Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Discipliner la finance pendant ses vacances, c’est possible !
    L’avantage de prendre quelques jours de vacances, c’est que cela permet de faire ce que l’on n’a pas (toujours) le temps de faire le reste de l’année, et notamment de lire ce qu’on ne prend pas le temps de lire lorsque les dossiers à rédiger et à étudier...
  • Coluche veille sur les Restos de Wattrelos !
    Ce projet, nous l’avions bien en tête, et ça fait longtemps que nous voulions le faire aboutir : Catherine Osson était encore mon Adjointe à l’Urbanisme (donc avant d’être Députée en 2017) quand le premier dossier avait été lancé pour faire identifier...
  • Salle de sports Jean-Zay : des travaux nécessaires
    Lors de la visite des chantiers que j’ai effectuée mi-juillet, la salle de sports Jean-Zay figurait bien entendu au menu car, conformément au programme électoral, sa rénovation s’inscrit dans les premières priorités du mandat ! Dans cette salle d’une...
  • Un nouveau terrain de foot tous temps pour la Ville, et c’est au Crétinier !
    Au complexe sportif du Crétinier vient d’être posée la magnifique moquette verte d’un nouveau terrain de foot tous temps, à la place d’un terrain en schiste, que les footballeurs du Wattrelos football club appelaient de leurs vœux depuis longtemps ! Il...
  • Liaison Tourcoing-Beaulieu : ça roule… presque !
    Actualité majeure des chantiers de l’été 2020 : la liaison Tourcoing-Beaulieu. C’est même le chantier de voirie de l’année… et même du début d’année prochaine en raison du décalage des travaux provoqué par la crise sanitaire. Les travaux de ce chaînon...
  • La Résidence Gossypium : nouvelle offre pour Nouvel Âge
    Le groupement Demathieu & Bard Immobilier, en lien avec Les Essentielles (devenues depuis Damecosi), professionnels de la gestion et de l’exploitation de résidences services, a engagé en 2018, rue Louis-Dornier, la construction d’une résidence services...
  • Couteaux, Beaulieu, Beck : du neuf dans l’habitat ancien !
    Dans le traditionnel point d’étape estival sur les chantiers wattrelosiens que j’effectue chaque année, le logement occupe cette année une place consistante. C’est que notamment, avec les bailleurs Vilogia et Partenord Habitat, trois gros dossiers vont...
  • Le Compte Administratif 2019 de Wattrelos : un très bon Compte, le meilleur depuis plus de 10 ans, qui conforte la bonne assise financière de la ville
    Point d’orgue du Conseil municipal de ce 2 juillet, la présentation du Compte Administratif 2019, c’est-à-dire le bilan financier des dépenses et des recettes de l’année 2019, dernière année du mandat précédent. Ce compte était prêt dès mars, et s’il...
  • Le film d’une élection : au travail maintenant
    Bien des électeurs pensent parfois qu’après avoir été au bureau de vote, ils ont élu leur maire : ce n’est pas tout à fait la réalité, car c’est le Conseil municipal qui, dans un second temps, élit le maire. Le 15 mars dernier, les électeurs wattrelosiens,...
  • Mon édito pour le CLIC Riv'Age
    Le monde, la France, nos villes traversent une crise sanitaire sans précédent depuis la 2nde guerre mondiale. De fait, des dispositions ont été prises par nos autorités : en France, un confinement a été décrété depuis la mi-mars. C’est le cas aussi en...
14 septembre 2006 4 14 /09 /septembre /2006 08:46
C’est une séance de conseil municipal peu ordinaire que j’ai conduite hier soir.
En première partie s’est en effet tenue lieu une session d’information sur la mise en place du tri sélectif des ordures ménagères, information présentée par mon sympathique collègue de LMCU, Paul Deffontaine, Vice-Président chargé de la collecte des résidus urbains, accompagné d’une spécialiste de la Direction Communautaire des Résidus Urbains.
J’ai tenu à rappeler dans un propos liminaire que c’est en 1992 que Lille Métropole Communauté Urbaine a défini ses orientations, en matière de gestion des résidus urbains, par le triptyque : jeter moins, trier plus, traiter mieux.
Cela s’est concrétisé par l’adoption à l’unanimité, en juin 1992, du Schéma Global de collecte et traitement des Résidus Urbains destiné à sauvegarder l’environnement et à protéger les ressources. La mise en place de la collecte sélective sur l’ensemble de la communauté, décidée depuis cette date, a depuis fait l’objet d’une mise en place progressive et prudente.
Ainsi, de 1992 à 2001, celle-ci a concerné les communes rurales et moyennes (soit 5 tranches, 600 000 habitants, 50% de la population). Mais, rapidement, il est apparu que le principe des containers compartimentés était difficilement applicable aux milieux urbains plus denses.
Ainsi, en 1999 la ville de Wattrelos a fait part de ses inquiétudes et demandé à surseoir à la mise en place sur son territoire et à étudier un dispositif plus adapté à sa typologie. Sursis accepté.
Durant ce temps, Lille Métropole Communauté Urbaine, de 2001 à 2004, en a profité pour expérimenter d’autres méthodes en hyper centre (à Lille notamment, et Roubaix).
De sorte qu’en 2005, avec des moyens plus adaptés (mini-bacs et sacs plastiques quand cela est nécessaire), la mise en place a pu reprendre par une 6ème tranche urbaine de 50 000 habitants.
En 2006, en fin de parcours, c’est maintenant le tour de Wattrelos. Ainsi, les 16 142 foyers qui composent notre ville pourront bénéficier de l’expérience des autres collectivités. Toutefois, ce n’est pas sans appréhension que le maire que je suis et les élus wattrelosiens envisagent la mutation des collectes de résidus urbains. Car nous avons un habitat typé, marqué ô combien par le passé industriel, et nous savons que des difficultés pratiques surgiront.
Alors, le mandat est simple : résoudre les problèmes pratiques au maximum, et pour cela écouter, comprendre, expliquer.
J’y tiens énormément.
Car, bien sûr, cette réforme est nécessaire, indispensable (il n’y a pas de plus grand défi pour une métropole d’un million d’habitants comme la nôtre que de traiter ses déchets en respectant l’environnement, c’est-à-dire le cadre de vie que nous laisserons à nos enfants).
Mais si elle est faite pour les habitants, cette réforme ne peut se réussir qu’avec les habitants.
Je souhaite que tout soit fait pour qu’on y parvienne. L’enjeu est d’importance.

Partager cet article

Repost0
20 juin 2006 2 20 /06 /juin /2006 15:36
Comme j’ai l’habitude de le faire, j’ai reçu dimanche à l’Hôtel de ville les enseignants qui ont fait valoir leur droit à la retraite ou qui nous quittent pour d’autres communes.
Il y avait de la décontraction dans l’air en cette fin d’année scolaire : comme une petite musique faisant entendre – avec un peu d’anticipation quand même – non pas les notes de la fameuse chanson de Sheila L’école est finie (que j’avais en tête pour l’avoir entendue la veille à la fête de l’école Jean-Zay) mais les chants de la chorale des instits, qui se produit chaque année en l’honneur des collègues.
Je leur ai dit ma reconnaissance, à tous ces enseignants, celle du Conseil municipal. Un merci qui s’adresse à toute la communauté éducative, laquelle accomplit un travail fondamental, décisif, dans chacun de nos établissements scolaires.
Cette communauté fait vivre à Wattrelos un projet militant de toute première importance : préparer l’avenir de nos enfants.
S’il faut communiquer, et approfondir, les « fondamentaux » de l’enseignement, il est nécessaire d’intéresser les enfants avec ce qui donne un sens à leur vie, ce supplément non exprimé dans les manuels, qui fait réfléchir, qui fait ressentir, qui formera des êtres de cœur et pas simplement des machines à réciter des matières techniques.
Il ne peut pas, à mon sens, y avoir d’autre priorité plus fondamentale dans notre société que la réduction des écarts sociaux. Et à celle-ci concourt directement la réduction des inégalités d’accès à l’éducation et au savoir, au coeur des préoccupations municipales.
LA première des priorités de la Municipalité que je conduis.
Malheureusement, nous sommes contraints de conduire notre barque entre les tromperies et les renoncements de l’Etat.
Ces tromperies, j’en vois au moins de trois sortes :
-                     la tromperie « erreur de calcul » : celle qui a installé dans nos écoles des assistants d’éducation bien moins nombreux que les aide-éducateurs d’hier. Le compte n’y est pas ! On a perdu de l’encadrement dans nos écoles.
-                     la tromperie « rideau de fumée » : celle qui, pour certains collèges en France, évoque leur classement en « Ambition Réussite », et qui fait prélever sur des collèges en ZEP (comme c’est le cas sur Nadaud et Neruda) les équivalents en postes pour servir ces collèges. Ici, à Wattrelos, on ne veut pas nous donner « d’ambitions », on ne nous offre que des déceptions. Incompréhensible !
-                     la tromperie « marché de dupe » : celle qui nous promet un Projet de Réussite Educative pour nos écoles, projet que nous concertons, discutons avec les représentants à la Caisse des Ecoles et tous les acteurs éducatifs de la ville… un projet qui, lorsqu’il arrive devant les instances de l’Etat, se voit imposer un retard sur sa mise en œuvre, et pis que tout, le refus de 50 % des actions proposées ! Finies bon nombre d’actions du contrat ville-lecture, du contrat éducatif local, du contrat ville…
Je suis amer de constater, par exemple, qu’on nous refuse les interventions de notre école municipale des sports, la si utile semaine du petit déjeuner, ou les activités scientifiques pourtant si réclamées par tous.
Tromperies disais-je ? Sachons qu’elles se renforcent d’autant de renoncements ! Ces renoncements, au nombre de deux, me préoccupent pour la rentrée à venir :
-                     d’abord la décision de Mme la Rectrice de fermer notre Centre d’Information et d’Orientation. Unanime, le Conseil municipal avait voté son souhait de le maintenir ! Malgré l’avis des élus sur le terrain, on ferme ! c’est un appauvrissement inacceptable pour l’égalité réelle des chances !
-                     ensuite, second renoncement, indolore aujourd’hui car ce n’est qu’une annonce, mais dont je redoute la dureté quand cela s’appliquera : la préparation du Budget 2007 de l’Etat, avec les 15 000 suppressions de postes de fonctionnaires en 2007, et en particulier celle des 8 500 postes prévus dans l’Education Nationale. On a déjà vu dans notre Académie ce que donne cette année une réduction trois fois moindre ! Gare à l’avenir !
Parce qu’elle est la société, parce qu’elle est dans la société, l’école vit comme la société.
Et quand certains veulent changer la société, ils touchent bien sûr à l’école. Quand ils veulent réduire la part des services publics, ils appauvrissent celle qui revient à l’école.
Mais à l’inverse, d’autres savent que quand la société souffre, l’école souffre aussi, car elle est le creuset des habitants, des familles, de leurs difficultés, de leurs souffrances. Elle est la digue de la cohésion sociale républicaine.
Voilà pourquoi, justement, il est primordial que non seulement l’appui à la cause, à la communauté éducative se maintienne, mais se renforce. C’est notre fonction, ici à Wattrelos. Enfant, j’aimais l’école. Devenu maire, j’aime encore l’école et je respecte les enseignants, car leur mission est noble est essentielle.

