Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

17 janvier 2008 4 17 /01 /janvier /2008 17:25
voeux-entreprises-blog.jpgJ’aime cette phrase de Guillaume Apollinaire : « Il est grand temps de rallumer les étoiles ». Je l’ai utilisée ce midi en présentant les vœux de la Ville aux chefs d’entreprises, commerçants et artisans que je recevais à l’Hôtel de ville, comme je le fais depuis quelques années (photo ci-contre : en compagnie de Karim Khetib, directeur des Assedic des Pays du Nord, et de mon adjointe au développement économique Marie-Christine Ringotte).
Rallumer les étoiles en termes économiques, c’est reconquérir l’avenir, rompre le cercle du déclin, inverser la tendance comme la Municipalité s’applique à le faire. Subir, non ; réagir, oui !
Quelle est notre approche, notre action ?
 
1)      aménager les infrastructures routières : les travaux de la voie du Centre et la liaison Habitat-Travail devraient débuter cette année, ceux du passage sous le canal au rond-point des Couteaux avancent à marche forcée, l’axe rues Carnot / Jules-Guesde bénéficie depuis peu d’un tapis de chaussée neuf… et nous militons auprès du Conseil général pour le doublement de l’Antenne Sud qui va devenir une urgente priorité.
 
2)      conforter notre partenariat fécond avec cette actrice économique qu’est LMCU : sans elle on ne fait rien ! Ce n’est qu’avec elle que l’aménagement de nos parcs d’activité est possible (à ce sujet, je trouve inadmissible que les parcelles libres de l’Avelin ne soient pas entretenues – je l’ai dit), que les acquisitions foncières de nos friches industrielles se font, tout comme la transformation du site de l’Union.
 
3)      afficher sans complexe notre attractivité : ici, la taxe professionnelle est en baisse ; ici, les services municipaux se mobilisent, et la Ville offre des services importants à ceux qui y résident. On ne fait pas plus mal qu’ailleurs, l’objectif étant de faire mieux.
 
Wattrelos se veut pragmatique en matière d’économie et d’emploi. Comme disait Antoine de Saint-Exupéry : « Entre le passé où sont nos souvenirs et l’avenir où sont nos espérances, il y a le présent où sont nos devoirs ». Nos devoirs, c’est de réamorcer la pompe à emplois :
 
-         1990-2003 : - 1600 emplois
 
-         2006-2008 : + 700 emplois localisés, avec un potentiel d’expansion de + 400 à 500 autres sur ces seules implantations.
 
Alors j’ai fait un rêve : retrouver pour 2010 le niveau d’emploi de 1990 à Wattrelos. Ambitieux, mais pas inaccessible. Et pour cela, il nous faut accueillir de nouvelles entreprises et favoriser le développement de celles qui sont implantées.
 
Où cela ? Dans nos parcs d’activités, je le disais :
 
-         le parc du Winhoute est complet et localisera à brève échéance 210 emplois (Jules + Wagnon + Papier)… jusqu’à ce qu’on puisse dégeler les 9 ha restant, c’est-à-dire jusqu’à la réalisation de la liaison Habitat-Travail ;
 
-         le parc de l’Avelin accueille depuis peu Senelar (négoce de bois) sur le site Brant Galva ; il reste trois parcelles disponibles de 4,7, 4,1 et 7 ha ;
 
-         le Beck est en mouvement : il accueillera bientôt un village d’entreprises, une entreprise de carrosserie (20 emplois), les bureaux d’une entreprise de bâtiment dans l’ancienne ferme Truffaut, et le groupe Spie engage une nouvelle construction de 23 000 m2, toujours essentiellement pour Promod (+ 100 emplois). Des discussions sont en cours pour un autre magasin Métro, et une entreprise de bâtiment pourrait installer son siège sur la dernière grande parcelle disponible (100 emplois). Bref, 250 à 300 emplois peuvent encore sortir des cartons dans les prochains 18 mois sur cette seule zone du Beck.
 
Et nos friches industrielles ? C’est un chantier majeur pour les cinq ans à venir : le dossier du site du Peignage est en stand-by ; celui des filatures du Sartel patine car l’équilibre financier est difficile à atteindre pour l’aménageur (moi, j’ai fait mon boulot car le permis de démolir est signé) ; ceux de la Lainière et des filatures Saint-Liévin me donnent satisfaction car le budget de requalification est validé pour la première citée, et les négociations pourraient aboutir au printemps pour la seconde.
 
Enfin, s’agissant du commerce et de l’artisanat, même si le pouvoir d’achat est en baisse, il se tient. Les initiatives de commerçants dans nos quartiers ne sont pas rares, loin de là. Pour 2008, j’espère que nous pourrons remettre en chantier un dossier FISAC, tandis que l’année sera celle des décisions pour l’agrandissement de Leclerc à Beaulieu. J’ai aussi prévenu que dorénavant la Ville utilisera les moyens légaux d’intervention pour faire valoir son droit de préemption des fonds de commerce pour retrouver un équilibre de prestations et de services commerciaux : les ouvertures de banques et d’agences immobilières, comme c’est le cas sur la Grand’Place par exemple, il y en a trop !


Partager cet article
Repost0

commentaires