Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 07:58

1-jmbCe midi, c’est comme député de Wasquehal que j’accueille le secrétaire d’Etat à la justice, Jean-Marie Bockel, au Gîte, ce restaurant wasquehalien tenu par une association qui forme des jeunes en rupture scolaire aux métiers de l’hôtellerie et de la restauration.

 

C’est avec intérêt que le ministre visite la structure (qui fêtera ses 60 ans en 2011 !), posant des questions aux encadrants mais aussi aux jeunes qui le reçoivent aujourd’hui… avant d’aller prendre son repas au restaurant bien sûr ! Au menu : flamiche au maroilles, carbonades-frites et mousse au spéculos : bravo les jeunes pour la préparation et le service !

Mais pour l’heure, Jean-Marie Bockel répond  aux questions des journalistes en insistant notamment sur la nécessité de la prévention chez les jeunes en rupture avec la société – je ne peux que souscrire à cette analyse car chaque détresse est particulière, et les réponses doivent être humaines et partenariales. Comme le dit le directeur de l’association, évidemment à nos côtés ce matin : « On construit un adolescent entre l’amour et la loi ».

 

Jean-Marie Bockel aborde d’ailleurs davantage le sujet comme élu local (il était encore maire de Mulhouse… il y a dix jours) confronté aux incivilités, aux actes de délinquance, comme moi et tous les autres maires de France. Il annonce d’ailleurs dans son point presse, qu’à l’automne, probablement, se tiendront des Assises de la prévention afin de confronter les diagnostics de tous les acteurs dans le pays, d’améliorer les réponses et de trouver les moyens pour le faire.

 2-jmb

De fait, la société évolue constamment et les réponses doivent suivre cette évolution. A Wattrelos par exemple, s’est ouvert en 1994 un centre discret du Gîte pour adolescentes en rupture ; les éducateurs le soulignent : on constate depuis quelques temps chez les jeunes filles une certaine montée de la violence. De fait, elles sont confrontées à une obligation de masculiniser leur comportement pour résister elles-mêmes à la violence physique ou verbale qu’elles subissent. Ce phénomène n’est pas mineur.

 

Ceci dit, le ministre n’a rien à annoncer : ni  projet de loi (il estime qu’il y en a assez, et sur ce point, il n’a pas tort) ; ni moyens nouveaux (et là-dessus, c’est décevant quand on sait les manques criants de moyens de sécurité, notamment avec la réduction des effectifs de police). Pour autant à défaut de partager la thérapie, avec Jean-Marie, nous partageons le même diagnostic : en matière de prévention, c’est sur de l’accompagnement individuel qu’il faut s’appuyer (clin d’œil au Conseil général qui se mobilise à travers les clubs de prévention !), ainsi que sur des partenariats (et je lui rappelle combien, dans l’agglomération, ont été signés de contrats locaux de sécurité et de prévention de la délinquance).

 3-jmb

D’ailleurs, pendant le déjeuner, sur ce sujet, je lui évoque l’engagement – non respecté par l’Etat depuis – d’une Maison de la justice et du droit à Wattrelos, engagement pris par la garde des Sceaux, à l’époque, Marylise Lebranchu en décembre 2001. En 2002, changement de majorité, les MJD ne sont plus à la mode ! Je me suis battu, et avec le soutien des autorités judiciaires, Wattrelos a pu doter sa population d’un Point d’accès au droit… qui fonctionne ! Ne serait-il pas temps que ce PAD soit effectivement labellisé et transformé en Maison de la justice et du droit ? Au vu des services rendus, ce ne serait que… justice !

 

Ni le ministre, ni le procureur général de la Cour d’appel de Douai à qui j’en parle n’y sont réticents. Réponse bientôt…

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires