Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 15:04
cr--che1.jpgJe me suis rendu ce matin sur les lieux de l’incendie qui a ravagé, cette nuit, la crèche municipale du quartier du Sapin Vert, dans ma ville de Wattrelos.
Une crèche qui accueille plus de 60 petits et qui est partie en fumée. Plus rien ne reste de la structure.
Comme les parents, comme les habitants du quartier, comme les Wattrelosiens, je suis bouleversé, choqué. Choqué car l’hypothèse de l’incendie criminel est la plus probable ; si elle se vérifie, c’est consternant, stupide, écœurant. D’autant plus écœurant que le lieu accueille de très jeunes enfants.
En tant que maire, ma préoccupation, comme celle de mes collaboratrices en charge de ce secteur, est d’assurer la continuité du service public. C’est-à-dire trouver de nouveaux lieux d’accueil, et les plus proches possibles, à Wattrelos. Ainsi, la crèche familiale et la crèche du Centre pourront toutes deux recevoir quelques enfants pour quelques jours. Pour une solution plus durable, on cherche à dégager de la place dans des groupes scolaires proches également. Dès la fin de la semaine, ou au plus tard au début de la suivante, on pourra réaliser un accueil de qualité.
J’ai également fortement apprécié la solidarité des villes voisines qui ont pu nous fournir du matériel : c’est très généreux, et noble, de leur part ; qu’elles en soient remerciées chaleureusement.
Merci également à mes agents municipaux et au personnel de la crèche qui a fait preuve d’une réactivité épatante. Grâce à leur volonté et leur sens du devoir, grâce à l’amour de leur métier, les conséquences du sinistre ont pu être amorties.
Il n’en reste pas moins qu’il faudra à présent plusieurs mois de travaux pour que la crèche du Sapin Vert puisse ouvrir ses portes de nouveau.
Et c’est là que j’enrage car la Ville venait de protéger le site par la pose de grilles il y a à peine quinze jours. Que pouvait-elle faire de plus ? Réclamer la présence de la police dans le quartier ? Mais c’est précisément ce que je fais depuis cinq ans ! Un bureau de police nationale a été ouvert à 50 mètres de là en 2001 ; il comptait 12 policiers. Depuis 2002, l’effectif a fondu comme neige au soleil. A présent, ce bureau compte… 1 policier !
Je l’ai déjà dit, je le répète, je le martèle : sans l’aide de l’Etat, des missions de Police et de Justice qu’il se doit d’assumer en priorité, les communes sont et resteront vulnérables.
Alors aujourd’hui, ce que je veux dire, c’est que Wattrelos ne baissera pas la garde, certainement pas.
Mais à sa détermination doit absolument, nécessairement, prioritairement s’ajouter celle de l’Etat.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Une Maman en colère 10/05/2007 19:37

Monsieur Le Maire,

Maman d'un petit garçon qui fréquentait la crèche du Sapin Vert, je suis également scandalisée, révoltée et profondément attristée par cet événement.

Je veux aujourd'hui pousser un coup de gueule contre toute cette violence et cette absence de civilité et de respect qui règne au sein de ce quartier.

Mon conjoint et moi même habitons le quartier depuis 2004 et je ne compte plus les plaintes déposées au commissariat pour vol, détérioration de véhicule.il s'agit, de toute évidence, de trafic de voitures au vu des pièces volées et des techniques utilisées par ces voyous.

Lorsque je vais chercher mon fils à la crèche, je dois lui expliquer ce que font toutes ces canettes et ces poubelles brûlées dans l'enceinte du parking de la crèche (juste derrière le commissariat pourtant...)

Je veux vous demander quelle est la limite que se fixe la commune pour prendre des mesures pour éviter et réprimer ces faits. La mort d'un enfant? l'incendie d'une crèche ou d'une école en plein jour?

J'apprends en ce moment à mon fils les limites, le "non", pour qu'il devienne un homme, un citoyen respectueux et honnête.

A priori, ces individus n'ont eu ni parents, ni environnement capable de leur transmettre ces valeurs. Je pense que c'est le rôle de la République et de ses représentants de prendre le relai quand il y a une carence à ce niveau. Il m'arrive de punir mon fils, et je sais que c'est pour son bien et pour le bien de la société. Pourquoi se poser tant de questions quant aux méthodes basiques à utiliser contre ces voyous? Leur dire "non", les punir, c'est les aider et protéger leur avenir et l'avenir de la société.

Poser des barrières autour de la crèche n'est pas suffisant!! quel plaisir quand on n'a pas de limite de braver l'interdit et de se fixer des défis toujours pus élevés?

Vous parlez dans votre blog de votre détermination qui doit s'ajouter nécessairement, prioritairement à celle de l'Etat. Il me semble que c'est également dans ces termes que Monsieur Sarkozy envisage le respect des règles de notre République. Il semble donc que vous ayez aujourd'hui toutes les armes pour assurer la protection de nos enfants.

Ma crainte aujourd'hui ? que mon fils ne ressente jamais cette tristesse, ce choc que vous comme nous avons ressenti devant de tels actes. Qu'il s'y habitue...

Encore un mot pour remercier grandement, infiniment le personnel de la crèche qui se mobilise au quotidien pour nos enfants et qui a fait preuve d'un dévouement inestimable malgré les nombreux vandalismes dont il a été victime... merci à elles, de tout coeur...

Dominique Baert 18/05/2007 10:49

Bonjour, Je comprends votre colère et vous avez lu que je la partage au plus haut point.Vous posez une double question : celle de l'éducation, et celle de la compétence des deux pouvoirs publics que sont l'Etat et la Ville en matière de lutte contre la délinquance.S'agissant de l'éducation, vous avez parfaitement résumé ce que doit être aussi le rôle des parents : savoir fixer les limites, dire l'interdit... Cela nous semble évident mais ça ne l'est malheureusement pas pour tout le monde. J’attire votre attention sur le fait que c’est précisément pour cela, parce que je crois aussi à une forme « d’école des parents » que j’ai créé à Wattrelos au début de mon mandat, une « maison des Parents », dans votre quartier d’ailleurs.En revanche, sur la répartition des compétences entre Ville et Etat, vous me donnez l'occasion de préciser, et de rappeler, qu’en vertu de ses compétences, un maire n’est ni juge, ni chef de la police.Garantir la protection des citoyens, c'est l’une des fonctions régaliennes et fondamentales de l'Etat ! Je ne cherche pas à transposer les responsabilités mais à clarifier la situation : vous me dites que poser des grilles autour de la crèche n'est pas suffisant ; je vous réponds que ça, c’est en revanche mon rôle que de prendre les mesures préventives pour protéger le bâtiment et en limiter l’accès. Ce que j'ai fait.Le vrai problème, c'est que les incendiaires auraient pu être repérés avant qu'ils ne commettent cet acte d'une bêtise effroyable si l'Etat n'avait pas enlevé les policiers nationaux de nos rues et de nos quartiers ces cinq dernières années. Rien qu’au bureau de police du Sapin Vert (dont les fenêtres donnent sur la crèche… ce que j’ai fait observer aux Préfets de Région et de Police sur place), ils étaient 12 à l’été 2002, et patrouillaient alentour ; ils connaissaient le quartier, la population : nous n’avions pas alors les groupes squattant tel ou tel recoin du groupe Jean-Zay. Maintenant, soit le bureau est fermé, soit le policier est seul ! Dès lors, plus de patrouille, pas vraiment de relations externes ! Savez-vous que sur Lille-Roubaix-Tourcoing, il y a aujourd’hui 400 policiers en moins en poste qu’à mi-2002 (c’est l’équivalent d’un Commissariat central !). Vous comprendrez pourquoi je considère Monsieur Sarkozy, qui a été Ministre de l'Intérieur de longues années depuis 2002, comme un mystificateur car je le tiens pour responsable direct de cette situation. Malgré ses discours qui donnent à penser le contraire. Et cela risque de ne pas s’arranger, avec le projet (évoqué il y a peu, mais reporté à après les élections !) de regroupement sur Lille d’une partie des commissariats de Roubaix et de Tourcoing ! Les élus protestent, mais l’Etat sarkozyste n’en a cure… Pourtant, avec la décentralisation, la population croit que c’est l’élu le responsable et le décideur…