Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est député de la 8e circonscription du Nord et maire de Wattrelos
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Non je n'ai pas changé : je suis pour le sérieux économique et le progrès social
    Non, je n’ai pas changé ! Je suis socialiste, je le reste, et le resterai ma vie durant ! Mais je suis pour le sérieux économique et le progrès social. Je ne suis pas pour un socialisme des illusions et du chaos. Je suis pour qu’on dise la vérité aux...
  • Agents municipaux : 55 médaillés !
    Après un (trop rapide) passage à l’Assemblée générale des Amis de la Lainière, avec nombre d’adjoints je participe à 10 h 30 au CSE à la cérémonie de remise des médailles du travail aux agents municipaux qui ont 20, 30 ou 35 années de carrière. Ils sont...
  • Hamon : premiers choix, premières erreurs
    Je ne crois pas à la capacité politique de Benoît Hamon d’être présent au second tour de l’élection présidentielle. Sa stratégie politique, orientée vers la gauche de la gauche, est une erreur, qui l’enferme dans une équation de l’impossible au 1er tour...
  • Budget MEL 2017, je le soutiens !
    Ce vendredi 10 février, après l'intégration de la Communauté de communes des Weppes et la prise de compétences, notamment voirie, au Département, la MEL votait son Budget 2017. Président de la Commission des Finances de la MEL, je suis intervenu dans...
  • Budget 2017, pas plus d'impôts mais davantage d'investissements !
    Le Conseil municipal de Wattrelos s'est réuni ce jeudi soir (veille du vote de celui de la MEL) pour voter son Budget. L'ordre du jour était même particulièrement copieux puisqu'outre le Budget, le Conseil municipal se prononçait sur un très gros dossier...
  • Mon premier "patron", en politique, est décédé
    Juste après la fin de mes études à Sciences Po, c’était l’été 1981, et passant des concours administratifs dont j’attendais les résultats, j’ai souhaité collaborer au travail d’un parlementaire socialiste. C’est ainsi que j’ai été présenté à Jacques Moreau,...
  • Primaires (2) : Hamon c'était non, ça reste non !
    Que ce soit dans mes fonctions ou comme homme, j’ai l’habitude de dire ce que je pense. Et dans ma vie politique, j’ai au plus profond de moi une obsession, celle de défendre l’intérêt de ma ville Wattrelos et de mes concitoyens, et l’intérêt de mon pays....
  • Emploi régional, ça va mieux dans les Hauts-de-France !
    Pôle Emploi établit chaque trimestre la statistique des reprises d’emploi dans notre région des Hauts-de-France. Les chiffres du 3ème trimestre 2016, qui viennent d’être publiés, sont particulièrement encourageants. Ils sont même clairement bons. En effet...
  • Primaires (1) : Wattrelos vote Valls, merci Wattrelos !
    Le second tour de la primaire vient d’avoir lieu. Les résultats du second tour étaient inscrits dans ceux du premier, et dans les ralliements d’entre-deux tours. La victoire nationale de Benoît Hamon, pour nette qu’elle soit, à 58 % contre 42 %, m’attriste...
  • Vers la fin des pensions alimentaires non payées !
    Janvier 2017 marque une avancée très importante dans le dossier des pensions alimentaires impayées qui rendent la vie quotidienne très difficile pour nombre de parents séparés, dont une très grande majorité de femmes qui élèvent seules leurs enfants....
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 14:35

Il y a quelques mois, le Bureau de la commission des finances de l'Assemblée nationale a demandé à chaque rapporteur spécial de dresser un bilan de trois ans de « mesure de la performance » en mode LOLF (loi organique relative aux lois de finances).

 

Ce travail donnera lieu à publication d'un rapport d'information rassemblant l'ensemble des contributions des rapporteurs spéciaux.

 

Comme je suis rapporteur spécial sur les engagements financiers de l'Etat, j'ai donc à apporter ma contribution à ce travail en analysant donc les rapports annuels de performance relatifs à ces engagements financiers de l'Etat fournis par le Gouvernement.

 

Il s'agit d'analyser la pertinence des indicateurs mis en place par la Direction générale du Trésor et la Politique économique, mais aussi des objectifs fixés et de leur réalisation ou non-réalisation.

 

C'est cette contribution que j'ai finalisée ce week-end et que vous pourrez lire, si cela vous intéresse, en cliquant ici.

 

 

 

Repost 0
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 23:58
Chacun sait maintenant ce que furent les subprimes : la crise financière, puis bancaire, puis économique et maintenant sociale qu'a déclenché, au niveau mondial, le dérèglement de ce mécanisme, nous le rappelle cruellement, si besoin est. Et le monde n'a pas encore fini d'en payer le prix !

Pourtant, le système financier se met à redouter une autre crise, dont la puissance est ignorée mais terriblement crainte, car cette fois ce ne sont pas que des banques qui risquent d'être touchées mais des entreprises : et elles risquent bien de tomber en cascade… avec leurs emplois avec elles !


C'est une vraie bombe à retardement qui menace. Et dont, semble-t-il, le mécanisme de déclenchement s'est mis en route. Signe peut-être avant-coureur, l'annonce, la semaine dernière, de la perte de 250 millions € du fonds d'investissement, PAI Partners (majoritaire au capital du fabricant de tuiles Monier) a mis le milieu financier en émoi.


De quoi s'agit-il ? De la facture des rachats d'entreprises à crédit, autrement dit des LBO.

Qu'est-ce qu'un LBO (leverage buy-out) ? C'est un montage financier qui permet le rachat d'une société en général non cotée, grâce à un effet de levier : les acheteurs ne paient qu'une fraction du prix de la société, le solde étant assuré par le recours à l'emprunt. Et c'est ensuite grâce aux bénéfices de la société rachetée que l'emprunteur rembourse la dette ! En 2006 et 2007 (période d'euphorie du marché), ils ont eu recours massivement à la dette (jusqu'à 90% de la valeur de l'entreprise rachetée !). L'idée était simple : mise minimale et retour maximum garantis ! En période de bas taux d'intérêt et de forte croissance, c'était un beau rendement !


Et c'est là qu'est le problème ! Que se passe-t-il quand la société achetée ne dégage plus assez de bénéfices pour rembourser les emprunts, ou pis, quand elle fait des pertes ?


Or, c'est bien ce qui se passe. Depuis l'automne 2008, les fonds de LBO accumulent les revers en raison de montages financiers à l'origine trop tendus ! Nous ne sommes plus en croissance. L'effet de levier joue dans le sens inverse. Et les montages sophistiqués implosent. Les fonds ne savent plus payer leurs dettes et les cèdent à leurs créanciers… et au final le système bancaire risque bien de se retrouver avec une ardoise supplémentaire.


Mais sait-on que des entreprises telles qu'Afflelou, Atos, Cegelec, Nocibé, Picard Surgelés… sont détenues par un fonds d'investissement, lui-même investisseur par LBO ? Aujourd'hui 5 000 entreprises, employant plus d'1,6 million de salariés, sont détenues ou accompagnées par de tels fonds. On mesure donc à nouveau les risques sur le tissu économique et sur l'emploi qu'un domino financier pourrait provoquer…


L'agence de notation Standard & Poor's explique ainsi qu'aujourd'hui en Europe, 79 % des situations de défaut de paiement des grandes entreprises concernent des sociétés sous LBO !

Voilà qui n'est pas rassurant, surtout quand on lit un analyste financier déclarer la semaine dernière : "Les conséquences de la crise sur le LBO sont encore devant nous"… Je redoute qu'il n'ait raison car rien dans les prévisions de récession, ni dans l'insuffisante consolidation des systèmes bancaires ne donne à penser que la vague puisse être endiguée ! Les gouvernements devraient s'en soucier, et d'urgence !


Car sinon, il est à craindre que l'été ne soit – financièrement – à nouveau chaud. Et que l'économie casino n'ait pas encore fini de faire des dégâts…


Repost 0
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 01:44
En une semaine, plusieurs batteries de chiffres ont été publiées sur l'emploi, et malheureusement, tous vont dans le même sens : celui d'une dégradation terrible de la situation de l'emploi en France.


Ainsi, l'INSEE vient dede souligner que le taux de chômage a fait un bond brutal au 1er trimestre 2009 (+ 1,1 %)ient . En 3 mois, le nombre de destructions nettes d'emplois salariés a été aussi élevé que sur toute l'année 2008, confirmant la vive remontée du taux de chômage amorcée fin 2008 (il a atteint 8,7 % de la population active, contre 7,6 % au 4e trimestre 2008). L'INSEE souligne que la France n'a pas connu d'augmentation d'une telle ampleur en un seul trimestre depuis le début de l'année 1975 (date de démarrage de la série statistique) !


D'après le BIT (Bureau international du travail), à la fin du 1er trimestre 2009, il y aurait 2,5 millions de chômeurs ; dont 634 000 jeunes de moins de 25 ans (soit un taux en hausse très rapide : 22,7 %, + 2,4 points !).


Si les fins de CDD et d'intérim représentent plus du tiers des inscriptions à Pôle Emploi, plans sociaux et licenciements économiques pèsent sur les chiffres. Le Gouvernement anticipe une récession plus forte en 2009 qu'en 1993 et 1975. Le taux de chômage pourrait passer à 9,6 % en 2009 et 10,7 % en 2010 !


Il est clair que l'emploi salarié s'est effondré au 1er trimestre 2009 : la France a perdu 187 000 emplois salariés en 3 mois (- 1 % sur le trimestre précédent, soit - 1,9 % sur un an).


L'ACOSS (Agence centrale des organismes de Sécurité sociale) constate ainsi une diminution de 2,2 % de la masse salariale. "C'est le plus bas depuis que les données existent, soit depuis 1970", déclare un analyste.


La chute de l'emploi salarié au 1er trimestre 2009 représente donc plus de 60 % de celle, déjà importante, du 4e trimestre 2008 (- 106 800 postes) ! La dégringolade est nette dans l'industrie : -14 500 emplois au 3e trimestre 2008 ; - 30 600 au 4e trimestre 2008 ; - 53 100 emplois au 1er trimestre 2009. Cela se confirme dans la production industrielle : au mois d'avril 2009, elle a encore reculé de 1,4 % (après - 1,7 % en mars), soit - 20 % en un an !


L'Unedic confirme, elle aussi, cette tendance dans ses chiffres. Elle ne cesse, depuis des mois, d'assombrir les perspectives de chômage. Elle prévoit désormais 639 000 chômeurs de plus en France en 2009 et une destruction nette de – 591 000 emplois salariés en 2009 (et encore – 133 000 emplois détruits en 2010).


Du coup, l'Unedic devrait accuser un déficit annuel de 1,3 Md€, soit un déficit cumulé de - 6,3 Mds€ fin 2009… mais de - 10,9 Mds€ fin 2010 ! Ce qui immanquablement va conduire les gestionnaires de l'Unedic à chercher les moyens de financements de ces besoins financiers… Va-t-on vers une nouvelle hausse des cotisations ? Ou, pire encore, vers une réduction des indemnisations des demandeurs d'emploi ?


Alors que l'Etat réfléchit à réduire son déficit (- 100 Mds€ !), que la Sécurité sociale s'enfonce (-20 Mds€ !), il y a là une nouvelle crise financière qui menace. Avec, au bout, quels risques ? Sans doute de nouveaux prélèvements ! Déjà, je suis prêt à parier que le Gouvernement va augmenter les franchises médicales dès cet été !


A l'automne, je crains bien que les difficultés sociales et difficultés financières de bon nombre de Français, et notamment de mes concitoyens, se seront accrues !


Voilà pourquoi il est urgent, plus qu'urgent que le Gouvernement corrige sa politique économique et sociale : avec une relance plus dynamique, plus efficace ; plus de soutien aux plus modestes, et à ceux qui consomment ; moins d'injustice, avec la suppression urgente du bouclier fiscal…


C'est ce que je dirai, dans deux semaines, dans l'hémicycle, lors du débat d'orientations budgétaires.



 

Repost 0
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 19:56

Même si la nuit fut (très) courte, je tiens à être présent à l'Assemblée nationale ce matin dès 9 heures pour accueillir mon député junior (et sa maman) qui vient participer au 15e Parlement des Enfants. C'est pour moi une question de principe, d'éthique même, c'est mon devoir d'élu d'être là. Depuis que je suis député, je n'en ai jamais manqué un seul !

Ça aide, pour le jeune comme pour sa maman, de rencontrer dans toute cette marée humaine (577 députés junior, et un de ses parents, qui viennent de toute la France !), un visage connu. C'est, j'estime, aussi mon rôle de les guider, de leur expliquer le déroulement de la journée, de leur montrer les petits et les grands secrets de l'Assemblée.














Et cette année, une raison de plus – s'il en fallait une – d'être là : Wattrelos envoie siéger dans l'hémicycle cet après-midi deux de ses jeunes : Mathieu Magalhaes, de l'école Lakanal, qui représentera la 8e circonscription (la mienne) ; Nedjma Tiatouchine, de l'école Pierre Curie, qui représente la 7e circonscription (celle de Francis Vercamer). Comme mon collègue n'est pas là, je m'occupe des deux députés junior et de leurs mamans (Doriane et Bakta, respectivement), et les emmène dans l'hémicycle.


Mathieu et Nedjma, qui ne se connaissaient pas, sympathisent très vite… en bons Wattrelosiens qu'ils sont ! Je leur offre quelques petits souvenirs et les voilà, chacun leur tour, à la tribune !














Ils n'ont pas belle allure ? Puis je les installe en salle de commission où, spontanément, ils s'installent tous les deux au premier rang ! Ça promet. Je crois que Wattrelos va être bien représentée dans l'heure et demie de débats qu'ils vont avoir pour examiner les trois propositions de lois qui leur sont soumises !

Comme des grands, je vous dis !

Quant à moi, je rejoins les mamans pour leur faire la visite des lieux (après – chut ! – un café à la buvette), et goûter leur émerveillement devant la bibliothèque. Un beau moment pour elles, je pense. Un super moment pour les enfants et pour moi ! Mais il me faut partir car cet après-midi, à l'Hôtel de ville de Wattrelos, je marie ! C'est cela aussi la République…


Repost 0
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 21:32














Arrivé hier soir dans la nuit, je suis aujourd'hui à Bucarest, au Palais du Parlement, pour la 33e assemblée générale de l'Assemblée parlementaire de la coopération économique de la mer noire. J'y représente l'Assemblée nationale, aux côtés de mon collègue Alain GOURNAC (UMP) sénateur, qui représente le Sénat (photo ci-dessus).

Cette assemblée, qui réunit les Parlements des pays de la mer noire, compte en effet la France parmi les observateurs.


La conférence s'ouvre, sous haute sécurité, sous la présidence de Roberta Alma ANASTASE, présidente de la chambre des députés du parlement de la Roumanie (que je salue au nom de l'Assemblée nationale - photo ci-contre), et réunit la Russie, la Biélorussie, l'Ukraine, l'Azerbaïdjan, la Serbie, la Moldavie, la Turquie, la Roumanie, la Géorgie, la Grèce.


La Synergie Mer Noire est au cœur des discussions. Cette initiative, prise lors d'une réunion entre l'Union européenne et l'Organisation économique de la Mer noire le 14 février 2008 (à laquelle la France était représentée au niveau ministériel) est la traduction de l'intérêt porté par l'Union européenne à cette région voisine de l'Europe.


C'est qu'elle est importante, tant elle concentre d'intérêts : économiques (voies de transport, notamment d'hydrocarbures depuis la mer caspienne) ; stratégiques (conflits gelés, proximité de zones de tension du Proche Orient) ; sécuritaires (lutte contre les trafics, l'immigration illégale et la menace terroriste). Tous ces sujets sont à l'ordre du jour de nos débats. L'objectif est de permettre une meilleure coordination des ressources et politiques existantes de l'Union européenne engagées dans la région de la mer noire. Sont également évoquées les politiques de voisinage (Ukraine, Moldavie, Sud-Caucase), le partenariat stratégique avec la Russie et les négociations avec la Turquie.


A l'occasion de cette assemblée plénière, l'ambassadeur de France, Henri PAUL, a reçu à déjeuner la délégation française. Un moment de travail privilégié, intéressant pour nous, puisque nous avons pu évoquer la situation politique et économique roumaine, notamment la poursuite de l'intégration de la Roumanie dans l'Union européenne. Avec lui, nous avons évoqué : l'important projet d'agrandissement du lycée français à Bucarest pour 2012 ; les grands dossiers économiques, d'infrastructures (autoroutes avec Colas et Vinci), d'énergie (centrale de désulfuration avec Alstom, la technologie EPR pour les centrales nucléaires), de gaz ou d'automobile ; la diplomatie et l'intégration de la Roumanie dans l'Union européenne ("Avec la Roumanie, notre identité de vue est très grande", dit-il) ; la lutte contre la corruption ; les initiatives culturelles.


Mais pour moi, ce passage à l'ambassade est aussi un moment d'émotion car je n'étais pas retourné à l'ambassade depuis 1991, lorsque j'étais au commissariat au Plan et que j'étais un collaborateur de Lionel STOLERU, secrétaire d'Etat du gouvernement de Michel ROCARD. Nous travaillions, à l'époque, avec les futurs ministres de l'Economie, du Plan et Gouverneur de la Banque Centrale, pour conduire la mutation du système économique de la Roumanie. Au vu de ce que j'ai pu apercevoir à Bucarest, pendant ce court séjour, d'évidence la Roumanie a bien changé !

 

 

 

Repost 0
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 08:33

Cet après-midi, je passe à l'Assemblée, pour récupérer et signer mon courrier, et pour accueillir les enfants de la délégation portugaise de Guarda qui – pour la 1ère fois depuis que nos échanges entre villes jumelles existent – vont pouvoir visiter l'Assemblée nationale.

 

Juste avant, j'ai pu accueillir, à leur descente du bus, les élèves, français ceux-là, de l'école élémentaire Curie qui, avec leur directrice Catherine Beck et leurs institutrices, viennent visiter l'Assemblée nationale dans le cadre du Parlement des Enfants pour la 7e circonscription (comme je l'ai fait moi-même avec les enfants de l'école Lakanal pour la 8e circonscription la semaine dernière – cf. article du 5 juin). L'assistant du député Vercamer est là pour les accompagner et je me joins au groupe. Ce qui leur permettra d'ailleurs, au prix de négociations inopinées, de pouvoir visiter les salons privés de l'Hôtel de Lassaye de la Présidence de l'Assemblée Nationale.

 

Malheureusement, l'Assemblée siége et c'est du haut des tribunes que les enfants découvriront l'hémicycle ; ils y suivront quelques instants le débat sur la nouvelle lecture du texte consacré au Grenelle de l'environnement. Au banc du Gouvernement, Dominique Bussereau, ministre des Transports.

 

Cela n'empêche pas le sérieux et l'attention de ces jeunes, dont je crois pouvoir dire que c'est la bibliothèque et le bureau du président de l'Assemblée qui ont suscité le plus leur intérêt… peut-être avec la boutique de l'Assemblée où il fallait les voir chercher stylos, gomme ou crayons ! Un plaisir…

 

L'émerveillement des enfants et accompagnateurs portugais ne fut pas moindre ! Dès la Galerie des Fêtes, leurs yeux s'écarquillent. La guide est formidable, elle prend beaucoup de soin à expliquer pendant que Teresa, l'accompagnatrice portugaise, traduit. Une heure et demie plus tard, il a fallu partir. Tous ravis, je crois ! J'en suis heureux : Wattrelos aura réussi à bien recevoir ses hôtes, ces enfants dont les parents portugais ont tant donné aux enfants wattrelosiens pendant leur séjour au Portugal. Un juste retour des choses ! J'y tenais particulièrement… car je veux le meilleur pour nos enfants.

 

 

 

Repost 0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 07:36

Aujourd’hui paraissent au Journal Officiel une question écrite que j’ai posée à la ministre du Logement sur le versement des aides personnalisées au logement par les caisses d'allocations familiales, ainsi que deux réponses posées le 28 avril et le 17 mars derniers

Voici donc ma question à la ministre du Logement.

Et voici la réponse à la question que j'avais posée au secrétaire d'État chargé de la fonction publique sur les perspectives d'alignement des cadres A des filières médico-sociales dénommés conseillers socio-éducatifs de la fonction publique territoriale, sur le grade équivalent (cadre socio-éducatif) de la fonction publique hospitalière : actuellement, les conseillers socio-éducatifs atteignent en treize ans et demi le huitième échelon de leur grille indiciaire (indice brut 660), et il apparaît que la seule possibilité d'évolution de carrière qui leur soit ouverte consiste à passer de la filière sociale à la filière administrative (lire la suite).

Réponse du Gouvernement : cliquer ici.

Quant à la question du 17 mars posée à la ministre de l'Economie, de l'Industrie et de l'Emploi, elle portait sur l'article 83 de la loi de finances initiale pour 2008 qui offre l'opportunité aux établissements publics de coopération intercommunale qui ont adopté le régime fiscal de la taxe professionnelle unique de créer une commission intercommunale des impôts directs (CIID). La loi prévoit que les modalités d'application de l'article 1650 du CGI soient fixées par décret. Cependant, malgré les interventions d'associations d'élus, ce texte, validé par le comité des finances locales en date du 25 septembre 2008 n'a toujours pas été publié. Or la plupart des EPCI concernés ont délibéré pour créer une telle commission, et ont transmis une proposition de composition aux directeurs des services fiscaux. Faute de parution du décret, les services décentralisés de la direction générale des finances publiques (DGFIP) ne permettent pas jusqu'à présent la tenue de ces commissions. Ils souhaiteraient donc être informé du calendrier de son éventuelle mise en application.

Réponse du Gouvernement : cliquer ici.


Repost 0
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 14:29

Ces lundi et mardi se tiennent à Bordeaux les journées d'échanges annuelles des acteurs de la rénovation urbaine. Wattrelos y est présente et participe au forum des réalisations en tenant un stand où l'équipe du projet de Beaulieu (Francis Akli, chef de projet, et Souad Otmane, chargée de la mission relogement), en compagnie des chargés de mission LMCU qui travaillent avec nous sur ce dossier, explique, précise la genèse, le contenu et le déroulement du projet de rénovation urbaine de Beaulieu.

 

Franchement, même si on a décidé tout cela rapidement, notre stand avait belle allure : Wattrelos n'a pas à rougir de sa participation… Un indicateur : le nombre de visiteurs qui se sont arrêtés pour examiner nos tableaux explicatifs et visionner le film, en 3D, qui explicite la mutation de Beaulieu.

 

Alors, bien entendu, j'étais là. Pour soutenir mes équipes qui font un énorme boulot et les encourager. Pour vendre Wattrelos, prendre des contacts, justifier notre engagement résolu, poser des questions et essayer d'obtenir des réponses.

 

Parmi les visiteurs, il en est ainsi que j'ai amené sur le stand pour qu'ils connaissent (mieux encore) Wattrelos, Beaulieu et ses habitants. Il en est ainsi des responsables de l'ANRU (Agence nationale de rénovation urbaine), avec mon collègue député Gérard Hamel, président, et Pierre Sallenave, Directeur général de l'ANRU (ph. ci-contre) ; mais aussi du directeur général adjoint de la Caisse des Dépôts et Consignations, Philippe Braidy (principal banquier de toute l'opération), qui a croisé sur notre stand Philippe Lallart, Directeur régional de l'Equipement.

 

Les uns et les autres sont nos partenaires. Nous avons dû les convaincre pour monter le programme de rénovation de Beaulieu ; maintenant qu'il est bien avancé, que nos premières réalisations s'affichent, il est bon de le montrer ! L'argent que l'Etat, la Caisse des Dépôts, les collectivités locales ont placé à Beaulieu, a été bien utilisé ; il a été utile à ce quartier et à ses habitants.

           

Pendant le forum, j'ai ainsi proposé à Serge Moati (ph. ci-contre) de consacrer un de ses prochains films (il en fait régulièrement pour l'ANRU) à Wattrelos.

 

Ces journées d'échanges ont été ouvertes par Alain Juppé, maire de Bordeaux, et surtout par Fadela Amara, secrétaire d'Etat à la politique de la ville (ph. ci-dessous). J'ai pu leur parler de l'état de notre projet. Dans sa (brève) intervention, la ministre a souligné que « la rénovation urbaine est un outil stratégique pour réduire les inégalités urbaines » et de « dynamisation économique des territoires », rappelant les 347 projets engagés sur 466 quartiers, pour 3,2 millions d'habitants. Mais elle a surtout insisté sur la nécessité de « veiller à ce que tous les programmes lancés portent une attention particulière au respect des clauses d'insertion ».

 

Cela tombe bien : sur ce sujet-là en particulier, le dossier de Beaulieu est exemplaire !

 

En résumé, donc : deux belles journées de rencontres, riches des échanges d'expériences et de présentations des solutions que les uns et les autres, nous mettons en œuvre.

 

Mais il est dommage, vraiment dommage, avec toutes les villes, toutes les agglomérations représentées dans les stands, qu'avec tous les projets présentés, toutes les équipes qui ont fait le voyage, qui ont beaucoup travaillé pour préparer tout cela que les ministres présents (Fadela Amara lundi, et Brice Hortefeux mardi) n'aient fait que leur discours (vingt minutes tout au plus !) sans même faire le tour des stands !

 

Et pourtant, la vraie expérience, ne sont-ce pas toutes ces énergies de terrain, tous ces projets locaux ?

 

 

 

Repost 0
Publié par Dominique Baert - dans Maire de Wattrelos
commenter cet article
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 21:00
Ces élections européennes n'auront donc pas été une bonne journée pour la démocratie aux plans européen, français et... wattrelosien.


La faute à une abstention trop forte, ce qui est tout de même paradoxal lorsqu'on connaît l'importance d'un député européen ! L'Europe reste donc la mal aimée des scrutins puisqu'en 2004 déjà, seuls 33 % des électeurs wattrelosiens s'étaient déplacés (c'est encore moins cette fois-ci : 28 %).


Le second enseignement de ces élections européennes, c'est que 83,5 % des Wattrelosiens ne soutiennent pas la politique gouvernementale. Il s'agissait en effet de la première élection d'ampleur nationale postérieure à l'élection de Nicolas Sarkozy il y a deux ans ; seuls 16,49 % des électeurs de la commune lui font encore confiance, loin, très loin des 30 % obtenus au premier tour de la présidentielle... et des 50,01 % du second tour de cette même présidentielle ! C'est une donnée de fond non négligeable ; c'est aussi une façon, pour notre population, de traduire sa souffrance face à une situation économique de crise.


Le Gouvernement aurait tort de ne pas entendre ce message.


Enfin, je constate avec satisfaction que le PS reste la formation pour laquelle on vote le plus à Wattrelos (près de 30 %). Les forces de gauche et de progrès dans leur diversité sont très largement majoritaires, avec une forte polarisation autour du parti socialiste dont la liste était emmenée par Gilles Pargneaux : je ne suis donc pas un maire déçu, loin de là, d'autant que le faible taux de participation laisse à penser que le réservoir de voix est encore important.



 

Repost 0
Publié par Dominique Baert - dans Maire de Wattrelos
commenter cet article
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 15:26

Cet après-midi, avec un peu d’avance car je préside un bureau de vote demain à l’occasion des élections européennes, j’accueille quatre mamans méritantes (entre toutes !) à l’Hôtel de ville pour la réception municipale de la fête des mères.

 

C’est une réception traditionnelle mais ô combien légitime pour ces mères de familles nombreuses à qui je décerne la médaille de la Famille française avec un respect et une émotion chaque année renouvelés.

 

Elles sont quatre autour de moi : Adronie, Christine, Gisèle et Pascale (photo ci-contre). Au nom du Conseil municipal, je leur rends un hommage mérité, et à travers elles, à travers leur parcours, leur courage et leur dévouement, j’adresse à toutes les mamans un message de sympathie et d’admiration, sans oublier d’y inclure la mienne bien entendu !

 

Bonne fête à toutes les mamans !

 

Pour lire mon discours, cliquer ici.

 

 

 

Repost 0
Publié par Dominique Baert - dans Maire de Wattrelos
commenter cet article