Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 16:42

L’école fleure bon la nouveauté : l’inauguration officielle n’a même pas encore eu  lieu (ça ne saurait tarder…). Mais son nom est le symbole même de l’école républicaine : Jules Ferry, c’est cette école que j’ai choisie pour participer cette année au Parlement des Enfants (16e édition).

 

Ce matin, c’est la réunion-discussion avec toute la classe : je suis au tableau avec une craie pour expliquer, détailler ce qu’est un député, le vote de la loi ou le fonctionnement de l’Assemblée ; ça va durer presque deux heures... que je n’ai pas vues passer !

 

Après avoir fait connaissance avec ma députée junior (Yasmine) et sa suppléante (Flora), j’ai donc essayé d’expliquer ce qu’était la politique (étymologiquement : la gestion de la vie de la cité), à quoi sert un parti politique ou encore pourquoi « la Gauche est à gauche » dans l’hémicycle, quel est le parcours de la loi, et surtout quelles sont les fonctions (législateur, contrôleur du gouvernement, représentant des habitants) d’un député aujourd’hui. Cela a permis de préparer l’intervention à plusieurs voix – très bien construite – des enfants pour qu’ils m’exposent leur proposition de loi (cf. article ci-dessous), sur laquelle nous engageons un débat sur la vie quotidienne des personnes handicapées. J’aime la sensibilité et la prise de conscience de ces enfants par rapport à ces sujets : vraiment, bravo à eux !

 

Puis nous sommes passés à la séance de questions/réponses, un moment que j'adore… mais qu’en même temps, vous n’allez pas me croire, je redoute un peu !

 

Les doigts se lèvent et la première question tombe : « Etes-vous mécontent si d’autres députés ne partagent pas le même avis que vous ? ». Je leur réponds que le désaccord est constructif, que cela fait partie de la démocratie et qu’il ne faut pas s’en offusquer, bien au contraire… mais qu’il est vrai que j’ai été, à plusieurs occasions, suite au vote ou au rejet de certaines dispositions de lois, bien désabusé, et déçu que certains idéaux de justice sociale refusent d’être incarnés. J’ai été ainsi très, très mécontenté par le refus de la Majorité et du Gouvernement de renoncer à soumettre à l’impôt les indemnités des accidentés du travail… C’était pourtant à la fin de l’année 2009 ! Je n’ai toujours pas décoléré, tellement leur décision m’a paru choquante.

 

blog - député et classePuis on  m’interroge sur mon parcours scolaire, mon entrée en politique, sur la gestion de mon emploi du temps de député-maire… ou encore si j’aimerais être élu dans d’autres fonctions (pour avoir la réponse, il fallait y être !)

 

Le coordinateur des classes citoyennes de l’Education nationale, Hervé Beugniez, m’interroge ensuite sur les questions que pose l’abstention aux scrutin : je suis le premier à la regretter, et c’est une des raisons d’ailleurs pour laquelle je suis très enclin à participer à ce type de rencontres citoyennes avec les enfants, dans les écoles, notamment pour expliquer le vie démocratique et la décision publique, parce qu’il ne faut pas hésiter à l’expliquer, pour qu’elles soient comprises, et que les citoyens – à commencer par les jeunes –  comprennent l’utilité d’aller voter … Mais il faut malheureusement reconnaître qu’il y a aujourd’hui en France, et au sein de la classe politique, des « cancres » qui n’aident pas à enrayer la désaffection croissante des Français face à la chose politique : il y a des comportements d’élus qui ne sont pas exemplaires, ni acceptables, des hommes politiques qui confondent leur intérêt personnel et l’intérêt public, se servent de leur fonction plutôt qu’ils ne servent les autres, qui cèdent à l’argent facile et à certaines amitiés : ils contribuent à susciter le dégoût de la population, et provoquent nécessairement une absence d’envie d’aller aux urnes !  Et la crise, les souffrances sociales qu’elle provoque, accentuent encore ce rejet ! Alors que faire ? Dénoncer ce qui doit être l’être, et ceux qui doivent l’être ! Et surtout convaincre la population qu’il y a des élus dont l’éthique est irréprochable et qui, par leur action, travaillent ardemment à améliorer ou à veiller à leur vie quotidienne.  D’ailleurs quand les habitants perçoivent cela – les scrutins régionaux le soulignent à nouveau (cf. Beaulieu) – les votes extrêmes reculent et la participation électorale se porte mieux. 

 

Les enfants le comprennent bien ; l’un de mes élèves d’un jour me questionne : alors, la politique c’est « changer la vie » ? Quand bien même, ils ne retiendraient que cela de mon passage, ce serait tant mieux !

 

Cédric Meurisse, l’inspecteur, a judicieusement clos cette rencontre en évoquant les notions de bien public et d’intérêt général, au cœur des missions du député ; ce à quoi j’ajoute qu’en effet, le député doit savoir concilier le travail qu’il fait – en réponse aux nombreuses, très nombreuses, sollicitations individuelles qu’il reçoit – pour aider les démarches personnelles de ses administrés, avec l’intérêt collectif., qu’il a pour mission de porter dans sa fonction nationale de législateur.

 

Deux heures donc de bon travail ensemble – ponctuées de rires et de sourires, car je ne conçois pas ça autrement que dans la bonne humeur - à la fin desquelles nous avons tous posé devant l’objectif pour immortaliser notre rencontre. Merci à vous tous, j’ai passé un très bon moment en votre compagnie... 

 blog - classe et equipe 1 avril 2010

 

  … et rendez-vous le 28 mai au Palais Bourbon !

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M'Heidi 03/04/2010 16:22



J'ai grandement confiance en ma nièce, Yasmine! Elle fera de son mieux!