Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est député de la 8e circonscription du Nord et maire de Wattrelos
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Non je n'ai pas changé : je suis pour le sérieux économique et le progrès social
    Non, je n’ai pas changé ! Je suis socialiste, je le reste, et le resterai ma vie durant ! Mais je suis pour le sérieux économique et le progrès social. Je ne suis pas pour un socialisme des illusions et du chaos. Je suis pour qu’on dise la vérité aux...
  • Agents municipaux : 55 médaillés !
    Après un (trop rapide) passage à l’Assemblée générale des Amis de la Lainière, avec nombre d’adjoints je participe à 10 h 30 au CSE à la cérémonie de remise des médailles du travail aux agents municipaux qui ont 20, 30 ou 35 années de carrière. Ils sont...
  • Hamon : premiers choix, premières erreurs
    Je ne crois pas à la capacité politique de Benoît Hamon d’être présent au second tour de l’élection présidentielle. Sa stratégie politique, orientée vers la gauche de la gauche, est une erreur, qui l’enferme dans une équation de l’impossible au 1er tour...
  • Budget MEL 2017, je le soutiens !
    Ce vendredi 10 février, après l'intégration de la Communauté de communes des Weppes et la prise de compétences, notamment voirie, au Département, la MEL votait son Budget 2017. Président de la Commission des Finances de la MEL, je suis intervenu dans...
  • Budget 2017, pas plus d'impôts mais davantage d'investissements !
    Le Conseil municipal de Wattrelos s'est réuni ce jeudi soir (veille du vote de celui de la MEL) pour voter son Budget. L'ordre du jour était même particulièrement copieux puisqu'outre le Budget, le Conseil municipal se prononçait sur un très gros dossier...
  • Mon premier "patron", en politique, est décédé
    Juste après la fin de mes études à Sciences Po, c’était l’été 1981, et passant des concours administratifs dont j’attendais les résultats, j’ai souhaité collaborer au travail d’un parlementaire socialiste. C’est ainsi que j’ai été présenté à Jacques Moreau,...
  • Primaires (2) : Hamon c'était non, ça reste non !
    Que ce soit dans mes fonctions ou comme homme, j’ai l’habitude de dire ce que je pense. Et dans ma vie politique, j’ai au plus profond de moi une obsession, celle de défendre l’intérêt de ma ville Wattrelos et de mes concitoyens, et l’intérêt de mon pays....
  • Emploi régional, ça va mieux dans les Hauts-de-France !
    Pôle Emploi établit chaque trimestre la statistique des reprises d’emploi dans notre région des Hauts-de-France. Les chiffres du 3ème trimestre 2016, qui viennent d’être publiés, sont particulièrement encourageants. Ils sont même clairement bons. En effet...
  • Primaires (1) : Wattrelos vote Valls, merci Wattrelos !
    Le second tour de la primaire vient d’avoir lieu. Les résultats du second tour étaient inscrits dans ceux du premier, et dans les ralliements d’entre-deux tours. La victoire nationale de Benoît Hamon, pour nette qu’elle soit, à 58 % contre 42 %, m’attriste...
  • Vers la fin des pensions alimentaires non payées !
    Janvier 2017 marque une avancée très importante dans le dossier des pensions alimentaires impayées qui rendent la vie quotidienne très difficile pour nombre de parents séparés, dont une très grande majorité de femmes qui élèvent seules leurs enfants....
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 15:58

C’est entouré de Claude Bartolone, Président de l’Assemblée Nationale, et de Didier Guillaume, Président du Groupe socialiste au Sénat, que le Premier Ministre, Bernard Cazeneuve, a présenté ses vœux, ce mercredi soir, à sa majorité.

 

Evidemment, cette cérémonie traditionnelle se déroule dans le contexte des échéances électorales, lesquelles seront un moment fort pour le pays. Et, dans ce contexte, le Premier ministre tenait à adresser deux messages.

 

Le premier c’est que, dans ces moments, il faut savoir s’attacher à la réalité. Et quelle est la réalité des faits ? C’est que, lorsque la majorité est arrivée aux responsabilités en 2012, l’appareil productif français était dans un état calamiteux, l’investissement était en berne, on avait des comptes publics et sociaux où déficits et dettes explosaient, le commerce extérieur était dégradé, et la France avait réussi à se fâcher avec la plupart des pays.

 

Aujourd’hui, la Sécu est revenue à l’équilibre, le déficit de l’Etat est passé de 5,5 à 2,7 % du PIB, les marges des entreprises ont été reconstituées, les investissements repartent, le chômage diminue, notre diplomatie agit, on a recréé 60 000 postes dans l’Education Nationale et la formation des maîtres, recruté 9 000 emplois dans le renseignement et la police, face à la crise des réfugiés nous avons fait ce que nous devions faire, pour l’hébergement d’urgence on est passé de 80 000 places à 140 000 places, on a mis en place un plan contre l’exclusion…

 

Comme il l’a dit à la majorité cet après-midi lors des questions d’actualité, Bernard Cazeneuve a martelé : « Soyez fiers de ce que nous avons fait ! ». « Nous n’avons pas tout réussi, mais nous avons toutes les raisons d’être fiers de ce que nous avons accompli ».

 

Le second message est que, si nous voulons rassembler, « le rassemblement ne peut que se faire dans la sagesse », ce qui suppose des points d’équilibre autour desquels le rassemblement peut se faire.

 

« Nous sommes les héritiers des grandes conquêtes que la gauche n’a réussi à obtenir que lorsqu’elle s’est confrontée au réel. On ne rassemble pas son camp aux marges, mais au centre ! »

 

Et de conclure : « Je ferai tout pour que cet espoir soit possible ».

 

Repost 0
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 14:48
Des voeux qui font plaisir : "Ne change rien !"

L’exercice est évidemment contemporain du début d’année, et recevoir des cartes de vœux, c’est agréable. Je n’aime pas celle de personnalités ou d’élus qui vous envoient une carte sans un mot, et qui ne prennent même pas la peine de signer : heureusement, ils sont très peu nombreux. Plus nombreux sont ceux qui ne mettent qu’une signature. Mais très nombreux, et c’est bien, sont ceux qui, comme moi, pour chacun, mettent une phrase (ou plusieurs) pour personnaliser ces vœux et les rendre plus conviviaux, plus humains. Et certaines cartes font particulièrement plaisir. Ce matin, je viens de recevoir celle de mon « vieux complice » (ce n’est pas une question d’âge – il m’en voudrait ! – mais d’amitié et de fidélité), Christian Eckert, Secrétaire d’Etat chargé du Budget et des Comptes Publics.

 

Lui et moi avons connu des législatures et des combats en commun, des réunions, des jours, des nuits en Commission et dans l’hémicycle, et lors de mon accident, comme quelques élus dont je suis proche (F. Hollande, M. Valls, B. Cazeneuve, P. Moscovici, M. Touraine, B. Le Roux), il a été présent sur mon portable pour prendre régulièrement de mes nouvelles.

 

Aussi, lui qui a tant de choses à faire, lui qui fait un énorme boulot pour redresser et gérer les comptes de la France, aura pris la peine de m’écrire des mots qui sonnent vrai et l’humain : j’apprécie. « Ne change rien » m’écrit Christian ; qu’il se rassure, jamais je ne renoncerai à être moi-même, et à porter les valeurs qui m’animent depuis l’adolescence, puisées dans le creuset familial et dans un cœur où l’humain sera toujours la valeur première !

Des voeux qui font plaisir : "Ne change rien !"
Repost 0
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 13:26
PTS, la réponse de la Ministre !

Dès juin 2016, j’étais intervenu auprès de Myriam El Khomri, Ministre du Travail, pour évoquer la mise en œuvre de la Prime transitoire de solidarité, et la préoccupation spécifique des demandeurs d’emploi « seniors ».

 

Ce mardi matin, je viens de recevoir une réponse de la Ministre qui, si elle n’envisage pas d’élargir le dispositif de PTS, rappelle néanmoins les autres dispositifs qui ont été mis en place à destination des chômeurs âgés, et notamment l’élargissement de l’enveloppe de contrats aidés qui permet une durée de 5 ans pour les plus de 50 ans, et jusqu’au terme de la carrière pour les plus de 58 ans.

 

Pour lire mon courrier, cliquer ci-dessous :

Pour lire la réponse de la Ministre, cliquer ci-dessous :

Repost 0
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 11:01
Manuel Valls à Liévin, auprès du monde du labeur !

Ce dimanche matin, Manuel Valls est à Liévin. Liévin ville minière, ville où bat le cœur de la gauche et le souvenir de la visite de François Mitterrand dans ce même Hôtel de Ville en décembre 1994 (j'y étais !) à quelques mois de la fin de son mandat. Ce sont plus de 400 personnes qui accueillent sous les applaudissements Manuel, que j'accompagne aux côtés de plusieurs élus du Pas de Calais, et des ministres Patrick Kanner et Pascale Boistard.

Manuel Valls à Liévin, auprès du monde du labeur !

Après les discours combatifs du Maire de Liévin et du Président du Conseil Départemental, Manuel Valls commencera son discours, évidemment, en saluant les élus et par un hommage appuyé au souvenir de François Mitterrand, mais aussi au monde minier "qui a sculpté les paysages de cette région". Il se dit venu saluer "le monde du labeur", et parler de "dignité, d'emploi, de travail, d'entreprises, d'industrie".

 

Trois grands thèmes dans son intervention :

 

D'abord l'enjeu de l'élection présidentielle : "je ne veux pas que le peuple de gauche se retrouve à choisir entre une droite dure, conservatrice, et l'extrême-droite qui ruinerait le pays. Ce serait un scénario catastrophe ! Je ne veux pas revivre 2002."

"Alors je pose cette question : est-ce que nous voulons gagner ou pas ?" "Nous devons sonner le rappel, aller au combat ! Je veux que la gauche remporte cette élection présidentielle. Et c'est pour cela qu'on doit réussir cette primaire".

"Il faut des choix clairs". Cette primaire ce sont 3 choix qui s'offrent aux Français : "l'impasse, le retour en arrière, et le chemin du progrès social !"

 

ŸEnsuite, le projet présenté : quel est son but ? "Je ne veux pas que dans un monde en pleine ébullition, notre nation s'affaiblisse, que les perspectives pour chacun se referment chaque jour un peu plus. Je refuse le fatalisme, l'impuissance, le tous contre tous du populisme".

 

ŸIl déclinera ensuite chacun des grands thèmes de son projet : "Une République forte, une France juste" : l'Europe, la protection des Français, la laïcité, le modèle social et de santé, l'emploi et le pouvoir d'achat.

 

Enfin, il invite à "réinventer la gauche", c'est-à-dire "la protection, le progrès, la justice sociale, la République, une République qui protège, une France plus juste", avant de conclure, sous les applaudissements, et avant la Marseillaise : "Voilà où je veux vous emmener !".

Manuel Valls à Liévin, auprès du monde du labeur !
Repost 0
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 10:28

C’est, on le sait maintenant, pour moi une habitude depuis que je suis député, j’ai choisi d’accorder une partie de ma réserve parlementaire pour soutenir la police et les policiers de Roubaix, qui font un travail difficile, dans des conditions souvent périlleuses, et qui méritent d’être soutenus par leur député. Pendant longtemps, j’ai été le seul député de France à faire cela, et je me souviens que le Ministère de l’Intérieur avait dû mettre en place une procédure budgétaire spécifique pour pouvoir attribuer à un de ses commissariats ces crédits budgétaires.

 

Au terme de la législature, ce jeudi soir, je ne déroge pas à cette ligne de conduite, d’autant moins qu’avec l’état d’urgence, avec ce que les forces de sécurité vivent depuis deux ans dans la lutte contre le terrorisme, il est plus fondamental que jamais de maintenir un signal de soutien à nos policiers. Et là c’est du concret !

 

Voilà donc pourquoi, comme à l’accoutumée, j’ai remis au Commissaire Central de Roubaix, Olivier Dimpre, en présence de Jean-Christophe Bouvier, Préfet délégué à la Sécurité et à la Défense, un arrêté de subvention (sur crédits du Ministère de l’Intérieur) de 20 000 euros (à engager, sur des travaux ou équipements, avant le 28 février 2017).

 

 

 

Voeux aux Corps Constitués (2), des subventions pour la Police et les victimes

Et cette année, dans le contexte de l’état d’urgence, il me paraît aussi important d’avoir également un message, un soutien pour les victimes d’agressions ou de délits. C’est ainsi que, ce même soir, j’ai remis à Jean-François Masselis, Directeur du SIAVIC, association bien connue d’aide aux victimes, un arrêté de subvention de 7 000 euros. Cela permettra de maintenir ou de conforter les appuis accordés par ces juristes aux victimes, si souvent démunies et désorientées lorsqu’elles sont frappées par un accident ou un acte délictueux.

Voeux aux Corps Constitués (2), des subventions pour la Police et les victimes
Repost 0
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 16:34

 

Ce matin, avec nombre de ministres et de parlementaires, j’assiste à Paris à la présentation de son projet (50 pages) par Manuel Valls.

 

« Je ne crois ni à la fatalité, ni à la résignation. J’assume pleinement ce qui a été engagé avec F. Hollande, mais je revendique aussi le droit d’inventivité. Je ne viens pas proposer le passé, je viens défendre un chemin.

 

Rien n’est jamais écrit. Je refuse que les vendeurs d’illusion nous divisent, je refuse cette vaste purge que nous prépare François Fillon. Le programme de la Droite, c’est punir les Français ! La Gauche doit gagner, car la France a besoin de progrès, de justice sociale. Mon projet est le fruit d’une longue expérience. Je veux une République forte, intransigeante sur ses principes, protectrice ; c’est le chemin vers une France juste. Une République forte, une France juste, c’est cela l’esprit français. Mon projet est solide. Je vous invite à le lire dans son intégralité. Je veux débattre et je veux convaincre ».

 

Manuel Valls aura insisté sur plusieurs orientations :

> être offensif sur la mondialisation ; que la France redonne un cap, une cohérence à l’Europe (qui a une « crise de sens », et a besoin d’une « conférence de refondation »). L’Europe commence et s’arrête quelque part : mais la Turquie n’a pas vocation à intégrer l’Union Européenne. Le partenariat franco-allemand doit jouer son rôle. L’Afrique doit être le grand projet pour l’Europe et pour la France ;

> la République doit être forte, protectrice pour ceux qui la respectent. 1 000 postes de policiers et de gendarmes par an au cours du prochain quinquennat. Nous devons continuer à expulser les prêcheurs de haine. La lutte contre la radicalisation est un défi considérable. C’est le combat des prochaines années. Il n’y a pas de possibilité de construire ensemble, si notre Etat de droit n’est pas respecté. Dans ma vie d’élu, j’ai acquis la conviction que la laïcité est le socle de ce qui nous rassemble. Ma candidature sera celle d’une laïcité réaffirmée ;

> la citoyenneté : un service civique obligatoire de 6 mois, pour que nos jeunes fassent l’expérience concrète d’une vie en commun ;

> mon pari c’est celui de l’intelligence collective. Dans les 5 prochaines années, la France devra démultiplier l’effort éducatif ; + 1 Md€/an pour nos universités ;

> je veux investir sur la culture : renforcer tout ce qui rend notre nation plus puissante, plus solidaire ;

> l’esprit de la France, c’est l’égalité entre les femmes et les hommes. Je veux qu’elle s’installe dans les esprits et dans les faits. Aucune exclusion des femmes dans l’espace public ne sera tolérée. La lutte contre les violences faites aux femmes doit être une priorité ;

> il faut répondre à la crise de défiance démocratique. Le Président doit être un stratège au service de l’unité. Le Président de la  République a un rôle à part, il incarne le pays. Le rôle du Parlement doit être renforcé, et il faut poursuivre la décentralisation, donner un pouvoir réglementaire aux régions ;

> je veux une France juste. Le Parlement devra définir au début du quinquennat les orientations fiscales. Je veux une nation d’entrepreneurs, une société du travail qui reconnait les efforts de chacun (baisse des impôts, hausse de la prime d’activité, revalorisation des petites retraites, les indépendants seront mieux protégés). Contre ceux qui veulent plus de déremboursements et de franchises, je me battrai. Pour rendre les soins accessibles à tous, sur tout le territoire. Je ferai de la santé environnementale une grande cause nationale.

 

« Mon projet pour la France est ambitieux, il est entièrement financé : nous maintiendrons le déficit en-dessous de 3 %. C’est l’honneur de ce quinquennat de n’avoir jamais mené des politiques d’austérité. Une France juste et forte, c’est une France capable d’investir là où il le faut.

 

J’ai la conviction que la victoire est possible. Le sens de mon projet, c’est un cadre : une République forte et une France juste, pour permettre à chacun d'avoir les moyens d’être « le capitaine de son destin ». La France peut, et doit retrouver sa fierté. L’avenir de la France ne tient qu’à une seule chose : la volonté des Français ! »

Repost 0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 10:47
A Matignon, avec Bernard Cazeneuve !

Le nouveau Premier Ministre, Bernard Cazeneuve a tenu, comme c’est la tradition en fin d’année, à recevoir sa majorité à l’Hôtel Matignon. J’y étais, naturellement. Le Premier Ministre a fait une courte allocution.

 

D’abord pour remercier les parlementaires pour le soutien apporté à l’Assemblée Nationale et au Sénat pour le discours de politique générale : « J’ai vu ce soutien, j’ai vu cette amitié ».

 

Il a rappelé que, comme Ministre de l’Intérieur, il a « affronté beaucoup d’épreuves douloureuses », mais, après l’attentat de Berlin, « nous nous retrouvons dans un contexte particulier de gravité ». Face aux terroristes, il faut deux mots : la fermeté, une « fermeté absolue, dans le respect des principes de la République » ; la dignité, « dans les comportements, à la hauteur des enjeux ». « Ce qui s’est passé en Allemagne aura des conséquences aussi graves qu’en France » ; nous devons donner une « image de maîtrise, de sang-froid ».

 

Et de conclure, avec responsabilité, que « ce n’est pas seulement la République et l’Europe qui peuvent se trouver ébranlées, mais la conception même de notre société, de notre modèle social ».

Repost 0
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 15:36

Instauré par le Président de la République le soir des attentats du 13 novembre 2015, l’état d’urgence sur l’ensemble du territoire national a été prorogé jusqu’en juillet 2017, suite au vote intervenu hier soir à l’Assemblée Nationale.

 

Cette prorogation, la 5ème depuis novembre 2015, répond à une double exigence :

 

- D’abord,  faire face à une menace terroriste persistante d’intensité élevée et donc protéger les Français. Le nombre  de Français présents sur les théâtres d’opérations de groupements terroristes, les opérations militaires en cours dans lesquelles la France est engagée, la désignation par Daesch de notre pays comme une cible prioritaire, autant de facteurs qui justifient le maintien des dispositions de l’état d’urgence.

 

Hier après-midi, à l’Assemblée Nationale, Bernard Cazeneuve, lors de sa déclaration de politique générale, a indiqué que, depuis le début de l’année 2016, 420 personnes liées à l’islamisme radical ont été arrêtées et 17 projets d’attentats ont été déjoués sur notre sol. Depuis la dernière prorogation en juillet dernier, ce sont près de 600 perquisitions administratives qui ont été réalisées.

 

- Ensuite, la période électorale qui s’ouvre accroît encore le risque de passage à l’acte. Les élections nationales du premier semestre 2017 -présidentielle d’abord, législatives ensuite- vont entraîner des rassemblements et réunions publiques en nombre sans oublier la tenue de bureaux de vote dans tout le pays. Une démocratie comme la nôtre se doit de protéger ses citoyens et leur permettre de participer sereinement à ces rendez-vous électoraux majeurs.

 

Les mesures de l’état d’urgence comme l’ensemble de l’arsenal antiterroriste mis en œuvre par la majorité présidentielle depuis 2 ans favorisent l’action de la Police judiciaire et de la Justice. Elles sont bien sûr assorties d’un contrôle juridictionnel rigoureux destinés à protéger les droits des citoyens. C’est l’honneur de notre République de savoir se défendre avec les armes de l’Etat de droit. 

Repost 0
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 10:26

A 48 heures de la fin du dépôt des parrainages, Manuel Valls a voulu ce mardi 13 décembre réunir les élus qui parrainent sa candidature.

 

« La campagne des primaires doit être placée sous le signe de la gravité et de la responsabilité », dit-il en présence du Président de l’Assemblée, du Ministre de la Défense et de nombreux ministres, dont Patrick Kanner. « La France a une parole à faire entendre ; l’élection présidentielle doit d’abord traiter cela : quelle place de la France, comment assurer notre indépendance ? La seule question qui vaille c’est quel est le futur Président de la République, quel sera celui sur qui pèseront des responsabilités majeures ? ». Si Manuel Valls s’engage dans cette campagne, c’est parce qu’il pense avoir « l’expérience, la force, la solidité pour incarner la France ».

 

Il se dit lucide sur le niveau de l’extrême-droite qui se nourrit des peurs, mais aussi de l’espace que la Droite est en train de lui ouvrir. « L’enjeu est considérable », la droite française par son projet veut revenir sur des acquis fondamentaux. F. Fillon a gagné sur un programme de rupture, il va en être prisonnier. Pour la première fois, la droite va à une élection avec un programme de rupture, dur pour les classes populaires et moyennes.

 

Face à cela, comment imaginer que la gauche soit absente, de manière consciente du 2ème tour ? Manuel Valls réaffirme que « rien n’est écrit. Moi, j’aime ce pays. Je veux incarner une République ferme, qui fait face aux défis du monde, mais en même temps solidaire, bienveillante, qui lutte pour l’égalité des chances ». Les Français choisiront un projet, « ils ont une demande de protection et de solidarité ».

 

Double symbole de parrainage, M. Valls installe ses locaux de campagne Avenue de France, aux pieds de la bibliothèque F. Mitterrand. « Déterminé et enthousiaste », conclut le candidat, « pour gagner », « je veux parler de la France tout au long de cette campagne ».

 

Repost 0
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 07:56
Le PLFR 2016 en Commission des Finances !

Qu’est-ce qu’une Loi de Finance Rectificative ? Un texte budgétaire qui corrige les dépenses et les recettes du Budget de l’Etat compte tenu de l’évolution en cours d’année des unes et des autres. Comme chaque année à cette période, le Gouvernement présente une LFR, pour 2016 donc ; elle a été adoptée en Conseil des ministres vendredi 18 novembre, et ce matin, Christian Eckert, Secrétaire d’Etat au Budget, est venu en Commission des Finances la présenter.

 

Compte tenu de l’évolution de la croissance économique (notamment le chiffre de celle du 3ème trimestre publié par l’INSEE), le Gouvernement a ajusté sa prévision de croissance pour 2016 à 1,4 % (contre 1,5 % retenu précédemment). Elle n’entraîne toutefois pas de modification de la cible de déficit public 2016 maintenue à 3,3 % : cet objectif sera tenu.

 

En 2016, pour la deuxième année consécutive depuis les années 2000, le déficit se réduira, en même temps que le taux de prélèvements obligatoires baissera. L’objectif national des dépenses d’assurance maladie sera également respecté.

 

Pour tenir ces objectifs, le Gouvernement annule des crédits budgétaires pour 4,89 Mds €, essentiellement sur le versement à l’Union Européenne (- 1,18 Mds €) et surtout sur la charge de la dette (- 2,94 Mds €) : les intérêts payés ont pu être plus faibles grâce à une inflation plus faible que prévue, aux taux court terme qui restent bas, et à la crédibilité de la politique budgétaire et financière menée qui permet à la France de bénéficier de très bas taux.

 

A l’inverse, la PLFR pour 2016 prévoit 4,59 Mds € de dépenses nouvelles (auxquelles s’ajoutent 2,41 Mds € de recapitalisation de l’Agence Française de Développement) pour financer, outre la poursuite de l’effort de Défense, les revalorisations des fonctionnaires (Education Nationale pour 602 M €, hausse du point d’indice), le succès de la prime d’activité (+ 369 M€), le relèvement de l’Allocation Adulte Handicapé (+ 424 M €), les nouvelles mesures agricoles (+ 682 M€), le Plan emploi (+ 277 M€), le service civique pour les jeunes (+ 31 M€), et le Fonds d’urgence pour les départements (+ 200 M€).

 

Enfin, comme à l’accoutumée, la PLFR comporte également des dispositions fiscales regroupées autour de quatre thèmes :

 

l d’abord des mesures relatives à la lutte contre la fraude fiscale et l’optimisation : la priorité donnée depuis 2012 se poursuit, avec la création de deux nouvelles procédures de contrôle fiscal et une mesure anti-abus concernant l’exonération d’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) des biens professionnels ;

 

l ensuite des mesures qui contribueront à des politiques prioritaires du Gouvernement annoncées en 2016 : la création du « compte PME innovation » et une nouvelle trajectoire de taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) pour les déchets ;

 

l des mesures de mise en conformité avec la jurisprudence constitutionnelle, notamment sur les avoirs non-déclarés à l’étranger, pour lesquels les pénalités fiscales seront augmentées (à 80 %), et sur l’exonération de taxe sur les 3 % sur les bénéfices distribués qui était réservée aux groupes fiscalement intégrés, laquelle est étendue aux filiales de groupes étrangers détenues dans les mêmes conditions (95 %) ;

 

l enfin, des mesures d’adaptation de la fiscalité locale, et en particulier à la mise en place du fonds d’urgence en faveur des départements en difficulté.

Repost 0