Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 15:05

Meeting-FH-Lille_7.jpg

C'est à Lille Grand Palais que l’avant-dernier meeting d’avant 1er tour de François Hollande se tient, sous une nuée de drapeaux et en compagnie de milliers de sympathisants (notamment de Wattrelos, conduits par Jean-Marc Bouchez, premier secrétaire -ph. ci-contre) qui portent l’enthousiasme de la campagne. Meeting-FH-Lille_3.jpg

Sont là aussi : P. Moscovici, J.-M. Ayrault, M. Sapin, F. Rebsamen, A. Montebourg, M. Valls, L. Jospin, L. Fabius, J.-M. Baylet, H. Désir, C. Tasca, R. Hue, tant d’autres aussi, et Elio di Rupo, Premier ministre belge (j’ai bien fait de mettre une cravate rouge qui ne dénote pas avec son nœud pap' !). Des artistes également (Sam Kerman, Fanny Cottençon... cf.photo), Pierre Bergé, des humoristes (Gérald Dahan, juste derrière moi... cf. photo). Et surtout tous les députés du Nord et du Pas-de-Calais avec qui je me trouve, notamment Michel Delebarre et Jack Lang.

Meeting-FH-Lille_5.jpgMeeting-FH-Lille_2.jpgMeeting-FH-Lille_4.jpg

En accueillant François Hollande, Martine Aubry lui dit « combien ton engagement, ta force tranquille, ta dignité, nous rendent tous fiers d’être socialistes, et aujourd’hui fiers et heureux d’être à tes côtés. On a besoin de toi, François, à la tête de la République française. Tu es le drapeau du peuple de France ».

François, lui, d’entrée, a salué le Nord (« là où le socialisme s’est mis en marche »), Pierre Mauroy « le 1er ministre du changement », et Martine « 1ère secrétaire du PS », un PS sans qui « il n’y a pas de changement possible en France ». Et de souligner qu’il « n’y a pas deux gauches : il y a une gauche qui veut gagner et rassembler les Français. Le courage, je l’aurai jusqu’au bout pour vous mener à la victoire. Mais j’ai besoin d’une levée en masse dès le 1er tour ! ».

Nous ferons le changement par le travail, l’emploi.

C’est la Gauche qui doit promouvoir le travail. Nous n’acceptons pas la pauvreté et la misère. « La France n’en est pas débarrassée : eh bien, c’est notre combat  ! ». Le combat de 2012, c’est de rétablir la retraite à 60 ans pour ceux dont le travail est pénible ; de lutter contre le travail précaire, contre ce travail qui n’est pas de l’emploi ; de lutter contre la souffrance au travail, contre les discriminations à l’embauche ; c’est de rémunérer le travail à son prix ; de lutter pour l’égalité professionnelle des femmes et des hommes ; de rendre au dialogue social toute sa place, toute sa légitimité ; c’est de permettre à des salariés d’être élus dans des conseils d’administration…

Nous ferons le changement par l’industrie.

« Nous avons la mission de permettre à la génération qui arrive de vivre mieux. Nous avons la mission de redresser la France, la production, l’industrie… Moi, je ne veux pas d’une France sans usines, et des usines sans ouvriers. Je ne veux pas d’une France dépendante, soumise ».

400 000 emplois industriels ont été perdus en 5 ans. Faut-il s’y résoudre ? Non. « Nous redonnerons une perspective industrielle à la France ». Nous devons changer de logique : en finir avec les aides sans contrepartie ; créer un « contrat de localisation » avec des engagements précis (emplois, formation, règlements-fournisseurs…) ; créer une banque publique d’investissement ; investir dans l’école (« notre atout-maître »), dans la connaissance…

Nous ferons le changement en changeant l’orientation de l’Europe.

L’Europe est un formidable projet mais qu’en ont-ils fait ? Les Européens attendent de nous qu’on leur donne une autre perspective ! « Je proposerai à nos partenaires un pacte de croissance et de responsabilité, avec des euro-bonds, la mobilisation des fonds structurels vers l’emploi et la formation des jeunes. Et pourquoi l’Europe ne ferait pas de la jeunesse sa grande cause pour les années qui viennent ? » Sans oublier la solidarité par l’harmonisation des règles fiscales, sociales, environnementales. Il faut une « Europe capable de dominer la finance, parce que la démocratie doit être plus forte que la finance ».

Et François de rappeler qu’à moins de cinq jours de l’élection, il a fait « tout ce qu’il fallait pour montrer notre cohérence ». Et de souligner que ses « 60 engagements seront honorés ».

Et de marteler qu’après la présidentielle, « il nous faudra une majorité qui défende le projet que j’aurai présenté » !

Mais d’ici là, « rien n’est décidé tant que les bulletins de vote n’ont pas été mis dans l’urne, comptés et décomptés »… Et donc, à dimanche ! Car c’est dimanche que le changement se vote !

Meeting-FH-Lille_6-copie-1.jpg

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

E

bonjour Dominique,


au lendemain des élecgions, si l'on observe les resultats sur Wattrelos et Roubaix, et en constatant la faiblesse des Verts, ces élements d'analyse ne , te deterrminer clairement ....
Répondre