Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

3 juillet 2021 6 03 /07 /juillet /2021 15:42
Hommage à une femme et un homme qui auront servi la République et l’humanisme : mon discours pour la décoration de Chevalier de l’Ordre National du Mérite à Sophie Liagre et Jean-Pierre Mollière

Madame la Députée,

Monsieur le tout nouveau Conseiller départemental (j’excuse Soraya Fahem, retenue par l’hospitalisation de sa maman),

Mesdames et Messieurs les élus, chers collègues,

Mesdames et Messieurs, en vos fonctions, grades et responsabilités,

Cher Germain Druelle, représentant éminent des décorés de l’Ordre du Mérite,

Chère Sophie,

Cher Jean-Pierre,

 

Être ici avec vous tous ce matin, est à la fois pour moi un moment solennel et émouvant. Solennel car nous sommes réunis parce que la République met à l’honneur deux personnalités, et que si le protocole républicain impose pour cette cérémonie des règles, ici à Wattrelos nous y ajoutons notre marque, par le décor conçu par les services municipaux que je remercie très chaleureusement et par votre présence à tous, pour dire notre fierté de voir deux wattrelosiens (ou « quasiment » Cher Jean-Pierre) décorés. Ce n’est pas anodin que de recevoir une distinction, par décret du Président de la République, distinction qui est celle d’un des deux ordres nationaux.

 

L’Ordre National du Mérite, créé en 1963 à la demande du Général de Gaulle, est symbolisé par un ruban bleu (choisi par le Général lui-même). Pour reprendre la définition par un ancien Président de la République : « C’est le plus beau symbole du dévouement ; il représente l’adhésion à l’esprit de la République. Il lui donne des visages, des exemples. Il encourage l’émulation et invite les citoyens de notre pays à donner le meilleur d’eux-mêmes ».

 

Rappelons d’ailleurs que, lorsqu’il fut créé, l’Ordre du Mérite simplifiait les distinctions françaises, car il fusionnait en un ordre unique, 13 ordres du mérite de divers ministères et les 3 derniers ordres coloniaux !

 

Ainsi – et j’aime bien à chaque cérémonie le rappeler – Chère Sophie et Cher Jean-Pierre, lorsque dans un instant je vous épinglerai ce ruban bleu, vous recevrez en quelque sorte en même temps : l’Ordre du Mérite Social, l’Ordre de la Santé Publique, du Mérite Commercial et Industriel, du Mérite Artisanal, du Mérite Touristique, du Mérite Combattant, du Mérite Postal, de l’Economie Nationale, du Mérite Sportif, du Mérite du Travail, du Mérite Militaire, du Mérite Civil, et même du Mérite Saharien !

 

Au-delà du sourire que cette liste peut légitimement provoquer, retenons que cette distinction républicaine réunit les générations, les horizons professionnels, les hommes et les femmes (dorénavant a parité, pour chaque promotion, et ce matin à Wattrelos, nous l’illustrons bien : une femme, et quelle femme ! Un homme, et quel homme !), et l’ONM dépasse les origines, les conditions sociales.

 

Comme l’écrivait ainsi un Président de la République : « Une distinction n’est pas une hiérarchie, non plus qu’une réparation. C’est un instrument d’égalité, une chance offerte à chacun dans l'accès à l’honneur, à la reconnaissance, à la récompense. Tous nos concitoyens, quelle que soit leur place dans la société, doivent pouvoir penser qu’à un moment, la société peut les récompenser pour un acte de bravoure, de générosité, d’engagement, quel qu’il soit ».

 

            Emouvant, ce moment l’est aussi, pour les récipiendaires d’abord bien sûr, mais aussi pour leurs collègues, ou encore pour l’équipe municipale et moi-même car ce sont des « figures » bien connues que je vais épingler dans quelques minutes, des « personnages » de la vie publique wattrelosienne devenus des amis. Et je n’oublie pas non plus que leur médaille leur est remise par mes soins :

- à Sophie Liagre, dans le cadre de l’action entreprise par le CCAS qu’elle dirigeait dans la lutte contre le Covid ;

- et à Jean-Pierre Mollière, à quelques semaines, presque jours, du terme de son parcours professionnel, puisqu’en octobre prochain il fera valoir – s’il ne change pas d’avis – ses légitimes droits à la retraite.

 

            Mais assez parlé du contexte de cette cérémonie, parlons-donc des deux médaillés du jour. Catherine Osson en a déjà dressé un portrait : je vais essayer de ne pas répéter ses propos, mais il y a un risque car je pense que tous deux nous pensons la même chose de nos médaillés, à savoir beaucoup de bien !

 

            Jean-Pierre, tu me pardonneras de parler d’abord de Sophie, galanterie oblige.

 

            ● Sophie Liagre n’est pas une habituée du feu des projecteurs, même si la dernière fois que je l’ai vue monter sur cette scène c’était pour Miss Wattrelos (non pas comme candidate, mais comme accompagnatrice de sa fille élue 1ère Dauphine : je préfère préciser). Je n’ignore donc pas que la reconnaissance que cette cérémonie lui donne – reconnaissance de son parcours et de ses qualités humaines – lui fait vivre une situation bien embarrassante, elle qui préfère œuvrer dans l’ombre plutôt que sous les projecteurs.

 

            Aussi, comme je le ferai tout à l’heure pour Jean-Pierre, je vais essayer de te résumer, Chère Sophie, en 3 mots : wattrelosienne ; social ; coeur.

            > Wattrelosienne : à mes yeux, c’est la plus grande des qualités, et wattrelosienne elle l’est de plusieurs générations. Wattrelosienne comme ses parents, ses frère et sœur, ses grands-parents maternels, ses arrière-grands-parents qui tenaient un estaminet dans notre bonne ville… De beaux brevets de wattrelosiannité sur le berceau !

 

            Sa vie débute dans une famille de commerçants, dans un environnement déjà fortement tourné vers les associations, ce qui n’est guère étonnant à Wattrelos. L’école primaire effectuée à Léo-Lagrange, au Sapin Vert, le secondaire à Gambetta à Tourcoing, puis inscrite à l’école d’infirmière de la Croix Rouge. Pour Sophie c’est la révélation ! Elle qui était habituée, plus jeune, à porter les courses à domicile chez les personnes âgées et à aider pour le ménage ou la toilette, se découvre une vocation de soignante. Ce ne seront pas les stages programmés dans les services les moins demandés par les stagiaires – notamment à l’hospice rue d’Havré, à Tourcoing – qui la décourageront : son chemin est tracé, elle effectue ses 3 années de formation et boucle sa scolarité en se classant 2ème de sa promotion !

 

            Son stage de fin d’année d’infirmière se déroule en milieu carcéral, à sa demande, au Centre de détention de Loos précisément, où se purgent les peines les plus lourdes. Imaginons Mesdames et Messieurs, la jeune Sophie, blondinette de 21 ans, traversant tout le centre de détention sous le regard attentif de prisonniers pour aller prendre ses fonctions à l’infirmerie ! Il m’a été rapporté que, durant cette période, nombreux furent les détenus à avoir soudain mal au crâne et à ressentir un impérieux besoin de consulter… Cette expérience la touche pourtant profondément, tant elle reçoit de poèmes et de lettres, souvent de détresse, de la part de ses « patients ». Le poste est disponible, on lui propose, mais elle le refuse car sans doute trop impliquant émotionnellement.

 

            > Et c’est la 2ème caractéristique de notre impétrante : son goût profond, sa fibre, son engagement pour le social.

 

            Cette rencontre avec le social, jamais ensuite ne se démentira. Au poste qu’elle occupe à la polyclinique de la Louvière au milieu des années 80, elle doit faire preuve de solidité, de force morale, voire davantage encore : le service oncologie, plus précisément les départements gastrique et pneumologie, ainsi que le service addictologie. La mort y fait partie de son quotidien : quasiment un décès par jour, des patients auxquels on s’attache et qu’il faut se résoudre à voir partir… Sophie ne se ménage guère, et restera à jamais marquée par des situations humainement très compliquées.

 

            En 1986, elle répond à une annonce roubaisienne pour devenir Directrice de foyer-logement pour un nouveau projet au Cul-de-Four, les prémices de nos résidences intergénérationnelles. Nouvelle révélation pour elle : l’accompagnement des personnes âgées. Prenant son travail à cœur, Sophie se trouve assez vite à gérer quatre structures, sous la direction d’un certain Patrick Kanner, alors directeur du CCAS de la Ville de Roubaix.

 

            Au CCAS de Roubaix, elle prend la Direction du service gérontologie en 1992. Quelques années plus tard, devenu maire, je la croise durant une réunion et tout de go je m’étonne « Vous êtes Wattrelosienne et vous travaillez à Roubaix » ? Elle me répond tout aussi directement qu’on ne lui a jamais proposé de travailler à Wattrelos. L’affaire est vite entendue. Jeune maire, je souhaite structurer le Service gérontologie du CCAS de Wattrelos, avec mon Adjointe d’alors Marie José Dens et la voilà donc Directrice. Une Directrice efficace, pendant près de dix ans, de 2002 à 2011, date à laquelle je lui confie la Direction générale du CCAS jusqu’à… eh bien ces dernières semaines, puisqu’à la suite d’un remaniement des directions générales de la Ville que j’ai voulu initier, Sophie est la nouvelle Directrice générale adjointe en charge des fêtes, de la culture, de l’enfance et de la santé.

            > Enfin, 3ème mot qui va bien à Sophie Liagre, celui du Cœur, car elle est une femme de cœur, avec cette particularité physiologique d’être à la fois un « petit cœur » (car très sensible) et d’avoir un « grand cœur » (car elle accueille, aide, et soigne les détresses).

 

            Dans ce cœur, là aussi il y a plusieurs ventricules, bien davantage que la faculté de médecine ne les reconnait.

 

            Il y a d’abord et avant tous sa famille. Sa mère dont elle était si proche, dont le départ fut une blessure jamais refermée, et à qui je le sais elle pense très fortement aujourd’hui ; son père, son plus grand amoureux s’il en est, lui aussi si proche, et pour qui elle sacrifie beaucoup, tant elle l’aime ! Ses 2 enfants, Nicolas, qui partage sa vie entre Vancouver et la France, et Alexia, bien connue, ancienne Dauphine, Présidente du Comité Miss Wattrelos, et qui lui aura donné un double bonheur ! Celui d’être infirmière comme sa mère, et un petit Noa qui aura conféré à Sophie, sa plus belle fonction, celle de « mamie » !

 

            Dans son coeur, il y a aussi les autres, tous les autres quels qu’ils soient. Ses collaborateurs, avec qui elle entretient toujours des liens de proximité, dans le travail et parfois dans la vie, et qui pleurent quand elle quitte ses fonctions. « Ses » élus au Nouvel Age : Marie-Jo, Dany et aujourd’hui Michèle et Pascal en attestent, de même que « ses » responsables de clubs.

 

            Mais dans « les autres », il y a aussi toutes ces résidentes, tous ces résidents, anonymes, dont par dizaines, par centaines, elle a été proche, dont elle a tenu la main, « écouté » les douleurs et les problèmes, soigné les plaies physiques ou psychologiques, un altruisme humaniste qui est son engagement personnel et philosophique qui la rend toujours disponible et prête à intervenir. Ma propre mère, si elle était encore de ce monde, en témoignerait, et avec elle tant et tant de personnes âgées qu’un jour, une nuit, elle a relevé, soigné, consolé. Pour ces ainés du Nouvel Age, elle est devenue une référente fidèle, une confidente parfois, une amie souvent. Pour la passion de son métier. Pour l’amour sincère de son prochain surtout.

 

            Dans cette médaille, Chère Sophie, il y a tout cela, tout cet humanisme, toute cette fraternité et cet amour des autres, qu’avec tes équipes – avec qui je le sais, du plus profond de ton cœur, tu partage cet honneur que la République te fait – tu as porté au paroxysme, lors de cette crise sanitaire, présente jour et nuit dans des Résidences de la ville pour lutter contre le Covid et ses terribles conséquences.

 

            Aucun élu de l’Administration municipale n’oubliera jamais cette présentation des mesures anti-Covid mises en œuvre par tes équipes du CCAS sous ton autorité : à la fin de ton exposé, les applaudissements furent spontanés et chaleureux.

 

            La République aussi les a entendus, puisque c’est sur proposition du Ministre des Solidarités et de la Santé que, par décret du 31 décembre 2020, le Président de la République t’aura nommée Chevalier dans l’Ordre National du Mérite. Toutes mes chaleureuses félicitations, Chère Sophie !

 

           

            ● Autre impétrant, M. Mollière « Mollière », comme on l’appelle affectueusement à Wattrelos, Mesdames et Messieurs, n’est ni « Avare » ni « Malade Imaginaire », pas même « Bourgeois Gentilhomme » (quoique…) : non, ce « Mollière »-là s’appelle Jean-Pierre, et il est Inspecteur de l’Education Nationale. C’est « notre » Inspecteur à nous, à Wattrelos !

 

            Et pour nous équipe municipale - il en a usé plus d’un Adjoint aux Ecoles -, ou pour moi - ça, il a toujours eu le même maire, et nonobstant son obligation de réserve, je crois pouvoir dire qu’il s’en félicite ! - pour mon équipe municipale ou pour moi, disais-je, Jean-Pierre Mollière c’est notre « complice ». Mais le complice au sens positif du terme, de ceux qui s’épaulent pour réussir ensemble, pour aller chercher ensemble des sous, pour obtenir ensemble les meilleures décisions. Le complice au sens de ceux qui partagent les mêmes valeurs, les mêmes objectifs, qui veulent les mêmes choses pour nos écoles et pour nos enfants.

 

            D’un travail en commun pour bâtir en commun, sont nés entre nous, Cher Jean-Pierre, une considération réciproque et une amitié peu communes. Lesquelles ne tiennent pas qu’à notre année de naissance identique, 1959, même si c’est objectivement un bon début !

 

            Pour parler de toi, comment faire autrement qu’avec 3 mots aussi : éducation ; Wattrelos ; solidarité.

 

            > L’Education, son leitmotiv, le fil rouge de sa vie, celui de son ménage aussi, car c’est à l’Ecole Normale qu’il a rencontré celle qui deviendra son épouse. Mais derrière l’Education, il y a pour lui l’Enfant, les apprentissages, la citoyenneté, la laïcité, la cité, la lutte contre les inégalités, le soutien, la pédagogie, là aussi comme Sophie la main tendue aux plus faibles, aux « a-normaux » mot qui le révulse, aux marginaux sociaux, culturels, ethniques, aux peuples défavorisés.

 

            L’éducation comme ce qui doit être donné à chaque enfant, pour lui donner les meilleures chances de réussite, quelqu’il soit, d’où qu’il soit et d’où qu’il vienne.

 

            C’est pour cela que Jean-Pierre Mollière croit plus que tout à l’Ecole de la République. Et qu’il va s’y investir, j’ose dire « corps et âme »… ce ne sont pas son épouse et ses proches qui me démentiront.

 

            Plus qu’une vocation, c’est pour lui un engagement. Loin d’être passif dans sa vie, il veut être actif, acteur du changement, acteur de la réussite des plus jeunes.

 

            Très tôt, Jean-Pierre en effet s’investit dans la vie de son village de Quesnoy sur Deûle : l’animation de la jeunesse l’attire. Animateur de centres aérés, puis directeur de centre de loisirs – son âme de responsable s’affirme sans tarder – il fondera par la suite un camp de jeunes, puis deviendra directeur de camp d’adolescents pendant plus de 10 ans.

 

            Il le sent, il en est convaincu : il vouera sa vie professionnelle à la jeunesse, et comment mieux la servir qu’en intégrant l’Education nationale ? C’est tout naturellement qu’après le Bac, après un service militaire effectué dans l’infanterie de marine où il goûtera, à Mont-de-Marsan et à Pau, aux joies de la chute libre et du parachutisme – j’y reviendrai – il vise l’Ecole normale et obtient brillamment le concours, se classant parmi les premiers !

 

            Son premier poste l’éloigne un temps de la métropole : il intègre un institut d’éducation motrice à Coudekerque-Branche, premier contact avec le handicap qui correspondra à son investissement professionnel pendant vingt ans. Mais l’éloignement rend l’équilibre entre vie personnelle et professionnelle délicat : jeune marié, Jean-Pierre est également jeune papa (de Julien, né en 1980 : pour les puristes des dates, vous remarquerez qu’il est même très jeune papa !). Il demande donc un poste dans la métropole, un poste de remplaçant, ce qui attire l’attention de l’inspecteur. Mais pourquoi un Normalien se positionne-t-il sur un poste de remplaçant ?

 

            Eh bien, parce que Jean-Pierre est un homme de mission, déjà à l’époque. Une mission nouvelle l’attend, elle se crée. Un texte de loi de l’Education nationale la définit au début des années 80 : il s’agit d’intégrer les enfants porteurs de trisomie 21. Jean-Pierre est volontaire : il y accompagne dans les écoles du secteur de Roubaix une petite dizaine d’enfants à Roubaix, Willems et, je vous le donne en mille, à Wattrelos, à l’école maternelle Jacques-Brel.

 

            Dans le cadre de cette mission, il collabore avec le CAMSP de Roubaix, où il rencontrera celui qui sera un de nos grands amis communs le docteur Maurice Titran, célèbre pédiatre. Ni Jean-Pierre, ni moi n’avons oublié notre émotion en inaugurant à Beaulieu, en 2010, le Centre Maurice-Titran en présence de son épouse et de ses filles. Un grand homme, assurément. Et né à Wattrelos, de surcroît.

 

            Jean-Pierre obtient son diplôme d’enseignant spécialisé en 1985. C’est l’époque où les maires de Roubaix et de Tourcoing réclament au Garde des Sceaux des mesures pour gérer les cas de jeunes délinquants multirécidivistes qui empoisonnent le quotidien. Il y a là un nouveau cheval de bataille pour Jean-Pierre : en lien avec l’association Le Gîte, chargée de proposer une alternative à l’incarcération, il accompagne ces adolescents, en sa qualité d’instituteur, pendant deux ans. Il les emmène par exemple pratiquer l’escalade, ce qu’il appelle « une conduite à risque socialement acceptable ».

 

            Poursuivant par ailleurs sa collaboration avec le CAMSP, il travaille pour des familles connaissant des situations complexes, puis devient conseiller pédagogique, puis conseiller pédagogique départemental, plus particulièrement en charge des questions d’enseignement aux enfants relevant d’un handicap – le voilà rendu à son orientation professionnelle initiale.

 

            Dans cette nouvelle fonction, il crée un système d’enseignement à domicile pour les enfants malades ou accidentés (qui existe toujours) ; il est aussi chargé de mission pour la scolarisation des enfants du voyage à la fin des années 90 et… c’est là que la rencontre avec Wattrelos prend corps.

 

            > Oui Wattrelos car à l’époque Wattrelos est l’une des quatre villes de la Communauté urbaine de Lille à respecter la loi Besson portant obligation aux communes de plus de 5 000 habitants de disposer d’une aire d’accueil. Naturellement, l’une des écoles de Wattrelos accueille ces enfants du voyage : il s’agit de l’école Brossolette, dirigée par une certaine Catherine Osson…

 

            Au fil de ses visites pédagogiques et de ses formations, un inspecteur de l’Education nationale dit alors à Jean-Pierre : « Toi, tu es de la graine d’inspecteur… ». Il ne faut pas le lui dire deux fois : Jean-Pierre passe le concours en 2002 et entre en fonction en 2003 !

            Au vu de son passé, on l’attend sur une circonscription spécialisée. Lui répond : surtout pas, un inspecteur est en charge de tous les enfants de l’école de la République ! C’est sur le terrain qu’il veut s’investir, dans un environnement où les besoins sont plus forts qu’ailleurs, où l’on parle d’éducation prioritaire, où l’on a besoin de lui. Plus qu’un engagé Jean-Pierre est un militant de la cause éducative.

 

            Voilà pourquoi il choisit Wattrelos ! Il n’y avait pas alors d’inspecteur titulaire ; avec lui, il y en a dorénavant un. Nommé en 2003, il ignore alors qu’il y fera toute sa carrière d’Inspecteur.

 

            Je ne peux m’empêcher de sourire en repensant à ce jeune Inspecteur, présidant à mes côtés les cérémonies annuelles de départ en retraite des enseignants, cérémonie à l‘époque très fréquentée, où il devait retracer la carrière de celles et ceux qui partaient en retraite. Et Jean-Pierre Mollière s’étonnait alors, et se tournait vers moi, de la longévité de carrière de ces enseignants, et directeurs, à Wattrelos… et moi de lui répondre : « Monsieur l’Inspecteur, Wattrelos un jour, Wattrelos toujours ! »

 

            Eh bien, il n’a pas fait mieux que les autres ! Ses 17 ans de fonctions d’Inspecteur, c’est à Wattrelos qu’il les aura vécues. C’est dire si c’est un « monument » de la cause éducative que nous voyons partir.

 

            Et le destin lui aura joué bien des tours.

 

            D’abord d’avoir été affecté dans une ville où, ici, d’Henri Briffaut à Alain Faugaret tout au long du XXème siècle, de maire en maire, d’équipe municipale en équipe municipale, l’éducation, le renforcement du capital humain de ces filles et fils de catégories sociales modestes qui n’ont pas de capital financier en héritage, est , qui n’ont pour réussir que leurs talents et leur intelligence, a toujours été le premier des investissements municipaux, le premier des budgets, la première des priorités.

 

            Ensuite, dans la rencontre dès juillet 2003 de ta première directrice d’école à Wattrelos, une jeune maman qui se présente avec son bébé : le bébé s’appelle Emma, la maman Catherine, celle-là même qui, des années plus tard, deviendra Députée, chargée des Crédits de l’Education Nationale à la Commission des Finances de l’Assemblée Nationale et qui, poursuivant une démarche que j’avais entreprise, obtiendra du Ministre de l’Education Nationale, par décret du 15 novembre 2018, que Jean-Pierre Mollière soit fait Chevalier dans l’Ordre National du Mérite.

 

            Enfin, parce qu’ici, Cher Jean-Pierre tu te mets à travailler avec un maire qui te ressemble beaucoup :  même souche familiale ouvrière, même culture de l’effort, de la passion du travail, des journées qui commencent tôt et finissent tard, même réussite personnelle grâce à l’école de la République. L’école de la République qui fut toute ta vie !

 

            Ensemble, nous l’avons voulu, Ville et Eduction nationale ont travaillé en « coproduction » : pas l’un au-dessus de l’autre, l’un avec l’autre, dans les idées comme dans la mise en œuvre. Et des chantiers on en aura mené pour les enfants de Wattrelos, avec et grâce à toi. Education artistique, Enfance de l’Art, éducation sportive, le retour à la piscine, les phases d’informatisation, les travaux, les rythmes scolaires, les plans éducatifs, la Réussite Educative, les Clubs Coup de Pouce, l’application des réformes que tu as toujours apaisé lorsqu’elle pouvait avoir des angles saillants, et surtout ces négociations parfois ardues avec ton Administration chaque année pour les mesures de carte scolaire où, malgré parfois des réductions d’effectifs d’élèves, grâce à ton habileté nous évitions des fermetures ou obtenions des postes supplémentaires, voire des ouvertures ; la rentrée 2021 le prouvera encore.

 

            Aussi, plus que tout long discours laudatif, pour tout cela, le Maire te dit, M. l’Inspecteur un vibrant MERCI !

 

            > Enfin, je ne peux conclure ce discours sans évoquer, rapidement même si cela mériterait d’en parler davantage, le 3ème mot qui te caractérise : la Solidarité.

 

            Car le militantisme de Jean-Pierre ne s’arrête pas à la porte de l’école, ou de l’inspection : il est engagé – à de « petites fonctions » - dans plusieurs associations :

            - il est Président départemental de l’ADSSEAD, qui a fusionné il y a huit ans avec La Sauvegarde du Nord : l’association accueille et accompagne les enfants et ados connaissant des difficultés psychologiques, scolaires, familiales ou sociales, ainsi que les adultes éloignés de l’emploi, les familles et les personnes en grande précarité. Une structure qui emploie quelque 1 500 salariés dans le Nord.

            - il est Président Départemental de l’OCCE (Office Central de la Coopération à l’Ecole) qui gère les coopératives scolaires, un organisme complémentaire à l’Education nationale qui permet de développer des projets pédagogiques œuvrant à l’éducation à la citoyenneté.

            - et enfin, qui l’ignore, ce Ch’ti est, curieusement le Président club alpin français, basé à Lille depuis 30 ans, ses grandes passions étant, depuis son passage par l’armée que j’évoquais tout à l’heure, la montagne, l’alpinisme, le parapente, la chute libre, mais aussi les randonnées à ski.

 

            Se lancera-t-il demain, une fois libéré de ses obligations professionnelles dans l’escalade du toit de l’Europe comme, il y a quelques jours un jeune Wattrelosien ? J’espère qu’il, va surtout chouchouter ses trois petits-enfants Céleste, Cyprien, Agnès, filles et fils de ses deux enfants Julien et Marie.

 

            Chacun l’aura compris, ce n’est pas un discours d’hommage à un néo-retraité que je suis en train de terminer mais un discours d’hommage à un humaniste, un  homme d’honneur qui a su porter haut sa mission d’enseignant, de conseiller pédagogique et d’inspecteur, un homme féru de Jaurès et lecteur de sa « Lettre aux instituteurs » de 1888 qui sait qu’un enseignant tient « dans ses mains l’intelligence et l’âme des enfants »,  engagé dans son métier comme dans la vie associative, un homme au service des autres et d’un idéal de fraternité, d’égalité, de justice sociale, la République chevillée au cœur, un homme apprécié de tous et dont on se souviendra ici avec émotion avoir croisé sa route.

 

            Cher Jean-Pierre, je fais indéfectiblement partie de ceux-là !

 

            Vous unir tous deux, Chers médaillés dans une même cérémonie, se veut symbolique. Jean-Pierre est à l’éducation ce que Sophie est aux ainés : l’un et l’autre se caractérisent par l’intensité de leur engagement, militants infatigables de la cause qu’ils portent au fond d’eux pour qu’elle soit reconnue. Ce sont une femme et un homme qui, l’un comme l’autre, « en même temps » comme le dirait le Président de la République Emmanuel Macron, qui a signé votre décret de nomination, auront servi la République et l’humanisme.

 

            Sincères, très sincères félicitations, à tous deux !

 

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2021 1 24 /05 /mai /2021 08:04
Rien n'est si beau que d'Aimer : mon discours aux Jubilaires / Pentecôte 2021

Pour lire mon discours, cliquez ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
24 mars 2021 3 24 /03 /mars /2021 10:33
Mon discours lors de l'inauguration de la rue Arnaud Beltrame

Madame la Députée,

Monsieur le Sous-Préfet, Secrétaire Général de la Préfecture,

Mon Général, Commandant la Région de Gendarmerie Hauts de France,

Monsieur le Commissaire,

Madame et Monsieur les Conseillers départementaux,

Monsieur le Maire de Leers, membre de la famille,

Chers Collègues, Mesdames et Messieurs en vos fonctions et responsabilités,

Chère Madame, cher Monsieur,

 

C’était il y a 3 ans. Le 23 mars 2018, en milieu de matinée, à Carcassonne, un jeune homme de 25 ans vole avec violence une voiture, tue l’un de ses occupants et blesse grièvement le second. Son funeste projet consiste à s’attaquer, au nom de l’Etat islamique, à des militaires, ou des représentants de l’ordre républicain. Ainsi, il tire plusieurs balles sur un groupe de CRS et blesse grièvement l’un d’entre eux. Puis il s’enfuit dans la voiture volée à destination de Trèbes, 8 kilomètres plus loin.

 

Il entre alors dans un supermarché et tue d’emblée deux personnes, lançant également une grenade qui n’explose pas, fort heureusement. Presque tous les clients parviennent à s’enfuir, des employés se réfugient dans la chambre froide du magasin, l’hôtesse d’accueil dans la salle des coffres. Le terroriste s’y retranche lui aussi, prenant l’hôtesse en otage.

 

Celle-ci parvient à l’apaiser et le persuade d’appeler le commissariat pour faire valoir ses revendications. Le GIGN de Toulouse est mobilisé ; il demande l’aide du groupe national qui décolle de la base aérienne de Villacoublay une heure plus tard. En attendant, le peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie de Carcassonne, emmené par le lieutenant-colonel Beltrame, le plus haut gradé du groupe, pénètre dans le magasin. Témoignant d’un sens aigu de l’honneur et de sa mission de protection des plus faibles, portant à un haut niveau sa foi et son sens de l’engagement pour l’humanisme et la fraternité, Arnaud Beltrame propose au terroriste de se substituer à l’otage. Dix minutes plus tard, l’échange intervient. Les autres personnes encore cachées dans le magasin sont évacuées.

 

Otage à son tour, le lieutenant-colonel Beltrame est seul avec un terroriste aux abois, extrêmement dangereux. On imagine sa force intérieure ; on imagine son inquiétude sans doute, en analysant les risques ; on imagine combien il sait qu’à tout moment la situation peut déraper ; on l’imagine maître de lui, brave, digne.

 

Durant près de trois heures, il tiendra tête au terroriste avec sang froid, essayant de gagner du temps, de laisser du temps à l’installation du dispositif d’intervention, de permettre l’engagement du dialogue avec le négociateur via son téléphone, qui reste allumé. C’est ainsi qu’en essayant lui-même en corps à corps de neutraliser le terroriste, Arnaud Beltrame donnera le commandement de l’assaut à ses troupes qui entendent tout ce qui se passe dans la pièce. Quand l’assaut se termine, quelques minutes plus tard, le terroriste est abattu, mais son otage est grièvement blessé. C’était le 23 mars 2018 : personne en France n’a oublié ce terrible jour. Mais la France reste stupéfaite, abasourdie, blessée quand le lendemain elle apprendra que le valeureux colonel a cessé de vivre pendant la nuit à l’hôpital de Carcassonne.

 

Le Colonel Arnaud Beltrame n’est plus. Mais son esprit, sa vaillance, sa mémoire, son courage eux doivent continuer de vivre. Comme autant d’exemples de ce que la France, notre armée, les forces de l’ordre, la gendarmerie ont de plus exemplaire, de plus noble. Wattrelos n’oublie pas. Ce 24 mars 2021, 3 ans après ces évènements dramatiques, jour pour jour après sa disparition, Wattrelos veut honorer cet homme d’honneur, ce héros de la Nation que fut, qu’est le Colonel Arnaud Beltrame.

 

C’est en plein Centre-ville, dans un quartier moderne et d’avenir de Wattrelos, c’est au cœur de Wattrelos - car ce que nous faisons aujourd’hui est d’abord un acte de cœur - qu’une rue portera le nom d’Arnaud Beltrame. Un homme qui, par le sacrifice de sa vie, a permis de sauver d’autres vies, un homme courageux qui a placé le sens du devoir et des responsabilités au-delà de toute autre considération, s’élevant au niveau de ces illustres Français qui, en des temps plus sombres de notre Histoire, furent eux aussi des héros, au mépris du danger, de leur peur, de leur vie, un homme qui croyait à l’homme, un homme qui défendait la Liberté, l’Egalité, la Fraternité, un homme qui servait un idéal, celui de la République.

 

Lui rendant hommage, le Président de la République Emmanuel Macron déclara : « Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame est mort au service de la Nation, à laquelle il avait déjà tant apporté. En donnant sa vie pour mettre un terme à l'équipée meurtrière d'un terroriste djihadiste, il est tombé en héros ». Son éloge funèbre fut prononcé lors d'un hommage national le 28 mars 2018 à l'Hôtel des Invalides en présence de trois anciens Présidents de la République. Arnaud Beltrame fut promu au grade de Colonel à titre posthume et fait Commandeur de la Légion d'honneur, avec citation à l’ordre de la Nation. Il reçut également les médailles de la Sécurité intérieure, de la Gendarmerie nationale et celle pour acte de courage et dévouement, qui confirment la Croix de la Valeur Militaire qu’il avait déjà.

 

Le colonel Beltrame n’était pas nordiste, mais sa belle-famille, elle, l’est : Marielle, son épouse, est originaire de Marcq-en-Baroeul où ses parents, Madame et Monsieur Vandenbunder résident. Je les salue et les accueille avec affection. Ils nous, ils lui font l’honneur et l’amitié d’être présents avec nous ce matin, ici à Wattrelos, et c’est avec reconnaissance et émotion que je les en remercie. Transmettez, Madame, Monsieur, à Marielle votre fille, et à la famille Beltrame notre message d’admiration et de profond respect pour le héros que fut Arnaud Beltrame.

 

Il y a trois ans, après ces événements dramatiques, le Conseil municipal avait pris l’engagement qu’une rue de notre commune porterait son nom. En remerciant la SEM Ville Renouvelée dans son programme de nous en offrir l’opportunité, aujourd’hui je suis fier de tenir cet engagement, et de le faire très républicainement en présence de mon opposition de l’époque. Car la République ne se partage pas, ne se découpe pas, elle se vit, elle se défend. Face à l’ennemi commun – l’islamisme radical, le terrorisme le sont – aucune division n’est tolérable. Seule l’union des défenseurs de la République vaut.

 

Arnaud Beltrame avait mission de protéger, sa fonction était d’ordre et de sécurité, mais son idéal profond était d’unir les hommes. Par son sacrifice, il fait de nous à jamais des serviteurs de sa mémoire. Parce qu’il nous rappelle l’essentiel, parce qu’il nous montre le chemin de ce qui unit, et doit unir : la République !

 

Il rejoint ce midi la liste des personnalités illustres dont Wattrelos perpétue la mémoire, à l’image d’André Cambray, grand combattant et Résistant, dont le Boulevard, à l’intersection de cette rue Arnaud Beltrame, porte le nom.

 

A chacun de leurs passages, les promeneurs, mais aussi les élèves des établissements scolaires proches, les collégiens, ceux de Saint-Joseph comme ceux du futur collège public qui devrait se situer à quelques dizaines de mètres, en lisant cette plaque, sauront qu’ici on n’est pas qu’au cœur de Wattrelos, mais au cœur de la République.

 

Merci Monsieur le Préfet, merci Mon Général, merci Commissaire, merci Madame la Députée élue de la Nation, chacune et chacun, par vos fonctions, vous êtes une part de la République, et avec vous, et les élus qui m’entourent ce matin, la République honore un de ses fils valeureux, et les Wattrelosiens un de leurs frères de cœur.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2021 6 20 /03 /mars /2021 10:42
Le budget 2021 au conseil municipal

Après le Débat d’Orientations Budgétaires pour 2021 en janvier dernier, c’est le temps du vote du Budget lors du Conseil Municipal de ce samedi 20 mars. Pour présenter ce Budget, évidemment je ne suis pas revenu sur les contextes économique et législatif nationaux, puisque je les ai évoqués lors du DOB. Tout au plus ai-je rappelé que la France a connu en 2020 une chute historique de sa croissance économique de - 5,9 %, et que, si d’après l’INSEE notre pays pourrait renouer avec une croissance de l’ordre de 5,5 % en 2021, cette reprise sera insuffisante pour effacer la chute de 2020. Ce constat, nous pouvons également le faire pour les comptes de notre ville.

 

            Car la crise sanitaire qui dure n’est pas sans conséquences sur les prévisions de recettes et de dépenses de la commune.

 

            2020 a eu des conséquences négatives sur nos recettes, et sur notre résultat annuel (en fléchissement sur 2020), mais nous avons su contenir les conséquences de la crise, le résultat final se soldant à + 1,77 M€. C’est pour le rétablir, et avec lui notre autofinancement, que nous avons affiché lors du DOB 2021 une stratégie financière claire pour construire le Budget 2021. Celui-ci se construit sur 3 caractéristiques fondamentales :

- avec un autofinancement préalable très correct (1,9 M€) ;

- une baisse de 30 % de la Taxe d’Habitation pour ceux qui la paient encore ;

- une nouvelle diminution de 500 k€ de l’endettement.

 

            Prudent, le Budget 2021 n’en est cependant pas moins volontariste.

 

            Globalement en baisse (- 1,1 %) par rapport au Budget Primitif 2020, il comporte cependant une belle progression de l’investissement (+ 4,5 % sur 2020, et + 6 % depuis 2019). Modérer son fonctionnement et accroître son effort d’investissement, c’est une évolution vertueuse. Elle est rendue possible grâce à l’amélioration structurelle et en profondeur de la situation financière de la ville.

 

            Le Budget 2021, ce sont 60,5 M€ : 52,4 M€ pour le fonctionnement des services, et 8,1 M€ pour l’investissement.

 

            A dire vrai, côté fonctionnement, les recettes restent incertaines, car dépendantes des mesures sanitaires (fréquentation des cantines, des crèches, des spectacles,…), et vont peiner à retrouver leur niveau de 2019 : il faut donc rester prudents sur les dépenses.

 

            En revanche, en ce début de mandat, le programme municipal se déploie en investissements, dopé par le soutien possible de France Relance, le plan de relance gouvernemental.

 

            C’est ainsi grâce à ce dernier que dans ce Budget nous pouvons financer la réhabilitation de la salle de sports Jean Zay au Sapin Vert, la rénovation de l’éclairage au stade du Beck, celle des vestiaires de la salle Savary, et ouvrir un nouveau self de restauration scolaire au groupe Brossolette.

 

            A ces investissements s’ajoutent les projets du mandat en cours (accessibilité, ZAC Centre-Ville, vidéoprotection, rénovation des matériels), avec en particulier les travaux de la nouvelle phase de la salle de spectacles en Centre-ville, et une 1ère phase de la rénovation thermique de l’école maternelle Buisson.

 

            Fil rouge du mandat, l’ambition « Ville Nature » s’affiche à travers un coup d’accélérateur des investissements liés à l’environnement et au développement durable (chaudières, éclairage public, véhicules électriques, espaces verts, parcs canins,…) pour près de 600 k€.

 

            A ceci s’ajoute un espoir pour le 2nd semestre : pouvoir refaire la charpente de St Maclou, gros projet qu’on ne pourra toutefois financer que si la ville obtient des soutiens.

 

            Pour lire ma présentation du Budget 2021, cliquez ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 16:47
Vacciner à Wattrelos, oui, dès qu’on le peut

Depuis près d’un an maintenant, notre pays vit, avec la crise sanitaire, un moment terrible, dont nous savons tous que la vaccination massive de la population est la seule issue. De fait, la confiance de la population dans le vaccin est grandissante, tant mieux ! Et puisque dorénavant les Français sont de plus en plus convaincus que le vaccin est leur meilleure protection, ils le réclament avec impatience : celle-ci est grande, et on la comprend.

Mais pour que la vaccination ait lieu, cela suppose deux choses : que des centres de vaccinations soient mis en place ; que des vaccins soient disponibles. Or, sur ce dernier point, il faut savoir bien sûr que ces vaccins ne s’achètent pas aisément : ils font l’objet d’une commande publique de l’Union Européenne, puis ces vaccins une fois livrés sont répartis entre les Etas-membres, puis une fois en France répartis par les autorités sanitaires d’Etat.

Et de ce point de vue (même si je trouve pour ma part extraordinaire qu’aient déjà, à peine un an après le déferlement de la pandémie, pu être mis au point plusieurs vaccins par la recherche médicale), puisqu’il s’agit d’un processus de fabrication industrielle à très grande échelle, il est clair que les livraisons seront progressives et s’intégreront dans un processus long : le Ministre de la Santé, comme le Président de la République ont, à juste titre et avec réalisme, évoqué la fin de l’été.

La position de la Municipalité est que, dès que ce sera possible, un Centre de vaccination sur Wattrelos doit être mis en place. La Préfecture, en accord avec l’ARS (Agence Régionale de Santé) a arrêté le 14 janvier 2021 une première liste de centres pour ouvrir dès le 18 janvier.

Pour la suite, deux options sont possibles, et peuvent même s’additionner, selon les doses disponibles et le nombre de personnes à vacciner :

- le Centre Hospitalier de Wattrelos a les locaux, et les personnels disponibles (dans son ex-pôle Espas), pour permettre une cinquantaine de vaccinations par jour ;

- la CPTS (Communauté de Professionnels du Territoire de Santé) Wattrelos/Leers/Hem/Lys/Lannoy est mobilisée pour engager durablement et en nombre la vaccination dès que possible, et je soutiens activement leur démarche.

 

Voilà pourquoi dès la mi-janvier j’ai fait savoir au Président de la Région, à la Préfecture et à l’ARS que la ville de Wattrelos mettrait à disposition, autant qu’il le faudra et dès que nécessaire, la salle Salengro. La vaccination à grande échelle prendra du temps, et nul besoin de se précipiter tant que les vaccins ne sont pas là : mais il faut être prêts pour quand ils le seront, c’est l’essentiel !

 

Avoir des vaccins, c’est la question-clé actuellement en France et dans notre Région.

 

Ainsi, dans leur lettre du 21 janvier 2021, le Préfet des Hauts-de-France et le Directeur Général de l’ARS m’écrivent : « malgré une allocation supplémentaire de 15 600 doses de vaccin, obtenues cette semaine à la demande de l’Agence régionale de santé (ARS) et de la Préfecture de région, le nombre de doses disponibles  pour le mois de janvier 2021 et connu à ce jour (124 250 doses pour l’ensemble de la région Hauts-de-France) ne permet pas de répondre intégralement aux demandes exprimées par les centres de vaccination actuellement ouverts et d’honorer en même temps tous les rendez-vous pour l’ensemble des publics prioritaires ».

 

Ils précisent : « Toutes les doses disponibles sont actuellement mises à la disposition des centres de vaccination de manière régulière de façon à lisser le nombre de vaccinations effectué tous les jours selon une répartition des doses effectuée au prorata de la population de tous les territoires des Hauts-de-France ».

 

Et, en me remerciant de ma proposition de mise à disposition de la salle Salengro, ils ajoutent que « tous ces projets de centres de vaccination sont étudiés avec la plus grande attention de manière à pouvoir être rapidement concrétisés lorsque le flux de doses alimentant notre région augmentera significativement dans les semaines ou les mois à venir ».

 

Pour l’heure, chacun le sait les vaccins manquent pour vacciner rapidement toutes les personnes de plus de 75 ans (après les résidents des EHPAD et le personnel soignant) : à Wattrelos, cela concerne 2 500 personnes ! Si on ajoute les personnes concernées de Leers, Hem, Lys et Lannoy, chacun comprend que notre proposition de la salle Salengro (avec la CPTS) est pertinente. Mais le Centre, s’il est autorisé par la Préfecture, ne pourra se mettre en place qu’une fois les vaccins livrés à la France, puis à notre Région.

 

Notre pays a préréservé 264 millions de doses via sa participation à la centrale d’achat européenne (soit de quoi vacciner quasiment deux fois toute la population française) : les achats réalisés sont donc suffisants : les vaccinations se feront au rythme des livraisons. Ma conviction c’est que c’est vers le printemps que les personnes volontaires pour être vaccinées auront leur premier rendez-vous.

 

Dans une note du 8 février, le Préfet et le DG de l’ARS portent à ma connaissance qu’à la fin de la 1ère semaine de février 150 000 injections de vaccin Pfizer auront eu lieu dans la région, et qu’« au mois de février  148 000 doses de vaccin Pfizer devraient nous être livrés, et 176 000 au mois de mars. Elles seront complétées par un peu plus de 15 000 doses du vaccin Moderna en février et a priori 28 000 au début mars ». S’agissant des 23 700 premières doses du vaccin Astrazeneca, la priorité sera donnée « aux personnels soignants de nos hôpitaux de tous âges », décision qui « se justifie par la pression croissante qui s’exerce sur nos structures hospitalières ».

 

Nous n’avons, collectivement, pas d’autre choix que d’être patients, mais quand la vaccination aura lieu est d’évidence moins important que le fait qu’elle ait lieu ! Cela impose sans doute moins de savoir quand on va sortir du tunnel, que de savoir que l’on va vraiment en sortir. Mais bien sûr, individuellement et collectivement, nous souhaitons tous que ce soit au plus vite.

 

A Wattrelos, avec mon équipe nous n’avons qu’une obsession : rester mobilisés et être prêts dès qu’on aura le feu vert pour ouvrir un centre.

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 16:40
Baisse de la Taxe d’Habitation, des investissements soutenus, prudence sur les dépenses : les Orientations du Budget 2021

Pour préparer un Budget communal comme celui de Wattrelos, la loi conduit à tenir, dans les 2 mois qui précèdent le vote de ce Budget, un débat dit « d’orientations budgétaires », où, normalement, majorité et opposition débattent des stratégies financières à mener à court et moyen terme, des prévisions de recettes (impôts, dotations de l’Etat, emprunts,…) et des choix de dépenses.