Partager cet article

Repost0
2 juin 2006 5 02 /06 /juin /2006 14:30
Dimanche, je recevais à l’Hôtel de ville huit mamans wattrelosiennes à l’occasion de la Fête des Mères. Huit mamans de familles nombreuses à qui j’ai décerné la médaille de la Famille Française… tout en ayant une pensée pour ma maman à moi, bien sûr.
A titre personnel, je n’ai mesuré que bien tard ce qu’était la vie de ma mère qui, ouvrière textile près de la gare de Roubaix, alors qu’elle n’avait qu’une heure et demie de pause pour le déjeuner, revenait chaque jour à vélo, par tous temps, pour préparer le repas de ses deux gamins – dont j’étais – avant de repartir dare-dare sur sa machine. Un souvenir pour moi parmi tant d’autres. Une image comme tant d’autres anciens enfants en ont !
A Wattrelos, on met les mamans à l’honneur depuis très longtemps, et à juste titre : cette tradition, au même titre que mes prédécesseurs, j’y suis tout attaché.
Car les mamans sont, au sens premier du terme, exemplaires : choyer, entourer, par delà les grands et les petits soucis de la vie quotidienne, c’est un sacré défi et on ne le dira jamais assez.
Et fonder une famille, mettre des enfants au monde et les élever ne constitue pas une entreprise de tout repos. Dans un contexte d’incertitude économique comme celui que nous connaissons un peu plus particulièrement à Wattrelos, c’est un acte de foi.
Tout cela, je l’ai dit à « mes » mamans dimanche matin à l’Hôtel de ville, ainsi qu’à celles qui sont actuellement hospitalisées au centre hospitalier de la ville et à qui je suis allé rendre visite.
Mais je veux élargir ici mon propos en évoquant les droits des femmes, acquis par de lentes avancées successives, elles-même menées par de longs combats pour que la femme puisse avoir dans notre société la place, toute la place qu’elle mérite. A ce sujet, je suis inquiet. Pour plusieurs raisons. Je m’explique.
L’enfant, la mère, la famille : tout cela, c’est le socle de notre société. Mais depuis quelques temps j’entends, ça et là, sur nos chaînes nationales, qu’avant même leurs 3 ans, des enfants sont des délinquants en puissance. On nous pointe les parents des enfants, des « jeunes » comme l’on dit, qui fautent, non plus seulement comme des responsables mais comme des coupables. Mais alors, comment comprendre les décisions qui sont prises, comment comprendre certaines propositions ? Comment comprendre par exemple qu’une loi, la loi Fillon sur l’école, reporte de 2 à 3 ans l’inscription à l’école des jeunes enfants ? Comment croire que c’est en menaçant d’aggraver les difficultés matérielles de parents déjà durement frappés par les accidents de la vie, parfois accablés par les problèmes du chômage, que la collectivité les amènera à prendre en charge leur mission éducative et à assumer leur indispensable fonction d’autorité auprès des jeunes ?
Je ne crois pas que ce soit seulement en tapant sur la tête de parents, souvent déjà en difficulté, qu’on facilitera l’éducation à la vie, et à la vie en société, de nos jeunes !
Bien sûr, les parents ont un rôle primordial pour initier leurs enfants aux règles de cette vie sociale, pour leur enseigner la civilité, bref pour leur dire ce qui est permis et ce qui ne l’est pas, et faire d’eux des citoyens à part entière. Personne d’autre ne peut le faire à la place des parents, ni l’école, ni la commune, ni la police…
C’est précisément pourquoi je suis convaincu que la première, peut-être la plus fondamentale, des responsabilités des autorités publiques, c’est de tout faire pour aider les parents à pouvoir exercer convenablement leur rôle de parents.
C’est ce que nous faisons à Wattrelos, par le biais de notre Maison des Parents par exemple. Des parents qui sont également au cœur du projet d’établissement de nos crèches existantes et à venir, et qui devront surtout être le noyau dur de notre prochain Contrat Enfance avec la Caisse d’Allocations Familiales.
Ce sont des choix politiques. J’espère qu’ils retrouveront, dans un avenir qui n’est plus si éloigné, un écho au niveau national…

Partager cet article

Repost0
4 mai 2006 4 04 /05 /mai /2006 16:24
Le 1er Mai n’est pas n’importe quel jour. C’est un jour important, pour le monde du travail, ici dans notre agglomération, dans notre pays mais aussi sur toute la planète. Partout il est le souvenir de luttes, de manifestations pour la défense des droits des travailleurs, partout il est le symbole du droit du travail et des règles sociales qui préservent, qui protègent, qui soutiennent celles et ceux qui n’ont que leurs bras, leur créativité, leur labeur pour seule force de travail.
Alors, bien sûr, pour moi ce n’est pas un jour comme les autres. D’abord, parce que j’ai eu le plaisir de présider la cérémonie de remise des médailles du travail au CSE ; ensuite parce que ce 1er mai 2006 est sans doute particulièrement important.
En effet, en cette année 2006, dans le contexte social et politique qui est le sien, après les décisions prises de régression sociale, après les tensions urbaines, après plus de 2 mois de volumineuses manifestations de rues, et alors même que la pauvreté n’a jamais autant progressé dans notre pays que depuis 2003, cette année 2006 ne peut pas ne pas nous rappeler notre passé.
Je n’ai pas le culte des dates anniversaires. Mais, regarder derrière nous, regarder d’où nous venons, aide souvent à comprendre où nous en sommes.
En 1906, il y a un siècle, le 10 mars se produisit à Courrières, dans le Pas-de-Calais, aux petites heures du matin, l’une des catastrophes les plus meurtrières de toute l’histoire mondiale des mines : 1 100 morts ! Cent ans plus tard, nous devons nous souvenir de toutes ces victimes, de leurs familles et de leur douleur. Aujourd’hui encore, nous les avons en mémoire, ces mineurs qui ont perdu leur vie pour le travail.
Mais, 1906, c’est aussi pour la 1ère fois depuis la République, l’institution par Georges Clémenceau, par un décret du 25 Avril, d’un Ministère du Travail et de la prévoyance sociale. Il aura fort à faire, un siècle durant.
Date-clé dans l’histoire des avancées sociales de ce pays, 1936 !
Il y a tout juste 70 ans, par les élections législatives des 26 avril et 3 mai, le Front Populaire de Léon Blum arrive au pouvoir. Un vent d’espérance, de liberté traverse le monde ouvrier, en grève pour conforter ses droits, qui demande à être simplement respecté, reconnu, et qu’à travers une certaine presse, une part de la bourgeoisie qualifie pourtant de « salopards en casquette ». Oui, la tension sociale est vive, la lutte des classes est forte, mais la vie du peuple va changer ! Ici aussi, ici surtout…
Aux Accords Matignon du 7 juin succèdent l’établissement de contrats collectifs de travail, l’instauration de délégués du personnel, les lois sur les 40 heures et les deux semaines de congés payés !
A ces premiers congés payés qui voient, de toute notre agglomération, partir des trains entiers pour convoyer des familles wattrelosiennes, roubaisiennes, vers la mer !
N’oublions pas ces moments-là, si chèrement acquis par nos anciens. Voilà pourquoi, pour qu’on s’en souvienne, lors de la cérémonie des médailles du travail ce 1er mai, j’ai demandé que, par des panneaux disposés dans la galerie à l’entrée de la salle du CSE, des coupures de presse d’il y a 70 ans rappellent ce que fut cette période.
Autre date importante, celle de nouvelles avancées pour les ouvriers : 1946. Une nouvelle Constitution, avec un préambule qui reconnaît le droit au travail ; c’est surtout la naissance de la Sécurité Sociale, sa généralisation à toute la population, l’extension des allocations familiales, la mise en place des branches accident du travail, mais aussi maladie et vieillesse. La France était épuisée, déchirée par 5 années de guerre, mais pour redémarrer, elle se dotait d’une législation sociale forte, protectrice pour ses salariés et sa population, au cœur de ce qu’on appellera bien plus tard, « notre » modèle social français.
Et ce n’est pas fini avec les millésimes en « 6 », puisque dix ans plus tard, le 27 mars 1956, le gouvernement de Front Républicain de Guy Mollet ajoute une semaine supplémentaire de vacances aux salariés : trois semaines de congés pays, c’était il y a 50 ans, à peine !
C’était une mesure économique, c’était une mesure sociale.
25 ans plus tard, à mi-chemin entre 1956 et maintenant, on est en 1981. D’autres mesures sociales restent dans les mémoires, celles décidées par le gouvernement de Pierre Mauroy, nommé par François Mitterrand : la retraite à 60 ans, la 5ème semaine de congés payés, les 39 heures ou les lois Auroux sur les relations sociales dans l’entreprise et les droits des salariés.
Et oui, ce n’est pas si vieux que cela qu’on a codifié, par la loi, l’obligation d’informer le comité d’entreprise de la gestion de l’entreprise, ou qu’a été donné aux salariés le droit de s’exprimer sur leurs conditions de travail…
Alors, pourquoi est-ce que j’insiste sur ces dates, sur le cheminement de ces conquêtes sociales ? Pour 3 raisons :
. d’abord pour expliquer que précisément le droit social s’est construit progressivement, par couches successives ; et que les avancées sociales, qui se sont additionnées lentement les unes aux autres au cours du siècle écoulé, l’ont été bien sûr par des combats politiques, mais aussi par des revendications sociales que nos aînés, nos parents, grands-parents et arrière-grands-parents ont porté de leur force et de leurs espérances.
Ce sont eux qui nous ont légué ce « modèle social » que j’évoquais ci-dessus.
. 2ème raison de rappeler l’histoire : c’est que justement, ce modèle fait d’acquis sociaux, ce droit social qui s’est construit année après année est un acquis fragile.
. or, et c’est la 3ème raison, cet acquis est aujourd’hui plus que jamais menacé. Au cœur des réformes libérales que le pouvoir politique cherche, ou a cherché, à imposer ces derniers temps, avec la précarisation accrue des salariés que l’on développe, avec l’allègement toujours plus grand des motivations et des procédures du licenciement que, çà et là, on veut promouvoir, eh bien, c’est un démantèlement méthodique, et profond, de notre droit social, cet acquis fragile que je décrivais, qui est en train de se réaliser !
Car, quand on crée, avec le Contrat Nouvelle Embauche, le CNE, ou avec feu–le Contrat Première Embauche, le CPE, des contrats de travail de courte durée, que l’employeur peut interrompre à tout moment, qu’est-ce donc sinon la fragilisation du contrat de travail ? Qu’est-ce donc sinon la fin du Contrat à Durée Indéterminée ? La règle, cela deviendra très vite le contrat précaire, ce ne sera plus l’emploi durable ! Très vite, cela en sera fini avec le contrat stable dans l’entreprise.
Et si les salariés deviennent plus précaires, s’ils restent moins longtemps dans l’entreprise, s’ils peuvent en être exclus à tout moment, que deviendront les relations sociales ? Que deviendront les institutions représentatives du personnel, les délégués du personnel, les Comités d’établissement ou d’entreprise ? Quel salarié s’engagera alors pour défendre ses collègues ?
Et nous revoilà dans l’actualité de 2006 ! Car ce qui se passe, c’est que nos décideurs gouvernementaux sont en train de tirer sur le fil d’une pelote… dont on connaît ce qu’il adviendra : il ne restera, au final, plus rien des règles sociales d’hier !
Disons-le tout net, et je le crois sincèrement : les tentations gouvernementales de mises en place d’une précarisation généralisée des contrats de travail comportent en effet en germes pour demain les risques inexorables :
-         de dégradation du fonctionnement des institutions de défense des salariés dans l’entreprise, jusqu’à sans doute leur disparition ;
-         et donc, d’un profond « déséquilibrage » des relations entre le capital et le travail dans le rapport de production ;
-         et donc, et j’ose le mot, marxiste s’il en est, mais c’est le seul mot qui s’impose, derrière ce que le pouvoir politique de ce pays veut mettre en place, c’est un renforcement de l’exploitation de ceux qui n’ont que leur force de travail pour vivre, les salariés !
Plus exploités, travaillant davantage, moins stables, moins payés, et bientôt plus pauvres ! Voilà ce que l’on nous prépare…
C’est l’analyse que je fais de ces réformes que parfois sur un ton innocent, badin, sous couvert de « flexibilité » ou de stimulation de la création d’emplois, MM. Raffarin puis de Villepin nous présentent et cherchent à imposer, projet de loi après projet de loi.
C’est l’analyse qu’avec gravité, en ce 1er Mai 2006, je veux exprimer par ces quelques propos.
Oui, je le crois, précariser le contrat de travail, à coup de CNE, de CPE, sans chercher à sécuriser les parcours professionnels, c’est désagréger à terme le Code du Travail.
C’est 1936, et ses réformes qu’on balaie, c’est Léon Blum qu’on assassine, ce sont nos aînés que l’on bafoue !
Voilà pourquoi l’histoire est importante. Elle nous rappelle d’où notre mode de vie provient, comment il s’est construit. Elle nous aide à lire, à comprendre ce qui se passe autour de nous. Elle nous remémore que les luttes sont encore fraîches, et qu’en économie de marché – car il n’en existe aucune autre – le travail ne doit pas baisser sa garde, sinon c’est le capital qui en profite !… au détriment des salariés.
Soyons donc vigilants, combatifs, sachons-donc nous mobiliser quand c’est nécessaire, soyons fermes sur nos valeurs, sachons prolonger le mouvement, le progrès social que les travailleurs du XXème siècle ont mis en marche, évitons-lui de reculer.
Sachons aussi, ô combien, rappeler les droits imprescriptibles du travailleur : l’emploi, la formation, la sécurisation des parcours, la juste rémunération.
En soi, c’est un choix de société ! C’est le mien. Un choix de fidélité, un choix de combativité.

Partager cet article

Repost0
19 avril 2006 3 19 /04 /avril /2006 10:51
La crise du CPE, au-delà des incompréhensions politiques qu’elle portait (notamment par l’absence de dialogue social qui a caractérisé cette mesure et le passage en force du texte à coup de 49-3 à l’Assemblée) a néanmoins fait éclater au grand jour l’angoisse de notre jeunesse devant son avenir.
Et on la comprend. Il n’est pas faux de dire que, quand l’emploi devient difficile, plus rare, ou qu’il se détruit, l’insertion professionnelle des jeunes devient elle aussi plus difficile.
Et les petits boulots s’alignent, et la peur du lendemain s’installe. Et surtout l’impossibilité de construire un projet de vie mine le moral.
Le rejet du CPE doit contraindre chacun à se sentir interpellé par l’impérieuse nécessité de donner un cap prioritaire à l’action publique : l’emploi des jeunes !
1)      Il faut d'abord créer des emplois. La clé, c'est la croissance économique. Plus il y aura de croissance économique, plus il y aura d’emplois créés, davantage il y en aura pour les jeunes ! Pendant la période où le Gouvernement Jospin a créé deux millions d’emplois, il est clair que le chômage des jeunes a diminué, d’autant plus que les emplois-jeunes avaient accentué la tendance. Alors l’objectif numéro 1 pour demain, c’est de mener une politique économique qui stimule davantage notre croissance économique. Et dans cette croissance, il faudra y « flécher » des emplois pour les jeunes : on pourrait ainsi, par exemple, moduler le taux d'impôt sur les sociétés en fonction de l’objectif du nombre de jeunes embauchés. Une telle modulation aboutirait à un bonus/malus de 50% sur l'impôt sur les sociétés en fonction du pourcentage de jeunes présents en entreprise.
2)      Il faut ensuite des jeunes formés. La clé, c'est l'université : elle est aujourd’hui appauvrie ; elle doit se renforcer. Mais il y aussi ceux qui ont quitté l'école tôt. Pour eux, il est indispensable d'investir massivement dans la formation en alternance en entreprise : elle a prouvé sa capacité à assurer la qualification professionnelle des jeunes. Or elle est en baisse aujourd'hui !
3)      Il faut enfin assurer la transition de la formation vers le premier emploi. La clé, c'est la sécurité professionnelle. Commençons par la concevoir pour les jeunes, avant de l'étendre à l'ensemble de la population active. Parmi d’autres pistes, j’ai lu avec intérêt l’idée de Dominique Strauss-Kahn d’un "contrat de transition vers l'emploi". Ce contrat, signé entre le jeune en recherche d'emploi et le service public de l'emploi, comprendrait quatre volets : 1. un suivi actif personnalisé du demandeur d'emploi ; 2. un crédit-formation inversement proportionnel à la durée de formation initiale : pour un droit à formation de vingt ans pour tous ; 3. une procédure spécifique de validation des acquis professionnels pour les jeunes ayant travaillé dans des emplois précaires ; 4. Une allocation de recherche d'emploi. L'objectif est simple : ne laisser aucun jeune seul sur le bord de la route.
Rien ne serait pire, maintenant, de laisser croire à notre jeunesse que son cri n’a pas été entendu. Le message prioritaire pour demain doit être clair : cap sur la jeunesse !

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2005 5 16 /12 /décembre /2005 10:36

Je trouve enfin quelques minutes pour pouvoir « bloguer » à nouveau, n’ayant pas eu une minute à moi ces derniers temps.
Il faut d’abord que je vous parle de la mise en place du Conseil municipal des enfants, fin novembre : une première à Wattrelos. Croyez-le si vous voulez, mais le plus ému de tous, c’était bien moi ! Devant tous ces enfants, élus démocratiquement dans leurs écoles, je me suis souvenu de ma propre entrée au Conseil municipal des adultes. J’avais 23 ans, j’étais le benjamin de l’assemblée, à la fois très fier, plein de bonne volonté (ça, ça n’a pas changé)… et mort de trouille !

Ce cœur qui s’accélère, je l’ai ressenti quatre fois depuis : lorsque j’ai été élu député et que je suis entré pour la première fois dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, lorsque j’ai succédé à Alain Faugaret au poste de maire en 2000, lorsque j’ai été élu en 2001… et en 2005 lorsque j’ai installé ce conseil municipal des enfants dans lequel se trouve peut-être mon successeur !

Face à la désaffection des bureaux de vote, au désintérêt grandissant pour l’action publique, je trouve très saine l’idée que des enfants s’approprient la démocratie, s’initient à la vie civique. Je le leur ai dit : « La démocratie, c’est pouvoir choisir ses dirigeants. Sur notre planète, c’est une chance incroyable. »

Autre chance à ne pas laisser passer – dans un tout autre domaine : pouvoir rénover Beaulieu. Le quartier d’une partie de mon enfance, tellement chouette et qui a tellement vieilli. C’est une autre facette de ma fonction de maire : chercher et trouver des partenaires… et donc des sous pour financer les projets de ma ville. Un cas d’école, que ce dossier de Beaulieu : je ne compte plus mes allers-retours dans les ministères à Paris, mais également dans les Hôtels de la Région, du Département, à la Communauté urbaine à Lille pour convaincre, plaider, mettre tout le monde d’accord…

Un boulot lourd, ingrat car invisible pour la population qui, pendant ce temps, trouve le temps long ! Et pourtant, que d’énergie déployée, que de temps dépensé.
Enfin, on touche au but. A 95%, on est fixés, et c’est ce que j’ai dit aux habitants du quartier fin novembre-début décembre, lors de quatre réunions publiques. Quatre réunions parce que je voulais qu’un maximum de gens puissent s’exprimer. Je voulais écouter. Deux cents habitants se sont déplacés.

C’est trop peu, même si cela n’a pas nui à de bonnes discussions. Tant pis, je continuerai à expliquer, à présenter ! Et puis, c’est peut-être que beaucoup a déjà été dit ces dernières années et beaucoup de choses sont connues. C’est vrai aussi, il y a des habitants qui ne sont plus directement concernés par la rénovation car leur immeuble a déjà été réhabilité.

Allez, on en fera d’autres !

L’action publique rend humble…

Partager cet article

Repost0