Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 14:47

Mauroy1.jpgPierre Mauroy s’en est allé. Je viens d’apprendre cette terrible nouvelle. Je suis secoué, abasourdi, tellement malheureux. J’ai tellement d’admiration, de respect et d’affection pour lui. Je suis terriblement triste.

 

Bien qu’étant très proche de lui, je ne l’ai jamais tutoyé, tant pour moi il était grand ! Grand par l’action, par le courage, par la sincérité, par son cœur, par sa mobilisation hors du commun. Il était pour moi LA référence absolue, le phare, celui qui disait et que je suivais, fidèlement, parce que je savais que c’était, que ce serait le bon chemin. Il était visionnaire, il aimait imaginer l’avenir, qu’il dessinait de ses longues mains : quel plaisir c’était alors de l’écouter parler de ses projets, de ce qu’il voulait faire, évoquer le futur de son Lille, de sa Communauté urbaine de Lille, de chacune de nos villes, de son Nord dont il était l’emblématique et incontestable éminente figure internationalement reconnue !

 

Avec-P-Mauroy.jpgOrateur hors du commun, comme tant de militants je l’écoutais avec ferveur et émotion : de sa haute voix, forte et vibrante, il emportait l’enthousiasme des foules, comme d’autres soulevaient des montagnes. Dans des discours pétris d’humanisme et de sincérité, il parlait d’histoire et du socialisme comme personne. Homme du Nord, il a incarné le Nord et le socialisme mieux que quiconque ! Pour moi, il était le Nord. Il était le socialisme que j’aime : fidèle à ses racines ouvrières et fier de l’être, proche des gens, aimant la convivialité et la proximité, soucieux des plus modestes et avec la constante obsession de la justice sociale.

 

Il a été mon vrai père en politique. Il m’a tant appris, tant épaulé de ses conseils, de son amitié. Il m’a toujours été fidèle : je ne lui ai jamais manqué !

 

On a pu dire de moi, comme bien d’autres, que j’ai été un des bébés Mauroy en politique. Pour souriante qu’elle fut, cette appellation est, pour moi, un honneur.

 

Quel bonheur ce fut, jeune socialiste, de suivre ses meetings, d’écouter ses discours ; je l’admirais. Quelle fierté ce fut pour moi d’être à son cabinet de Premier secrétaire à Solférino dans le milieu des années 80, et qu’il aille spontanément proposer mon nom à Edith Cresson, Premier ministre pour que je rejoigne son cabinet à Matignon. Quel honneur ce fut quand, bien des années plus tard, il m’appela en juin 1997 pour me féliciter d’être député, quand en 2001 je devins son vice-président au budget à la Communauté urbaine. Quel plaisir nous eûmes si souvent de travailler ensemble, parce que nous avions la même passion, celle de l’intérêt collectif, et d’une Gauche réaliste, gestionnaire et humaniste. Nous avons toujours été en confiance et en amitié : jamais, jamais cette affection et cette complicité mutuelles n’ont faibli.

 

Il y a plus de dix ans maintenant, Pierre Mauroy remit, dans son bureau, à mon père l’ordre national du Mérite : ils avaient le même âge, et voir réunis ensemble pour un moment de fraternité républicaine les deux hommes qui, à n’en pas douter, resteront à jamais comme ceux qui auront le plus compté dans ma vie, aura été un moment humainement fort, très fort, que je n’oublierai jamais.

 

Son œuvre de Premier ministre de l’Union de la Gauche, ses grandes lois, ses grandes réformes, sa tâche pour le socialisme, en France et à l’international, ses grands combats humanistes, sa transformation de Lille et de la Communauté urbaine, sont dans l’Histoire et nous saurons nous en souvenir.

 

La France perd un grand homme d’Etat. Le socialisme perd un de ses plus grands camarades, un de ceux qui ont porté et mérité le plus noblement ce beau mot ! C’était un grand Monsieur. Il était un Géant. Un homme de valeurs, un vrai ! Notre fierté, à nous gens du Nord ! Il a aimé Wattrelos, je le sais ô combien, et ici, nous l’aimions aussi énormément. J’adresse en mon nom, et au nom de tout le Conseil municipal, à son épouse Gilberte et à sa famille nos condoléances très compatissantes et les plus attristées.

 

Pour visionner mon témoignage sur Wéo, cliquez ici.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Chantal Bonanno (Sory) 08/06/2013 15:03


C'était un très grand homme et l'hommage que tu lui as rendu est magnifique. J'ai beaucoup pensé à papa qui l'admirais beaucoup.Malheureusement des gens comme çà n'existe plus et c'est une grande
perte pour le socialisme.

MACREZ Daniel 08/06/2013 11:03


Bonjour Mr le Maire


Ce samedi 8/06/2013 a 11Heure je m'étonne que le drapeau FRANCAIS devant la Mairie n'est pas en BERNE a la suite du décés de Monsieur Pierre MAUROY.


Lui qui a tant fait pour les OUVRIERS. (Wattrelos ville ouvriére)


Derniérement 4 incendiaires (qu'on le veuille ou pas)ont eu droit au honneur pendant environ une semaine !


"Est  cela VOS valeurs de gauche"


En espérant que mon commentaire paraitra !

Dominique Baert 12/06/2013 09:45



Oui, j'ai effectivement demandé à ce que les drapeaux soient en berne pendant une semaine.