Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 09:40

C’est la liberté dans la maison du peuple ! Un beau symbole en tout cas.

 

Elle est là, devant moi, devant nous, avec ses enfants, avec sa mère, aux côtés du Président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer. Nous sommes nombreux à ses côtés. Elle respire la vie, l’espérance. Elle a le sourire, elle parle en responsable, elle a un charisme extraordinaire, elle a les nerfs, la sensibilité à fleur de peau.

 

Les mots du président de l’Assemblée sont chauds, chaleureux, simples, et républicains. Il parle pour nous tous. Je me retrouve bien dans ces mots où il décrit la force de l’espérance de chaque député, de notre Assemblée, symbole de la liberté.

 

Très vite, ELLE parle. Ses mots sont simples, ils viennent du cœur, ils décrivent un ressenti, un vécu. L’émotion est forte dans la salle, elle se lit sur les visages, elle se sent dans l’atmosphère. Je la ressens partout autour de moi. Je la sens aussi au fond de moi. Pourquoi le nier ?

 

La France a pensé à Ingrid Betancourt tout au long de ces six ans. Personne n’a oublié son visage, ses photos, beaucoup ont espéré, ces six années durant, sa libération.

 

Alors, oui, c’est troublant de voir cette femme. Jolie, oui, mais qui porte tout ce combat, tous ces symboles. Elle est une force. Elle est cet après-midi une femme.

 

Elle rappelle qu’elle avait fait ses études à Sciences Po Paris (à quelques centaines de mètres de l’Assemblée !) : « Mes racines, ma façon de penser, je les ai apprises parmi vous. Quand j’étais en captivité, je pensais souvent à la France ! J’écoutais toutes ces nouvelles de France, de tous ces comités qui se sont mobilisés pour moi. »

 

Et Ingrid Betancourt de préciser : «  C’était le reflet de ce pays que j’adore, fait de liberté, d’égalité et de fraternité. Dans la jungle, je n’ai pas eu de liberté, je n’ai pas eu de fraternité, j’ai encore moins eu d’égalité . »

 

Avec la voix qui tremble un peu, elle ajoute : « Dans les terribles nuits de cette forêt amazonienne, j’avais la lumière de la France comme un phare qui me guidait vers la vie… »

 

Ici à Wattrelos, sa photo était affichée en grand dans le hall de l’Hôtel de ville depuis des mois, et des centaines de Wattrelosiens ont signé le cahier de soutien. Je l’adresserai dans les jours qui viennent à Ingrid Betancourt. Merci à tous ceux qui ont signé…

 

Cet après midi, devant elle, je portais un peu d’espoir de chacun des signataires et de ceux qui, dans nos villes, ont rêvé sa libération. C’est fait, et c’est un moment heureux.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires