Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 11:06

Ce matin, debout à 5 h 10 pour être à la réunion du Parlement à Versailles. Les bus partent de l’Assemblée à partir de 9 heures et le début de la réunion du Congrès a lieu à 10 h 30. La séance de ce matin a pour objectif la modification du règlement du Congrès, laquelle va être examinée (pendant l’heure du déjeuner !) par le Conseil constitutionnel qui la validera – le contraire serait surprenant ! – car cette modification est nécessaire pour… que le Président de la République puisse s’exprimer cet après-midi (à 15 heures) dans l’hémicycle !

 

Ce matin, c’est donc une séance de forme en quelque sorte… pour préparer celle de cet après-midi.

 

En fait, cette séance est expédiée : 4 orateurs, 5 minutes chacun, un vote à main levée et la messe est dite ! A moins de 11 h, tout est fini ! Se lever si tôt pour ça, j’enragerais presque…

 

Mais le pire n’est pas la forme. Mais le fond : le fait que le Parlement soit convoqué pour écouter le Président de la République, qui arrivera à 15 heures et repartira immédiatement après la fin de son discours. Comme le dit Jean-Marc AYRAULT dans son intervention, au nom du groupe socialiste, les parlementaires seront " un élément du décor ". « Le Président ne vient pas pour un dialogue avec nous, mais pour parler au-dessus de nous ».

 

Notre régime constitutionnel est devenu très paradoxal : il n’est ni parlementaire ni même présidentiel (puisqu’en France, le Président a le pouvoir de dissolution par exemple !). D’ailleurs, dans un régime présidentiel, comme celui des Etats-Unis, quand le Président va parler devant le Congrès, il ne le convoque pas, il se rend à son invitation ! Ce n’est pas le cas dans la France de Nicolas Sarkozy.

 

Ici, le Président s’exprime devant l’Assemblée qu’il convoque, qu’il a le pouvoir de dissoudre et n’a à se soumettre ni à un vote ni même à un débat !

 

Comme le souligne Jean-Marc AYRAULT, « ce jour est le symptôme de l’effacement du Parlement ». D’ailleurs – est-ce une facétie des services du Château de Versailles – mais sur tous les fonds d’écran sur les téléviseurs dans les couloirs, c’est une représentation du XVIIIe siècle du Roi s’exprimant devant les Etats Généraux qui a été mise : tout un symbole !

 

Car c’est en effet dans la période monarchique que nous pourrons trouver, dans son histoire constitutionnelle, des références comparables à ce qui va se passer tout à l’heure.

 

La méthode fait incontestablement penser au « bon plaisir » du souverain. Bien des députés de droite (même si, plus tard, ils feront une standing ovation à Nicolas Sarkozy) le reconnaissent mezzo voce, et ne sont pas très à l’aise. Ce jour est le symbole de l’égoprésidence et d’une vassalisation du Parlement.

 

Voilà pourquoi, puisque tout est symbole, les députés et sénateurs socialistes en rappellent un autre en se retrouvant à 12 h 30 devant la salle du Jeu de Paume à Versailles, à quelques centaines de mètres du château… là où, en juin 1789, les députés du Tiers-Etat ont refusé de se soumettre au roi de France. J’y suis. Car vraiment, le changement de régime non avoué que connaît la France est préoccupant et doit être dénoncé.


Partager cet article
Repost0

commentaires

ghekiere 23/06/2009 15:02

et pour nous, simples "serfs", que penser de ces dépenses probablement monstrueuses pour accueillir toute la cour, à l'heure où boucler ses fins de mois commence le 10 de chaque mois!!!Honte, Mascarade et Dégoût seront bientôt les 3 mois de la "République"!!!