais dans le temps qui m’est imparti, j’ai surtout voulu insister sur la scandaleuse amputation dans ce projet de loi des crédits budgétaires des Maisons de l’emploi : 20 millions d’euros de moins sur un crédit global de 60 M€ ! Un tiers en moins ! Comment vont-elles couvrir leurs charges ? Comment vont-elles pouvoir réaliser des actions pour les chômeurs et leur retrouver un emploi ? Comment peut-on alors penser qu’avec une telle destruction de ses ressources la Maison intercommunale de Roubaix-Wattrelos-Leers saura en 2012 boucler son budget et continuer d’agir pour nos demandeurs d’emploi ?

Et comment comprendre ce sacrifice des maisons de l’emploi ? Est-ce par inconséquence politique ou… parce que c’est Jean-Louis Borloo qui les a créées sous la présidence Chirac ?

Ce Gouvernement aura su alléger l’ISF d’1,8 milliard d’euros… mais supprime par dizaines de millions d’euros les moyens d’action pour l’emploi ! Tout est symboliquement dit.

Pour lire mon intervention en discussion générale, Intervention de Dominique BAERT PLF POUR 2012cliquez ici.

 
Intervention PLF2012 seance du 19/10/2011 par dBaert

 

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 10:06

logo anCe mardi paraissent au Journal Officiel deux questions que j'avais adressées :

  • au ministre du travail, de l'emploi et de la santé sur les revendications exprimées par les salariés du notariat au sujet du projet de décret portant application au notariat de certaines dispositions de la loi du 9 novembre 2010 portant réforme des retraites ;

Cliquez ici pour lire la question 

  • à la ministre du budget, des comptes publics et de la réforme de l'État sur l'impact de la concurrence fiscale belge sur les lieux de tournage cinématographique dans le Nord - Pas-de-Calais.

Cliquez ici pour lire la question 

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 09:20

logo anCe jour paraissent également au Journal Officiel deux réponses à mes questions écrites :

  • L'une, adressée au ministre du travail, de l'emploi et de la santé sur les difficultés rencontrées en France dans le traitement de la maladie de Parkinson ;

Pour accéder au texte de la question et de la réponse, cliquez ici

  • L'autre, adressée à la ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement sur les incohérences et les conséquences inhumaines de l'application du nouveau dispositif de matérialisation de places de stationnement réservées pour les personnes à mobilité réduite dans le Nord, et notamment sur la métropole lilloise.

Pour accéder au texte de la question et de la réponse, cliquez ici

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 07:23

Si le législateur discute d'une proposition de loi dite de simplification du droit et d'allègement des démarches administratives, c'est a priori qu'il souhaite effectivement simplifier et alléger ! Simple et évident ! Sauf que la proposition de loi qu'il nous est proposé d'adopter cet après-midi ne fait ni l'un ni l'autre !

Avec 94 articles initialement, aujourd'hui cette proposition de loi en compte 116, elle porte sur des thèmes aussi vastes que divers et est discutée selon la procédure accélérée ! Le texte s'est alourdi, notamment avec l'introduction d'un flot d'amendements, et aura été mal discuté par manque de temps laissé au débat. Bref, avec cette majorité, c'est : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? comme on dit.

Ce n'est pas la première fois que ce gouvernement et sa majorité utilisent ce procédé discutable de débat parlementaire. Où est la qualité du travail législatif ? Depuis 2007, c'est le quatrième texte de simplification du droit ; le sixième si l'on remonte à 2003 !

Tout cela ne serait pas bien grave, si comme elle l'annonce dans son exposé des motifs, la proposition de loi « s’attaquait plus précisément à une catégorie de normes : celles qui pèsent sur les forces économiques de notre pays ». Et de poursuivre en indiquant qu'« elle concerne ainsi principalement les entreprises qui, elles aussi, subissent le poids de la complexité des normes. Parmi elles, les PME sont souvent celles qui sont les plus handicapées par cette prolifération de règles et de procédures, alors même que nous devrions tout faire pour faciliter la tâche de ceux qui prennent des initiatives pour créer de la croissance et des emplois. ». Certes.

Mais sous couvert de simplifications, cette proposition de loi cherche surtout à satisfaire les revendications de corporatismes et aborde des sujets sans véritable lien, allant des essieux de camions au contrat de vendange, en passant par la définition de la consultation juridique ou les droits des salariés embauchés en télétravail.

Plus lourd de conséquences, ce texte remet en cause l'équilibre et la cohérence des lois sur les sociétés commerciales, certaines dispositions du Grenelle ou encore le code du travail. Plutôt que simplifier, ce texte dérégule et vise à satisfaire des groupes de pression.

Au final, cette proposition de loi dite de simplification ne rend pas la loi plus intelligible pour nos concitoyens et ne sert pas l'intérêt général. Ceux-ci sont pourtant précisément les deux objectifs majeurs que devrait suivre le législateur lorsqu'il rédige, discute et vote des textes de loi.

Alors cet après-midi, le législateur que je suis a voté contre ce texte ! La Majorité, malheureusement, l'a adopté.

 

 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 13:33

PICT0400.JPGC’est en effet le slogan que les promoteurs des primaires citoyennes ont mis en avant : avec cette campagne de vote de toutes celles et tous ceux qui partagent les valeurs de la Gauche, il s’agissait de « donner un nom au changement ». Au changement que, en France aujourd’hui, nous sommes nombreux à espérer en 2012, lors de cette élection-phare de la vie politique française qu’est l’élection présidentielle. Et pour battre le candidat de la droite - qui sera, à n’en pas douter, Nicolas Sarkozy - la Gauche se devait de se mobiliser pour choisir celui ou celle qu’elle estime le mieux à mettre de la représenter dans cette compétition, et surtout de gagner le 6 mai 2012.

Et de ce point de vue, je le reconnais volontiers, moi qui ne fut pas un partisan enthousiaste de la démarche des primaires, d’évidence celles-ci ont permis d’engager un moment profond d’expression démocratique dans le pays. Cela renforce la force et la légitimité du candidat désigné. Cela lui donne une impulsion particulière, pour savoir faire un haut résultat au 1er tour et se mettre en situation de l’emporter au second.

De fait, ce message des primaires a été bien compris par nos concitoyens.

Ainsi, la participation au 2e tour aura été nettement plus forte qu’au 1er. A Wattrelos, nous sommes passés de 1 466 suffrages exprimés le 9 octobre à 1 749 aujourd’hui (+ 19 % !).

Cette participation accrue était incontestablement favorable à Martine Aubry, dont elle aura renforcé le résultat, qui passe de 781 voix (53,3 %) au 1er tour à 1 118 (63,9 %) au second. François Hollande obtient 631 voix (36,1 %) au lieu de 441 dimanche dernier (+ 190) ; il ne récupère cependant pas toutes les voix des quatre compétiteurs du 1er tour (Baylet, Valls, Royal et Montebourg) qui pourtant lui avaient apporté leur soutien (leur potentiel de voix du 1er tour était de 202 suffrages) : de fait, certains votants du premier tour ne sont pas venus au second.

Ce soir, localement, comme sur les écrans de télévision, les attitudes sont dignes. Là où la Droite espérait déchirements et confrontations, elle n’a eu que débats d’idées et campagne sereine. Martine a su, avec sa force et son énergie, défendre sa conception, son ambition pour la France et porter haut et fort les valeurs essentielles de la Gauche : elle a fait honneur à notre agglomération, à notre région, et doit être heureuse, je pense, qu’ici, élue du pays ch’ti, elle soit aisément majoritaire, comme dans tant et tant de villes du Nord - Pas-de Calais.

Mais l’heure ce soir est à la responsabilité et au rassemblement derrière le candidat désigné, comme le souligne elle-même Martine très tôt dans la soirée, avec une dignité et un courage qui forcent le respect.

Vu la campagne qui aura été menée et les résultats engrangés, je n’ai guère d’inquiétudes : ce rassemblement se fera aisément. Car comme nous le reconnaissons nous-mêmes à Wattrelos, l’affirmation de la fidélité à Martine n’empêche pas l’affection pour François.

C’est à lui maintenant qu’il appartient, au nom des socialistes et des radicaux de gauche, au nom de tous ceux qui veulent que cela change en 2012, de tracer le chemin jusqu’au 6 mai 2012 ! Et il a raison, quand il déclare ce soir : « Ce n’est pas une victoire qui s’est faite, c’est une victoire qui s’est préparée ». Car la vraie victoire, c’est en mai 2012 qu’il faut l’emporter !

 

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 13:35

artistes-automne-2011.jpgEh oui, c’est une des caractéristiques wattrelosiennes : l’arrivée des saisons est rythmée par les artistes wattrelosiens. Ainsi, après le salon des artistes au centre
socio-éducatif qui, en mars, annonce le printemps, voilà que ce samedi s’ouvre l’exposition d’automne de l’Atelier des arts, à son siège, salle Michel-Couillet.

Aux côtés de Claude Sauvage, son président, de nombreux élus, visiteurs et proches, je déambule dans les travées, entre sculpteurs et peintres qui, à tour de rôle, me présentent leur travail, ou plutôt leur réalisation, m’expliquant des secrets de fabrication. Et franchement, comme à l’accoutumée, on n’est pas déçu de cette visite.

artistes-automne-2011_2.jpgLes contributions des sculpteurs me paraissent, cette année, particulièrement éclectiques et riches. De nombreux styles s’expriment, et des Titis parisiens de Jean-Mi, à la Belle au soleil ou la Vénus hottentote de Claude, ou des Grands bonshommes de Josiane qui, pour un coup d’essai, fait vraiment un coup de maître (car ces figurines à grande veste et petite tête ont une incontestable personnalité saluée par l’intérêt de tous les visiteurs), et tant d’autres réalisations encore, je ne peux que saluer la créativité, l’inventivité et le talent de ces artistes. Les peintres ne sont pas en reste, avec pastels qui voisinent aquarelles, huiles ou céramiques.

Je leur dis d’ailleurs en prenant la parole, en les remerciant collectivement de concourir au rayonnement de notre ville. En recevant des artistes européens (cf. article du jeudi 15 septembre), en tenant stand au village Renaissance pour les Berlouffes, en participant à des salons dans nos villes jumelées, en organisant des expositions, nos ateliers font connaître et reconnaître Wattrelos. Merci à eux.

 

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 13:34

cheque-sbleuLors de cette manifestation d’ouverture de la Semaine bleue, je n’ai pu que m’excuser auprès des nombreux représentants de nos aînés car, malgré le programme alléchant qui leur a été concocté par le service gérontologique, je ne pourrai guère participer à grand chose. La semaine qui vient est en effet celle de la première lecture de la première partie (fiscalité) de la loi de finances pour 2012. Pour moi, c’est la pire semaine de l’année car cela veut dire siéger tous les jours jusqu’à samedi matin, jour et nuit !

C’est lourd, c’est épuisant physiquement mais cela vaut la peine. Car nul ne l’ignore, c’est cette présence importante dans les travaux de la commission qui impacte directement les subventions que peuvent mobiliser les députés (ce qu’on appelle la réserve parlementaire).

Voilà pourquoi je peux annoncer à notre Nouvel âge wattrelosien que le CCAS bénéficie, à ma demande, d’une subvention exceptionnelle de 8 000 euros destinée à acheter un véhicule de transport de personnes (avec équipement PMR), ce qui sera utile pour les loisirs de nos clubs et de nos résidences (coût du véhicule : 34 500 euros).

Et comme un bonheur peut ne pas arriver seul, pour financer ce véhicule, le CCAS bénéficiera aussi d’une participation du Crédit Mutuel du Nord de 8 000 euros également ! Son directeur général Eric Charpentier (avec qui j’ai négocié ce soutien dans le TGV pour Paris !) est venu en personne officialiser ce partenariat… sous forme d’un chèque géant.

Et comme 8 + 8 = 16, ce sont donc grâce à 16 000 € de subventions (presque la moitié !) que le CCAS pourra acheter son véhicule de transport !

Pas mal, non ?

 

 

Partager cet article
Repost0