Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 18:09
voeux-hopital.jpgC’est aussi le rôle d’un député que de donner de petits coups de pouce financiers aux associations ou aux établissements de sa circonscription. Ainsi que je l’avais fait pour Croix et Wasquehal en décembre, j’ai réussi à obtenir une enveloppe pour Wattrelos – plus précisément pour son centre hospitalier.
 
Ainsi, lors de la traditionnelle cérémonie des vœux au CHW qui s’est déroulée ce soir, j’ai pu annoncer aux dirigeants de l’établissement que pour leur désormais indispensable achat d’une table de radiologie, ils bénéficieraient d’une subvention de 25 000 euros que j’ai obtenue du Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports (ainsi que me l’a confirmé par courrier le président de la Commission des finances de l’Assemblée nationale Didier Migaud - photo ci-contre : je remets cette lettre à Jean-Pierre Marquillie, directeur du CHW, sous le regard de Georges Deleporte, président de la Commission médicale d'établissement).
 
Voilà qui met un peu de baume au cœur des professionnels de l’établissement wattrelosien, dont je préside le conseil d’administration, dans un contexte national difficile pour les hôpitaux publics.
Je me suis d’ailleurs interrogé publiquement, relayant l’inquiétude du directeur du CH Wattrelos Jean-Pierre Marquillie : la santé sera-t-elle encore demain un bien public ?
 
La question se pose, car d’évidence, la situation des hôpitaux public n’est pas, à ce jour, une priorité gouvernementale.
 
Même si on accepte enfin de parler des heures supplémentaires (il y a quelques jours à peine !), la situation des hôpitaux publics en France est en effet critique. Je n’invente rien ; c’était précisément le titre d’un article de presse récent : « Hôpitaux : état financier critique ». C’est vrai ! L’arriéré des heures supplémentaires non payé, au plan national, est de l’ordre de 700 millions, auxquels s’ajoutent 750 millions de déficit budgétaire global de l’ensemble des hôpitaux publics !
 
C’est une masse financière dont on ne mesure pas pertinemment l’ampleur, me semble-t-il.
 
Au reste, dans le Projet de loi de finances sur la sécurité sociale (PLFSS) pour 2008 – que je n’ai pas voté, même si quelques dispositions techniques pouvaient être approuvées – il n’y a rien qui puisse apporter de solution durable : renforcement de la dotation MIGAC insuffisant, et rien sur le fond de soutien !
 
Bref, on garde la tête dans le sable avec une belle hypocrisie… à un détail près : la réforme de « la carte hospitalière », qui a été annoncée par le Président de la République. Et cela ne me dit rien de bon.
 
On sait trop bien ce que cela signifie ! Après la carte judiciaire, la carte scolaire, la carte policière… Si l’on se réfère aux propos du Professeur Debré (qui lui travaille en plein 16è arrondissement de Paris !), 35 % des hôpitaux doivent disparaître en France ! Or, tous les Français ne sont pas comme les Parisiens qui changent d’hôpital en quelques stations de métro ! J’y crois par dessus tout : la proximité, c’est essentiel… en matière de soins également !
 
Alors, la situation de notre centre hospitalier wattrelosien, quelle est-elle ? Elle est fragilisée mais pas inconfortable. Fragilisée par ses déficits successifs : on en est à un budget prévisionnel de - 1 million d’euros… alors que les investissements sont nécessaires (l’extension de la maison de retraite par exemple, pour les fameux lits de soins de suite).
Mais elle n’est pas inconfortable, car l’Hôpital a des atouts : ses personnels et leurs compétences d’abord ; sa qualité de service et ses certifications ensuite ; ses partenariats enfin, avec d’autres établissements, à l’image de celui (remarquable) que nous avons pour les urgences. Mais partenariat ne veut pas dire féodalisation !
 
De la même manière que le maire de Wattrelos n’est pas un adjoint au maire de Roubaix, le centre hospitalier de Wattrelos n’est ni un appendice ni un établissement du centre hospitalier de Roubaix, et n’a pas vocation à le devenir. C’est ma position, et je la défends.
Ce centre hospitalier de Wattrelos a en effet un potentiel, des partenaires, et surtout un personnel compétent. Au bout de 8 ans de présidence, je suis toujours aussi fier de lui. Le plus beau des atouts de cet hôpital, c’est lui !


Partager cet article
Repost0

commentaires