Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 13:45

En cette fin de matinée, l'agenda des manifestations est dense : en un peu moins de deux heures, il me faut être aux cimetières du Crétinier et du Centre pour la commémoration du cessez-le-feu en Algérie, puis passer par le musée où le journaliste Jean-Noël Cogghe présente son dernier livre consacré à la Résistance dans la région – et dans une large mesure à Wattrelos – durant la Seconde guerre mondiale, puis recevoir en mairie de jeunes élèves allemands venus de notre ville jumelle de Köthen, en résidence à Wattrelos dans le cadre d'un échange scolaire avec la cité scolaire Zola.

  cimetiere-mars2011.jpg

  • Elus et représentants des sociétés patriotiques – au premier rang desquelles figure bien entendu la Fédération nationale des anciens combattants d'Algérie, Maroc et Tunisie, et son responsable André Marchal – nous nous recueillons d'abord, donc, avec respect et dignité, devant les monuments aux morts de nos cimetières, aux pieds desquels je dépose solennellement une gerbe de fleurs. Le 19 mars 1962, à midi, prenait donc fin officiellement un conflit qui, longtemps, n'a pas voulu dire son nom – les fameux événements d'Algérie – mais qui était bel et bien une guerre, pour laquelle sont tombés bien des enfants de Wattrelos, et que seule la loi de 1999 (que je m'honore d'avoir votée) a appelée guerre.

      jeannoelC.jpg

  • Voyage dans le temps, voyage dans notre Histoire pas si lointaine, comme l'est la Seconde guerre mondiale évoquée au même moment, à quelques centaines de mètres à peine du cimetière du Centre, par Jean-Noël Cogghe, auteur d'un livre qu'il présente au musée des arts et traditions populaires, livre intitulé : Justes, un réseau. Je passe le saluer et écouter une partie de son exposé – une partie seulement car l'homme est intarissable ! Il s'agit d'un livre « de vulgarisation » comme le dit son auteur, un livre de témoignages et de références pour donner envie d'approfondir le sujet : la Résistance à Wattrelos et dans l'agglomération. Jean-Noël ose le parallèle : ces résistants à l'occupant allemand, ces justes, étaient un peu comme de jeunes membres d'un groupe de rock (ce milieu qu'il connaît bien), idéalistes, cherchant à abattre les difficultés pour pouvoir atteindre la lumière. « Les résistants sont des gens révoltés... comme le sont les artistes ! » De la part d'un historien du rock et d'un homme d'audaces comme l'est Jean-Noël, puis-je vraiment être surpris ? D'anecdotes en anecdotes, de digressions en digressions, le propos englobe d'étonnants acteurs : Picasso, Prévert, Montand... Non, ceux-là ne furent pas Wattrelosiens mais des connaissances de connaissances qui, en déroulant le fil de la bobine, nous ramènent à notre passionnant sujet.

      kothen2.jpg

  • Mais déjà il me faut partir car en mairie m'attend une autre visite, celle d'élèves du Ludwigsgymnasium de Köthen, notre jumelle allemande, venus passer quelques jours avec des lycéens de Zola. Avec Köthen, nous entretenons des relations fécondes (nos deux villes se ressemblent : industrielles, elles ont souffert et veulent s'en sortir ; elles développent en outre le même goût pour l'art, la musique... et la jeunesse !). Je le dis à mes jeunes hôtes : cette réception n'est sans doute pas l'étape la plus amusante de leur séjour mais elle est importante car elle marque l'attachement de notre Municipalité à ce jumelage et à la jeunesse, jeunesse européenne, jeunesse universelle car elle n'a pas de frontière. Du reste, qui peut distinguer les jeunes Allemands des jeunes Français dans la salle ? Ce jumelage est aussi important car nous voulons continuer à faire vivre l'enseignement de la langue allemande dans nos établissements scolaires wattrelosiens. La construction européenne repose en effet sur l'axe franco-allemand, la maîtrise de la langue est essentielle pour nos deux pays et, si depuis 20 ans, le nombre d'élèves qui étudient l'allemand est en baisse, je trouve ça bien dommage. En faisant vivre des échanges scolaires de qualité, nous voulons redonner foi à la pratique de cette langue dans nos collèges et lycées. En attendant, willkomen, amis de Köthen et bon séjour dans notre bonne ville de Wattrelos !

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires