Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Discipliner la finance pendant ses vacances, c’est possible !
    L’avantage de prendre quelques jours de vacances, c’est que cela permet de faire ce que l’on n’a pas (toujours) le temps de faire le reste de l’année, et notamment de lire ce qu’on ne prend pas le temps de lire lorsque les dossiers à rédiger et à étudier...
  • Coluche veille sur les Restos de Wattrelos !
    Ce projet, nous l’avions bien en tête, et ça fait longtemps que nous voulions le faire aboutir : Catherine Osson était encore mon Adjointe à l’Urbanisme (donc avant d’être Députée en 2017) quand le premier dossier avait été lancé pour faire identifier...
  • Salle de sports Jean-Zay : des travaux nécessaires
    Lors de la visite des chantiers que j’ai effectuée mi-juillet, la salle de sports Jean-Zay figurait bien entendu au menu car, conformément au programme électoral, sa rénovation s’inscrit dans les premières priorités du mandat ! Dans cette salle d’une...
  • Un nouveau terrain de foot tous temps pour la Ville, et c’est au Crétinier !
    Au complexe sportif du Crétinier vient d’être posée la magnifique moquette verte d’un nouveau terrain de foot tous temps, à la place d’un terrain en schiste, que les footballeurs du Wattrelos football club appelaient de leurs vœux depuis longtemps ! Il...
  • Liaison Tourcoing-Beaulieu : ça roule… presque !
    Actualité majeure des chantiers de l’été 2020 : la liaison Tourcoing-Beaulieu. C’est même le chantier de voirie de l’année… et même du début d’année prochaine en raison du décalage des travaux provoqué par la crise sanitaire. Les travaux de ce chaînon...
  • La Résidence Gossypium : nouvelle offre pour Nouvel Âge
    Le groupement Demathieu & Bard Immobilier, en lien avec Les Essentielles (devenues depuis Damecosi), professionnels de la gestion et de l’exploitation de résidences services, a engagé en 2018, rue Louis-Dornier, la construction d’une résidence services...
  • Couteaux, Beaulieu, Beck : du neuf dans l’habitat ancien !
    Dans le traditionnel point d’étape estival sur les chantiers wattrelosiens que j’effectue chaque année, le logement occupe cette année une place consistante. C’est que notamment, avec les bailleurs Vilogia et Partenord Habitat, trois gros dossiers vont...
  • Le Compte Administratif 2019 de Wattrelos : un très bon Compte, le meilleur depuis plus de 10 ans, qui conforte la bonne assise financière de la ville
    Point d’orgue du Conseil municipal de ce 2 juillet, la présentation du Compte Administratif 2019, c’est-à-dire le bilan financier des dépenses et des recettes de l’année 2019, dernière année du mandat précédent. Ce compte était prêt dès mars, et s’il...
  • Le film d’une élection : au travail maintenant
    Bien des électeurs pensent parfois qu’après avoir été au bureau de vote, ils ont élu leur maire : ce n’est pas tout à fait la réalité, car c’est le Conseil municipal qui, dans un second temps, élit le maire. Le 15 mars dernier, les électeurs wattrelosiens,...
  • Mon édito pour le CLIC Riv'Age
    Le monde, la France, nos villes traversent une crise sanitaire sans précédent depuis la 2nde guerre mondiale. De fait, des dispositions ont été prises par nos autorités : en France, un confinement a été décrété depuis la mi-mars. C’est le cas aussi en...
5 mai 2020 2 05 /05 /mai /2020 15:40
Pour la rentrée scolaire, à Wattrelos, du réalisme et la santé avant tout !

1. Pas de rentrée pour les maternelles. Pour les élémentaires, ce sera progressif à partir du 18 mai

La municipalité sait l’intérêt pour les enfants wattrelosiens de retourner à l’école. Mais elle sait aussi et surtout l’importance de leur santé, de celle de leur famille, et des personnels enseignants et accompagnants des écoles.

Aussi, au regard du souhait émis par les autorités gouvernementales d’une rentrée scolaire à partir du 11 mai, la municipalité de Wattrelos veut faire prévaloir un « principe de réalité », dans la mise en œuvre de celle-ci.

Au nom de ce principe, qui suppose la faisabilité d’une telle rentrée (avec au minimum 2 conditions : la disponibilité des masques et matériels de protection ; la capacité à assumer le respect d’un strict protocole sanitaire avec les gestes barrières, le nettoyage et la désinfection régulière et l’organisation des enseignements, de la récréation et de la restauration), ainsi la municipalité :

  • Ne souhaite pas la rentrée des écoles maternelles.

Ainsi ni les petites, ni les moyennes sections de maternelle ne reprendront l’école avant la rentrée de septembre. Il n’y aura donc pas de reprise des petites et moyennes sections avant l’été. Il est irréaliste de penser que les gestes barrières et les conditions sanitaires optimales puissent y être mis en œuvre. C’est infaisable. Pour nous c’est non !

Toutefois, à la demande de l’Education nationale, nous évaluerons si une rentrée est possible pour les « grandes sections » de maternelle, au mieux le 2 juin.

  • Décide, pour l’école élémentaire, que la rentrée aura lieu le 18 mai.

Elle ne concernera que les classes de CP et de CM2.

  • Prévoit, pour les autres classes élémentaires, que la rentrée sera progressive. Ainsi, en accord avec l’Education nationale, ce seront :
  • les CE1 qui rentreront le 25 mai
  • les CE2 et CM1 qui rentreront le 2 juin,

Tout ceci est évidemment soumis à évaluation des conditions de rentrée des classes précédentes.

La restauration scolaire sera assurée, sans doute avec un nombre de services accrû pour satisfaire aux normes sanitaires souhaitées.

Toutes ces dispositions, et leur calendrier, sont évidemment fonction des décisions gouvernementales qui pourraient intervenir dans les prochains jours et les prochaines semaines.

2. La rentrée scolaire est un travail important et précis : les équipes municipales la préparent avec sérieux et rigueur sanitaire

Les 20 écoles de Wattrelos ont cette particularité d’être toutes très différentes : certaines sont de plain-pied, d’autres à étages : certaines sont des groupes scolaires, d’autres uniquement maternelles ou élémentaires. Ces diversités exigent un travail spécifique pour chacune d’elles. Pour l’une on entre par la cour, pour d’autres on entre par la rue, pour une troisième les chemins convergent vers une seule entrée. Tout cela passe par la réalisation d’un plan d’accueil spécifique à chaque école.

Pour ce faire et permettre aux enseignants d’organiser l’accueil des enfants comme ils l’entendent dans leurs locaux, dans le respect du protocole sanitaire, la Mairie et l’Inspection de l’Education Nationale travaillent ensemble pour accueillir les enfants en fonction des particularités de chaque école. Chaque école élémentaire établira ainsi un protocole de reprise.

Les salles de classes et les mobiliers devront être réaménagées par ou avec les enseignants pour maintenir des distances entre les enfants ; les matériels ne pourront plus être partagés.

Pour privilégier les sens uniques (ou prioritaires) de circulation dans le respect des règles d'incendie et d'évacuation (escaliers montants ou descendants), pour privilégier l'entrée par plusieurs accès et diviser le nombre de personnes (ni les parents ni personne n’auront l’autorisation d’entrer dans l’école), la ville viendra en soutien des enseignants, soit en intervenant directement auprès d’eux, soit en leur donnant le matériel nécessaire pour leur organisation en équipe : cordons de rubalise pour créer des espaces différenciés, bombes de peinture pour marquer au sol en extérieur ou dans la cour les sens de circulation et de distanciation, du ruban adhésif pour les mêmes utilisations à l’intérieur des locaux…

Enfin dans chaque école sera identifiée une pièce dédiée à l’accueil des cas suspects de Covid-19.

Les enseignants proposeront l’organisation des groupes d’enfants et du déroulement de la journée, l’organisation horaire pour permettre des accueils et départs échelonnés, des décalages sur le temps du midi pour permettre à la ville de multiplier les possibilités de faire manger les enfants au réfectoire en garantissant toutes les distances sociales et gestes barrières.

Ville et écoles appliqueront strictement jusque dans ses détails le protocole sanitaire qui repose sur cinq principes fondamentaux :

  • le maintien de la distanciation physique
  • l’application des gestes barrière
  • la limitation du brassage des élèves
  • le nettoyage et la désinfection des locaux et matériels
  • la formation, l’information et la communication

La Direction des Ecoles organisera des formations pour l’ensemble des agents municipaux afin que chacun puisse respecter les gestes barrière, le port du masque et les notions de nettoyage liées au virus. Car la désinfection des locaux et équipements sont une composante essentielle de la lutte contre le virus.

Par mesure de précaution, l’agent sera invité à prendre sa température avant le départ au travail et s’engage à rester chez lui en cas d’apparition de symptômes évoquant un Covid-19 chez lui ou dans sa famille.

Enfin, la ville mettra à disposition tous les moyens d’hygiène et désinfections quotidiennes nécessaires. Outre les masques aux règles AFNOR remis aux encadrants permettant de protéger les enfants et les adultes, des visières seront aussi disponibles pour les cas spécifiques. Un instrument de prise de température à distance sera remis à chaque école. Celle-ci sera réapprovisionnée aussi souvent que possible et sous le contrôle d’une personne désignée : du gel hydroalcoolique dans toutes les salles de classe pour permettre de désinfecter tout ce qui aurait pu être partagé par inadvertance ; des bouteilles de savons liquides, de la lessive, des essuie mains à usage unique, des lingettes désinfectantes en quantité, et bien sûr des sacs poubelle pour enfermer tout cela.

Un des objectifs est d’assurer le bon fonctionnement et la désinfection autant que faire se peut des sanitaires et points de lavage des mains.

Vigilance stricte aussi du protocole sanitaire sur la partie technique : aération des salles le plus souvent possible, contrôle des ventilation mécanique, purge des canalisations d’eau froide et chaude, analyses légionnelles, vidage des réservoirs d’eau naturelle…

Enfin, les écoles de Wattrelos ont un point commun appréciable, elles possèdent toutes un réfectoire pour la restauration scolaire : Wattrelos est reconnue pour la rigueur et la qualité sanitaire et gustative de sa restauration.

Elle mettra en œuvre tous les protocoles possibles et bien au-delà. Se refusant de faire manger des enfants dans leur salle de classe, se refusant de demander aux parents d’apporter des paniers repas, elle assurera une restauration de qualité mais simple et rapide pour permettre à tous les enfants de manger dans les conditions préconisées… toujours avec les distances sociales et du personnel formé et équipé pour leur garantir la sécurité.

Toutes ces dispositions, que nous préparons pour être pleinement optimales le 18 mai dans nos écoles élémentaires, nous les compléterons évidemment de l’analyse des situations individuelles, et des nouvelles prescriptions réglementaires qui pourraient prochainement être énoncées.

 

Partager cet article

Repost0
19 mars 2020 4 19 /03 /mars /2020 15:07
Merci Wattrelos !
Dès les premières heures, lundi 16 matin, et tout au long des journées qui ont suivi, je n’ai pas quitté mon bureau à la mairie, enchainant réunions, rencontres, cellules de crise, pour décider et gérer les mesures d’urgence, assumer le meilleur fonctionnement des services publics possibles, et les ajustements nécessaires, mais aussi responsabiliser et rassurer, car dans la tempête, le capitaine se doit d’être au gouvernail du bateau.
 
Comme lendemains de victoire électorale, je n’avais jamais pensé que cela fut possible ; cela l’est. Et avec ma Direction Générale et mon Cabinet, je fais face.
 
Aussi, mes électeurs Wattrelos ne m’en voudront pas de ne pas leur avoir encore dit ce que, depuis dimanche, je suis impatient de leur exprimer : un grand, un très grand MERCI pour cette élection du 1er tour ! Avec 51,6 % des suffrages exprimés, et une victoire au 1er tour pour la 4ème fois consécutive (2001,2008, 2014 et donc 2020), c’est une belle victoire (sans forfanterie, que tous ceux - ou toutes celles - qui veulent me donner des leçons de politique et de proximité avec la population en fassent autant dans leur ville !).
 
Depuis que je suis maire, je vis cette mission avec intensité, et m’y donne de tout mon cœur, de toute mon énergie. Jour, nuit, les soirées et week-end libres sont rares, les vacances courtes et limitées, jamais détendues, car chaque jour des mails ou des fax à envoyer, des appels… bref une vie de passion toute tournée vers l’exercice de la responsabilité confiée. Avec un objectif fondamental : faire entrer et vivre Wattrelos dans le XXIème siècle (économie, logements, équipements, infrastructures), sans oublier d’être elle-même en matière d’accès à l’éducation, au sport, à la culture, et à cet esprit solidaire et festif qui nous caractérise tant. Avec mes équipes successives, nous nous sommes mobilisés à cette tâche avec ardeur. Et sur le mandat (2014-2020), les dossiers qui ont fortement avancé, et cette élection municipale 2020 s’est faite sur un vraiment bon bilan des six années écoulées, que j’ai pu présenter avec fierté. Le boulot a été fait. Je ne vends pas d’illusions et quand je peux faire, je le fais.
 
Les Wattrelosiens le savent, et ils l’ont exprimé !
 
Aussi, quand je voyais lors du dépouillement dimanche soir à Salengro, monter le tas de mes bulletins, j’y pensais, avec l’humilité du travail accompli autant qu’au bonheur de la victoire qui se dessinait.
Pour autant, je n’oublie pas, en regardant le résultat de cette élection, son contexte particulier et l’abstention qui partout en France, s’inscrit dans les résultats (participation de 29,1 % à Wattrelos).
 
> Aussi, la première de mes pensées ce soir d’élection est pour tous les assesseurs (quelle que soit leur sensibilité), les agents municipaux qui ont permis au scrutin de se tenir, et pour les électeurs de tous âges qui ont choisi de venir exprimer démocratiquement leur vote. A partir du moment où les élections ont été maintenues, qu’un tiers des électeurs wattrelosiens soit venu voter par un acte de citoyenneté mérite d’être salué.
 
> Seconde pensée, c’est une vraie satisfaction de voir le Front National (devenu Rassemblement National) plafonner à 20 % (contre 25,0 % en 2014, et 45 % aux législatives 2017) : le journal Le Monde avait, il y a peu encore, évoqué Wattrelos comme une cible du RN ! C’est un honneur pour le social-démocrate républicain que je suis d’avoir éloigné le RN du seuil dangereux de 50 % !
 
> Enfin, pourquoi le nierai-je ? Cette campagne m’a blessé, elle est même celle qui m’a le plus affecté à titre personnel. Car le chemin de la mandature qui s’est achevée n’a pas été bordé de roses (sans jeu de mots) : des élu(e)s à qui j’avais donné amitié, confiance et fonctions, ont choisi de se présenter contre moi. Après avoir été cinq ans voire plus à mes côtés, sans qu’ils n’aient jamais eu beaucoup d’interventions en Administration municipale, ils se sont mis à avoir des idées et à ne me trouver que des défauts ; des insinuations malsaines et nauséabondes au mépris de la vérité ont de surcroit été ça et là distillées, dans une démarche populiste méprisable. Je n’ai rien dis, pour que cette campagne garde de la hauteur, comme nous l’avons voulue, mon équipe et moi, sur les vrais enjeux et défis d’avenir de Wattrelos. Mais je n’en pense pas moins : cette campagne aura été pour moi celle de la confiance et de l’amitié trahies. J’en goûte d’autant son issue victorieuse !
 
Aussi, merci, merci, merci au 4 089 électeurs wattrelosiens qui m’ont accordé leurs suffrages ! Et à mes colistiers de ma belle équipe de la liste « Wattrelos, la ville que nous aimons», je leur dis : « Au travail, les amis ! » (dès que nous le pourrons).

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2020 5 17 /01 /janvier /2020 14:52
Voeux aux corps constitués : très numériques !

Jeudi 9 janvier au soir, ce sont en mairie les vœux aux Corps Constitués, c’est à dire tous les partenaires de la ville (autorités, collectivités, organismes avec lesquels les élus et les services municipaux travaillent au quotidien pour rendre les services nécessaires à la population et préparer les dossiers et investissements qui permettent de développer la commune) : pompiers, police, enseignants, Poste, impôts, services de la MEL ou de la Région. Et je suis honoré de la présence de Cédric O, Secrétaire d’Etat chargé du Numérique.
 

Voeux aux corps constitués : très numériques !
Voeux aux corps constitués : très numériques !

Car, puisque je ne peux, pour cause électorale, parler de la ville et de ses projets, j’ai choisi de mettre en perspective l’action publique : « Ce qu’on attend d’un capitaine de bateau », c’est de « savoir où il va, ne pas dévier et tenir bon dans les tempêtes et les embruns ». Et de ce point de vue la présence du Ministre est, pour moi, doublement essentielle : d’abord parce que de son champ de compétence dépend « une large part de l’avenir de la France, et de la place de celle-ci dans le monde » ; ensuite parce que Cédric est « un Ministre de gauche du gouvernement » (comme beaucoup d’autres). C’est à gauche que nous nous sommes rencontrés, il y a presque 15 ans, auprès de Dominique Strauss-Kahn, puis avons travaillé avec Pierre Moscovici.... ministre de François Hollande.

Voeux aux corps constitués : très numériques !

Aussi ai-je consacré mon intervention à pointer les « défis colossaux et périlleux », qui sont « 3 sources majeures de déstabilisation possible qui seraient autant de promesses de sacrifices et de souffrances pour nos populations ». Ces trois risques ce sont :
- la montée des risques géopolitiques internationaux et financiers
- la poussée technologique, qui va nous pousser à imaginer et à préparer la Maison du Futur et la Ville du Futur
- la montée des populismes, car « dans l’Histoire, je n’ai jamais vu de pouvoir populiste qui n’ait conduit à l’isolement, à la paupérisation de sa population et à la ruine du pays ».
Par mes vœux, je voulais en appeler les « hommes et femmes de progrès et de bonne volonté, à une prise de conscience collective qu’il y a, dans le monde, des défis tellement colossaux qu’il faut savoir prendre ses responsabilités ». Et, en tant qu’homme de gauche, et « socialiste, de cœur et d’histoire », en parfaite conscience de ces trois risques, je plaide que « mieux vaut être mobilisés sur l’essentiel, que fractionnés par l’accessoire ».

Et à Cédric O, qui sut appuyer dans son propos sur le défi des technologies, j’ai évidemment offert une poupée Berlouffes !

Voeux aux corps constitués : très numériques !
Voeux aux corps constitués : très numériques !
Voeux aux corps constitués : très numériques !

Pour lire mon discours, cliquez ci-dessous :

Partager cet article

Repost0
1 février 2019 5 01 /02 /février /2019 15:57
Un Conseil municipal consacré aux orientations budgétaires pour 2019

Si, en effet, le Conseil municipal aura commencé par le vote (unanime) d'une Motion sur le nouveau plan Bus entré en vigueur le lundi 28 janvier, pour demander à la MEL et à Ilévia des corrections, l'essentiel du Conseil aura été consacré au Débat d'orientations budgétaires qui précède le vote du Budget pour 2019, et j'ai à cette fin présenté un Rapport d'Orientations Budgétaires censé permettre à chaque groupe politique de s'exprimer.

Pour ce qui la concerne, la Majorité - dont j'ai exprimé la position - a mis en exergue la stratégie financière "hexagonale" qu'elle met en œuvre depuis le début du mandat en cours, et dont les 6 côtés sont : meilleur autofinancement raisonnablement possible ; maîtrise des dépenses ; renforcement à venir des ressources fiscales de la ville ; réalisme des investissements dans leur calendrier et leur volume ; une baisse régulière de la dette ; stabilité fiscale.

Alors que la croissance mondiale s'essouffle, la zone euro connaît un passage à vide et l'évolution de plusieurs économies européennes interpelle (Brexit, décélération allemande, récession italienne), ce qui impacte la croissance européenne mais aussi bien sûr la France. Celle-ci aura vu sa croissance fléchir de 2,3 % en 2017 à 1,5 % en 2018, mais le gouvernement table sur 1,7 % en 2019, sur la base de fondamentaux qui sont, il est vrai, bons.

Après le contexte économique, le ROB examine le contexte législatif qu'est celui de la Loi de Finances pour 2019 qui, pour la 2e année consécutive, préserve les communes : les dotations sont inchangées, et s'accroissent même pour les communes pauvres avec une enveloppe de la DSU en hausse de +90 M€.

En 2019, Wattrelos devrait cependant connaître une baisse conjoncturelle de ses recettes. D'abord une baisse de ses recettes exogènes (reçues de l'Etat, de la MEL et du Département), à laquelle s'ajoute vraisemblablement une baisse des recettes fiscales car la dynamique des bases wattrelosiennes (une belle surprise et une vraie satisfaction pour notre majorité qui travaille à l'implantation de nouvelles entreprises et de nouveaux logements, et qui en perçoit là ses premiers résultats !) n'est pas suffisante pour compenser les pertes dues à la démolition de La Redoute.

Avec moins de recettes, on ne peut que réaliser moins de dépenses : c'est sur cette base que nous préparons le Budget 2019, qui sera "sérieux et volontaire".

Mais ce qui importe, c'est que ce Budget 2019 s'insère dans une stratégie pluriannuelle que nous nous efforçons de conduire : la consolidation durable de l'assise financière de la ville ! Et ça marche, comme le soulignent les résultats de l'analyse des comptes de la ville que j'ai présentée en conclusion. Dans toute la durée du mandat, de 2013 à 2018, en 5 ans, ainsi :

- l'épargne brute a doublé

- l'épargne nette est devenue clairement positive

- la ville paie 410.000 euros de charges d'intérêt en moins par an à ses banquiers

- la dette a diminué de plus de 2 millions d'euros !

C'est un travail en profondeur qui paie, et qui place Wattrelos sur une trajectoire financière vertueuse ! Reste maintenant dans cette stratégie à faire les choix des dépenses de fonctionnement et d'investissement pour 2019 : ce sera l'objet du Budget que le Conseil municipal votera le 21 mars. Avec la majorité, j'y travaille !

 

Pour lire le power-point, synthèse du ROB 2019, cliquer ci-dessous.

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2019 2 01 /01 /janvier /2019 00:08
Meilleurs voeux à toutes et à tous !

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2018 4 11 /10 /octobre /2018 12:52
Rentrée (1) : il n'y a jamais eu autant de chantiers !

Traditionnellement, rencontrant la presse (auparavant c'était à l'occasion de la rentrée parlementaire, début octobre), l'occasion m'est donnée de faire le point sur le contexte de cet automne. Bien sûr, pour le maire que je suis, comment ne pas reconnaître la satisfaction d'avoir connu un Rapport de la Chambre Régionale des Comptes (examiné par le Conseil municipal en juillet dernier) qui est apaisant, sans injonctions ni recommandations, et qui souligne qu'en matière financière, la Ville n'a pas de marge de manœuvre et que la stratégie financière suivie est la bonne, la seule possible.

 

Mais mes satisfactions, ce sont surtout que la ville n'a jamais autant connu de chantiers ! Wattrelos bouge, avance, et c'est tant mieux !

 

Ainsi, en  ce moment, il y a une réunionite aiguë comme en atteste la semaine dernière : lundi matin, c'était la réunion des maires du Roubaisis sur les propositions de l'Agence de Développement et d'Urbanisme sur les perspectives à 20-30 ans (j'ai évoqué pour Wattrelos les questions de mobilité, du transfrontalier - infrastructures routières et transport, urbanisme, économie et emploi, loisirs - et du cadre de vie, dont les inondations) ; l'après-midi préparation à la MEL du Comité d'engagement sur les Villas avec l'ANRU ; fin d'après-midi, schéma d'urbanisme du SCOT à la MEL ; jeudi, réunion avec tous les présidents d'hôpitaux du GHT sur la stratégie santé des hôpitaux publics face à la concurrence du privé… Autant de dossiers lourds, où il faut être…

 

Mais le concret, cela existe aussi à court terme, et la masse des chantiers et travaux en cours l'atteste !

 

Côté grands aménagements sur le plan de l'habitat, ce sont : le projet des Villas dont la convention financière pour ce projet de 8,5 M€ (3,8 M€ pour l'ANRU, 2,4 M€ pour la MEL, 1M€ pour la ville) et l'engagement des travaux seront donnés sur ce dernier trimestre 2018 ; le PMRQAD au Crétinier, où la démolition de l'usine est programmée ; le Centre-ville, où 3 permis de construire ont été signés cet été, un 4e est en examen, et les travaux d'assainissement qui modifieront le bassin et l'entrée du parc vont s'engager ; les programmes Lainière/Commandant Bossut où les lots d'habitat vont sortir de terre. Sur l'urbanisme économique, l'actualité c'est, après la démolition de La Redoute, la construction d'une vaste plateforme logistique de 132 000 m² (avec les emplois afférents), et les premiers projets sur La Lainière enfin !

 

En voirie, ce sont des travaux tous azimuts, et j'en suis d'autant plus satisfait que ce sont des dossiers que j'ai ardemment défendus personnellement : mi-octobre vont débuter les carrefours sur le boulevard de l'Egalité (pour site Lainière), et début novembre, de la Fraternité (pour site Redoute), travaux qui ont une importance majeure pour les projets économiques. Rue des Villas, comme promis, une partie de la rue a été refaite (parkings, amélioration des trottoirs). La rue du Beau Saule, très défoncée, a été refaite, et l'entrée de l'école sécurisée ; Vieille Place, la réalisation du parking se fera cet automne. Enfin, la suite de la liaison Tourcoing-Beaulieu va s'engager, et le raccordement serait fait fin 2019 !

 

Le programme dit "du Sapin Vert" se déploie cet automne. Côté vidéo-protection, le dernier Conseil Métropolitain a voté son soutien financier, et les achats de caméras vont enfin pouvoir se faire, tandis que se réorganise le Centre de Surveillance. Pour la fin de l'année sera signée la Convention de partenariat Police nationale-municipale (que j'ai finalisée ces derniers jours), et présenté le Projet de Service de la Police municipale qui sera bientôt en brigades de nuit et armée.

 

Pour l'église Saint-Maclou, les études se poursuivent. Côté éducation, nous travaillons à renforcer les dotations informatiques pour les enfants, et à préparer le dédoublement des classes de CE1 pour la prochaine rentrée. Nos bibliothèques par ailleurs se transforment, et la ludothèque, déjà dotée, pourra s'ouvrir au 1er trimestre 2019. Nous voulons aussi donner aux cérémonies patriotiques du 11 novembre, cette année, un relief particulier.

 

J'ajoute à cela que, personnellement, je travaille beaucoup actuellement à financer nos investissements, et à assurer le bouclage financier de l'année.

 

Bref, une rentrée où il y a du boulot, et tant mieux, j'aime ça !

Rentrée (1) : il n'y a jamais eu autant de chantiers !

Partager cet article

Repost0
26 mai 2018 6 26 /05 /mai /2018 14:40
Le Mérite pour mon 1er Adjoint, Henri Gadaut !

Quand un Wattrelosien est distingué par la République par un Ordre National, c'est un événement, et quand il s'agit de mon 1er Adjoint dans l'équipe municipale, c'est un événement qui me touche d'autant plus près. Ainsi, ce samedi 26 mai, en fin de matinée, mon "complice de 20 ans", Henri Gadaut, 1er Adjoint, recevait des mains de Patrick Kanner, Ancien Ministre, Sénateur du Nord, les insignes de Chevalier dans l'Ordre National du Mérite.

La salle du CSE était bondée lorsque, Président du Comité d'Honneur, j'ai pris la parole, avec une triple mission. D'abord saluer les personnalités présentes : préfet, maires, députés (Catherine Osson et Francis Vercamer), élus départementaux et métropolitains, services de l'Etat, de la police et des pompiers, et anciens "gaziers" de GDF, le premier métier d'Henri.

Le Mérite pour mon 1er Adjoint, Henri Gadaut !

Ma seconde mission fut de présenter les membres du Comité d'Honneur, qui, tous, résument la carrière du médaillé du jour (GDF, syndicalisme, politique wattrelosienne, métropolitaine et départementale).

Enfin, bien sûr, je me suis délecté à parler d'Henri Gadaut, en me concentrant sur nos relations personnelles (puisque Patrick Kanner, lui, dresserait le parcours professionnel et politique),

Le Mérite pour mon 1er Adjoint, Henri Gadaut !
Le Mérite pour mon 1er Adjoint, Henri Gadaut !
Le Mérite pour mon 1er Adjoint, Henri Gadaut !

Je l'ai fait en retenant trois thèmes :

Ø Henri et moi, "c'est un malentendu qui a prospéré" : "ça a marché" ! Rencontré en 1993, alors qu'il devient 1er Secrétaire de la section socialiste de Wattrelos, alors que je ne le connaissais pas, nos relations ont à cette période été distantes, et se sont réchauffées au gré de l'évolution de mes relations avec mon prédécesseur. Il m'a rejoint en 1997 lors des élections législatives, et nous ne nous sommes plus quittés depuis. J'ai alors découvert "un homme de justice, droit, honnête, qui n'aimait pas les entourloupes, les faux-semblants, et qui ne demandait qu'à se battre, pour ses idées, ses valeurs". Il m'est, depuis, "devenu indispensable", et "je crois que la réciproque est également vraie". "Nous avons été de toutes les aventures".

Ø notre "complicité politique", que "nous faisons vivre à la mairie". Comme je le dis à mes collègues maires présents : "Votre 1er Adjoint est sans doute très bien, mais le mien est mieux. Et je souhaite à tous les maires d'avoir un 1er Adjoint comme Henri Gadaut", surtout avec les délégations qu'il a exercé (sécurité, gens du voyage, voirie et stationnement, transports collectifs, résidus urbains) qui sont, par nature "des sources d'emmerdes". Mais "Henri assume !"

Et je tiens à rendre hommage "à cet homme de l'ombre dont la rigueur, la capacité de travail, et l'extrême disponibilité sont une chance pour notre équipe municipale et pour la vie quotidienne des Wattrelosiens".

Ø et j'ai conclu en parlant de "l'homme sensible", "humaniste, profondément humaniste" qu'est Henri, et "ce grand cœur" est "la plus belle de mes découvertes chez lui". C'est "un cœur brut, sensible, dévoué" à qui j'ai adressé en conclusion des messages plus personnels assortis d'un "t'es un grand bonhomme, mon grand !"Et si cette médaille a une histoire (celle de celles et ceux qui l'ont rendu possible), elle est aussi sa vie, une vie d'engagements, de dévouement et de disponibilité, dont cet Ordre National du Mérite est une reconnaissance.

Après que Patrick Kanner ait épinglé le récipiendaire, et que la Marseillaise ait retenti, c'est avec beaucoup d'émotion que j'ai remis à Henri la médaille d'or de la ville de Wattrelos (photo au début de l'article), et un bouquet à sa compagne, Martine, pour la remercier de ses encouragements et de cette passion dont elle l'entoure !

Le Mérite pour mon 1er Adjoint, Henri Gadaut !
Le Mérite pour mon 1er Adjoint, Henri Gadaut !
Le Mérite pour mon 1er Adjoint, Henri Gadaut !

Pour lire mon discours, cliquer ci-dessous.

Pour lire le discours de P. Kanner (seul le prononcé fait foi), cliquer ci-dessous.

Partager cet article

Repost0
27 avril 2018 5 27 /04 /avril /2018 09:28
La doyenne de Wattrelos nous a quittés : Estève n’est plus

Encore une bien triste nouvelle en cette fin avril : la doyenne de la Résidence du Touquet, mais aussi et surtout des Wattrelosiens, Estève Verwaerde, nous a quittés, quatre mois à peine avant ses 105 ans.

 

Je suis très triste car je l’aimais beaucoup, Estève, et je n’étais pas le seul tant sa personnalité, sa gentillesse, son sens de l’amitié savaient séduire. A sa Résidence (elle était l’une des toutes premières résidentes !), elle faisait l’unanimité : conviviale, friande d’animations, elle était de tous les repas, et descendait pour chacune des animations, fidèlement, et encore ces derniers mois. Dynamique, allant régulièrement à la rencontre des autres résidents, elle était un « personnage » de la Résidence et du quartier.

 

Elle s’était même plus particulièrement liée avec sa voisine, Alfreda Carette, plus jeune… d’à peine un an, et qui doit avoir également le cœur bien lourd, tout comme son petit fils, René, responsable logistique de notre SAVA, à la mairie, et Nadia, son épouse : elle était si fière quand je les ai mariés. Je pense bien à eux en ces douloureux instants.

 

Je me souviens que le jour des 104 ans d’Estève, en septembre dernier (c’était le jour de la rentrée des classes), je m’étais rendu à son chevet, à l’hôpital de Roubaix, où elle avait été momentanément hospitalisée ; cela faisait plusieurs années que je ne manquais aucun de ses anniversaires ! Fidèle, c’est l’adjectif qui caractérise le mieux Estève. A chaque 1er mai, elle me guettait lorsqu’à la résidence je portais le muguet, souvent avec un café ou une soupe. A chaque cérémonie des vœux au personnel municipal, tant qu’elle l’a pu, elle était là, à Salengro, au 1er rang !

 

En 2015, quelques semaines à peine après mon accident de moto, c’est à Estève que j’avais réservé ma toute première sortie de l’hôpital. C’était symbolique, mais surtout très affectif : elle n’aurait pas compris que je ne sois pas là pour son anniversaire. Je me l’étais promis : je l’ai fait ; c’est debout que j’étais venu lui faire « eun’ grosse baisse » pour ses 102 ans !

 

Je lui rappelais à chaque fois, lorsque nous fêtions son anniversaire, qu’elle était née l’année où Charlie Chaplin faisait ses débuts au cinéma. Roland Garros survolait la Méditerranée pour la première fois, le réfrigérateur électrique était inventé, Alain-Fournier publiait Le Grand Meaulnes et Marcel Proust Du côté de chez Swann… 1913 est aussi l’année de naissance d’Albert Camus, Charles Trenet, Jean Marais. Et avec elle, chaque année à son anniversaire, on parlait de son bon appétit, de sa gourmandise pour les bonnes viandes rouges, et Alfreda venait nous chanter « La p’tite Thérèse », et nous riions tous de bon cœur !

 

Sacrée Estève, qui aura connu une très longue vie, évidemment pas exempte de difficultés : mariée à 17 ans, elle perdit son mari seulement trois ans plus tard. Remariée, elle tint la quincaillerie de la rue des longues haies, à Roubaix durant une vingtaine d’années, avant de devenir agent du CCAS de la Ville de Wattrelos jusqu’à la fin de sa carrière. Elle avait été très affectée par la disparition de René, son si proche époux, et surtout de sa fille : cela l’avait profondément touchée, et je me souviens qu’elle m’avait pris la main, en me disant que ce n’était « pas juste » qu’elle, plus que nonagénaire, fût encore là, tandis que sa fille était partie. Moment d’émotion pour moi, jamais je n’oublierai les yeux de cette maman, si triste de la mort de « son » enfant septuagénaire.

 

Après la disparition de René Plovie la semaine dernière, c’est une autre « figure » communale qui s’éteint, mais que Wattrelos, de nouveau, n’oubliera pas.

 

C’était une maman, une mamie, une grand-mamie adorable : je me sens orphelin d’elle !

 

Adieu Estève, ta vigueur, ton sourire et ton goût de vivre nous marqueront encore longtemps.

 

Repose en paix à présent, tu l’as bien mérité.

Partager cet article

Repost0
20 avril 2018 5 20 /04 /avril /2018 09:18
Le roi René nous a quittés !

J’ai eu le cœur très en peine, en milieu de semaine, d’apprendre cette bien triste nouvelle qui nous arrive du sud de la France où il s’était installé : René Plovie, emblématique ancien président du Sporting club et ancien vice-président de l’Entraide Sportive, est décédé à l’âge de 88 ans.

 

René, c’était le grand, le roi René : sa haute stature, sa voix rocailleuse et forte, son rire, sa manière incomparable d’apostropher, de mettre en confiance, sa convivialité, son sens de l’amitié, sa fidélité… oui, c’était un roi ! Le roi de la bonne humeur, du bon accueil dans son bistrot à l’entrée de la rue Gabriel-Péri, le roi de la truculence et de la bonne histoire, toujours joyeux et proche des soucis de ses clients et amis à la fois. Les peines, il les réconfortait ; les tristesses, il les combattait ; les problèmes, il aidait à les oublier par sa main tendue, son « qu’est-ce te bos ? Ch’est pour mi ! » ; ses conversations de bord de comptoir qu’il savait animer… au point de faire oublier l’heure de rentrer.

 

C’était le roi de la fête, de la joie, de l’amitié vraie, franche, virile, sportive ! Il était le roi de mon quartier d’enfance, de la rue Gabriel-Péri et de la place du Moulin. Son café, c’était un lieu de rendez-vous, un point de passage quasi-obligé, avec sa caisse d’épargne, ses œufs durs, sa machine à cacahuètes que le gosse que j’étais dégustait (à l’époque) sans modération.

 

Dans mon enfance, le dimanche midi, lorsque l’heure a priori normale du déjeuner était déjà bien avancée, que de fois ma mère m’a envoyé chercher mon père « Chez René » et, petit garçon, j’entrais, tirais sur la veste de mon père qui ne m’avait pas vu arriver, en disant : « Maman, elle a dit qu’il faut rentrer manger »… et du coup, mon père me payait une limonade (avant de repartir avec moi enfin !).

 

René, c’était un monument de la vie locale, tant physiquement que sur le plan associatif puisque, outre la présidence du Sporting (pour laquelle il avait obtenu la médaille de la jeunesse, des sports et de l’engagement associatif) et son engagement à l’Entraide Sportive, il était membre (très) actif du Comité des fêtes de son quartier, mais aussi de la Confrérie du Carnaval, tant il avait la fête et la convivialité chevillées au cœur.

 

Son bistrot était l’emblématique siège du Sporting  des rouges et noirs, si je me souviens bien : c’était tout un univers, un haut lieu de la vie sociale du quartier. René trônait derrière le comptoir et assurait l’ambiance à lui seul, interpellant untel ou untel, payant des tournées, faisant éclater de rire toute l’assistance avec ses réflexions, ses anecdotes. Un vrai théâtre ! Et les jours de derby avec l’US Wattrelos, il fallait voir ça : c’était l’événement de l’année ! On y préparait la rencontre, on faisait le match avant qu'il ne soit joué, on prenait des paris, puis après, on refaisait le match, on fêtait la victoire, ou on essayait d'oublier la défaite... jusqu’à tard après la fin du match !

 

Dans tout ce quartier, du terrain du Beck à la place du Moulin, la vie du quartier était rythmée par les matches du Sporting ! Je revois encore mon père bondir du fauteuil, un dimanche après-midi, parce qu'il avait entendu des clameurs dans le stade : « Je vais jeter un œil et je reviens... » avait-il dit à ma mère. Lorsqu'il est revenu, il faisait nuit et j'étais couché ! Les matches du Sporting duraient plus longtemps que les autres...

 

René, c’était une figure, un personnage, une personnalité wattrelosienne qui aura marqué son passage dans cette ville. Après sa retraite, en 1989, il était descendu vivre au soleil, à Canet-en-Roussillon, dans les Pyrénées-Orientales, tout en revenant vivre régulièrement quelques semaines à Wattrelos où il avait gardé une habitation à côté du bistrot ! Je le vois encore tout déconfit lorsque, le croisant sur la place de Wattrelos le 18 mars 2001, où il était remonté du Sud pour venir voter (pour moi) au 2e tour des élections municipales, je lui ai dit : « C’est gentil René, mais j’ai gagné au 1er tour ! ». La Grand’place de Wattrelos résonne encore de son rire… Il m’a alors dit : « Viens, j’te paie un verre ! ».

 

Je me souviens aussi qu’il était revenu fêter ses noces d’or en mairie de Wattrelos en 2001, puisqu’il s’y était marié 50 ans plus tôt. Jeune maire (c’était ma première cérémonie des jubilaires de Pâques dans la fonction), pour le clin d’œil je n’avais pu m’empêcher de lui offrir un collier de moules « mâles et femelles » faisant référence à une vieille blague dont il avait été victime une vingtaine d’années plus tôt, au moment de la fête des Berlouffes à l’occasion de laquelle le Sporting dressait un grand chapiteau sur la place du Moulin pour y servir des délicieuses moules-frites. Une inspection déclenchée sur la base d’un arrêté factice de mon prédécesseur pour préciser que seules les moules mâles pouvaient être servies (et non les femelles !) avait semé l’effroi chez les bénévoles, et posé des questions existentielles à René de longs moments… avant qu’il ne comprenne l’odieuse supercherie ! Cette place du Moulin avait d’ailleurs été officieusement rebaptisée « place René Plovie » en 1989 – la plaque est encore visible sur le mur, au fond du parking !

 

René, c’était un ami, un ami de mon père, ils avaient le même âge ! Avec d’autres, comme son ami Roland Merlin hélas également décédé, il incarnait l’âme wattrelosienne, la truculence, la camaraderie, la générosité, la passion de la vie associative. C’était un vrai, vrai, vrai Wattrelosien et je pense que je peux pas lui rendre plus bel hommage que d’écrire cela. Il y a quelques mois, lors de ce qui sera donc son dernier passage à Wattrelos, à la friterie du Moulin, en face de son ancien bistrot qui ne l’est plus, nous avions mangé une frite ensemble, avec sa femme Liliane, toujours si proche de lui, et à qui je pense très fort aujourd’hui. J’étais avec ma mère et il m’avait dit : « Te sais garchon, j’cros que j’n’arvindrai pus », et il m’avait embrassé avec émotion. Nous savions tous deux que c’était vrai. Il avait raison…

 

Repose en paix, ami René, ami fidèle, tu nous manqueras cruellement mais Wattrelos, elle, ne t’oubliera jamais. Et dans ton quartier, « Chez René », on sait tous encore où c’était…

 

Partager cet article

Repost0
2 avril 2018 1 02 /04 /avril /2018 15:20
Avoir 50, 60 ou 65 ans de mariage à Wattrelos !

Traditionnelle à Wattrelos, cette cérémonie est la plus belle de toutes ! D’abord parce qu’elle réunit beaucoup d’émotions, de gestes tendres, et surtout parce qu’on y parle d’amour ! De  beaucoup d’amour : 1195 années au total, pour les couples reçus ce lundi matin à l’Hôtel de ville, 3 de saphir (65 ans de mariage), 5 de diamant (60 ans de mariage) et 14 d’or (50 ans).

Pour tous ces couples, l’accueil se veut exemplaire : cortège en voiture de la place de la République jusqu’à l’Hôtel de ville, l’Union musicale pour l’accueil en musique, à l’arrivée j’offre un bouquet à la (jeune) mariée du jour, photo souvenir, et haie d’adjoint(e)s écharpé(e)s qu’ils franchissent sous les applaudissements, avant l’escalier officiel qui mènera chaque couple à la salle des mariages.

Au début de la réception, l’association wattrelosienne NordSud aura chanté 3 chansons en l’honneur des jubilaires : «Ça sert à quoi l’amour » (duo Pascale/Vinciane), « Les vieux mariés » (Pascal) et une très belle interprétation de « l’hymne à l’amour » (Sarah). Les mains se prennent et les doigts se nouent, des yeux s’embuent, nos mariés d’hier renouent avec l’émotion.

Dans mon intervention (que je commence avec le célèbre duo de Johnny et Sylvie, « J’ai un problème ») après les félicitations affectueuses et respectueuses, je revisite l’actualité internationale, nationale, cinématographique et des chansons de chacune des années de mariage de nos jubilaires.

Ainsi, en 1953, guerre d’Indochine, mort de Staline, terribles inondations aux Pays-Bas, émeutes en Allemagne de l’Est, mariage de JFK et de Jackie Bouvier… et celui de nos 3 jubilaires, alors même qu’Albert D’Hondt est réélu maire de Wattrelos. Nos jeunes époux se sont-ils « plu » à la « St-Médard », ou au pied du « Moulin des amours qui tourne ses ailes au ciel des beaux jours ». A l’époque, les chansons ne manquent pas d’audace, telle « Sanguine » d’Yves Montand. Et si Line Renaud, pour surveiller son époux, conseille d’acheter un « joli p’tit chien jaune et blanc » (merci à mes Adjoints, Georges Prpic, et Guy Noël Lemay pour les aboiements) dans la vitrine, nos mariés n’ont retenu que Tino Rossi « Donne-moi ton cœur, donne-moi ta vie ».

En 1958, guerre d’Algérie, putsch d’Alger, retour de De Gaulle au pouvoir, nouvelle Constitution, année tourmentée donc pour nos amoureux qui, heureusement, au cinéma peuvent aller voir « la chatte sur un toit brûlant » ou « Chéri, fais-moi peur ». A l’époque, on voyage beaucoup dans les chansons (Rio, … Tahiti, sur les Marchés de Provence), mais Edith Piaf ne rêve que de son « manège à moi », et de son « Milord ». Nos jeunes épousés sans doute goûtent-ils aux « scoubidou-ha » de Sacha Distel et découvrent avec André Claveau « le voyage doux de la vie ».

1968 est bien sûr l’année révolutionnaire de 14 couples reçus ce matin, dans les rues (en France, comme à Wattrelos) mais aussi dans leur vie. Côté cinéma, c’est l’humour et les grands classiques « le gendarme se marie » ou « le tatoué ». A Wattrelos, toute la ville est enfin raccordée à l’eau potable, et les chantiers de la Zup de Beaulieu et du CSE s’engagent ; Eddy Merckx gagne le Paris-Roubaix, mais Dutronc chante « Il est 5 heures, Paris s’éveille »… et Gilles Dreu invite l’alouette à venir se « réchauffer ». Et Johnny chante : « Ma vie, je la passerai/Hiver, printemps, été/à t’aimer ».

Tous ces couples se sont aimés 50, 60 voire 65 ans, et ont bien l’intention de continuer encore longtemps : ils ont raison, qu’ils s’aiment encore très très longtemps ! Ils ont « notre admiration, notre respect et notre affection ».

A la fin de mon discours, notre « Copé in Deux » Francis Delcourt aura chanté « Les Jubilés », avant de nous raconter son mariage en patois, version Francis d’abord, version Chantal ensuite !

Et si le mot de la fin me revint, je l’empruntai à Mouloudji qui, en 1953, dans sa chanson « Un jour tu verras », concluait par : « Nous danserons l’amour, les yeux au fond des yeux/Vers une nuit profonde, vers une fin du monde »…

Pour lire mon discours aux Jubilaires, cliquer ci-dessous.

Avoir 50, 60 ou 65 ans de mariage à Wattrelos !
Avoir 50, 60 ou 65 ans de mariage à Wattrelos !
Avoir 50, 60 ou 65 ans de mariage à Wattrelos !
Avoir 50, 60 ou 65 ans de mariage à Wattrelos !
Avoir 50, 60 ou 65 ans de mariage à Wattrelos !
Avoir 50, 60 ou 65 ans de mariage à Wattrelos !
Avoir 50, 60 ou 65 ans de mariage à Wattrelos !

Au début de la réception, l’association wattrelosienne NordSud aura chanté 3 chansons en l’honneur des jubilaires : «Ça sert à quoi l’amour » (duo Pascale/Vinciane), « Les vieux mariés » (Pascal) et une très belle interprétation de « l’hymne à l’amour » (Sarah). Les mains se prennent et les doigts se nouent, des yeux s’embuent, nos mariés d’hier renouent avec l’émotion.

Avoir 50, 60 ou 65 ans de mariage à Wattrelos !
Avoir 50, 60 ou 65 ans de mariage à Wattrelos !
Avoir 50, 60 ou 65 ans de mariage à Wattrelos !

Dans mon intervention (que je commence avec le célèbre duo de Johnny et Sylvie, « J’ai un problème ») après les félicitations affectueuses et respectueuses, je revisite l’actualité internationale, nationale, cinématographique et des chansons de chacune des années de mariage de nos jubilaires.

Avoir 50, 60 ou 65 ans de mariage à Wattrelos !

Ainsi, en 1953, guerre d’Indochine, mort de Staline, terribles inondations aux Pays-Bas, émeutes en Allemagne de l’Est, mariage de JFK et de Jackie Bouvier… et celui de nos 3 jubilaires, alors même qu’Albert D’Hondt est réélu maire de Wattrelos. Nos jeunes époux se sont-ils « plu » à la « St-Médard », ou au pied du « Moulin des amours qui tourne ses ailes au ciel des beaux jours ». A l’époque, les chansons ne manquent pas d’audace, telle « Sanguine » d’Yves Montand. Et si Line Renaud, pour surveiller son époux, conseille d’acheter un « joli p’tit chien jaune et blanc » (merci à mes Adjoints, Georges Prpic, et Guy Noël Lemay pour les aboiements) dans la vitrine, nos mariés n’ont retenu que Tino Rossi « Donne-moi ton cœur, donne-moi ta vie ».

En 1958, guerre d’Algérie, putsch d’Alger, retour de De Gaulle au pouvoir, nouvelle Constitution, année tourmentée donc pour nos amoureux qui, heureusement, au cinéma peuvent aller voir « La chatte sur un toit brûlant » ou « Chéri, fais-moi peur ». A l’époque, on voyage beaucoup dans les chansons (Rio, … Tahiti, sur les Marchés de Provence), mais Edith Piaf ne rêve que de son « manège à moi », et de son « Milord ». Nos jeunes épousés sans doute goûtent-ils aux « scoubidou-ha » de Sacha Distel et découvrent avec André Claveau « le voyage doux de la vie ».

1968 est bien sûr l’année révolutionnaire de 14 couples reçus ce matin, dans les rues (en France, comme à Wattrelos) mais aussi dans leur vie. Côté cinéma, c’est l’humour et les grands classiques « le gendarme se marie » ou « le tatoué ». A Wattrelos, toute la ville est enfin raccordée à l’eau potable, et les chantiers de la Zup de Beaulieu et du CSE sont engagés ; Eddy Merckx gagne le Paris-Roubaix, mais Dutronc chante « Il est 5 heures, Paris s’éveille »… et Gilles Dreu invite l’alouette à venir se « réchauffer ». Et Johnny chante : « Ma vie, je la passerai / Hiver, printemps, été / à t’aimer ».

Tous ces couples se sont aimés 50, 60 voire 65 ans, et ont bien l’intention de continuer encore longtemps : ils ont raison, qu’ils s’aiment encore très, très longtemps ! Ils ont « notre admiration, notre respect et notre affection ».

A la fin de mon discours, notre « Copé in Deux » Francis Delcourt aura chanté « Les Jubilés », avant de nous raconter son mariage en patois, version Francis d’abord, version Chantal ensuite !

Avoir 50, 60 ou 65 ans de mariage à Wattrelos !
Avoir 50, 60 ou 65 ans de mariage à Wattrelos !

Et si le mot de la fin me revint, je l’empruntai à Mouloudji qui, en 1953, dans sa chanson « Un jour tu verras », concluait par : « Nous danserons l’amour, les yeux au fond des yeux / Vers une nuit profonde, vers une fin du monde »…

Avoir 50, 60 ou 65 ans de mariage à Wattrelos !
Avoir 50, 60 ou 65 ans de mariage à Wattrelos !
Avoir 50, 60 ou 65 ans de mariage à Wattrelos !

Pour lire mon discours aux Jubilaires, cliquer ci-dessous.

Partager cet article

Repost0