Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Lire, avec Luc Veroone, l'histoire de la Vieille place et de Pierre Catteau
    Arrivé à 18 mois à Wattrelos en 1955, (lorsque ses parents, roncquois d’origine, reprennent la pâtisserie Wagon au 75 rue Pierre Catteau), Luc Veroone a repris l’affaire familiale bien connue de la rue Pierre Catteau en 1985, et c’est l’histoire d’une...
  • Logement, SIA rue Jules-Guesde, ça se termine !
    Que de changements en un an ! L’été dernier, je visitais le chantier que la société SIA Habitat avait lancé au 136 rue Jules Guesde, sur le site de l’ancienne usine Dubar-Warneton. Il ne s’agissait à l’époque que de mouvements de terre, laissant toutefois...
  • Le foyer médicalisé accueillera ses pensionnaires en janvier 2018, enfin !
    Parmi les dossiers que j’ai voulu impulser quand je suis devenu maire en 2000, celui-là me tient particulièrement à cœur, et même s’il fut particulièrement long et complexe à faire aboutir, je ne boude pas ma satisfaction que l’ouverture de ce nouvel...
  • Le quartier du Touquet aura sa salle de sports à la rentrée !
    Elle sera prête à accueillir les sportifs fin septembre : la salle de sport du Touquet Saint-Gérard, rue de Boulogne, est en voie d’achèvement, et sa conception, boisée et colorée, est novatrice et agréable à l’œil. Sa construction a débuté au mois de...
  • Tourcoing-Beaulieu, ça y est, on ouvre !
    C’est le grand chantier de voirie 2016-2017 : la liaison Tourcoing-Beaulieu, dite Habitat-Travail, s’achève officiellement ce matin dans sa partie située la plus à l’est, c’est-à-dire à Beaulieu. J’ai le plaisir de procéder symboliquement, en compagnie...
  • Centres aérés 2017 : même pas peur !
    Les centres aérés, cela ne se raconte pas, cela se visite ! C’est ce que, comme chaque année, je fais ce matin en compagnie de mes collègues élus, notamment mon Adjointe en charge des activités périscolaires, Sylvie Zaïdi, qui fête ce jour son anniversaire...
  • 14 juillet : besoin de rien, envie de fête !
    Le 14 juillet à Wattrelos, c'est d'abord une belle fête populaire qui a trouvé son espace et son public depuis qu'elle s'est installée au cœur du parc urbain. Bravo à mon Adjointe aux Fêtes, Michèle, et aux services techniques et de police pour l'organisation,...
  • Au Congrès, Emmanuel Macron, en Chef de l'Etat !
    Volontiers lyrique et philosophique, en réunissant le Congrès à Versailles, le Président de la République a rempli son rôle de Chef de l’Etat : donner le cap ! Préciser les principes d’actions, et les méthodes. Il n’est pas le gouvernement du quotidien,...
  • Conseil municipal (2) : Un compte 2016 de belle tenue !
    Conforme au Compte de gestion du Comptable public, le Compte Administratif récapitule l’ensemble des dépenses et des recettes de l’année 2016 : il est en quelque sorte le « compte d’exploitation » de la ville de l’année écoulée. Et après la soudaine dégradation...
  • Conseil municipal (1) : Hommage à Simone Veil
    Ce vendredi 30 juin, à l’Hôtel de Ville se sont tenus deux Conseils municipaux, le premier étant destiné à la désignation des délégués supplémentaires en vue de l’élection des sénateurs le 24 septembre prochain. J’ai en revanche ouvert le second Conseil,...
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 11:42

Janvier 2017 marque une avancée très importante dans le dossier des pensions alimentaires impayées qui rendent la vie quotidienne très difficile pour nombre de parents séparés, dont une très grande majorité de femmes qui élèvent seules leurs enfants.

 

Depuis le 1er janvier 2017, l’Agence de recouvrement des impayés de pensions alimentaires (ARIPA) est en service. Placée auprès de la Caisse Nationale d’Allocations Familiales, cette agence s’appuiera sur les 22 Caisses d’Allocations Familiales et 300 agents spécialisés dans le recouvrement des impayés de  pensions alimentaires.

 

Dès le premier mois impayé, l’ARIPA, sur présentation du jugement fixant la pension alimentaire ou l’accord amiable homologué, versera directement au parent isolé le montant de la pension alimentaire non versé par l’ex-conjoint. L’Agence, elle, se chargera de recouvrer les sommes non versées, jusqu’à 24 mois d’impayés, auprès de l’ensemble des parents débiteurs, y compris par des saisies de salaires ou sur les comptes en banque.

 

Cette avancée est essentielle : en France, une famille sur cinq est monoparentale, à 85% composée de femmes assumant seules la charge de l’éducation des enfants. Dans 30 à 40% des cas, malheureusement, les pensions alimentaires à la charge de l’ex-conjoint sont totalement ou partiellement impayées.

 

Dès 2015, le gouvernement de Manuel Valls avait créé une Garantie contre les impayés de pensions alimentaires (GIPA) permettant aux Caisses d’allocations familiales de verser le complément d’allocation de soutien familial ( ASF) en cas de défaillance du débiteur, les CAF se chargeant de récupérer les montants dûs par les mauvais payeurs. Depuis fin 2014, grâce à cette garantie,  le taux de recouvrement des pensions alimentaires est passé de 43% à 59%.

 

Avec la création de l’ARIPA, c’est une nouvelle étape vers la fin des pensions alimentaires non payées qui est franchie. L’ensemble des services proposés par l’agence est accessible depuis le nouveau site internet www.pension-alimentaire.caf.fr ou à partir d’un numéro national unique (0821 22 22 22).

 

Cette avancée sociale est importante. Elle vient protéger les familles séparées, et surtout les femmes contre cette véritable « violence économique » que constitue le non-paiement par l’ex-conjoint de la pension alimentaire ! Permettre aux parents séparés de mieux faire respecter leurs droits, les accompagner sans passer par des procédures judiciaires longues et coûteuses, c’est autant de risques de précarité financière et de risques de conflits qui seront évités pour toutes ces mères et leurs enfants. Une mesure sociale juste…

Repost 0
Publié par Dominique Baert
commenter cet article
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 15:58

C’est entouré de Claude Bartolone, Président de l’Assemblée Nationale, et de Didier Guillaume, Président du Groupe socialiste au Sénat, que le Premier Ministre, Bernard Cazeneuve, a présenté ses vœux, ce mercredi soir, à sa majorité.

 

Evidemment, cette cérémonie traditionnelle se déroule dans le contexte des échéances électorales, lesquelles seront un moment fort pour le pays. Et, dans ce contexte, le Premier ministre tenait à adresser deux messages.

 

Le premier c’est que, dans ces moments, il faut savoir s’attacher à la réalité. Et quelle est la réalité des faits ? C’est que, lorsque la majorité est arrivée aux responsabilités en 2012, l’appareil productif français était dans un état calamiteux, l’investissement était en berne, on avait des comptes publics et sociaux où déficits et dettes explosaient, le commerce extérieur était dégradé, et la France avait réussi à se fâcher avec la plupart des pays.

 

Aujourd’hui, la Sécu est revenue à l’équilibre, le déficit de l’Etat est passé de 5,5 à 2,7 % du PIB, les marges des entreprises ont été reconstituées, les investissements repartent, le chômage diminue, notre diplomatie agit, on a recréé 60 000 postes dans l’Education Nationale et la formation des maîtres, recruté 9 000 emplois dans le renseignement et la police, face à la crise des réfugiés nous avons fait ce que nous devions faire, pour l’hébergement d’urgence on est passé de 80 000 places à 140 000 places, on a mis en place un plan contre l’exclusion…

 

Comme il l’a dit à la majorité cet après-midi lors des questions d’actualité, Bernard Cazeneuve a martelé : « Soyez fiers de ce que nous avons fait ! ». « Nous n’avons pas tout réussi, mais nous avons toutes les raisons d’être fiers de ce que nous avons accompli ».

 

Le second message est que, si nous voulons rassembler, « le rassemblement ne peut que se faire dans la sagesse », ce qui suppose des points d’équilibre autour desquels le rassemblement peut se faire.

 

« Nous sommes les héritiers des grandes conquêtes que la gauche n’a réussi à obtenir que lorsqu’elle s’est confrontée au réel. On ne rassemble pas son camp aux marges, mais au centre ! »

 

Et de conclure : « Je ferai tout pour que cet espoir soit possible ».

 

Repost 0
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 16:11

Lundi matin, très tôt, je suis l’invité de France Bleu Nord pour commenter les résultats du 1er tour de la Primaire. Sur le fond, ma conviction est faite depuis longtemps : pour le Parti socialiste voter sur sa gauche, et déporter le centre de gravité du Parti vers la gauche de la gauche, cela ne peut pas accroître les chances de gagner la Présidentielle : au contraire, ce serait renoncer à vouloir la gagner ! Et cela, je m’y refuse !

 

Voilà pourquoi, pour moi c’est clair : dans cette Primaire, Hamon c’est non, franchement non !

 

> Parce qu’Hamon fait l’impasse sur la Présidentielle de 2017

Il y a une gauche qui préfère râler que gérer, critiquer que gouverner. Cette gauche-là se complait dans l’opposition, Mélenchon en est l’exemple par nature ! Et pour cette gauche, il ne faut pas gagner l’élection, mieux vaut être dans l’opposition, c’est plus confortable ! On prend moins de coups !

Et c’est bien la trajectoire d’Hamon !

D’ailleurs, lui-même le reconnaît. Dimanche soir, à qui se compare-t-il ? Au travailliste anglais Jeremy Corbyn, et au démocrate américain, Bernie Sanders ! Deux perdants ! Ils ont tous deux fait donner un coup de barre à gauche à leur parti : résultat, la droite dure gouverne dans les deux pays, Theresa May en Grande-Bretagne, et Donald Trump aux Etats-Unis !

La belle réussite ! A se déporter à gauche, on ouvre un boulevard à la droite !

 

> Parce que le projet d’Hamon est un socialisme de l’illusion, de l’irresponsabilité et du délire

Benoît Hamon dit avoir deux projets, l’un social, l’autre écologique. Certes, mais quid de la question financière, quid de la question économique ? Pour sympathiques que soient ses utopies qui constitueraient certainement des références pour une Contribution au Congrès socialiste, et capables de faire rêver et mobiliser des militants avides (et ils ont raison) de changer la vie, elles ne sont en rien réalistes, ni au regard des équilibres économiques français, ni des réalités internationales ! Ses propositions ne sont que dépenses nouvelles, impôts nouveaux, charges nouvelles pour les entreprises et ménages français.

Supprimer le CICE ? Ce sont 40 Mds de charges en plus pour les entreprises, une dégradation de leur compétitivité, des pertes d’emplois rapidement. Dépenser et creuser les déficits publics, cela veut dire recommencer à endetter la France (alors que les Français, sous le quinquennat de François Hollande ont, par leurs efforts, enfin réussi à stopper la course folle de la dette ! Enfin elle diminue ! Et il faudrait tout remettre en cause ?).

 

Sait-il, Benoît Hamon, que la France emprunte encore chaque année 180 Mds € sur les marchés financiers pour se financer ? Aujourd’hui, grâce à la crédibilité de la politique menée, les taux d’intérêt payés par la France sont très faibles ! Si, avec Hamon, la France perd cette crédibilité en se lançant dans des dépenses inconsidérées, elle paiera plus cher l’argent qu’elle a besoin d’emprunter. Or, une augmentation de + 1 % des conditions d’emprunt, ce serait en deux ans, + 4 Mds € de dépenses d’intérêts en plus à payer pour le Budget de l’Etat ! Et + 1 %, c’est vite fait. Alors, comment va faire Hamon pour payer ces intérêts, il va encore augmenter les impôts ? Lui qui ne cesse de critiquer les banques, pourquoi préfère-t-il payer des intérêts aux banquiers plutôt que de donner de l’argent pour faire fonctionner les services publics, ouvrir des classes dans les écoles, payer des policiers ?

Et on ne peut qu’avoir peur lorsqu’il parle de ne pas rembourser les dettes : qui peut croire qu’une telle position va renforcer la crédibilité de la France ? Le projet d’Hamon va vite ramener la France au rang de la Grèce.

