Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Très bel hommage républicain à mon amie Nicole !
    Le décès accidentel de Nicole Bricq, Sénatrice, ancienne Députée, et ancienne Ministre, au coeur de l’été, avait jeté la consternation chez ses proches et amis, dont je m’honore d’être. Sa personnalité était si forte, si présente dans la vie de la République,...
  • C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !
    Il en use et il en abuse de sa qualité de « fonctionnaire », l’ami Christian Ladoé : il est vrai que dès qu’il l’évoque, c’est rires garantis dans la salle. Alors ce dimanche 1er octobre après-midi au CSE, il ne s’en est pas privé. Comme il ne s’est pas...
  • Rentrée (4) : Concentré sur ce qui est à faire très vite et pour la suite
    > C’est qu’en effet, par-delà les actualités des chantiers réalisés ou en cours ou la vie politique, la vie wattrelosienne impose que je sois aussi un maire concentré sur ce qui reste à faire à court terme, et notamment sur des priorités pour les toutes...
  • Rentrée (3) : Un maire blessé, et outré
    > Oui, blessé, je l’ai été par le titre d’un article de presse au titre (volontairement, je suppose) provocateur, fin juin, après les élections de juin et le Conseil municipal qui suivit, sur le fait que j’aurais « doublé mon salaire » ! Pour la 1ère...
  • Rentrée (2) : Serein sur la situation politique, je soutiens le Président !
    Avec ce que mes années publiques d’engagements politiques m’ont appris, j’ai beaucoup réfléchi, pris du recul, et, enfin, je peux dire ce que je pense de la situation où l’on est. 1) On n’est pas dans n’importe quel contexte ! A tous les critiques perpétuels,...
  • Rentrée (1) : Un maire ému, détendu, et serein
    > Rencontrant la presse ce matin, je suis encore dans l’émotion car je sors de funérailles, mais je suis surtout un maire très ému du drame qu’a connu notre ville sœur voisine, Mouscron, et de l’assassinat de mon collègue bourgmestre et ami, Alfred Gadenne....
  • Berlouffes 2017 : retour en images
    Fête des Berlouffes 2017, Wattrelos
  • Un ami, un grand ami, Georges Ducrocq, nous a quittés !
    J’avais beau le savoir hospitalisé, il avait surmonté tant d’épreuves, il avait une telle soif de vie et un tel enthousiasme pour l’avenir, que, comme à chaque alerte, j’espérais qu’il nous reviendrait, et vite. Et que je reverrai ses visites à mon bureau...
  • Le marché du Centre se recentre !
    C’est un événement dans la vie wattrelosienne : le marché du Centre, installé depuis plus de 25 ans sur le parking des Basanos tous les jeudis matin, change d’emplacement et remonte pour s’installer définitivement sur le grand parking situé face au CSE. Cela...
  • 24 logements en construction au Crétinier : la Paloma, bonjour !
    Cet après-midi, je pose la première pierre d’un programme de 24 logements (résidence La Paloma), 80 rue des Patriotes (entre Aldi et Penin Matériaux), entouré des deux Conseillers départementaux, de mon Adjointe au logement Martine Leblanc, et de plusieurs...
17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 16:18

Witold.jpgC’est sur mon lieu de vacances, par un sms de mon ami et suppléant Richard Olzewski, que j’ai appris la disparition brutale de Witold. Comme ça, brutalement, au cœur d’un été chaud, là-bas dans le midi, en vacances lui aussi sans doute, loin de nous, loin de son Roubaix et de ses amis roubaisiens qu’il aimait tant, il s’en est allé ! Le choc est rude, ma surprise considérable. Car penser à Witold Heretynski (ph. Nord Eclair, ci-contre), c’est immédiatement avoir en mémoire ce personnage attachant qui a toujours dans les yeux la petite flamme de l’espiéglerie, souvent taquin, à l’humour qui parfois désarçonne son interlocuteur juste avant qu’il ne découvre que cet homme-là connaît le monde, sait ce que sont les difficultés de la vie et que, voulant les surmonter, pour lui comme pour les autres, il a décidé d’aimer la vie, oui, mais surtout de tout faire pour changer le monde.

 

C’est peut-être pourquoi il le peignait, ce monde autour de lui, il le colorait avec talent en y soulignant sa complexité à travers la géométrie savante et complexe de ses compositions, ses paysages industriels ou domestiques qu’il insérait également, sans oublier de vénérer sa beauté comme sa matrice via le corps féminin dont l’inspiration lui donna ses plus belles œuvres.

 

Witold Heretynski était un artiste, l’un des grands de notre région et une de nos plus grandes fiertés roubaisiennes. Discret mais omniprésent dans la vie locale, il y était engagé, au sens le plus noble du terme, car s’il portait des valeurs, il avait surtout le goût du contact avec toutes et tous. Son caractère affirmé, il le mettait au service de ses convictions et de ses engagements. S’il fallait le résumer, je dirai qu’il était l’homme d’une triple fidélité.

 

Fidélité à sa Pologne d’origine, terre de cœur, dont il me parla tant et tant, et dont il vécut si intensément l’émancipation démocratique sous la poussée de Solidarnosc ; c’est lui qui me fit rencontrer Lech Walesa.

 

Fidélité à Roubaix, au roubaisis, terre d’attache dont il était un merveilleux et si attachant ambassadeur.

 

Fidélité enfin et surtout à l’art, sa passion, dont il savait à la fois la capacité créative, la force émancipatrice et surtout le rôle social. Il voulait que l’art, tableaux-peintures-sculptures, ne soit pas cantonné que dans les galeries ou les musées à la seule disposition de yeux avertis ; son credo était que l’art doit être présenté, offert au plus grand nombre. L’art pour le peuple, l’art pour tous, il y croyait, il l’espérait, à l’image de cette règle de loi qu’il promouvait qui veut que, pour toute construction d’un bâtiment public, une part du coût total soit consacrée à la production d’une œuvre, dans ce bâtiment, par un artiste local !

 

C’est que la grandeur de ses talents, Witold la renforçait de son incontestable grandeur d’âme.

 

Amis, nous l’étions. Fidèles. Il m’avait invité il y a peu au vernissage de sa dernière exposition. J’avais prévu de m’y rendre mais, pour un imbroglio d’agenda de dernière minute, j’ai dû y renoncer. Qu’est-ce que je m’en veux aujourd’hui… Cruel destin. Witold, tu étais bien trop jeune pour nous quitter. Tu avais encore tant à créer, tant à donner !

 

Maintenant que tu es au Panthéon des artistes du paradis, peut-être que tu t’y laisseras repousser la moustache qui te faisait si bien connaître ici, à Roubaix ! Et là-bas, continue de leur parler de ta Pologne, de Roubaix et surtout aide-les, comme tu y as toujours cru, à dessiner un monde meilleur pour tous ici-bas !

 

Adieu l’ami. Adieu l’artiste.


Partager cet article

Repost 0

commentaires