Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Discipliner la finance pendant ses vacances, c’est possible !
    L’avantage de prendre quelques jours de vacances, c’est que cela permet de faire ce que l’on n’a pas (toujours) le temps de faire le reste de l’année, et notamment de lire ce qu’on ne prend pas le temps de lire lorsque les dossiers à rédiger et à étudier...
  • Coluche veille sur les Restos de Wattrelos !
    Ce projet, nous l’avions bien en tête, et ça fait longtemps que nous voulions le faire aboutir : Catherine Osson était encore mon Adjointe à l’Urbanisme (donc avant d’être Députée en 2017) quand le premier dossier avait été lancé pour faire identifier...
  • Salle de sports Jean-Zay : des travaux nécessaires
    Lors de la visite des chantiers que j’ai effectuée mi-juillet, la salle de sports Jean-Zay figurait bien entendu au menu car, conformément au programme électoral, sa rénovation s’inscrit dans les premières priorités du mandat ! Dans cette salle d’une...
  • Un nouveau terrain de foot tous temps pour la Ville, et c’est au Crétinier !
    Au complexe sportif du Crétinier vient d’être posée la magnifique moquette verte d’un nouveau terrain de foot tous temps, à la place d’un terrain en schiste, que les footballeurs du Wattrelos football club appelaient de leurs vœux depuis longtemps ! Il...
  • Liaison Tourcoing-Beaulieu : ça roule… presque !
    Actualité majeure des chantiers de l’été 2020 : la liaison Tourcoing-Beaulieu. C’est même le chantier de voirie de l’année… et même du début d’année prochaine en raison du décalage des travaux provoqué par la crise sanitaire. Les travaux de ce chaînon...
  • La Résidence Gossypium : nouvelle offre pour Nouvel Âge
    Le groupement Demathieu & Bard Immobilier, en lien avec Les Essentielles (devenues depuis Damecosi), professionnels de la gestion et de l’exploitation de résidences services, a engagé en 2018, rue Louis-Dornier, la construction d’une résidence services...
  • Couteaux, Beaulieu, Beck : du neuf dans l’habitat ancien !
    Dans le traditionnel point d’étape estival sur les chantiers wattrelosiens que j’effectue chaque année, le logement occupe cette année une place consistante. C’est que notamment, avec les bailleurs Vilogia et Partenord Habitat, trois gros dossiers vont...
  • Le Compte Administratif 2019 de Wattrelos : un très bon Compte, le meilleur depuis plus de 10 ans, qui conforte la bonne assise financière de la ville
    Point d’orgue du Conseil municipal de ce 2 juillet, la présentation du Compte Administratif 2019, c’est-à-dire le bilan financier des dépenses et des recettes de l’année 2019, dernière année du mandat précédent. Ce compte était prêt dès mars, et s’il...
  • Le film d’une élection : au travail maintenant
    Bien des électeurs pensent parfois qu’après avoir été au bureau de vote, ils ont élu leur maire : ce n’est pas tout à fait la réalité, car c’est le Conseil municipal qui, dans un second temps, élit le maire. Le 15 mars dernier, les électeurs wattrelosiens,...
  • Mon édito pour le CLIC Riv'Age
    Le monde, la France, nos villes traversent une crise sanitaire sans précédent depuis la 2nde guerre mondiale. De fait, des dispositions ont été prises par nos autorités : en France, un confinement a été décrété depuis la mi-mars. C’est le cas aussi en...
7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 09:13
Nouvel Age : le Banquet des 1 100 !

Traditionnel à cette période de l’année, le banquet du Nouvel Age aura réuni 1 100 convives, dont 810 à la salle Salengro, le même repas étant servi dans les Résidences de la Ville. C’est un moment de fête bien sûr, mais aussi un moment de solidarité puisque la participation des aînés au prix de leur repas sert à financer les achats de jouets pour les 308 enfants des familles que soutient l’aide sociale du CCAS.

Nouvel Age : le Banquet des 1 100 !
Nouvel Age : le Banquet des 1 100 !

La bonne humeur d’évidence partagée, et la piste de danse toujours remplie sont agréables à constater, ce que je ne manque pas de faire lors de mon intervention. Je limite mon propos à 4 réalités qu’il faut savoir voir en cette fin 2016.

Nouvel Age : le Banquet des 1 100 !

On peut se satisfaire :

 

1) que dans la France d’aujourd’hui les régimes de retraite par répartition aient été garantis et que le niveau global des retraites ait été préservé ! En 2012, la branche vieillesse était déficitaire de 6 Mds €, en 2017 elle est en excédent de 1,1 Md € ! Dans d’autres pays d’Europe, les retraites ont baissé de 20 à 25 % : pas en France !

 

2) qu’en France, ces 5 dernières années, il n’y a pas eu d’exclusion des soins, de déremboursements de médicaments, pas de franchises supplémentaires ! Et le déficit de la Sécu, qui était de 17,4 Mds € en 2012, est de 400 millions en 2017 (soit un quasi équilibre, à 0,1 % des recettes) ! Et sur l’accès aux soins, et aux remboursements, il faut être vigilant pour l’avenir. Il ne peut pas y avoir des remboursements pour les riches, et des maladies non soignées pour les petites gens !

 

3) en 2017, pour les retraités et les aînés, il y aura des droits nouveaux : le tiers payant généralisé ; une meilleure prise en charge des aides à domicile pour 740 000 bénéficiaires (en application de la loi sur le vieillissement) ; la création du « congé proche aidant » ; la baisse de la taxe sur les salaires des associations médico-sociales ; et surtout l’instauration du crédit d’impôt pour les aides et accompagnants à domicile.

 

4) qu’à Wattrelos aussi en 2016, il y a eu des avancées. Développement de l’intergénérationnel, 1er Salon Seniors, amélioration de l’accueil à l’Hôtel de Ville, et surtout : la réhabilitation des 30 logements de la Résidence Vandermeersch ; l’ouverture du nouveau pavillon Saphir de la Maison de Retraite. Bientôt nous poserons la 1ère pierre d’une Résidence-service pour seniors face au Parc urbain : la ville n’en avait pas, elle en aura une en 2019 !

 

Notre Nouvel Age peut ainsi avoir des raisons de penser « qu’au-dessus des nuages, le ciel est toujours bleu » ! Et les convives présents auront passé un bel après-midi, je pense.

 

Comme chaque année, je n’ai pas manqué d’offrir une boîte de chocolats aux doyens du repas, Raymond Pluquet (95 ans), et Simone Delplanque (96 ans) !

Nouvel Age : le Banquet des 1 100 !
Nouvel Age : le Banquet des 1 100 !
Nouvel Age : le Banquet des 1 100 !
Nouvel Age : le Banquet des 1 100 !

Mieux, à la résidence du Touquet, la doyenne de Wattrelos avait tenu à être à « la Guinguette », à la salle à manger pour ce repas de Noël… et Estève a 103 ans ! Que vive le Nouvel Age de Wattrelos !

Nouvel Age : le Banquet des 1 100 !

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 11:11
Palmarès du concours des maisons fleuries

Ce jeudi soir, comme chaque année, avec Daniel Lefevre, mon Adjoint aux parcs, jardins et au développement durable, je reçois à l’Hôtel de ville les lauréats du Concours 2016 des maisons fleuries : 110 Wattrelosiens, dont 15 nouveaux, ont participé au concours.

 

Dans mon intervention, j’ai d’abord commencé par une pensée pour les fidèles, disparus récemment, notamment Christian Turpin, cadre bien connu du service municipal des Espaces Verts qui « portait », depuis longtemps, cette réception, et le très connu aussi à Wattrelos, André Denolf, emporté par la maladie il y a quelques semaines à peine, et fidèle compétiteur très primé pour la qualité de ses réalisations.

 

J’ai volontiers félicité tous ces concurrents, qui fleurissent jardins et balcons, car ce sont des « artistes » ! De la même manière qu’en fin d’année guirlandes et lumières mettent des couleurs dans la nuit, ces femmes et hommes qui plantent, font croitre et développent leurs fleurs « peignent » notre ville de couleurs le jour. Ils embellissent leur habitation, mais aussi leur rue, leur quartier, et donc la ville ! Ce qui est beau pour eux, devient beau pour tous. C’est précieux pour notre ville d’avoir de tels artisans de l’embellissement collectif ! Cela renforce, cela démultiplie les efforts – déjà considérables – des services municipaux des espaces verts à fleurir la ville.

 

Car c’est une vérité, chacun est comptable de son environnement propre, et ce faisant contribue à l’environnement collectif. La propreté, le nettoiement, l’entretien des voies et espaces publics ne peuvent pas se reposer que sur la ville : si chacun désherbait devant chez lui, ramassait ce qui traîne sur son trottoir et nettoyait son fil d’eau, ou mieux évitait d’aller mettre ses déchets chez son voisin, collectivement, nous vivrions mieux ! Et la ville serait plus belle.

 

Comme elle a vocation à le devenir avec d’autres artistes qui, comme la municipalité le souhaite, réalisent progressivement des fresques murales dans nos quartiers. Là aussi, l’objectif est de remplacer des murs borgnes, parfois tagués, ou des postes électriques peu gracieux, par des images de vie, des peintures colorées qui rappellent l’histoire ou la vie d’un quartier.

 

C’est dire combien ces « jardiniers », avec leurs touches de couleurs, ces « impressionnistes » du fleurissement, aident à donner une belle impression, si j’ose dire ! Et méritent leur prix et d’être reçus à l’Hôtel de ville. Cette année, pour le palmarès, cela donne :

 

- catégorie « jardins visibles de la rue », 1er prix : Gérard Duhin (rue des Poilus) ;

- catégorie « Façades fleuries avec jardinet visible de la rue », 1er prix : Gaëtana Miranda (rue Claude Monet) ;

- catégorie « Façades fleuries visibles de la rue », 1er prix : Patricia Danel (rue Berthelot) ;

- catégorie « Balcons visibles de la rue », 1er prix : Christian Bossemaere (rue Lamartine) ;

- catégorie « Jardins ouvriers fleuris », 1er prix, Francis Favorel.

 

Par ailleurs ont été distingués : pour les commerces, le restaurant « Le Touareg » ; pour les établissements publics, le Domaine de la Roselière, les écoles de l’Enfant Jésus (école venue avec les enfants), Jean Jaurès et Voltaire. Enfin, le prix Dominique Dumoulin a été décerné pour le « Meilleur Hors Concours » à Michel Vanmeenen (rue de la Martelotte).

Palmarès du concours des maisons fleuries
Palmarès du concours des maisons fleuries
Palmarès du concours des maisons fleuries
Palmarès du concours des maisons fleuries
Palmarès du concours des maisons fleuries
Palmarès du concours des maisons fleuries
Palmarès du concours des maisons fleuries

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 09:31
Ste-Cécile de l'Union Musicale : un superbe concert français !

C’est sous la direction de Pascale Vandenouc de l’orchestre « junior », de jeunes élèves du Conservatoire de Wattrelos, que violons, violoncelles, harpe, et autres instruments à cordes (surtout) auront assuré la 1ère partie du concert, et ravi le public présent. Ce fut d’abord « How sweet the sound » (ce « son si doux », bon début pour un concert !), inspiré d’un cantique de 1760 ; puis l’allegretto de la symphonie n°7 de Beethoven, la célèbre musique du film « Le discours d’un roi », avant la Valse n° 2 de Chostakovitch, bien connue pour avoir été reprise dans une bande publicitaire. Avec « The gloucestershire wassail », on aura eu un chant anglais qui « fête le manger et le boire », qui ressemble un peu à une « bourrée à la française » ! Et alors qu’un Français vient d’être mis sur orbite ce matin même, l’orchestre opère un changement de galaxie, en interprétant la musique de « Star Wars » ! Et pour le final, on passe de la Ste-Cécile au Nouvel An, car voilà que rythmée par les applaudissements s’ouvre « La Marche de Radetzky » de Johan Strauss. Standing ovation du public conquis par ces jeunes talents !

Ste-Cécile de l'Union Musicale : un superbe concert français !

C’est avec son jeune et dynamique chef, Guénaël Catteloin, à la direction que l’Union Musicale Wattrelosienne fit la 2ème partie du concert, sur un répertoire très français, et en commençant par la « Marche funèbre d’une marionnette » (créée en 1872 par Charles Gounod). Puis ce fut la « suite française » de Darius Milhaud, qui envoie une carte postale musicale de 4 régions (Normandie, Ile de France, Alsace-Lorraine, et Provence où l’on entendit fort bien fifres et tambourins). Alors que sur la ville et dans la Région souffle une tempête, saluons le sens de l’opportunité de l’UMW qui interprète « les murmures du vent », une pièce du jeune compositeur français Maxime Aulio, écrite en 2005 en hommage à Claude Debussy. Puis ce fut « l’Arlésienne » de Georges Bizet, partie musicale d’un drame écrit par Alphonse Daudet, qui commence par « la marche des rois mages » et se termine par « le carillon » !

 

C’est donc bien auprès des grands compositeurs qui appartiennent au Panthéon musical français que l’Union Musicale aura puisé son inspiration pour ce magnifique concert. Mais à Wattrelos, on est « ch’ti » avant tout ; et c’est par la musique du film « Bienvenue chez les ch’tis » que, par un sympathique clin d’œil se terminera ce concert, après qu’aient été remises les médailles (5 ans, 20 ans, 40 ans) aux musiciens méritants engagés dans leur société de musique, avec un hommage tout particulier à Donat Subts (ph. du bas), ancien Président de l’Union Musicale : 80 ans d’âge, et… 70 ans de pupitre ! Enorme bravo à lui, à tous les médaillés, et à tous les musiciens. Très bonne Ste-Cécile à toutes et tous.

Ste-Cécile de l'Union Musicale : un superbe concert français !
Ste-Cécile de l'Union Musicale : un superbe concert français !
Ste-Cécile de l'Union Musicale : un superbe concert français !
Ste-Cécile de l'Union Musicale : un superbe concert français !
Ste-Cécile de l'Union Musicale : un superbe concert français !

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 10:50
Un banquet républicain dans l'émotion (2)
Un banquet républicain dans l'émotion (2)

Comme chaque année, après les cérémonies commémoratives se tient le repas des sociétés patriotiques, cette année au Centre socio-éducatif. 250 convives auront écouté, avec attention, le discours du Président Ferdinand Claeis, qui revient sur les combats et morts de 1916.

 

Pour ma part, dans mon intervention où je souligne la nécessité de commémorer, je veux rappeler que la guerre n’est pas lointaine, ni ancienne, elle est là, dans divers conflits sur la planète, et ici aussi, près de nous. Avec émotion, j’évoque les attentats «sauvages et barbares », armés par des idéologies haineuses et fanatiques, de Charlie, du Bataclan et du Grand Stade, de l’aéroport de Bruxelles, de Nice, et de Saint-Etienne de Rouvray, et la présence ce midi de deux de mes adjoints, présents à l’époque sur les lieux de deux de ces évènements dramatiques, ajoute à l’émotion. Combattre cet ennemi-là sera long, mais il faut être fort et déterminé. Pour ma part, jamais je n’oublierai l’effroi des informations lors de chacun de ces attentats, la très longue et douloureuse nuit du 13 novembre, comme je n’oublierai jamais ce moment où deux jours après, la République était debout, unie, tous députés et sénateurs ensemble au Congrès à Versailles, autour du Président de la République, vibrant de la Marseillaise entonnée avec force et vigueur.

 

Aussi, comme nous avons rendu hommage à cette jeunesse foudroyée par la guerre de 14-18, je rends hommage à toutes les victimes, jeunes ou moins jeunes, assassinées dans l’innocence de leurs loisirs et de leur vie. Un hommage aussi marqué pour les forces de l’ordre, policiers et gendarmes, qui font un travail considérable pour notre sécurité collective. Un hommage fort également à nos militaires, qu’ils soient sur les théâtres d’opération à combattre l’Etat Islamique, ou en opération « Sentinelle » à sécuriser les lieux publics !

 

Comme j’en appelle aussi à la vigilance, car il ne faut pas oublier l’histoire et ses terribles leçons. Un de mes jeunes collègues députés vient de recevoir une lettre où un de ses concitoyens lui envoie une photo d’Adolf Hitler en tenue militaire, avec une légende qui précise : « C’est un homme comme lui qu’il nous faut !!! » Ce triste sire aurait-il oublié que le nationalisme et les discours d’exclusion du chancelier allemand devinrent vite extermination, camps de concentration, guerre et malheurs pour le monde entier ? Ces propos, cette idée-même est inadmissible, inexcusable, et doit être vigoureusement combattue et condamnée.

 

Et s’il en est qui se demandent s’il faut encore et toujours commémorer, je réponds oui, oui encore et toujours, car nul ne doit oublier ! Il faut rappeler inlassablement ces moments terribles, pour éviter que les jeunes générations n’oublient, et que ne renaissent, alors même que rôde « la bête immonde », les mêmes errements de l’humanité.

Un banquet républicain dans l'émotion (2)
Un banquet républicain dans l'émotion (2)
Un banquet républicain dans l'émotion (2)
Un banquet républicain dans l'émotion (2)

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 10:42
Commémorer, plus que jamais (1) !

Ce vendredi matin, la commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918, cette date « symbole de la victoire de la démocratie sur le nationalisme », commence à Wattrelos par un premier dépôt de gerbes au monument aux morts du cimetière du Crétinier, avec passage en revue des tombes des morts, français et anglais, de 39-45.

 

Au cimetière du Centre, la foule est plus dense, car, outre l’Union Musicale qui interprétera en fin de cérémonie l’Hymne Européen, c’est en présence du Conseil municipal des enfants, et des enfants des écoles Pierre Curie et  Notre-Dame de la Mousserie que se déroule la manifestation. Après que le représentant des sociétés patriotiques wattrelosiennes et moi-même ayions déposé nos gerbes, les enfants du CME, et ceux de ND déposeront eux aussi des fleurs au pied du monument aux morts.

Commémorer, plus que jamais (1) !
Commémorer, plus que jamais (1) !

Dans mon intervention,  « devant ce monument aux morts et ces plaques commémoratives où chaque nom est gravé en lettres de sang », je rends hommage à tous ces soldats,  « ces jeunes hommes-là qui sont morts pour que nous connaissions la paix et le bonheur de vivre ensemble ». Narrant ensuite les batailles de Verdun et de la Somme, je rappelle les 60 millions d’obus tombés pendant les 300 jours de la bataille de Verdun, les « 700 000 victimes, dont 380 000 soldats français », dont 59 wattrelosiens, et cite le témoignage, terrible, du Commandant Sylvain Eugène Reynal quand il voit « un vol de grosses mouches bleues qui se gorgent de sang ». Verdun « l’enfer sur terre ». Les populations civiles, comme à Wattrelos, souffrent aussi de l’occupation et des privations et rafles imposées par les allemands qui n’hésitent pas à tirer sur les gamins qui essaient d’aller se ravitailler en Belgique !

 

Tout cela à cause de cet « engrenage infernal » que dénonçait Paul Valéry dû aux nationalismes, car « l’internationalisme, cher à Jean Jaurès, est une idée de paix alors que les égoïsmes, c’est le risque de guerre ! »

 

Voilà pourquoi il faut commémorer : pour réinterroger notre histoire et ne pas en oublier les leçons ; pour interroger notre présent ; et pour préparer l’avenir en nous adressant aux jeunes générations pour qu’elles défendent ce bien précieux qu’est la paix !

 

Pour lire mon discours, cliquer ici.

Commémorer, plus que jamais (1) !
Commémorer, plus que jamais (1) !
Commémorer, plus que jamais (1) !

Partager cet article

Repost0
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 16:32
Conseil municipal (2) : liste FN, rire ou pleurer ?

Au début du Conseil municipal, il appartient au maire, président de séance, de vérifier que le Conseil municipal est au complet, avant que le Directeur Général des Services ne fasse l’appel. Cette vérification est une formalité en général, puisqu’il n’y a, normalement, pas de changement  - sauf exception - dans la composition du Conseil municipal. Sauf qu’avec les multiplications des démissions sur la liste du Front National, Wattrelos Bleu Marine (qui avait eu 6 élus en 2014), il m’a fallu faire le point sur qui siège ou non.

 

Lors du dernier Conseil municipal, le 5 juillet, j’avais informé l’assemblée de la démission de M. Grégory CHOMETTE (5ème de liste en mars 2014) et que j’avais informé M. René CARTON, suivant de liste (7ème) qu’il était appelé à siéger au Conseil municipal.

 

Or, par courrier reçu le 5 juillet 2016 (jour du dernier Conseil Municipal), Monsieur CARTON m’a présenté sa démission de ses fonctions de Conseiller Municipal. J’ai donc écrit successivement aux suivants de la liste. Par courrier reçu le 9 septembre 2016, Madame Sandrine VASSEUR (8ème), m’a également fait part de sa démission de ses fonctions de Conseillère Municipale, et par courrier reçu le 10 septembre 2016, Monsieur Michael WILLEMIN, (9ème), m’a légalement présenté sa démission de ses fonctions de Conseiller Municipal.

 

J’ai donc convoqué Madame Danielle ACQUART, suivante de liste et en 10ème position sur la liste originelle, pour la séance de ce lundi 7 novembre, et a rejoint notre assemblée.

 

Mais par courrier du 18 octobre, Monsieur Jean-Luc NOYEZ (3ème en mars 2014) m’a présenté sa démission de ses fonctions de Conseiller Municipal. Le suivant de liste, Monsieur Jean-Marie BOITTE, étant décédé depuis les élections municipales, j’ai donc convoqué Madame Virginie DUPREAUX, en 12ème position sur la liste originelle.

 

Mais Madame DUPREAUX, ayant quitté notre commune depuis les élections municipales, et ayant donc été radiée des listes électorales, n’est, de droit, pas éligible au moment où elle devient élue. Elle est ainsi tenue de démissionner ; je lui ai donc écrit pour lui demander de me signifier explicitement sa démission (à défaut, ce sera le Préfet qui prendra toutes les mesures adéquates) ; ce qu’elle a fait par courrier qui m’est parvenu ce 8 novembre. Je vais donc maintenant pouvoir écrire au suivant de liste, actuellement en 13ème position sur la liste originelle. A défaut, je saisirai la 14ème de liste, qui m’a d’ores et déjà signifié que si elle était appelée, elle ne siègerait pas au Conseil…

 

Nous n’en sommes que deux ans après les élections municipales, et voilà que déjà la liste Front National aura connu autant de démissions que d’élus !!!

 

C’est un feuilleton assez pitoyable pour la démocratie, et je ne sais s’il faut en rire ou en pleurer ! Car enfin, quand on se présente aux élections, c’est pour être prêt à gérer la ville et les affaires communales… pas pour démissionner !

 

Que se serait-il passé si cette liste avait gagné les élections ? Que pensent de cette pantomime minable les Wattrelosiennes et les Wattrelosiens qui ont voté pour cette liste ? Mes concitoyens ont certainement pensé qu’ils votaient pour des personnes qui allaient s’occuper d’eux : que nenni, à peine élus, ils démissionnent !

 

C’est quoi ce Rassemblement Bleu Marine ? Je respecte chacune de ces personnes individuellement (dont je ne suis pas certain qu’elles savaient toutes ce qu’elles faisaient en se mettant sur cette liste, ni même si elles ont donné leur accord !), mais un mot me vient spontanément à l’esprit au vue de sa définition par le dictionnaire : une personne « qui se met dans des situations tragi-comiques ou se plaît à les provoquer » et « qui n’inspire pas confiance », par « manque de sérieux » ; le « Branquignol », c’était un film joyeux de Robert Dhéry en 1949… Mais moi je n’ai pas envie de rire : nous sommes en 2016, et gérer Wattrelos et son avenir, c’est sérieux ! Ce « rassemblement branquignolesque » n’est pas à la hauteur de ce que méritent les Wattrelosiens, ni de ce qu’exige l’honneur de gérer le quotidien et les espoirs de Wattrelos !

Partager cet article

Repost0
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 10:20

Le dernier Conseil municipal date du 5 juillet. Le Conseil de ce lundi 7 novembre soir est donc le premier après la disparition de mon prédécesseur, Alain Faugaret, le 9 juillet dernier. En début de séance, je lui ai donc rendu un hommage républicain solennel.

 

"Le 9 juillet dernier, âgé de 78 ans, Alain Faugaret, mon prédécesseur, est décédé, après avoir lutté plusieurs mois contre une cruelle maladie. Succédant à Jean Delvainquière, il fut maire de Wattrelos pendant près de 30 ans, de 1971 au 9 mai 2000, exerçant ainsi le mandat de maire le plus long de toute l'histoire de Wattrelos. Il fut aussi au long de sa carrière, Président de la Commission Départementale du Nord, Conseiller Général, Vice-Président du Conseil Général, Vice-Président de la Communauté Urbaine de Lille, Député, et 1er Secrétaire de la section socialiste de Wattrelos. Si sa carrière professionnelle s'initia comme instituteur (à Roubaix d'abord, puis à Wattrelos), c'est, chacun le sait, à la chose publique, au service des autres, qu'il voua sa vie.

 

Homme cultivé, érudit, avide de lectures et d'histoire, passionné par les mouvements en profondeur de l'histoire des peuples et des pays, surtout d'Europe de l'Est dont sa science était inépuisable, enfant de l'école de la République, son leitmotiv, le fil rouge de sa vie personnelle comme de son projet politique, c'était l'éducation. L'accès au savoir, à la connaissance, comme facteur d'émancipation, de réussite sociale et citoyenne des enfants d'ouvriers pour lesquels, avec ses équipes successives, il voulait le meilleur possible : les meilleures écoles, les meilleures conditions d'apprentissage, les meilleurs ouvertures au sport, à la culture, au monde.

 

Ainsi fit-il de la construction et de la rénovation des écoles la clé de voûte des investissements municipaux de ses mandats successifs : Camus, Brossolette, Voltaire, Curie, Kergomard, Anatole France, Brel, Buisson, Jaurès, Condorcet, Jean-Macé auront été autant de grands chantiers sous son autorité.

 

Mais, pour lui, l'éducation ne s'arrêtait pas aux portes de l'école.

 

L'éducation à la citoyenneté, au collectif, il la porta à travers la mise en place de nombreuses activités périscolaires, dont la Fête des écoles, glorieux souvenir, ou les Centres aérés, devenus depuis Centres de Loisirs sans hébergement, sont autant de traces.

 

Ce fut aussi l'éducation au sport : il multipliera les installations sportives, encouragera l'enfant à la pratique sportive, mettra en place les écoles municipales de sports, les éducateurs sportifs, l'Office municipal des sports.

 

Ce fut également l'éducation à la culture : l'école de musique, les mutations successives de la Bibliothèque passée d'un étage de la mairie à la Grande Médiathèque et à ses annexes d'aujourd'hui, le Musée des Arts et Traditions Populaires auquel il était si attaché, la Boîte à Musiques, l'Enfance de l'Art.

 

Enfin, l'éducation, c'était aussi, et surtout pour lui, l'ouverture au monde, aux autres cultures, aux autres pays. Internationaliste convaincu, européen enthousiaste, attaché à la fraternité des peuples, lui qui a connu par sa famille et ses proches les blessures de la guerre, effrayé par les souffrances des populations civiles lors des conflits notamment ici à Wattrelos, il croyait à l'idéal européen comme à l'espérance d'une paix durable. C'est pour cela qu'il pratique un jumelage franco-allemand intense avec Eschweiler, avant de jumeler Wattrelos, dès la chute du mur de Berlin, avec des communes d'Europe de l'Est.

 

Fils d'ouvrier devenu hussard de la République, il voulait que la puissance publique sache donner le plus qu'elle pouvait à ceux qui ont le moins. Il y était attentif dans les politiques publiques. Il l'était aussi dans l'environnement quotidien. Visionnaire, il était surtout très attaché à l'identité de Wattrelos.

 

Quitte à supporter ainsi les conséquences récessives d'une économie trop exclusivement dépendante de l'industrie textile et d'une insuffisance de logements pour les besoins même de la population wattrelosienne, il veilla scrupuleusement à préserver notre caractéristique de ville à la campagne à laquelle, nous Wattrelosiens, sommes si attachés.

 

C'est ainsi qu'à peine devenu maire, il fit stopper l'extension de la ZUP de Beaulieu, lancée par son prédécesseur ; de même, chacun retiendra que, là où des promoteurs voulaient à la fin des années 60 installer une vaste zone commerciale, il installa et développa un vaste parc de 43 hectares dorénavant véritable poumon vert de notre cité ouvrière.

 

J'ai conscience qu'en retraçant ces 30 ans de mandat, dans cette intervention, je ne peux tout dire, tout citer : je pourrais ainsi parler de Berlouffes, du Carnaval, des kermesses, des assemblées générales, de bien des équipements encore de notre ville pour l'enfance ou la jeunesse.

 

Ces quelques rappels du passé suffisent à souligner comme une évidence que c'est un grand maire, un grand homme qui nous a quittés, qui a cessé de vivre sur cette ville qu'il aima tant et à qui il donna tant de lui-même.

 

Beaucoup ici l'ont évidemment connu. Certains ont siégé ou milité avec lui. Vous savez tous aussi, les liens personnels, fraternels, politiques, quasi-filiaux qui nous ont, lui et moi, si longtemps unis, et qui font qu'aujourd'hui, à nouveau, je redis combien je suis fier d'être le successeur d'Alain Faugaret, car par-delà nos différences de génération, lui et moi partageons la même passion, le même amour pour Wattrelos.

 

Voilà pourquoi, face à ce "personnage", socialiste, humaniste, internationaliste, dorénavant entré dans l'histoire de notre ville, en reconnaissance du travail accompli, et en respect pour sa mémoire, avant de commencer les travaux de notre Conseil municipal qu'il a si souvent présidés, dans cette salle où il a si souvent siégé, je vous invite, Chers Collègues, dans notre diversité et par-delà nos différences politiques, à respecter une minute de silence."

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 14:11
Rentrée (4) : les échéances 2017 approchent !

Député de la 8ème circonscription du Nord, et à ce titre responsable politique socialiste de notre agglomération, évidemment j’ai à l’esprit les échéances électorales de 2017.

 

> D’abord bien sûr, l’échéance législative.

 

A titre personnel, je n’ai plus à prouver que je sais faire, je l’ai fait et le fais ! Je suis un député qui fait le job, apprécié à gauche, et respecté à droite. Des budgets, des ministres, des gouvernements, j’en ai vu passer. J’ai connu la majorité et l’opposition. Faut-il que je sois à nouveau candidat ? Ce n’est pas certain, mais ce n’est pas impossible. La loi sur le non-cumul des mandats – une connerie, je persiste ! – va empêcher F. Vercamer et moi de demeurer député et maire. Est-on  pourtant plus présent en étant Vice-Président de la Région et Maire ? Est-on plus disponible ? Je n’en suis pas certain. Et de fait, chacun connaît ma présence, et ma disponibilité dans l’exercice concret de mon mandat.

 

Que choisir ?  Dans ma décision, je chemine.

 

Député, je sais faire, je peux faire. Faut-il encore que je le fasse ? Je me déterminerai par rapport :

- à ma ville : où suis-je le plus utile pour servir ma ville, à l’Assemblée ou à la mairie ?  (Parmi les nombreux exemples du quotidien, il est clair que pour avoir les moyens de faire Berlouffes, ou pour les décisions comme l’Hôpital, le fait d’être député a eu une incidence). Je crois qu’on le sait : ma passion, mon envie, ma priorité de vie, c’est Wattrelos ! Depuis que je me suis engagé en politique, toute mon énergie, je la mets à apporter, par mes compétences, mes connaissances, mes réseaux, et mes mandats, tout ce que je peux à Wattrelos !

- à la situation politique : dans la circonscription, l’enjeu, l’adversaire ultime, c’est le FN ! Le candidat doit pouvoir rassembler globalement le camp des républicains, hors les extrêmes, au 2nd tour ; compte tenu des résultats électoraux de 2015, on voit clairement que c’est sur Wattrelos que se jouent les rapports de force de l’élection.

- à l’évolution de la loi, vraisemblable ou possible. Des propositions de loi qui révisent le calendrier ou le périmètre de la réforme sont en discussion au Sénat : je souhaite leur adoption, et je serai attentif à leur cheminement législatif. Je suis pour qu’on revienne sur le non-cumul, je ne l’ai jamais caché ; et comme beaucoup d’observateurs j’aperçois les difficultés et les dégâts concrets que va faire, sur le terrain, l’application de la loi en 2017, surtout pour le parti en reflux. Député et maire, c’est faisable !

- au parti et aux militants : ma candidature aux législatives, pour résister aux flux contraires, est peut-être plus utile en cas de défaite présidentielle (configuration locale, vie du groupe) qu’en cas de victoire de la gauche où la victoire législative sera davantage à portée de main. C’est à réfléchir.

 

A dire vrai, le calendrier de désignation est bien trop tôt. Mi-novembre, c’est trop tôt ! On ne connaît pas encore la donne présidentielle. Le PS n’a pas encore désigné son candidat. Je plaide pour que les désignations aient à intervenir après le choix du candidat à la présidentielle, car il me paraît légitime que les investitures (maintenant que l’élection législative, à 5 semaines de distance de la présidentielle, procède directement de celle-ci) soient examinées après la primaire présidentielle. Dans la majorité, dans le groupe majoritaire, on a assez souffert sur cette législature du décalage existant entre l’action du candidat devenu président, et certains élus qui ne devaient leur mandat qu’à un autre candidat et à une autre ligne politique !

 

> Quant à la présidentielle : il y aura une primaire. Qu’on n’attende pas de moi que je rallie Montebourg, Hamon ou a fortiori Mélenchon ! Valls ou Macron oui, Montebourg ou Mélenchon non ! Je ne peux pas renier ce à quoi je crois, et ce que j’ai défendu depuis tant d’années : le réalisme économique et le progrès social.

 

Moi, je suis Jauréssien, profondément : j’ai un idéal, j’ai des valeurs, mais le réel ne me fait pas peur ; et le réel d’aujourd’hui n’est pas, n’est plus celui d’il y a 100 ans, ni celui d’il y a 30 ans quand François Mitterrand était au pouvoir.

 

Et de ce point de vue, je continue d’enrager contre mes collègues socialistes (on les appelle « frondeurs », mais pour moi ce ne sont que des kamikazes irresponsables, suicidaires) qui préfèrent s’offrir à Mélenchon, que défendre les projets et actions du Président qui les a fait élire !

 

Voter Mélenchon, voter à gauche de la gauche, c’est renoncer à changer la vie, c’est renoncer à gouverner ; cette gauche-là préfère perdre, se complaît dans l’opposition et la critique ! C’est évidemment plus facile que d’avoir les mains dans le cambouis ! Moi, non, cette gauche-là, je la refuse, parce que changer la vie des gens, c’est accepter la responsabilité du pouvoir, de gérer la France, de la moderniser, de redresser ses comptes publics !

 

Et de ce point de vue, l’appréciation portée sur François Hollande est trop injuste. Dans l’histoire, avec le recul du temps, que dira-t-on de son quinquennat ? Qu’il est le Président qui a rétabli les comptes publics et sociaux de la France, qui a fait face avec courage au terrorisme (et je me souviendrai toute ma vie du rassemblement du Parlement autour de lui à Versailles en novembre 2015 !), et qui a réaffirmé la parole de la France en Europe et dans le monde. J’ignore s’il sera candidat, et chacun connaît les interrogations du moment.

 

Chacun le sait, mon candidat de cœur, celui dont je suis le plus proche, c’est Manuel Valls, mais selon l’évolution de la donne politique, je n’exclus pas d’être aux côtés d’Emmanuel Macron ! Car je sais ce dont je ne veux pas : ni Le Pen et ses dangers bien sûr (qu’il faut combattre de toutes ses forces), ni les semeurs d’illusions et les prometteurs d’un « grand soir » dont l’irréalisme des propositions et l’infaisabilité de leur programme ne peut qu’être dangereux pour l’économie, l’emploi et la cohésion sociale et institutionnelle du pays (et dont le 1er projet, c’est… de laisser durablement la gauche dans l’opposition !).

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 13:34
Rentrée (3) : investir, sans déséquilibrer les comptes !

Comme je l’ai rappelé par ailleurs, Wattrelos connaît pas mal de chantiers d’investissements, et ceux-ci sont adaptés aux capacités financières de la commune. La ville, en effet, investit, sans déséquilibrer ses comptes : et franchement, vue la situation globale des collectivités locales, la municipalité a du mérite !

 

Ainsi, le journal « Le Monde » consacrait le 12 octobre sa Une et un long article à la récente étude de la Cour des Comptes sur la situation financière des collectivités locales. Que lisait-on dans Le Monde ?

 

« Les communes ont rétabli leurs comptes grâce à la hausse des impôts » (le titre !)  : or, pas de hausse d’impôts à Wattrelos !

« l’épargne se réduit » (dans les collectivités locales globalement) : or, elle s’améliore à Wattrelos !

« une dette croissante » (dans les collectivités locales globalement) : or, elle diminue à Wattrelos !

« une chute de l’investissement » (dans les collectivités locales globalement) : or, on continue d’investir à et pour Wattrelos (mais en déployant de l’ingéniosité pour faire faire les investissements nécessaires soit par d’autres collectivités, soit en partenariat avec elles).

 

Ce n’est pas toujours facile, loin s’en faut, pour le fonctionnement du quotidien (et la gestion concrète des services de police, nettoiement, espaces verts…), mais si on ne veut pas augmenter les impôts, il n’y a pas de miracle : si les recettes n’augmentent pas, on ne peut que réduire les dépenses, et donc faire des économies (ce qui veut dire pas de recrutements, pas de remplacements).

 

Je rappelle quand même que Wattrelos est la ville sans hausse d’impôts locaux, sans hausse des cantines, et avec TAP gratuits. De ce point de vue, l’augmentation par le Conseil Départemental du Nord de 25 % de la Taxe Foncière est rageante !

 

Par ailleurs, une étude vient d’être publiée dans le Journal du Net, sur la dette des collectivités locales. Y est analysée la dette, et son évolution, de toutes les communes de plus de 20 000 habitants. Et tous ceux qui n’ont pour seul discours politique que de dénoncer l’endettement de la commune en seront pour leurs frais : Wattrelos n’est pas du tout présente dans cette étude, et mieux, n’y apparaît nulle part ! L’étude pointe les 20 premières : des villes à plus forte dette par habitant (dans le Nord, seule Maubeuge, à 2 453 € est citée) ; des villes à la plus forte dette totale ; des villes où la dette par habitant a le plus augmenté entre 2014 et 2015 (dans le Nord, seule Hazebrouck est citée à la 18ème place) ; des villes où la dette par habitant a le plus augmenté entre 2000 et 2015 (aucune ville du Nord n’y est citée). Sur toutes ces analyses, Wattrelos ne figure dans aucune liste. Et pour cause : à Wattrelos, le stock de dette diminue depuis 6 ans, et il n’est, de fait, nullement excessif.

 

9 % des communes de France (de + 20 000 habitants) ont une dette par habitant supérieure à
2 000 €. Avec 1 350 €, Wattrelos fait partie des 46 % des villes qui ont une dette entre 1000 et 1 999 € : Wattrelos est donc bien dans la moyenne, et même dans la fourchette basse ! A son niveau, Wattrelos est même très éloignée de la 1ère ville du Nord, Maubeuge (2 453 €).

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 09:20
Rentrée (2) : les dossiers de la ville se concrétisent à marche forcée !

On le voit, en cet été et cet automne, les grands chantiers de la ville avancent à marche forcée. Et c’est une satisfaction pour mon équipe municipale et moi de souligner ce qui s’est passé et se passe :

- aux Villas : démolition des immeubles murés ; ouverture de Lidl ; on gère le Permis de Construire de la reconversion du bâtiment Atlas (ouverture vers février 2017) ; conseil citoyen mis en place en novembre ; signature du protocole de préfiguration avant fin 2016 ; validation du projet d’habitat participatif Jamel Debbouze ; lancement de la concertation.

- au Touquet : parkings et éclairage public, c’est fait ; la fresque, c’est lancé ; les travaux de la salle de sports près de l’école Anatole France, c’est engagé : fin en avril/mai 2017 ;

- au stade Debergue : le terrain synthétique se termine ;

- au Centre-Ville : va s’engager la reconstruction du parking devant le CSE ; puis suivra début 2017 celui devant la bibliothèque ; le chantier Tourcoing-Beaulieu avance ; le Permis de Construire de la résidence sénior (100 logements) s’affirme, et se complètera sur la friche Socowa de 19 maisons et 18 appartements : la 1ère pierre sera pour le tout début 2017 !

 

>  Mais sur les 6 mois qui viennent, « mes » chantiers ainsi que ceux de mon équipe, ce sera encore du lourd.

Ainsi en Urbanisme, nous devrons affiner, et progresser, sur les dossiers : du Centre-Ville ; de la Lainière, où le projet économique est à repenser (sans oublier la question de la sauvegarde d’une partie du bâtiment filature) ; des Villas, où avant l’été la concertation des élus et des citoyens doit définitivement arrêter le programme d’agencement, de démolitions et de reconstructions, et surtout définir les financements nécessaires des différents partenaires (des travaux de voirie seront engagés début 2017).

En Economie : nous avons à suivre : la conversion du site de la Redoute (Permis de démolir signé ; Permis de construire d’une plate-forme de 100 000 m² en cours d’examen) ; le site Sartel Kalix 2 (2 700 m² supplémentaires avec 2 bâtiments) validé par la CDAC il y a deux semaines, et  Permis de Construire en cours de dépôt.

En Equipements publics, nous avons à : préparer le financement, et les travaux sur 2017 de la salle Victor Provo (partenariat Etat / Mel) ; essayer d’envisager un second terrain synthétique de foot sur le Crétinier (si partenariat Etat / Mel) : à financer des investissements d’accessibilité (en 2017, tous les clubs de personnes âgées).

 

> Des dossiers structurants (même si maintenant l’hypothèque Neruda est derrière nous, jusqu’en 2020) vont devoir également être tranchés dans les mois qui viennent : la construction d’une salle de spectacles, en gradins, pour 450 / 500 places, adossée au CSE (2018 / 2019), dont le financement est à rechercher ; le devenir de la piscine. La piscine olympique ne sera pas installée à Wattrelos (coût 35 M€, soit 28 M€ nets de subventions, ce qui aurait été MEL 14 / Ville 14… ce qui n’est pas concevable). Dès lors, il faudra programmer la démolition et la reconstruction d’une piscine (vraisemblablement 2020 / 2022) en accord avec le plan métropolitain des piscines.

Partager cet article

Repost0