Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Très bel hommage républicain à mon amie Nicole !
    Le décès accidentel de Nicole Bricq, Sénatrice, ancienne Députée, et ancienne Ministre, au coeur de l’été, avait jeté la consternation chez ses proches et amis, dont je m’honore d’être. Sa personnalité était si forte, si présente dans la vie de la République,...
  • C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !
    Il en use et il en abuse de sa qualité de « fonctionnaire », l’ami Christian Ladoé : il est vrai que dès qu’il l’évoque, c’est rires garantis dans la salle. Alors ce dimanche 1er octobre après-midi au CSE, il ne s’en est pas privé. Comme il ne s’est pas...
  • Rentrée (4) : Concentré sur ce qui est à faire très vite et pour la suite
    > C’est qu’en effet, par-delà les actualités des chantiers réalisés ou en cours ou la vie politique, la vie wattrelosienne impose que je sois aussi un maire concentré sur ce qui reste à faire à court terme, et notamment sur des priorités pour les toutes...
  • Rentrée (3) : Un maire blessé, et outré
    > Oui, blessé, je l’ai été par le titre d’un article de presse au titre (volontairement, je suppose) provocateur, fin juin, après les élections de juin et le Conseil municipal qui suivit, sur le fait que j’aurais « doublé mon salaire » ! Pour la 1ère...
  • Rentrée (2) : Serein sur la situation politique, je soutiens le Président !
    Avec ce que mes années publiques d’engagements politiques m’ont appris, j’ai beaucoup réfléchi, pris du recul, et, enfin, je peux dire ce que je pense de la situation où l’on est. 1) On n’est pas dans n’importe quel contexte ! A tous les critiques perpétuels,...
  • Rentrée (1) : Un maire ému, détendu, et serein
    > Rencontrant la presse ce matin, je suis encore dans l’émotion car je sors de funérailles, mais je suis surtout un maire très ému du drame qu’a connu notre ville sœur voisine, Mouscron, et de l’assassinat de mon collègue bourgmestre et ami, Alfred Gadenne....
  • Berlouffes 2017 : retour en images
    Fête des Berlouffes 2017, Wattrelos
  • Un ami, un grand ami, Georges Ducrocq, nous a quittés !
    J’avais beau le savoir hospitalisé, il avait surmonté tant d’épreuves, il avait une telle soif de vie et un tel enthousiasme pour l’avenir, que, comme à chaque alerte, j’espérais qu’il nous reviendrait, et vite. Et que je reverrai ses visites à mon bureau...
  • Le marché du Centre se recentre !
    C’est un événement dans la vie wattrelosienne : le marché du Centre, installé depuis plus de 25 ans sur le parking des Basanos tous les jeudis matin, change d’emplacement et remonte pour s’installer définitivement sur le grand parking situé face au CSE. Cela...
  • 24 logements en construction au Crétinier : la Paloma, bonjour !
    Cet après-midi, je pose la première pierre d’un programme de 24 logements (résidence La Paloma), 80 rue des Patriotes (entre Aldi et Penin Matériaux), entouré des deux Conseillers départementaux, de mon Adjointe au logement Martine Leblanc, et de plusieurs...
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 21:22

Georges-Ducrocq_6.jpgUn officier de l’ordre national du Mérite, cela n’arrive pas tous les jours à Wattrelos. Cela fait plus de dix ans que cela n’était pas survenu !

 

C’est l’un des bénévoles les plus connus, les plus émérites de la ville qui vient pourtant de le devenir : après avoir été nommé chevalier de l’ONM en 2000, Georges Ducrocq a en effet été élevé au rang d’officier lors de la dernière promotion, sur décision du Premier ministre. Et c’est le préfet de région, Dominique Bur lui-même, qui aura procédé ce samedi midi à la remise officielle des insignes au récipiendaire. C’est un honneur pour lui, pour notre ville aussi.

 

Georges-Ducrocq_1.jpgEn début de cérémonie, dans les salons de l’Hôtel de ville, c’est la chorale des enseignants du GIWE qui aura interprété deux chansons, d’abord la superbe Quête de Jacques Brel, puis La corrida ! Georges, il est vrai, a porté sa vie durant un engagement profond pour les écoles.

 

Je le rappelle d’ailleurs en présentant le comité d’honneur où, à mes côtés, figurent quatre personnalités dont les engagements portent chacun un mot fort qui, à eux quatre, forment le carré magique de la vie de Georges. Patrick Kanner, président du Conseil général, Bruno Sivery, cardiologue, Jean-Pierre Mollière, inspecteur de l’Education nationale, Bernard Lemettre, président de l’association Pour la vie, suscitent respectivement les mots de : social, cœur, éducation et humanisme qui, à eux quatre, résument bien Georges Ducrocq.

 

Georges-Ducrocq_3.jpgEt précisément, celui que la République met ce jour à l’honneur est un homme sincère, généreux, militant au sens le plus noble du terme, un homme qui porte des valeurs. Il est difficile d’être sincère : cela demande du cran, parfois une bonne dose d’inconscience. Mais la sincérité est une preuve d’amour et un acte de courage ! Georges aime et il est courageux. Quand on balaie du regard les missions de sa vie (Coop, Croix-Rouge, soins infirmiers, bourse alimentaire, actions humanitaires,…) tout est sincérité, cœur, humanité.

 

Mais c’est aussi un homme d’actions. Je cite Le Bon (« La place de l’homme dans la vie est marquée non par ce qu’il sait, mais par ce qu’il veut et ce qu’il peut ») et Ch. de Gaulle pour qui l’homme doit « imposer à l’action sa marque ». Impossible en effet de faire renoncer Georges à son idée, à son envie de faire : tenace, opiniâtre, volontaire, quand il pense que la cause est juste, il fera tout pour parvenir à ses fins.

 

Enfin, c’est un homme terriblement attachant. Si, dans ses Pensées, Pascal écrivait que « l’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature, mais c’est un roseau pensant », Georges Ducrocq est un roseau agissant ! Malgré les vicissitudes de l’âge, il est là, toujours sur son fidèle vélo !

 

Alors, en ces temps difficiles, ces temps de dissidences, d’égos, de polémiques et d’ambitions dissimulées, ça fait du bien de revenir, avec quelqu’un comme Georges, à l’essentiel car, comme l’écrivait Ch. de Gaulle : « La seule querelle qui vaille est celle de l’homme. C’est l’homme qu’il s’agit de sauver, de faire vivre et de développer ».

 

Avec Georges Ducrocq, nous honorons l’essentiel : l’homme, l’humanisme, le service aux autres, le beau, le grand bénévolat, celui de ceux qui n’ont pas peut-être le bleu de la noblesse du sang, mais le bleu que la République octroie pour la noblesse de leur âme !


Georges-Ducrocq_4.jpg Georges-Ducrocq_5.jpg 

 

Toutes mes, toutes nos félicitations ami Georges ! Ta ville, tes élus, ton maire, tous nous sommes fiers de toi !

Georges-Ducrocq_7.jpg

Repost 0
Publié par Dominique Baert - dans Maire de Wattrelos
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 18:46

Me-daille-s-Ville-2014.JPG Me-daille-s-Ville-2014_2.JPG

 

La médaille du travail dans la fonction publique diffère de celle du secteur marchand, dans sa nature, dans les autorités qui la décernent et dans son calendrier. Alors que je remets les secondes le 1er mai, les premières, qui concernent les agents des services municipaux wattrelosiens, font l’objet d’une cérémonie spécifique qui trouve sa place en janvier (après les cérémonies de vœux).

 

Me-daille-s-Ville-2014_3.JPGCe vendredi soir, ils sont donc 32 agents municipaux, leur famille et leurs amis à être mis à l’honneur, 9 pour la médaille d’argent (20 ans), 12 de vermeil (30 ans) et 11 d’or (35 ans). Pour certains, qui ont fait ou vont faire valoir leurs droits à la retraite, cette médaille est la dernière. Mais pour tous, comme je le dis dans ma courte intervention, cette médaille est leur vie.

 

Elle rappelle tous les réveils, toutes les journées de travail, les bons comme les mauvais moments, elle rappelle surtout tous les services rendus à la population wattrelosienne. Comme je le dis à tous : « Elle est aussi votre énergie à faire changer la ville, à faire changer la vie ».

 

Me-daille-s-Ville-2014_6.JPGEt, avant de les épingler chacune et chacun, je rappelle la maxime d’Alexandre Dumas fils : « Faire ce qu’on peut, c’est faire ce qu’on doit »… Tous peuvent être fiers de leur médaille et je les félicite chaleureusement, en échangeant quelques compliments ou anecdotes à chaque fois avec ces serviteurs du service public à la wattrelosienne.

 

Repost 0
Publié par Dominique Baert - dans Maire de Wattrelos
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 06:38

assemble222Ce matin, le Journal Officiel m'apporte la réponse à la question que j'avais posée au ministre du redressement productif sur la restructuration de La Redoute.


Pour relire l'intégralité de ma question et prendre connaissance de la réponse, cliquez ici.

Repost 0
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 15:19

Aux questions d’actualité des mardi et mercredi après-midi, où questions et réponses, souvent plus politiques que techniques, ne durent que deux minutes, je préfère les questions orales sans débat des mardi et jeudi matins (hors période budgétaire) où les sujets sont transmis quelques jours avant aux ministres, ce qui permet d’obtenir une réponse gouvernementale plus complète.

 

Voilà pourquoi, deux jours après la manifestation des salariés de La Redoute à Lille, j’ai interrogé ce jeudi matin le Gouvernement. Ayant rappelé les raisons de la cession par Pinault, et le désastre social que représentent les 1 178 suppressions d’emplois annoncées par les repreneurs, mes questions portaient évidemment sur les conditions économiques du projet industriel de reprise et sur les problématiques sociales, auxquelles je sais le Gouvernement attentif.

 

Si ma question s’adressait à Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, celui-ci étant retenu ce matin par la gestion délicate du dossier Mory-Ducros, c’est sa collègue de Bercy, Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des PME, de l’innovation et de l’économie numérique qui me répond au nom du Gouvernement.

 

Soulignant que « le Gouvernement est convaincu que La Redoute dispose encore d’un vrai potentiel et d’un avenir », la ministre estime que celui-ci « ne doit pas être fragilisé par une restructuration trop brutale, non concertée, qui réduirait la capacité de rebond de la société ».

 

Le Gouvernement « veut aider et accompagner La Redoute dans cette réorganisation pour en limiter les conséquences sociales et le nombre de départs contraints », et souligne avoir « demandé aux actionnaires et aux repreneurs » :

  • « de réduire au maximum le nombre de personnes obligées de subir la perte de leur emploi » ;
  • « de mettre sur la table les sommes nécessaires pour payer les préretraites, pour permettre le départ volontaire au lieu du licenciement contraint ».

 

Cela va dans le sens de ce que nous, élus locaux comme salariés, demandons, et j’en prends note. Mais comme je le rappelais à la ministre, si le temps présent est un temps syndical, celui de la négociation des organisations syndicales avec les repreneurs, la vigilance politique demeure.

 

Pour lire ma question, cliquez ici.

 

Pour lire la réponse de la ministre, Fleur Pellerin, cliquez ici.


 
Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 13:59

Christian-Noyer.jpgA l’issue des 23e rencontres parlementaires sur l’épargne, et après avoir participé aux travaux de la mission d’information parlementaire sur les normes prudentielles, je suis à la table de déjeuner de Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France. L’épargne, son évolution, son affectation, le financement de l’économie, l’évolution de la liquidité du système bancaire français et européen furent évidemment au cœur des conversations.

 

Mais bien sûr, il était difficile de ne pas évoquer l’actualité que représentent les propositions du commissaire européen Michel Barnier pour réformer la structure des banques. Et si celui-ci considère son texte « pragmatique et réaliste », il vise à réglementer une trentaine de grandes banques européennes (65 % du total des actifs bancaires dans l’Union européenne !), et prévoit notamment l’interdiction de la négociation pour compte propre sur instruments financiers, et la séparation des activités de dépôt d’une liste d’activités de négociation potentiellement risquées bien plus large que, par exemple, la France ne l’a retenue dans la loi bancaire que nous avons votée en 2013 !

 

Si les gouvernements français et allemand avaient déjà fait part de leurs réserves sur ce projet de texte européen, le gouverneur de la Banque de France ne s’était pas encore exprimé. Et il l’a fait ce midi (ce sera répété car il y a quelques journalistes dans la salle), avec netteté et loin, très loin des propos mesurés et empreints d’une réserve naturelle qui sied usuellement aux autorités monétaires ! Christian Noyer a ainsi déclaré : « Les idées qui ont été mises sur la table par le commissaire Barnier sont des idées, je pèse mes mots, qui sont irresponsables et contraires aux intérêts de l’économie européenne ».

 

Au cœur de la polémique, la filialisation, préconisée par Bruxelles mais (heureusement) rejetée par la France, des activités de tenue de marché, lesquelles par exemple conduisent les banques à assurer la liquidité des obligations émises par les entreprises pour se financer. Ce différend avec la France et l’Allemagne aura à se régler pendant le mandat de la prochaine commission, soit… après les élections européennes !


Repost 0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 17:22

Marwan-Lahoud.jpgCe midi, en tant que vice-président de la commission des finances, je rencontre Marwan Lahoud (ph. ci-contre), directeur général délégué d’EADS et président du GIFAS (groupement des industries aéronautiques). Alors que le groupe conduit une importante restructuration, notre entretien vise à faire le point sur la situation.

 

En matière d’aviation civile, 2013 aura été une très bonne année. La demande continue d’être soutenue, avec une année record en nombre d’avions commandés, ce qui gonfle le carnet d’Airbus et de l’aviation civile. La demande est asiatique, moyen-orientale avec un marché européen plus atone que jamais, comme le marché nord-américain.

 

Mais la compétition est croissante : elle est américaine (avec Boeing et un 777 avec un soutien public qui n’est même plus déguisé) mais aussi venu des pays émergents.

 

Côté hélicoptères, 2013 aura été difficile : le marché civil n’est pas reparti comme celui de l’aviation civile.

 

Pour le transport aérien de masse, la demande est très forte ; mais l’autre segment (aviation d’affaires et hélicoptères) c’est du luxe ou transport à haute valeur, et là ça ne reprend pas, même si Eurocopter a livré 497 hélicoptères sur l’année : mais pas de dynamique !

 

Sur la défense / espace, les budgets sont contraints avec une loi de programmation militaire dont les impacts sont gérables, à condition d’aller à l’export, ce qui impose d’être compétitif.

 

Voilà pourquoi nous avons ensuite évoqué les incidences sociales (le groupe visant à ce qu’il n’y ait « pas de départs forcés », et souligne que malgré les suppressions d’emplois prévues dans les trois ans à venir, il sera créateur net d’emplois !), les dispositifs fiscaux et financiers de compétitivité (crédit impôt-recherche, CICE, pacte de responsabilité), le poids de la parité euro/dollar, les contraintes des couvertures de change.

 

Evidemment, nous avons également traité le départ des deux actionnaires historiques (Daimler et Lagardère), l’évolution de la part des Etats au capital, la nouvelle structure de gouvernance… et le nouveau nom, plus lisible, du groupe EADS qui, au 1er janvier, change de nom pour devenir Airbus Group.

 

Repost 0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 08:35

Manif-Redoute-28-janv-2014.jpgC’est ce que je dis ce matin aux journalistes qui m’interrogent alors que je viens de rejoindre les salariés de La Redoute devant la gare Lille-Flandres, lesquels manifestent pour défendre leurs droits. Les organisations syndicales mènent des discussions intenses pour préciser, avec les repreneurs, les mesures sociales et économiques d’accompagnement de la reprise, sachant bien évidemment que le groupe Kering (Pinault) est concerné par les conditions du financement de celles-ci.

 

Comme je l’ai dit lors des vœux aux forces économiques de la ville la semaine dernière en mairie, nul ne l’ignore, Wattrelos et La Redoute ont une relation étroite, intime. Depuis les années 70, La Redoute est installée, en grand, à la Martinoire. Elle est la première entreprise de la ville, le premier employeur, en emplois durables comme en volants d’intérimaires, elle est le premier contribuable économique aussi. La vie même de centaines de Wattrelosiens est rythmée par elle, plusieurs générations de salariés lui ont donné le meilleur d’eux-mêmes. La Redoute c’est leur vie, leur fierté aussi.

 

C’est dire la plaie qu’a ouverte en chacun le groupe Pinault en annonçant en 2009 sa volonté de céder l’enseigne, dédaignant, délaissant les savoir-faire, les compétences de cette formidable entreprise de vente à distance connue internationalement, pour privilégier le luxe. Cette plaie s’est avivée lorsqu’a été évoquée la vente à l’encan, par appel d’offres à des financiers, quasiment à l’euro symbolique. Aussi, sur cette plaie déjà vive, c’est une blessure profonde que ces salariés, leurs familles, mais aussi chaque Wattrelosien, ont ressenti à l’annonce des près de 1 200 suppressions d’emplois.

 

C’est un cataclysme économique et social. Face à la mono-industrie textile, mes prédécesseurs n’avaient opposé que la VAD, avec La Redoute ; le textile est tombé, restait La Redoute ! Avec la contraction de La Redoute, c’est tout notre modèle économique local qui est mis à mal. Encore heureux que des parcs d’activités ont pu être aménagés et que de nouvelles entreprises moyennes soient arrivées durant la dernière décennie.

 

La Redoute est aujourd’hui ma préoccupation majeure, celle de tous les Wattrelosiens. Les chiffres annoncés sont, à eux seuls, l’addition des suppressions d’emplois à la fois de la Lainière, du Peignage Amédée et de la filature Saint-Liévin entre 2000 et 2004 ! Sauf que là, c’est pour une seule entreprise !

 

Ces réalités, sont maintenant autant de défis. Comment les affronter ? En défendant les atouts de l’entreprise et en s’efforçant de porter des idées simples mais fortes. Quelles sont-elles ?

  • Dans l’enjeu de la reprise, il était essentiel que soient évités des repreneurs purement financiers qui n’avaient pas ou peu de projet industriel. Ce type de reprise aurait été un leurre et une catastrophe sociale totale. Cette exigence, comme élu du territoire, avec d’autres, aux côtés, légitimement, de la présidente de LMCU, j’ai voulu la porter auprès de François-Henri Pinault. Dans l’affirmation que La Redoute doit continuer à vivre et qu’il lui faut un projet industriel, il ne peut y avoir aucune dissonance entre les élus ! C’est une nécessité de salut public.
  • Maintenant, l’actionnaire a tranché, il y a reprise et repreneur. Et il n’y a qu’une seule offre : il est donc impératif qu’elle réussisse ! Le temps syndical de la négociation est engagé et le temps de la construction économique se conduit en parallèle. En étant aux côtés des salariés ce matin, avec d’autres élus de Wattrelos, je m’inscris clairement à leurs côtés dans le rapport de force qu’ils veulent conduire avec cette manifestation, et je réaffirme ma position de maire et celle des élus de Wattrelos qui m’accompagnent :
    • tout faire pour qu’il y ait, au final, moins que les 1 178 suppressions d’emplois envisagées, ce qui peut supposer corriger les contours du projet économique des repreneurs ;
    • tout faire, et mobiliser tout ce qui peut l’être, au niveau social, et avec l’appui de l’actionnaire sortant, pour que les suppressions d’emplois ne soient pas autant de licenciements ; c’est possible, les syndicats en sont convaincus, moi aussi ;
    • tout faire pour que le pôle logistique reste à Wattrelos. C’est possible aussi, j’en suis convaincu. Entre des options plus longues à réaliser, des localisations éloignées, et des locaux proches, ma préférence est claire : les colis de La Redoute doivent pouvoir continuer à partir de Wattrelos !
    • enfin, tout faire pour obtenir, là aussi de l’actionnaire sortant, une réindustrialisation rapide des locaux délaissés. Je connais trop la lente agonie des friches, pour ne pas vouloir que très vite la réutilisation de ces hectares de bâtiments s’engage.

La Redoute est une enseigne nationale mais ici, c’est notre patrimoine. Comme politique, je serai solidaire de tout ce qui la préserve, de tout ce qui saura accompagner dignement les salariés. Comme maire, je défendrai plus que tout l’intérêt de Wattrelos car nous, ici, La Redoute on y tient, c’est chez nous ! Nous voulons qu’elle y reste !

 

C’est ce que je dirai à nouveau au Gouvernement dans la question orale que je poserai dans l'hémicycle jeudi 30 janvier matin au ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg.

 

Repost 0
Publié par Dominique Baert - dans Maire de Wattrelos
commenter cet article
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 06:41

assemble222Ce matin, le Journal Officiel m'apporte les réponses aux questions que j'avais posées :

  • à la ministre des affaires sociales et de la santé sur les récriminations et les critiques que formulent artisans et commerçants à l'égard du régime social des indépendants. Pour relire l'intégralité de mes questions et prendre connaissance de la réponse apportée, cliquez ici.
  • à la garde des sceaux, ministre de la justice, sur les difficultés ressenties par les personnels d'insertion et de probation dans le département du Nord. Pour relire l'intégralité de mes questions et prendre connaissance de la réponse apportée, cliquez ici.


Repost 0
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 11:49

Re-ception-naturalise-s-2013-copie-1.jpegAu début des années 2000, j’avais décidé de créer cette réception officielle dans les salons de l’Hôtel de ville pour mettre à l’honneur celles et ceux de nos concitoyens qui ont obtenu la nationalité française dans l’année écoulée.

 

Changer de nationalité n’est pas anodin. On naît avec une nationalité, soit par liens familiaux, soit par le lieu de naissance et donc, cela fait partie au sens figuré, de notre carte d’identité, de ce que chacun de nous est. Aussi, décider à 40, 50, parfois 60 ans et plus de changer de nationalité, c’est une mutation importante. Et devenir Français, c’est important car c’est accéder à des droits mais aussi à des devoirs.

 

Re-ception-naturalise-s-2013_2-copie-1.jpegVoilà pourquoi j’avais mis en place en son temps cette réception ; voilà pourquoi aussi, sans doute, nous avons été copiés, puisque l’Etat a décidé d’officialiser ce type de réception, devenue obligatoire, dans toutes les mairies de France et de Navarre !

 

Ce matin, avec les élus qui m’entourent, j’accueille donc dans « la maison de tous les citoyens de notre République, dans la salle des mariages », celles et ceux - je ne peux résister à l’image - qui se marient avec la France ! Plusieurs d’entre eux sont Wattrelosiens depuis longtemps, ils sont venus en France et en particulier à Wattrelos pour le travail ou par amour, parfois par hasard, et ils y ont trouvé l’amour d’une ville et d’un pays.

 

Ils et elles viennent du Portugal, d’Algérie (tel ce Monsieur qui habite Wattrelos depuis 44 ans !), du Maroc, d’Angleterre, de Russie (Irkoutsk, en Sibérie) ou… de Belgique (n’est-ce pas Michèle !), et tous ont « la même envie de vivre ici, la même volonté commune de faire société ».

 

Re-ception-naturalise-s-2013_3-copie-1.jpeg Re-ception-naturalise-s-2013_4-copie-1.jpeg Re-ception-naturalise-s-2013_5-copie-1.jpeg

 

Re-ception-naturalise-s-2013_6-copie-1.jpgComme je leur dis : « Vous avez choisi de devenir des Françaises et des Français pace que votre cœur vous le demandait ; vous avez bien fait de l’écouter » !

 

C’est en particulier le cas de l’une de mes conseillères municipales bien connues. présidente de l’association des cinq quartiers, née en Belgique, et qui vit (avec son Jean-Pierre !) à Wattrelos depuis si longtemps qu’elle est française par évidence. Si la cérémonie est courte, je vois cependant l’émotion dans ses yeux comme dans ceux de son mari au moment où je lui remets son livret de citoyenneté… Et sa poupée Berlouffe ! Car si on est Français, on reste surtout Wattrelosien… Et si une Berlouffe, c’est du vieux français, cette poupée leur rappellera à chacun à jamais qu’ils sont « jeunes Français » !

 

Pour lire mon allocution,  cliquer ici.


Repost 0
Publié par Dominique Baert - dans Maire de Wattrelos
commenter cet article
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 19:56

Galette rois 2014 4Les Wattrelosiens qui se pressent ce soir à l’Hôtel de ville, et entrent dans la salle des fêtes devant une galette géante d’un mètre de diamètre, se demandent sans doute, à la Molière, « mais que diantre suis-je venu faire devant cette galette » ?

 

En fait, comme chaque année, je les accueille, avec les responsables de l’Union des commerçants de Wattrelos, W’atout Commerce, pour deux raisons.

 

La première, pour que W’atout Commerce procède officiellement à la remise des lots de l’opération commerciale de fin d’année, « Décembre en fête ». 94 commerçants ont participé à l’opération, et dotés chacun d’un sapin et de 40 lots à offrir à leurs clients, ont pu ainsi faire remplir des bons de participation à un tirage au sort dont les gagnants viennent chercher leurs lots ce soir. Plus précisément, avec Eric Blaize (président de W’atout, boulanger de son état !), Sophie (du Jardin japonais) et Dominique (du Do Dan café), je participe à la remise des 10 premiers lots, et franchement nos commerçants ne se sont pas moqués de leurs clients : 1er prix : un voyage (gagné à la chevaline), 2e prix : un spa pour 2 (gagné chez Tif Fous à Beaulieu), 3e prix : une TV à écran plat…

 

Galette rois 2014 Galette rois 2014 2 Galette rois 2014 3

 

L’occasion pour les commerçants participants de rappeler que leurs clients, ils les aiment, ils apprécient leur fidélité, et ils ont besoin de celle-ci ! Mais aussi de dire que si les clients veulent conserver des commerçants près de chez eux, il faut qu’ils aillent chez ces commerçants ! Si pour l’heure, Wattrelos peut se féliciter d’avoir connu plus de créations d’entreprises en 2013 que de fermetures (80 en plus, pour 35 en moins), et pas mal de reprises de commerces par de jeunes femmes et hommes volontaires, nul ne peut oublier que le client est la plus belle des forces du commerçant.

 

Galette rois 2014 5La seconde raison, de la manifestation de ce soir, c’est la mise à l’honneur de la belle profession de boulanger-pâtissier par la dégustation partagée d’une galette géante ! Réalisée, à la frangipane, cette année par un boulanger du Sapin Vert (avec des galettes complémentaires à la pomme d’un autre boulanger de la rue Henri-Briffaut), la grande galette sera découpée, et dégustée, en présence de Claude Sohet, responsable des boulangers-pâtissiers du Nord.

 

Toutes les fèves de ce soir rappelleront, je l’espère, à chacun combien ce métier de boulanger-pâtissier est un métier difficile, aux horaires décalés, mais en même temps si agréable et utile dans nos quartiers. A l’image de Joe Dassin, nous avons tous en mémoire le moment où nous entrons dans la boutique chercher pains au chocolat, croissants ou pains croustillants que l’on sait délicieux rien qu’à l’odeur !

 

Bravo aux gagnants, aux reines et aux rois !

Repost 0
Publié par Dominique Baert - dans Maire de Wattrelos
commenter cet article