Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Très bel hommage républicain à mon amie Nicole !
    Le décès accidentel de Nicole Bricq, Sénatrice, ancienne Députée, et ancienne Ministre, au coeur de l’été, avait jeté la consternation chez ses proches et amis, dont je m’honore d’être. Sa personnalité était si forte, si présente dans la vie de la République,...
  • C'est l'histoire d'un "fonctionnaire actif"... Vivent les Copés in deux !
    Il en use et il en abuse de sa qualité de « fonctionnaire », l’ami Christian Ladoé : il est vrai que dès qu’il l’évoque, c’est rires garantis dans la salle. Alors ce dimanche 1er octobre après-midi au CSE, il ne s’en est pas privé. Comme il ne s’est pas...
  • Rentrée (4) : Concentré sur ce qui est à faire très vite et pour la suite
    > C’est qu’en effet, par-delà les actualités des chantiers réalisés ou en cours ou la vie politique, la vie wattrelosienne impose que je sois aussi un maire concentré sur ce qui reste à faire à court terme, et notamment sur des priorités pour les toutes...
  • Rentrée (3) : Un maire blessé, et outré
    > Oui, blessé, je l’ai été par le titre d’un article de presse au titre (volontairement, je suppose) provocateur, fin juin, après les élections de juin et le Conseil municipal qui suivit, sur le fait que j’aurais « doublé mon salaire » ! Pour la 1ère...
  • Rentrée (2) : Serein sur la situation politique, je soutiens le Président !
    Avec ce que mes années publiques d’engagements politiques m’ont appris, j’ai beaucoup réfléchi, pris du recul, et, enfin, je peux dire ce que je pense de la situation où l’on est. 1) On n’est pas dans n’importe quel contexte ! A tous les critiques perpétuels,...
  • Rentrée (1) : Un maire ému, détendu, et serein
    > Rencontrant la presse ce matin, je suis encore dans l’émotion car je sors de funérailles, mais je suis surtout un maire très ému du drame qu’a connu notre ville sœur voisine, Mouscron, et de l’assassinat de mon collègue bourgmestre et ami, Alfred Gadenne....
  • Berlouffes 2017 : retour en images
    Fête des Berlouffes 2017, Wattrelos
  • Un ami, un grand ami, Georges Ducrocq, nous a quittés !
    J’avais beau le savoir hospitalisé, il avait surmonté tant d’épreuves, il avait une telle soif de vie et un tel enthousiasme pour l’avenir, que, comme à chaque alerte, j’espérais qu’il nous reviendrait, et vite. Et que je reverrai ses visites à mon bureau...
  • Le marché du Centre se recentre !
    C’est un événement dans la vie wattrelosienne : le marché du Centre, installé depuis plus de 25 ans sur le parking des Basanos tous les jeudis matin, change d’emplacement et remonte pour s’installer définitivement sur le grand parking situé face au CSE. Cela...
  • 24 logements en construction au Crétinier : la Paloma, bonjour !
    Cet après-midi, je pose la première pierre d’un programme de 24 logements (résidence La Paloma), 80 rue des Patriotes (entre Aldi et Penin Matériaux), entouré des deux Conseillers départementaux, de mon Adjointe au logement Martine Leblanc, et de plusieurs...
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 09:44

Suite à la vague de suicides chez France Télécom, les risques psychosociaux et le malaise croissant de salariés dans leur rapport au travail se devaient d'être analysés.

Une Mission d'information avait donc à cet effet été créée, à la demande du groupe socialiste à l'Assemblée, dont ma collègue et amie, députée de l'Indre, Marisol Touraine, assurait la présidence. Mais le fonctionnement critiquable de la mission, dûe à la mauvaise volonté manifeste des députés Ump membres de la mission, a conduit à ce que nous nous abstenions lors du vote sur le rapport d'information, publié le 25 mai. À l'approche quantitative du « travailler plus pour gagner plus », les socialistes opposent en effet une démarche qualitative, prônant un « travailler mieux, pour vivre mieux »

C'est notamment en raison de ces divergences profondes que la Fondation Jean-Jaurès et les députés socialistes membres de cette Mission, organisaient aujourd'hui un colloque destiné à apporter des réponses fortes et volontaristes à la montée de ces phénomènes de souffrances au travail.

En synthèse de ce colloque, plusieurs pistes de solutions se dégagent. Même si la loi ne peut pas tout, en particulier concernant le bien-être des personnes, l’État peut initier une prise de conscience globale sur la question.

Il est ainsi essentiel d' améliorer l’observation, la prévention et la réparation des risques psychosociaux, et notamment de :

  • Créer un organisme indépendant chargé de l’observation et de l’évaluation: un observatoire pourrait être créé ou une structure déjà existante pourrait être chargée de coordonner les analyses en toute indépendance;
  • Agir sur la formation des managers, initiale et continue: il est invraisemblable qu’un étudiant puisse terminer son cursus sans avoir reçu aucune formation en matière de santé au travail ou de relations humaines. De même, il est impensable qu’un manager ne reçoive pas de formation continue régulièrement dans ce domaine durant sa carrière car en quarante ans de vie professionnelle les choses naturellement évoluent. Les entreprises doivent être encouragées à dispenser cette formation par des modes de rémunération différents ;
  • Renforcer le dialogue social afin de favoriser la prise en compte des risques psychosociaux par les salariés et par les employeurs notamment au sein du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) ;
  • Intégrer les risques psychosociaux dans l’obligation générale de sécurité des entreprises, avec une obligation de résultat, et non de moyens : nous proposons de supprimer le seuil d’incapacité de 25 % à partir duquel une maladie est reconnue comme maladie professionnelle en dehors du tableau. Ce seuil est en effet inatteignable et indémontrable;
  • Indemniser les psychopathologies liées au travail : un fonds d’indemnisation des salariés devrait être mis en place et alimenté par les entreprises sur le modèle de celui des accidents du travail ou des maladies professionnelles. Ce système inciterait les entreprises à avoir des moyens d’action pour lutter contre les risques psychosociaux.

 

Si ces éléments ne peuvent à eux seuls résoudre la souffrance au travail, ils ont le mérite d'apporter des éléments de réponse. Parce que nous ne pouvons, ni ne voulons accepter que pour des millions de salariés travail rime avec souffrance.

Partager cet article

Repost 0

commentaires