Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 20:13

8mai-2010-2.jpgEn ce 8 mai 2010, la France célèbre le 70e anniversaire de 1940 et se souvient de tous ces combattants qui, au printemps 1940, tentèrent d'enrayer autant qu'il fut possible l'avancée des armées allemandes. Ces soldats n'ont pas démérité, et dans notre mémoire collective, souvenons-nous de la force de leur engagement.

 

En ce 8 mai, nous célébrons aussi le 65e anniversaire de ce jour de 1945 où, à Wattrelos comme dans toute la France, les cloches annonçaient la fin de la guerre.

 8mai-2010-1.jpg

C'est le thème bien sûr du discours que je prononce ce matin au cimetière du Centre, après avoir déposé une gerbe au monument aux morts du cimetière du Crétinier.

 

Le 8 mai – veille du 9 mai, journée de l'Europe – est toujours l'occasion de plaider la paix à l'instar d'Albert Camus qui écrivit que « le seul combat qu'il vaille encore la peine de mener, c'est la paix ».

 

Pourtant, celle-ci est plus fragile qu'on ne le croit, même si ma génération a appris à vivre avec elle comme elle respire normalement ! Nombre de forces, dans le monde, mais aussi dans bien des pays européens, y compris chez nous, sont encore en œuvre qui créent les conditions de tensions ou d'affrontements :

 

-         les inégalités de richesses, de par le monde, entre le Sud et le Nord, bien sûr, mais pas seulement. Ces richesses ne sont plus que celles du sous-sol, ce sont aussi les ressources en alimentation ou en eau, et bien des conflits y puisent leur origine ;

 

-         le racisme, la xénophobie, la haine de l'autre, dûment attisés par des nationalismes qui prospèrent sur des slogans d'exclusion. En Europe orientale même, ils ressurgissent, ou encore juste à côté d'ici, en Flandre Belge, et la crise réaccentue leur vigueur. Attention, danger !

 

-         enfin, plus près de nous encore, la remise en cause de notre modèle de société européen. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, il a été fondé sur deux piliers. La démocratie, avec l'extension des libertés individuelles, la protection des droits des citoyens, le développement des droits de l'Homme... c'est-à-dire un modèle fondamentalement humaniste. Le second pilier, c'est le social, avec l'Etat - providence, les services publics, la fiscalité redistributive, qui est un modèle pas seulement égalitaire, mais un modèle de solidarité. Et de ce point de vue, depuis plus de soixante ans, entre Droite et Gauche dans les pays d'Europe, ce compromis idéologique a survécu. Or, là est bien le cœur de mes craintes : c'est qu'à l'heure actuelle, ce compromis ne soit bel et bien en train de voler en éclats, sous la poussée d'une offensive idéologique libérale puissante, avec des propensions à une double rupture, antihumaniste (cf. débat sur l'identité nationale) et inégalitaire (cf. politique fiscale cyniquement injuste) qui peut conduire à une résurgence des affrontements entre catégories sociales, entre citoyens, et entre communautés. Là aussi, la vigilance doit demeurer.

 

Avant de procéder aux remises de décorations, c'est à tout cela que je pense ce matin en montant à la tribune pour prononcer quelques mots. Pour lire mon discours,

8 mai 2010 cliquez ici.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires