Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 10:36

Cette fois ça y est, c'est la rentrée officielle.


Ce matin, séance longue - mais malheureusement indispensable - du groupe socialiste à l'Assemblée, présidé par Bruno Le Roux, en présence de Claude Bartolone, pour déterminer le choix de la stratégie dans le partage des responsabilités et postes (présidences de commissions, bureau de l'Assemblée…) à l'intérieur du groupe et avec les partenaires. Confirmation m'est donnée : je réintègre la commission des finances. Hémicycle juin 2012

 

La séance d'installation de l'Assemblée est, comme à l'accoutumée, cet après-midi présidée par le doyen d'âge, François Scellier, 76 ans (ancien maire de Saint-Gratien, ancien président du Conseil général), député du Val d'Oise. Avec humour, il commence par saluer sa maman… qui vient d'avoir 100 ans (histoire de souligner qu'il pourrait encore être le doyen d'âge au prochain mandat ?).

 

Dans son discours, consensuel et très teinté d'émotion, F. Scellier a rappelé que « le député de la circonscription est aussi celui de la nation ». Pointant que « le temps des débats électoraux est désormais achevé », il énonce que « nous sommes sur le seuil d'une nouvelle mandature. L'Assemblée nationale est l'épicentre de notre démocratie. Nous devons être les capteurs des battements du monde.

 

Faisons de notre assemblée législative une patrie intellectuelle, où l'intérêt général structure notre action. » Et de conseiller aux députés de cette législature : « Soyons des éveilleurs de conscience. Dans ces temps difficiles, nous devons veiller à conserver le bon sens comme boussole, et le bien commun comme horizon ». Son dernier conseil n'est pas le moindre : « Ecrivons une loi solide qui, pour être efficace, doit être débarrassée des boursouflures technocratiques et des chimères à la mode. »

 

Ensuite, à l'appel de son nom, chaque député va voter en haut de la tribune pour l'un des deux candidats : Claude Bartolone (PS) ou Bernard Accoyer (UMP).

 

Résultat (proclamé à 17 heures) : exprimés 485 ; Bartolone 298 voix ; Accoyer 185 voix. Election de Claude Bartolone (ph. AFP)

 

Les applaudissements crépitent, nous nous levons (ph. AFP ci-contre) : Barto, le fils de prolétaire, comme il se définit lui-même, est président ! Par la grâce de l'alphabet, je n'ai pas à aller trop loin pour le féliciter ! Il est juste derrière moi !


Poignee-mains-Bartolone.jpg

 

 

 

 

 

Ses premiers mots : « Du fond du cœur, merci ! ». Avant de rappeler, dans un discours de belle tenue sur l'égalité, la fraternité (« pas pour se ressembler mais pour se rassembler ») et la laïcité, que « les ors des palais se ternissent toujours plus vite que les valeurs de la République », et que « chacun d'entre vous siége ici par la volonté du peuple ».


Et de conclure, par un vœu : que cette assemblée fasse progresser « le goût de la loi, l'amour de la démocratie et la foi républicaine »…

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C

felicitation a mr bartelone .mr baert je vous souhaite un bon courage pour toutes ces assemblees a venir bien cordialement
Répondre