Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 18:44

« La France qu'on aime », c'est le titre en effet de l'Université d'été du parti socialiste cette année. Elle prend le relais de celle des élus et s'étale du vendredi 28 au dimanche 30 août. Ce samedi, moi, je suis de retour à Wattrelos, mais j'ai pu assister hier après-midi aux premiers ateliers (notamment sur la social-démocratie en Europe), et surtout à la séance d'ouverture, marquée, ô combien, par le discours de la première secrétaire, Martine AUBRY.

 

Dire qu'elle était attendue est une évidence. Avec toute la pression médiatique qui s'est développée ces dernières semaines, s'exprimer n'était pas un exercice facile. Et tous les nombrilistes à chemise blanche et col ouvert de l'été en auront eux-mêmes été surpris : le PS a une patronne ! Martine, avec son discours, trouve le ton juste. Elle badine avec la salle, gonflée à bloc, et les militants lui rendent bien. Sur le fond, le cap est tracé et le cadre d'actions bien déterminé.

 

D'entrée, elle déclare que l'essentiel est que cette université d'été, ce soient « trois jours utiles pour les Français », en contestant, en proposant, en élaborant « un autre projet de société que le libéralisme financier », « un projet crédible et imaginatif, original et réaliste ».

 

Pour cela, il faut « être ouvert sur la gauche, aux forces de gauche, aux citoyens », avec un parti socialiste « fier de ses valeurs, enthousiaste à les faire partager ». Sa 1ère secrétaire s'est « fixée une feuille de route : la refondation des idées et la refondation de notre parti n'iront pas l'une sans l'autre ». Elle veut un « parti socialiste en mouvement, avec une pensée en mouvement ». Et de saluer les grandes réunions plénières de cette réunion de La Rochelle, ouvertes, aux syndicalistes, aux ONG… L'enjeu n'est pas de parler de stratégie électorale, mais « de ce que nous avons en commun, des valeurs que nous partageons, du projet que nous avons à construire ». Et de marteler « le projet a toujours précédé les alliances ».

 

Pour elle, « il ne faut pas confondre refondation et combinaison ».

 

Après avoir été assez silencieuse, elle est heureuse de s'exprimer devant les militants, car elle dit « préférer l'expression collective au chacun pour soi ». « L'alternance, ça se mérite ! Il nous faut être convaincants ».

 

La rénovation : comment passer des discours aux actes ?

 

Des décisions devront être prises par une convention nationale extraordinaire de modification des statuts avant l'été 2010. Les militants trancheront. Dès le 1er octobre, par une consultation militante, pour fixer le cap, sur cinq champs de réforme :

 

-         le non-cumul des mandats, condition du renouvellement des générations et d'ouverture vers la société (mandat unique des parlementaires ? limitation en même temps, ou successivement ?) ;

-         des primaires ouvertes (au 1er semestre 2011). Pour Martine Aubry, elles peuvent être « une opportunité pour nous », elles ne doivent pas être « un problème entre nous ». Il faut y travailler dans la sérénité et le sérieux ;

-          la parité, partout dans nos instances ;

-          le lien entre le choix des idées et celui des dirigeants, c’est-à-dire le mode de désignation de nos instances ;

-          comment garantir un civisme interne ?

 

Les relations avec les partenaires, pour une Gauche Solidaire.

 

Cela suppose :

 

-         de la clarté, dans le projet ;

-         de conjuguer le droit à l'identité et le devoir de solidarité ;

-         de savoir être généreux aux idées des autres. Mais aussi que tous respectent une « charte de bonne conduite », où nos partenaires respectent ce que l'on a fait en commun là où nous gérons ensemble ;

-         d'accepter le pluralisme.

 

« La maison commune est notre priorité ». « Si les démocrates et les humanistes veulent nous rejoindre, nous sommes ouverts », a conclu Martine Aubry !

           

Avec un discours aussi mobilisateur, ragaillardis, vous dis-je, étaient les militants !

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires