Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 15:19

Aux questions d’actualité des mardi et mercredi après-midi, où questions et réponses, souvent plus politiques que techniques, ne durent que deux minutes, je préfère les questions orales sans débat des mardi et jeudi matins (hors période budgétaire) où les sujets sont transmis quelques jours avant aux ministres, ce qui permet d’obtenir une réponse gouvernementale plus complète.

 

Voilà pourquoi, deux jours après la manifestation des salariés de La Redoute à Lille, j’ai interrogé ce jeudi matin le Gouvernement. Ayant rappelé les raisons de la cession par Pinault, et le désastre social que représentent les 1 178 suppressions d’emplois annoncées par les repreneurs, mes questions portaient évidemment sur les conditions économiques du projet industriel de reprise et sur les problématiques sociales, auxquelles je sais le Gouvernement attentif.

 

Si ma question s’adressait à Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, celui-ci étant retenu ce matin par la gestion délicate du dossier Mory-Ducros, c’est sa collègue de Bercy, Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des PME, de l’innovation et de l’économie numérique qui me répond au nom du Gouvernement.

 

Soulignant que « le Gouvernement est convaincu que La Redoute dispose encore d’un vrai potentiel et d’un avenir », la ministre estime que celui-ci « ne doit pas être fragilisé par une restructuration trop brutale, non concertée, qui réduirait la capacité de rebond de la société ».

 

Le Gouvernement « veut aider et accompagner La Redoute dans cette réorganisation pour en limiter les conséquences sociales et le nombre de départs contraints », et souligne avoir « demandé aux actionnaires et aux repreneurs » :

  • « de réduire au maximum le nombre de personnes obligées de subir la perte de leur emploi » ;
  • « de mettre sur la table les sommes nécessaires pour payer les préretraites, pour permettre le départ volontaire au lieu du licenciement contraint ».

 

Cela va dans le sens de ce que nous, élus locaux comme salariés, demandons, et j’en prends note. Mais comme je le rappelais à la ministre, si le temps présent est un temps syndical, celui de la négociation des organisations syndicales avec les repreneurs, la vigilance politique demeure.

 

Pour lire ma question, cliquez ici.

 

Pour lire la réponse de la ministre, Fleur Pellerin, cliquez ici.


 

Partager cet article
Repost0

commentaires

JP DELANNOY 31/01/2014 22:45


Ton intervention sur l'avenir de LA REDOUTE,et de ses salariés Dominique, était pertinente et est le témoignage de ton soutien indéfectible au maintien de l'activité sur WATTRELOS et de l'emploi.


Malheureusement, sur ROUBAIX/TOURCOING/WATTRELOS, nous vivons un  vértitable cataclysme depuis plus de 30ans avec la dispariton degrandes entreprises comme LA LAINIERE ou le PEIGNAGE
A.PROUVOST, etc...etc...


Il faut espérer qu'avec les mesures prises par le Gouvernement, des TPE/PME pourront s'installer sur le secteur mais on sait bien que ce changement d'état du monde comme du capitalisme et ses
conséquences terribles pour le monde du travail ne peut se traiter, par bien des aspects qu'au niveau européen, ce que trop  de citoyens ignorent, d'où l'importance d'une campagne de
caractère pédagogique dans la perspective des élections europénnes dont les résultats seront déterminants sur l'orientation de l'Europe dans les 4 prochaines années, et donc, sur le sort de
l'avenir de la FRANCE dans l'avenir, soit dans un sens hyperlibéral, soit dans un sens plus favorable au développment économique, donc à l'emploi, donc au retour d'un certain progrès soical..


Bien Amicalement,


Jean-Pierre