Il dit que « les vieilles recettes ne marchent plus » : sauf que les vieilles recettes, c’est lui !

 

> Parce qu’il ne sera que le « porteur d’eau » de Mélenchon

Encore une fois, se déporter vers la gauche de la gauche, c’est se résoudre à ne pas gagner la Présidentielle ! Car enfin, regardons la réalité en face : Mélenchon est à 13/15 % ; les enquêtes placent Hamon à 5/7 % ; ensemble cela avoisine les 20 % ! Comment fait-on avec ce « plafond de verre » de la gauche de la gauche pour atteindre 51 % et gagner la Présidentielle ?

A vrai dire, comme les communistes pour les vingt premières années de la Vème République avec les gaullistes (époque ou l’existence d’un fort parti communiste incapable de se hisser à plus de 50 % a permis à la Droite de se maintenir au pouvoir), Mélenchon est aujourd’hui le meilleur allié de Fillon ! Et Hamon risque de l’être avec lui ! Car dans la critique et la protestation, Mélenchon sera toujours meilleur qu’Hamon, lequel sera distancé par le premier.

Renforcer la gauche de la gauche, c’est renoncer à figurer au 2nd tour de la Présidentielle, et donc à la gagner !

Et cela, je ne l’accepte pas ! Maire d’une ville ouvrière, où des gens sont en souffrance, dans la pauvreté, je n’ai pas envie qu’ils souffrent demain davantage encore : moins de fonctionnaires, moins d’hôpitaux, moins d’enseignants, moins de dotations aux collectivités locales, moins de contrats aidés… moins de moyens pour permettre à ceux qui ont peu de vivre mieux, c’est cela le programme Fillon ! Renforcer Mélenchon, c’est permettre à Fillon de gagner l’élection présidentielle et d’appliquer son programme de purge.

 

> Enfin, parce que dans les grands rendez-vous du quinquennat, Hamon n’a pas été là !

Moi, je suis un député de la majorité, fidèle et loyal au Président et à ses gouvernements, pour qui j’ai été candidat ! Mais je garde de cette législature le pire de mes souvenirs politiques : avoir été trahi par les nôtres ; par ces « frondeurs » qui, de nos rangs, ont refusé les votes de la majorité, n’ont cessé de désobéir, de s’abstenir, parfois de voter contre, de ne pas respecter les règles de la majorité tout simplement ! Leur comportement a été de l’irresponsabilité politique. Benoît Hamon a souvent été de ceux-là, ses amis toujours !

Et c’est inacceptable. Car ce sont ces comportements-là qui ont pourri la vie du quinquennat, qui ont savonné la planche de François Hollande et des socialistes en général, qui ont entaché la crédibilité de l’action gouvernementale. Quand, dès qu’une mesure est annoncée, des députés socialistes se précipitent devant les caméras pour la critiquer, comment veut-on que l’opinion publique la positive ? L’électeur de gauche s’est trouvé perdu devant ces discours contradictoires, qui étaient du pain bénit pour l’opposition ! Quand ces députés, dans l’hémicycle, quémandaient des voix de la Droite, ou ajoutaient les leurs à la Droite pour faire battre le gouvernement, c’était à vomir !

Sauf qu’Hamon a souvent été de ceux-là ! Ses amis toujours. Ainsi, en 2014, il s’abstient sur la déclaration  de politique générale du gouvernement Valls ; il s'abstient sur le volet recettes de la Loi de Finances pour 2015, sur la Loi de Finances 2015 elle-même et celle de la Sécurité Sociale (ce qu’il votera en revanche en 2016 et 2017). Il vote en revanche la Loi de Finances pour 2016, mais s’abstient sur celle de 2017 : comprenne qui pourra !

 

Sur la sécurité des Français, c’est consternant : il n’a pas participé aux votes sur la prolongation de l’Etat d’urgence, ni en février, juillet et décembre 2016 ! Il a voté contre la Loi Constitutionnelle de protection de la nation (février 2016), et s’abstient sur la Loi renforçant la lutte contre le crime organisé et le terrorisme (mars 2016) !

Et dans le contexte d’aujourd’hui, de tensions internationales et de terrorisme environnant, Benoît Hamon prétend être candidat à la Présidence de la République ? Non, ce n’est pas possible !

 

En ce début 2017, j’ai peur pour mon pays : avec le Pen, c’est la rupture de la cohésion sociale et le chaos économique ; avec Fillon, la purge sociale ; avec Mélenchon, l’impuissance sociale et le naufrage économique. Le camp du Progrès ne peut se résoudre à aucune de ces perspectives pour la France.

 

Rien n’est encore joué ; dans le match « présidentielles », on n’est pas encore dans la finale, ni dans la demi-finale ; heureusement, mais dès maintenant, il ne faut pas se tromper de chemin, sinon ce sera l’impasse ! Pour moi, c’est clair, Hamon, c’est non !

Repost 0
Publié par Dominique Baert - dans Maire de Wattrelos
commenter cet article
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 11:16

Ce lundi 23 janvier, je suis l'invité de France Bleu matin pour commenter les résultats de la primaire de la Gauche :

Repost 0
Publié par Dominique Baert - dans Maire de Wattrelos
commenter cet article
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 11:42
Gala Nord Sud : de l'émotion et du talent !

Malheureusement, pour cause de tenue de Bureau de vote pour les Primaires de la Gauche, je n’ai pas pu être présent autant que je l’aurais voulu au gala traditionnel de janvier de l’association Nord Sud, où, outre ses chanteuses et chanteurs, se sont produits la troupe de danse Alletheïa (ph. ci-dessous), le ventriloque Jean-Mi, et l’humoriste Valentin. Mais j’y suis cependant passé plus d’une heure et ce ne fut que plaisir !

Gala Nord Sud : de l'émotion et du talent !
Gala Nord Sud : de l'émotion et du talent !

Que ce soit en anglais, en rythme ou en slow, Pascal et ses « filles » auront ravi le public. Quand j’arrive, pour la 2ème partie, déjà, je suis dans l’ambiance que j’aime : les années 60 et 70 ! Et nous voilà dans la « nouvelle vague », « donne-moi ma chance (encore) », « c’est ma fête »,… puis un clin d’œil à Richard Anthony, dont chacun connaît les refrains : « la terre promise », « combien de routes », « amoureux de ma femme », « Sunny », « reviens-moi, je t’en supplie »…

 

Et voilà ensuite, qu’avec Petula, « la nuit n’en finit plus, et j’attends que quelque chose vienne,… je ne sais quoi » !

Gala Nord Sud : de l'émotion et du talent !
Gala Nord Sud : de l'émotion et du talent !

Valentin, en habit sacerdotal, nous invite ensuite à une cérémonie funéraire particulière avant crémation, une « funeste journée » pour Louis, « jovial sexagénaire » et « fringuant agriculteur », mais qui était « sourd comme un pot », bien qu’il s’appelât… Louis ! Avec en guise de sermon, un serment : « jamais sur sa croix notre Seigneur ne baissera les bras ! ». Sketch hilarant, donc, et le public rit de bon cœur.

Gala Nord Sud : de l'émotion et du talent !

Emotion et tendresse ensuite avec la voix, magnifique, de Chloé, récente vainqueur du concours de chant, qui interprète la chanson de Lara Fabian « Pas sans toi » : « Sèche tes pleurs/Le temps nous attendra/ Nous nous sommes perdus dans tout ça/Il n’y a plus de raisons d’avoir peur, je crois/Je t’aime encore si fort », car « Pas sans toi/Ce serait comme renier ma vie »…

Gala Nord Sud : de l'émotion et du talent !

L’émotion encore, mais avec l’humour avec Jean-Mi et son sympathique Charlie, qui veut nous raconter « le corbeau et le renard »  de Jean Du Ruisseau (si, si !), avant de chanter, sous les applaudissements du public, un toujours enthousiasment « petit bonhomme en mousse »…

Gala Nord Sud : de l'émotion et du talent !

Je n’ai pu en voir davantage, mais celles et ceux qui ont pu y assister, auront passé un bon moment, c’est certain !

Repost 0
Publié par Dominique Baert - dans Maire de Wattrelos
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 09:41
Voeux aux entreprises

 

Traditionnelle cérémonie le 3ème jeudi de janvier, la réception de présentation des vœux aux forces économiques et sociales de Wattrelos. Je reçois en effet, avec mes élus en charge des questions économiques, les principaux chefs d’entreprise de la ville, les responsables bancaires et des organismes qui œuvrent sur les questions d’emploi et de formation. Et Wattrelos a besoin d’entreprises, de salariés et de nouveaux emplois créés : alors je souhaite à toutes les entreprises, aux investisseurs, et à leur salariés une bonne année 2017 pour leurs activités et leurs personnes.

 

J’ai d’abord rappelé le contexte international, sur le plan économique, avant d’évoquer Wattrelos, mes inquiétudes et surtout, une ville qui se bat, bouge et investit, en mobilisant ses partenaires (MEL, Département, Etat, Région).

 

Voeux aux entreprises

L’emploi et la création d’emplois, ce sont, j’en suis certain, les vœux partagés pour 2017 des chefs d’entreprise et de la municipalité. Bien sûr, Wattrelos enregistre avec satisfaction que le chômage y ait diminué ces deux dernières années.

 

Entre Sept 2014 et Sept 2016, il passe de 3170 à 3037 (-133, soit - 4,2 %) L’évolution du nombre de demandeurs d’emploi sur cette période est plus favorable à Wattrelos que dans nombre de villes alentour. Sur la MEL la hausse est de + 0,3 %, mais de + 0,6 % à Halluin,
+ 1,7 % à Tourcoing, + 2,1 % à Roubaix, + 6,2 % à Villeneuve d’Ascq, + 7,1 % à Wasquehal, + 7,9 % à Armentières. Sur l’ensemble du Bassin d’emploi de Roubaix/Tourcoing/Vallée de la Lys, il y aura eu une quasi-stabilité, puisque le nombre est passé de 32 855 à 32 880 (soit + 0,1 %).

 

A Wattrelos, la baisse aura surtout concerné les jeunes : 794 demandeurs d’emploi de moins de 25 ans fin septembre 2016, au lieu de 909 en 2014 (soit une diminution de - 12,6 %, 2 fois plus forte que sur la MEL où la baisse aura été de - 6,1 %).

 

Mais le « stock » de chômeurs de longue durée est une préoccupation. En effet, il n’a pas diminué, il a augmenté : de 2 409 à 2 439, pour les demandeurs d’emploi de plus d’un an, de 1 469 à 1 510, pour les plus de deux ans, soit + 2,8 %. C’est certes une hausse 4 fois moindre que sur la MEL (+ 11,1 %), mais à près de 50 % (49,7 %) de demandeurs d’emploi au chômage depuis plus de deux ans, la situation est préoccupante.

 

Voilà pourquoi, avec les forces économiques de la ville, nous devons continuer de porter une stratégie favorable à l’emploi. Depuis 15 ans, notre stratégie repose sur 5 lignes de force : l’amélioration des infrastructures routières ; l’ouverture de parcs d’activités ; le traitement des friches industrielles ; le maintien d’un cadre de vie qui contribue à l’attractivité de Wattrelos (environnement), et à une vie facilitée (services publics de proximité) ; la modération fiscale (aucune augmentation de la fiscalité locale depuis 8 ans !).

 

Pour 2017, sur le plan économique, Wattrelos pourra se renforcer de quelques gros projets : la reconversion du site de la Redoute (remplacé par une plate-forme logistique de 100 000 m²) ; la réorientation du projet de la Lainière ; la reconversion du bâtiment Atlas (boulevard des Couteaux) qui, porté par l’investisseur Fonciariane (cf. photo de M. Bonnière) va devenir un superbe centre commercial avec notamment une large salle de sports Basic Fit ; l’arrivée de nouvelles enseignes sur l’éco-parc du Sartel.


 

Voeux aux entreprises

Sans oublier au Winhoute l’inauguration en 2016 de MBC, l’installation à la Martinoire de Recyclage Moderne, Nord Toitures et Flandres Désamiantage, et au Beck de Métal Passion et l’investissement de Jade.

 

En conclusion, j’ai rappelé la métaphore du colibri de Pierre Rhabi, invitant chacun à faire « sa part » dans la lutte contre le chômage.

Repost 0
Publié par Dominique Baert
commenter cet article
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 14:48
Des voeux qui font plaisir : "Ne change rien !"

L’exercice est évidemment contemporain du début d’année, et recevoir des cartes de vœux, c’est agréable. Je n’aime pas celle de personnalités ou d’élus qui vous envoient une carte sans un mot, et qui ne prennent même pas la peine de signer : heureusement, ils sont très peu nombreux. Plus nombreux sont ceux qui ne mettent qu’une signature. Mais très nombreux, et c’est bien, sont ceux qui, comme moi, pour chacun, mettent une phrase (ou plusieurs) pour personnaliser ces vœux et les rendre plus conviviaux, plus humains. Et certaines cartes font particulièrement plaisir. Ce matin, je viens de recevoir celle de mon « vieux complice » (ce n’est pas une question d’âge – il m’en voudrait ! – mais d’amitié et de fidélité), Christian Eckert, Secrétaire d’Etat chargé du Budget et des Comptes Publics.

 

Lui et moi avons connu des législatures et des combats en commun, des réunions, des jours, des nuits en Commission et dans l’hémicycle, et lors de mon accident, comme quelques élus dont je suis proche (F. Hollande, M. Valls, B. Cazeneuve, P. Moscovici, M. Touraine, B. Le Roux), il a été présent sur mon portable pour prendre régulièrement de mes nouvelles.

 

Aussi, lui qui a tant de choses à faire, lui qui fait un énorme boulot pour redresser et gérer les comptes de la France, aura pris la peine de m’écrire des mots qui sonnent vrai et l’humain : j’apprécie. « Ne change rien » m’écrit Christian ; qu’il se rassure, jamais je ne renoncerai à être moi-même, et à porter les valeurs qui m’animent depuis l’adolescence, puisées dans le creuset familial et dans un cœur où l’humain sera toujours la valeur première !

Des voeux qui font plaisir : "Ne change rien !"
Repost 0
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 09:34
Wattrelos installe ses Conseils citoyens

C’était un engagement électoral et un article de la loi de programmation sur la ville de février 2014 (dont j’ai été l’un des co-rapporteurs) : la ville de Wattrelos a installé ce mercredi 18 janvier en soirée ses deux Conseils citoyens pour les Villas et Beaulieu, en présence de Sophie Elizeon, Préfète à l’égalité des chances.

 

La politique de la Ville (dont plusieurs nordistes en furent  le Ministre, avec M Delebarre en 1991 qui en fut le premier ministre, J.L Borloo au milieu des années 2000, et P. Kanner qui en est  l’actuel) a pour objectif de mobiliser des moyens financiers de plusieurs partenaires (Etat, ville, intercommunalité, Région, bailleurs, CDC) sur des quartiers qui en ont besoin, et s’est structurée dans les années 2000 avec la création de l’ANRU, Agence Nationale de Renouvellement Urbain. C’est avec elle que Wattrelos a pu conduire la rénovation de Beaulieu (2004-2014).

 

La loi de février 2014 a refondé la politique de la ville : les quartiers prioritaires ont changé (ils sont 1514 quartiers dans 763 communes) ; le contrat ville est devenu intercommunal ; le plan ANRU 2 a été lancé ; la loi a créé les Conseils citoyens (il y en avait 350 en 2015, 856 en 2016). A Wattrelos, deux Conseils ont été créés, un pour chacun des QPV : les Villas et Beaulieu.

 

Wattrelos installe ses Conseils citoyens

Qui sont les conseillers citoyens ? Des hommes et des femmes qui s’engagent pour leur quartier. Le Conseil citoyen n’est pas un Conseil municipal bis, non plus qu’une remise en cause du suffrage universel, cœur de la démocratie. En revanche, les Conseil citoyens sont un espace d’expression des habitants et des usagers des services ; ils contribueront à dégager une vision commune pour un projet territorial : évidemment à Wattrelos, les deux projets sont différents. Aux Villas, oui c’est un projet à dessiner, à imaginer. A Beaulieu, la rénovation des bâtiments est terminée, mais il reste à faire vivre l’humain : ce sera l’une des taches du Conseil citoyen. Instance de dialogue, ces Conseils assureront une co construction des contrats de ville.

 

Alors qui sont-ils les Conseils ? 18 personnes pour Beaulieu (10 habitants + 8 acteurs locaux) ; 15 aux Villas (11habitants + 4 acteurs). Ils travailleront avec l’accompagnement de l’association « Hors Cadre », et entreront bientôt dans le concret. Le 4 février, leurs membres participeront aux assises des Conseils citoyens à la MEL.

 

Enfin, pourquoi les créer maintenant ici ? Parce qu’avant, cela n’avait pas de sens, cela n’était pas mur. Pour les Villas, le « protocole de préfiguration » (avec l’ANRU) vient à peine d’être signé en décembre (2 ans de travail !), la préparation de la convention financière va commencer, le temps du projet, des aménagements  va enfin, pouvoir s’engager. Pour Beaulieu, la convention précédente a fini fin 2015. Les Conseils citoyens peuvent maintenant se mettre en place, et travailler. Et ses membres seront ainsi acteurs de leur propre vie, de leur quartier, de l’avenir de la ville.

 

 

Wattrelos installe ses Conseils citoyens

A la fin de la manifestation, Mme la Préfète  a signé l’arrêté préfectoral officiel de création, et de nomination des deux Conseils citoyens.

Repost 0
Publié par Dominique Baert
commenter cet article
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 14:21

Le sérieux dans la gestion budgétaire permet cette année encore de poursuivre le rétablissement des comptes publics, tout en assurant le financement des priorités du Gouvernement, notamment l’éducation, la sécurité des Français et l’emploi.

 

En 2016, le déficit budgétaire de l’État s’établit ainsi à 68,9 Mds €, en baisse de 1,5 Md € par rapport à 2015, atteignant son niveau le plus bas depuis 2008 ! Le déficit budgétaire est moins élevé que celui prévu par la loi de finances initiale pour 2016 (72,3 Mds €), et que celui de la loi de finances rectificative présentée en novembre 2016 (69,9 Mds €).

 

L’État a tenu son objectif de dépenses, tout en étant réactif pour prendre en charge les besoins prioritaires apparus en cours d’année (politique de l’emploi, soutien aux agriculteurs notamment) ainsi que les aléas normaux de la gestion. Grâce aux économies sur lesquelles le Gouvernement s'était engagé et qui ont été réalisées, les dépenses du budget général hors charge de la dette et pensions ont diminué de 2,7 Mds € par rapport à 2015 à 294,8 Md€, ce qui porte le total de la baisse à 6,3 Mds € depuis 2012 à périmètre constant. Les dépenses totales du budget général ont baissé de 2,9 Mds € par rapport à 2015, et de 7,4 Mds € depuis 2012.

 

Par ailleurs, les recettes totales de l’État (recettes fiscales, recettes non fiscales et solde des comptes spéciaux retraité de l’opération de recapitalisation de l’Agence française de développement) sont globalement en ligne avec le niveau de la loi de finances initiale.

 

Ces résultats confortent la prévision du Gouvernement d’un déficit de l’ensemble des administrations publiques de 3,3 % du PIB en 2016 et renforcent la crédibilité du passage en dessous de 3% en 2017 !

Repost 0
Publié par Dominique Baert
commenter cet article
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 13:26
PTS, la réponse de la Ministre !

Dès juin 2016, j’étais intervenu auprès de Myriam El Khomri, Ministre du Travail, pour évoquer la mise en œuvre de la Prime transitoire de solidarité, et la préoccupation spécifique des demandeurs d’emploi « seniors ».

 

Ce mardi matin, je viens de recevoir une réponse de la Ministre qui, si elle n’envisage pas d’élargir le dispositif de PTS, rappelle néanmoins les autres dispositifs qui ont été mis en place à destination des chômeurs âgés, et notamment l’élargissement de l’enveloppe de contrats aidés qui permet une durée de 5 ans pour les plus de 50 ans, et jusqu’au terme de la carrière pour les plus de 58 ans.

 

Pour lire mon courrier, cliquer ci-dessous :

Pour lire la réponse de la Ministre, cliquer ci-dessous :

Repost 0