Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Lire, avec Luc Veroone, l'histoire de la Vieille place et de Pierre Catteau
    Arrivé à 18 mois à Wattrelos en 1955, (lorsque ses parents, roncquois d’origine, reprennent la pâtisserie Wagon au 75 rue Pierre Catteau), Luc Veroone a repris l’affaire familiale bien connue de la rue Pierre Catteau en 1985, et c’est l’histoire d’une...
  • Logement, SIA rue Jules-Guesde, ça se termine !
    Que de changements en un an ! L’été dernier, je visitais le chantier que la société SIA Habitat avait lancé au 136 rue Jules Guesde, sur le site de l’ancienne usine Dubar-Warneton. Il ne s’agissait à l’époque que de mouvements de terre, laissant toutefois...
  • Le foyer médicalisé accueillera ses pensionnaires en janvier 2018, enfin !
    Parmi les dossiers que j’ai voulu impulser quand je suis devenu maire en 2000, celui-là me tient particulièrement à cœur, et même s’il fut particulièrement long et complexe à faire aboutir, je ne boude pas ma satisfaction que l’ouverture de ce nouvel...
  • Le quartier du Touquet aura sa salle de sports à la rentrée !
    Elle sera prête à accueillir les sportifs fin septembre : la salle de sport du Touquet Saint-Gérard, rue de Boulogne, est en voie d’achèvement, et sa conception, boisée et colorée, est novatrice et agréable à l’œil. Sa construction a débuté au mois de...
  • Tourcoing-Beaulieu, ça y est, on ouvre !
    C’est le grand chantier de voirie 2016-2017 : la liaison Tourcoing-Beaulieu, dite Habitat-Travail, s’achève officiellement ce matin dans sa partie située la plus à l’est, c’est-à-dire à Beaulieu. J’ai le plaisir de procéder symboliquement, en compagnie...
  • Centres aérés 2017 : même pas peur !
    Les centres aérés, cela ne se raconte pas, cela se visite ! C’est ce que, comme chaque année, je fais ce matin en compagnie de mes collègues élus, notamment mon Adjointe en charge des activités périscolaires, Sylvie Zaïdi, qui fête ce jour son anniversaire...
  • 14 juillet : besoin de rien, envie de fête !
    Le 14 juillet à Wattrelos, c'est d'abord une belle fête populaire qui a trouvé son espace et son public depuis qu'elle s'est installée au cœur du parc urbain. Bravo à mon Adjointe aux Fêtes, Michèle, et aux services techniques et de police pour l'organisation,...
  • Au Congrès, Emmanuel Macron, en Chef de l'Etat !
    Volontiers lyrique et philosophique, en réunissant le Congrès à Versailles, le Président de la République a rempli son rôle de Chef de l’Etat : donner le cap ! Préciser les principes d’actions, et les méthodes. Il n’est pas le gouvernement du quotidien,...
  • Conseil municipal (2) : Un compte 2016 de belle tenue !
    Conforme au Compte de gestion du Comptable public, le Compte Administratif récapitule l’ensemble des dépenses et des recettes de l’année 2016 : il est en quelque sorte le « compte d’exploitation » de la ville de l’année écoulée. Et après la soudaine dégradation...
  • Conseil municipal (1) : Hommage à Simone Veil
    Ce vendredi 30 juin, à l’Hôtel de Ville se sont tenus deux Conseils municipaux, le premier étant destiné à la désignation des délégués supplémentaires en vue de l’élection des sénateurs le 24 septembre prochain. J’ai en revanche ouvert le second Conseil,...
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 10:27

comenius.jpgJ’ai furieusement envie de plagier la fameuse chanson des Beatles ce matin en recevant à l’Hôtel de ville les partenaires du projet Hello 2.0. L’anglais est en effet un bon moyen de tous se comprendre car rarement autant d’enseignantes de nationalités différentes auront été réunies dans cette salle : l’Espagne, la Lituanie, la Hongrie, la Pologne, l’Allemagne et l’Angleterre sont en effet représentées !


L’assistance est très majoritairement féminine… avec un petit jour d’avance sur la Journée de la femme, ainsi que je me plais à le souligner. L’idée est de donner un temps fort supplémentaire au projet Comenius dans lequel notre école Condorcet est engagée depuis septembre 2011. Michèle Boulogne, directrice de l’école, explique qu’en 1996, Edith Cresson avait en effet ouvert aux écoles  les échanges culturels européens, et dans notre ville, Condorcet, avec le soutien de la Ville, de l’Education nationale et des parents d’élèves, a choisi de promouvoir l’apprentissage de l’anglais par la voie informatique dans un réseau de pays européens participants.

 

Le projet prendra fin au mois de juin et aura aussi permis à nos enfants Wattrelosiens de prendre conscience de leur rôle de jeunes et de futurs citoyens dans l’Europe.

 

Cela tombe bien : Wattrelos croit en l’Europe ! Depuis toujours, de par ses nombreux jumelages, sa position frontalière et la mixité de sa population bien sûr. Alors je le dis à mes hôtes européens dans une langue de Shakespeare que je ne manie qu’avec modération : you’re welcome ! Car il est évident que plus on se rencontre, plus on se connaît, plus on s’apprécie, mieux se construit la vraie Europe, l’Europe des peuples et des citoyens. Et celle-ci commence d’abord par l’Europe de la jeunesse… Dommage quand même que la langue la mieux partagée en Europe (je m’en aperçois encore ce midi), ce soit l’anglais, c’est-à-dire la langue du pays finalement… le moins intégré à la construction européenne.

 

Repost 0
Publié par Dominique Baert - dans Maire de Wattrelos
commenter cet article
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 09:08

Stephane-Hessel.jpgA 95 ans, après une vie bien remplie, Stéphane Hessel, le célèbre auteur du manifeste Indignez-vous nous a quittés. Dans les médias et sur les réseaux sociaux s'enchaînent et rivalisent les hommages à ce personnage désormais historique qui a cristallisé les idéaux d'une époque, sans d'ailleurs l'avoir vraiment voulu ! Ancien résistant, on raccroche à son patronyme les Droits de l'Homme. Il en défendait sans conteste l'esprit, le respect de l'autre, l'intime conviction que l'on pouvait, que l'on devait vivre ensemble, en cohésion et en paix dès lors que ce serait dans l'équité et la justice.

 

Chacun se souviendra désormais de son opus Indignez-vous qui, s'il l'aura fait connaître du grand public, par son succès – plusieurs millions de ventes – aura entraîné dans son sillage des expressions populaires et protestataires, notamment en Europe, qui auront posé les frontières de ce qui est tolérable et de ce qui est insupportable, et surtout rappelé à la face du monde qu'il n'y a pas sur terre de richesse plus importante que la richesse humaine.

 

Cet homme-là, je l'ai rencontré, ou plus exactement, je l'ai côtoyé pendant la campagne présidentielle de François Hollande. Elégant, incontestablement, au sourire spontané, abordable, son humanisme se lisait dans son regard et dans sa proximité. Il laissait transparaître un caractère fort, autant que le sont ses convictions, l'un et les autres forgés dans une vie où la guerre, la Résistance, les arcanes du droit et des relations internationales, mais surtout le respect du droit des peuples auront trempé le caractère et l'esprit de Stéphane Hessel.

 

Jamais cet homme ne pouvait laisser indifférent qui que ce soit : il rayonnait, pour tout dire. Même à un âge très avancé, et avec une vie exemplaire derrière lui, son discours était encore d'espérance ! Jamais résigné, toujours prêt à combattre. Oui, François Hollande qui lui rend hommage ce matin aux Invalides, au nom de la République et de la France, a raison de dire : « C'était un juste ».

 

Nul doute que dans une ville ouvrière, de cœur et humaine comme Wattrelos, une voie routière portera bientôt son nom, lui qui aura si bien exprimé la voix des peuples.

 

Repost 0
Publié par Dominique Baert - dans Divers
commenter cet article
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 16:52

pole-emploi1.jpgUne pierre au sens propre comme au figuré : ce matin, je pose en effet, en compagnie de Karim Khetib, directeur régional de Pôle Emploi, et de Guy Deschamps, adjoint au maire de Leers, la première pierre de la future agence Pôle Emploi Wattrelos-Leers, en plein cœur du parc d’activités du Beck.


Première pierre d’un bâtiment et pierre supplémentaire pour l’emploi – plus exactement pour se doter d’un outil plus performant au service de l’emploi – dans nos villes.

 

L’agence actuelle, située boulevard Mendès-France, n’offre pas des conditions de travail et d’accueil dignes, et Pôle Emploi a donc décidé, sur l’insistance de Karim Khetib et des municipalités de Wattrelos et de Leers, de se relocaliser dans un tout nouveau bâtiment, à mi-chemin entre Wattrelos et Leers. La visite, que j’avais réussi à obtenir, de l’ancien Secrétaire d’Etat chargé de l’emploi, Laurent Wauquiez, fin 2009 à l’agence de Wattrelos, avait permis d’obtenir directement du  ministre et donc d’acter cette nouvelle agence pour les salariés de Pôle Emploi et les demandeurs d’emploi de nos deux villes.

 

Hasard de l’actualité, l’emploi est précisément au cœur des préoccupations du moment, alors que paraissent des statistiques qui rendent compte  d’une hausse du chômage continue depuis 21 mois, tangentant le triste record de 1997 en raison d’une cruelle absence de croissance, mais aussi que se prépare le projet de loi pour la sécurisation de l’emploi.

 

pole-emploi3.jpgDans ce contexte, la pose de cette première pierre est un bon signal à trois égards.

 

D’abord parce qu’il s’agit (du début) de l’aboutissement d’un projet porté de longue date, visant à offrir davantage de possibilités pour un service personnalisé dans la recherche d’emploi, pour davantage d’humanité également, avec des locaux accueillants et agréables. Les 3 000 demandeurs d’emploi de nos deux villes le méritent, ainsi que les salariés de Pôle Emploi qui les accompagnent, évidemment. Qui plus est, cette localisation dans un parc d’activités, au milieu d’autres entreprises, entre Wattrelos et Leers et non loin de la frontière belge, est un beau symbole. C’est un engagement que j’avais pris ; il est tenu !

 

Ensuite parce qu’il s’agit aussi d’un projet économique : Pôle Emploi, c’est une entreprise de plus dans ce parc du Beck déjà bien rempli, avec des emplois qui s’y localiseront, tertiaires et non délocalisables.

 

Enfin parce qu’il s’agit d’un projet social et humain, à l’heure où le noyau des demandeurs d’emploi de plus d’un an tend à s’élargir à Wattrelos et Leers, même si l’évolution du nombre total de demandeurs est moins forte qu’ailleurs. J’avais interpellé le gouvernement précédent pour qu’on applique, chez nous, une sorte de discrimination positive et une priorisation des moyens pour les agences de notre agglomération : un conseiller qui gère 250 dossiers de demandeurs d’emploi titulaires d’un Bac + 4 à Neuilly, et un conseiller qui gère 250 dossiers dans notre bassin d’emploi où le niveau de formation est plus modeste, avec des demandeurs moins mobiles et qui nécessitent un accompagnement plus personnel, ce n’est pas la même chose !

 

Voilà pourquoi je suis ce matin un maire satisfait que l’on dote sa population d’un outil plus efficace pour la recherche d’emploi… en espérant qu’un jour cet outil ne serve plus à rien ! Rendez-vous pour l’inauguration en septembre prochain.


Repost 0
Publié par Dominique Baert - dans Maire de Wattrelos
commenter cet article
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 10:59

Le décès d’un chef d’Etat est d’évidence un événement important ; celui ce jour d’Hugo Chavez ne peut laisser de fait indifférent. D’abord parce sa lutte contre la maladie a suscité le respect, tandis que ses partisans, dans la tradition bolivarienne, n’aspirent qu’à la continuité de son œuvre. Celle qui a partagé les richesses du pays, premier détenteur mondial des ressources d’or noir, et développé des politiques volontaristes en direction de la santé, du logement et de l’éducation. Les pays voisins ont également bénéficié de ces largesses : les dettes de l’Equateur et de l’Argentine ont notamment été rachetées !

Voilà l’héritage que retiendra la mémoire de la Gauche, à l’utopie révolutionnaire, dont il a porté moult combats et qui a permis son élection à quatre reprises. Ses détracteurs, eux, se souviendront de comportements autocrates, de poignées de mains chaleureuses à l’égard d’hommes d’Etat que les démocraties jugent peu fréquentables. Ils dénonceront sans doute une politique interventionniste, parfois brutale.

Mais au final, ce qu’on retiendra d’Hugo Chavez, c’est la réincarnation internationale d’un discours qui aura replacé les populations au cœur de l’action politique, qui aura rappelé l’importance d’une redistribution des richesses aux plus pauvres et qui aura su mobiliser femmes et hommes dans l’affection à leur dirigeant, dont l’émotion et les larmes suscitées par l’annonce de sa mort attestent de l’intensité.

L’heure est à l’émotion bien sûr, et à l’inclination devant le disparu. Ce n’est que plus tard que l’Histoire jugera tout le système politique, surtout peut-être la propension qu’aura eu ce pouvoir à privilégier le présent par la distribution plutôt que la préparation de l’avenir par l’investissement.

Repost 0
Publié par Dominique Baert - dans Divers
commenter cet article
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 07:06

logo anCe matin paraît au Journal Officiel la réponse que j'avais posée au ministre délégué auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants, sur les revendications portées par les associations d'anciens combattants. Ces revendications portent notamment en période de préparation budgétaire, sur la très souhaitable préservation du budget de la mission anciens combattants, pour que les ressources qui lui sont affectées ne diminuent pas aussi rapidement que celui des ayants droit.


Pour relire l'intégralité de ma question et prendre connaissance de la réponse, cliquez ici.

Repost 0
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 11:58

Mosco 3 mars 2013 2Ce dimanche soir, à sa demande, je suis aux côtés de Pierre Moscovici dans le studio de RTL pour assister à son grand jury RTL-LCI-Le Figaro. Une émission où le ministre aura su être particulièrement précis et clair.

 

D’entrée, le ministre aura pu réaffirmer la priorité du projet de loi de finances en matière de fiscalité. Si ça et là des débats peuvent avoir lieu en cours d’année, les décisions fiscales ne se prennent qu’à un seul moment de l’année : à l’automne pour le PLF !

 

Il a dénoncé fortement le french bashing, cette tendance médiatique continue à l’autoflagellation, et « l’exubérance des discours » qui sont négatifs sur la France ! Et que cela irait plus mal aujourd’hui que sous la Droite. Coup de gueule de P. Moscovici : aurait-on oublié ce que fut la politique de la Droite ? Un déficit public à 5 % (qui serait aisément passé à 6 % si la Droite avait été réélue !), 600 Mds € de dette publique supplémentaire en 5 ans, des dépenses publiques passées de 53 à 57 % du PIB…

 

Mosco 3 mars 2013La Gauche opère, elle, des changements, des mutations dans nos politiques publiques. « Le cap, c’est le redressement, pour l’Europe (avec une zone euro qui sort de sa crise), la réduction des déficits, la compétitivité, et la réforme du marché du travail. Nous faisons tout pour que notre politique économique participe à la reprise ».

 

Sur la répartition des efforts de réduction des déficits, si jusqu’à présent l’effort a été (PLF 2013) de 2/3 pour les recettes et 1/3 en économies sur les dépenses, « par la suite cette proportion doit au moins s’inverser ». Contrairement à la Droite, la Gauche réussit à être économe en gestion : les dépenses sont moins importantes réalisées que celles inscrites au budget (- 300 M€ en 2012 ; en 2013, ce sera - 10 Mds €).Tous les postes sont concernés, non pas avec des coupes rabot comme aux USA, mais via une évaluation des politiques publiques (cf. les travaux en cours sur les aides aux entreprises ou la politique familiale).

 

Auront ensuite été évoqués l’allègement du coût du travail par le CICE (- 4 % en 2013,

- 6 % en 2014), l’évolution des taux de TVA, le remplacement de la taxe à 75 % (pour laquelle le Gouvernement attend, vers le 15 mars, les conclusions du Conseil d’Etat, à la fois sur la nature et le niveau de la taxe).

 

Pierre aura, toute l’émission durant, martelé un crédo : « Que la politique se fasse dans l’ordre, en respectant les rythmes et en gardant un cap. On peut faire des efforts, à condition que, derrière, il y ait des perspectives ! Il faut être sérieux, mais offrir des perspectives de croissance et d’emploi ».

 

Estimant François Hollande « calme, solide, sachant où il va », Pierre Moscovici rappelle que « la souffrance sociale peut engendrer le populisme, mais le populisme est toujours une impasse ».

 

Voilà pourquoi, si la France fait preuve de sérieux budgétaire, « il ne faut pas ajouter l’austérité à la récession ». Et donc, si la croissance est faible, il appelle à « laisser jouer les stabilisateurs automatiques » pour être sous les 3 % en 2014.

 

Les mots d’ordre sont clairs : « Sérieux budgétaire et croissance toujours ; non à la déprime, non au french bashing. Nous allons réussir, la France va réussir. Même si ça va prendre du temps, on va y arriver ! ».

 

Repost 0
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 17:07

larevue-duTcouv.jpg

Dans son édition de février, La Revue du Trombinoscope (l’information professionnelle du monde politique) a souhaité publier quelques dossiers d’actualité. Alors même que le chapeau de la revue est, ce mois-ci, une interview de Michel Barnier, commissaire européen, consacrée aux réformes de structure du secteur bancaire (« Une priorité pour 2013 »), le dossier mis en avant dans cette édition est précisément consacré aux affaires financières.

 

Il m’a été demandé d’y apporter ma contribution en tant que vice-président de la commission des financ

 

es de l’Assemblée, aux côtés d’articles sous la plume de Christian Eckert, rapporteur général (PS) du budget, de Jérôme Chartier, député UMP, de Nicolas Dupont-Aignant, ou du ministre des finances de l’Irlande Michael Noonan.

 

La Revue vient d’être publiée. Pour lire mon article consacré à la réforme bancaire et intitulé « Loi bancaire : la France en avance », cliquez sur la photo ci-dessus.

 

Repost 0
Publié par Dominique Baert - dans Divers
commenter cet article
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 14:57

Gageons que le projet de loi que le Conseil des ministres va adopter mercredi prochain et qui viendra en discussion à l’Assemblée dans quelques semaines va encore faire parler. Comment l’apprécier ? Très simplement : issu de la négociation sociale, il ne peut qu’être respecté pour ce qu’il est, à savoir un accord entre parties, c’est-à-dire un compromis qui a toutes les caractéristiques d’un compromis : il est fait d’avancées dans un sens, syndical, et dans l’autre, patronal.

 

Et quand on croit à la démocratie sociale, à l’intérêt de voir les partenaires sociaux trouver ensemble des accords (plutôt que de recourir aux conflits), on se dit que pour une fois – c’est une chance historique – qu’un tel accord est signé, il faut le respecter !

 

Plusieurs de mes collègues députés socialistes ont signé une tribune, pour estimer que c’est « une chance pour la démocratie sociale ». Je partage leur analyse et leur soutien à la logique gouvernementale :

  • L’accord sur l’emploi conclu le 11 janvier entre les partenaires sociaux marque une nouvelle ère pour le dialogue social en France. Grâce à cette méthode, la démocratie s’enrichit de la participation des acteurs sociaux à notre objectif commun de lutte contre le chômage.
  • Députés de la majorité, nous soutenons cette méthode parce qu’elle donne enfin une chance à la démocratie sociale dans notre pays. Cette méthode repose sur le dialogue, la concertation et la responsabilité. Nous sommes convaincus que c’est ainsi que peut être mise en mouvement la société toute entière. Elle permet de mobiliser toutes les forces et les énergies du pays pour ancrer le changement dans la durée. La culture du dialogue favorise l’accord, elle permet à chaque représentant, syndical ou patronal, de prendre ses responsabilités et de trouver des compromis.
  • La différence avec la majorité précédente est évidente : pendant 5 ans, la convocation des partenaires sociaux ou des représentants de la société civile ne servait qu’à des sommets-spectacles au service de la communication de Nicolas Sarkozy. Celui-ci, dans sa campagne électorale, a clairement rejeté les corps intermédiaires et les syndicats ! Nous, à gauche, on les respecte : « Nous ne renonçons pas pour autant à notre pouvoir de parlementaires » mais « nous avons fait le choix de la démocratie sociale ».
  • Notre pouvoir, c’est de respecter la voie choisie par les partenaires sociaux en transcrivant dans la loi, sans en modifier l’équilibre, l’accord qu’ils ont conclu.

Cela ne veut pas dire que nous nous interdisions de légiférer après ce texte, comme par exemple sur la responsabilité sociétale des entreprises ou sur les conditions de reprises des entreprises viables. Mais nous n’avons pas à modifier ce texte-là qui porte, par sa mouture, « un nouveau modèle social ».

 

Repost 0
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 11:38

logo anCe matin paraît au Journal Officiel la question écrite que j'ai posée à la ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie sur l'opportunité de moduler les autorisations de lâchers de ballons selon les zones géographiques du territoire où ils ont lieu.

 

Il serait en effet nécessaire de réglementer, et pour tout dire d'interdire, ces lâchers de ballons dans les zones littorales. Ainsi, en bord de mer, fussent-ils sympathiques, couronnant des manifestations festives, ceux-ci peuvent avoir des conséquences particulièrement nocives sur l'environnement, et notamment sur la faune maritime.

 

Pour lire la suite de ma question, cliquer ici.


Repost 0
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 08:00

Face aux inquiétudes exprimées par de nombreux salariés, il est urgent d'agir sur le front de l'emploi, conformément aux engagements du Président de la République. C'est l'ambition de l'accord signé le 11 janvier 2013 sur la sécurisation de l'emploi. 

Le projet de loi Sécurisation de l'emploi qui sera examiné à partir du 2 avril au Parlement est au cœur de l'engagement 35 du Président de la République qui vise à « dissuader » et à  « renchérir le coût » des licenciements boursiers. La réforme de la procédure de licenciement économique contenue dans cet accord modifie profondément les équilibres et pratiques actuelles en matière de licenciement. Elle permet en effet de renforcer de façon substantielle l'encadrement des licenciements abusifs, notamment pour des motifs purement boursiers. Plusieurs garde-fous sont ainsi intégrés dans l'accord : 

  • en interne, les obligations qui pèseront sur les entreprises en termes de transparence et de partage d'information avec les représentants des salariés la placeront immédiatement en porte-à-faux si elle s'engage dans des licenciements sans avoir préalablement apporté des éléments tendant à mettre en évidence les risques qui pèsent sur la sauvegarde de sa compétitivité ;
  • en externe, l'homologation administrative ne pourra être accordée que si l'entreprise fait la démonstration qu'elle a souscrit des engagements et construit un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) de qualité, en proportion de ses moyens. Il en va de même pour la procédure d'accord collectif majoritaire sur le PSE, dont on imagine mal les organisations syndicales s'y engageant dans un objectif de licenciement abusif ;
  • enfin, les salariés pourront toujours contester le motif économique comme c'est le cas actuellement. 

L'accord du 11 janvier 2013 porte ainsi sur un champ beaucoup plus vaste que celui des seuls licenciements boursiers, dont la définition pose d'ailleurs de nombreuses difficultés juridiques. 

Si le Gouvernement entend privilégier la traduction des dispositions de l’accord dans son projet de loi (qui devrait être présenté le 5 mars au Conseil des ministres), il n’est pas fermé à des avancées supplémentaires si nécessaire. C’est pourquoi Bruno Le Roux, président du groupe socialiste, républicain et citoyen a proposé au groupe communiste de réunir des députés des deux groupes dans un intergroupe de travail pour les préparer collectivement. Savoir se mobiliser ensemble contre le chômage et pour l’emploi, ça va dans le bon sens et on en a besoin….

 

Repost 0