Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 10:58

Le-ministre-Lamy-a-Roubaix.jpgLe ministre de la Ville, François Lamy, a en effet décidé de lancer à Roubaix une concertation nationale pour la réforme de la politique de la ville. Après l’accueil, solide et très argumenté du maire, Pierre Dubois, René Vandierendonck aura mis l’accent sur : l’indispensable engagement de la politique de la ville ; l’unicité du contrat ; une manière spécifique d’appliquer le droit commun ; le principe d’adaptation au cœur du service public ; l’intercommunalité nécessaire de la mobilisation.


Dans son intervention, le ministre (qui salue « spécifiquement le député de la circonscription » : j’apprécie !) soulignant l’histoire de Roubaix et sa pratique des politiques sociales, énonce : « Nous avons un devoir de réinvestir la République dans les quartiers : c’est un enjeu de justice, d’efficacité ».

 

Destinée à structurer ce que sera demain la politique de la ville, la concertation opérationnelle lancée aujourd’hui, à partir de trois groupes de travail, se renforcera de rencontres régionales. Le ministre souligne en effet qu’il « n’y a pas une politique de la ville, mais des politiques de la ville ».

 

« Nous devons réaliser un vrai tournant de la politique de la ville. Revenons aux fondamentaux ! Réussir l’intégration sociale des banlieues est le défi des 15 prochaines années » disait Hubert Dubedout en 1983, mais François Lamy constate que c’est une « promesse non tenue de la République ! ». Pour lui, « il y a une urgence majeure de trouver des solutions rapides ». Le rapport de la cour des comptes est sévère, « peut-être trop ». « L’échec est celui de la perte d’ambition de la politique de la ville : elle doit redevenir le levier pour la mobilisation des ministères. La réforme de la politique de la ville est une urgence pour la République ».

 

« C’est un combat que nous devons mener rassemblés. Nous devons définir une nouvelle manière d’aider ces territoires ». Il faut en finir avec les zonages actuels : 2 492 quartiers CUCS (ndlr : contrat urbain de cohésion sociale), c’est devenir illisible et incohérent. Il faut aussi trouver des nouveaux indicateurs. La carte de la géographie prioritaire ne doit plus être figée, sinon elle finira par être injuste. L’action de la politique de la ville ne sera pas la même partout : il nous faudra graduer les interventions, l’Etat demeurant le garant de la solidarité nationale. Nous devons aussi inventer des contrats uniques globaux ».

 

« A partir du trio de la politique de la ville - qui doit être le maire, le président de l’EPCI et le préfet - le succès passera par la réalisation de projets de territoire ambitieux ».

 

Rendez-vous pour les réformes : conseil interministériel des villes en février 2013.

 

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 19:23

Cet après-midi, l’Assemblée a adopté par scrutin public le texte de la commission mixte paritaire sur le projet de loi portant création des emplois d’avenir. Le Gouvernement a fait de ce texte, un de ses premiers actes forts. Pourquoi ? Parce que la situation à laquelle nous sommes confrontés est particulièrement grave.

 

Le Gouvernement a affiché très tôt la cohérence de sa politique d’emploi : 150 000 emplois d’avenir ; les contrats de génération ; la fin des heures supplémentaires défiscalisées ; les contrats aidés ; le renforcement des moyens de Pôle Emploi.

 

Mais un choix prioritaire a été fait : les jeunes ! Pourquoi ? Parce qu’un jeune sur quatre est sans emploi, que 150 000 jeunes sortent chaque année du système scolaire sans qualification… Il est urgent qu’un message leur soit adressé, à eux comme à leur famille.

 

François Hollande a fait de la jeunesse sa priorité. Le texte a été enrichi par le débat parlementaire. Offerts à des jeunes de 16 à 25 ans, ce seront des emplois :

- stables, pour 3 ans, à temps plein et accompagnés de manière significative ;

- qualitatifs, avec obligation d’actions de formation et d’acquisition de qualification ;

- efficaces, qui s’adaptent à des secteurs où il y a des besoins forts.

 

Les premiers contrats devraient pouvoir être signés dès le 2 novembre. Le Gouvernement prévoit de créer 150 000 emplois d’avenir d’ici 2014, dont 100 000 dès 2013, pour un coût de 1,5 milliard d’euros par an lorsque le système fonctionnera à plein. Le texte crée aussi, sur un modèle comparable, des emplois d’avenir professeur, dont devraient bénéficier d’ici 2015 environ 18 000 étudiants boursiers venant de quartiers dits sensibles.

 

J’ai voté pour avec émotion, avec conviction ! Sur 498 votants, il y a eu 363 votes positifs et 135 votes contre.

 

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 16:01

jean-marie-soryJ’ai la douleur d’apprendre le décès de mon ami fidèle, et si proche, Jean-Marie Sory qui fut adjoint au maire durant quatre mandats, de 1977 à 2001.

Il ne fut mon adjoint qu’un an (je suis devenu maire en mai 2000), mais j’avais eu l’honneur de siéger à ses côtés sur les bancs du conseil municipal durant presque 20 ans. C’était un homme plein d’humour et de bon sens, fin connaisseur de la population, notamment celle de son quartier, Beaulieu, et toujours à l’écoute, disponible, prêt à rendre service.


Elu en 1977, Jean-Marie était devenu adjoint au maire en 1984, renouvelé dans ses responsabilités en 1989 en charge des affaires sociales et de la prévention, puis de nouveau en 1995, en charge de l’action sociale. Ainsi, il a présidé notre Centre communal d’action sociale. Ces délégations lui ressemblaient : il avait à cœur de se rendre utile aux autres, d’aider les plus démunis, d’œuvrer pour davantage de justice sociale. Il était profondément généreux et humain ; le mot solidarité était pour lui d’une importance supérieure. C’était aussi un militant socialiste, au sens le plus noble, sincère, fidèle à ses valeurs et à sa ville : il m’a  beaucoup appris. L’humanisme était son chemin, l’amitié était sa manière d’être.

 

Apprenti tisserand à 15 ans, autodidacte, Jean-Marie avait passé une bonne partie de sa vie professionnelle dans l’industrie textile dont il a présidé le syndicat CFTC des ouvriers, puis CFDT, avant de devenir responsable d’atelier à l’imprimerie du Centre d’aide par le travail du Roitelet. L’attention aux handicapés était l’un de ses combats les plus personnels et les plus profonds.

 

Engagé, Jean-Marie Sory a siégé au conseil d’administration de la CPAM de Roubaix, aux maisons de quartier de Beaulieu, a présidé le Centre culturel Léon-Blum, a participé à créer Radio Galaxie.

 

 La cruauté du destin a voulu que Jean-Marie perde son épouse, Marie-Jeanne,  il y a quelques jours à peine. A Chantal et Philippe, ses enfants, à ses amis et à ses proches, je veux adresser mes sincères condoléances au nom du Conseil municipal. Wattrelos a de nouveau perdu un grand serviteur qui lui a consacré avec efficacité une bonne partie de sa vie. Pour moi, il était plus encore : proche de mes parents, j’ai souvent dit de lui qu’il était mon « autre père ». Il m’a tellement donné : jamais je n’oublierai son étreinte émue lors des funérailles de son épouse. Jamais je ne l’oublierai ; Wattrelos, les habitants de Beaulieu et tant de gens modestes qu’il a aidés non plus.

 

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 07:24

logo anJ'avais déposé cet été une question écrite au ministre de l'intérieur concernant l'évolution des crédits budgétaires délégués, tant en fonctionnement qu'en investissement, dans la police nationale et dans la gendarmerie dans le département du Nord depuis 2007.


Je reçois aujourd'hui sa réponse dans le Journal Officiel ; pour la lire, cliquer ici.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 13:52

Apéro D. Senesael oct 2012

Nos voisins belges ont cette habitude extraordinaire que leurs élus, les bourgmestres, mais aussi plusieurs échevins (à tour de rôle ou ensemble) organisent leur apéro. Manifestation sympathique où l’on salue l’hôte, avant de prendre un verre à sa santé en écoutant les artistes qui se produisent ou la musique qui y est diffusée. Tout cela dans un joyeux brouhaha de dimanche matin, créé par le murmure cumulé de toutes celles et de tous ceux heureux de se retrouver là.

 

Alors ce midi, juste avant d’aller à Roubaix au déjeuner des DDEN (délégués départementaux de l’Education nationale), je passe à l’apéro de mon ami Daniel Senesael, le député-bourgmestre d’Estaimpuis.

 

Je vais le saluer avec quelques élus wattrelosiens et avec plaisir. D’abord parce que Daniel est bien sur un collègue, un voisin et que je tiens à la qualité des relations que les maires de nos deux villes - qui ont tant d’intérêts communs - se doivent d’entretenir.

 

Ensuite, parce que Daniel est un ami qui m’a toujours été fidèle et qui sait que la réciproque est vraie. Nos relations, nous les avons forgées à porter (j’étais alors très jeune maire) des revendications communes pour le désenclavement de nos territoires : lui comme moi, nous nous souvenons de cette manifestation de protestation et de notre interpellation du ministre wallon Michel Daerden devant les caméras ! Résultat, la route on l’a eue et on l’a inaugurée… avec le même ministre quelques années plus tard.

 

Daniel a son style, j’ai le mien, mais on aime tous deux se battre pour nos populations. En plus, même s’il est bosseur, profondément dévoué aux autres, il aime aussi l’humour et la bonne humeur. Et là aussi, nous nous retrouvons.

 

Alors, c’était bien une belle et bonne raison de venir saluer Daniel et lui adresser tout mon soutien et mes encouragements pour ses communales. Eh oui, dimanche prochain, en Belgique, on vote !

 

Bonne chance Daniel !

Apéro D. Senesael oct 2012 2 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 13:50

dbfantastic-0Déjà, une exposition au musée des arts et traditions populaires de Wattrelos, c’est sympathique, alors deux expositions, c’est fantastique ! Surtout lorsque les expos s’inscrivent dans le cadre de Fantastic Lille 3000.


La première, consacrée aux créatures fantastiques , présente les œuvres de l’Atelier des arts de Wattrelos, présidé par Claude Sauvage. Peintures, sculptures de 33 artistes ont toutes eu pour thème de dessiner, de laisser imaginer de tellesdbfantastic-2 créatures. Bien sûr, il y a des gargouilles, des anges, des sirènes, des fées, une licorne, un centaure ou des sorciers. Mais il y a aussi des réalisations extraordinaires (au sens propre) tel ce passe-muraille que je commente dans mon propos, qui trouve très philosophiquement sa place dans ce thème du fantastique. Car qu’est-ce donc que ce mythe de traverser les murs (qui n’a pas été marqué, dans son enfance par le formidable film interprété par Bourvil ?), pour sortir de sa vie, de sa condition (à l’image justement de Bourvil qui s’émancipe ainsi de sa tidbfantastic-1midité pour réussir à exprimer son amour !) et donc faire autre chose que ce que les règles établies nous intiment ­ de faire : c’est du dérogatoire aux principes, c’est donc du fantasque, du fantastique donc…


Le fantastique, c’est aussi le monde de l’imaginaire, de l’imagination, et du doux délire, du réglementaire souvent incorrect… à l’image de cet excès de vitesse peint par Martine, ou de ce grand ver (vert) dans le fruit, sculpture de Jean-Michel. Quant aux sorcières qui traversent le monde (cf. photo), elles résument à elles seules l’exposition.


 dbfantastic-3

Mais la première se complète d’une seconde, organisée in situ par le club des amis de Harry Potter de Lille (qui comporte des Wattrelosiens, ouf !), dont plusieurs membres sont présents (en tenue magique et avec leur baguette bienfaitrice !). Dans la salle de classe, les formules mathématiques magiques s’étalent au tableau noir, tandis qu’au-dessus des têtes se trouvent des balais volants monoplaces plus ou moins rutilants et confortablesdbfantastic-5 (le salon de l’auto des sorciers en quelque sorte !), et que dans les vitrines, on peut admirer une très belle collection des baguettes des sorciers des films d’H.P… Je le reconnais, je ne connais pas grand-chose de ce sorcier émérite à lunettes mais j’ai appris ce midi… en me prenant à rêver (un instant) qu’il me soit possible à coups de balais et / ou de baguette magique de faire disparaître les problèmes et celles et ceux qui les génèrent… Le monde serait alors fantastic !

dbfantastic-4.jpgdbfantastic-6.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 13:48

La-Guinguette-oct-2012.JPGLa Guinguette, c’est le comité des fêtes Fontenoy-Guiguette de Roubaix qui, comme chaque année, pour la 17e fois, organise une épreuve de marche : les 20 kilomètres, dans le quartier. Et comme à l’accoutumée, un peu avant 9 heures, je suis avec les organisateurs de la course, Alain Merlin et Louis Desroches, le président du club des marcheurs de Roubaix, avec la redoutable mission, dans ce petit matin, de tirer le coup de revolver du départ ! 18 coureurs ont répondu à l’appel, dont quelques jeunes du quartier qui ne réaliseront, eux, qu’un parcours de 2,1 km (ce qui est déjà pas mal pour une initiation à la course).


Toujours beaucoup de bonne humeur dans ce départ, ce qui réchauffe de la fraîcheur du petit matin, une ambiance rehaussée de l’arrivée de mon ami et complice roubaisien Henri Planckaert, adjoint aux animations de la ville de Roubaix.


La-Guinguette-oct-2012_2.JPG

Et l’après-midi, dans cette école Berthelot, se tiendra un concours de belote avec des habitants du quartier : la semaine prochaine, la compétition se déplacera au Fresnoy-Mackellerie, chez J.-C. Isebaert. Mais ce soir, vers 19 heures, je suis de retour pour féliciter les équipes et les vainqueurs ! Pardon, je devrais dire vainqueuses car la doublette qui finit première, ce sont deux femmes ! Elles sont fières et elles ont raison ; leur cri de joie à l’annonce du résultat fait bien plaisir… comme ce l’est, pour moi, de leur remettre leur cadeau (cf. photo).

 

Une petite tranche de vie dans ce quartier roubaisien. A la Guinguette, on y marche donc, et on y joue aussi !

La-Guinguette-oct-2012_3.JPG 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 14:08

allumoirs-db2012_1.jpgC’est une institution que ces lampions, avec une flamme toute naturelle ou plus souvent électrique (version lampe de poche) que nos enfants tiennent au bout d’un bâton pour se promener fièrement dans nos rues au son d’une musique entraînante et conjurer ainsi les mauvais esprits ! D’ailleurs à l’arrivée, ils le savent : il y aura des bonbons !


Alors ce soir, comme chaque année, je suis au rendez-vous des enfants… et de nos allumoirs ! Ils sont 11 cortèges cette fois à traverser leur quartier dès la nuit tombée, encadrés par les bénévoles des comités ou associations de quartier qui ont tous reçu les paquets de friandises à distribuer à la fin du trajet.


