Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

4 avril 2008 5 04 /04 /avril /2008 14:42

Ça et là sur le territoire national, dans le Nord mais aussi dans la quasi-totalité des villes de notre agglomération, des mouvements de contestation et de mobilisation s'observent dans les collèges et les lycées. Ils sont la manifestation incontestable d'un sentiment de malaise des enseignants, des élèves et des parents face aux suppressions de postes et de filières et aux fermetures de classes qui interviendront à la prochaine rentrée.

 

            Ce malaise, je le ressens aussi, car pourquoi ne pas le dire: en ce début avril, tout député que je sois, je n'ai encore reçu aucune information officielle de la part ni du Rectorat, ni de l'Inspection académique sur ce que seront les « ajustements » de carte scolaire prévus ! C'est inimaginable.

 

Dans  mon mandat précédent (de 1997 à 2002), l'Education nationale avait plus de considération pour les députés ! A l'époque, on nous recevait, on nous expliquait. Maintenant, plus rien ! Rien de rien, ni dossiers, ni tableaux... Pourtant, on est déjà en avril. Dans moins de 5 mois, c'est la rentrée !

 

            Il est vrai que celle-ci ne sera pas facile. Car qui peut oublier que la loi de finances pour 2008 prévoit de supprimer 11 200 postes dans l’Education nationale (dont 8800 dans les collèges et les lycées à la rentrée de septembre prochain) ?

 

Le nombre de postes est adapté de façon aveugle à la démographie scolaire sans tenir compte du manque de moyens humains et matériels qui en résulte. Les conditions d’enseignement se dégradent pour les élèves et les enseignants : surcharge des classes, problèmes de remplacement des enseignants, suppression d’options, d’enseignements et de filières, non scolarisation des enfants de deux ans… La liste des conséquences néfastes est longue.

 

Ces suppressions massives de postes remettent en cause l’égalité des chances. Les promesses émises pendant la campagne présidentielle sont abandonnées. Le dédoublement des classes dans les ZEP, le soutien scolaire, les études dirigées et le remplacement de courte durée seront de plus en plus difficiles à assurer dans les établissements scolaires.

 

Voilà pourquoi, au nom de l'ensemble des députés socialistes, notre Président de groupe Jean-Marc Ayrault a écrit à Xavier Darcos, ministre de l'Education nationale, pour lui rappeler que son devoir est de défendre l’école de la République, et d’entendre tous les partenaires de la communauté éducative pour assurer la réussite de tous les élèves.

 

Car face à cette politique de démantèlement programmé de l’école de la République, les députés socialistes tiennent à rappeler leur attachement au service public de l’Education nationale. Au moment où l’on donne un tour de vis supplémentaire et où des annonces inquiétantes pour 2009 sont formulées, ils souhaitent que soit présenté un collectif budgétaire pour que la rentrée 2008 se déroule dans de bonnes conditions.

 

Les moyens dilapidés dans le cadre de la loi en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat en juillet 2007 ( les trop « fameux » 15 milliards d'euros du « paquet fiscal ») font aujourd’hui cruellement défaut notamment pour l’Education nationale !


Partager cet article
Repost0

commentaires

M'Heidi 08/04/2008 16:51

Je vois votre annonce M. le Maire, et je vous rejoins totalement sur le sujet. Le malaise dans l'éducation nationale est énorme, et cette politique ne date pas d'hier et ne touche malheureusement pas que l'enseignement secondaire. Elle ne date pas d'hier car chaque année depuis 2002, les différents gouvernement qui se sont succédés n'ont cessé de casser le service public de l'éducation. Actuellement, pour la seule région Nord Pas de Calais, le nombre de postes supprimés devrait être de 900 environ. A l'heure où le nombre d'élèves ne cessent d'augmenter, avec de 30 à 37 élèves par classe dans certains collèges et lycées, cette décision peut paraitre irréaliste! Les réformes ne touchent pas non plus le secondaire, car nous l'avons vu il y a peu de temps, la casse de l'enseignement a commencé, la chasse à l'étudiant est ouverte. Le pouvoir éxécutif dans l'université a changé tout d'abord. En effet, avec le nombre d'élus étudiants en baisse et l'accroissement des personnalités extérieures, la démocratie étudiantes est moribonde. Place à la démocratie d'entreprise soutenu par le MEDEF au détriment des usagers des universités. Casse aussi des diplômes avec la suppression inévitable de certaines UFR jugé non rentables à l'avenir. En effet, le gouvernement a prévu de soutenir les secteurs les plus attractives sur un critère en relation avec les entreprises, et dont les résultats seront les plus satisfaisants. Nous devons nous attendre donc à la fermeture ou à la réduction des UFR de Lettres, Psychologie, etc...Comment peut on "rentabiliser" une faculté quand le nombre d'étudiants augmente, et d'un autre coté quand on ne créé aucun poste (voire on en supprime), quand le nombre d'étudiant par TD est supérieur à 35? La réussite ne peut être au rendez vous dans ces cas là. Enfin, casse aussi avec une pseudo augmentation des crédits alloués aux universités. 5 milliards d'euros par ans pendant cinq ans. La vérité, je pense que vous le savez est tout autre : au total, seulement 300 millions d'euros seront réservé aux universités, le reste devant servir aux crédits impôts-recherches pour les entreprise (un peu plus de 2,5 milliards d'euros), aux remboursements de crédits des universités, etc... Je suis révolté de ce qui se passe surtout quand le gouvernement vend 5% de ces parts dans EDF, et que 6 mois plus tôt est apparu le paquet fiscal. Mais je suis aussi méfiant car d'un côté, après avoir "privatisé" nos universités, pourquoi ne pas en faire de même avec nos lycées et nos collèges? Après avoir vu un mouvement de massification de l'enseignement, je pense que nous devons nous attendre à un mouvement de fermeture de nos écoles, et de selection, non pas social, mais financière de nos élèves de demain.Cordialement.