Enfin, normalement, c’est cela que devrait être un DOB. Mais pas à Wattrelos ! Car lors de la réunion du Conseil municipal ce samedi 23 janvier consacré au dit débat, les deux oppositions (qui n’avaient rient dit, ni l’un ni l’autre en Commission des Finances alors qu’ils auraient pu poser toutes les questions) ont été consternantes. Le RN a choisi de ne même pas demander la parole (silence absolu !) ses élus n’ont aucun avis sur la gestion de la ville, ni sur les ressources, ni sur les dépenses. Tandis que l’autre groupe conduit par M. Ricci s’est limité à la morgue anti-fonctionnaires municipaux de celui-ci (il n’a qu’un seul « discours de la méthode » : « externalisation »… autre mot de « privatisation », comme je lui ai fait remarquer) : ce dernier n’a aucune vision de ce que doit être la ville de demain, il n’a qu’une obsession : réduire le nombre de fonctionnaires ! Cela semble être la solution miracle dans sa tête… sauf que dans la fonction publique territoriale il y a des carrières à gérer et surtout des services à rendre à la population (et par exemple que ce soit par des agents publics ou des sociétés privées, la ville devra payer pour tondre les pelouses, et donc le rêve d’économies de M. Ricci sur le dos des agents municipaux n’existe pas, ce n’est qu’une illusion, sauf à admettre qu’on supprime des services rendus ! Ce n’est donc qu’une illusion dangereuse).

Seule la majorité municipale agit avec sérieux et responsabilité : en regardant les contextes économiques, sociaux, les prévisions de ressources (sans augmenter les impôts, ni sans avoir recours à plus d’emprunts), et par ses choix de dépenses, en modernisant les équipements de la ville, en entretenant le patrimoine, et en inscrivant résolument Wattrelos et ses services municipaux dans la transition écologique.

La construction du Budget 2021 est compliquée par le contexte de crise sanitaire : déjà en 2020, nous avons eu à subir une importante perte de ressources (chute des produits fiscaux et des services), et à l’inverse à des achats supplémentaires (masques, protections,…) liés aux besoins sanitaires, de sorte que l’autofinancement (épargne, c’est à dire la différence entre les ressources et les dépenses) a diminué.

Pour 2021, un objectif majeur est de redresser cet autofinancement, ce qui n’est pas facilité par la durée de la crise sanitaire, qui continue de peser sur les recettes de la ville et de pousser à la hausse nos dépenses de protection.

Mais, fort de la solidité de l’assise financière de la ville acquise à fin 2019 (un résultat global de 6 379 k€, pour une épargne brute de 4 142 k€), la Majorité municipale présentera pour 2021 un « Budget rigoureux ». « Rigoureux », cela ne veut pas dire un budget de rigueur, mais un budget sérieux et de responsabilité, construit sur 3 axes :

> une stratégie financière claire et solide : poursuite de la baisse de l’endettement (plus toujours plus sécurisé, plus réduit et moins coûteux) ; consolidation de l’autofinancement ; baisse de 30 % de la taxe d’habitation pour ceux qui la paient encore (2ème phase de la réforme gouvernementale) ;

> des investissements conformes au Programme municipal (accessibilité, vidéo-protection, économies d’énergie, Espace Culturel, plan d’actions « Ville nature ») et renforcés grâce au Plan de relance gouvernemental ;

> une grande prudence sur le fonctionnement (baisse des charges financières et des dépenses de personnel, mais soutien maintenu aux associations).

Pour lire le PowerPoint présenté au Conseil municipal, cliquez ci-dessous.

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2021 5 01 /01 /janvier /2021 00:01
Meilleurs voeux à toutes et à tous !
Meilleurs voeux à toutes et à tous !
Partager cet article
Repost0
31 août 2020 1 31 /08 /août /2020 08:42
Discipliner la finance pendant ses vacances, c’est possible !
L’avantage de prendre quelques jours de vacances, c’est que cela permet de faire ce que l’on n’a pas (toujours) le temps de faire le reste de l’année, et notamment de lire ce qu’on ne prend pas le temps de lire lorsque les dossiers à rédiger et à étudier se succèdent aux dossiers. Cet été pour moi, deux romans policiers (j’attends les nouvelles aventures de l’inspecteur roubaisien Franck Malmaison, de mon ami Luc Watteau, avec impatience), un ouvrage historique de Max Gallo sur « La chute de l’Empire romain », et un ouvrage de mon ami, l’économiste Patrick Artus « Discipliner la finance ». La discipliner pour la réguler, et la mettre au service de l’économie réelle.
D’entrée, l’auteur pointe qu’avec 400 000 Mds $ la finance pèse bien plus que les 90 000 Mds $ de l’économie réelle, et que l’accroissement de ce poids de la finance augmente le risque de crise. De fait, sur les périodes récentes, ce sont des chocs financiers qui (jusqu’à la récente pandémie du Covid) ont conduit aux dérèglements de l’économie réelle. La globalisation de l’économie réelle s’est, elle, arrêtée ces dernières décennies, une globalisation qui, comme le rappelle l’auteur, « a transféré des productions des pays développés vers les pays émergents, et en particulier elle y a réduit l’emploi industriel », et « a soutenu la croissance de la classe moyenne dans les pays émergents au détriment de la classe moyenne des pays développés ».
Aujourd’hui, la poussée de la finance inquiète, car nombre d’auteurs ont souligné combien « on ne sort jamais de l’excès d’endettement par la croissance mais par le défaut (la faillite des Etats) ou par l’inflation ». Depuis plus de 10 ans, les encours de crédit et d’obligations mondiaux continuent de progresser (surtout en Chine et dans les pays émergents) : 10 % de l’épargne privée du monde finance les déficits publics.
Pourquoi la finance ne cesse-t-elle de grandir ? Les causes en sont multiples. D’abord, l’excès de demande des épargnants mondiaux pour des actifs sans risque, ce qui canalise l’épargne vers les dettes publiques des pays de l’OCDE (à commencer par les Etats-Unis qui s’endettent auprès du reste du monde : de fait la plus grande partie des réserves de change des banques centrales – 62,5 % exactement – est détenue en dollars !). Ensuite, une dérive du système qui veut que croît l’endettement des entreprises tandis qu’elles réduisent leur financement par actions. Également, des politiques monétaires constamment expansionnistes depuis 20 ans, de sorte que les banques centrales ont laissé se développer l’endettement, et n’ont pas lutté contre la hausse des prix des actifs. Enfin, les contrôles restrictifs sur les sorties de capitaux en Chine et nombre de pays émergents, où, avec des taux anormalement bas, le financement des investissements se fait par la dette.
Et de fait, si les crises du passé (années 70 et 80) étaient liées à l’inflation et aux politiques monétaires (avec l’arbitrage bien connue de la Courbe de Phillips entre taux de chômage et croissance des salaires, et donc inflation), depuis les années 90 les crises sont surtout financières, soit liées à des sorties brutales de capitaux (qui enclenchent des dépréciations de taux de change et donc de la récession) dans les pays émergents, soit ailleurs à l’interaction entre l’endettement et le prix des actifs (marchés d’actions, immobilier,…) : le lien entre endettement et crises financières est bien établi. Et avec la globalisation financière, une crise locale se propage, en se transformant en une crise globale, car avec des dettes qui deviennent mondiales, dans leur volume comme dans leur financement, la globalisation corrèle les marchés financiers des différentes régions du monde.
Aussi, dans un monde où il y a une forte variabilité des flux de capitaux, des tendances aux mouvements conjoints du prix des actifs et des primes de risques, d’où peut venir la prochaine crise ? L’auteur examine plusieurs déclencheurs possibles, pour mieux les réprouver. Ainsi, il estime peu probable que la crise provienne :
- de la dette privée des pays de l’OCDE, car la régulation des banques (exigences de fonds propres et de détention d’actifs sans risques et liquides, réduction des activités à risques) est devenue plus sévère ;
- de la dette publique de la zone euro (tout du moins tant que les politiques monétaires maintiendront des taux d’intérêt inférieurs aux taux de croissance) ;
- de l’endettement de la Chine (le taux d’épargne y est élevé et il y a contrôle des capitaux) ;
- de crises des pays émergents (car ils ne représentent que 6 % de l’encours de crédit mondial).
En revanche, compte tenu du niveau global très élevé de l’endettement, Patrick ARTUS pointe un facteur de risque majeur (je partage complètement son analyse sur ce point) : le niveau des taux d’intérêt ! Il estime ainsi « central » de maintenir des taux d’intérêt inférieurs au taux de croissance, car, à l’inverse, le passage des taux d’intérêt au-dessus des taux de croissance serait « un choc très grave » qui « ferait disparaitre la solvabilité des emprunteurs ». Aussi, en tire-t-il la conclusion que « tant que les taux d’intérêt réels à long terme sont faibles par rapport à la croissance, une crise de la dette est peu probable ».
Mais pas de crise de la dette, ne signifie pas absence de toute crise financière ; et pour éviter la survenance de celle-ci, l’auteur préconise donc de « discipliner la finance ». Comment ? Par plusieurs voies qui, malheureusement, ne sont pas toutes aisées à mettre en œuvre :
1) Sortir des politiques monétaires ultra-expansionnistes, et les remplacer par des politiques « Leaning Against the Wind » (tout en écartant des chocs brutaux de taux d’intérêt) jointes à des politiques macroprudentielles ;
2) Réhabiliter le contrôle des capitaux, qui peut être efficace en réduisant le caractère procyclique des flux de capitaux, notamment et surtout dans les pays émergents. En créant des obstacles aux capitaux à Court Terme spéculatifs, on régule les flux de capitaux.
3) Privilégier les financements à Long Terme stables, car il est clair que le développement d’instruments financiers très liquides a accrû le caractère erratique des flux de capitaux. Pour mettre de l’ordre, il faut créer de la stabilité.
Mais, évidemment, pour mettre en profondeur de l’ordre dans la finance mondiale, la clé majeure se trouve aux Etats-Unis, et dans l’idée que ceux -ci renoncent à leurs déficits (public et extérieur) qu’ils mènent depuis les années 70, et ainsi qu’ils renoncent à exploiter le rôle de monnaie de réserve du dollar (qui est le sien depuis la fin des accords de Bretton-Woods en 1971 et l’explosion du Système Monétaire International).
J’ajoute qu’un instrument de stabilité mondiale serait le développement d’une autre monnaie de réserve que le dollar : malheureusement, l’Europe est encore un nain monétaire par rapport aux Etats-Unis, puisque, fut-il 2ème monnaie mondiale, l’euro ne représente que 20 % des réserves de change des banques centrales (3 fois moins que le dollar !) ! La route est donc longue pour construire une stabilité monétaire plus forte, et une solution passe sans doute par un Euro plus lui-même plus fort : dommage que les européens ne font pas tout pour cela, et qu’eux-mêmes n’en comprennent pas, loin s’en faut, l’enjeu…
Discipliner la finance pendant ses vacances, c’est possible !
Partager cet article
Repost0
7 août 2020 5 07 /08 /août /2020 09:56
Coluche veille sur les Restos de Wattrelos !
Ce projet, nous l’avions bien en tête, et ça fait longtemps que nous voulions le faire aboutir : Catherine Osson était encore mon Adjointe à l’Urbanisme (donc avant d’être Députée en 2017) quand le premier dossier avait été lancé pour faire identifier la plateforme des Restos du Cœur par une fresque de Coluche sur le poste Enedis. Eh bien voilà, c’est fait ! Ces toutes dernières semaines, l’artiste local Jérémy Piquet (qui vit dorénavant en Allemagne, à Cologne) a pu réaliser sa (superbe) prestation.
On y voit, image bien connue, Coluche en train de pouffer de rire, tee-shirt jaune et salopette rayée (tel qu’il apparaissait au début de sa carrière sur scène), mais aussi des gants de boxe en train de jouer du violon, par allusion à l’une de ses nombreuses pitreries dont il nous a régalés, un ruban tricolore pour son humour très franchouillard... Quel plus beau symbole que cette œuvre installée, comme nous le voulions, à quelques mètres à peine de la plate-forme régionale des Restos du Cœur, dont le logo figure également sur cette fresque, sur le site de l’ancien Peignage Amédée ?
Merci à Jérémy, peintre et dessinateur, d’avoir pu exécuter de main de maître cette fresque magnifique !
Jérémy m’écrit que les avis, les retours sur son œuvre son excellents, et je le crois bien volontiers. Cette réalisation, très gaie, très colorée, pleine de vie, et qui rend hommage à l’une des personnalités préférées des Français, est vraiment telle que nous la souhaitions !
Comme j’ai voulu l’impulser, Wattrelos est de plus en plus la ville des fresques : on en trouve rue Philippot (les géants), place de l’Humanité (la coopérative), rue de Londres (Berlouffes) et rue Vandendriessche (Wattrelos), au Conservatoire (ancienne gare), au square d’Eschweiler (papillon), rue du Vélodrome (l’ancien vélodrome), au Touquet Saint-Gérard (l’église du quartier), rue Carnot (Carnaval) et rue de Strasbourg (paysage verdoyant)… grâce à d’autres artistes talentueux tels que Philippe Thireau, Thierry Mordant, Kevin Bricout et Diane Amsellem.
Merci à ces fabuleux enchanteurs du quotidien de nous embellir la ville, de nous embellir la vie !

Partager cet article
Repost0
4 août 2020 2 04 /08 /août /2020 10:05
Salle de sports Jean-Zay : des travaux nécessaires
Lors de la visite des chantiers que j’ai effectuée mi-juillet, la salle de sports Jean-Zay figurait bien entendu au menu car, conformément au programme électoral, sa rénovation s’inscrit dans les premières priorités du mandat !
Dans cette salle d’une cinquantaine d’années, les pratiquants jouent au badminton, au foot en salle, mais elle est surtout utilisée par les élèves des écoles voisines.
En lien avec la Direction Générale des Bâtiments, mon Conseiller délégué aux équipements sportifs Jean-Philippe Dumoulin a affiné les travaux qui y seront conduits cet automne. Cela vise évidemment les huisseries et menuiseries (châssis, blocs portes, mur rideau en façade), la réhabilitation des vestiaires et des douches, la réfection de l’entrée, le changement de revêtement de sol et des équipements attenants, une révision de l’électricité et une sécurisation des accès. L’objectif est de moderniser cet équipement, avec un relooking en profondeur, tout en mettant en œuvre une vraie recherche d’économies d’énergie.
Salle de sports Jean-Zay : des travaux nécessaires
Pour ancienne que soit cette salle – elle aura un nouveau nom également cet automne – elle va connaître une nouvelle jeunesse.
Salle de sports Jean-Zay : des travaux nécessaires
Montant estimé de la première phase de travaux : 439 000 € HT. La Ville a obtenu une aide financière de 40 % du HT, soit 175 600 €, au titre de la Dotation de soutien à l’investissement local (Etat).

Partager cet article
Repost0