Après un passage rapide au Saint-Liévin et au Ballon pour voir que tout se met en place et que cela se regroupe tranquillement, je suis place Saint-Gérard, au Touquet, avec l’équipe du comité des fêtes… de mon ancien quartier. Ils ont choisi un thème à leur défilé : la cuisine. Ici, point de cuisine électorale bien sûr mais de très sympathiques petits mitrons ou cuistots en herbe ! Parents et enfants ont rivalisé d’imagination, de couleurs et d’objets plus ou moins transformés pour créer déguisements et lampions originaux ! Et franchement, il y a eu de superbes idées !allumoirs-db2012-3

 

Un petit peu moins d’une heure durant, le cortège se sera déroulé de la rue du Vieux-Bureau, des Piats, Rabelais, Anatole France, du Mont-à-Leux, derrière les majorettes qui « défilent au pas cadencé » (comme dit la chanson), avant d’arriver à la salle des associations, rue de Boulogne, où Laurence et son team les accueillent avec friandises et petits cadeaux. Sans oublier rafraîchissements, croques et sandwiches (au filet américain, comme d’hab' pour moi) pour les musiciens et (nombreux) accompagnateurs.

 

De la bonne humeur évidente, à laquelle je m’arrache juste avant le feu d’artifice (très réussi me dit-on) pour rejoindre un autre quartier, au Plouys. Là, ce n’est pas difficile à trouver : dès l’abord de la salle Ramon, on sent la bonne odeur des hamburgers de Michèle (je craque !) et le trombone d’Emile, toujours fidèles aux avant-postes de la fête dans leur quartier.

 

Les allumoirs, c’est mon fantastique à moi !

 

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 17:46

Beaucoup des dossiers sur lesquels je travaille avec mon équipe municipale sont structurants pour l’avenir de Wattrelos. Nous avons à l’esprit de grands chantiers et devons notamment :


- poursuivre le chantier de l’emploi (en 10 ans, la ville a changé mais il nous faut d’autres entreprises), pour les actifs mais aussi pour les jeunes afin qu’ils puissent trouver un emploi demain ;

- poursuivre la réhabilitation et la rénovation en profondeur de l’habitat et du logement en donnant un contenu à l’ANRU 2 (notamment pour la requalification du secteur Villas-Couteaux-Tilleul) ;

- améliorer le service public pour qu’il soit plus proche, plus humain, plus moderne ;

- améliorer nos équipements sportifs : après des efforts considérables pour nos écoles et l’enfance ces dernières années, le renforcement de nos équipements sportifs, et notamment la capacité que nous avons à accueillir des disciplines nouvelles en plein développement, sera une priorité forte du prochain mandat.

 

Ce qui se fera demain, se prépare dès aujourd’hui. Je l’ai dit à mon équipe et à mes directeurs généraux : pas question de ralentir le rythme, pas de faiblesse dans le mouvement.

 

Je parle de continuer à améliorer, de poursuivre. C’est que je vois plus loin que la fin de ce mandat : mon équipe, les militants socialistes de Wattrelos, les vrais, le savent : je serai candidat à nouveau en 2014 ! Quoi qu’il advienne, et à la tête d’une équipe de large rassemblement.

 

Je l’ai redit hier soir aux militants socialistes, nombreux (cf. photo), qui m’ont, eux, toujours soutenu et qui, clairement – je leur ai posé la question et la réponse fut unanime – veulent tous continuer à me soutenir, ainsi que mon équipe.

Reunion-Wattrelos-avenir-oct.-2012_2.JPGReunion-Wattrelos-avenir-oct.-2012.JPG

Les Wattrelosiens m’ont dit leur confiance comme jamais ils ne l’ont dit à leur maire : à 86 %, ils ont voulu que leur maire soit député. Ils ont le droit de savoir que leur maire est, et reste avant tout leur maire ! Parce que j’aime ma ville plus que tout. Parce que je veux lui être utile, être utile aux Wattrelosiens. En 2014, il faudra à nouveau compter avec moi, n’en déplaise à certains impatients ou à certains aigris, pour faire honneur aux socialistes dont je porte les idéaux et les couleurs à l’Assemblée nationale, et à Wattrelos !

 

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 16:50

db4-rentreeFort classiquement, après avoir évoqué les principaux dossiers parlementaires, dans ma rencontre avec la presse, un point est fait sur les principaux dossiers municipaux, car je me veux être un maire qui continue de faire avancer les grands dossiers locaux et qui prépare l’avenir.


A cet égard, il ne fait pas de doute que l’été a été profitable à la Ville :


  • l’avenant à la convention ANRU de Beaulieu, ça a été signé en septembre ! Il aura demandé bien des négociations auprès de bien des partenaires, je n’ai pas ménagé mes efforts mais le résultat est là. Cette signature nous permettra de terminer la rénovation du quartier, notamment celle de ses écoles ;
  • l’aménagement de la zone Lainière est vraiment lancé : le choix de l’aménageur est arrêté. S’ouvre à présent une nouvelle phase d’un an de concertation (pas le choix, c’est la loi !) pour le schéma d’aménagement retenu, lequel mixera entreprises (70 %) et habitat (30 %) en bordure. J’espère que le vote en Communauté urbaine pourra intervenir mi-2013. En ce qui me concerne, je me réjouis que le bâtiment de la filature ne soit pas encore condamné par le projet choisi : je forme le vœu qu’il soit conservé…  et qu’une utilité lui soit trouvée. Une bonne nouvelle toutefois : que l’idée d’un lieu de mémoire sur le textile dans le site paraisse acquise, fût-ce dans un autre bâtiment que celui-là.
  • la rénovation de l’école Brossolette, c’est terminé !
  • les chantiers de voirie (cf. Habitat-Travail dont nous inaugurerons bientôt le tronçon Martinoire), ça avance, et vite !
  • pour la zone de sécurité prioritaire, j’ai porté le nom de Wattrelos dans le bureau même du ministre de l’intérieur, Manuel Valls !
  • le collège Néruda, c’est fait ! Le président du Conseil général m’a officialisé son accord (cf. article du 3 octobre).

 

Si les dossiers avancent, il faut aussi songer à préparer les investissements d’ici la fin du mandat. A ce sujet, la Ville connaît une situation financière bien consolidée. Heureusement, parce que, comme je l’avais prévu, ça va tanguer dans beaucoup de villes ! Nous, nous avions pris nos précautions : j’ai fait accélérer les investissements durant la période 2008-2011 (crèches de Beaulieu et du Sapin vert, espace Maurice-Titran, bibliothèque de Beaulieu, maternelle Michelet, rénovation de Brossolette) avant que les banques ne ferment les robinets des crédits aux collectivités locales. Tout s’est malheureusement passé dans le système bancaire comme je l’avais prévu. Wattrelos est passée avant les autres, tant mieux pour elle ! Elle a su, elle, financer ses investissements : 70 à 75 % de nos engagements électoraux ont d’ores et déjà été tenus. D’ici 2014, nous avons encore cependant de nouveaux équipements à réaliser : agrandissement de la maternelle Curie, réhabilitation de Camus, petits équipements sportifs comme au Touquet ou de jeux de proximité…

 

Autre actualité pour moi : l’hôpital de Wattrelos ! L’équilibre de ses comptes nous permet d’envisager la reconstruction de Saphir (sans doute de manière progressive, par tranches). Mais ma préoccupation du moment est de consolider le service des urgences qui enregistre 14 000 entrées annuelles, et qui est encore trop souvent ignoré par les pompiers et les ambulanciers : je vais d’ailleurs leur écrire que les urgences de Wattrelos peuvent prendre en charge une très grande majorité de cas, et qu’ils ne doivent pas systématiquement  conduire leurs patients à Roubaix ou à Tourcoing ! Il y va, à terme, de la survie des urgences de notre hôpital et aussi du contenu du centre hospitalier, donc de son avenir !

 

Partager cet article
Repost0