Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 15:49

Aujourd’hui, je suis interviewé par le journal d’EdF. Voici le contenu de cet entretien à paraître prochainement :

 

Question : Quels sont les priorités de la Ville de Wattrelos en matière de développement durable et de maîtrise de la demande d'énergie sur son patrimoine et vers le public ? Quelles sont vos attentes vis-à-vis d'EdF ?

 

Dominique Baert : « Lors de la mise en place de l’équipe municipale, le 1er Adjoint a eu pour délégation le développement économique et le développement durable : c’est en soi tout un symbole du projet d’avenir que veut porter la Municipalité et de l’intégration du développement durable dans l’action municipale. Elle vise ainsi à l’optimisation des nouvelles constructions afin de limiter les dépenses énergétiques (programme de renouvellement urbain à Beaulieu, école Michelet, Cité des Sports ; à l’avenir : renouvellement du centre-ville et du quartier des Villas sur le principe des écoquartiers dans le cadre de la charte LMCU). Nous menons aussi des actions de sensibilisation du public (intervention dans les écoles, bennes vertes, actions ponctuelles de sensibilisation : biodiversité, fauchage tardif = gestion différenciée ; acquisition d’une désherbeuse à vapeur ; véhicules électriques, utilisation de biocarburants = huile végétale usagée recyclée (en cours de test) ; formation des personnels à l’écoconduite ; participation à la fête de la Science sur les techniques au service du développement durable). Nous allons aussi travailler à la mise en place d’un agenda 21, et à l’adoption d’une charte de la construction à Wattrelos (pour habitat et entreprises). Vis à vis d’EdF, notre opérateur, nous attendons surtout une aide logistique et / ou financière pour accompagner certains de ces projets, mais pourquoi pas aussi pour développer des solutions alternatives telles que l’implantation d’une centrale de production photovoltaïque sur un ancien site industriel pollué (PCUK) avec la ville et / ou LMCU. »

 

Q. : Wattrelos et plus largement LMCU ont un habitat ancien important souvent dégradé. Quelle est votre politique en matière de rénovation urbaine de l'habitat ?

 

D.B. : « Au-delà du PRU qui concerne l’ancienne Zup de Beaulieu, nous soutenons les travaux dans notre habitat ancien, et sommes ainsi dans le périmètre porté par LMCU pour le PNRQAD. C’est là à mon avis que se situe la plus intelligente des actions de développement durable. La rénovation de l’habitat ancien dans lequel se trouvent les familles les plus en difficulté permet non seulement d’améliorer le confort de vie de ces familles (habitat mieux chauffé, moins humide, moins de maladies chroniques) ainsi que leur condition financière puisque les charges liées au chauffage sont fortement réduites. Ainsi, il faudrait favoriser la pose d’isolants dans les combles et la réfection des toitures anciennes (limitation des infiltration d’eau), la pose de doubles-fenêtres (meilleur confort sonore en outre). Malheureusement, le PNRQAD ne porte que sur un seul quartier (Crétinier). Au vu des besoins des autres quartiers, la Ville mène une réflexion sur la réorientation de ses aides (pour l’heure, l’intervention municipale se fait surtout sur les façades) dans cette direction. Tout appui externe serait évidemment le bienvenu… »

 

Q. : Le Grenelle 2 est en discussion. Quels moyens financiers en attendez-vous pour une application locale ?

 

D.B. : « Honnêtement, au vu du texte voté et des contraintes budgétaires de l’Etat, je crains de devoir répondre : pas grand chose… Pourtant, l’économie d’énergie est non seulement un enjeu pour la planète, il l’est aussi pour le pouvoir d’achat, et donc la consommation des ménages. La croissance verte est un projet d’avenir. Et elle se construira d’autant plus qu’on aidera ceux qui ont le moins (ménages, collectivités) à faire des économies, pour aujourd’hui et pour demain. Voilà pourquoi il me paraît urgent que les pouvoirs publics priorisent des moyens vers les communes les moins favorisées pour les aider à développer les approches de développement durable en venant à leur aide. Trop souvent, seules les communes riches peuvent s’engager dans de telles démarches parce qu’elles possèdent les ressources pour le faire. Wattrelos a de grands besoins en matière de renouvellement énergétique de son parc immobilier : écoles, salles de sport, équipements associatifs et culturels, services publics, éclairage public, etc. (isolation, réduction de ses consommations électriques, de gaz et d’eau par une optimisation de ses équipements,…). Mais avec des dotations d’Etat et des ressources qui baissent chaque année depuis 2007, difficile d’être ambitieux, même si on est volontaire ! »

 

Q. : Le développement durable et la lutte contre les gaz à effet de serre sont une priorité. Quel levier financier pourrait s'insérer dans cette politique ?

 

D.B. : « En tout cas, pas la fameuse taxe carbone du Gouvernement morte-née ! La politique fiscale peut certainement contribuer à lutter contre la production des gaz à effet de serre mais elle doit être équitable. Il faut continuer à lutter contre le gaspillage qui existe chez les particuliers et dans les administrations ou entreprises. Pourquoi ne pas définir une norme (basée sur une moyenne) de ce que peut être la consommation électrique, de gaz ou d’eau pour les familles, les administrations, les entreprises (selon la taille de la famille, le type d’habitat, le type et la taille de l’administration ou de l’entreprise) ? Jusqu’à ce niveau moyen de consommation à l’année, le tarif de l’énergie ou de l’eau serait plus intéressant. Au delà, le prix serait régulièrement augmenté selon des paliers qu’il faudrait définir (de plus en plus élevé à chaque palier). Bien sûr,  seule la tranche dépassant le palier serait soumise au tarif supérieur ! Je pense que cela constituerait un bon moyen de faire prendre conscience qu’il est nécessaire d’économiser l’énergie, sans que les plus modestes ou ceux qui en consomment le moins en soient privés (ou rationnés) de ce bien fondamental. Lutter contre l’effet de serre, c’est d’abord combattre les gaspillages, ce n’est pas rationner l’accès à l’énergie du plus grand nombre. »

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires