Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Discipliner la finance pendant ses vacances, c’est possible !
    L’avantage de prendre quelques jours de vacances, c’est que cela permet de faire ce que l’on n’a pas (toujours) le temps de faire le reste de l’année, et notamment de lire ce qu’on ne prend pas le temps de lire lorsque les dossiers à rédiger et à étudier...
  • Coluche veille sur les Restos de Wattrelos !
    Ce projet, nous l’avions bien en tête, et ça fait longtemps que nous voulions le faire aboutir : Catherine Osson était encore mon Adjointe à l’Urbanisme (donc avant d’être Députée en 2017) quand le premier dossier avait été lancé pour faire identifier...
  • Salle de sports Jean-Zay : des travaux nécessaires
    Lors de la visite des chantiers que j’ai effectuée mi-juillet, la salle de sports Jean-Zay figurait bien entendu au menu car, conformément au programme électoral, sa rénovation s’inscrit dans les premières priorités du mandat ! Dans cette salle d’une...
  • Un nouveau terrain de foot tous temps pour la Ville, et c’est au Crétinier !
    Au complexe sportif du Crétinier vient d’être posée la magnifique moquette verte d’un nouveau terrain de foot tous temps, à la place d’un terrain en schiste, que les footballeurs du Wattrelos football club appelaient de leurs vœux depuis longtemps ! Il...
  • Liaison Tourcoing-Beaulieu : ça roule… presque !
    Actualité majeure des chantiers de l’été 2020 : la liaison Tourcoing-Beaulieu. C’est même le chantier de voirie de l’année… et même du début d’année prochaine en raison du décalage des travaux provoqué par la crise sanitaire. Les travaux de ce chaînon...
  • La Résidence Gossypium : nouvelle offre pour Nouvel Âge
    Le groupement Demathieu & Bard Immobilier, en lien avec Les Essentielles (devenues depuis Damecosi), professionnels de la gestion et de l’exploitation de résidences services, a engagé en 2018, rue Louis-Dornier, la construction d’une résidence services...
  • Couteaux, Beaulieu, Beck : du neuf dans l’habitat ancien !
    Dans le traditionnel point d’étape estival sur les chantiers wattrelosiens que j’effectue chaque année, le logement occupe cette année une place consistante. C’est que notamment, avec les bailleurs Vilogia et Partenord Habitat, trois gros dossiers vont...
  • Le Compte Administratif 2019 de Wattrelos : un très bon Compte, le meilleur depuis plus de 10 ans, qui conforte la bonne assise financière de la ville
    Point d’orgue du Conseil municipal de ce 2 juillet, la présentation du Compte Administratif 2019, c’est-à-dire le bilan financier des dépenses et des recettes de l’année 2019, dernière année du mandat précédent. Ce compte était prêt dès mars, et s’il...
  • Le film d’une élection : au travail maintenant
    Bien des électeurs pensent parfois qu’après avoir été au bureau de vote, ils ont élu leur maire : ce n’est pas tout à fait la réalité, car c’est le Conseil municipal qui, dans un second temps, élit le maire. Le 15 mars dernier, les électeurs wattrelosiens,...
  • Mon édito pour le CLIC Riv'Age
    Le monde, la France, nos villes traversent une crise sanitaire sans précédent depuis la 2nde guerre mondiale. De fait, des dispositions ont été prises par nos autorités : en France, un confinement a été décrété depuis la mi-mars. C’est le cas aussi en...
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 14:41

Pierre-Prouvost.jpegLa dernière fois que je l’avais rencontré, c’était lors de l’élection de Pierre Dubois, nouveau maire de Roubaix, le 25 mars de l’année dernière. J’ai appris avec tristesse la disparition de Pierre Prouvost, qui fut lui-même maire de Roubaix durant un mandat (1977-1983) mais aussi, durant dix ans, député de la 7e circonscription (et donc une partie de Wattrelos à l’époque), et conseiller général de Roubaix-est. Emblématique membre de l’équipe de Victor Provo – dont il fut le premier adjoint de 1971 à 1977 – il fut un maire actif, soucieux notamment de la démocratie participative (il a créé les comités de quartiers dès 1978), et des bons rapports avec les villes voisines (à commencer par Wattrelos).


J’ai toujours entretenu avec Pierre des relations chaleureuses et amicales. Certes, je n’ai jamais vraiment eu à travailler avec lui en tant qu’élu, puisque je suis devenu conseiller municipal de Wattrelos en mars 1983, alors qu’à ces mêmes élections – on se souvient du cataclysme local – il perdait son poste de maire de Roubaix.

 

Mais fût-il depuis éloigné de la vie publique, il ne s’en est jamais désintéressé. Assidu aux réflexions et travaux du parti socialiste, présent dans les grandes manifestations et assemblées générales de notre roubaisis, il continuait d’écouter, de questionner, à s’informer, à être attentif aux autres. De ses fonctions d’élu, il avait gardé le réflexe de chercher à être utile : que de fois ne m’a-t-il appelé, dans mes fonctions de député, pour attirer mon attention sur une personne, sur un dossier ou pour me suggérer une question écrite. Ce fut un homme de caractère, un militant socialiste convaincu. Son intelligence vive et sa connaissance des dossiers étaient reconnues de tous.

 

Notre métropole, avec le décès de Pierre, un mois à peine après le départ d’un autre Pierre (Mauroy), perd de nouveau un homme de bien. La défaite trop injuste de 1983 l’aura  malheureusement placé dans l’histoire comme un maire de transition entre les deux grandes figures imposantes de la vie roubaisienne qu’ont été Victor Provo et André Diligent.

 

Mais ce serait une erreur historique de ne le considérer que comme tel : visionnaire, soucieux de démocratie, conscient des réalités économiques, il savait que Roubaix devait changer, qu’elle allait devoir vivre une mutation d’ampleur. Au cours de son trop bref mandat, avec son équipe (au sein de laquelle il aura su parier alors sur la jeunesse, avec des figures locales que furent par exemple Robert Cailleau et Bernard Carton), il aura préparé ces changements et bien des chantiers qui, ensuite, se sont concrétisés. Oui, il aura apporté beaucoup à Roubaix !

 

A sa famille, à ses proches, je tiens à adresser mes plus sincères condoléances.

 

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 14:37

Agences-immobilie-res-stop.JPGSoyons francs, cela ne peut plus durer ! Si je suis évidemment sensible à ce que les agences immobilières puissent faire leur boulot, encore faut-il que cela ne se fasse pas au détriment de l’environnement d’une ville ! Et de ce point de vue,  depuis quelques mois à Wattrelos, cela devient insupportable ! Il y en a qui abusent et il faut que cela cesse.


Pour certaines agences, il y a non seulement le panneau A vendre sur l’habitation concernée, parfois sur le muret devant, mais aussi sur le poteau électrique, de téléphone ou de circulation routière au coin de la rue, quand ce n’est pas à trois rues de là, avec – comble du comble – l’indication de l’adresse de l’habitation avec une flèche pour indiquer par où cela se trouve. Et le pompon  de tout : une fois la vente signée, on a des panneaux comparables estampillés Mission accomplie ! Et nos spécialistes monte-en-l’air sont capables d’accrocher cela à plusieurs mètres de hauteur sur lesdits pylônes ou poteaux…

 

Ça suffit ! Affichage, oui ; affichage sauvage, non ! Pas question bien sûr d’interdire un affichage pour attirer l’attention sur une maison à vendre, mais qu’il soit réalisé sur celle-là et uniquement sur elle !

 

Les agences immobilières de Wattrelos doivent rentrer dans le rang ! Cela fait des semaines que je fais démonter çà et là des panneaux par mes services : aussitôt enlevés, les voilà remis, plus haut encore, le lendemain ! Cela doit s’arrêter.

 

Agences-immobilie-res-stop_2-copie-1.JPGJe rappelle en effet que la loi, notamment les articles L581-4 et L581-22 du code de l’environnement, stipule que « la publicité est interdite » « sur les arbres », mais aussi « sur les monuments naturels, les plantations, les poteaux de transport et de distribution électrique, les poteaux de télécommunication, les installations d’éclairage public, ainsi que sur les équipements publics concernant la circulation routière. »

 

Ce texte doit s’appliquer. Dès lors, je vais rappeler au respect de la loi chaque agence par courrier ; si dans deux semaines les panneaux n’ont pas été enlevés, je les ferai démonter par mes services et j’enverrai (via un titre de recettes) la facture à chaque agence, sans omettre l’émission du timbre amende correspondant (amende de 5e classe, soit 1 500 € pour affichage sur mobilier urbain).

 

Il n’y a pas plus de ventes immobilières à Wattrelos qu’avant. Mais il y a une floraison de panneaux depuis des mois ! Une dérive qui dégrade notre environnement visuel est en train de se faire. Il est temps de dire stop !


Partager cet article

Repost0
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 16:20

Indissociables de nos centres aérés, les mini-stages (mini car d'une durée de 4 ou 5 jours) accueillent les jeunes Wattrelosiens de 5 à 14 ans ; proposés également par la Ville, ils sont encadrés par des animateurs spécialistes de la discipline proposée. 32 possibilités de mini-stages existent cette année !

Mini-stage-the-a-tre-e-questre_2.jpeg Mini-stage-the-a-tre-e-questre_3.jpeg Mini-stage-the-a-tre-e-questre.jpeg

Ce matin, lors de la visite des centres aérés (article précédent), je passe saluer enfants et animateurs de trois de ces mini-stages dédiés : à l’équitation / voltige au théâtre équestre de Wattrelos (ph. ci-dessus) ; à l’hapkido / self-défense (une nouveauté, tout comme l’initiation à la zumba junior ou au deux grimpes : accrobranche et escalade) à la Cité des sports ; au hip-hop au CSE (ci-dessous).

mini-stage-hip-hop.jpg mini-stage-hip-hop_2.jpeg mini-stage-hip-hop_3.jpeg

Ces stages sont très prisés des familles, et il faut se lever de bonne heure, au moment des inscriptions, pour trouver de la place dans le stage de son choix. Le choix est pourtant large : activités sportives traditionnelles comme le roller, le tennis, le VTT, l’escrime, les sports collectifs bien sûr, mais aussi plus récréatives, culturelles, étonnantes comme le kin-ball (avec un ballon énorme !), le stand up paddle (qui consiste à pagayer debout, comme son nom l’indique, sur une planche de surf : mon DGS, Philippe Coll, est paraît-il pratiquant à ses heures !), les deux ou trois glisses (roller, skateboard / BMX), deux ou trois raquettes (badminton, tennis, tennis de table), découverte et création de bandes dessinées, pêche, pâtisserie, théâtre….


Les enfants s’investissent à fond et leur énergie fait plaisir à voir. Et je suis certain qu’il en est de même pour ceux qui se trouvent du côté de la base de loisirs de Wingles pour un stage d’optimist ou de planche à voile, à Comines ou à Hem pour de l’équitation, du horse ball ou du pony games.

 

Mini-stages… mais ils font le maximum !

 

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 16:18

Centres-ae-re-s-2013-Lakanal_5.jpegJe sais bien qu’on ne doit plus parler de centres aérés mais de centres de loisirs sans hébergement. Mais dans le langage usuel, ce sont bien les centres aérés qu’on évoque en parlant des mille et une activités pratiquées par nos enfants durant les mois de juillet et août à Wattrelos.


Ils font partie de notre patrimoine collectif, de l’histoire de notre ville. Nous en écrivons actuellement un nouveau chapitre, magnifiquement ensoleillé depuis le début de la session, en début de semaine dernière. Ce matin, en compagnie de mon adjoint aux activités périscolaires Georges Prpic, fidèle au poste en passionné qu’il est, et de nombreux membres de l’administration municipale, je vais sur place me rendre compte sur place de la qualité des animations proposées, et saluer animateurs (-trices) et directeurs (-trices) qui font un boulot remarquable, qui plus est dans une totale bonne humeur.


Centres-ae-re-s-2013-Lakanal_6.jpegPas de révolution cette année : nous continuons de déployer nos activités qui s’ordonnancent selon le triptyque bien connu CLSH / mini-stages / colonies de vacances. Six semaines (trois en juillet, trois en août) d’animations sont prévues, qu’il s’agisse des CLSH ou des mini-stages, dans 14 centres au total (+ 3 garderies), et depuis le 9 juillet, ce sont 1 022 enfants (davantage que l’an dernier : ça démarre fort !) qui sont accueillis. Voilà pour les chiffres.


Ces centres, même s’ils sont prioritairement destinés à distraire, amuser et à se bouger, ont également une vocation pédagogique qui s’aligne sur le projet éducatif de la Ville visant l’épanouissement de chaque enfant. Une thématique revient ainsi cette année dans beaucoup de projets de centres : les voyages dans l’espace.


J’apprécie la variété des activités et animations proposées, avec des escapades dans de nombreux endroits de la région… jusqu’au parc de Bagatelle à Merlimont !


La préparation de ces animations d’été, comme le souligne Georges Prpic, nécessite un sacré boulot de préparation, de communication, de recrutement en amont ! Le budget global avoisine les 600 000 euros ! D’autant que, s’ils ont longtemps été gratuits, nos centres aérés, rendus payant contre la volonté de la Ville (on se souvient peut-être de l’oukaze de la CAF il y a 6 ou 7 ans nous obligeant à pratiquer une tarification sous la menace de se désengager financièrement de toute notre politique jeunesse), sont volontairement très accessibles, avec des tarifs planchers pour les familles en fonction du quotient familial : 2,70 ou 5,20 euros la semaine (sans le prix des repas) pour les deux premières tranches, soit 80 % des enfants accueillis. C’est ça aussi, le service public : pouvoir offrir à moindre coût des vacances de qualité à nos enfants – dont certains n’auront pas la chance de partir – et les rendre à leurs parents le soir plus enrichis qu’ils ne l’étaient en début de journée !


Allez, c’est parti pour une visite qui nous réservera de bien agréables surprises :

Centres-ae-re-s-2013-Lakanal.jpeg Centres-ae-re-s-2013-Lakanal_2.jpeg Centres-ae-re-s-2013-Lakanal_3.jpeg

- à Lakanal (ph. ci-dessus), on tombe en pleine chorégraphie sur des musiques actuelles, tandis que dans une salle de classe, on fabrique des bracelets brésiliens. Dans les petite et grande cours, on joue à l’épervier (indémodable) ou à la thèque ;

Centres-ae-re-s-2013-Lavoisier.jpeg Centres-ae-re-s-2013-Lavoisier_2.jpeg Centres-ae-re-s-2013-Lavoisier_3.jpeg

- à Lavoisier, nous sommes accueillis par le directeur Franck… qui a des allures de Franck chasseur de fauves (série télé bien connue) avec son chapeau colonial ! C’est que le soleil tape déjà dur, et les petits goûtent opportunément aux joies de la baignade dans deux piscines gonflables installées dans la cour ! Le temps de m’essayer aux fléchettes, de faire connaissance avec le géant Philippote (créée par enfants et animateurs !), puis de me faire expliquer les différentes étapes d’un jeu de piste inspiré du Da Vinci Code, et nous voilà repartis ;

Centres-ae-re-s-2013-MEP_4.jpeg Centres-ae-re-s-2013-MEP_2.jpeg Centres aérés 2013 MEP 5

 - à la MEP (ph. ci-dessus), les premiers repas sont déjà servis ! Isabelle, reine de la zumba, veille sur ses jeunes recrues appelées à reprendre des forces avant un après-midi forcément dansant. Je passe évidemment saluer le personnel de restauration qui ne chôme pas avec tous ces enfants à servir !


Centres-ae-re-s-2013-CSE.jpg- au CSE, le QG de nos centres, je découvre le blog créé cette année afin que les parents puissent suivre les activités de leurs enfants : mis régulièrement à jour, il comporte toutes les infos utiles et photos sympas qui résument les activités. Une très bonne initiative ! Il est aussi temps pour moi de remercier les directeurs et directrices (et, à travers eux, les animateurs et animatrices) pour leur investissement et le cœur qu’ils mettent à remplir leur mission d’animation, en insistant aussi sur le devoir de responsabilité qui est le leur, tant la santé des enfants qui nous sont confiés est précieuse et nécessite une anticipation et une vigilance de tous les instants.


Les centres aérés 2013 sont donc lancés sur de bons rails. Puisse la météo continuer de leur être favorable et nos enfants s’éclater à s’en faire plein de chouettes souvenirs !

 

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 16:28

Manif urgences 1Le slogan exact est : « Sauver l’hôpital, pour notre population, c’est capital ! ». On le doit au docteur Bruno Sivery, cardiologue wattrelosien bien connu, avec qui je défile ce matin dans les rues de Wattrelos, en compagnie d’Anne Duquesnois, mon Adjointe à la santé et médecin à l’hôpital, de nombreux élus wattrelosiens, du maire de Leers Jean-Claude Vanbelle et de ses adjoints, de tous les médecins et membres du personnel du centre hospitalier wattrelosien, des organisations syndicales unanimes, mais aussi de tous les Wattrelosiens qui ont souhaité se joindre au cortège afin de défendre le service des urgences de notre hôpital.

Manif urgences 3 Manif urgences 4

Manif urgences 6Une  foule impressionnante (plus de 500 personnes !) est en effet rassemblée (malgré la période estivale !) pour dire non à la fermeture des urgences de nuit à Wattrelos en octobre, puis de jour au 1er janvier prochain. L’annonce date d’il y a maintenant deux semaines. La Direction de Roubaix n’aurait trouvé que cette solution pour remplacer trois de ses médecins urgentistes qui partent en congé maternité ! C’est évidemment inacceptable. Mais il faut chercher des solutions au problème. C’est pourquoi j’ai proposé de réunir médecins, salariés, direction, élus pour une table ronde dans la salle du conseil municipal après la manifestation.

 

Manif urgences 2Comme je le dis dans mon propos introductif aux différentes prises de parole, la manifestation de ce matin est un premier geste, un premier cri ! Tous ensemble, nous voulons dire notre attachement à l’existence des urgences wattrelosiennes, complémentaire de celles de Roubaix, à notre hôpital que je me refuse à considérer comme petit, et marteler que nous ne servirons pas de variable d’ajustement pour un problème d’effectif roubaisien !

 

Trois éléments de contexte me paraissent devoir être soulignés.

  • D’abord, nous devons nous battre pour que cesse l’inadmissible réflexe du SAMU, des ambulanciers et des pompiers de Roubaix et Tourcoing d’amener quasi systématiquement les patients chez qui ils interviennent vers les urgences de Roubaix ou de Tourcoing ! Je le dénonce depuis des mois et je sais de quoi je parle pour l’avoir vécu personnellement à trois reprises. Les témoignages sont nombreux et ils convergent tous ! Alors qu’on ne vienne pas me dire qu’il n’y a pas de passage suffisant à Wattrelos ! D’ailleurs, notre table ronde tord le cou à cette manipulation qu’il n’y aurait que 3 à 4 passages par nuit à Wattrelos ! La réalité est claire : à Wattrelos, de 17 h à 20 h, il y a 3 102 passages par an (soir 8,5 passages par jour !) ; de 20 h à 8 h, plus de 2 500 passages par an (soit en moyenne 7 personnes !). Ce qui veut dire que de 17 h à 8 h, aux urgences de Wattrelos passent en moyenne plus de 15 personnes ! Soit 1/3 de l’activité totale du service.
  • Ensuite, force est de constater que la décision de condamner les urgences de Wattrelos n’a fait l’objet d’aucune concertation ! Pas un coup de fil, pas une réunion à ce sujet ! Dans ces conditions, à quoi sert la communauté hospitalière de territoire Roubaix-Tourcoing-Wattrelos ?
  • Enfin, en tant que maire et président du conseil de surveillance du centre hospitalier wattrelosien, je maintiens que 80 % des patients admis aux urgences à Wattrelos peuvent continuer à y être pris en charge ! La grande majorité des pathologies est compatible avec le plateau technique sur place. Et après être passé par les urgences, le patient peut être admis au service de soins continus, puis en médecine… Un parcours de santé dont on comprend bien qu’il serait mis en péril s'il manquait la première étape : les urgences !

Tour à tour, mon Adjointe Anne Duquesnois, puis les docteurs Caparros, Babé et Sivery, puis le directeur de l’hôpital lui-même, Laurent Barret, le confirment : ces urgences, qui gèrent 13 000 entrées annuelles (chiffre stable) sont nécessaires pour désengorger Roubaix, assurer les examens complémentaires qu’on n’a pas toujours la capacité de proposer ailleurs, permettre surtout à nos aînés et aux plus démunis qui n’ont pas de moyen de transport de bénéficier d’un lieu d’accueil de proximité. Le service a une vocation humaine, sociale, ne l’oublions pas ! Comme le souligne avec bon sens Marie-Anne Babé : à Wattrelos, qui va prendre le bus pour se rendre aux urgences à Roubaix, puis reprendre les transports en commun quand il en sortira en pleine nuit ? Une enquête récente l’atteste : près de la moitié des patients accueillis à Wattrelos (ils viennent de Wattrelos mais pas seulement : Leers, Lys, Hem…) placent la proximité en tête de leurs critères !

 

En ce qui me concerne, je me suis déjà beaucoup battu pour que le centre hospitalier conserve une direction autonome. Je relance le combat, en compagnie du corps médical qui se dit prêt à se mobiliser pour l’accueil de nuit (un signal fort !) pour garder nos urgences. Pas question d’accepter leur fermeture, ni en octobre ni en janvier !

 

Pour lire la motion approuvée par tous les partenaires de cette manifestation, cliquez ici. Elle a été adressée dès cet après-midi au directeur général de l’ARS, au préfet de région et au cabinet de la ministre des affaires sociales. Et n’oubliez pas, si ce n’est déjà fait, de venir signer la pétition dans le hall de la mairie !

 

 

Partager cet article

Repost0
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 05:11

Conf-presse-Maison-sante--Sapin-Vert.jpgLe lundi matin, la mairie est ouverte pour les actes d’état civil. Clin d’œil humoristique, puisqu’en compagnie de mon Adjointe à la santé, Anne Duquesnois, et de nombre de professionnels de santé, nous portons une déclaration de naissance : la première Maison de Santé de Wattrelos. Un beau projet !

 

Cela fait près de deux ans qu’elle se prépare : un tel dossier est complexe, coûteux (près de 2 millions d’euros). Il est aujourd’hui à maturation.  Cet investissement est privé, bien sûr, mais la Ville le soutient avec enthousiasme et convictions. Comme le préconisent les autorités (l’Agence régionale de santé), cette maison de santé sera pluridisciplinaire et se situera au Sapin Vert, rue Corneille précisément.

 

Elle regroupera en un lieu unique des médecins (4), des orthophonistes (7 mais il reste une place disponible, même pour une autre spécialité médicale), des kinés (3), une infirmière et une pharmacie (celle de la Mousserie), ainsi qu’une micro-crèche de 10 places (Au cœur des bébés, qui existe déjà dans le parc d’activités du Beck, et qui étendra donc son activité avec ce nouvel établissement). Encouragée par l’ARS et la Municipalité, c’est assurément une bonne nouvelle pour Wattrelos.  Pour trois raisons, d’attractivité, d’accessibilité et de lisibilité, au moins.

 

D’abord, cette Maison de santé permettra en effet de renforcer l’attractivité de la ville en matière de santé. C’est une donnée non négligeable, que je place sciemment en tête de mon triptyque, car dans les 5 à 10 ans qui viennent, 30 % des généralistes wattrelosiens vont partir à la retraite. Ce type d’établissement contribue à encourager leur renouvellement et donc à  faciliter les conditions d’implantation de nouveaux médecins, confrontés à des différentiels normatifs, de territoire ou de population. Affronter la démographie médicale négative est un défi, et la Ville a un rôle à y jouer. La Maison de santé est une réponse.

 

Ensuite parce qu’il s’agit de conforter la politique menée en matière d’accessibilité : certains cabinets médicaux sont difficilement accessibles aux personnes en situation de handicap ; pour certains, il sera très compliqué (voire impossible selon le type de bâti) de répondre aux nouvelles normes d’ici 2015 comme la loi l’exige. Un bâtiment moderne comme cette maison de santé, toute en rez-de-chaussée, avec ses 31 places de parking  dont certaines réservées aux personnes à mobilité réduite, résout ce problème.

 

Enfin parce que la Maison de santé du Sapin Vert améliorera sans conteste la lisibilité de l’accès aux soins : plusieurs professionnels, plusieurs disciplines rassemblées en un lieu commun, au carrefour de plusieurs quartiers (Martinoire, Mousserie, Sapin Vert et Touquet Saint-Gérard à proximité), cela facilite la vie, cela se voit mieux !

 

Conf presse Maison santé Sapin Vert 2Voilà pourquoi, ce projet que portent originellement avec leurs collègues notamment les deux médecins – Mathieu Calafiore et Jan Baran – qui sont ce matin à mes côtés, est une mutation importante, pas simplement pour le seul quartier du Sapin Vert, mais pour toute la ville car c’est une pierre importante, lourde,  pour l’avenir de l’accès aux soins à Wattrelos. La Ville a rempli sa fonction de facilitateur, d’accompagnateur en étant partie à la genèse du projet – via Anne et le Conseil communal de santé – puis au cadrage du projet, en recherchant et en réalisant enfin la cession du foncier (1 000 m2 de surface utile sont prévus à court terme, avec possibilités d’extensions ultérieures)… puis en instruisant le permis de construire le plus rapidement possible, l’objectif étant que cette Maison de santé puisse recevoir ses premiers patients en septembre 2014 après 6 ou 7 mois de travaux.

 

Rendez-vous est pris…


 

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 14:13

Si Amour, gloire et beauté fut un feuilleton très prisé de la télévision, ce soir, en rentrant, j'ai le sentiment que les festivités et animations du parc urbain cet après-midi auront été synonymes d'amour, fête et bonheur pour bon nombre de Wattrelosiennes et de Wattrelosiens. Il est vrai que le soleil fut de la partie et qu'il fut généreux.

 

L'amour d'abord car en effet, il était au programme du plateau romantique des vedettes qui se sont produites sur le podium à partir de 17 heures ! C'est que, si notre choix s'est porté sur des chanteurs dont les tubes sont dans les cœurs et les têtes depuis plusieurs décennies, ceux-ci sont aussi parmi les chanteurs français qui ont chanté et chantent le mieux l'amour. De fait, le public, fan – comme je le suis – n'a pas été déçu : ce fut un superbe festival de belles mélodies et de douces phrases !

 

C-Vidal.jpegEn premier lieu, Christian Vidal – vraiment très pro – a la redoutable tâche de monter sur scène le premier. Conquête du public garantie, avec "De je t'aime en je t'aime, de toujours en toujours", sa Sérénade et la superbe (le tube de 1973 !) "Mon bonheur c'est toi, jour après jour et pour toujours… Angélique" ! Tout cela agrémenté d'un entraînant remake de Claude François !

 

L'amour encore avec Franck Olivier (ph. de gauche ci-dessous), qui sait si bien le mettre en valeur de sa voix chaude, avec Souviens toi d'Only you, et la vraiment très, très belle chanson Parce que je l'aime. Chacun aura apprécié son nouveau titre (On est bien chez nous), et se sera senti en phase avec Tic-tac. L'amour toujours, avec la voix bien connue de Jean-François Mickael (ph. de droite ci-dessous) : Si l'amour existe encore, Je pense à toi, le langoureux et magique Comme j'ai toujours envie d'aimer et, évidemment, avec un Adieu jolie Candy (y compris en version jazzy !) repris en chœur par le public.

 F-Olivier-ok.jpg JF-Mickael.jpeg

C-Delagrange-ok.jpgL'amour surtout, avec celui qui, depuis les années 70, n'a jamais quitté les hit-parades des chansons tendres : Christian Delagrange (ph. ci-contre). Il aura fait le show près d'une heure durant, en revisitant ses plus belles chansons : Les yeux d'une femme, Tendre Cathy (dédié à un ami), Rosetta, Première fille, première femme, en terminant – il est près de 20 h 30 – par un Sans toi, je suis seul repris très largement par le public. Celui-ci aura, par ailleurs apprécié les magnifiques interprétations par Christian de Ce monde, et surtout de L'hymne à l'amour… Un très beau moment, vraiment.

 

La fête, cet après-midi, cela aura été dans tout le parc, avec la présence des associations wattrelosiennes (bravo à nos bénévoles !), les animations pour enfants avec les structures gonflables, le manège enfantin et les promenades en poneys, sans oublier le mini-golf. Les stands sont très fréquentés et dans les allées du parc, il y a du monde. Pas étonnant que la fête soit devenue chantante lorsque J.-J..Lionel (ph. de gauche ci-dessous) a fait chanter La danse des canards (coin, coin !), ou quand les Chocolat's et leurs 16 millions de disques vendus (ph. de droite ci-dessous) ont livré un spectacle chaud en couleurs et en rythmes ! Comanchero, la Bamba, Rythmo Tropical, Brasilia Carnaval, Bimbo… et même La chatte à la voisine ; des joyeux drilles, assurément, que l'équipe de Salvatore !

JJ-Lionel.jpeg Chocolat-s.jpeg 

Public-14-juillet-2013.jpegEt quand je vois la foule, dense et chaleureuse (plusieurs milliers de personnes), qui prend plaisir à être là, cet après-midi devant le podium, à pouvoir voir et écouter gratuitement tous ces chanteurs dont ils passent régulièrement les CD à la maison et dont ils reprennent inlassablement les refrains, je suis heureux que toutes et tous soient heureux. Du bonheur pour un jour, pour un soir mais du bonheur avant tout.

 

Comme le chantait tout à l'heure Franck Olivier : "Pour un chagrin, pour une joie, une chanson, c'est fait pour ça" ! Pour tous ceux qui le veulent… Le pari du 14 juillet 2013, différent incontestablement de celui d'autres communes, aura été gagné.

 

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 09:41

Ce matin, c’est certain, l’été est bien là. Et c’est la brocante d’été organisée par l’amicale du Crétinier qui en célèbre l’arrivée.


Brocante-Cre-tinier-2013-Dglingue-s.jpg

Les bénévoles de Michèle et Denis Rolland peuvent être satisfaits. Les étals sont nombreux, il y a du monde partout dans les rues, le chanteur devant l’amicale égrène les succès des années 60 et 70, il y a de la bonne humeur sur les visages et les ventes de boissons ne faiblissent pas… C’est qu’il fait chaud, franchement chaud. Et ils ont bien du mérite nos amis des D’glingués de danser dans les rues avec leurs déguisements qui, pour être colorés, n’en doivent pas moins leur donner chaud.

 

Brocante-Cre-tinier-2013-De-glingue-s_2.jpgD’autant qu’ils se donnent ! Faut être fous… ou D’glingués, c’est tout comme !

 

Un beau moment populaire, avec une proclamation forte : l’été sera chaud ! On l’espère tous.

 

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 17:52

La traditionnelle réception de fin d’année scolaire des enseignants des écoles publiques à l’Hôtel de ville a précisément pour objet de mettre à l’honneur les enseignants, qu’il s’agisse d’une remise de palmes académiques, départs en retraite, mutations ou… toutes ces enseignantes et enseignants qui œuvrent chaque jour au service de l’éducation de nos jeunes Wattrelosiens.

 

Palmes-P-Vandekherkove.jpgLes palmes, Jean-Pierre Mollière, inspecteur de l’Education nationale et moi-même, nous avons plaisir de les épingler à Pascale Vandekerkhove, coordinatrice REP à l’inspection. Omniprésente, toujours soucieuse de l’intérêt collectif, femme de rigueur et de méthode, aux réels talents de coordination, elle est un lien scrupuleux et apprécié entre la Ville et les services municipaux. Bravo à elle !

 

Tous nos vœux de retraite bien méritée à Michèle Boulogne (directrice de Condorcet, qui a le goût des voyages), Lise Legrand (Léo-Lagrange, femme de culture), Christine Solinski (qui aura fait toute sa carrière à la maternelle Buisson : si ce n’est pas de l’amour ça !), et Philippe Doualle (maternelle Lavoisier, et choriste – ténor dit l’inspecteur – éminent !).

 

Et, puisqu’ils nous quittent, tous nos meilleurs souhaits dans leurs nouvelles fonctions à Marie-Marthe Conité (collège Nadaud), Michel Schuermans et Armelle Manes (proviseur et adjointe à Zola), et à Caroline Bury (conseillère – remarquablement – pédagogique à l’inspection, très appréciée de ses collègues enseignants pour sa proximité et son efficacité).

 

Chorale-GIWE-juin-2013.jpgToutes ces congratulations, inspecteur et maire ne nous y sommes livrés qu’après avoir écouté deux chants de notre chorale des instits, dont les inénarrables tomates (promis, l’année prochaine, ils vont essayer les frites… à ma demande !).

 

Ambiance solennelle, évidemment, mais aussi de bonne humeur (on est à Wattrelos quand même !). Ce qui ne m’empêche pas, dans mon discours liminaire de souligner que :

 

1°) l’école, c’est important, c’est même ce qu’il y a de plus fondamental tant sur le plan économique que social ; 

2°) l’école a déjà changé, va changer encore en France, et malgré les contraintes budgétaires, il ne faut pas relâcher l’effort pour continuer à faire changer, pour renforcer notre école française ; 

3°) l’école à Wattrelos, pour notre municipalité, c’est important, parce que ça l’est pour nos enfants et ici nous ne faiblissons pas dans notre détermination pour nos écoles !

 

Car comme l’écrivait Victor Hugo, « chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne ». Et dans une ville qui inaugure à chaque rentrée scolaire une école reconstruite (Michelet en 2011), rénovée (Brossolette en 2012) ou agrandie (Marie-Curie en 2013), chacun sait qu’à Wattrelos notre priorité est clairement à l’école !

 

Pour lire mon discours, cliquez ici.


Enseignants-2013.jpg 

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 13:18

Che-que-asso-Re-ves.jpgDe l’imagination et du cœur, ils en ont, nos élus du conseil municipal d’enfants, issus des écoles de Wattrelos. Parmi les réflexions qu’ils conduisent et les actions qu’ils mènent, celles qu’ils consacrent à la solidarité sont parmi les plus nombreuses et les plus émouvantes.

 

Ainsi, le 1er mai, ils sont à la porte du centre socio-éducatif où ils vendent des brins de muguet  en n’hésitant pas à interpeller tous les passants, soit en voiture, soit les médaillés du travail et leur famille. Le but de cette vente ? Dégager un bénéfice qui sera offert par nos jeunes à une association menant des actions de solidarité.

 

Cette année, c’est sur l’association lilloise Rêves que leur choix s’est porté car celle-ci permet de réaliser les rêves d’enfants malades ou hospitalisés. Ces rêves sont de coûts et de natures bien sûr très différents mais précisément, voilà pourquoi l’association a besoin de soutiens et de petits ruisseaux.

 

C’en est un que nos élus ont remis (sous forme d’un grand chèque de 461 euros) ce soir à l’Hôtel de ville à Loïc Pinchart et à Jean-Paul Ricard, président et vice-président              national de l’association Rêves. Sympathique entrée en matière pour notre traditionnelle réception annuelle des enseignants.

 

Partager cet article

Repost0