Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 12:00
Maire honoraire de Wattrelos, Alain Faugaret n’est plus !

Bien plus qu’une figure de la vie politique wattrelosienne, c’est un monument politique qui s’en est allé. La mort d’un maire, ou d’un ancien maire, est toujours un événement majeur dans une commune. A Wattrelos, pour les Wattrelosiens, et pour le maire de Wattrelos que je suis, l’annonce de la disparition d’Alain Faugaret est un choc à la hauteur de la stature du personnage, de la longévité de son mandat municipal, comme de l’étroitesse des liens qui, si longtemps, nous unirent.

 

Je le savais malade, bien sûr, mais son décès est une douleur. Malgré notre éloignement, malheureusement, ces dernières années, il n’est pas faux de dire que je me sens orphelin.

 

Alain aura été le maire dont le mandat a été le plus long de toute l’histoire de Wattrelos : de 1971, lorsqu’il succéda à Jean Delvainquière, à l’an 2000, quand il me passa le témoin, pendant près de 30 ans, il fut le premier magistrat de notre bonne ville de Wattrelos. En son nom, il exerça bien d’autres mandats et fonctions, au Conseil Général du Nord (jusqu’en 2015), à la Présidence de la Commission Départementale (dans les années 70), à la Communauté urbaine, comme député (1978-1988).

 

L’éducation, c’était son métier d’instituteur. Mais il en fit une priorité absolue de ses mandats successifs. Il voulait que, comme ce fut le cas pour lui (et plus tard pour moi), l’école puisse donner aux enfants de Wattrelos les meilleures chances de réussite. Camus, Brossolette, Voltaire, Curie, Kergomard, Anatole-France, Brel, Buisson, Jaurès, Condorcet, Jean-Macé, et encore, en 1995, l’élémentaire Anatole-France auront rythmé les investissements des budgets municipaux sous son autorité.

 

Son autre grande vision, ce fut incontestablement le cadre de vie, avec ce poumon vert de Wattrelos qu’est le Parc du Lion.

 

Homme d’une très grande culture, passionné d’histoire, militant socialiste de sa prime jeunesse, promoteur de l’éducation populaire avec Pierre Mauroy dont il fut toujours un ami fidèle, Alain Faugaret était un homme érudit, qui sut toujours rappeler les faits, les hommes, les références au passé pour mieux comprendre le présent et prendre les décisions nécessaires pour l’avenir.

 

Wattrelos lui doit beaucoup ; moi, je lui dois tout ! C’est lui qui, en 1983 – j’avais 23 ans – me fit venir à ses côtés pour être conseiller municipal. Avec lui, j’ai appris la ville, ses quartiers, ses humanités, ses solidarités, ses richesses d’histoire et de cœur dont il voulait me dire combien il est essentiel que nous en préservions l’héritage. Car Wattrelos, ce n’était, dans sa tête, pas pareil qu’ailleurs ! Sur ce plan, il avait raison.

 

Son attachement à Wattrelos était profond, viscéral. Wattrelos était toute sa vie d’élu, en fait toute sa vie personnelle. Sa cigarette, sa corpulence, sa chope, son goût des kermesses, des assemblées générales, des nombreux banquets de l’époque étaient connus de tous. Jalousement conservateur de l’identité wattrelosienne, il nous la laisse en héritage. Avec lui, Wattrelos est restée maillée d’un réseau associatif dense et fort, porteur d’animations et de solidarités, et a su tendre la main à des communes d’Allemagne, de Hongrie, de Pologne, du Portugal ou de Roumanie, pour rassembler ce qui est épars en Europe dans un même message de fraternité.

 

A la veille du XXIe siècle, malheureusement, la chute des entreprises textiles, celles de l’histoire de ses parents comme de sa jeunesse, a profondément bousculé ses repères, et s’il comprit qu’une mutation économique importante s’engageait, avec de nouveaux défis, de nouvelles équipes et un nouveau maire, à mes côtés, redevenu Premier Secrétaire de la Section Socialiste de Wattrelos, il voulait que Wattrelos reste fière d’elle-même, de ses valeurs de ville socialiste, ouvrière et solidaire.

 

Tant d’années durant, jeune militant, puis conseiller municipal, puis jeune maire, j’ai tant appris de lui, et nous avons tant partagé, humainement et politiquement.

 

Malheureusement, un jour, il a refusé de me serrer la main, s’est éloigné de moi et nous ne nous sommes plus parlé. Quelle blessure, humainement, ce fut, et c’est encore, pour moi. Pourquoi ? Je ne l’ai jamais su. Sans doute, dans cette querelle, y a-t-il des torts partagés. Pourtant, je suis fier d’être son successeur.

 

Notre proximité humaine, notre respect et considération mutuels furent si forts, pendant plusieurs décennies, qu’une vaine querelle ne peut me faire oublier l’homme qu’il fut et que j’ai admiré si longtemps, et dont j’étais l’ami.

 

Il y a quelques jours à peine, apprenant l’issue fatale proche, je suis allé le voir. Déjà absent, dans sa souffrance, je lui ai dit, en lui prenant la main, qu’il a serrée : « Bonjour Alain, je t’apporte le bonjour de Wattrelos ». Et il m’a souri : Wattrelos, sa belle, ce nom magique qui nous unit tous deux, lui et moi à jamais !

 

Comme maire, comme militant, et dans mon cœur d’homme, Alain Faugaret, je te le dis : tu es et resteras un grand homme !Par-delà les incompréhensions de la vie politique, l’amitié et le respect ne meurent jamais !

 

Un livre de condoléances sera installé dans l’Hôtel de ville, ainsi que son portrait pour permettre le recueillement. Les drapeaux seront mis en berne.

 

Wattrelos perd l’un de ses grands serviteurs.

 

Alain, repose en paix !

Partager cet article

Repost0

commentaires