Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 09:18

Lorsqu’il s’était invité en mairie le 30 avril, avec sa banderole (traditionnelle) et ceux qui l’accompagnaient, j’avais dit à Paul Destailleur que, compte tenu de mes engagements (dans les écoles) ce samedi-là, mieux vaudrait reprendre un rendez-vous pour le samedi 14 mai, à 9h30. Nous étions tous là à l’heure, et je les ai reçus dans mon bureau pour plus d’1h30 d’entretien.

 

Paul, animateur du Groupe d’Action des demandeurs d’emploi, a rappelé d’entrée ses préoccupations sur l’emploi et ses revendications que je connais et auxquelles j’attache grand prix de répondre autant que je le peux.

 

J’ai d’abord remis en perspective l’action gouvernementale depuis 4 ans, rappelant qu’en matière de politique d’emploi, en arrivant aux responsabilités, François Hollande avait 3 leviers d’actions possibles :

> la politique budgétaire, c’est à dire relancer les dépenses publiques. Sauf que la dette était déjà très élevée (+ 25 points de Pib de 2007 à 2012 !), qu’elle augmentait très vite (effet boule de neige, car les taux d’intérêt étaient supérieurs au taux de croissance), que le risque de « grecquisation » de la France sur cette tendance existait, qu’il était plus qu’urgent de casser cet emballement de la dette, et pour cela de réduire fortement le déficit (lui aussi très élevé : plus de 5 % du Pib), ce qui n’a pu se faire qu’en augmentant les impôts et en réduisant les dépenses ! Il n’y avait donc pas de marge de manœuvre pour augmenter les dépenses pour agir sur l’emploi.

> la politique monétaire, c’est-à-dire baisser les taux d’intérêt. La Banque Centrale Européenne l’a fait, et les taux sont dorénavant très bas. Cela favorise l’emprunt et la croissance, mais son effet macroéconomique prend du temps pour agir (de 18 à 24 mois) sur l’emploi. De plus, cela a un effet négatif : cela dévalorise l’euro (ce qui est favorable aux exportations certes), et donc renchérit les importations, et pèse sur le pouvoir d’achat. Ceci dit, la seule stimulation de l’emploi, cela ne peut pas venir de cet instrument.

> le développement et la compétitivité (par la politique de l’offre), ce que le Gouvernement a décidé de faire massivement à partir de début 2014, avec le CICE (qui n’est pas 40 Mds de « cadeaux aux patrons », comme on me le dit, mais 15 Mds € par an !) pour restaurer les trésoreries et les marges des entreprises, préserver l’emploi et créer les conditions d’investissement, et le Programme des Investissements d’Avenir, la Banque Publique d’Investissement, ou le Plan Juncker en Europe. L’inconvénient de cet instrument, c’est que s’il rétablit en profondeur l’économie, il est lent dans son action sur l’emploi : là aussi 18 à 24 mois avant que cela ne se manifeste sur les créations d’emploi !

 

Et voilà pourquoi on ne commence qu’à apercevoir en cette fin 2015/début 2016 les premiers signes de la baisse des défaillances d’entreprises, l’augmentation des créations, la diminution du chômage et surtout l’accentuation des créations d’emploi et des déclarations d’embauche.

 

C’est lent et progressif, mais c’est là ! Et il n’y a pas, il n’y avait pas dans les circonstances économiques du pays en 2012, d’autre politique possible.

 

La stratégie économique et sociale, c’est celle-là ; elle n’a pas interdit des gestes « sociaux » significatifs, et je les rappelle : + 10 % pour le RSA en 5 ans, la prime d’activité (4 Mds €) qui permet déjà à plus de 200 000 jeunes d’avoir un soutien financier qu’ils n’avaient pas jusqu’à présent, ou la « Garantie Jeunes » (ce que salue d’ailleurs Paul Destailleur !), non plus que les 300 € pour les chômeurs âgés (pour compenser l’AER que la Droite avait fait disparaître !).

 

De même, Pôle Emploi a recruté plusieurs milliers de nouveaux collaborateurs, et a réorganisé son fonctionnement.

 

Enfin, pour préparer la refonte des (dix) minima sociaux (et mettre fin aux incohérences – réelles – que soulignait parfois le GADE), le Gouvernement a reçu le rapport de mon collègue Christophe Sirugue, et devrait prochainement proposer les réformes nécessaires.

 

En ce qui concerne Wattrelos, j’ai confirmé à Paul Destailleur que Wattrelos était volontaire pour participer à l’expérimentation du « Territoire zéro chômeur de longue durée », mais que cela devrait se discuter dans un cadre métropolitain.

 

Pour autant je suis intéressé, comme député (et même si, étant membre de la Commission des Finances, je n’ai pas à intervenir dans les questions sociales), par les incohérences ou difficultés que les demandeurs d’emploi, présents ou que rencontre Paul, ont à connaître. Il me cite ainsi : les conditions d’attribution des 300 € des chômeurs âgés, les problèmes de l’accompagnement renforcé à Pôle Emploi, les conditions de départ en retraite des frontaliers, ou la participation des demandeurs d’emploi aux instances de l’Unedic ou de l’emploi (sujet sur lequel j’ai déjà posé une question écrite au Gouvernement en 2013, et… restée sans réponse, sans doute par la position de refus ferme des organisations syndicales !).

Partager cet article

Repost0

commentaires