Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Discipliner la finance pendant ses vacances, c’est possible !
    L’avantage de prendre quelques jours de vacances, c’est que cela permet de faire ce que l’on n’a pas (toujours) le temps de faire le reste de l’année, et notamment de lire ce qu’on ne prend pas le temps de lire lorsque les dossiers à rédiger et à étudier...
  • Coluche veille sur les Restos de Wattrelos !
    Ce projet, nous l’avions bien en tête, et ça fait longtemps que nous voulions le faire aboutir : Catherine Osson était encore mon Adjointe à l’Urbanisme (donc avant d’être Députée en 2017) quand le premier dossier avait été lancé pour faire identifier...
  • Salle de sports Jean-Zay : des travaux nécessaires
    Lors de la visite des chantiers que j’ai effectuée mi-juillet, la salle de sports Jean-Zay figurait bien entendu au menu car, conformément au programme électoral, sa rénovation s’inscrit dans les premières priorités du mandat ! Dans cette salle d’une...
  • Un nouveau terrain de foot tous temps pour la Ville, et c’est au Crétinier !
    Au complexe sportif du Crétinier vient d’être posée la magnifique moquette verte d’un nouveau terrain de foot tous temps, à la place d’un terrain en schiste, que les footballeurs du Wattrelos football club appelaient de leurs vœux depuis longtemps ! Il...
  • Liaison Tourcoing-Beaulieu : ça roule… presque !
    Actualité majeure des chantiers de l’été 2020 : la liaison Tourcoing-Beaulieu. C’est même le chantier de voirie de l’année… et même du début d’année prochaine en raison du décalage des travaux provoqué par la crise sanitaire. Les travaux de ce chaînon...
  • La Résidence Gossypium : nouvelle offre pour Nouvel Âge
    Le groupement Demathieu & Bard Immobilier, en lien avec Les Essentielles (devenues depuis Damecosi), professionnels de la gestion et de l’exploitation de résidences services, a engagé en 2018, rue Louis-Dornier, la construction d’une résidence services...
  • Couteaux, Beaulieu, Beck : du neuf dans l’habitat ancien !
    Dans le traditionnel point d’étape estival sur les chantiers wattrelosiens que j’effectue chaque année, le logement occupe cette année une place consistante. C’est que notamment, avec les bailleurs Vilogia et Partenord Habitat, trois gros dossiers vont...
  • Le Compte Administratif 2019 de Wattrelos : un très bon Compte, le meilleur depuis plus de 10 ans, qui conforte la bonne assise financière de la ville
    Point d’orgue du Conseil municipal de ce 2 juillet, la présentation du Compte Administratif 2019, c’est-à-dire le bilan financier des dépenses et des recettes de l’année 2019, dernière année du mandat précédent. Ce compte était prêt dès mars, et s’il...
  • Le film d’une élection : au travail maintenant
    Bien des électeurs pensent parfois qu’après avoir été au bureau de vote, ils ont élu leur maire : ce n’est pas tout à fait la réalité, car c’est le Conseil municipal qui, dans un second temps, élit le maire. Le 15 mars dernier, les électeurs wattrelosiens,...
  • Mon édito pour le CLIC Riv'Age
    Le monde, la France, nos villes traversent une crise sanitaire sans précédent depuis la 2nde guerre mondiale. De fait, des dispositions ont été prises par nos autorités : en France, un confinement a été décrété depuis la mi-mars. C’est le cas aussi en...
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 13:42

11nov2010.jpgCe matin du 11 novembre est, du point de vue météo, particulièrement exécrable. Un froid glacial, porté par le vent, et une pluie intense. Jamais, de mémoire de maire, nous n’avons connu un temps comparable pour les cérémonies du 11 novembre ! Cela ne doit pas empêcher de se recueillir et de se souvenir dans une présence que je veux « profondément et solennellement respectueuse ».

 

C’est ce qu’avec nombre d’élus et représentants des sociétés patriotiques, je fais au cimetière du Crétinier, en déposant une gerbe et en passant en revue les tombes.

  11nov2010-2.jpg

Au cimetière du Centre, la cérémonie est plus longue, puisqu’après mon discours, j’aurais aussi à procéder à des remises de distinctions. Malheureusement, il faut se rendre à l’évidence : comme me le préconise Ferdinand Claies, président de la Fraternelle, mieux vaut renoncer à prononcer mon discours et aux décorations car il est impensable de maintenir vingt minutes de plus, dans le vent glacial et dans la pluie, les enfants des écoles Curie et Lacordaire qui nous ont si bien interprété La Marseillaise ; juste avant que l’Union musicale ne joue également notre hymne national et l’hymne européen.

 

Je suis très attaché à cette cérémonie, et très sensible aussi à la présence des enfants.

 

La guerre de 14-18 fut en effet « une tragédie de l’histoire de l’humanité, une balafre dans la mémoire collective, un drame sans commune mesure avec ce que les hommes et les femmes, depuis que le monde est monde, avaient pu vivre jusque là », comme je le dis dans mon propos, tenu donc salle Salengro en début d’après-midi.

 

Après chaque dépôt de gerbes ou devant chaque tombe que nous saluons, je suis toujours secoué par une émotion poignante en fixant les lettres dans la pierre des noms de tous ceux qui, français ou anglais, souvent très jeunes, sont tombés dans les conflits de 14-18 mais aussi de 39-45. « Chacun de ces noms résonne comme un message d’appel à la paix, à la solidarité, à la fraternité entre les peuples, à l’espoir ! ».

 

Les inégalités, les fractures territoriales, économiques et sociales, sont au cœur, au vu du jugement de l’histoire, des causes déterminantes des conflits et des guerres. Les dénoncer, les combattre, les éradiquer, c’est objectivement œuvrer pour la paix, celle que nous devons à ces enfants qui sont là ce matin, et à tous les enfants de la planète.

 

« Tout ce qui peut faire tendre vers le progrès, l’amélioration des conditions de vie partout dans le monde sera une pierre supplémentaire, mais décisive, pour générer la paix, là où elle n’existe pas et consolider la paix là où, heureusement, elle existe ».

 

La guerre, c’était hier. La paix, espérons-là pour aujourd’hui et pour demain de toutes nos forces. Mais pour cela, sachons nous souvenir ensemble, « souvenons-nous du sacrifice de tous les soldats tombés durant la première guerre mondiale, de tous ceux qui, tout au long des conflits, quelle que soit leur région, leur couleur, leur religion, leur origine, ont donné leur vie pour que nous puissions, ici et maintenant, vivre la nôtre ».

 

Pour lire mon intervention, 11 nov 2010cliquez ici.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires