Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

21 septembre 2007 5 21 /09 /septembre /2007 14:30
Ce n’est pas celui de Costa Gavras, non, mais celui de François Fillon, Premier ministre en titre, qui lors de son voyage en Corse vient de déclarer : « Je suis à la tête d’un Etat qui est en situation de faillite sur le plan financier, d’un Etat qui est depuis 15 ans en déficit chronique… ».
Les mots ont leur importance, et leur signification. Leur symbole aussi. C’est le cas du mot « faillite ».
Comment mieux résumer que la situation financière de la France est difficile qu’en utilisant ce terme ? Certes, sur le strict plan juridique et économique, il n’est pas fondé : la France n’est pas en cessation de paiements, ses banquiers ne lui ont pas « coupé les vivres », et elle sait encore emprunter.
Mais…
Mais la réalité, c’est une croissance économique plus faible d’un point à celle de la zone euro, et bien moins forte que la croissance du commerce mondial. C’est une dette publique qui est, à fin juin 2007, de plus de 66 % du PIB. C’est un déficit public de près de 42 milliards d’euros, un déficit des comptes sociaux de 12 milliards d’euros, des hôpitaux publics au bord de l’asphyxie, un commerce extérieur déficitaire de 35 milliards d’euros, un chômage toujours élevé, et un pouvoir d’achat qui souffre…
Alors, M. le Premier Ministre, si la France est en « faillite », trois questions doivent vous être posées :
. n’est-il pas irresponsable d’avoir décidé cet été 15 milliards d’euros de dépenses supplémentaires de l’Etat (pour les fameux « cadeaux fiscaux »), alors que le « trou » budgétaire est déjà de plus de 40 milliards ? Prendre le risque d’augmenter le déficit de 30 %, est-ce bien la meilleure manière de restaurer les comptes ?
. où est le « choc de confiance » annoncé par le candidat Sarkozy, et censé être engagé par vos mesures fiscales injustes de l’été, alors même que l’INSEE ne cesse de réduire la prévision de croissance pour 2007, et que, d’après les premières rumeurs sur le Projet de Budget pour 2008, le Gouvernement n’anticipe guère qu’une croissance de 2 à 2,25 % , et une stabilité du déficit de l’Etat, et donc pas d’amélioration ?
. qui porte la responsabilité de la situation financière d’aujourd’hui ? Est-il admissible que le Président Sarkozy dise que la croissance de 2007 n’est pas la sienne, et pas même celle de 2008… Ignore-t-il qu’il fut ministre (et même de l’Economie !) des gouvernements des cinq dernières années et président de l’UMP… et que Mme Lagarde, MM. Bertrand, Woerth ont aussi été au gouvernement… avec vous, M. Fillon ?
Alors, irresponsabilité ou incompétence, duperie ou manipulation ?
Surprise et malaise en tout cas, car chacun a compris que l’utilisation du mot « faillite », laissé échapper par M. Fillon, risque bien d’en annoncer un autre : celui de « rigueur » ! Mme Lagarde, ministre de l’Economie, l’a laissé échapper, elle, cet été. Un autre aveu ?



Partager cet article
Repost0

commentaires