Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Discipliner la finance pendant ses vacances, c’est possible !
    L’avantage de prendre quelques jours de vacances, c’est que cela permet de faire ce que l’on n’a pas (toujours) le temps de faire le reste de l’année, et notamment de lire ce qu’on ne prend pas le temps de lire lorsque les dossiers à rédiger et à étudier...
  • Coluche veille sur les Restos de Wattrelos !
    Ce projet, nous l’avions bien en tête, et ça fait longtemps que nous voulions le faire aboutir : Catherine Osson était encore mon Adjointe à l’Urbanisme (donc avant d’être Députée en 2017) quand le premier dossier avait été lancé pour faire identifier...
  • Salle de sports Jean-Zay : des travaux nécessaires
    Lors de la visite des chantiers que j’ai effectuée mi-juillet, la salle de sports Jean-Zay figurait bien entendu au menu car, conformément au programme électoral, sa rénovation s’inscrit dans les premières priorités du mandat ! Dans cette salle d’une...
  • Un nouveau terrain de foot tous temps pour la Ville, et c’est au Crétinier !
    Au complexe sportif du Crétinier vient d’être posée la magnifique moquette verte d’un nouveau terrain de foot tous temps, à la place d’un terrain en schiste, que les footballeurs du Wattrelos football club appelaient de leurs vœux depuis longtemps ! Il...
  • Liaison Tourcoing-Beaulieu : ça roule… presque !
    Actualité majeure des chantiers de l’été 2020 : la liaison Tourcoing-Beaulieu. C’est même le chantier de voirie de l’année… et même du début d’année prochaine en raison du décalage des travaux provoqué par la crise sanitaire. Les travaux de ce chaînon...
  • La Résidence Gossypium : nouvelle offre pour Nouvel Âge
    Le groupement Demathieu & Bard Immobilier, en lien avec Les Essentielles (devenues depuis Damecosi), professionnels de la gestion et de l’exploitation de résidences services, a engagé en 2018, rue Louis-Dornier, la construction d’une résidence services...
  • Couteaux, Beaulieu, Beck : du neuf dans l’habitat ancien !
    Dans le traditionnel point d’étape estival sur les chantiers wattrelosiens que j’effectue chaque année, le logement occupe cette année une place consistante. C’est que notamment, avec les bailleurs Vilogia et Partenord Habitat, trois gros dossiers vont...
  • Le Compte Administratif 2019 de Wattrelos : un très bon Compte, le meilleur depuis plus de 10 ans, qui conforte la bonne assise financière de la ville
    Point d’orgue du Conseil municipal de ce 2 juillet, la présentation du Compte Administratif 2019, c’est-à-dire le bilan financier des dépenses et des recettes de l’année 2019, dernière année du mandat précédent. Ce compte était prêt dès mars, et s’il...
  • Le film d’une élection : au travail maintenant
    Bien des électeurs pensent parfois qu’après avoir été au bureau de vote, ils ont élu leur maire : ce n’est pas tout à fait la réalité, car c’est le Conseil municipal qui, dans un second temps, élit le maire. Le 15 mars dernier, les électeurs wattrelosiens,...
  • Mon édito pour le CLIC Riv'Age
    Le monde, la France, nos villes traversent une crise sanitaire sans précédent depuis la 2nde guerre mondiale. De fait, des dispositions ont été prises par nos autorités : en France, un confinement a été décrété depuis la mi-mars. C’est le cas aussi en...
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 14:00
Je choisis Wattrelos !

En 2012, on s’en souvient peut-être, c’est le 10 mai que j’avais annoncé ma candidature aux élections législatives.

 

La loi sur le cumul des mandats interdit à partir de 2017 le cumul d’un mandat parlementaire,

député ou sénateur, et d’un exécutif municipal, départemental ou régional.

 

Au moment où s’engage la campagne des élections législatives, il me faut choisir.

 

Je choisis Wattrelos !

 

Je choisis de rester maire de Wattrelos : ma ville de cœur, celle dont le quotidien et l’avenir me passionne. Avec l’équipe municipale, j’y conduis des enjeux lourds sur la poursuite de la mutation économique de la ville, le renouvellement urbain des quartiers, la modernisation des services publics, mais aussi le maintien de services publics et d’un environnement de qualité dans un contexte de ressources financières rares, ce qui n’est pas facile. Mais c’est ma ville et je l’aime ! Plus que tout.

 

Alors je le prouve.

 

En l’état actuel des choses, je ne serai donc pas candidat aux élections législatives des 11 et 18 juin prochains. L’envie ne m’en manque pourtant pas. D’abord parce que je voudrai soutenir les projets d’Emmanuel Macron et la nouvelle impulsion qu’il veut donner à la France. Ensuite parce qu’il reste à faire pour nos villes de Roubaix et de Wattrelos. Je le ferai dorénavant à ma place d’élu local, et en apportant mon appui à celui ou celle qui me succédera à l’Assemblée Nationale.

 

Je remercie tous les électeurs qui m’ont fait confiance, qui m’ont donné leur fidélité et pour beaucoup leur amitié. Jamais je n’oublierai leur mobilisation en 2012, pour cette élection particulière où déjà ils ont été fidèles à l’homme et non au parti. Je n’oublierai pas non plus les témoignages si nombreux, si touchants, qui m’ont donné la force de me battre pour ma vie lors de mon accident en juin 2015.

 

Je remercie très chaleureusement et amicalement mon suppléant Richard Olszewski, élu roubaisien, pour son travail et sa présence fidèle à mes côtés ces 5 années : jamais, jamais il n’a raté une seule permanence parlementaire où, ensemble, nous recevions les roubaisiens pour les épauler, les accompagner. C’est un homme de valeur et j’espère qu’il pourra encore apporter au service de Roubaix.

 

Je remercie mes formidables assistant et assistantes qui par leur travail ont rendu possible le mien. J’ai été un patron exigeant, mais je suis fier d’eux.

 

Pour servir mon pays, et notre territoire j’ai vécu des moments exaltants, j’ai beaucoup travaillé, essayé de faire honneur à mon mandat dans les responsabilités qui m’ont été confiées à l’Assemblée Nationale (où sur cette législature j’ai été vice-Président de la Commission des Finances), rédigé des milliers de lettres, posé des centaines de questions. J’ai aidé aussi et surtout bien des détresses, aidé à résoudre tant de difficultés. J’ai aimé ma fonction de Député, et j’ai servi mes concitoyens de tout mon cœur, de toute mon énergie, et aussi bien que je le pouvais.

 

La loi m’interdit de poursuivre cette tâche. Je le regrette, chacun le devine. Mais le choix que je fais aujourd’hui ne surprendra pas ceux qui me connaissent bien.

 

Mais ma décision aujourd’hui se veut vigilante. Roubaix et Wattrelos ont bien besoin encore de la solidarité nationale : c’est un député qui participera à la Majorité Présidentielle d’Emmanuel Macron qui doit être demain le Député de la 8ème circonscription.

Partager cet article

Repost0
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 09:04
Victoire 39-45 : soyons donc européens, en frères !

Au lendemain du 2ème tour d’une élection présidentielle où l’extrême-droite aura été présente, la commémoration de la victoire sur l’Allemagne nazie en 1945 ne peut que se tenir avec gravité, en sus de la solennité et du respect de la cérémonie.

 

Au cimetière du Crétinier, avec les représentants des sociétés patriotiques et entouré de mes collègues élus, j’ai, comme à l’accoutumée, déposé une gerbe au monument aux morts ainsi que sur celle de Moïse Priez, Compagnon de la Libération wattrelosien, comme chaque année. J'en ai fait de même au cimetière du Centre.

Victoire 39-45 : soyons donc européens, en frères !
Victoire 39-45 : soyons donc européens, en frères !
Victoire 39-45 : soyons donc européens, en frères !

72 ans jour pour jour après le 8 mai 1945, j’ai rappelé le philosophe Schopenhauer : « L’histoire est au peuple ce que la Conscience est pour un homme. Un peuple qui oublie son histoire est un homme qui perd sa conscience ». C’est pour ne pas perdre cette conscience, ne pas oublier, qu’il faut savoir commémorer dans les cimetières, se souvenir, rappeler. Rappeler ce que furent les horreurs, les destructions, les privations de la guerre.

 

Car enfin, « la paix n’est-elle pas la destinée de l’homme » ? La citation d’Herodote à laquelle je me réfère est terrible : « En temps de paix, les fils ensevelissent leurs pères ; en temps de guerre, les pères ensevelissent leurs fils » ! Wattrelos a payé un lourd tribut humain à la Seconde Guerre Mondiale, et « beaucoup ont donné leur nom aux rues de notre ville ; ils sont notre histoire, ils font notre fierté ».

 

Pour sortir de cette Histoire toute de guerres, les européens ont su opposer l’Europe, ce « bien le plus précieux que nous auraient envié tous ceux qui ici gisent dans leur tombe pour l’éternité ».

 

Ce sont des nationalismes qui menacent aujourd’hui l’Europe ; ce sont les nationalismes qui hier ont fait les guerres ! Voilà pourquoi il faut les combattre sans relâche, ces « dangereuses idées qui ont fait pourtant tant de morts ». La leçon de ce 8 mai 2017 : face aux nationalismes, consolider la paix !

 

Pour lire mon discours au Cimetière du Centre, cliquer ci-dessous.

Partager cet article

Repost0
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 09:00
Présidentielle (3) : faire réussir le Président pour faire réussir la France !

J’entends déjà ce dimanche soir des états d’âme, des atermoiements. Pour certains à gauche, des menaces même : Emmanuel Macron est à peine élu que certains lancent la charge pour le combattre ! Savent-ils ce qu’est la démocratie ? L’élection – surtout quand elle est aussi large – commande qu’elle soit respectée, et que l’élu ait ses chances d’agir, de mettre en œuvre son programme.

 

Tous ces propos, toutes ces intimidations sont irresponsables ! Il n’y a aujourd’hui qu’une exigence : soutenir le Président pour qu’il réussisse. Car sa réussite ce sera la réussite de la France !

 

La situation de la France, les millions de chômeurs, la pauvreté, les territoires fragilisés, les personnes en difficultés, cela impose d’agir, et d’agir vite. Les votes extrêmes aussi obligent ! Emmanuel Macron n’a pas le droit à l’erreur, nous n’avons collectivement pas le droit à l’erreur.

 

Voilà pourquoi je le dis ce soir à la presse avec force conviction : la gauche doit être intelligente et s’intégrer à la Majorité Présidentielle ! Celles et ceux qui veulent lutter contre les maux de la France doivent apporter leur soutien à cette Majorité, pour que le Président ait les moyens d’agir !

 

Faire un autre choix, ce serait se dérober. Ce serait saper les chances de réussite de la France. Qui ne peut comprendre qu’un chaos social et économique ne ferait que profiter à cette extrême-droite que nous avons été nombreux à combattre dans les urnes ?

 

Emmanuel Macron doit pouvoir agir : c’est vital pour la France, et notamment pour la France qui souffre et qui attend qu’on s’occupe d’elle.

 

C’est pourquoi, localement, c’est ma seule préoccupation : quelle représentation locale de la Majorité Présidentielle ? Comment traduire ici les impulsions du nouveau Président ?

 

Député sortant, je ne peux pas, je ne serai pas absent de ce jeu-là ! J’ai cette chance d’être l’élu connu et identifié de la circonscription, et chacun sait ma mobilisation, dans l’exercice de mon mandat, par des milliers d’interventions, de lettres, les questions écrites ou orales, et les soutiens que j’ai pu apporter. Je n’ai plus rien à prouver ; je veux en revanche être utile.

 

Etre utile au Président, et à sa majorité. Etre utile à nos villes.

 

Mais, s’agissant des discussions des prochaines heures, sur les candidatures législatives, deux garde-fous politiques s’imposent à mes yeux :

> si ce n’est pas moi, il doit y avoir dans la recherche de la candidature une triple exigence : féminisation ; rajeunissement ; soutien au Président.

> des candidatures éparpillées iraient à l’échec de tous : il faut savoir se regrouper autour d’une candidature d’expérience, et qui saura trouver sa place à l’Assemblée pour être efficace. Les états-majors doivent entendre cela, et passer les accords nécessaires.

 

Car seule compte la double réussite du Président et donc de la France. Pour ma part, je suis évidemment dans la Majorité !

Partager cet article

Repost0
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 08:45

Oui, ce dimanche soir, c’est à la salle Salengro, et dès les premiers sondages connus, une satisfaction en même temps qu’un soulagement : Marine Le Pen est battue. Elle ne dépasse pas les 40 % redoutés au niveau national : elle se tient à un peu plus de 33 % ; à Wattrelos, où je redoutais qu’elle soit majoritaire, elle ne s’inscrit qu’à 48,3 %, c’est-à-dire moins que les 48,5 % des Départementales de mars 2015. Pour autant, c’est trop, beaucoup trop, car ces idées et ce parti sont dangereux.

 

> Une poussée nationale incontestable dès le 1er tour

On l’a bien sentie à Wattrelos au 1er tour. Même si Le Pen avait déjà franchi la barre des 6 500 voix sur la ville (et les 6 000 voix à plusieurs reprises depuis 30 ans), les 6 800 du 23 avril sont incontestablement son point le plus élevé jamais atteint.

 

            L’impulsion nationale est évidente. A dire vrai, sur les résultats du 1er tour, les chiffres obtenus dans les villes du Nord, ou du Pas-de-Calais à sociologie comparables, villes à forte histoire ouvrière et industrielle, pour insupportables qu’ils soient, les 33 % du 1er tour de Wattrelos sont en deçà de beaucoup (trop) de ces communes du Sud du Nord ou du bassin minier.

 

            Mais bien sûr, ce « socle » national a aussi sa déclinaison locale, car sur le territoire de la ville, certains quartiers sont très inférieurs à la moyenne des 33 %, mais surtout quelques-uns sont très supérieurs, (bureaux 12, 16, 20 au Touquet et au Sapin Vert ; 8, 9, 10 au Crétinier) ; ces quartiers sont limitrophes de Tourcoing et de Roubaix.

 

> Au 2nd tour, c’est amplifié par des reports de voix qui questionnent

            Pour passer de 6939 au 1er tour à 8813 voix au 2nd, Marine Le Pen a bénéficié de reports de voix du 1er tour. Si on peut penser qu’une large partie des 900 voix de Dupont-Aignan se sont portées sur son nom (compte tenu de l’accord  électoral) et qu’on ne peut non plus exclure une partie (de l’ordre de 400 voix) des électeurs de Fillon, ce qui me peine – et me préoccupe – le plus, c’est qu’on ne peut exclure que 700 à 800 voix des électeurs de Mélenchon (même si une part importante, d’évidence, s’est portée légitimement sur E. Macron) aient renforcé Le Pen. Sur certains bureaux (Camus, Brossolette…) la question peut se poser, et elle est politiquement douloureuse, car le passage de l’extrême-gauche à l’extrême-droite est une question politique majeure pour les années qui viennent. Sans doute, la campagne melanchonienne  éhontée et démesurée sur « le banquier », « candidat de la finance », ou « du CAC 40 », a dilué les repères républicains, et c’est bien regrettable. Car ce que je considère le plus douloureux dans cette campagne c’est ce que ça et là j’ai pu entendre ou lire sur le choix du 2nd tour : « Macron ou Le Pen », c’était « la peste ou le choléra » !!! Quelle stupidité politique sans nom, quelle absurdité démocratique ! D’un côté l’extrême-droite, de l’autre un candidat qui respecte la République et sa valeurs, la justice, le droit, bref un vrai candidat républicain,… et on les confondrait ? Et on refuserait de choisir entre les deux ? Mais il ne peut pas, il ne pouvait pas y avoir de confusion, sauf à aussi être contaminé par les caricatures d’Emmanuel Macron faites par l’extrême-droite ou l’extrême-gauche !

 

> Il n’en reste pas moins que ces chiffres obligent, nationalement et localement. Ils obligent à agir, à expliquer et à convaincre. Les déterminants d’un vote d’extrême-droite sont divers, allant au refus de l’ouverture internationale et de l’Europe (un comble dans notre région frontalière !) à des considérations protestataires très personnelles.

 

            Il faut savoir expliquer que les recettes du FN ne sont pas les bonnes mesures, et qu’elles sont dangereuses, réussir une politique économique créatrice d’emplois, améliorant le pouvoir d’achat et qui réduira les inégalités et la pauvreté. Il faut rendre confiance aux institutions. Tout cela, je sais qu’Emmanuel Macron le sait, et j’espère qu’il aura les moyens d’agir.

 

            Localement, nous mènerons aussi réflexions et analyses pour contenir les votes protestataires spécifiques autant qu’il est possible. J’ai lancé ce travail avec l’équipe municipale.

 

            Mais trois observations :

 

> le phénomène « extrême droite » n’est pas que lié au territoire wattrelosien : en Belgique, c’est à Mouscron que, chez les électeurs français, Le Pen fait son score le plus élevé (43,5 %), et de loin !

> bien des villes ouvrières, malheureusement, ont mis Le Pen en tête, là encore dans le Sud du Nord ou le bassin minier : 53, 6 % à Lens qui a souvent voté comme Wattrelos, et même 58,2 %  à Liévin. Avec 48,5 % pour Le Pen, Wattrelos – heureusement – est en deçà de ces résultats, et tant mieux !

> et pour ceux qui ont critiqué mon soutien à Emmanuel Macron, se sont-ils demandés ce qu’aurait été le score de Le Pen à Wattrelos si, avec mes amis et camarades, je n’avais pas fait une campagne active pour Emmanuel Macron ? Pour ma ville, j’ai eu raison de faire le choix que j’ai fait…

Partager cet article

Repost0
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 08:35
Présidentielle (1) : Emmanuel Macron, élu, une énergie convaincante et enthousiasmante !

C’est fait ! Ce dimanche soir à la salle Salengro, cela faisait plusieurs heures qu’avec les informations via les réseaux sociaux des votes aux Etats-Unis, dans les Dom-Tom, ou des résultats des sondages « sortie des urnes », la peur d’un scrutin serré s’était dissipée, et que non seulement la promesse d’une victoire s’annonçait, et qu'en plus cette victoire serait nette ! Au final, ce sera 66,1 % ! Une victoire plus large bien sûr que celles de F. Mitterrand en 1981, ou en 1988, ou de F. Hollande en 2012, et qui plus est contre l’extrême-droite.

Présidentielle (1) : Emmanuel Macron, élu, une énergie convaincante et enthousiasmante !

De plus, un peu avant 20 heures, je vois que le bureau de vote que je préside (n°1), donne plus de 57 % à Macron, et je comprends vite que sur ma ville, il sera devant Marine Le Pen, et de surcroît avec un score un peu meilleur (51,5 %) que celui du 2nd tour des Départementales (51,2 %) de mars 2015 contre les candidats FN. Ouf, et tant mieux !

 

Car pas question de bouder ma joie devant l’élection d’Emmanuel Macron ! Par conviction, parce qu’il était le meilleur candidat de cette élection présidentielle, le plus sérieux, le plus responsable, celui dont le programme correspond le plus aux défis de la France actuelle. Par respect pour le chemin qu’il a parcouru depuis un an : peu y croyaient ; moi, oui ! Par amitié aussi, car l’homme n’est pas que brillant, il est attachant et humain. Oui, ce dimanche soir, c’est sa victoire, et il peut en être fier. Je le suis de lui, et pour lui.

 

Cette élection d’un président jeune, de 39 ans, a une forte portée politique : elle va rayonner en Europe et dans le monde. Elle surprend, elle intrigue, elle bouscule. La comparaison avec Kennedy se fera vite, je pense ! Le phénomène politique et médiatique est comparable, me semble-t-il. L’image de la France va s’en trouver changée. La vie politique française aussi, n’en doutons pas.

 

Je suis ce dimanche soir d’autant plus satisfait que, dès l’été dernier, j’avais dit à mes proches que c’était lui qui était la meilleure chance de gagner l’élection présidentielle, et même qu’il allait la gagner ! Que n’ai-je-entendu lorsqu’Emmanuel a été mon invité d’honneur aux Berlouffes en septembre 2016 ? Même certains de mes proches ont douté, parfois critiqué : pourtant, mon intuition était juste !

 

Car j’avais bien compris qu’Emmanuel Macron était la réponse aux défis du moment, loin des programmes économiques aventureux de Mélenchon ou de Le Pen.

 

D’abord parce que, sans doute comme lui, je sentais monter dans le pays une volonté de renouveau, de changement, une forme de défiance vis-à-vis des partis traditionnels, et notamment des deux grands partis du gouvernement, et de leurs responsables. Cette volonté s’est exprimée dans les primaires, à droite puis à gauche : les grandes figures connues ont été sèchement battues.

 

Je redoutais que cette volonté de changement ne se traduise par un vote Le Pen massif, pour « renverser la table », pour « essayer autre chose, après avoir essayé la droite et la gauche ». Emmanuel Macron, par sa stratégie « ni droite, ni gauche », a su capter un changement à son profit électoral ! C’est ce qui a fait sa force : tant mieux, il aura réussi à faire éviter le pire à notre démocratie.

 

Par ailleurs, justement, ce que je sens depuis un moment, c’est que les Français sont las des alternances gauche/droite : ces victoires électorales « contre l’autre », où pendant 5 ans on détruit tout ce que les prédécesseurs ont fait ; depuis 30 ans, la vie politique de ce pays, c’est largement ça ! Alors qu’il y a des défis importants à affronter (économiques, financiers, climatiques, migratoires, de sécurité et de défense) et que, franchement, les Français attendent de leurs hommes politiques qu’ils affrontent les problèmes et qu’ils trouvent les solutions pour améliorer la situation ! C’est le discours, et je crois la pensée profonde, d’Emmanuel Macron. Je les partage.

 

Voilà pourquoi, moi socialiste et homme de gauche, j’ai voté pour Emmanuel Macron : tout simplement, parce que j’y crois !

Présidentielle (1) : Emmanuel Macron, élu, une énergie convaincante et enthousiasmante !

Partager cet article

Repost0
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 14:56
Les factures délirantes de Le Pen seront pour les Français !

Beaucoup, je l’espère, qui auront regardé le débat du 2ème tour, auront compris que Marine Le Pen ment aux Français, que son programme n’est qu’approximatif, non finançable et dangereux par ses insuffisances. Qui n’a pas compris que sur une promesse telle que la sortie de l’euro (pourtant point dur de son programme !), cela ne serait peut-être pas si rapide que cela, non plus d’ailleurs que la retraite à 60 ans (qu’elle reporte « vers la fin du quinquennat ») car elle ne sait pas la financer (ça coûte près de 30 Mds € !) ?

 

Mais c’est tout son programme qui n’est qu’une accumulation de dépenses :

- prime de pouvoir d’achat de 80 € ? Coût : 17 Mds € !

- défiscalisation des heures supplémentaires ? Coût : 5 Mds €

- mesures sur l’Impôt sur le Revenu ? Coûts : 8 Mds €

- hausse du Minimum Vieillesse et l’AAH ? Coût : 2,2 Mds €

- baisse de la Taxe d’Habitation ? Coût : 1 Md €

- protection logement jeunes ? Coût : 1,2 Md €

- mesures pour les plus aisés : universalité des allocations familiales + baisse des droits de donation + hausse du plafond du quotient familial + baisse tranche IR ? Coût : 5 Mds €

- baisse de l’impôt des sociétés à 24 % ? Coût 5,5 Mds €

- montée à 3 % du Budget de la Défense ? Coût 24 Mds €…

 

Avec les places de prison (+ 1 Md € de fonctionnement par an !), les promesses de recrutements de policiers, ou les hausses budgétaires promises, notamment pour la Recherche, on rajoute encore + 5 Mds € au pot !

 

Effarant, consternant, irresponsable !

 

Sait-elle, Mme Le Pen, que la France a encore une dette de 2 200 Mds €, qu’elle paie déjà 43 Mds € d’intérêts par an, qu’elle est encore en déficit de près de 70 Mds €, et qu’elle doit déjà lever 180 Mds € d’emprunts sur les marchés internationaux pour financer sa dette, et donc le Budget de l’Etat, et ses fonctionnaires ?

 

Sait-elle, elle qui veut financer cela en créant une taxe de 3 % (que paieront donc les consommateurs, donc les Français ! Ouh la, c’est le pouvoir d’achat qui souffrirait) sur les importations (et c’est sa seule recette nouvelle dans son plan de financement !) qu’il ne suffit pas de prendre le chiffre des importations, de lui imposer un taux de 3 % pour engranger de l’argent ? C’est une illusion ! A tout le moins, il faudrait plusieurs années pour créer cette taxe, car il faudrait pour cela que la France quitte l’Europe ! Donc, même dans son raisonnement, elle n’aurait une recette qu’à la fin de son quinquennat…

 

Sauf qu’entre temps, les dépenses promises vont coûter, et cher !

 

Et cela, les Français qui s’apprêtent à voter dimanche doivent le savoir ! Les dépenses en plus, ce sera du déficit en plus, de la dette en plus, des intérêts payés en plus (et plus chers !) demain… et ce seront des coupes sombres, et surtout des impôts après-demain pour tous les Français pour faire face au désastre financier !

 

C’est facile de dire qu’on va dépenser tous azimuts. C’est facile de plaire aux électeurs en annonçant des cadeaux fiscaux… qu’on ne sait et ne saura pas financer ! C’est un miroir aux alouettes dangereux !

 

Aussi les Français doivent avoir conscience d’une chose : les promesses délirantes de dépenses de Marine Le Pen d’aujourd’hui sont les certitudes de factures à payer par tous les Français demain !

 

7 mai, attention danger !

 

Partager cet article

Repost0
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 15:16
A Wattrelos, un 1er mai de gravité, pour le travail et contre les illusions !

Si, à l’entrée du centre socio-éducatif, les enfants du Conseil municipal des enfants vendent quelques brins de muguet pour une association humanitaire, c’est à l’intérieur que, ce 1er mai, je médaille de la « médaille du travail », de « leur travail », et « pour leur travail » 142 Wattrelosiens : 36 grand or, 30 or, 31 de vermeil et 45 d’argent : 4 320 années de travail sont, là, représentées.

A Wattrelos, un 1er mai de gravité, pour le travail et contre les illusions !
A Wattrelos, un 1er mai de gravité, pour le travail et contre les illusions !
A Wattrelos, un 1er mai de gravité, pour le travail et contre les illusions !

Ce 1er mai 2017, c’est bien sûr d’abord celui de chacun de ces médaillés, car cette manifestation a pour objet de les mettre à l’honneur. Le 1er mai, c’est aussi l’histoire bien sûr, une histoire ouvrière parfois tragique, mais toujours porteuse d’avancées et de progrès sociaux revendiqués : « Nous sommes tous les héritiers de ces femmes et de ces hommes-là », qui ont lutté « pour que leur espérance soit pour nous une évidence ».

 

Mais dans le contexte qui est le sien (élection présidentielle, terrorisme, tensions internationales), ce 1er mai 2017 se déroule dans un esprit de gravité et de responsabilité.

 

Ainsi, avant de médailler (et de remettre à chacun son brin de muguet) chaque récipiendaire, j’ai voulu évoquer trois sujets qui sont d’actualité, et dans les esprits de beaucoup.

 

D’abord le devenir du travail. Le travail va-t-il disparaître ? Les débats philosophiques et économiques qui ont eu lieu récemment, notamment sur la perspective d’un revenu universel, ont conduit à s’interroger sur cette problématique. Je ne crois pas pour ma part à la disparition du travail, mais son évolution suppose en revanche de « se préparer à trois choses » :

  • accentuer fortement la formation pour renforcer l’adaptabilité et la capacité à faire face aux changements ;
  • préparer nos jeunes aux métiers d’avenir, notamment du service à la personne ;
  • mettre en place une sécurité sociale professionnelle.

 

Deuxième sujet : « quelle économie demain ? ». Je plaide pour une économie protectrice des travailleurs mais ouverte sur le monde. Car le protectionnisme et la fermeture des frontières sont des illusions dangereuses.

 

Enfin, troisième sujet, quel est notre avenir, à commencer bien sûr par celui de Wattrelos ? Pas question d’être spectateur, j’ai choisi d’être acteur pour agir « sans relâche pour qu’ici l’emploi soit possible ! ».

A Wattrelos, un 1er mai de gravité, pour le travail et contre les illusions !
A Wattrelos, un 1er mai de gravité, pour le travail et contre les illusions !
A Wattrelos, un 1er mai de gravité, pour le travail et contre les illusions !
A Wattrelos, un 1er mai de gravité, pour le travail et contre les illusions !

Pour lire mon discours, cliquer ci-dessous.

Partager cet article

Repost0
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 16:44
A Arras, E. Macron : réduire les fractures, pour une France de l'unité !

Dès le début du meeting d'Arras, Jean-Paul Delevoye, citant le Général de Gaulle, situe l'enjeu de l'élection présidentielle : "Les nations ne meurent pas, mais elles peuvent se suicider" ! Et il appuie : "Vous êtes à un moment de l'histoire où le monde entier regarde l'élection française".

 

Emmanuel MACRON dans son discours, a souligné que dimanche "les Français se sont détournés des 2 grands partis de gouvernement : quelque chose s'est passé" ; et s'il a salué la campagne de J.L. Mélenchon, cette "adhésion" qu'il a soulevée, compte-tenu de sa position prise "depuis dimanche soir, il n'est pas à la hauteur de cette adhésion". Car, "face à ceux qui créent le désordre et la haine", il faut "choisir son camp".

A Arras, E. Macron : réduire les fractures, pour une France de l'unité !

Son programme, il le décline en affirmant sa volonté de lutter contre les fractures :

 

Ø Fracture démocratique : "Nous allons refonder la vie politique française, construire un socle où tous les progressistes vont pouvoir travailler ensemble : tous les progressistes sont les bienvenus ! Je ne reproduirai pas l'erreur de 2002 : on ne va pas reprendre les habitudes, nous allons les changer. Nous devons rassembler !"

Il veut "une France conquérante dans l'Europe et le monde, qui échange, qui fait progresser, qui affronte les difficultés, qui a confiance dans l'avenir, qui ne fait pas de démagogie".

Face au résultat du 1er tour "notre joie est grave car notre responsabilité est immense".

"Je n'ai qu'un ennemi : ce sont nos fractures et nos divisions". Concrètement, il martèle "chacun des territoires de la République est dans la République, je n'en veux pas de perdu ! Opposons le discours de l'intelligence à la démagogie".

"Mme Le Pen veut attiser les haines et les peurs, mais n'apporte aucune réponse !". Nous, il faut "ne céder rien de la vérité".
La loi de moralisation de la vie publique va renouveler les pratiques de la vie politique. Le FN, lui, a les pires pratiques de l'Ancien Régime. "Marine Le Pen est une héritière ! Elle n'est pas la réponse".

 

Ø Fracture sociale. Pour réduire les écarts, on investira dans une politique de recherche ambitieuse, dans la libération des énergies.

Mais il faut regarder en face les détresses des classes moyennes et populaires. "Il n'y a pas de réussite d'un pays s'il n'est que la réussite de quelques-uns". Ainsi, pour ces classes moyennes et populaires :

- "la suppression de la Taxe d'Habitation est une priorité de pouvoir d'achat" ;

- "nous ferons un très gros effort de formation professionnelle pour les chômeurs. Nous investirons 15 Mds€ sur le quinquennat pour les plus fragiles."

C'est aussi l'école où nous investirons, parce que, quand on n'est pas formé, on n'a pas d'avenir. Et cela, le FN n'en dit jamais un mot, rien !

 

Ø Fracture territoriale : banlieues, ruralité… Nous voulons l'égalité des chances, et pour cela faciliter :

- l'accès à la fibre, en tous lieux : les opérateurs auront 18 mois ;

- doublement du nombre de maisons de santé ;

- maintien des écoles dans la ruralité ;

- ouvrir des maisons de services au public ;

- suppression du RSI ;

- doubler le budget de l'ANRU, pour lutter plus vite contre "la double peine" des quartiers prioritaires (à savoir "l'assignation à résidence" dans leur quartier et la pauvreté).

 

"Je veux un vrai plan Marshall de la réindustrialisation de nos territoires perdus".

"Je veux qu'on puisse expérimenter, essayer sur certains territoires". On n'y arrivera pas à chaque fois, mais à chaque fois, on se battra".

 

Ø Fracture entre la France et l'Europe. Elle nourrit les mensonges de Le Pen. Car :

- sortir de l'Euro, c'est l'appauvrissement

- sortir de l'Europe, le protectionnisme, c'est la guerre !

"Le FN ce n'est pas le parti des patriotes, c'est le parti des nationalismes".

 

"La France, c'est tout sauf le rétrécissement ! J'ai mal dans ma chair de voir le chiffre du FN dans les Hauts de France : "A-t-on oublié qui nous sommes, que nos anciens sont morts pour notre liberté, et pour combattre les idées d'extrême-droite ? Honte aux somnambules de l'histoire" !

 

"Notre responsabilité est immense. Il faudra d'abord réconcilier, recréer l'unité du pays, rassembler tous les progressistes qui veulent se rassembler pour faire !"

"J'aurai besoin de toutes les volontés ! C'est le défi, non d'un homme, ni d'un clan, mais celui de toute une génération. Face à toutes ces fractures, je veux être le Président d'une France de l'unité".

A Arras, E. Macron : réduire les fractures, pour une France de l'unité !

Partager cet article

Repost0
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 11:09
Wattrelos, une tentation des extrêmes plus forte qu'en France ?

A dire vrai, si ce vote des extrêmes est plus prononcé à Wattrelos qu'en moyenne nationale, il est cependant moins fort que dans le sud du Département du Nord ou dans le Pas-de-Calais.

 

Parmi les candidats à l'élection présidentielle, les programmes de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon étaient les plus aberrants, irréalistes et dangereux économiquement, périlleux pour la stabilité financière même du pays. Malheureusement, comme c'étaient aussi les candidats qui promettaient le plus, des sous en plus, une disparition de tous les problèmes comme par miracle, et beaucoup, beaucoup de dépenses supplémentaires (sans savoir comment les financer, autrement qu'en creusant les déficits), bref comme ils promettaient que tout irait mieux (sans que jamais les conséquences négatives n'aient été évoquées), en France, et dans des villes comme Wattrelos, ils ont fait de gros résultats électoraux.

 

Ø Le Pen progresse à Wattrelos moins qu'ailleurs en France, mais réalise malheureusement son plus haut niveau depuis 30 ans : 6 939 voix, soit 33,9 % ; c'est lourd, même si c'est moindre que dans d'autres grandes villes comme Denain (40%) ou du Pas-de-Calais.

 

A plusieurs reprises dans l'histoire de la ville, l'électorat FN a approché, voire dépassé les 6 000 voix sur Wattrelos. 5 291 déjà en 1988, mais 6 219 en 1993, 5 849 en 1995, 5 996 au 1er tour des présidentielles 2012, et, souvenons-nous des 6 515 aux régionales 2015. Il est clair que Marine Le Pen a un électorat qui sait se mobiliser dans "les grandes occasions", et notamment quand Marine Le Pen elle-même est candidate !

 

Mais il n'en reste pas moins qu'elle est en tête dans 35 (sur 36) bureaux de la ville, et quand elle ne l'est pas, c'est Mélenchon qui l'est !

 

Pour autant, seule "consolation", si dans la France entière, MLP progresse de 1,2 million de voix, et donc de 19,3 %, à Wattrelos la hausse est plus limitée à 15 %.

 

On peut raisonnablement penser qu'à Wattrelos, Le Pen aura récupéré en 2017 une partie de l'électorat de Sarkozy de 2012 (4 074 voix à l'époque, alors qu'en 2017 Fillon obtient 1 877 voix) ; idem pour Dupont-Aignan qui obtient 901 suffrages en 2017 (contre 291 en 2012).

 

Ø Avec 2 300 voix de plus qu'en 2012, Mélenchon a incontestablement, sur son nom, siphonné une partie de l'électorat d'extrême-gauche, et surtout une part de l'électorat de François Hollande de 2012 (qui avait fait 6 798 voix).

Il n'est premier que dans un seul bureau, et second (devant E. Macron) dans 50 % des bureaux (18 exactement).

 

Et si, dans sa poussée nationale, Mélenchon obtient 23,3 % des voix à Wattrelos, c'est beaucoup moins qu'à Roubaix (35,9 %), Lille (29,9 %), Mons (28,7 %), Tourcoing (28,0 %), Villeneuve d'Ascq (27,8 %), Loos (26,9 %), Ronchin (25,4 %) ou Douai (23,7 %).

Wattrelos, une tentation des extrêmes plus forte qu'en France ?

Ø Ce qui est préoccupant, c'est pour moi de constater que sur ma bonne ville, ces deux leaders d'extrême-droite et d'extrême-gauche, Le Pen et Mélenchon, parviennent à séduire 57 % des électeurs sur des programmes populistes et dangereux (45 % au niveau national).

 

C'est ce résultat-là qui, dans la France de 2017 (une France confrontée aux attentats et à la peur du terrorisme, à la pression migratoire, où le chômage tarde à diminuer clairement et où l'absence d'emploi pèse sur les revenus et nourrit la pauvreté), doit être regardé, analysé et entendu. Car il y a bien sûr des peurs et des malaises sociaux qui ainsi cherchent à s'exprimer, mais surtout des ressentis essentiellement personnels.

 

Dans ces votes, la globalité, la cohérence, la faisabilité d'ensemble des programmes, leur équilibre financier, ou les grandes priorités sectorielles ou macroéconomiques passent largement au second plan. Il est vrai que, dans une campagne électorale qui aura surtout été télévisuelle, l'appréciation de l'électeur repose beaucoup sur la capacité oratoire du candidat ou la "mesure-choc" concise qui retient l'attention.

 

Dans ces conditions, difficile pour l'électeur de mesurer la dangerosité - ou l'aberration - de la globalité du programme évoqué, car il n'a tendance à retenir que la mesure ou le message qui l'intéresse. Dès lors, pour écarter ces votes extrémistes (dangereux à bien des points de vue), un travail, un devoir de pédagogie, d'information s'impose. Mais comment ? C'est l'enjeu de la bataille politique de fond à mener.

 

Ceci dit, une élection n'est pas l'autre. Les scores de Le Pen et de Mélenchon leur sont largement "personnels", et ceux qui ont la tentation d'extrapoler ces résultats sur des législatives ou des municipales devraient se garder de toute précipitation…

Partager cet article

Repost0
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 17:02

Décidément, dans cette campagne présidentielle hors normes, les haines recuites et personnelles semblent prendre le dessus sur la raison et la qualité du débat démocratique. Et certains, à gauche, semblent mettre plus de prix (et de temps et d’énergie !) à m’agresser plutôt qu’à se mobiliser pour faire reculer les dangers Le Pen, Fillon mais aussi Mélenchon sur le plan économique !

 

Tout cela a des relents de la campagne législative 2012, et ce n’est sans doute pas un hasard si, dans le Canard Enchaîné, je trouve cette semaine un encart qui a vocation à m’épingler pour mon soutien (légitime, et dont je suis fier !) à Emmanuel Macron. Il est vrai qu’il n’est pas impossible que le journaliste du Canard qui a tenu la plume ait des accointances locales proches de mon adversaire aux législatives 2012, et de mes adversaires locaux plus enclins à ne me trouver que des défauts (depuis que j’ai mis un frein à leurs ambitions ou un terme à leurs fonctions) qu’à me reconnaître la moindre qualité. Cela s’appelle de l’aveuglement !

 

Voilà maintenant qu’en plus il y a du dénigrement ! Certains déjà me qualifient entre eux (et parfois même par écrit) de qualificatifs aussi odieux que choquants : je me suis ainsi retrouvé gratifié « d’amputé-maire », et Catherine, mon ancienne compagne, de « chienne » : la délicatesse de ces gens-là n’a d’égale que leur médiocrité !

 

Ce mercredi, dans le Canard, me voilà affublé du titre de « girouette à moustache » ! En page 2 du journal palmipédique dont je suis un fidèle lecteur, mais qui est vraiment bien mal inspiré d’accepter de publier un tel quolibet !

 

Pas pour « la moustache » : j’en suis fier, et la revendique depuis mes 16 ans ! Est-ce interdit à leurs yeux de porter une moustache ? C’est mieux que d’être immatures, et de passer son temps dans la rédaction de tweets de cour de récréation ou de jouer aux trolls, comme certains de ces auteurs malsains ! Ceci dit, moi, si ma moustache a blanchi avec les années, c’est d’avoir œuvré sans relâche, et sans aucun intérêt personnel, au service de mes concitoyens à qui j’ai consacré mon temps, mon énergie, et pour lesquels week-ends, vacances, même vie privée sont toujours passés après le travail pour ma ville et ses habitants !

 

Que ces critiqueurs en fassent autant, et après ils pourront parler !

 

Quant à la « girouette », là, c’est une agression aussi vile que fausse ! Qui peut mettre en cause objectivement mon parcours politique ? Depuis qu’en 1974 j’ai adhéré au Parti Socialiste, j’ai connu les vicissitudes des Congrès, des motions, des synthèses. Proche de Pierre Mauroy, admirateur de François Mitterrand, et fidèle collaborateur de Michel Delebarre, je me suis toujours reconnu dans le socialisme de gestion, dans la social-démocratie, celle où à la fois on régule l’économie de marché, on s’efforce d’accroître l’efficacité économique pour augmenter la création d’emplois, on renforce le dialogue social dans l’entreprise et le rôle des partenaires sociaux, on valorise les services publics, et on travaille à faire progresser les droits sociaux, dans une société tolérante et qui protège les plus modestes.

 

Ma gauche à moi, c’est celle-là, pas le socialisme ou la gauche de l’illusion. Pas celle qui accumule les dépenses, les déficits, la dette, les dégradations économiques, et provoque l’échec assuré ! Mélenchon et Hamon sont de cette veine-là ! Je ne peux donc pas me reconnaître dans leurs projets. Oui, mon socialisme à moi, il vote Macron, et je ne suis pas le seul. Parce que c’est l’intérêt du pays avant tout.

 

Je n’ai jamais varié de ligne politique. Toujours je porterai le soc de ma charrue sur le sillon du réalisme, de la gestion et de l’idéal qui tient compte du réel.

 

En 2012, je n’ai pas varié. J’ai alors pris ma responsabilité pour éviter l’élection d’un député Vert dont, pour le moins, tout donnait à penser que sa fidélité au Gouvernement et au Président de la République serait bien moins forte que la mienne. Le comportement de nombre de députés Verts sur le quinquennat m’a donné raison. Aujourd’hui encore, certains hauts responsables des Verts me donnent raison d’être allé à la bataille, et quant à mon parti, qui peut croire raisonnablement que je me sois alors engagé sans l’accord, et le soutien, de beaucoup de ses plus hauts responsables, nationaux et locaux ?

 

Dès mon arrivée à l’Assemblée, cela s’est vu, cela s’est compris, puisqu’inscrit le jour-même au groupe socialiste et désigné 1er Vice-Président de la Commission des Finances ! Il n’y a qu’à Lille qu’on a feint de ne pas voir, de ne pas savoir. Mais je m’en moque : moi, j’ai la conscience d’être resté en 2012 fidèle à mes valeurs, à mes idéaux et à mon Parti.

 

Comme je le suis toujours en 2017 ! Je me suis déjà exprimé sur la folle stratégie politique de Benoît Hamon et ses erreurs économiques : son programme n’est pas celui qu’il faut pour la France et fait prendre des risques à la situation fragile de l’économie française. De plus, faire campagne pour lui, c’est faire prendre aussi un risque majeur, colossal pour l’avenir de la France, à savoir risquer de faire gagner Marine Le Pen et / ou François Fillon (dont la mise en œuvre du programme serait douloureuse pour les Français et les Wattrelosiens) ! Et cela, homme de gauche, socialiste, je ne peux pas l’accepter.

 

Oui, je suis socialiste et j’appelle à voter pour Emmanuel Macron ! Parce qu’il est le meilleur, parce qu’il est le seul à pouvoir nous éviter un duel Fillon/Le Pen, parce qu’il est le mieux placé pour battre Le Pen au 2nd tour, parce qu’il a le programme le plus sérieux et le plus responsable (en économies et en dépenses) dans le contexte financier de la France d’aujourd’hui. Il est le plus proche de mes valeurs, et de la ligne politique qui est la mienne depuis toujours.

 

Alors, désolé pour mes détracteurs : la girouette ce n’est pas moi, mais le crayon - ou la langue de votre « club » médisant lorsque vous parlez de moi -  d’un journaliste qui ne me connaît pas, ne m’a jamais rencontré, et juge jusqu’à la critique malfaisante sur la foi de ce que lui disent d’aucuns qui me détestent.

 

Moi, je suis un homme droit, juste, honnête et intègre, fidèle à un socialisme de raison, qui sait ce qu’il veut, et veut avant tout défendre deux valeurs fondamentales : la démocratie et la République. Et jamais, jamais, je ne pourrai être fier de me dire socialiste si je laisse élire Marine Le Pen, et que je laisse la France à ces fachos du FN !

 

Et puis, après tout, une « girouette », ça donne le cap ! Dès le 1er tour de la Présidentielle, de gauche, attaché à mon pays, et pour éviter des malheurs pour mes concitoyens, je vote Macron !

Partager cet article

Repost0