Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 14:35

L'économie française ne va pas bien.

 

Dès avant la crise financière qui s'accélère (et c'est préoccupant pour les conséquences que cela va avoir, car cela risque bien d'accentuer la dégradation de la situation française !), les indicateurs économiques de la France ne sont pas bons.

 

Le journal Libération de ce matin les synthétise : une croissance économique négative (-0,3 % au 2e trimestre 2008) ; un commerce extérieur déficitaire de - 4,8 Mds € en juillet 2008 (et - 50 Mds € en un an) ; une inflation de + 3,2 % (en rythme annuel) en août ; un pouvoir d'achat des ménages qui s'effondre (+ 0 % au 1er trimestre 2008, - 0,6 % au 2e trimestre) ; des créations d'emplois qui se sont d'abord ralenties (+ 0,7 % au 1er trimestre 2007, mais seulement + 0,3 % au 1er trimestre 2008) avant de chuter (- 0,1 % au 2e trimestre 2008) ; un chômage qui a arrêté de baisser et recommence à progresser.

 

Au cœur de cette évolution, et malgré les propos moralisateurs, hier à Toulon, du Président de la République, il y a une dramatique erreur de stratégie de politique économique de ce Gouvernement, à l'image de la loi TEPA de l'été 2007 (qui, par la baisse des impôts des plus riches et le bouclier fiscal, a favorisé l'épargne au détriment de la consommation et qui, par la stimulation des heures supplémentaires, a défavorisé l'embauche).

 

Or, ce midi, après sa présentation en Conseil des Ministres, Madame LAGARDE est venue expliciter le Projet de Loi de Finances pour 2009 (photo ci-dessus). C'est un acte politique fort, c'est aussi un acte économique majeur car, compte tenu des sommes en cause, le budget de l'Etat a une incidence importante sur toute l'économie nationale.

 

J'aurai tout au long des semaines à venir, bien des occasions de revenir sur ce budget et ses conséquences. De sa présentation d'aujourd'hui, j'en retiens quatre :

 

 

·        d'abord un frein sur les dépenses de l'Etat : avec une croissance d'à peine + 0 % en volume, elles ne stimuleront pas la croissance économique ;

 

·        d'autant plus que des taxations nouvelles sont introduites : hausse des cotisations vieillesse (+ 1,5 Mds €) ; taxation des organismes d'assurance qui sera répercutée sur le tarifs des assurances complémentaires et payée par le consommateur final (+ 1 Md d'€) ; taxe sur les opérateurs Internet (0,5 Md €) ; taxe sur les capitaux et l'épargne pour financer le RSA (+ 1,1 Md €). Cela évidemment freinera le pouvoir d'achat, et donc la consommation, et donc la croissance ;

 

·        des difficultés accrues de fonctionnement des services publics : 30 630 suppressions de postes dans la fonction publique, cela se verra évidemment dans nos services de proximité (écoles, police, justice, impôts…). Il y aura 13 500 postes d'enseignants et 3000 policiers en moins en 2009 !

Ces suppressions sont graves, car elles accélèrent les disparitions de postes de ces dernières années. De 2002 à 2006, les gouvernements Raffarin-Villepin ont supprimé au total 33 000 postes en 5 ans ; de 2007 à 2009, en 3 ans, sous la présidence Sarkozy, le gouvernement Fillon supprime 65 000 postes ! Totalisons ces périodes, et observons que cela veut dire 100 000 postes en moins dans les services publics depuis 2002...

Pas étonnant qu'il y ait moins d'enseignants dans les écoles ou de policiers dans les rues... Le pire, c'est qu'on va supprimer autant de postes dans l'année qui vient que sur les 5 ans de la législature précédente.

 

·        un étranglement financier des collectivités locales. J'y reviendrai. Mais avec une enveloppe globale stable en volume, d'à peine + 2 % en valeur (bien moins que l'inflation), un FCTVA incorporé aux dotations, ce qui fait croître les dotations de fonctionnement de moins de 1 %, la baisse de 33 % des dotations de compensation et la refonte de la DSU… beaucoup de communes vont connaître en 2009 un choc financier sans précédent ! Comment feront-elles pour financer leurs services, subventionner les associations ?

 

 

Ce Budget 2009 de l'Etat, avec mes collègues socialistes de la Commission des Finances, on va le regarder dans le détail. Mais en écoutant la Ministre, ma conviction est faite : il n'est pas pertinent sur le plan économique (car il prolonge une erreur de stratégie) et il est dangereux socialement (car il va contribuer à dégrader la cohésion sociale et le tissu humain de nos villes et de nos quartiers).

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires