Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 15:36

Le Monde l'étale hier en manchette sur sa première page : "L'inflation s'installe en Europe. Les prix ont augmenté de 3,5 % en un an, un record dans la zone euro".

 

Cette information n'est pas anodine. Elle est, et sera, de fait lourde de conséquences.

 

En effet, selon les estimations provisoires publiées lundi 31 mars par Eurostat, les prix à la consommation ont augmenté dans la zone euro de 3,5 % sur un an en mars, après
 + 3,3 % en février et + 3,2 % en janvier. Aucun pays n'est épargné par cette
 accélération : les prix ont progressé de 3,2 % en Allemagne, de 3,6 % en Italie et de
 4,5 % en Espagne. Rappelons que la hausse est de 3,2 % en France sur un an.

 

La progression de l'euro (face au dollar) ne suffit plus à contenir les pressions inflationnistes provoquées par la flambée des cours du pétrole et celle des matières premières alimentaires.

 

Alors les prix dérapent, et c'est préoccupant. Car cela risque d'avoir des conséquences économiques très négatives, notamment sur la croissance économique française, et donc sur l'emploi et sur la situation des finances publiques.

 

·        D'abord parce que cette hausse des prix ponctionne fortement le pouvoir d'achat des ménages. A 3,2 %, l'inflation est sans commune mesure avec la hausse des rémunérations, salaires et retraites (+ 1,1 % pour ces dernières prévu en 2008 !). Or, les revenus des ménages (déjà amputés par les mesures restrictives telles que les franchises médicales), sont ce qui leur permet de consommer ; une consommation qui est, elle, un des moteurs de la croissance économique. Moins de revenus, c'est moins de consommation, et donc moins de croissance pour l'économie française. Partout on l'entend, le pouvoir d'achat souffre, nos concitoyens ont de plus en plus de difficultés. Le risque est donc bien que celles-ci s'accentuent.

 

·        Seconde conséquence de cette poussée inflationniste, c'est le risque de durcissement de la politique monétaire de la Banque Centrale Européenne (BCE). Celle-ci a déjà manifesté son inquiétude, puisque son président, J.-C. Trichet, a rappelé que « la lutte contre l'inflation reste la plus haute priorité de la BCE ». Ce qui veut dire que la BCE risque bien d'augmenter à nouveau ses taux d'intérêt. Or, des taux d'intérêt plus élevés, cela signifie des charges d'intérêt plus chères pour les particuliers et les entreprises sur leurs emprunts, donc moins de consommation et moins d'investissement, et donc au final, là encore, moins de croissance économique !

 

·        D'autant que, ne l'oublions pas – 3ème conséquence –, si la BCE augmente ses taux, cela va à nouveau pousser l'euro à la hausse, et un euro plus cher (par rapport au dollar) aura pour conséquence de freiner nos exportations ; ce qui va non seulement dégrader davantage notre commerce extérieur (déjà gravement déficitaire : - 40 milliards € en 2007 !), mais cela va là aussi directement ralentir notre croissance économique !

 

Le retour de l'inflation n'est donc vraiment pas une bonne nouvelle pour l'économie française, ni pour les demandeurs d'emploi !


Partager cet article
Repost0

commentaires

marie 28/05/2008 22:23

voici un annuaire (dictionnaire des sites francais), site dont le propriétaire veut être millionnaire! http://www.jeseraimillionnaire.com

Lucette Tonder 04/04/2008 11:36

Si, comme moi, vous en avez assez de voir le monde gouverné par les multinationales et les spéculateurs, signez et faites signer la pétition européenne "Spéculation et crises, ça suffit" sur le site http://www.stop-finance.org Vous la trouverez en allemand, espagnol, anglais et français en haut à gauche sur votre écran.